Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le vingtième siècle s’est clos sur la recherche d’un nouveau modèle d’intervention étatique qui tirerait profit du marché en même temps qu’il garantirait la présence de l’État, indispensable au maintien de l’ordre social en butte aux assauts du libéralisme. Cette recherche d’une voie moyenne se traduit par une certaine convergence d’orientations entre les divers partis politiques qui offrent des solutions de plus en plus semblables. Le domaine d’intervention de l’État où cette convergence est la plus visible est sans doute la culture. Tous les partis s’accordent, en effet, pour en faire la vitrine des périodes de croissance de l’État, ou à l’inverse pour lui faire supporter les contraintes des récessions économiques. Après avoir proposé des solutions radicalement opposées et subversives, les partis semblent se rejoindre sur la reconnaissance du rôle de la culture comme ciment social et politique.

  • 1  Voir, pour la France, J. Farchy, La Fin de l’exception culturelle, Paris : CNRS, 1999 ; Marc Fumar (...)

2Le traitement de la culture comme facteur de consensus, facteur d’homogénéisation de particularismes vus à la fois comme source de richesses et de dangers pour l’État est un thème qui ressort dans nombre d’articles rassemblés dans ce numéro qui remettent en question sa politique culturelle notamment vis-à-vis des communautés religieuses ou ethniques. L’enthousiasme initial des fondateurs de la politique culturelle— John Maynard Keynes en Grande-Bretagne puis André Malraux en France—pour une relation État / culture / société envisagée au départ comme parfaitement consensuelle et harmonieuse, semble en effet s’être effondré, à en juger par le nombre et la teneur des publications sur le sujet parues depuis les années 1990 en France et en Grande-Bretagne1.

3Avant l’avènement de ce mouvement critique, les chercheurs avaient théorisé ces rapports d’abord dans une perspective sociologique et anthropologique, prenant pour point de départ la révolution industrielle et l’expansion des empires coloniaux qui s’était accompagnée de la découverte de sociétés exotiques : autant de nouveaux modes de vie, de nouvelles cultures désormais au pluriel à étudier. Cette pluralisation de la culture se trouve alors érigée en norme mondiale lors de la « Déclaration Universelle de l’Unesco sur la diversité culturelle », en 2001, qui enterre définitivement la définition universaliste et républicaine de la culture basée sur la pensée des Lumières pour laisser place aux « cultures ». Mais cette évolution, qui peut apparaître comme une mise à jour salutaire, est parfois perçue comme exacerbant potentiellement les particularismes et fragilisant le « vivre ensemble ». Les modes de coexistence doivent donc être repensés, et l’action culturelle de l’État a perdu de sa légitimité en s’affrontant à ce problème.

4Et c’est là la deuxième préoccupation lancinante qui ressort de ces articles rassemblés dans ce volume : la présence de plus en plus normative en même temps qu’intempestive de l’État et la disparition concomitante et en même temps paradoxale d’idées fortes présidant aux décisions culturelles de l’État—le sentiment d’une « navigation à vue ». Mais que faire de ces ministères et conseils des Arts ou de la Culture ? Confier la culture aux soins du marché, si cela permet une plus grande liberté d’expression, présente également ses risques, celui en premier lieu d’un assujettissement de ce secteur très particulier à la logique de l’entreprise. En 1999, à Seattle, l’Organisation Mondiale du Commerce adopte une directive qui ouvre la culture à la libre circulation des capitaux privés, et vraisemblablement aux monopoles et à la restriction de l’offre culturelle. Culture ou cultures ? État, marché, ONG, lobbies ? Ces articles reflètent toutes ces hésitations qui taraudent les décideurs politiques et culturels à travers le monde anglophone dans sa globalité.

  • 2  Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, t. 2, Paris : Gallimard, Folio Histoire, 55.

