Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursJeunesse, politique et crise de l...

Jeunesse, politique et crise de la démocratie au Royaume-Uni et aux États-Unis

Young people, politics, and the crisis of democracy in the United Kingdom and the United States
Laëtitia Langlois

Français

Chères et Chers collègues,

J’ai le plaisir de vous adresser cet appel à contributions pour la revue en ligne LISA sur le thème « Jeunesse, politique et crise de la démocratie au Royaume-Uni et aux États-Unis ». Les propositions d’article (maximum 250 mots), en anglais ou en français, sont à adresser à Laëtitia Langlois (laetitia.langlois@univ-angers.fr) avant le 31 janvier 2023. Les articles d’une longueur comprise entre 5 000 et 9 000 mots devront être soumis avant le 15 juin 2023.

Bien cordialement, Laetitia Langlois

 

Une étude publiée en 2020 par le Cambridge Centre for the Future of Democracy et intitulée « Youth and Satisfaction with Democracy » soulignait que jamais dans l’histoire la jeunesse n’avait exprimé un tel degré de défiance et de désenchantement vis-à-vis du système démocratique. L’auteur principal de cette étude, Roberto Foa, concluait : “This is the first generation in living memory to have a global majority who are dissatisfied with the way democracy works while in their twenties and thirties”. (Foa, Klassen, Wenger, Rand et Slade, 2020, 5) Parmi les pays les plus affectés par ce phénomène, le Royaume-Uni et les États-Unis. Ainsi, deux des plus emblématiques démocraties libérales semblent ne plus être perçues par la jeunesse comme des modèles politiques enthousiasmants mais comme des régimes à bout de souffle qui inspirent méfiance et hostilité vis-à-vis des institutions et des élites. (Torcal et Ramon Montero, 2006) Il est d’autant plus intéressant de se pencher sur ces deux pays en particulier qu’ils sont traversés depuis quelques années maintenant, et notamment depuis 2016 avec d’une part le vote en faveur du Brexit au Royaume-Uni et d’autre part l’élection de Donald Trump comme Président des États-Unis, par des crises multiples et variées : crise économique, crise politique, crise identitaire et démographique. À toutes ces crises s’ajouterait donc désormais et par voie de conséquence une crise de la démocratie. L’intérêt pour nous sera de comprendre comment ces crises qui agitent le Royaume-Uni et les États-Unis impactent la jeunesse dans son rapport à la politique, à l’engagement citoyen, à la démocratie. Abstention massive et tentation populiste sont souvent citées comme les deux conséquences majeures face à un monde politique qui semble considérablement déconnecté des préoccupations de la jeunesse. Pourtant, si l’on s’intéresse de plus près au Royaume-Uni et aux États-Unis, les constats doivent être nuancés et ces nuances révèlent toute la complexité et la diversité des comportements de la jeunesse vis-à-vis de la chose politique. Si les élections législatives au Royaume-Uni n’intéressent pas la jeunesse, les référendums en revanche ont vu une mobilisation considérable de la part des plus jeunes électeurs, qu’il s’agisse du référendum pour l’indépendance de l’Écosse en 2014 (où pour la première fois le droit de vote a été accordé aux jeunes à partir de 16 ans) ou du référendum sur la question européenne en 2016 Aux États-Unis, la dernière élection présidentielle a vu une augmentation de 11 points de la participation des électeurs de moins de 30 ans par rapport à la précédente élection. Aux élections des mid-terms en octobre 2022, la vague républicaine annoncée par les médias n’a pas eu lieu et les Démocrates ont même réussi à garder le Sénat. La forte mobilisation de la jeunesse très opposée aux lois républicaines liberticides sur la question du droit à l’avortement est une des explications de la bonne résistance du Parti Démocrate. (The Independent, 10 novembre 2022)

Ceci corrobore la thèse soutenue par Aaron Martin dans son ouvrage Young People and Politics, Political Engagement in the Anglo-American Democracies (2012) qui affirme que la jeunesse sait se mobiliser et s’engager lorsqu’elle perçoit les enjeux comme importants, mais que les modalités de l’engagement sont multiples et ne se limitent plus à un bulletin dans l’urne. C’est aussi l’un des arguments que met en avant Sarah Pickard dans son ouvrage Politics, Protest and Young People : Political Participation and Dissent in 21st Century Britain (2019) dans lequel elle développe l’idée d’une nouvelle forme de participation politique, un activisme « Do-It-Ourselves », où les jeunes à leur manière se mobilisent pour faire réagir les classes dirigeantes sur les sujets qui leur tiennent à cœur comme le climat et le réchauffement climatique. C’est cette diversité et cette complexité de l’engagement politique et citoyen de la jeunesse que nous souhaitons explorer dans ce numéro : loin des clichés qui décrivent les jeunes comme politiquement apathiques, quelles formes prennent aujourd’hui et à l’ère des réseaux sociaux les mobilisations des jeunesses britannique et étatsunienne ? De Black Lives Matter à Friday for the Future en passant par la défense du droit à l’avortement, comment la jeunesse s’investit autour des plus importants débats de société de notre époque ?

