Navigation – Plan du site
Aspects historiques et géopolitiques

Exceptionnalisme et impérialisme dans le discours de politique étrangère américain des années Clinton

Exceptionalism and Imperialism in US Foreign Policy Discourse: The Clinton Years
Frédéric Heurtebize
p. 24-46

Résumé

The United States has to a great extent asserted itself as a nation through the victories of its military and, even more so perhaps, through binary oppositions: democratic republic vs. British monarchy, progress vs. barbarity, capitalism vs. Communism, freedom vs. tyranny or, more recently, terror, to name but a few. This article examines the discourse and arguments elaborated throughout the Clinton presidency by politicians and academics to shape and legitimize U.S. foreign policy in peace time. What ideological justifications could underpin the maintenance or strengthening of the U.S. presence worldwide once the Soviet threat had vanished and yet before the dramatic eruption of terrorism in New York and Washington? How to redefine the country’s mission and its national interest? Did America’s exceptionalist rhetoric survive between the end of the Cold War and 9/11? It may be easy to focus the energy and attention of a nation on a clearly identified enemy; but what can be done or said when there is no clearly recognizable target? In other words, are exceptionalism and imperialism intrinsic features of American identity or are they just products of adversity?

Haut de page

Texte intégral

1Depuis l’accession de George W. Bush à la Maison Blanche, les médias n’ont eu de cesse d’évoquer l’« uni-latéralisme », l’« hégémonisme », l’« impérialisme » ou même l’« exceptionnalisme » du discours politique américain. L’histoire des États-Unis nous montre cependant que ces propensions discursives ne sont pas récentes : de l’époque coloniale à nos jours, l’Amérique a toujours défini son identité dans des termes exclusifs qui la distinguent du sort des autres nations. Depuis Winthrop, celle-ci envisage son rôle comme celui de modèle ; à travers sa supériorité morale et politique la « cité sur la colline » rayonne et inspire le monde. Désireuse d’afficher sa vertu, l’Amérique n’en a pas moins eu des rapports ambigus avec l’idée d’impérialisme, pourtant contraire aux idéaux qu’elle revendique. Jefferson et son « Empire de la liberté », la « Destinée manifeste », le déploiement massif des forces armées durant la Guerre froide et, plus récemment, l’occupation de l’Irak illustrent de façons diverses les tendances impérialistes américaines généralement assorties d’une rhétorique exceptionnaliste.

2Exceptionnelle, l’Amérique l’est réellement aujourd’hui dans son adhésion à certains grands récits – ceux de sa création nationale et ceux de la modernité – qui mêlent les notions de progrès et de mission providentielle. En cette époque dite post-moderne où les idées de bien et d’absolu ont cédé la place au relativisme en Occident, les États-Unis se distinguent par leur propension à appréhender leur place dans le monde en termes métaphysiques. Pour autant, malgré le statut particulier que l’Amérique confère à sa mission et à son identité, la nature de celles-ci semble parfois plus contingente qu’essentielle. Car de fait, c’est souvent aux travers d’affrontements idéologiques que celle-ci s’est définie, à travers des victoires militaires mais surtout dialectiques qu’elle s’est affirmée au cours de son histoire : vrai foi contre religion dévoyée ; république et démocratie contre monarchie tyrannique ; progrès contre barbarie ; liberté contre dictature ; capitalisme contre socialisme pour n’en citer que quelques unes.

3Cet article examine le discours politique des années Clinton afin précisément d’analyser les arguments qu’adoptent les politiques, universitaires et idéologues des deux principales obédiences politiques pour formuler la politique étrangère américaine en l’absence d’ennemi majeur. Comment, en effet, envisager le rôle des États-Unis une fois le communisme soviétique vaincu et avant la manifestation spectaculaire du terrorisme le 11 septembre 2001 ? Comment redéfinir l’intérêt national ? Quelle mission pour l’Amérique ? L’exceptionnalisme, si présent dans le discours de la guerre froide et de George W. Bush a-t-il survécu sous les années Clinton ? S’il est facile de focaliser l’attention, l’énergie et les moyens d’une nation sur un but précis, qu’en est-il en l’absence d’une cible tangible ? Autrement dit, l’exceptionnalisme, facteur adjuvant de l’impérialisme, est-il intrinsèque à la nation américaine ou ne se révèle-t-il que dans l’adversité ?

Le spectre d’un déclin aux multiples facettes (1990-1995)

L’économie en berne

4On a tendance à ne retenir des années 1990 que la période de forte croissance économique générée par la mondialisation des échanges et l’essor des technologies de l’information. Un retour sur le début de la décennie laisse pourtant apparaître une tout autre réalité. Si la désintégration de l’URSS signale bien la victoire idéologique des États-Unis, la situation économique intérieure dont Bill Clinton hérite ne peut que difficilement susciter l’enthousiasme. La conjoncture économique qui a présidé au mandat de George Bush s’est avérée difficile et le moral de la nation en est profondément affecté. Le président sortant semble même jouer de malchance tant les indicateurs attestant du déclin économique s’accumulent pendant la seconde moitié de son mandat. Le PIB américain enregistre une récession en 1991 tandis que les chiffres du déficit budgétaire et du chômage atteignent leurs niveaux record (7,8 % pour le chômage) en juillet 19921, soit au moment précis où la campagne présidentielle entre dans sa phase décisive.

5Outre les indicateurs macro-économiques confirmant le déclin de l’économie, c’est la confiance dans la nation et dans son système qui est mise à rude épreuve. Pour un pays habitué depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale à une position de prééminence incontestée, une telle situation constitue un choc psychologique. Certains détails, tels la suprématie japonaise dans le domaine de la technologie et de l’électronique grand public, laissent penser que l’Amérique a perdu le leadership de l’innovation. Enfin, comme pour renforcer cette impression, l’industrie automobile, symbole de la puissance économique et de l’American way of life, est elle aussi devancée par la concurrence nippone.

  • 2  Ross Perot, “National Town Meeting – CBS News”, 2 juin 1992 cité dans John K. White, Still Seeing (...)
  • 3  Bill Clinton, “A New Covenant”, National Democratic Convention, New York, 16 juillet 1992, in Bill (...)

6Le thème du déclin occupe le centre de la campagne de 1992, sujet que les candidats ne manquent pas d’exploiter pour attaquer le bilan du Président Bush. Le candidat texan Ross Perot se montre alarmiste et déclare : “If we let our economy continue to deteriorate, we, like Russia, will no longer be a superpower. And Russia is living proof that if you’re broke, you’re not a superpower2. Sénateur et candidat à l’investiture démocrate, Paul Tsongas résume quant à lui l’humeur morose de l’époque en affirmant : “The Cold War is Over, Japan Won. C’est toutefois Bill Clinton qui sut tirer le meilleur parti de la situation. Son slogan de campagne, “It’s the economy, stupid”, met les choses au clair en faisant du redressement de l’économie la clé du redressement national. Ainsi affirme-t-il dans son discours d’investiture du Parti démocrate “Now that we have changed the world, it’s time to change America3, propos à travers lesquels il traduit habilement la préoccupation première des électeurs davantage intéressés par leur niveau de vie que par le rôle des États-Unis dans le monde.

L’affaiblissement de Washington sur la scène internationale

7Si son agenda politique fait, comme il s’y est engagé, la part belle aux affaires intérieures, le président nouvellement élu ne doit pas moins tirer les grands traits de sa politique étrangère, or, durant les neuf mois qui suivent son investiture, l’administration instaure plutôt un règne du flou. Comme pour l’illustrer, Bill Clinton n’aborde aucune question internationale lors de sa première intervention devant le Congrès réuni le 27 février 1993.

  • 4  Warren Christopher, “Statement Before the Senate Foreign Relations Committee”, Washington D.C., 13 (...)
  • 5 Idem.
  • 6 Idem.