5Dans sa forme positive, l’intervention de l’État dans les arts et la culture prend des directions nouvelles. Passant le relais en Grande-Bretagne dans les années 1990 à d’autres décideurs ou financeurs tels que les lobbies et la loterie nationale, l’État exerce cependant de manière plus pressante son droit de regard dans la gestion du domaine culturel. Cécile Doustaly nous illustre ces évolutions dans un article qui retrace les dynamiques des relations État/culture en Grande-Bretagne et remet en question des typologies habituelles opposant administration dirigiste sur le continent et libérale dans le monde anglophone. Cecilia Tirtaine poursuit cette réflexion en l’appliquant à un domaine d’intervention particulier : le cinéma. Ce domaine offre une illustration privilégiée de la pression exercée par le gouvernement depuis les années 1980. En effet, le gouvernement Thatcher a œuvré avec le cinéma comme avec les autres industries, en démantelant l’infrastructure de mesures protectionnistes et de mécanismes de soutien. Les gouvernements Major et Blair ont réamorcé le dialogue entre État et cinéma, mais le secteur reste désormais perçu comme un secteur d’investissement, loin de sa mission première de miroir de la culture du pays. L’intervention croissante de l’État se fait également sentir aux États-Unis dans la politique muséale. C’est l’objet du premier article de Gérard Selbach consacré à l’histoire des musées américains. Prenant pour point de départ le constat de nombre d’Européens relaté par Alexis de Tocqueville dans De la Démocratie en Amérique selon lequel les États-Unis d’Amérique avaient au début du dix-neuvième siècle produit très peu d’artistes2, Gérard Selbach expose les différences entre les idées qui ont présidé à la création des musées américains et européens et qui ont gouverné leur évolution, pour se concentrer enfin sur leurs difficultés actuelles dans leur relation avec l’État.

6Dès lors, nous sommes sur le point de franchir les limites traditionnelles du champ d’intervention délimité par la politique culturelle et artistique pour aller vers les rapports problématiques qu’entretiennent les États avec les velléités d’auto-représentation des différentes communautés au sein d’une nation. Loin de la promotion de l’excellence artistique qui sous-tend les décisions en matière de politique culturelle des différents Conseils et Ministères des arts dans le monde anglophone, il s’agit là de permettre aux différentes populations d’un État l’accès à la représentation de soi. Cette préoccupation touche les États à vocation multiculturelle. L’exemple le plus proche dans le monde anglophone en est l’Irlande du Nord et Michel Savaric nous présente les aspects et les enjeux de cette question en cet endroit. Après avoir délimité le cadre conceptuel qui régit le dilemme en Irlande du Nord entre exigence d’égalité et reconnaissance de la spécificité de chacun, Michel Savaric examine les efforts entrepris par le Cultural Relations Committee en vue d’aboutir à une co-existence pacifique des cultures. Il s’interroge sur la pertinence d’un accent trop insistant sur l’identité culturelle qui pourrait attiser le sectarisme. Il propose donc une nouvelle conception des communautés identitaires qui repose sur d’autres fondements que culturels au sens esthétique pour rejoindre une acception anthropologique plus conciliatrice et efficace dans la société nord-irlandaise. Aux États-Unis, la préoccupation multiculturelle touche avant tout l’accès à la représentation pour les Amérindiens. C’est l’objet du second article de Gérard Selbach sur le rôle joué par le National Endowment for the Humanities (NEH) auprès des musées amérindiens. Au terme d’un questionnement sur la philosophie qui informe l’action du NEH, entre promotion de toutes les cultures et uniquement de celles du mainstream, Gérard Selbach conclut à l’existence d’une politique de ré-interprétation de la culture amérindienne par l’État, car si le NEH fournit des moyens accrus d’expression, ce n’est que pour mieux contrôler le discours amérindien par l’intervention d’historiens et de chercheurs non-natifs. L’accès à l’« espace culturel » au sens habermasien par les populations indigènes est tout aussi problématique en Australie où les autorités sont aux prises avec les velléités d’émancipation de la population aborigène. Ludivine Royer nous montre que si la mondialisation lui a apporté de meilleures conditions matérielles, la population aborigène a souffert de la tombée des barrières protectionnistes qui a accompagné ce phénomène et de la montée simultanée d’idéologies conservatrices. Également, comme en Irlande du Nord et aux États-Unis, l’État australien a joué un rôle unificateur et homogénéisant qui laisse cette population insatisfaite au terme de la décennie de la réconciliation qui s’est achevée en 2004.