Les propositions d’articles pourront aborder différents répertoires d’action, qu’il s’agisse par exemple de mobilisations classiques comme la participation électorale ou le militantisme politique, de pratiques infrapolitiques ou de ce qui relève de la politique informelle, la perception qu’ont les jeunes des partis politiques et leur adhésion à des partis. Dans ce cadre, une question figurera au cœur des réflexions : celle du positionnement des jeunes face à qu’il est communément convenu d’appeler « populisme ». L’étude menée par Roberto Foa indique que 48 % des jeunes européens ne considèrent plus la démocratie comme « the best form of government» (Foa, Klassen, Wenger, Rand et Slade, 2020, 22) et évoque un phénomène de « democratic disconnect » (Ibid., 10), qui pousse les jeunes à se détourner des offres politiques traditionnelles et à s’intéresser davantage à des projets considérés comme des projets de rupture. En 2016, pourtant, lors des deux grandes victoires de la droite radicale, les jeunes britanniques et étatsuniens ont respectivement et massivement voté contre le Brexit et contre Trump. Le Brexit, encore davantage que l’élection de Donald Trump, s’est caractérisé par une fracture générationnelle entre d’un côté les « millennials », majoritairement favorables à rester dans l’Union Européenne et de l’autre les « boomers » majoritairement décidés à sortir de l’Union Européenne. Là aussi donc la nuance est de rigueur : si les jeunes figurent parmi les premières victimes de la précarité, du chômage, de l’exclusion, ils n’ont pas été les premiers à succomber aux sirènes de l’extrême-droite. Il sera par conséquent intéressant, d’une part, d’analyser les raisons de cette réticence, et d’autre part d’interroger le succès rencontré par Bernie Sanders et Jeremy Corbyn, deux leaders en rupture avec le centre-gauche dominant dans leurs pays respectifs et qui ont rencontré un réel succès auprès des jeunes électeurs, à tel point qu’au Royaume-Uni il fut même question d’une « Corbyn wave ».

Ainsi nous nous pencherons sur l’attitude des jeunes vis-à-vis de la politique pour essayer de comprendre dans quelle mesure les jeunes obéissent – ou non – comme le souligne Anne Muxel « à d’autres modèles et d’autres formes d’expression qui redéfinissent les contenus comme les usages de la citoyenneté aujourd’hui ». (Muxel, 2007) Qu’elles soient engagées, révoltées ou désabusées, les jeunesses britanniques et étasuniennes sont diverses et complexes et au travers de leur étude c’est aussi une réflexion plus large que nous mènerons sur ces deux pays en proie à des turbulences politiques et sociétales majeures.

English

Dear colleagues,

Please find below a call for papers for the online journal LISA on the following topic “Young people, politics, and the crisis of democracy in the United Kingdom and the United States”. Submissions for papers in the form of an abstract (maximum 250 words), in English or in French, should be sent to Laëtitia Langlois (laetitia.langlois@univ-angers.fr). The deadline for abstract submission is January 31st, 2023. The full papers (between 5,000 and 9,000 words) will be expected by June 15, 2023.

Best regards, Laetitia Langlois

 

A survey published in 2020 by the Cambridge Centre for the Future of Democracy entitled “Youth and Satisfaction with Democracy” reported that never before in history had young people expressed such levels of distrust and disillusionment towards the democratic system. The main author of this global survey, Dr Roberto Foa, concluded: “This is the first generation in living memory to have a global majority who are dissatisfied with the way democracy works while in their twenties and thirties.” (Foa, Klassen, Wenger, Rand, and Slade, 2020, 5) Two countries in particular are most affected by this phenomenon: the United Kingdom and the United States. Thus, two of the most emblematic liberal democracies seem to no longer be perceived as inspiring political models by young people but rather as declining regimes causing suspicion and hostility towards institutions and elites. (Torcal and Ramon Montero, 2006) Focusing on those two countries is all the more interesting as they have recently been both in the throes of multiple crises – economic crisis, political crisis, identity and demographic crisis – since the vote in favour of Brexit on the one hand and the election of Donald Trump on the other. The crisis of democracy would thus be a logical result of those pre-existing crises. Massive abstentionism and populist temptation are often mentioned as two of the most frequent reactions young people may have when they are faced with a political world that seems outrightly disconnected from their concerns and aspirations. Yet, if we take a closer look at the UK and the USA, another reality emerges and reveals all the complexity and diversity of young people’s approach to politics. It is true that general elections hardly appeal to young British voters, but referendums on the other hand – whether it be the 2014 referendum on the question of Scottish independence (where for the first time in history the franchise was lowered to people aged 16) or the 2016 referendum on the European question – young voters’ turnout was astonishingly high. In the United States, there was an increase by 11% in the number of people aged below 30 who took part in the 2020 presidential election. Last October, the midterms election results surprised everyone as the red wave announced by all media did not occur and the Democrats managed to secure the Senate. One of the reasons behind the Democrats’ good results is that young voters massively went to the ballot box to express opposition to the Republicans’ backward policies on the right to abortion. (The Independent, 10 November 2022)