8Un mois plus tôt, le 13 janvier, le chef de la diplomatie Warren Christopher peine également à définir un programme et des objectifs clairs lors de sa confirmation devant le Sénat. Il y souligne le « moment prometteur » qui s’ouvre pour la diplomatie américaine. Le monde se trouve, selon lui, dans une situation comparable à celle de l’après-guerre, à une croisée des chemins. Il note six éléments qui caractérisent cette « nouvelle ère », à savoir : l’émergence de conflits ethniques et religieux qui couvent depuis la chute du bloc soviétique ; la mondialisation du commerce et des capitaux ; une révolution démocratique mondiale favorisée par les nouvelles technologies de l’information ; de nouveaux et d’anciens défis portant sur les droits de l’Homme ; l’apparition de nouvelles menaces, en particulier le terrorisme et le développement d’armes de destruction massive ; et des défis mondiaux tels les problèmes de surpopulation, le sida, la famine, la sécheresse4. Pour y faire face, l’Amérique se reposera sur les trois « piliers » énoncés par Bill Clinton, à savoir : faire de la sécurité économique américaine le but premier de sa politique étrangère ; préserver l’avance militaire américaine et l’adapter aux nouveaux défis ; orienter la politique étrangère américaine vers la promotion de la démocratie et l’ouverture des marchés dans le monde5. Warren Christopher annonce, par ailleurs, une diplomatie « qui cherche à anticiper et prévenir les crises – telles celles concernant l’Irak, la Bosnie ou la Somalie – plutôt qu’à les gérer »6, ambition que les faits démentirent rapidement. On remarque que le premier de ces trois « piliers » vise à promouvoir le bien-être des États-Unis tandis que le principe relevant – ne serait-ce qu’un peu – d’une forme d’idéalisme est relégué en dernière position. Quoiqu’il en soit, les objectifs définis, ainsi que les moyens prévus pour les atteindre, frappent moins par leur clarté que par le flou qui semble les entourer. On est ici bien loin des slogans simples – ou simplistes – qu’assénait Ronald Reagan à l’encontre de « l’Empire du mal ».

9Pour ne rien arranger, le numéro trois du secrétariat d’État, Peter Tarnoff, en rajoute quelques mois plus tard. À propos d’une possible intervention en ex-Yougoslavie, celui-ci affirme :

  • 7  Cité dans Martin Fleicher, “White House Denies U.S. Will Withdraw from Leadership Role”, The Times(...)

We simply don’t have the leverage, we don’t have the influence, we don’t have the inclination to use military force, we certainly don’t have the money to bring to bear the kind of pressure which will produce positive results anytime soon7.

Si ces paroles furent rapidement démenties par la Maison Blanche, soucieuse de réparer la « gaffe », elles démontrent qu’on est loin, en ce début de mandat, de la rhétorique exceptionnaliste et unilatéraliste arrogante si souvent critiquée. Le monde semble assister à l’inverse au spectacle d’une puissance affaiblie refusant d’assumer son rôle.

  • 8  Anthony Lake, “From Containment to Enlargement”, JohnsHopkins University, School of Advanced Inter (...)
  • 9 Idem.
  • 10  “We have arrived at neither the end of history nor a clash of civilizations, but a moment of immen (...)

10Il faut en fait attendre le 21 septembre 1993 pour que l’administration expose à la nation et au monde le fil conducteur de sa politique extérieure, ce dont se charge Anthony Lake, conseiller aux Affaires de sécurité nationale. Ce dernier reprend le message délivré plus tôt par Christopher, auquel il lui ajoute la formule (“From Containment to Engagement8). Il souligne au passage l’un des thèmes principaux de l’administration, à savoir l’effacement de la frontière entre politiques intérieure et extérieure9. Pour Lake, le monde de l’après-Guerre froide ne donne lieu « ni à la fin de l’Histoire ni à un choc des civilisations mais à un moment offrant d’immenses opportunités pour la démocratie et le commerce »10. Il incombe en conséquence à Washington de guider le monde sur le chemin de la démocratie de marché, favorisant la paix ainsi que la prospérité des États-Unis et de la planète.

  • 11  Cité dans John K. White, op. cit., 256.

11Bien que le discours du conseiller parvienne à coller une étiquette sur les objectifs diplomatiques américains, on constate qu’il n’est aucunement question des moyens disponibles ou recherchés pour atteindre les buts fixés. Il est vrai qu’il est plus difficile d’élaborer puis de rallier un appui populaire pour un projet s’il ne s’oppose pas à un adversaire clairement identifiable comme l’illustrent les propos de Clinton : “Gosh, I miss the Cold War, I envy Kennedy having an enemy. The question is now how to persuade people they should do things when they are not immediately threatened11. Ils révèlent que la chute du bloc soviétique représenta autant un casse-tête qu’une aubaine en ce qu’elle priva les États-Unis d’un ennemi et, par là même, d’une stratégie rhétorique binaire fédératrice car aisément assimilable par l’ensemble de la population.

12Le flou qui entoure les propos se confirme hélas sur les terrains où les forces armées américaines sont engagées. La mort aussi tragique qu’humiliante de 18 soldats américains au cours de la « Bataille de Mogadiscio », les 3 et 4 octobre 1993, met un terme à une intervention en Somalie que beaucoup jugeaient hasardeuse. Il s’ensuivra une forte réticence envers toute action susceptible d’occasionner des pertes américaines, comme le montrent les hésitations entourant les interventions en ex-Yougoslavie et en Haïti. Dans ce dernier cas, les manifestations anti-américaines de Port-au-Prince, encouragées par les partisans du dictateur Raoul Cédras, contraignent un navire de la marine américaine, le Harlan County, à faire demi-tour avant même d’arriver à quai. Tout cela est bien loin de refléter l’image d’une grande puissance.

Une crise identitaire ?

  • 12  Samuel P. Huntington, “The Erosion of American National Interests”, Foreign Affairs, vol. 76, n° 5 (...)
  • 13 Ibid., 30.

13Pour l’historien Samuel Huntington, cette faiblesse sur le terrain diplomatique n’est que le reflet d’un mal plus profond, à savoir le délitement de l’identité américaine12. Pour lui, le constat est simple : les États-Unis se montrent incapables de définir leurs intérêts nationaux parce qu’ils ne sont plus capables de se définir eux-mêmes. L’absence d’ennemi en est la principale cause : “From the start, Americans have constructed their creedal identity in contrast to an undesirable “other”. America’s opponents are always defined as liberty’s opponents13. La fin de la Guerre froide sonne donc la disparition d’un élément essentiel de la cohésion nationale, laquelle se fragmente en une multitude d’intérêts parfois opposés.

  • 14  Daniel Deudney and G. John Ikenberry, “After the Long War”, Foreign Policy, n° 94, printemps 1994, (...)
  • 15  Ibid, 28.

14D’autres rejoignent Huntington sur les problèmes identitaires que la chute de l’Union soviétique fait émerger, mais ils expriment également leur crainte d’un retour en arrière. Selon Deudney et Ikenberry, en effet, la Guerre froide a opéré des changements positifs dans de nombreux domaines de la vie politique, économique et sociale américaine. Outre la mobilisation qu’elle instilla autour d’un projet fort, la « longue guerre » créa un nouveau modèle pour les relations entre l’État et la société, entre les institutions gouvernementales et entre les partis tout en refaçonnant l’identité nationale. Mieux encore, la Guerre froide permit une sorte de contrat social (“social bargain) qui eut pour effet de moderniser et de démocratiser les institutions américaines14. L’interventionnisme accru de l’État fédéral qu’exigeait la lutte contre l’Union soviétique aida paradoxalement le capitalisme américain à surmonter certains de ses défauts, mis à nu dans les années 1930. Il a donc fait des États-Unis une nation plus unie et plus égalitaire. Enfin, le défi qu’il posa, dans le domaine militaire en particulier, lui permit d’atteindre un très haut niveau technologique. D’où la crainte des auteurs, une fois ce défi remporté, d’un « retour aux années 20 ou 30 »15.

15En résumé, le spectacle que Washington donne à voir en cette première moitié de décennie est hautement paradoxal. Celle-ci donne en effet l’impression d’être une puissance vulnérable, en retrait alors même qu’elle demeure l’unique superpuissance, dépositaire, en outre, de l’idéologie victorieuse de la Guerre froide. La renaissance de l’économie américaine va toutefois renverser cette situation.

1995 : le retour de la confiance

  • 16  Cette dernière, aspirant pourtant à un rôle accru sur l’échiquier stratégique mondial, s’est, en e (...)

161995 constitue à maints égards l’année charnière de la présidence démocrate. D’une part, l’économie américaine commence à enregistrer d’excellents résultats ; d’autre part, le pays semble à nouveau enclin à assumer son rôle de superpuissance sur le plan extérieur. Signés le 21 novembre sur une base militaire de l’Ohio, les accords de Dayton sont l’aboutissement de négociations initiées puis supervisées par le diplomate américain Richard Holbrooke. Celles-ci constituent une double réussite, du moins en apparence : elles mettent un terme à une guerre qui a déchiré le cœur de l’Europe durant trois ans et replace incontestablement les États-Unis dans leur position de grande puissance médiatrice, surtout vis-à-vis de l’Europe16. Même si l’Histoire a hélas démontré que les accords trouvés à Dayton n’avaient pas pacifié durablement les Balkans, Warren Christopher put alors saisir l’occasion pour souligner le rôle crucial joué par les États-Unis :

  • 17  Warren Christopher, “Remarks at the Initialing of the Dayton Peace Agreement”, Wright Patterson Ai (...)

Today’s agreement would not have come without the vision and leadership of President Clinton. The diplomatic and military strategy that he launched this summer has borne fruit. I am gratified at the result and determined to see that it is implemented17.

  • 18 National Security Strategy of Enlargement and Engagement, The White House, février 1995, ii.

17Outre l’intervention diplomatique américaine dans la crise yougoslave, l’année 1995 marque le retour d’un certain volontarisme sur la scène internationale, signalé notamment par la publication de la National Security Strategy par la Maison Blanche. Ce document d’une quarantaine de pages reprend globalement les objectifs énoncés par Warren Christopher et Anthony Lake deux ans plus tôt, à savoir : le maintien de la sécurité par des forces armées prêtes à combattre, le maintien de la vitalité de l’économie américaine et la promotion de la démocratie dans le monde18. Si l’absence d’ennemi continue de priver les États-Unis d’un objectif facile à appréhender permettant d’articuler une stratégie militaire et rhétorique claire, ce document introduit néanmoins une phase plus assertive quant à leur rôle dans le monde en soulignant la prééminence internationale que la supériorité économique, militaire et politique confère à Washington :

  • 19  Ibid., iii.

Our economic and military might, as well as the power of our ideals, make America’s diplomats the first among equals. Our economic strength gives us a position of advantage on almost every global issue19.

18La formule selon laquelle la diplomatie américaine est la première au sein d’un système égalitaire (“first among equals”) s’avère aussi subtile que consensuelle car elle souligne le pied d’égalité sur lequel l’Amérique se place vis-à-vis de ses partenaires tout en établissant son leadership. Cette expression aux accents orwelliens n’en établit pas moins que les États-Unis sont plus égaux que les autres et réaffirme ainsi leur statut exceptionnel. Enfin, Washington renoue avec sa tradition universaliste et s’envisage à nouveau en garante de l’espoir des peuples :

  • 20  Ibid., 1.

Our national security strategy reflects both America’s interests and our values. Our commitment to freedom, equality and human dignity continues to serve as a beacon of hope to peoples around the world. The vitality, creativity and diversity of American society are important sources of national strength in a global economy increasingly driven by information and ideas20.

  • 21  On doit l’expression à Hubert Védrine, ministre français des Affaires étrangères de 1997 à 2002. V (...)

Après avoir recouvré leur santé économique, les États-Unis désirent ainsi montrer qu’ils sont prêts à assumer leur rang d’« hyperpuissance »21. Doit-on en conclure que la grandeur des principes américains est tributaire de la santé économique nationale ? On pourrait le croire.

  • 22  Thomas W. Lippman, Madeleine Albright and the New American Diplomacy, Boulder: Westview Press, 200 (...)

19L’Amérique entame ainsi le deuxième mandat de Bill Clinton sereine et confiante. La nouvelle secrétaire d’État Madeleine Albright, dont le tempérament tranche avec celui de son prédécesseur, n’y est pas étrangère. Celle-ci affirme en effet sans complexe la grandeur des idéaux qui sous-tendent l’interventionnisme américain à l’étranger. Ancienne ambassadrice des États-Unis à l’ONU se qualifiant de “pragmatic idealist22, elle nourrit ses discours de son expérience de réfugiée pendant la Deuxième Guerre mondiale pour projeter une image romantique de l’armée américaine :

When my family was not in a bomb shelter, we were glued to the radio. Through the darkness, we were sustained by the inspiring words of Eisenhower, Roosevelt and Churchill, and by the courage of Allied soldiers. I was just a little girl; even then, I developed deep admiration for those brave enough to fight for freedom. And I fell in love with Americans in uniform.

The story of my family has been repeated in millions of variations over more than two centuries in the lives of those around the world who have been liberated or sheltered by American soldiers, empowered by American assistance or inspired by American ideals.

  • 23  Madeleine Albright, “Remarks to the American Legion Convention”, New Orleans, 9 septembre 1998.

For our country, there are no final frontiers. We are doers. Whatever threats the future may hold, we will meet them. With the memory alive in our hearts of past sacrifice, we will defend our freedom. Together, we will honor our flag, meet our responsibilities and live up to our principles23.

  • 24  “My mindset is Munich, not Vietnam”, cité dans Thomas W. Lippman, op. cit., 89.
  • 25  Cité dans Andrew J. Bacevich, American Empire: The Realities and Consequences of US Diplomacy, Cam (...)

On le constate, Madeleine Albright renoue avec une fierté nationale qui s’était quelque peu émoussée et son arrivée ouvre une nouvelle phase où l’on hésite moins à évoquer la force. Celle qui affirme que ses dispositions morales furent façonnées par la capitulation de Munich en 193824 montra même parfois son irritation face à la prudence et la retenue du chef des armées Colin Powell : “What’s the point of having this superb military that you’re always talking about if we can’t use it?25.

  • 26  Contrairement à une idée reçue, c’est à Bill Clinton que l’on doit la formule, et non à Madeleine (...)

20Son influence, combinée aux réussites économiques et diplomatiques qu’enregistrent les États-Unis, va rapidement griser les esprits à Washington, qui s’envisage dès lors comme la « nation indispensable »26. Dans un discours de campagne pour sa réélection, à Detroit, le président sortant dresse le bilan de l’engagement planétaire des États-Unis au xxe siècle et évoque le « fardeau » qu’il revient à l’Amérique de porter pour la stabilité d’un monde en mutation :

  • 27  Bill Clinton, “Remarks by the President to the People of Detroit”, Fisher Theater, Detroit, 22 oct (...)

From its very founding, our nation has stood for the idea that people have the right to control their own lives, to pursue their own dreams. In this century we have done far more than just stand for these principles. Americans have acted upon them and sacrificed for them, fought two world wars so that freedom could triumph over tyranny, then made commitments that kept the peace that helped to spread democracy, that brought great prosperity to ourselves and helped to win the Cold War. […] Escapism is not available to us because at the end of the Cold War, America truly is the world's indispensable nation. There are times when only America can make the difference between war and peace, between freedom and repression, between hope and fear. We cannot and should not try to be the world's policeman. But where our interests and values are clearly at stake, and where we can make a difference, we must act and lead27.