7S’éloignant encore des interventions culturelles prévues par l’État pour se rapprocher davantage de l’extrémité créatrice du spectre, un troisième volet de ce numéro se penche sur l’intériorisation des décisions culturelles de l’État dans la production artistique. Charlotte Ribeyrol prend l’exemple de l’Exposition Universelle de Londres en 1851 qui avait pour but de célébrer la puissance industrielle de la Grande-Bretagne. A cette occasion, des œuvres d’art mais aussi des objets rappelant l’Antiquité ont été choisis pour être associés à la modernité et pour encourager une réforme du goût et de l’artisanat anglais. Aux États-Unis, Eliane Elmaleh nous illustre la manière dont l’intervention de l’État sous le Président Roosevelt pour soutenir les arts au moment de la Dépression a influencé les productions artistiques de la Harlem Renaissance à travers les œuvres picturales de Jacob Lawrence, décédé récemment, et qui avait représenté, sur une fresque, la Grande Migration pour la New York Public Library. Ces représentations sont aux antipodes d’une idéalisation de la condition des noirs à New York ; elles sont plutôt des critiques des échecs de l’État et des appels à réformer la société par l’art. Enfin, l’intériorisation des décisions politiques dans la création artistique trouve son apogée dans l’article de Salwa Karoui-Elounelli portant sur les stratégies de spatialisation dans trois œuvres de fiction américaine résultant de la politique de la frontière, The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne, The Great Gatsby et « The Ice Palace » de F. S. Fitzgerald. L’espace, autrefois enjeu politique de première importance aux États-Unis, se consume et devient terrifiant. A la lecture de ces articles portant sur les divers aspects de l’intervention de l’État dans la culture, est-ce le constat que l’on peut faire du devenir de l’espace culturel habermasien si les populations ne se retrouvent plus dans les représentations qu’il en impose, et si son intervention est perçue comme une contrainte plutôt que comme un soutien ?

Haut de page

Notes

1  Voir, pour la France, J. Farchy, La Fin de l’exception culturelle, Paris : CNRS, 1999 ; Marc Fumaroli, L’État culturel. Essai sur une religion moderne, Paris : Éditions de Fallois, 1991 ; Claude Mollard, Le Cinquième pouvoir, Paris : Armand Colin, 1999 ; Jacques Rigaud, L’Exception culturelle : culture et pouvoirs sous la cinquième République, Paris : Grasset, 1995 ; Jacques Rigaud, Les Deniers du rêve. Essai sur les politiques culturelles, Paris : Grasset, 2001 ; Maryvonne de Saint-Pulgent, Le Gouvernement de la culture, Paris : Gallimard le Débat, 1999 ; Michel Schneider, La Comédie de la culture, Paris : Seuil, 1993. Voir, pour la Grande-Bretagne, Oliver Bennett, Cultural policy & management in the UK, Warwick: University of Warwick, 1995; Oliver Bennett,  Cultural policy and the crisis of legitimacy : entrepreneurial answers in the UK, Warwick: University of Warwick, 1996; Oliver Bennett, Cultural Pessimism, Edinburgh : Edinburgh University Press, 2001; C. H. J. Bradley,  Mrs Thatcher’s cultural policies, 1979-1998, New York: Columbia UP, 1998; R. Hewison, Culture & consensus: England, art & politics since 1940, London: Methuen, 1995 ; John Pick, Vile -jelly: the birth, life and lingering death of the Arts Council of Great Britain, Rettford, Nottinghamshire: Brynmill Press, 1991. John Pick, The Arts in a State ― A Study of Government Policies from Ancient Greece to the Present, 1988, London: Bristol Classical Press, 1993.

2  Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, t. 2, Paris : Gallimard, Folio Histoire, 55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Slaby, « Présentation », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. V - n°1 | 2007, 1-5.

Référence électronique

Alexandra Slaby, « Présentation », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. V - n°1 | 2007, mis en ligne le 19 octobre 2009, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/1495 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.1495

Haut de page

Auteur

Alexandra Slaby

(Caen, France)
Alexandra Slaby est maître de conférences à l’Université de Caen. Dans la continuité de sa thèse sur la politique culturelle irlandaise qui est en cours de publication, ses travaux de recherche portent sur la relation Etat /culture dans le monde anglophone : discours, financement, impact sur la vie culturelle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals