Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 20-n°54RecensionFrançoise Baillet, Visions et div...

Recension

Françoise Baillet, Visions et divisions. Discours culturels de Punch et ordre social victorien (1850-1880)

Sophie Mesplède
Référence(s) :

Françoise Baillet, Visions et divisions. Discours culturels de Punch et ordre social victorien (1850-1880), Presses Universitaires de Rennes, collection « Art & Société », 2022, 254 p. EAN 9782753582378

Texte intégral

1Dans un ouvrage de 254 pages paru récemment aux Presses Universitaires de Rennes (2022) dans la collection « Art & Société », la spécialiste de civilisation britannique Françoise Baillet s’attaque à l’une des figures majeures de la scène journalistique de l’époque victorienne, le magazine illustré Punch. Comme elle le rappelle dans l’introduction de Visions et divisions. Discours culturels de Punch et ordre social victorien (1850-1880), Punch a déjà fait l’objet d’études d’ampleur, avec celle de Richard Altick au sujet des premières années du magazine satirique (Punch. The Lively Youth of a British Institution 1841-1851, Ohio State UP, 1997), et, plus récemment, celle de Patrick Leary, The Punch Brotherhood. Table Talk and Print Cutlure in Mid-Victorian London (The British Library Publishing Division, 2010) à propos des décennies couvertes par la publication en français des PUR. Là où Leary s’était ingénié à retrouver la polyphonie des conversations présidant à l’élaboration de la ligne éditoriale de Punch, Françoise Baillet s’intéresse ici aux illustrations du magazine londonien. Elle s’attache ainsi à porter au jour ce qui relève, chez les principaux dessinateurs présentés en ouverture (John Leech, Charles Keene et George Du Maurier), d’une entreprise « convergente » (p. 21) de construction idéologique d’un discours qu’elle qualifie en conclusion de « frileux et profondément conservateur » (p. 227). Sur la période de trente ans servant de terreau à la recherche présentée ici (bornage pratique, certes, mais qui aurait pu débuter plus tôt, le magazine connaissant un changement marqué de ligne éditoriale suite au rachat de 1842), l’hebdomadaire britannique se fit en effet le porte-voix d’une « majorité puissante et légitime » (p. 231) pétrie de valeurs bourgeoises et normatives. C’est à la construction par l’image de ce discours réactionnaire que Françoise Baillet s’intéresse, annonçant en exergue de son travail son souhait de l’analyser comme « espace de production et de mise en scène de l’altérité » (p. 15). En dénonçant l’incorrect sur le mode de l’humour, sans rupture idéologique apparente sur les trois décennies choisies mais avec des modulations formelles d’un artiste à l’autre, les dessinateurs du magazine engagèrent, nous explique Visions et Divisions, une forme de dialogue avec un public rompu à la lecture d’images-textes et dont ils partageaient et alimentaient les attentes, les enthousiasmes et les indignations.

2L’approche de l’ouvrage, lui-même illustré de façon toujours pertinente, est résolument thématique, et annoncée comme telle une fois posée l’historiographie du magazine. Françoise Baillet scinde son champ d’investigation en trois grands territoires : « préservation identitaire et classes sociales, genre et cloisonnement, et champ esthétique » (p. 21), présentés dans le détail dès l’introduction.

3La première partie, « Production et mise en scène de l’altérité sociale », porte donc sur le déploiement d’un discours bien connu sur l’improductivité des élites aristocratique, le spectre du déclassement social, la figure liminale de l’ouvrier, la question de l’élargissement de l’accès au vote à des classes laborieuses qui font l’objet de tous les fantasmes dans la bourgeoisie de l’époque. Chaque sous-partie s’ouvre de façon claire et synthétique sur le rappel des grands enjeux de chaque question sociale. S’ensuivent alors des analyses de vignettes parfois peu connues, déchiffrées avec soin pour le lectorat d’aujourd’hui, et dont les textes sont souvent traduits avec brio. Alors qu’elle replace ces illustrations et les textes qui les accompagnent dans leur contexte historique, social, économique et religieux, Françoise Baillet prend aussi soin de tisser des liens avec la peinture de genre contemporaine du périodique (la « peinture de genre », et non « la peinture en général », comme il est écrit de façon hâtive p. 16), souvent porteuse elle-aussi d’un discours conservateur. Elle n’oublie pas non plus d’inscrire l’art des dessinateurs de presse de Punch dans une plus longue tradition britannique de la caricature et de la satire sociale, tout en en soulignant les partis-pris nouveaux de respectabilité dans cette période dite « mid-victorienne ».

4La seconde partie, intitulée en anglais « An Entire Half of the Community », fait un sort au discours là aussi éprouvé (et éprouvant pour les lectrices et lecteurs d’aujourd’hui) sur la place de la femme dans une société divisée en deux sphères bien distinctes. Elle interroge leur représentation graphique dans l’espace privé comme dans l’espace public alors que les satiristes de Punch s’en prennent tour à tour, au gré des débats et des évènements, à la mode et à l’oisiveté féminines, à la « vieille fille », aux porteuses de « bloomer » et aux fumeuses de cigarettes, aux nouvelles aspirations intellectuelles, littéraires et professionnelles de cette « autre moitié » de la nation – et bien sûr, on s’en doutait, à la si redoutée féministe et à ses supporters masculins. Là aussi, les vignettes abondent qui, produites par des hommes imperméables aux idées de John Stuart Mill, viennent illustrer et renforcer les craintes de l’élite masculine bourgeoise face aux premières victoires des femmes devant la loi. De Leech à Du Maurier, en passant par Keene ou John Tenniel, les clichés visuels et les stéréotypes de genre circulent et, comme le montre l’auteure de Visions et Divisions, participent à la construction d’un imaginaire visuel en cohérence avec les textes du périodique, qui restent cependant peu évoqués dans un ouvrage consacré au seul discours de l’illustration.

5C’est certainement la dernière partie de l’ouvrage, intitulée « Les figures de l’artiste », qui constitue l’apport le plus original de l’ouvrage de Françoise Baillet. L’auteure s’y attache à définir les stratégies visuelles déployées par les artistes graphiques de Punch pour consolider une position à l’origine précaire (puisque ces hommes n’étaient « que » dessinateurs et graveurs) dans un champ artistique en pleine mutation. On comprend alors que la façon que ces derniers avaient eu d’épouser le discours de leurs lecteurs sur les grandes questions explorées dans les chapitres précédents faisait partie d’une stratégie collective visant la reconnaissance sociale et l’approbation morale. Déjà, dans les développements consacrés à « “The shrieking sisterhood” : expressions menaçantes de la féminité », Françoise Baillet expliquait que « [a]u sein de cet espace homosocial qu’était le magazine dans ces années, c’est […] une légitimation progressive qui s’opère, à travers ces innombrables vignettes. Exclure les femmes de cet espace, et en particulier les femmes perçues comme dangereuses, contribue à établir l’identité masculine de l’artiste. » (p. 150) Dans la dernière partie de Visions et Divisions, il apparaît donc que ce fut le fait de prendre leurs distances avec la figure de l’artiste dilettante, impécunieux, improductif, reclus, décadent et dégénérescent, et à la masculinité défaillante (en d’autres termes, l’artiste de l’avant-garde esthétique) qui permit aux illustrateurs du magazine de prétendre à la respectabilité dans un ordre social victorien dont ils sanctionnent les « déviances » avec délectation et un indéniable talent graphique. Pour Françoise Baillet, c’est l’ensemble de la production graphique déployée entre 1850 et 1880 qui construisit un portrait en creux de l’artiste « punchite », forme d’iconotexte du périodique satirique.

6Les conclusions de la recherche menée et présentée par Françoise Baillet donnent donc, à rebours, du sens à une illustration de presse qui fit le choix de la stigmatisation de l’autre à partir de la construction visuelle de « déviances » sociales et sexuelles, et de l’adoption d’un conformisme bien-pensant allant jusqu’au rejet de ses propres frères d’armes (en particulier pour George Du Maurier, ancien condisciple de James Abbott McNeill Whistler). Le talent satirique déployé par les dessinateurs du périodique aurait donc eu pour but et pour effet d’aligner ces derniers avec la partie la plus conservatrice de la société britannique, et les nombreux exemples choisis, contextualisés et analysés par l’auteure viennent étayer une proposition convaincante.

7Malgré le souhait de l’auteure de Visions et Divisions d’identifier des sensibilités artistiques individuelles, on note cependant que la cohérence idéologique de l’illustration publiée dans Punch tend à gommer quelque peu la spécificité du positionnement de chaque illustrateur. On reste donc curieuse des conversations entre ces dessinateurs aux fortes personnalités, mais aussi de celles avec les éditeurs et autres collaborateurs qui présidèrent à la genèse des vignettes satiriques, dans « un contexte contraint idéologiquement et techniquement » (p. 21) dont on se demande de quelle manière les artistes « punchites » ont dû ou su s’en accommoder. En fin de compte, comme Françoise Baillet l’écrit très justement en conclusion de son travail, les illustrateurs de Punch semblent avoir « fixé » l’altérité (p. 231) plutôt qu’engagé un véritable dialogue à plusieurs voix avec leur lectorat, par le biais de dessins qui auraient pu se répondre sur des modes plus personnels (et autres que formels) mais dont l’analyse proposée ici met surtout en lumière la redoutable homogénéité.

8Très bien présenté dans son ensemble (à l’exception d’une utilisation peu claire de la traduction des citations anglaises, parfois laissées dans leur langue d’origine alors que d’autres sont transposées en français sur une même page, comme p. 50), l’ouvrage de Françoise Baillet fait état d’une recherche écrite dans une langue fluide et qui brosse un portrait éloquent de l’Angleterre « mid-victorienne ». En complément des ouvrages de référence sur le sujet, il sera donc d’une grande utilité à tout·e chercheur·e et étudiant·e francophone souhaitant explorer les rouages imaginaires et imagés d’un discours patriarcal de division et d’exclusion dont l’efficacité et l’étanchéité impressionnent encore aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Mesplède, « Françoise Baillet, Visions et divisions. Discours culturels de Punch et ordre social victorien (1850-1880) »Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. 20-n°54 | 2022, mis en ligne le 18 octobre 2022, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lisa/14630 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.14630

Haut de page

Auteur

Sophie Mesplède

Sophie Mesplède est maîtresse de conférences en arts visuels et culture britanniques à l’Université de Rennes 2. Ses travaux récents portent sur la représentation du lien entre animaux humains et non humains dans la peinture et la théorie artistique des XVIIIe et XIXe siècles, ainsi que sur les questions soulevées par l’Anthropocène dans l’art britannique de la révolution industrielle à nos jours.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search