21Le discours qui accompagne ce regain de confiance peut parfois sembler exalter la gloire nationale passée et présente, mais ne nous trompons pas : l’insistance sur la nécessité de progresser en concertation avec les nations amies, de prendre part dans les organisations internationales brosse davantage le portrait d’une puissance médiatrice sûre de sa force que d’un hegemon arrogant. Si Washington émerge bien comme incontestable et unique superpuissance, la nature protéiforme des dangers de l’après-Guerre froide et l’absence d’idéologie adverse identifiable privent les États-Unis de leur arsenal rhétorique le plus radical.

La mondialisation ou la nouvelle mission américaine

22À défaut d’une lutte contre un adversaire tangible, l’universalisation de la démocratie libérale et la mondialisation des échanges constituèrent la nouvelle missionde l’administration Clinton. On l’a vu dans les propos d’Anthony Lake, l’administration a d’emblé constaté, ou décrété, l’effacement de la frontière entre politique intérieure et extérieure. Christopher n’avait d’ailleurs pas tenu d’autres propos dans son discours d’investiture devant le Sénat :

  • 28  Warren Christopher, “Statement Before the Senate Foreign Relations Committee”, Washington D.C., 13 (...)

For too long, we have made economics the poor cousin of our foreign policy. [...] The Clinton Administration intends to harness our diplomacy to the needs and opportunities of American industries and workers. We will not be bashful about linking our high diplomacy with our economic goals28.

23En vérité, en grand maître du jeu de la mondialisation – que lui confère sa puissance économique désormais écrasante –, l’administration Clinton semble davantage essayer de lier le monde à sa stratégie économique intérieure. Et ces efforts ne furent pas vains, avec la création de l’OMC, de l’ALENA, mais aussi du Sommet des Amériques et de l’APEC (pour la zone Pacifique). Partout Washington s’efforce d’ouvrir les marchés et d’imposer sa règle du jeu. La mondialisation est pour l’Amérique doublement vertueuse : elle apporte la prospérité au plus grand nombre tout en assurant la stabilité internationale. Dans son ouvrage The Lexus and the Olive Tree,le journaliste du New York Times, Thomas Friedman, explique comment :

  • 29  Thomas L. Friedman, The Lexus and the Olive Tree: Understanding Globalization, New York: Farrar St (...)

When a country reach[es] the level of economic development where it ha[s] a middle class big enough to support a McDonald’s network, it bec[comes] a McDonald’s country. And people in McDonald’s countries [don’t] like to fight wars anymore, they prefer to wait in line for burgers29.

  • 30  “It not only can be, it must be, a beacon for the whole world”, Ibid., 378.

D’où sa “Golden Arches Theory of Conflict Prevention”, en référence à la célèbre chaîne de fast-food. L’argument est simple : deux nations désirant commercer et prospérer n’ont aucun intérêt à déstabiliser par un conflit le système qui les enrichit ; d’où un monde plus stable et plus sûr. Par excès d’optimisme, malheureusement, Friedman en oublie que la présence de McDonald’s en Serbie n’a pas empêché le conflit que l’on connut dans les années 1990. Son enthousiasme, parfois naïf, n’en est pas moins révélateur de la foi en la mondialisation qu’incarnent si bien les années Clinton. L’Amérique a trouvé là sa mission et doit être un exemple rayonnant pour le monde entier, conclut-il en chantre d’une Amérique missionnaire30.

24Dans la deuxième moitié de la décennie, Washington se pose en garante du nouvel ordre économique mondial, fierté que martèle l’administration dans son ensemble, que ce soit la présidence ou les secrétariats d’État, du Commerce ou même de la Défense comme le montre William Cohen :

  • 31  William S. Cohen, “Remarks as Delivered by Secretary of Defense William S. Cohen”, Fort Wayne, Ind (...)

But all of the countries throughout the region, from Japan, Southeast Asia, and indeed I would submit to you tonight, even China, recognize that we are a stabilizing force. Because we are not there to conquer territory, we are not there to dominate the region, but they see us as a stabilizing force, and when you have stability, what do you have? Investment usually follows. Business follows the flag. So when you have a stable environment, business will invest. And when you invest you have a chance of promoting prosperity. If you have prosperity that also reinforces democracy. And so all of the countries realize over there that we are a force for stability, and ultimately for promoting prosperity as well as our ideals31.

  • 32  Certains historiens nomment cette période la « deuxième Destiné manifeste ». Voir, entre autres, l (...)

La veine impérialiste est décelable dans le propos : le secrétaire à la Défense affirme que la présence militaire américaine à l’étranger instaure la stabilité favorable au commerce international, certes, mais aussi et surtout aux entreprises américaines. Son “Business follows the flag”fait même ouvertement des forces armées américaines un instrument de la prospérité économique nationale, idée déjà développée lors de la fièvre expansionniste de 189832. Ces arguments résument bien en tout cas le pragmatisme avec lequel l’Amérique du deuxième mandat Clinton envisage son rôle dans le monde. Une Amérique qui, certes, n’agit pas de façon purement unilatérale, créant au contraire les cadres favorisant une meilleure intégration des nations dans le système international, mais le faisant selon ses propres critères et en affichant un optimisme débridé et une fierté – de moins en moins contenue – d’être le modèle que l’humanité émule, d’être une fois de plus du bon côté de l’Histoire. On peut là parler d’expression de l’exceptionnalisme américain.

  • 33  Jeffrey Garten, “Business and Foreign Policy”, Foreign Affairs, vol. 76, n° 3, mai-juin 1997, 75.
  • 34  La Chine en est toutefois le contre-exemple le plus flagrant.

25À la stabilité internationale que Washington prétend assurer en garante du système de libre échange, s’ajoute la promotion de l’État de droit. Dans un article publié dans Foreign Affairs, le sous-secrétaire au commerce Jeffrey Garten explique que le respect des règles du commerce génère inévitablement un respect accru des droits fondamentaux, car les pays qui ne respectent pas les droits de l’Homme sont plus enclins à mépriser les règles commerciales essentielles33. Le principe est qu’une nation soucieuse de prospérer doit nécessairement respecter les droits de l’Homme les plus fondamentaux, ce que favorise justement la mondialisation en gardienne de la prospérité34. Les peuples opprimés peuvent donc en quelque sorte rendre grâce aux États-Unis de lutter – par procuration – pour leurs droits en promouvant la mondialisation.

  • 35  Cité dans Jean-Jacques Mével, « La gloire de l’Empire américain », Le Figaro, 21-22 juin 1997, 2. (...)
  • 36  Cité dans Patrick Sabatier, « Clinton le triomphateur », Libération, 23 juin 1997, 6.
  • 37  Jacques Mével, « Le nouvel ordre mondial américain », Le Figaro, 23 juin 1997, 3.
  • 38  Cité dans Pascal Riché et Patrick Sabatier, « Le G8 de Denver, célébration du modèle américain », (...)
  • 39  Jean-Paul Besset, « À Denver, Américains et Européens s’opposent sur l’environnement », Le Monde, (...)

26Cette attitude frise souvent l’arrogance comme le souligne le discours que tint Bill Clinton lors du sommet du G8 dont il fut l’hôte à Denver en juin 1997. Au pied des Rocheuses, son sermon exhortant les autres nations industrialisées, européennes en particulier, à suivre le chemin tracé par les États-Unis ne manqua pas d’agacer : « Tous les gouvernements sont confrontés aux mêmes choix que nous. Peuvent-il relancer leur économie et réduire les déficits ? Bien sûr qu’ils le peuvent ! [en choisissant] l’approche américaine »35. Proche conseiller du président, Dan Turillo saisit l’occasion pour célébrer sans réserve la puissance des États-Unis : « Nous sommes la première puissance du globe et pouvons utiliser notre position pour défendre nos intérêts »36. Comme pour illustrer leur refus de se conformer au modèle imposé par Washington, Jacques Chirac, Helmut Kohl et Romano Prodi refusèrent de chausser les bottes de cow-boy que voulait leur imposer Bill Clinton pour la « soirée western » organisée en l’honneur des dirigeants37. Agacé, le président de la Commission européenne Jacques Santer ajouta même : « Nous ne faisons pas un concours de modèles »38. Pour finir, et bien qu’elle prétendît favoriser le dialogue, Washington profita de sa position de force pour imposer ses vues sur la plupart des sujets, dont l’environnement, question sur laquelle les États-Unis « refusèrent catégoriquement de s’engager dans des réductions chiffrées des émissions de gaz à effet de serre »39.

L’émergence de l’unilatéralisme

  • 40  Madeleine Albright, “Interview on NBC-TV ‘The Today Show’ with Matt Lauer”, Columbus, Ohio, 19 fév (...)

27Forte de sa position dominante, l’Amérique se repose progressivement sur son « bon droit », lequel semble invalider tout recours à une légitimation internationale. Interrogée sur une éventuelle intervention militaire en Irak, la secrétaire d’État Madeleine Albright définit la légitimité des forces américaines comme un état de fait naturel : “But if we have to use force, it is because we are America; we are the indispensable nation. We stand tall and we see further than other countries into the future40, déclare-t-elle.

  • 41  Cité dans William Pfaff, « De l’hégémonie américaine », traduit par J.-P. Bardos, Commentaire, n° (...)
  • 42  Cité dans Nicholas Guyatt, Another American Century? The United States and the World after 2000,Lo (...)

28Président du Foreign Relations Committee, le républicain Jesse Helms démontre cette tendance à plusieurs reprises. Ainsi déclare-t-il en 1999 que « les pays démocratiques et dévoués à la cause de la liberté, avant tout les États-Unis, devraient bénéficier d’une autorité exempte de tout contrôle extérieur, pour mener des interventions militaires »41. L’unilatéralisme qui se manifesta dans la période menant à la seconde guerre du Golfe transparaît donc ici quelques trois ans plus tôt. Du reste, la méfiance, voire le mépris, à l’égard de l’ONU ne cessa de croître dans les années 1990, renforcée par l’arrivée d’une majorité républicaine au Congrès en 1994. C’est cette même attitude qui pousse Helms à rejeter violemment toute idée de Cour pénale internationale : “So long as there is a breath in me, the United States will never – and I repeat, never, never – allow its national security decisions to be judged by any international criminal court42.

  • 43  On se souvient pourtant du discours de Bill Clinton à l’ONU exhortant la communauté internationale (...)

29L’attitude américaine sur la Cour pénale internationale, mais aussi son refus de ratifier le traité sur les mines anti-personnels43 et le protocole de Kyoto démontre la difficulté de Washington à se lier à des accords internationaux touchant à sa souveraineté. Elle dément la volonté affichée d’unir le monde selon des règles communes et contraste avec la conduite de nombreuses nations – en Europe notamment – ayant accepté de renoncer à une partie de leur souveraineté pour établir de nouvelles normes internationales. Dans un article intitulé “The Lonely Power”, Huntington dénonce cet unilatéralisme :

  • 44  Samuel F. Huntington, “The Lonely Superpower”, Foreign Affairs, vol. 78, n° 2, mars-avril 1999, 40 (...)

In acting as if this were a unipolar world, the United States is also becoming increasingly alone in the world. American leaders constantly claim to be speaking on behalf of “the international community.” But whom do they have in mind? [...] On issue after issue, the United States has found itself increasingly alone, with one or a few partners, opposing most of the rest of the world’s states and peoples44.

On le voit, l’idéalisme que comptait insuffler l’équipe Clinton cède la place au réalisme froid d’une stricte défense de l’intérêt national ; l’universalisme s’efface progressivement devant l’affirmation unilatérale de la force. Si elle s’écarte de la vertu dont les États-Unis aiment se draper, cette attitude ne représente pas moins un aspect essentiel de ce que le concept a historiquement généré. L’exceptionnalisme s’est en effet toujours imprégné de ce double discours : l’Amérique a pour mission de sauver le monde, certes, mais elle est tellement spéciale qu’elle peut adopter, pour reprendre les termes de Jefferson, un « code de conduite » ou des lois qui ne s’appliquent qu’à elle.

Exceptionnalisme et « religion civile »

30Colistier de Bob Dole sur le « ticket » républicain aux élections de novembre 1996, Jack Kemp va plus loin et décrit une Amérique au pinacle de l’humanité dans un discours prononcé devant le Los Angeles World Affairs Council :

  • 45  Jack Kemp, “Why America Must Lead: Speech before the Los Angeles World Affairs Council”, 23 févrie (...)

My guess is that if the people of the world could vote by secret ballot, they would reject the idea of giving their own representatives power at the expense of the United States. They are seriously looking up to us, I believe, for guidance in how to make the coming century one of harmony and prosperity. [...] Mankind did not struggle over all these millennia to see America—the nation of nations—finally get to the top, only to find it pulling the ladder up and resolving to keep the rest of the world in its place, underfoot and outside our borders45.

Le discours, qui ne peut que choquer le lecteur européen, est d’autant plus surprenant qu’il n’est pas délivré par quelque membre d’un groupuscule ultraconservateur, mais par un républicain mainstream – certes à droite du parti – ayant été candidat à la vice-présidence. Pour Kemp, l’Amérique est à la tête d’un imperium de nations vassales joyeuses ou désireuses de le rejoindre. Cela semble montrer que ce sentiment, sans forcément rallier l’approbation de la majorité, est prégnant dans la psyché collective américaine. Cette rhétorique théologico-exceptionnaliste n’est du reste pas l’apanage de l’aile droite du Parti républicain. Clinton sut également faire vibrer cette fibre :

  • 46  Bill Clinton, “Remarks by the President in State of the Union Address”, United States Capitol, Was (...)

America is far more than a place. It is an idea, the most powerful idea in the history of nations. And all of us in this chamber, we are now the bearers of that idea, leading a great people into a new world46.

La teneur exceptionnaliste du propos est ici remarquable à plus d’un titre. Il en ressort que l’Amérique jouit d’un statut unique : elle est tout d’abord une idée, une nation-concept ; au sein de cette classe, elle est la plus « puissante » et représente ainsi l’apogée du progrès humain. On pourrait voir dans le discours du président une sorte de « fin de l’Histoire » dans laquelle l’Amérique aurait atteint une perfection définitive, mais ce n’est pas le cas. Les États-Unis ont atteint une acmé qui n’est que relative car perfectible. Enfin, on ne peut s’empêcher de voir, à travers la dernière phrase, le président et le Congrès en Moïse conduisant le « grand peuple » américain vers une sorte de terre promise, à la différence qu’elle serait une fuite en avant perpétuelle.

31Bien que consubstantielle à la naissance de la nation, cette notion de terre promise, l’idée que l’Amérique est sur terre le lieu qui se rapproche le plus d’une perfection d’inspiration divine, qu’elle est en quelque sorte l’antichambre du paradis, semble croître dans les propos à l’approche de l’an 2000. Dans son discours de 1999, Bill Clinton regarde le siècle qui s’achève comme le sommet de l’histoire américaine, et celui qui vient comme le tremplin d’une ascension nouvelle :

  • 47  Bill Clinton, “President William Jefferson Clinton State of the Union Address”, United States Capi (...)

My fellow Americans, this is our moment. Let us lift our eyes as one nation, and from the mountaintop of this American Century, look ahead to the next one – asking God's blessing on our endeavors and on our beloved country47.