Those figures echo Aaron Martin’s main argument in his book Young People and Politics, Political Engagement in the Anglo-American Democracies (2012) in which he claims that young people do commit themselves when they perceive the gravity of the situation and the stakes resulting from it, but the expressions of this commitment are multiple and no longer simply consist in casting a vote in the ballot box. This is also an argument we can find in Sarah Pickard’s seminal book Politics, Protest and Young People: Political Participation and Dissent in 21st Century Britain (2019) in which she develops the idea of “Do-It-Ourselves” political participation, that is to say a new form of activism where young people in their own ways try to alert politicians on issues such as the climate change and global warming. It is precisely this diversity and this complexity that we propose to tackle in order to go beyond the clichés and stereotypes that describe young people as being politically apathetic and explore the different forms of their political and civic engagement in an age where social media are the overwhelming source of information and communication for young people. From Black Lives Matter to Friday for the Future and defending the right to abort, how do young people show their implication in some of the most momentous debates of our time?

Abstracts can focus on the classic forms of mobilisation such as voting or political activism, infrapolitical practices or informal politics, on how young people perceive and get involved in political parties. In this context, one topic will be of paramount importance: young people and populism. The survey conducted by Dr Roberto Foa showed that 48% of young Europeans no longer consider the democratic system as “the best form of government” (Foa, Klassen, Wenger, Rand, and Slade, 2020, 22) and the survey suggests that there exists a “democratic disconnect” (Ibid., 10), leading young people to move away from traditional forms of politics and get tempted by left-wing or right-wing populism. Yet, interestingly, in 2016 young people in Britain and the US massively voted against Brexit and Trump. The Brexit vote, even more so that the Trump vote, is characterised by a generational divide between the “millennials” on the one hand who massively voted to stay in Europe and the “boomers” on the other hand who, on the whole, were most determined to leave the European Union. Thus, another paradox arises: while young people are the first victims of social exclusion, unemployment, they have not surrendered to the calls of the far right. It will be interesting to explore the reasons for this reluctance but also to explore the major success that two leftist leaders had among young people, namely Jeremy Corbyn in Britain and Bernie Sanders in the US. Those two leaders stand on a far more radical leftist stance than is usual in their respective countries and have known immense popularity among young voters, so much so that in the UK the media talked of a “Corbyn wave”. Thinking about young people’s attitude towards politics will help us understand how they rely – or not - on, as Anne Muxel puts it, “other models or other forms of expression that redefine the contents as well as the practices of today’s citizenship.” (Muxel, 2007) Those other models or other forms of expression will help us get a better insight into the diversity and complexity of young people’s attitudes towards politics and democracy in the UK and the USA, and more largely to try and better understand the major political and societal turbulences those two countries are going through.

Bibliographie

BOWDEN John, “’Thank you Gen Z!’ How young voters saved the Democrats”, The Independent, 10 novembre 2022. ‘Thank you Gen Z!’ How young voters saved the Democrats | The Independent, consulté le 15 Novembre 2022.

FOA Roberto, KLASSEN A., WENGER D., RAND A. et SLADE M., “Youth and Satisfaction with Democracy: Reversing the Democratic Disconnect?”, Cambridge Centre for the Future of Democracy, 2020, p. 5. youth_and_satisfaction_with_democracy.pdf (cam.ac.uk), consulté le 22 mars 2022.

MARTIN Aaron, Young People and Politics, Political Engagement in the Anglo-American Democracies, Londres, Routledge, 2012.

MUXEL Anne, « Les jeunes et la politique », in Pascal PERRINEAU et Luc ROUBAN (eds.), La Politique en France et en Europe, Paris, Presses de Sciences Po, 2007, p. 123-153.

PICKARD Sarah, Politics, Protest and Young People: Political Participation and Dissent in 21st Century Britain, New York, Palgrave Macmillan, 2019.

TORCAL Mariano et Ramon Montero José (eds.), Political Disaffection in Contemporary Democracies: Social Capital, Institutions and Politics, Londres, Routledge, 2006.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search