Si l’occasion se prête facilement à un discours peignant une Amérique grande et noble, les paroles énoncées n’en sont pas pour autant vides de signification. En 1967, dans son remarquable article “Civil Religion in America”, Robert N. Bellah évoquait certains grands discours politiques, de la “Gettysburg Address” à l’investiture de John F. Kennedy, pour en analyser la teneur métaphysique :

  • 48  Robert N. Bellah, “Civil Religion in America”, 1967, ré-éd. in Daedalus, vol. 134, n° 4, automne 2 (...)

What people say on solemn occasions need not be taken at face value, but it is often indicative of deep-seated values and commitments that are not made explicit in the course of everyday life. [...] I would argue that the civil religion at its best is a genuine apprehension of universal and transcendent reality as seen in or, one could almost say, as revealed through the American experience48.

Force est de constater que cette religion civile reste ancrée dans la psyché collective américaine. Et elle demeure d’autant plus au cœur du « grand récit » national que les succès (économiques notamment) enregistrés dans la seconde moitié de la décennie semblent confirmer la supériorité et l’universalité du système américain. En conséquence, l’image que les États-Unis donnent au monde est celle d’une nation non seulement arrogante – par sa puissance et son attitude – mais dangereuse car certaine d’avoir toujours raison. Comment, en effet, la Providence pourrait-elle avoir tort…?

Conclusion

32Nombreux sont ceux qui se souviennent des années Clinton avec une certaine nostalgie. Sur la forme, en effet, le contraste est frappant entre la personnalité apparemment chaleureuse du Président Clinton et la brutalité avec laquelle les intentions américaines furent énoncées puis mises en œuvre durant le premier mandat de son successeur. La présidence démocrate n’en a pas moins amorcé l’émergence de l’unilatéralisme et de l’exceptionnalisme que l’on connut ensuite.

33Le discours politique que l’on entend pendant les années Clinton révèle un exceptionnalisme à géométrie variable : timide en début de mandat, celui-ci s’affirme à mesure que se déroule sa présidence. En effet, si la difficile situation économique du début de la décennie génère une forme de repli annoncé durant la campagne de 1992, les États-Unis réaffirment leur prééminence à mesure que se redéploie leur considérable puissance économique, mais aussi toute la mesure de ce que Nye appelle le “soft power”. Pour autant, bien que l’exceptionnalisme s’affirme, on ne peut s’empêcher de le voir comme une expression soft du concept. L’Amérique s’est certes trouvé une mission, mais, en l’absence d’ennemi, celle-ci semble plutôt endosser un rôle de grand frère guidant les nations sur le chemin de la démocratie de marché. Cette mission n’en demeure pas moins diffuse, ne serait-ce que par l’étendue du champ d’action sur lequel elle s’engage ; en outre, malgré sa volonté affichée de promouvoir la démocratie et la stabilité dans le monde, l’orientation largement commerciale de son action trace les contours d’objectifs davantage définis par les intérêts de Wall Street que par de nobles principes. Ainsi, quoique l’Amérique souhaitât jouer le rôle de grand frère bienveillant, c’est parfois celui de chef (de village global) autoritaire qui sembla le mieux la qualifier : au G8 de Denver, on l’a vu, l’administration ne se contente pas de montrer le chemin, elle tance les indociles réfractaires.

  • 49  Nicholas Guyatt, op. cit., 234-235.
  • 50  Bill Clinton, “Remarks by the President to the Luncheon in Honor of the Ministers Attending the Me (...)

34C’est là toutefois que l’ordre que Washington vise à universaliser subit quelques revers, comme l’illustrèrent le sommet du G8 de Gènes en juillet 2001 ou, plus encore, celui de l’OMC à Seattle en décembre 1999. L’impressionnant dispositif policier choqua par la violence déployée pour contrer les manifestants dans un climat de guerre urbaine. Décrétée par le maire de la ville, la loi martiale donna l’impression que les grandes puissances agissaient davantage en despotes du marché libre qu’en agents de la démocratie et de la paix49. Cela n’empêcha pas Bill Clinton de louer l’attitude des manifestants qui venaient, pour beaucoup, de subir les gaz lacrymogènes en déclarant : “I’m glad the others showed up, because they represent millions of people who are now asking questions about whether this enterprise in fact will take us all where we want to go50.

35On reconnaît là le talent de Bill Clinton pour la contorsion, et le propos illustre bien le pragmatisme qui caractérisa son action politique. En effet, si les accès missionnaires ont leurs intermittences, l’ajustement de la politique à l’intérêt national demeure, lui, permanent. Aussi, le chef de la Maison Blanche travailla-t-il sans relâche à l’établissement d’institutions supranationales et d’accords multilatéraux lorsque ceux-ci servaient les intérêts américains, c'est-à-dire lorsqu’ils instauraient un environnement international stable favorable aux échanges et, surtout, aux intérêts économiques américains. En d’autres termes, le président démocrate sut bâtir un bien commun lorsque intérêt commun et intérêt national se rejoignaient ; quand ils divergeaient, à l’inverse, l’adminis-tration n’hésita pas à agir unilatéralement.

  • 51  Sur le plan territorial certains historiens ont interprété l’expansion du xixe siècle comme une ré (...)

36En cela, et c’est un aspect essentiel de l’exceptionnalisme, les États-Unis cherchent « sécurité absolue », qu’elle soit d’ordre territorial, économique ou même moral. Isolés des affaires du monde et protégés de ses menaces par deux océans, les États-Unis ont toujours craint que leur intégrité ne fût atteinte et ont, par conséquent, cherché une marge de sécurité qui la préservât51. L’unilatéralisme américain plonge ses racines dans ces aspirations à la sécurité absolue et, dans un pays physiquement isolé d’ennemi plausible (contrairement à l’Europe où de grandes puissances rivales ont dû, des siècles durant, cohabiter dans la crainte), les accords supranationaux sont davantage considérés comme une entrave à sa sécurité que son ciment. Si les États-Unis signent le traité de l’OTAN en 1949, le premier depuis 1800, c’est parce que l’Europe occidentale constitue un bouclier avancé contre la menace soviétique. Durant la Guerre froide, Amérique et Europe occidentale partagent une priorité : se protéger d’un bloc communiste puissant. Après la chute de celui-ci, et en l’absence d’adversaire crédible, Washington peut à nouveau s’écarter de certains accords internationaux qu’elle estime nuire à sa sécurité.

37Cette étude portait sur l’analyse du discours politique des années Clinton car il importe d’examiner le discours exceptionnaliste en temps de paix. On l’a vu, la dimension métaphysique du destin américain demeure, dans les propos même du Président Clinton, un aspect constant du discours politique américain – on pourrait à ce sujet parler de sacralisation immanente tant elle l’imprègne. Néanmoins, pour que l’exceptionnalisme s’exprime pleinement, l’Amérique a besoin d’une opposition dialectique forte, celle-là même qui lui manqua dans les années 1990. L’idéologie islamiste radicale et ses actions terroristes constituent depuis 2001, aussi insaisissables soient ses protagonistes, le terrain sur lequel la rhétorique exceptionnaliste et impérialiste américaine peut pleinement se déployer.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Publications officielles

The White House, National Security Strategy of the United States of America, septembre 2002. <http://www.whitehouse.gov/nsc/nss.pdf>, consulté le 2 septembre 2004.

----, A National Security Strategy for a New Century, octobre 1998. <http://clinton2.nara.gov/WH/EOP/NSC/html/documents/nssr.pdf >, consulté le 2 septembre 2004.

----, A National Security Strategy of Engagement and Enlargement, février 1995.

<http://www.au.af.mil/au/awc/awcgate/nss/nss-95.pdf>, consulté le 14 juin 2005.

Discours

Les scripts des discours et allocutions utilisés dans cet article sont extraits des sites suivants :

pour les secrétaires d’État Warren Christopher et Madeleine K. Albright, voir University of Illinois at Chicago Library, U.S. Secretaries of State’s Speeches/Testimonies: <http://dosfan.lib.uic.edu/ERC/briefing.html>, consulté le 23 avril 2005 ;

pour le président William J. Clinton, voir The National Archives, Clinton Presidential Materials Project, White House Virtual Library : <http://clinton6.nara.gov>, consulté le 23 avril 2005 ;

pour les secrétaires à la Défense William J. Perry et William Cohen, ainsi que pour les autres membres du Ministère de la Défense (U.S. Department of Defense), voir la revue Defense Issues sur le site <http://www.defenselink.mil/speeches>, consulté le 23 avril 2005.

Ouvrages

CHRISTOPHER Warren, In the Stream of History: Shaping Foreign Policy for a New Era, Stanford: Stanford UP, 1998.

CLINTON Bill et Al GORE, Putting People First: How We Can All Change America, New York: Times Books, 1992.

-----, Between Hope and History: Meeting America’s Challenges for the 21st Century, New York: Times Books, 1996.

Articles

ALBRIGHT Madeleine, “The Testing of American Foreign Policy”, Foreign Affairs, vol. 77, n° 6, novembre-décembre 1998, 50-64.

CHRISTOPHER Warren, “America’s Leadership, America’s Opportunity”, Foreign Policy, n° 98, printemps 1995, 6-27.

CLINTON Bill, « Le xxie siècle sera-t-il américain ? Entretien avec Barbara Victor», Politique internationale, n° 78, hiver 1997-98, 9-23.

-----, « Ce que je crois : entretien avec Jackie Simon », Politique internationale, n° 57, automne 1992, 13-23.

Sources secondaires

Ouvrages

BACEVICH Andrew J., American Empire: The Realities and Consequences of US Diplomacy, Cambridge: Harvard UP, 2002.

BRZEZINSKI Zbigniew, Le Grand échiquier, l’Amérique et le reste du monde, traduit par. M. Bessière et M. Herper-Volinsky, Paris : Bayard, 1997.

CARTER Ashton B. et William J. PERRY, Preventive Defense: A New Security Strategy for America, Washington D.C.: Brookings Institution Press, 1999.

COX Michael, United States Foreign Policy after the Cold War: Superpower Without a Mission?, Londres: The Royal Institute of International Affairs, Chatham House Papers, 1995.

CYR Arthur I., After the Cold War: American Foreign Policy, Europe and Asia (1997), Londres: Macmillan, 2000.

FRIEDMAN Thomas L., The Lexus and the Olive Tree: Understanding Globalization, New York: Farrar Strauss Giroux, 1999.

GUYATT Nicholas, Another American Century? The United States and the World after 2000, Londres: Zed Books, 2000.

HAASS Richard, The Reluctant Sheriff, Washington, D.C.: Brookings et Council on Foreign Relations Press, 1997.

HYLAND William G., Clinton’s World: Remaking American Foreign Policy, Westport: Praeger, 1999.

LIPPMAN Thomas W., Madeleine Albright and the New American Diplomacy, Boulder: Westview Press, 2000.

MELANDRI Pierre et Justin VAÏSSE, L’Empire du milieu : les États-Unis et le monde depuis la fin de la Guerre froide, Paris : Odile Jacob, 2001.

RIPLEY Randall B. et James M. LINDSAY (eds.), U.S. Foreign Policy After the Cold War, Pittsburgh: U of Pittsburgh P, 1997.

WHITE John K., Still Seeing Red: How the Cold War Shapes the New American Politics, Boulder: U of Colorado P, 1997.

Articles

BELLAH Robert N., “Civil Religion in America”, 1967, rééd. in Daedalus, vol. 134, n° 4, automne 2005, 40-55.

CHASE James, “Imperial America and the Common Interest”, World Policy Journal, vol. 19, n° 1, printemps 2002, 1-9.

DEUDNEY Daniel et G. John IKENBERRY, “After the Long War”, Foreign Policy, n° 94, printemps 1994, 21-36.

DOLE Bob, “Shaping America’s Global Future”, Foreign Policy, n° 98, printemps 1995, 29-43.

GARTEN Jeffrey, “Business and Foreign Policy”, Foreign Affairs, vol. 76, n° 3, mai-juin 1997, 67-79.

HENDRICKSON David C., “Toward Universal Empire: The Dangerous Quest for Absolute Security”, World Policy Journal, vol. 19, n° 3, automne 2002, 1-10.

HUNTINGTON Samuel P., “The Lonely Superpower”, Foreign Affairs, vol. 78, n° 2, mars-avril 1999, 35-49.

-----, “Why International Primacy Matters”, International Security, vol. 17, n° 4, printemps 1993, 68-83.

-----, “The Erosion of American National Interests”, Foreign Affairs, vol. 76, n° 5, septembre-octobre 1997, 28-49.

KAGAN Robert et William KRISTOL, “A Neo-Reaganite Foreign Policy”, Foreign Affairs, vol. 75, n° 4, juillet-août 1996, 18-32.

LACORNE Denis, « Où est l’intérêt national américain. Approches réalistes et conflits périphériques », Critique internationale, n° 8, juillet 2000, 97-116.

MELANDRI Pierre, « L’unilatéralisme, stade suprême de l’exception-nalisme ? », Le Débat, n° 127, novembre-décembre 2003, 21-45.

MILLER Linda B., “The Clinton years: reinventing US foreign policy”, International Affairs, vol. 70, n° 4, octobre 1994, 621-634.

PFAFF William, « De l’hégémonie américaine », traduit par J.-P. Bardos, Commentaire, n° 93, printemps 2001, 5-13.

POSEN Barry R. et Andrew L. ROSS, “Competing visions for U.S. Grand Strategy”, International Security, vol. 23, n° 3, hiver 1996-97, 5-53.

TALBOTT Strobe, “Democracy and the National Interest”, Foreign Affairs, vol. 75, n° 6, novembre-décembre 1996, 47-63.

VAÏSSE Justin, « L’héritage ambigu de Bill Clinton », Politique internationale, n° 90, hiver 2000-01, 45-64.

WOHLFORTH William C., “The Stability of a Unipolar World”, International Security, vol. 24, n° 1, été 1999, 5-41.

Haut de page

Notes

1 U.S. Bureau of Labor Statistics, <http://data.bls.gov/PDQ/servlet/SurveyOutputServlet>, consulté le 5 mai 2004.

2  Ross Perot, “National Town Meeting – CBS News”, 2 juin 1992 cité dans John K. White, Still Seeing Red: How the Cold War Shapes the New American Politics, Boulder: U of Colorado P, 1997, 204.

3  Bill Clinton, “A New Covenant”, National Democratic Convention, New York, 16 juillet 1992, in Bill Clinton et Al Gore, Putting People First: How We Can All Change America, New York: Times Books, 1992, 218.

4  Warren Christopher, “Statement Before the Senate Foreign Relations Committee”, Washington D.C., 13 janvier 1993.

5 Idem.

6 Idem.

7  Cité dans Martin Fleicher, “White House Denies U.S. Will Withdraw from Leadership Role”, The Times, 27 mai 1993, 12.

8  Anthony Lake, “From Containment to Enlargement”, JohnsHopkins University, School of Advanced International Studies, Washington, D.C., 21 septembre 1993,

<http://www.mtholyoke.edu/acad/intrel/lakedoc.html>, consulté le 21 mars 2006.  

9 Idem.

10  “We have arrived at neither the end of history nor a clash of civilizations, but a moment of immense democratic and entrepreneurial opportunity”, Idem.

11  Cité dans John K. White, op. cit., 256.

12  Samuel P. Huntington, “The Erosion of American National Interests”, Foreign Affairs, vol. 76, n° 5, septembre-octobre 1997, 28.

13 Ibid., 30.

14  Daniel Deudney and G. John Ikenberry, “After the Long War”, Foreign Policy, n° 94, printemps 1994, 22.

15  Ibid, 28.

16  Cette dernière, aspirant pourtant à un rôle accru sur l’échiquier stratégique mondial, s’est, en effet, montrée incapable de prévenir une tragédie humanitaire – annoncée puis patente – dont le théâtre se déroulait en son sein.

17  Warren Christopher, “Remarks at the Initialing of the Dayton Peace Agreement”, Wright Patterson Air Force Base, Dayton, 21 novembre 1995.

18 National Security Strategy of Enlargement and Engagement, The White House, février 1995, ii.

19  Ibid., iii.

20  Ibid., 1.

21  On doit l’expression à Hubert Védrine, ministre français des Affaires étrangères de 1997 à 2002. Voir Hubert Védrine, Face à l’hyperpuissance : textes et discours, 1995-2003, Paris : Fayard, 2004.

22  Thomas W. Lippman, Madeleine Albright and the New American Diplomacy, Boulder: Westview Press, 2000, 335.

23  Madeleine Albright, “Remarks to the American Legion Convention”, New Orleans, 9 septembre 1998.

24  “My mindset is Munich, not Vietnam”, cité dans Thomas W. Lippman, op. cit., 89.

25  Cité dans Andrew J. Bacevich, American Empire: The Realities and Consequences of US Diplomacy, Cambridge: Harvard UP, 2002, 48.

26  Contrairement à une idée reçue, c’est à Bill Clinton que l’on doit la formule, et non à Madeleine Albright qui en fut, par la suite, la grande promotrice.

27  Bill Clinton, “Remarks by the President to the People of Detroit”, Fisher Theater, Detroit, 22 octobre 1996.

28  Warren Christopher, “Statement Before the Senate Foreign Relations Committee”, Washington D.C., 13 janvier 1993.

29  Thomas L. Friedman, The Lexus and the Olive Tree: Understanding Globalization, New York: Farrar Straus Giroux, 1999, 196.

30  “It not only can be, it must be, a beacon for the whole world”, Ibid., 378.

31  William S. Cohen, “Remarks as Delivered by Secretary of Defense William S. Cohen”, Fort Wayne, Indiana, 9 décembre 1999.

32  Certains historiens nomment cette période la « deuxième Destiné manifeste ». Voir, entre autres, le célèbre discours du sénateur – et fervent impérialiste – républicain Beveridge “March of the Flag”, 16 septembre 1898 : “It is a moment to realize the opportunities fate has opened to this favored people and to you. It is a time to bethink you of the conquering march of the flag. It is a time to bethink you of your nation and its sovereignty of the seas. It is a time to remember that the God of our fathers is our God and that the gifts and the duties he gave to them, enriched and multiplied, he renews to us, their children”,

<http://www.fordham.edu/HALSALL/MOD/1898beveridge.html>, consulté le 21 mai 2005.

33  Jeffrey Garten, “Business and Foreign Policy”, Foreign Affairs, vol. 76, n° 3, mai-juin 1997, 75.

34  La Chine en est toutefois le contre-exemple le plus flagrant.

35  Cité dans Jean-Jacques Mével, « La gloire de l’Empire américain », Le Figaro, 21-22 juin 1997, 2. Voir aussi, Laurent Zecchini, « Bill Clinton invite ses partenaires du G8 à suivre la voie américaine », Le Monde, 21 juin 1997, 2.

36  Cité dans Patrick Sabatier, « Clinton le triomphateur », Libération, 23 juin 1997, 6.

37  Jacques Mével, « Le nouvel ordre mondial américain », Le Figaro, 23 juin 1997, 3.

38  Cité dans Pascal Riché et Patrick Sabatier, « Le G8 de Denver, célébration du modèle américain », Libération, 23 juin 1997, 2.

39  Jean-Paul Besset, « À Denver, Américains et Européens s’opposent sur l’environnement », Le Monde, 24 juin 1997, 2.

40  Madeleine Albright, “Interview on NBC-TV ‘The Today Show’ with Matt Lauer”, Columbus, Ohio, 19 février 1998.

41  Cité dans William Pfaff, « De l’hégémonie américaine », traduit par J.-P. Bardos, Commentaire, n° 93, printemps 2001, 7.

42  Cité dans Nicholas Guyatt, Another American Century? The United States and the World after 2000,Londres: Zed Books, 2000, 71.

43  On se souvient pourtant du discours de Bill Clinton à l’ONU exhortant la communauté internationale de « débarrasser le monde » de ces armes. Voir Bill Clinton, “Remarks by President Bill Clinton at 49th Session of the UN General Assembly”, New York, 26 septembre 1994.

44  Samuel F. Huntington, “The Lonely Superpower”, Foreign Affairs, vol. 78, n° 2, mars-avril 1999, 40-41.

45  Jack Kemp, “Why America Must Lead: Speech before the Los Angeles World Affairs Council”, 23 février 1998, <http://www.lawac.org/speech/pre%20sept%2004%20speeches/kemp.html>, consulté le 13 février 2006.

46  Bill Clinton, “Remarks by the President in State of the Union Address”, United States Capitol, Washington D.C., 4 février 1997.

47  Bill Clinton, “President William Jefferson Clinton State of the Union Address”, United States Capitol, Washington D.C., 19 janvier 1999.

48  Robert N. Bellah, “Civil Religion in America”, 1967, ré-éd. in Daedalus, vol. 134, n° 4, automne 2005, 41, 48.

49  Nicholas Guyatt, op. cit., 234-235.

50  Bill Clinton, “Remarks by the President to the Luncheon in Honor of the Ministers Attending the Meetings of the World Trade Organization”, The Four Seasons Hotel, Seattle, 1er décembre 1999.

51  Sur le plan territorial certains historiens ont interprété l’expansion du xixe siècle comme une réaction à la crainte de l’encerclement par les puissances européennes ; aujourd’hui, l’idée de guerre préventive et le projet de bouclier anti-missile semblent relever de cette même volonté. L’exceptionnalisme s’exprime ici, on le voit, dans la sacralisation du territoire américain où chaque attaque, aussi rares fussent-elles, fut perçue comme un viol. D’un point de vue économique, cette recherche de la sécurité absolue eut également diverses manifestations : la prise d’Hawaï et des îles Midway (considérées comme des stations étape sur la route commerciale du Japon et de la Chine) ou la « politique de la porte ouverte » avec l’Empire du milieu. Plus récemment, la série d’accords de nature commerciale supervisée par Bill Clinton visa pareillement à assurer la sécurité économique du pays par l’ouverture des marchés aux biens et services que l’Amérique produit. Pour une bonne perspective historique du concept de sécurité absolue, voir David C. Hendrickson, “Toward Universal Empire: The Dangerous Quest for Absolute Security”, World Policy Journal, vol. 19, n° 3, automne 2002, 1-10. ; et James Chase, “Imperial America and the Common Interest”, World Policy Journal, vol. 19, n° 1, printemps 2002, 1-9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Heurtebize, « Exceptionnalisme et impérialisme dans le discours de politique étrangère américain des années Clinton », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. V - n°3 | 2007, 24-46.

Référence électronique

Frédéric Heurtebize, « Exceptionnalisme et impérialisme dans le discours de politique étrangère américain des années Clinton », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. V - n°3 | 2007, mis en ligne le 20 octobre 2009, consulté le 27 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lisa/1488 ; DOI : 10.4000/lisa.1488

Haut de page

Auteur

Frédéric Heurtebize

(Angers, France)
Frédéric Heurtebize est professeur agrégé à l’Université d’Angers. Il prépare actuellement une thèse de doctorat sur « l’attitude des États-Unis face à la montée de l’eurocommunisme dans les années soixante-dix » à l’Université Paris III.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals