Navigation – Plan du site
Des politiques culturelles en mutation

Les Politiques de soutien à l’art en Angleterre depuis 1990 : « exception britannique », dirigisme ou modèle hybride ?

English Arts Policies since 1990: Laissez-Faire, Interventionism or a Hybrid Model?
Cécile Doustaly
p. 6-32

Résumé

Since the 1990s, English public support for the arts has drawn closer to the continental model of administration of culture while retaining and even creating idiosyncracies: funds are increasing but come partly from the National Lottery rather than taxes, and they are still distributed by Non-Departmental Public Bodies (NDPBs). However, the State intervenes more directly than in the past, and public opinion accepts public funding of culture more readily. One may wonder if there is still a style of arts administration characteristic of England, and in this case, what its features are. This article analyses the relationship between the State and the arts supported by Arts Council England, a NDPB responsible for distributing public funds to live and visual arts organisations in line with the Department for Culture, Media and Sport’s policy.

Haut de page

Texte intégral

1L’histoire contemporaine du Royaume-Uni se caractérise par un traitement périphérique des politiques culturelles doublé d’une méfiance à l’égard de la politisation de la culture, que l’on associe volontiers aux dangers du dirigisme, voire de l’autoritarisme et de la censure. Afin d’éviter de tels écueils, le principe d’autonomie (arm length’s principle) fut introduit en 1945, organisant une gestion des subventions publiques à distance du gouvernement par des organismes semi-publics ou NDPB (Non-Departmental Public Bodies), dont l’Arts Council. À partir des années soixante-dix, ce dernier essuie des critiques qui déplorent généralement les choix de subventions et le manque de transparence. Spécificité du modèle britannique, si le système existe encore, son histoire n’en est pas moins marquée de polémiques, de rapports et de réformes.

2Depuis les années 1990, cependant, les politiques culturelles ont connu d’importantes mutations. L’intervention publique dans ce domaine longtemps négligé par l’État-providence s’est accrue alors même qu’elle se réduisait dans les secteurs de la santé ou de l’éducation, la culture étant apparue comme une source de bénéfices socio-économiques directs ou indirects qu’on pouvait instrumentaliser en lien avec ces domaines traditionnels. Le Royaume-Uni s’est, en outre, inspiré du système dirigiste : création d’un ministère, construction de grands projets, augmentation des subventions. Le modèle « anglo-saxon » a néanmoins conservé des spécificités, tel le soutien à distance, et, preuve qu’il sait se réinventer, a intégré de nouvelles caractéristiques comme le lobby ou la loterie nationale. L’évolution des mentalités des Anglais face à la culture et à son soutien public illustre ces mutations.

  • 1  Arts Council England distribue actuellement environ un quart des fonds du DCMS. Il soutient princi (...)

3Cet article se propose d’analyser la relation entre l’État et le soutien public à l’art en se concentrant sur le rôle de l’Arts Council, chargé par le ministère actuel, le Department of Culture, Media and Sport (DCMS), de redistribuer aux institutions artistiques nationales, ainsi qu’à ses agences régionales, les subventions publiques et les fonds de la loterie nationale destinés à l’art1. Les convergences observées avec les modes d’interventions de pays traditionnellement dirigistes nous permettent-elles de conclure à la pérennité d’un style d’administration britannique de la culture ?

L’héritage du passé : la culture, un domaine contesté d’intervention publique ?

  • 2  Les membres volontaires de ces organismes sont souvent issus des milieux dirigeants et des élites (...)

4Le Royaume-Uni constitue une exception dans l’histoire de l’intervention publique des pays européens : inventeur de l’État-providence, il ne l’étendit pas à la culture. La France suivit un chemin opposé, usant d’un modèle dirigiste pour octroyer de larges subventions à la culture, sans se rendre pour autant impopulaire auprès de l’opinion publique. Au Royaume-Uni, le soutien public à l’art n’a réellement débuté qu’avec la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui encore, la France agit aux trois niveaux de la décentralisation par l’intermédiaire d’organismes gouvernementaux (notamment les Drac au niveau régional) alors que l’Angleterre s’appuie sur l’Arts Council — système longtemps centralisé visant à limiter l’ingérence du gouvernement dans le secteur artistique. Il faut s’interroger sur cette spécificité : les sommes ne sont pas allouées par des élus2. Parfois, par manque de fonds, plus que par conviction, l’Arts Council a traditionnellement privilégié la culture savante (high culture) des institutions artistiques établies, qui a fait néanmoins l’objet de programmes de démocratisation à partir des années soixante. L’ouverture vers de nouvelles formes plus populaires, ou « démocratie culturelle », a bénéficié d’une décentralisation progressive mais n’a pas fait l’objet de politique durable au niveau national avant 1997.

  • 3  En 1948, T. S. Eliot considérait que le concept anglo-saxon de culture souffrait d’un excès de sen (...)
  • 4  Nikolaus Pevsner, historien d’art, publia The Englishness of English Art, Harmondsworth: Penguin, (...)

5La relation contradictoire des Britanniques à la culture a influé sur le modèle de soutien public à l’art. Elle se reflète dans les connotations négatives du mot lui-même, auquel on a préféré substituer d’autres termes (tel art dans le domaine à l’étude ici)3. Nikolaus Pevsner observait dans les années soixante-dix un « complexe d’infériorité », marqué par un certain embarras à discuter de la vie culturelle du pays par peur d’être taxé de snobisme4. Si une opposition existe encore entre les pratiques d’une élite et celles du reste de la société, il serait artificiel de limiter le débat à une division entre ceux qui administrent ou consomment une culture « officielle » — celle qui serait subventionnée — et d’autres dont les intérêts se limiteraient à une culture « populaire », car les publics ne sont pas figés. Ces termes doivent être dépassés : les comédies musicales du West End ne font-elles pas partie intégrante de l’identité culturelle britannique ?

  • 5  “not […] a ruling class that genuinely believe in the value of culture”, Kenneth Clark, The Other (...)
  • 6  “It is fashionable to describe the British attitude to public funding for the arts as philistine, (...)

6Reste, cependant, entière la question de la légitimité artistique que peuvent octroyer les subventions. On a ainsi reproché à l’Arts Council d’être, par ses choix, prescripteur d’une culture officielle. Kenneth Clark regrettait dans les années soixante-dix que l’intervention publique en faveur de la culture ait contribué à perpétuer une réputation de « Philistins » : « La classe dirigeante ne croit pas sincèrement en la valeur de la culture »5. Face à ces divergences, nous suivrons les conseils de Richard Hoggart : « Il est à la mode de décrire l’attitude britannique vis-à-vis du soutien public à la culture comme ‘philistine’ et parcimonieuse. […] Dans une certaine mesure, tout cela est vrai, mais le sujet est bien plus vaste. » 6

  • 7  Matthew Arnold a introduit la notion de « Philistins » au XIXe siècle pour décrire un rejet de la (...)
  • 8  John Tusa, Art Matters, Reflecting on Culture, London: Methuen, 2000, 210.

7Les chercheurs britanniques ne s’accordent pas sur l’existence d’un rejet national de la culture car le pays possède une richesse artistique réelle, tant au niveau professionnel qu’amateur7, largement indépendante de l’action gouvernementale. Nombre d’activités fonctionnent sans aucune subvention publique, mais sur un mode uniquement associatif ou commercial, héritage des valeurs victoriennes de self-help. Plus que les arts, ce sont les dépenses publiques en faveur de la culture qui furent longtemps contestées8. Les principales critiques, diverses selon les périodes, mêlaient 

  • désir de protéger l’art et la culture de l’intervention directe du gouvernement ;

  • refus de considérer la culture comme un domaine de l’État-providence ;

    • 9  La Royal Opera House et l’English National Opera recevaient environ 1/8e du budget (hors loterie n (...)

    sentiment de ne pas profiter des fruits des subventions, étant donné la concentration des fonds sur les grandes institutions londoniennes9.

  • 10  Stephen Creigh-Tyte, Gareth Stiven, « Why does Government Fund the Cultural Sector? », 173-188, in(...)

8En 1993-94, l’Angleterre ne dépensait pourtant qu’environ 18 livres sterling, par habitant, pour les arts et les musées, alors que ce montant s’élevait à 38 livres, en France et à 56 livres, en Allemagne10.

  • 11  Les localités travaillistes ont traditionnellement dépensé davantage pour la culture que les autre (...)
  • 12  NCA, NCA News, n° 45, 1997, 12.
  • 13  Simon Brault, « Les arts et la culture comme nouveaux moteurs de développement économique et socia (...)

9Dans de nombreuses lieux, ne voulant pas ou ne sachant pas comment soutenir les arts, l’offre culturelle des collectivités locales était très inégale jusqu’aux directives récentes du gouvernement Blair11. Les dépenses dans ce domaine restent cependant discrétionnaires et les défenseurs des arts eux-mêmes ne s’accordent pas sur la nécessité de les rendre statutaires, craignant que les arts soient instrumentalisés au sein de divisions municipales regroupant les loisirs12. Aujourd’hui, les arts sont, en effet, souvent intégrés aux Community and Leisure Services ou aux Regeneration Services, ce qui élargit leur domaine d’action et leur ouvre de nouveaux financements mais, pour certains critiques, les fait verser dans l’utilitarisme. Alors que, par le passé, les objectifs artistiques étaient généralement englobés sous l’objectif d’» excellence », ce dernier terme désigne désormais un projet réussi, remplissant ses objectifs, qu’ils soient principalement artistiques ou socio-économiques. La distance, qui a été prise vis-à-vis des critères de valeur appliqués à la culture d’élite, a donc modifié le contexte de l’intervention publique dans la culture13.

10Dans ce pays de tradition libérale et pragmatique, le débat à propos de l’intervention gouvernementale est en effet largement sous-tendu par d’autres considérations économiques et de prestige national sous Thatcher et Major (1979-1997), devenant davantage de nature socio-économique avec l’arrivée des travaillistes au pouvoir.

  • 14  “We will adopt a more modern definition of the arts, one that is open to current trends in emergin (...)

11L’apparition d’un ministère chargé des politiques culturelles a conduit l’Arts Council à évoluer vers une vision pluraliste de l’art. Cette culture à facettes multiples peut désormais bénéficier de subventions plus nombreuses. D’autant que depuis 1994, les quatre nations du Royaume-Uni ont leur propre Arts Council et qu’avec la dévolution de pouvoirs à l’Écosse et au Pays de Galles en 1997, aucune définition nationale de la culture ou de l’art n’a été arrêtée par le gouvernement, en reconnaissance d’une diversité culturelle marquée par des spécificités linguistiques et régionales. Depuis les années 1990, les gouvernements soutiennent aussi plus activement la culture des minorités ethniques d’origine étrangère. La politique travailliste est, en ce sens, véritablement multiculturelle et aborde le domaine de la culture de façon de plus en plus pragmatique, reconnaissant qu’elle est en constante évolution, à l’instar de l’identité nationale. L’Arts Council, malgré son statut semi-public,a dû respecter la politique de discrimination positive de la fonction publique, et a donc ouvert ses portes à des visions différentes de l’art 14.

  • 15  Pamela Sticht, Culture européenne ou Europe des cultures ? Paris : L’Harmattan, 2000, 15-33.
  • 16  “As alien to British traditions as that of a ministry of justice”, F. F. Ridley, “Tradition, Chang (...)
  • 17  Depuis 2005, le portefeuille du secrétariat d’État intègre de nombreux domaines en sus des arts, c (...)

12Les Britanniques, quant à eux, parlent le plus souvent de cultures et d’arts au pluriel. On peut considérer que le glissement sémantique et culturel du terme « culture », reflété par la politique culturelle des travaillistes depuis 1997, a rapproché le mot du sens franco-germanique d’action politique en soutien à une culture nationale15. L’idée d’un ministère de la culture avait été longtemps repoussée : interventionniste et politisée, elle était jugée « aussi étrangère à la tradition britannique qu’un ministère de la justice. »16. Ce n’est qu’en 1997, à l’arrivée du gouvernement travailliste de Tony Blair, que le mot « culture » est apparu pour la première fois dans la désignation du ministère dont elle dépend : Department of Culture, Media and Sport, l’époque conservatrice ayant mis l’accent sur le soutien au patrimoine en nommant le premier ministère gérant la culture, fondé en 1992, le Department of National Heritage. Un poste de secrétaire d’État aux arts (Arts Minister)avait été créé dès 1965. En 2005, il a été rebaptisé Culture Minister, sans que la connotation ne soit élitiste, mais plutôt multiculturelle. Le choix s’est porté sur David Lammy, âgé de 33 ans et d’origine afro-caribbéenne17.

  • 18  Ce principe limitait initialement les fonds de la loterie à 50% des projets de construction, laiss (...)
  • 19  La dernière enquête a été intégrée à l’Omnibus Survey de l’ONS(échantillon de 6 025 adultes âgés d (...)

13L’introduction de la loterie nationale en 1994 a initialement accru l’hostilité envers l’intervention publique car les revendications du secteur culturel, désireux d’éviter que les fonds de la loterie ne se substituent aux subventions publiques (principe d’additionnalité), ne furent pas comprises18. Depuis, on perçoit une évolution des mentalités — chez les décideurs comme dans l’opinion publique — en faveur d’un soutien à la culture. Deux rapports de l’Office for National Statistics (ONS), ont montré une augmentation de la pratique culturelle et artistique entre 2001 et 2003. La proportion de personnes s’étant rendues à une exposition d’arts plastiques dans l’année est passée de 19 % à 22 %. 80 % des personnes interrogées avaient fait au moins une sortie culturelle (dont carnavals, arts de la rue, cirque) et 87 % avaient participé à une activité artistique19.

  • 20  Voir le chapitre “Attitudes to the arts and cultural activities “, ACE, Arts in England 2003, op. (...)

14Plus étonnant, la majorité des Anglais ne serait plus opposée par principe à un soutien public à la culture, même lorsqu’elle n’en profite pas directement. En 2003, environ 75 % des sondés jugeaient que « les arts jou[ai]ent un grand rôle dans la vie du pays » et que « les arts de différentes cultures enrichiss[ai]ent ce pays ». 97 % considéraient que les enfants devaient avoir accès à la pratique artistique. Le pourcentage de personnes reconnaissant que les projets artistiques et culturels devraient recevoir des subventions publiques est passé de 74 % en 2001 à 79 % en 2003. On peut présager une poursuite de la tendance car les jeunes sont plus susceptibles d’endosser cette affirmation ou de juger les subventions insuffisantes. En outre, le graphique ci-dessous montre que ceux n’ayant participé à aucune manifestation culturelle dans l’année sont bien moins favorables aux subventions publiques que les personnes ayant une pratique culturelle ou artistique. Les deux données étant corrélées, la progression de cette pratique, si elle se poursuit, aura donc une incidence sur l’acceptation du soutien public à l’art20.

Pourcentage de personnes endossant les opinions suivantes selon qu’elles pratiquent ou non des activités culturelles ou artistiques (2003)

Pourcentage de personnes endossant les opinions suivantes selon qu’elles pratiquent ou non des activités culturelles ou artistiques (2003)
  • 21 “This shift in the nation’s appetite for the arts and culture – and the support for public funding (...)
  • 22  De grandes institutions comme le MoMA à New York, le Prado à Madrid, ou le Louvre à Paris ont augm (...)

15Ces études de l’ONS permettent évidemment aux travaillistes de mettre en valeur leur politique, mais il semble que les mentalités aient bel et bien évolué. Sir Christopher Frayling, président d’ACE, considère que l’offre comme la demande de culture ont augmenté grâce à des subventions accrues alliées à davantage d’accessibilité, ce qu’il qualifie de « cercle vertueux »21. La politique de gratuité des musées nationaux, mesure symbolique s’il en est, a ainsi bénéficié d’une grande popularité et renforcé le sentiment d’appartenance à la culture publique22.

Le groupe de pression : l’exemple de la National Campaign for the Arts

  • 23  Monica Charlot, La Démocratie à l’anglaise, les campagnes électorales en Grande-Bretagne depuis 19 (...)

16Si l’histoire des mentalités offre un éclairage sur le rapport des Britanniques à la culture, elle peut tout autant être invoquée par les politologues pour expliquer le rôle des groupes de pression (lobbies) dans la démocratie britannique. Comme le souligne Monica Charlot, ces derniers opèrent « une pression [qui] n’a rien de choquant pour les Britanniques » car le pragmatisme du système exclut « l’angélisme » au profit de la reconnaissance d’intérêts divers. Source d’information placée, comme les institutions, à l’intérieur du système électoral, les groupes de pression sont jugés indispensables au bon fonctionnement du système politique. Ils permettent, en effet, à « l’opinion de s’exprimer de façon cohérente, [constituent] un 5ème pouvoir, un moyen pour beaucoup d’individus de participer à la vie politique du pays » 23. Monica Charlot divise les groupes en deux catégories : idéologiques ou corporatifs.

  • 24  Association of British Orchestras, British Actors Equity Association, le syndicat des acteurs, Soc (...)
  • 25  En particulier, la suppression des six Metropolitan Counties et du Greater London Council (travail (...)

17Dans le cas du principal groupe de pression pour les arts, la National Campaign for the Arts (NCA), cette division n’est pas opérante puisqu’elle rassemble à la fois des professionnels (artistes, gestionnaires), des amateurs d’art et des défenseurs de droits particuliers (syndicalisme, défense des minorités). La NCA fut fondée sur cette large base en 1985 car il était devenu très difficile pour les syndicats d’avoir accès aux fonctionnaires et aux ministres. Les directeurs des organisations fondatrices, issues du secteur subventionné et commercial24, prirent la tête de la première campagne et financèrent initialement l’organisation, qui reste autofinancée à ce jour. Les acteurs du secteur artistique, qui avait été peu organisés jusque-là, durent ainsi s’allier pour faire entendre leur voix alors que les politiques culturelles évoluaient vers des positions partisanes et que le gouvernement Thatcher mettait en danger le financement des arts25. Au départ, les revendications étaient multiples :

  • s’opposer aux coupes budgétaires ;

  • exiger un ministère et un ministre au Cabinet ;

  • limiter l’impact des réformes du gouvernement local,

    • 26  NCA, Reorganising Local Government, London : NCA 26/01/1995, 3.

    obtenir que les localités aient obligation statutaire de soutenir les arts26 ;

  • soutenir les arts vivants auprès d’un gouvernement tourné vers le patrimoine ;

  • défendre l’ensemble du secteur dans sa diversité et pas seulement les arts d’élite ;

  • mettre en cause la politique de l’Arts Council.

  • 27  “I was not convinced that the state should play Maecenas. Artistic talent […] is unplanned, unpred (...)

18La NCA se fit entendre par l’intermédiaire d’artistes connus, tels Peter Hall, Harold Pinter ou Simon Rattle. Cette campagne fondatrice déplut à Margaret Thatcher, qui raconte dans ses mémoires : « Je n’étais pas convaincue que l’État devait jouer le rôle de mécène. Le talent artistique […] ne peut être planifié ou prédit, il est individuel. Si l’État le discipline, le subventionne, le possède, et le détermine, il dépérit. De plus, “l’État“, dans ce cas, devient synonyme des intérêts acquis du lobby artistique »27.

19Le soutien public à l’art a bénéficié de cette voix indépendante car, une fois l’organisation reconnue à Whitehall, à Westminster et dans les médias, les partis politiques ont intégré ouvertement ses idées dans leurs réflexions. Ainsi, en 1995, après dix ans d’existence, le lobby tire un bilan positif de son action :

  • En 1992, création d’un ministère accordant une plus grande place à la culture, le Department of National Heritage, dont le ministre est présent au Cabinet,

  • fonds dégagés pour combler en partie les coupes budgétaires,

    • 28  NCA/ Bragg Melvyn (président de la NCA), 10 Years of the NCA, Winter 1995, 1.

    promesse que les aides de la loterie nationale seraient additionnelles28.

  • 29  “The arts do not receive the backing they deserve because they are not a high priority for the opi (...)

20À cette même date, la NCA considérait pourtant encore que : « Les arts ne reçoivent pas le soutien qu’ils méritent car ils n’ont pas un statut prioritaire dans les médias et chez les décideurs. Si l’on veut qu’ils prennent plus d’importance dans les programmes politiques, il faut faire changer les mentalités du public et des politiques. Cela implique une pression soutenue, de la recherche et des campagnes. »29

  • 30  Vote du budget, éducation et actions en faveur de la jeunesse, études artistiques, réorganisations (...)
  • 31  Compagnies d’arts vivants, musées et galeries, collectivités locales, syndicats, écoles, groupes m (...)

21La NCA intervient actuellement sur de nombreux fronts, anciens et nouveaux30, et ajoute une pression constante aux campagnes ciblées (causes spécifiques, élections). Ce lobbying vise les décideurs au pouvoir comme dans l’opposition, les responsables de l’Arts Council, ou encore les médias. Les membres sont encouragés à interpeller leurs députés ou des personnes influentes. La seconde fonction de la NCA réside dans un travail de recherche reconnu, fournissant un argumentaire ensuite relayé par des séminaires, des conférences et des communiqués de presse. Le groupe de pression mène ainsi une véritable analyse politique des actions et des acteurs en présence et émet des propositions détaillées qu’elle regroupe dans un « manifeste » à chaque élection. Enfin, la NCA aide ses membres dans leurs propres campagnes (conseils, informations, contacts). Elle a étendu son champ d’action en se tournant davantage vers les régions et regroupe actuellement environ 500 organisations professionnelle ou amateur, commerciale, associative ou subventionnée, de tailles diverses,31 et 1 000 membres individuels — professionnels ou public de la culture.

  • 32  La réforme est fondée sur les réponses des questionnaires remplis par les membres. Subvention du R (...)
  • 33  “NCA Friday Briefing: campaigns update”, 20/01/2005, mail envoyé aux membres de la NCA. Entretien (...)

22La structure jouit d’une telle crédibilité démocratique qu’elle a bénéficié d’une subvention de la loterie afin de procéder à une réforme organisationnelle32. Parmi ses dernières victoires, on compte la reprise d’environ 70 % du manifeste de la NCA dans le manifeste travailliste des élections législatives de 2005. Les idées de la NCA sont également reprises à la Chambre des Communes. Ainsi, lors des débats de 2006 sur la National Lottery Bill, le Libéral Démocrate Don Foster a cité les arguments du lobby pour défendre l’introduction d’une clause protégeant l’équilibre entre les fonds publics et ceux issus de la loterie nationale (additionality). Sans céder, le gouvernement a néanmoins décidé que chaque organisme redistributeur, dont l’Arts Council, devrait désormais choisir et publier sa propre politique sur l’additionnalité33.

Les années 1990 : d’une politique réactive à un dirigisme accru ?

23On observe aujourd’hui des convergences importantes entre les politiques culturelles du Royaume-Uni et celles des pays dits « dirigistes ». Ce domaine de l’action publique s’est politisé et les politiques culturelles britanniques, longtemps fondées sur un consensus bi-partite privilégiant une gestion de l’art à distance du gouvernement, ont évolué vers des positions partisanes durant la période Thatcher. Les années 1980 et 1990 sont ainsi marquées par la reprise de l’initiative politique par le gouvernement central dans un contexte de recherche de rentabilité des services publics. Alors que les chercheurs démontraient les bénéfices économiques et sociaux induits, les pressions des intéressés étaient mieux organisées et entendues. Parallèlement à l’augmentation de l’allocation à l’Arts Council, on constate alors une politique mieux dessinée et un dirigisme accru du ministère de tutelle qui aboutissent finalement à une remise en cause du principe d’autonomie. En 1992, le gouvernement Major crée le premier ministère dédié au patrimoine et à la culture, le Department for National Heritage, dont il diversifie les recettes en créant une loterie nationale en 1994.

  • 34  Clive Gray, The Politics of the Arts in Britain, London : Macmillan, 2000, 181.

24L’arrivée au pouvoir des travaillistes en 1997 marque un second tournant, immédiatement signalé par la refonte du ministère en Department for Culture, Media and Sport (DCMS) qui ouvre la voie à une utilisation plus large, une instrumentalisation pour certains, de la culture au sein d’un programme politique, social ainsi qu’économique. Le ministère délimite une politique plus précise que par le passé tout en laissant officiellement à l’Arts Council les modalités de sa mise en place. En 2002, une réforme de l’organisme a octroyé davantage de pouvoir aux régions et aux collectivités locales, privilégiant la gouvernance, mais elle semble aussi avoir limité l’autonomie d’ACE. À l’inverse, certaines caractéristiques typiques du modèle anglo-saxon, comme le recours au mécénat privé, se généralisent en Europe34.

  • 35  Graham Devlin, Sue Hoyle, (Conseil franco-britannique), Le Financement de la culture en France et (...)
  • 36  Fonds régional (FEDER) et social (FSE) européens. G. Devlin, S. Hoyle, op. cit., 5.

25Entre des systèmes européens fondamentalement différents, reflets de la culture politique des pays, on voit ainsi pointer des objectifs communs. La France s’inspire du pragmatisme britannique et se tourne vers l’élargissement du public et la rigueur financière. Au Royaume-Uni, les dépenses publiques pour la culture sont mieux acceptées car elles sont plus équitablement réparties entre milieux sociaux et régions, et proviennent en partie de la loterie nationale. À l’image de la France des années 1980, le gouvernement Major a initié une série de grandes constructions, poursuivie par Tony Blair, premier chef du gouvernement britannique à déclarer publiquement placer la culture « au centre de son projet »35. Partout en Europe, la culture est devenue « ’une affaire d’État’ et non une activité laissée au libre jeu du marché »35. Les pressions budgétaires ont conduit ces pays à lier la culture à d’autres domaines d’intervention, plaçant les considérations sociales et économiques au premier plan des politiques culturelles. C’est cette même logique que suit l’intervention au niveau européen puisque les fonds dirigés vers la culture sont dans la majorité des cas des fonds régionaux et sociaux. L’Union reste prudente quant aux décisions supranationales et peine autant à construire une politique culturelle qu’à dégager des budgets à cet effet36.

  • 37  “public spending generated by a peculiar tax on gambling”, Polly Toynbee, David Walker, Did Things (...)
  • 38  La Royal Opera House nécessita ainsi 39 % de fonds supplémentaires après sa réhabilitation. Surcoû (...)
  • 39  Amendement la loi de 1993. Voir la partie 6, “The New Good Causes and the re-allocation of lottery (...)
  • 40 NCA News, n° 61, autumn 2002, p. 6. HMSO, Gambling Review (Budd Report), CM 5206, 211. <www.culture.gov.uk/global/publication/archive_2001/gamb_rev_report.htm> (...)

26Si l’origine des fonds de la loterie nationale semble d’inspiration libérale, l’usage qui en est fait a rapproché le Royaume-Uni des pays dirigistes. En 1994, le pays suit l’exemple unique de la Finlande, dont la loterie nationale subventionne la culture depuis sa création en 1926. Pour les critiques, dont certains sont des travaillistes convaincus, les fonds dégagés équivalent à « des dépenses publiques générées par un curieux impôt sur le jeu »37. Ces recettes ont néanmoins permis d’augmenter considérablement les fonds disponibles pour la culture, initialement au profit d’investissements immobiliers : réaménagement de la Royal Opera House, construction de la New Tate, et plus récemment, des projets dans les régions, à Gateshead notamment. Cependant, en 2000, la France dépensait encore quatre fois plus que le Royaume-Uni dans la construction de bâtiments à vocation culturelle. Ces nouveaux bâtiments générant des dépenses de fonctionnement accrues38, le gouvernement travailliste fit voter une nouvelle loi en 1998 qui autorisait le financement des dépenses courantes des institutions par la loterie39. Cette dernière aboutit cependant à la réduction du montant disponible pour la culture en élargissant les critères d’attribution des fonds de la loterie à la santé ou à l’éducation. La part disponible pour les arts diminua alors de 20 % à 17 %. En 2001, ces fonds furent à nouveaux mis en danger par le Budd Report qui concluait en faveur de la dérégulation des jeux d’argent. Ses recommandations ne furent finalement pas suivies, grâce à une campagne efficace qui sauva 300 millions de livres sterling pour les arts. Le déclin des ventes de billets de loterie, quant à lui, ne put être évité, privant l’ACE de 20 millions sur le total escompté pour 2002-200340.

  • 41 NCA News, n° 61, autumn 2002, 6.

27Le DCMS publia alors un rapport sur les aides de la loterie, qui contenait des propositions radicales, dont une visant à remplacer les quinze distributeurs spécialisés existants (dont les quatre Arts Councils et le Heritage Lottery Fund) par un seul distributeur afin d’économiser les coûts administratifs et les doublons. Le secteur artistique saisit l’occasion de mener campagne : il s’inquiétait du manque d’expertise d’un nouvel organisme de ce type, et répétait son attachement au principe d’additionnalité de la loterie, qui laissait le financement des fonds de fonctionnement au Trésor afin de garantir la stabilité du secteur41.

28Les fonds de la loterie distribués par l’Arts Council, fortement médiatisés et de façon paradoxale davantage considérés comme de l’argent « public », car « populaire », influèrent graduellement pour rééquilibrer la politique, où l’excellence artistique ne devait pas prendre le pas sur la satisfaction du grand public. À la suite de la loi de 1998, la proportion des aides de la loterie accordée à de petits groupes professionnels et amateurs doubla par l’intermédiaire de programmes spécifiques42, et entre 2002-03 et 2005-06, l’ACE augmenta de 200 % l’allocation du Voluntary Arts Network (associations de pratique artistique)43. ACE limita alors la bureaucratie consécutive à l’éparpillement des subventions en réduisant le nombre de programmes, ce qui, comme la promesse de traiter les dossiers rapidement et sans jargon administratif, devait faciliter l’accès de tous à celles-ci44. Les intéressés ont donc su s’appuyer sur la politique blairiste en faveur des « communautés » pour obtenir davantage de reconnaissance et de fonds45. Ainsi, la loterie, bien qu’étrangère dans sa nature au modèle dirigiste, a rapproché l’Angleterre de ce dernier en insufflant des aides qui ont induit une rupture avec l’autonomie caractéristique des associations (self-help) comme du modèle de soutien public. En 2004, pour l’anniversaire des dix ans de la loterie nationale, le montant total ayant bénéficié aux arts s’élevait à 2 milliards de livres sterling46.

  • 47  Environ 120 millions de livres sterling en 1998. G. Devlin, S. Hoyle, op. cit., 83-86.
  • 48  D’où la loi française du 01/08/2003 en faveur du mécénat, des fondations et des associations. <www.culture.gouv.fr/discours> (...)
  • 49  Les chiffres restent indicatifs car les calculs varient selon les pays. Arts and Business estimait (...)

29Traditionnellement moins subventionnés en Angleterre, les arts ont donc su trouver d’autres sources de financement (loterie, mécénat, billetterie). La France, quant à elle, n’a commencé à suivre cet exemple qu’à partir des restrictions budgétaires des années 1980. Contrairement aux attentes, les arts plastiques et les arts vivants attiraient à la fin des années 1990 un volume comparable de mécénat culturel d’entreprise. La proportion du mécénat privé dans le financement de la culture reste plus importante au Royaume-Uni car le montant investi par l’État y était moindre47. La France accuse de surcroît un retard car elle ne compte que 600 fondations dans ce domaine alors que le Royaume-Uni en dénombre 30 000 et les États-Unis 120 00048. Les sources s’accordent en outre sur un accroissement du mécénat culturel depuis les années 199049.

  • 50  “Business understands the true value of the arts”, <www.aandb.org.uk/>, “New A&B Figures” (15/12/2 (...)
  • 51  Jean-Jacques Aillagon, Pierre Bergé, « Éloge du mécénat », Le Figaro, 04/04/2002.

30L’intervention publique, dans la reconnaissance d’une économie mixte, a développé l’encouragement au soutien privé par des institutions subventionnées : Arts and Business (A&B) depuis 1976 au Royaume-Uni, et Admical en France depuis 1979. Sir Christopher Frayling, directeur d’ACE, se félicite ainsi de la collaboration entre ACE et A&B et du fait que « le monde des affaires comprend la vraie valeur des arts »50. La France, malgré la méfiance traditionnelle qu’inspirent le secteur privé et sa logique a priori commerciale, se rallie à la position britannique : « le mécénat représente une manière concrète d’approuver [l’action publique], de lui manifester son adhésion »51.

  • 52  Le budget 2006 pour la création (équivalent des attributions de l’ACE) s’élève à 901 millions d’eu (...)
  • 53  Elles étaient déjà passées de 195 à 230 millions de livres sterling de 1997 à 2000. ACE, History o (...)
  • 54  Selon les modes de calcul, entre 2000 et 2003. R. Hewison, “Cultural Policy”, in A. Seldon, (ed.), (...)
  • 55  En 2004-05, l’allocation de base d’ACE s’élevait à 370 millions, l’organisme redistribuant environ (...)
  • 56  Aujourd’hui, ACE octroie presque la moitié des fonds destinés à ses agences à l’agence londonienne (...)
  • 57  Franco Bianchini, Michael Parkinson, Cultural Policy and Urban Regeneration, the West European Exp (...)

31Les fonds publics en faveur de la culture restent plus élevés en France52. L’allocation de l’Arts Council a connu une augmentation de 50 % entre 2000-01 et 2005-0653, mais la proportion des dépenses du DCMSpar rapport aux dépenses globales de l’État stagne à environ 0,35 %54. Si l’on compare les quatre principales sources de financement des arts subventionnés au Royaume-Uni, l’allocation du gouvernement et les fonds privés s’équilibrent, alors que la loterie se stabilise entre 40 % et 50 % de ces sommes. En outre, les subventions locales dépassent celles du niveau national d’environ 25 % selon les années55. En effet, sous la pression de l’opinion publique, le Royaume-Uni, comme d’autres membres de l’UE, a mis l’accent sur le développement culturel dans les régions et délègue davantage de responsabilités aux instances régionales et locales. Les grandes institutions des capitales européennes conservent malgré tout une position privilégiée pour soutenir prestige et identité nationale. Environ la moitié des dépenses culturelles de l’État britannique est actuellement destinée à sa capitale56. Alors que l’attrait de Londres avait décliné dans les années 1980, notamment après l’abolition du Greater London Council, son rayonnement culturel n’a aujourd’hui rien à envier à celui de Paris57.

Réformes de l’Arts Council of England : l’avènement d’un modèle hybride ?

  • 58 Charlotte Higgins, ‘For a few pennies more’, The Guardian, 28/10/2002.

32Le mode de soutien à distance a connu des évolutions qui le rapprochent du modèle dirigiste sans pour autant faire table rase du passé. Après une période d’indépendance, de 1945 à 1979, durant laquelle l’Arts Council mène assez librement ses choix de politique culturelle au sein de contraintes budgétaires, on assiste à une contractualisation des rapports. Les directives des ministères de tutelle se font de plus en plus contraignantes58, bien que l’Arts Council reste libre de décider à quelles institutions allouer les fonds. D’incessants rapports sur l’organisme, parfois suivis de réformes, ont présenté l’image d’un domaine d’intervention segmenté, à la recherche d’une unité de pensée et d’objectifs entre les quatre niveaux d’intervention (DCMS, Arts Council, régions, localités). Ces réformes correspondent aux périodes de crise grave, car les ministres se dégagent de toute implication lorsqu’on les interpelle à propos de l’Arts Council. Selon le principe d’autonomie, ce dernier est en effet directement responsable devant le Parlement.

  • 59  (5,5 en 1984-85). Et ce alors même que la politique de l’Arts Council, « Glory in the Garden », vi (...)
  • 60  F. F. Ridley, “Tradition, Change, and Crisis in Great-Britain”, op. cit., 225-253.
  • 61  En particulier le rapport Myerscough. Selon Clive Gray, ce grand amateur d’art aurait légèrement « (...)
  • 62  Andrew Taylor, “Arm Length but Hands on. Mapping the New Governance: the Department of National He (...)

33Dans les années 1980, Thatcher opère une centralisation qui affecte les arts alors que le courant européen se dirige vers la décentralisation et davantage d’autonomie pour les régions. L’abolition du Greater London Council conduit l’ACGB à reprendre une partie de ses responsabilités, avec une enveloppe moins importante néanmoins, et à dépenser 6,5 fois plus en 1987-88 à Londres que dans les régions59. L’Arts Council étant un organisme « redistributif » et essentiellement non exécutif, l’évolution de ses rapports au gouvernement repose principalement sur le montant de son allocation. Selon F. F. Ridley60, il est alors urgent de passer à la planification à l’aide d’une politique active et non plus réactive. C’est pourtant par ricochet et non par conviction politique que la politique culturelle devient alors interventionniste, s’appuyant sur des statistiques plus complètes prouvant l’apport économique des arts61. L’époque Thatcher place le ministère au centre d’un network autonome (arm-length but hands on) et réduit d’autant le principe d’autonomie62.

34Les « défauts » structurels de l’Arts Council tenaient à un excès de bureaucratie doublé d’un manque de transparence et de politique claire. En outre, l’organisme entretenait des relations conflictuelles avec les associations régionales de soutien (RAA), qui n’allaient être que partiellement résolues par les réformes des années 1980 et 1990. En 1989, le Wilding Report observe de vastes disparités dans la méthode de répartition des subventions selon les régions. Il propose une décentralisation, un fonctionnement allégé et fédéralisé où des agences régionales collaboreraient avec le centre. La réforme de 1990 ne le suit que partiellement, et ne satisfait aucun des acteurs, en remplaçant les douze RAA par dix Regional Arts Boards (RAB), entreprises caritatives indépendantes où la présence des collectivités étant moindre, les arts traditionnels reprennent le poids que leur accorde alors l’Arts Council. Majoritairement financées par l’Arts Council, les RAB reçoivent la responsabilité de subventionner les institutions auparavant gérées par celui-ci, qui devait alors se concentrer sur les grands axes de la politique culturelle et sur les compagnies nationales. De nombreuses institutions refusent cependant de passer sous la responsabilité des RAB, jugées incompétentes, ce qui renforce le pouvoir du centre63. Les partisans de la décentralisation expriment alors leur mécontentement, exigeant le rééquilibrage des fonds et des pouvoirs pour mieux répondre aux besoins locaux.

  • 64  ACGB, A Creative Future, London: HMSO, 1993, 167.
  • 65  Charte royale du 1er avril 1994. Depuis 1999, l’Arts Council of Wales et le Scottish Arts Council (...)
  • 66  NCA, The Future of the Arts Council, Report of Proceedings of the seminar organised by the NCA, 18 (...)
  • 67  “Slimmed-down ACE unveils new strategy”, NCA, Arts News, Summer 1999, n° 50, 4, 7.

35Dès la création du DNH en 1992, un nouveau rapport sur l’Arts Council of Great Britain est commandé à des consultants en management. Ses critiques sévères sur la planification et la gestion du personnel ou du budget aboutissent à un écrémage de l’organisme, ainsi qu’à la première stratégie pour les arts au niveau national64. En 1994, les pouvoirs sont dévolus aux régions par la création d’organismesindépendants pour l’Angleterre, l’Écosse et le Pays de Galles, précédant ainsi la dévolution des Parlements en 199765. La NCA tente alors une réconciliation en énumérant les reformes souhaitées : plus de transparence, de cohérence dans les décisions, de consultation et d’intégration des artistes au sein du nouvel Arts Council of England. Elle souligne le besoin urgent de réduire la bureaucratie et de développer des politiques nationales claires, en travaillant en partenariat avec les RAB et les collectivités locales66. En 1997, juste après sa création, le DCMS lance une nouvelle évaluation du système qui aboutira en 1999 à une réforme de l’ACE : le personnel passe de 300 à 209, les régions reçoivent plus de responsabilités dans la distribution des fonds, le centre étant chargé d’arrêter une stratégie nationale67. Une seconde réforme suivra de peu, en 2002.

  • 68  120 % en livres courantes entre 1997-98 et 2005-06(allocation du gouvernement, hors loterie nation (...)
  • 69  Allocation du gouvernement, hors loterie nationale. Les subventions ont augmenté  de 186 à 410 mil (...)
  • 70  ACE, Annual Review 2005, op. cit., 35-36.

36Forts des augmentations allouées, les travaillistes ont continué à imposer des objectifs précis à l’Arts Council68. Les organisations artistiques subventionnées ont subi par ricochet des pressions similaires de la part de l’organisme69. Les moyens de contrôle se sont donc amplifiés et formalisés à tous les niveaux. On observe de nouveaux modes d’intervention, visant l’efficacité des services publics, qui reposent davantage sur des projets précis (contract culture). Les contrats de subvention (funding agreements) liant les organismes semi-publics au ministère, introduits en 1995, ont été conservés. Ils détaillent minutieusement les retours sur investissement escomptés. Les objectifs à atteindre sont plus exigeants et plus vastes depuis l’arrivée de Tony Blair : cohésion sociale, régénération, industries culturelles, tourisme, etc. Cela implique un traitement en partie utilitariste du secteur. Il semble que ce soit le prix à payer pour l’augmentation des subventions. Les objectifs (Public Service Agreement targets) actuels de l’Arts Council visent une augmentation de la pratique et de la participation de 3 % de certains publics (minorités ethniques, handicapés, milieux défavorisés), ainsi que la satisfaction des « clients » (customers), terme employé pour définir les organisations subventionnées70.

  • 71  Le Dôme de la connaissance, musée des innovations initié par le gouvernement Major et grand projet (...)
  • 72  Les programmes s’intitulaient : Lottery for All, Regional Arts Lottery Programme, Voluntary Arts N (...)

37Cette politisation et cette centralisation du soutien à la culture ont connu, comme la loterie nationale, des détracteurs en Angleterre, pour lesquels l’intervention néfaste de la politique dans ce domaine a été prouvée par l’échec retentissant du Dôme71. Soucieux de l’opinion publique, le gouvernement de Tony Blair a alors tenté de rationaliser et de diversifier les dépenses ainsi que de rééquilibrer l’offre en faveur des régions. Quelles formes la décentralisation pouvait-elle prendre sachant que la structure existante des pouvoirs intègre un organisme non-gouvernemental en sus des niveaux nationaux et locaux ? Cette décentralisation était-elle compatible avec un ministère relativement dirigiste ? Depuis 1999, les Regional Development Agencies ont été complétées par des Cultural Consortiums et des agences régionales d’un Arts Council England réformé. Bien que les fonds aient augmenté de façon significative depuis la création de la loterie nationale en 1993 et après le budget travailliste de 1998, la charge de travail et les coûts administratifs de l’Arts Council comme du ministère se sont accrus. Nous avons vu que ces derniers se sont également alourdis à cause d’un premier mouvement de décentralisation des fonds, en particulier de la loterie, au profit de petites organisations. Le mécontentement grandissait face à la proportion du soutien à la culture dépensé en administration72.

38La réforme de 2002 fut initiée par Gerry Robinson, président de l’Arts Council et fervent travailliste, choisi par le gouvernement pour moderniser et démocratiser l’organisme. A-t-elle répondu aux attentes divergentes exprimées à l’extérieur comme à l’intérieur du gouvernement et sauvé le principe d’autonomie comme le modèle anglo-saxon ?

  • 73  Correspondant aux limites géographiques des Regional Development Agencies. Maev Kennedy, “ Streaml (...)
  • 74  La création en 1999 de la Quality, Efficiency and Standards Team dont la vocation était de mesurer (...)
  • 75  La France avait connu cette « décentralisation centralisée » lors de la création des DRAC dans les (...)
  • 76an unaccountable national quango”  ; “Mayor and Assembly say no to new centralised Arts Board”, 15 (...)

39Présentée comme une décentralisation, elle remplaçait l’Arts Council of England et les 10 RAB indépendants par un organisme unique, Arts Council England, doté d’un bureau national et de 9 agences régionales, afin de créer un système de subventions plus simple et plus transparent tout en réalisant des économies d’administration au profit des arts73. Le gouvernement promettait d’améliorer la rentabilité économique et sociale (Value for money) des fonds de l’Arts Council en modernisant sa structure et ses méthodes de travail (contrats, audits …)74. En 2001, lorsque cette réforme a commencé à être discutée, les partis d’opposition et la majorité des localités s’y sont opposés car ils redoutaient que l’ACE ne décentralise les fonds tout en centralisant les choix politiques, privant ainsi les régions de leur indépendance passée75. Ken Livingstone et l’assemblée de Londres exigeaient un bureau intégré à la Greater London Authority et rejetaient l’agence londonienne de l’ACE comme un organisme non élu et non représentatif76. Quant au secteur artistique, il n’a pas présenté un front uni. Certaines institutions redoutaient que les agences régionales ne se montrent moins éclairées, plus rétives à l’art pour l’art.

  • 77  N. Lebrecht, “The Red Baroness swoops in”, The Daily Telegraph, 27/06/2001.
  • 78 Soit 28 pence par livre. Zoe Williams, “Life’s a Lotto”, The Guardian, 15/10/2002.
  • 79 C. Milner, “Arts Council to cut a third of its staff”, The Sunday Telegraph, 30/06/2002.

40Le ministre du DCMS, Chris Smith mit donc la réforme en attente. Nommée à sa place après les élections de 2001 durant lesquelles il avait été question de supprimer le DCMS comme l’Arts Council, Tessa Jowell fut chargée de la faire aboutir77. Tout en conservant l’objectif initial de modernisation et le principe d’un organisme autonome, le gouvernement a pris en compte les critiques émanant des régions et dut composer face au souhait irréalisable de certains joueurs de la loterie nationale de désigner le bénéficiaire de leur bulletin de jeu78. L’organisme comprend désormais un bureau national réduit à Londres, neuf agences régionales et un département qui se charge des services communs (ressources humaines, recrutement, finances)79. Ainsi, la décentralisation des fonds et des décisions est ambiguë car elle s’est surtout faite au profit des agences régionales d’un Arts Council désormais unifié, en l’absence d’un échelon régional élu.

  • 80  L’échec massif du référendum de 2004 sur l’établissement d’une assemblée régionale dans le Nord-Es (...)
  • 81 ACE/LGA, Local government and the arts, A Vision for partnership, London: ACE, 2003, 9.

41Cette situation est justifiée par la difficulté des localités à mener à bien leurs projets à cause des contraintes financières et artistiques des projets, du manque de mobilisation de la population et de l’impossibilité de vérifier au moyen des techniques habituelles le rapport qualité /prix de ce service public à part. Les collaborations se multiplient toutefois sous la pression du gouvernement en faveur de plus de gouvernance80. Le rapport de partenariat qui lie ACE aux collectivités locales reconnaît leur complémentarité : le premier possède la compétence artistique alors que les secondes incarnent la légitimité issue des urnes et la connaissance du terrain. Dans le modèle dirigiste français, les DRAC, agences du Ministère, remplissent l’ensemble de ces fonctions81.

  • 82  Dont le Touring Programme et le Regional Arts Lottery Programme.ACE,2003 Annual Review, op. cit., (...)
  • 83  “public investment in the arts”. ACE, 2005 Annual Review, op. cit., 35.
  • 84  ACE a évalué le coût de cette restructuration à 5,2 millions de livres pour l’année 2002-03, dont (...)

42Le DCMS désirait également que l’Arts Council modernise ses méthodes de travail tout en étant plus à l’écoute des usagers. L’ACE et ses agences régionales ont publié des manifestes suivis de plans d’action et le système des subventions a été rationalisé et simplifié. Un dossier unique de demande de subvention, appliquant les mêmes critères à toutes les régions, a remplacé la centaine qui existait auparavant82. Le discours d’ACEprésente cette nouvelle répartition des fonds comme un gage de démocratie culturelle. ACE fait référence à ses organisations comme des « clients » (customers) et Sir Christopher Frayling, son président, parle « d’investissement public dans les arts »83. Ce discours libéral fait écho à la rhétorique du DCMS, ce qui tendrait à corroborer la thèse selon laquelle, malgré le principe d’autonomie, l’influence des gouvernements sur l’organisme s’accroît avec le temps et les nominations à des postes clés. On perçoit ici des différences avec la rhétorique d’administration publique du reste de l’Europe84.

  • 85 ACE London, Newsletter n°1, op. cit., p. 2. ACE a dépassé ses objectifs en réalisant 5,8, puis 7 mi (...)
  • 86 <www.artscouncil.org.uk/regions> (06/10/2004) ; ACE , 2003 Annual Review, op. cit., 34, 38 et 53.
  • 87  ACE, Report of the Peer Review, op. cit., 15-27.

43La réforme a toutefois dégagé des économies d’administration. Le nombre d’employés total a été réduit d’environ un tiers grâce aux services communs centralisés et à la décentralisation du financement de la majorité des organisations artistiques aux régions. Les structures des personnels ont été unifiées afin de pouvoir déléguer les mêmes tâches à toutes les agences régionales85. Depuis 2003-04, ACE finance les bureaux régionaux proportionnellement à leur poids démographique et a décentralisé la majorité des responsabilités de financement et de gestion des organisations régionales86. Selon un rapport commandé par le DCMS, la réforme a instauré un système cohérent qui conserve le caractère distinctif de chaque région tout en les incluant dans les décisions politiques nationales par leur représentation au Conseil. Bien comprise, elle devait donc limiter le rapport hiérarchique entre pouvoir national et pouvoir régional, bien que le bureau national cherche encore sa place87.

  • 88  Entretiens avec Victoria Todd, directrice de la NCA et Clive Gray, lecturer à Leicester University (...)

44Victoria Todd, du NCA, considère pourtant que l’Arts Council joue à un jeu du chat et de la souris où les politiques réelles de l’organisme, concentrées sur l’art, sont occultées par une mise en valeur des projets concordants avec la politique travailliste. L’organisme présenterait des réticences à suivre les directives du DCMS. La réforme de 2002 n’étant toujours pas aboutie, le gouvernement semble envoyer un fort message d’obéissance à ACE en gelant ses fonds et en développant d’autres chaînes de financement, fondées sur des projets clairement définis88.

45Aujourd’hui, en Angleterre, le niveau local est devenu la première source de subvention des arts et, comme l’Arts Council, il reçoit davantage de directions de son ministère, notamment en faveur d’une gouvernance de la culture qui augmenterait les pouvoirs des citoyens dans les choix de politiques artistiques et adapterait l’offre culturelle aux besoins. S’il semble que les liens entre politique et arts subventionnés n’aient jamais été aussi étroits, il est cependant important de relever la présence grandissante d’autres acteurs dont on peut penser qu’ils rééquilibreront cet état de fait à l’avenir : secteur privé, secteur associatif, conseils citoyens. La relation entre politique et art subventionné, bien qu’étroite, est donc de moins en moins exclusive.

  • 89  NCA, NCA News, n° 45, 1997, 12 ; NCA News, n° 69, 2005.
  • 90  Sara Selwood, “Measuring Culture”, 2002, <spiked-online.com> (12/12/2003).

46Le principe même de gouvernance est pourtant ambigu. Visant l’implication accrue de la population, il nécessite paradoxalement un encadrement local fort et trouve ses racines dans des directives nationales89. Les techniques utilisées pour améliorer les services publics sont parfois difficiles à appliquer au domaine de l’art subventionné, qu’il s’agisse d’études de marché, de consultation ou à plus forte raison de participation citoyenne. Les villes se heurtent à trois écueils spécifiques à la culture : le manque d’intérêt pour ce service public, la difficulté d’évaluer les besoins locaux et l’absence de techniques satisfaisantes de consultation et de participation des usagers. Sara Selwood, spécialiste réputée des statistiques culturelles, met en doute la capacité des gouvernements à mesurer l’impact de leurs politiques dans ce domaine90.

  • 91  Clive Gray, “Managing the Unmanageable: the Politics of Cultural Planning”, Public Policy and Admi (...)

47L’évolution du modèle d’intervention dans la culture semble donc opérer un rapprochement vers un public « consommateur » de culture publique et modifier le travail des émetteurs. Les artistes, en apparence sortis gagnants de la réforme d’ACE qui leur promet plus de fonds, doivent plus souvent que par le passé répondre à une demande précise. Certains attendaient depuis longtemps que le gouvernement central fasse pression sur les localités qui négligent les arts et influe sur la politique jugée élitiste de l’Arts Council. Les directives du DCMS pourraient toutefois avoir pour effet d’homogénéiser l’offre culturelle sans forcément remplir les objectifs socio-économiques escomptés91. Il reste à voir si, dans ce contexte mâtiné de pragmatisme, cette intervention accrue aidera la culture à s’imposer comme domaine d’action indépendant, comme dans d’autres pays dirigistes.

48Le paysage des politiques culturelles s’est ainsi transformé de façon significative depuis les années 1990 en Angleterre, modifiant par ricochet le style d’administration de ce domaine. Les similitudes avec les États-Unis s’estompent au profit d’un rapprochement avec d’autres pays. On ne peut donc plus opposer les deux modèles à l’étude de façon frontale. Les aspects associés au modèle d’intervention anglo-saxon, tels les organismes semi-publics, ont été colorées de dirigisme. Non qu’ils soient pour l’instant supprimés en Angleterre, mais réformés et assujettis à un ministère plus présent. La distribution des fonds de la loterie nationale suit la même démarche, que l’on justifie par une recherche de transparence et de rentabilité. Le modèle anglais s’est ainsi coloré de dirigisme, aboutissant à un modèle hybride. Les typologies des politologues opposant les pays libéraux aux pays dirigistes doivent ainsi être revues au profit d’un continuum qui pourrait relier les spécificités traditionnellement anglo-saxonnes aux caractéristiques plus dirigistes : organismes semi-publics — loterie — groupes de pressions — rentabilité des services publics — mécénat privé — décentralisation — popularité du soutien public — culture étatique.

  • 92  “Linklater’s Scotland”, Scotland on Sunday, 01/01/2006.

49La typologie a un intérêt limité car nous avons observé qu’une particularité inspirée d’un modèle, telle la loterie nationale, pouvait être mise en place selon la logique d’un autre. L’Écosse semble se diriger vers un modèle dirigiste plus classique, car le dernier projet de réforme du Scottish Arts Council (SAC) laisserait la gestion des compagnies nationales au ministère, celle des autres organisations artistiques aux collectivités locales, limitant le SAC à une agence de conseil92.

  • 93  L’UE s’est concentrée sur l’éducation, le patrimoine, les industries culturelles et les législatio (...)
  • 94  Article 22. La charte a été adoptée le 7 décembre 2000. Elle n’a pas de portée juridique directe, (...)

50Le rôle de l’Union Européenne dans une unification des politiques culturelles de ses États membres reste minime93, bien que la culture ait été définie comme un droit fondamental dans la Charte des droits fondamentaux de 200094. L’Union préfère encore financer indirectement les projets culturels, principalement sur des fonds régionaux, ce dont a largement profité l’Angleterre depuis environ dix ans. On peut considérer que la vague de décentralisation ou de déconcentration observée chez les États membres ira à l’encontre d’une intervention accrue de l’UE dans la culture car, malgré les convergences, les priorités et les structures de soutien varient encore selon les pays. La culture — comprise comme le reflet d’un patrimoine et d’une identité nationale propre — est un domaine où les États souhaitent rester souverains et conservent des mentalités différentes dans leur rapport à la culture subventionnée. Les propos du ministre de l’Europe, Denis Macshane, illustrent bien la pérennité de la méfiance vis-à-vis de l’intervention européenne et gouvernementale dans ce domaine :

  • 95  «The best thing about the rebirth of European Art and culture is that it is not directed from Brus (...)

Le plus important dans la renaissance de l’art et de la culture européenne, c’est qu’elle n’est pas dirigée de Bruxelles. Il existe un budget modeste pour la culture. Mais c’est la graine qui permet de faire germer le mécénat privé […] pour que les traditions de tous les membres de l’UE soient représentées. Dans le traité de Maastricht de 1991, l’UE s’est engagée à promouvoir la culture. Mais c’est l’unique domaine d’intervention européenne où la pénurie de fonds a des effets positifs. Il n’existe, Dieu merci, aucune politique culturelle commune, aucune directive d’harmonisation dictant aux Européens comment ils doivent chanter ou écrire95.

51On peut considérer que la vague de décentralisation ou de déconcentration observée chez les États membres ira à l’encontre d’une intervention accrue de l’UE dans sa culture, car malgré les convergences, les priorités et les structures de soutien varient encore selon les pays. La culture—comprise comme le reflet d’un patrimoine et d’une identité nationale propres—est un domaine où les opinions vis-à-vis du soutien public varient selon les États et où ces derniers souhaitent rester souverains.

Haut de page

Bibliographie

  

Sources primaires

Arts and Business, <www.aandb.org.uk>

A&B, Statistical Data from the annual A&B Survey, London: A&B, 2004, 11.

A&B, Private Investment Benchmarking Survey 2004-05, London: A&B, 2005, 8.

Arts Council, <www.artscouncil.org.uk/>

ACGB, A Creative Future, London: HMSO, 1993, 167.

ACE/LOCAL GOVERNMENT ASSOCIATION, Local government and the arts, A Vision for partnership, London: ACE, 2003, 25.
_____, Ambitions for the arts, 2003-2006 Manifesto. London: ACE, 2003, 14.
_____, 2003 Annual Review, London: ACE, 2004, 156.
_____, Arts in England 2003: attendance, participation and attitudes, London: ACE, 2004, 120.

ACE, 2005 Annual Review, London: ACE, 2005, 179.

ACE, Report of the Peer Review, London: 2005, 43.

FRAYLING Sir C., The Only Trustworthy Book: Arts and Public Value, London: ACE, 2005, 28.

Sources gouvernementales, rapports officiels, lois

<www.culture.gouv.fr/discours> (Ministère de la Culture, France)

<www.odpm.gov.uk> (Office of the Deputy Prime Minister)

<www.london.gov.uk> (Assemblée de Londres)

<www.culture.gov.uk> (DCMS)

Gambling Review (Budd Report), CM 5206

1993 et 1998 National Lottery Acts <www.opsi.gov.uk/acts/acts1998/19980022.htm><europa.eu.int/comm/culture/action/coope>

National Campaign for the Arts, <www.artscampaign.org.uk>

NCA News, n° 1, 1985 ; n° 4, 1986 ; n° 45, 1997 ; n° 50, 1999 ; n° 61, 2002 ; n° 69, 2005.
____, Reorganising Local Government, London: NCA 26/01/1995.
____, 10 Years of the NCA, 10/1995.
____, The Future of the Arts Council, 18/03/1994, South Bank Centre, London: NCA, 1994.

NCA seminar, The National Lottery, Whatever Next? Barbican centre, 24/06/1996.

Articles de journaux

AILLAGON Jean-Jacques, BERGE Pierre, « Éloge du mécénat », Le Figaro, 04/04/2002.

MACSHANE Denis, “Europe Minister celebrates ‘rebirth’ of European Art and culture”, The Financial Times, 20/08/2003.“Linklater’s Scotland”, Scotland on Sunday, 01/01/2006.

KENNEDY Maev, “Streamlined Arts Council foresees happier days”, The Guardian, 13/02/2003

LEBRECHT N., “The Red Baroness swoops in”, The Daily Telegraph, 27/06/2001.

WILLIAMS Zoe, “Life’s a Lotto”, The Guardian, 15/10/2002.

MILNER C., “Arts Council to cut a third of its staff”, The Sunday Telegraph, 30/06/2002.

HIGGINS Charlotte, “For a few pennies more”, The Guardian, 28/10/2002.

Entretiens

Victoria Todd, directrice de la NCA, 10/2005.

Clive Gray, lecturer à Leicester University, 10/2005.

Autobiographie

THATCHER Margaret, The Downing Street Years, London: Harper Collins, 1993, 914.

Sources secondaires

ARNOLD Matthew, Culture and Anarchy & Other Writings, Cambridge: CUP, 1993, 248.

AVRIL Emmanuelle, « Le Dilemme des travaillistes face à la loterie nationale », Revue Française de Civilisation Britannique, vol. 10-2, 04/1999, 65-81.

BIANCHINI Franco, PARKINSON Michael, Cultural Policy and Urban Regeneration, the West European Experience, Manchester: Manchester University Press, 1993.

BRAULT Simon, « Les arts et la culture comme nouveaux moteurs de développement économique et social », Options Politiques, mars-avril 2005, 57-61.

CENTRE FOR CULTURAL POLICY RESEARCH, Public Spending on the Arts within the UK, Glasgow: Glasgow University, 2004, 10.

CHARLOT Monica, La démocratie à l’anglaise, les campagnes électorales en Grande-Bretagne depuis 1931, Paris: Armand Colin, 1972, 313-316.

CLARK Kenneth, The Other Half, London : Hamish Hamilton, (1977) 1986.

CREIGH-TYTE Stephen, STIVEN Gareth, “Why does Government Fund the Cultural Sector?”, 173-188, in Sara Selwood (ed.), The UK Cultural Sector, Profile and Policy Issues, London: PSI, 2001.

DEVLIN Graham, HOYLE Sue, (Conseil franco-britannique), Le Financement de la culture en France et en Grande-Bretagne, Paris : L’Harmattan, 2001, 97.

DOUSTALY Cécile, « La politique culturelle britannique, entre particularisme et européanisation » pp. 103-120, in t. SANDU (dir.), Identités nationales, identité européenne, visibilité internationale, Paris : L’Harmattan, 2004.

ELIOT t. S., Notes towards the Definition of Culture, London: Faber and Faber, 1962 (1948), 412.

EQUITY, Theatre Funding Conference Report, London: Equity, 2000, 45.

FABRE Clarisse, « Les prix d’entrée divisent les grands musées du monde », Le Monde, 16/01/2005.

GRAY Clive, The Politics of the Arts in Britain.London: Macmillan, 2000, 224.

GRAY Clive, “‘Oligarchy by patronage’: the membership of the Arts Council”, unpublished paper, Leicester University, 1998, 22.

HEWISON Robert, “Cultural Policy”, 535-554, in SELDON A. (ed.), The Blair Effect. London: Little, Brown & Company, 2001, 661.

HEWISON Robert, Culture and Consensus, London: Methuen, 1997, 366.

HOGGART Richard, The Way We Live Now, London: Pimlico, 1996, 352.

MORLEY David, ROBINS Kevin, dir., British Cultural studies, Oxford: OUP, 2001, 522.

MYERSCOUGH John, The Economic Importance of the Arts in Britain, Abingdon: PSI, 1988, 256.

PEVSNER Nikolaus, The Englishness of English Art, Harmondsworth: Penguin, 1976, 229.

RIDLEY F. F., “Tradition, Change, and Crisis in Great-Britain”, in Milton C. Jr Cummings, Richard S. KATZ, (eds.), The Patron State : Government and the Arts in Europe, North America, and Japan, Oxford : OUP, 1987, 225-253.

SELWOOD Sara, “Measuring Culture”, 30/12/2002, <spiked-online.com/Articles/00000006DBAF.htm>.

SMITH Chris, Creative Britain. London: Faber & Faber, 1998, 170.

STICHT Pamela, Culture européenne ou Europe des cultures ? Paris: L’Harmattan, 2000, 15-33.

TAYLOR Andrew, “‘Arm’s Length but Hands on’. Mapping the New Governance: the Department of National Heritage and Cultural Politics in Britain”, in Public Administration, vol. 75, Autumn 1997, 441-466.

TOYNBEE Polly, WALKER David, Did Things Get Better?, An Audit of Labour’s Successes and Failures, London : Penguin, 2001, 274.

TUSA John, Art Matters, Reflecting on Culture, London: Methuen, 2000, 212.

VALDIN-GUILLOU Alice, « Un Aspect de la politique culturelle en Grande-Bretagne : le rôle de l’Arts Council », Les Cahiers Charles V, Université Paris VII, n° 3, avril 1981, 107-125.

Haut de page

Notes

1  Arts Council England distribue actuellement environ un quart des fonds du DCMS. Il soutient principalement les arts vivants et les arts visuels (aide à la création, à la production et à la pratique) ainsi que les galeries d’art contemporain et certaines expositions. Les musées sont sous la tutelle d’un autre NDPB, le Council for Libraries and Museums. ACE, Report of the Peer Review, London: 2005, 15.

2  Les membres volontaires de ces organismes sont souvent issus des milieux dirigeants et des élites artistiques. Robert Hewison, Culture and Consensus, London: Methuen, 1997, 75, 140; Clive Gray, “’Oligarchy by patronage’: the membership of the Arts Council”, unpublished paper, Leicester University, 1998.

3  En 1948, T. S. Eliot considérait que le concept anglo-saxon de culture souffrait d’un excès de sens. Notes towards the Definition of Culture, London: Faber and Faber, 1962 (1948), 13.

4  Nikolaus Pevsner, historien d’art, publia The Englishness of English Art, Harmondsworth: Penguin, 1976, 229.

5  “not […] a ruling class that genuinely believe in the value of culture”, Kenneth Clark, The Other Half, London: Hamish Hamilton, (1977) 1986, 123.

6  “It is fashionable to describe the British attitude to public funding for the arts as philistine, grudging […] to some extent all that is true, but there is more to be said”, Richard Hoggart, The Way We Live Now, London: Pimlico, 1996, 216.

7  Matthew Arnold a introduit la notion de « Philistins » au XIXe siècle pour décrire un rejet de la culture qu’il observait dans toutes les classes sociales : Culture and Anarchy & Other Writings, Cambridge : CUP, 1993, 248.

8  John Tusa, Art Matters, Reflecting on Culture, London: Methuen, 2000, 210.

9  La Royal Opera House et l’English National Opera recevaient environ 1/8e du budget (hors loterie nationale) de l’Arts Council en 1996 et encore 1/9e en 2005 (de 23 à 39 millions de livres sterling). David Morley, Kevin Robins (eds.), British Cultural studies, Oxford: OUP, 2001, 238 ; ACE, 2005 Annual Review, London: ACE, 2005, 79-94.

10  Stephen Creigh-Tyte, Gareth Stiven, « Why does Government Fund the Cultural Sector? », 173-188, in Sara Selwood (ed.), The UK Cultural Sector, Profile and Policy Issues, London: PSI, 2001, 183.

11  Les localités travaillistes ont traditionnellement dépensé davantage pour la culture que les autres, notamment parce qu’elles dirigeaient les grandes métropoles. Les municipalités n’ont reçu l’autorisation discrétionnaire de subventionner les arts qu’en 1948. Clive Gray, op. cit., 138, 168, 175-176.

12  NCA, NCA News, n° 45, 1997, 12.

13  Simon Brault, « Les arts et la culture comme nouveaux moteurs de développement économique et social », Options Politiques, mars-avril 2005, 61. Voir aussi Richard Hoggart, The Way We Live Now, op. cit., 352.

14  “We will adopt a more modern definition of the arts, one that is open to current trends in emerging (and often challenging) arts practice […]. We will be unabashed about excellence in the arts. By excellence, we mean the highest possible achievement, not a value system placed on, one group by another”, ACE, Ambitions for the arts, 2003-2006 Manifesto, London: ACE, 2003, 5. Les artistes issus de minorités ethniques ont reçu 10 % des subventions d’ACE en 2004-05. ACE, Annual Review 2005, London : ACE, 2005, 4, 45-46.

15  Pamela Sticht, Culture européenne ou Europe des cultures ? Paris : L’Harmattan, 2000, 15-33.

16  “As alien to British traditions as that of a ministry of justice”, F. F. Ridley, “Tradition, Change, and Crisis in Great-Britain”, in Milton C. Jr Cummings, Richard S. Katz (eds.), The Patron State: Government and the Arts in Europe, North America, and Japan, Oxford: OUP, 1987, 225-253.

17  Depuis 2005, le portefeuille du secrétariat d’État intègre de nombreux domaines en sus des arts, ce qui justifie aussi ce changement : patrimoine, musées, bibliothèques, éducation et politique sociale, secteur associatif, politique régionale et locale, combat contre la haine raciale et religieuse. <www.culture.gov.uk /about_dcms/ministers> (12/06/2005).

18  Ce principe limitait initialement les fonds de la loterie à 50% des projets de construction, laissant le financement des 50% restants et des dépenses de fonctionnement aux subventions publiques afin de garantir la stabilité du secteur. NCA seminar, The National Lottery, Whatever Next? Barbican centre, 24/06/1996, 2.

19  La dernière enquête a été intégrée à l’Omnibus Survey de l’ONS(échantillon de 6 025 adultes âgés de plus de 16 ans), l’autre est publiée par son commanditaire, l’Arts Council. ACE, Arts in England 2003: attendance, participation and attitudes, London : ACE, 2004, 20-29.

20  Voir le chapitre “Attitudes to the arts and cultural activities “, ACE, Arts in England 2003, op. cit., 13, 67-73.

21 “This shift in the nation’s appetite for the arts and culture – and the support for public funding – is linked both to the unprecedented investment in the arts from the National Lottery and from the Treasury in recent years, and to the increasing accessibility of what’s on offer. [] That, in turn, creates an appetite and a demand for yet more art.And we are happier to pay for that art through taxes and through a weekly flutter on the lottery. It’s a virtuous circle”. Sir C. Frayling, The Only Trustworthy Book : Arts and Public Value, London : ACE, 2005, 5.

22  De grandes institutions comme le MoMA à New York, le Prado à Madrid, ou le Louvre à Paris ont augmenté leurs tarifs, alors que les Britanniques et les Suédois ont choisi la gratuité. La division « dirigiste/libéral » ne s’applique donc pas ici. Clarisse Fabre, «  Les prix d’entrée divisent les grands musées du monde », Le Monde, 16/01/2005.

23  Monica Charlot, La Démocratie à l’anglaise, les campagnes électorales en Grande-Bretagne depuis 1931, Paris : Armand Colin, 1972, 313-316.

24  Association of British Orchestras, British Actors Equity Association, le syndicat des acteurs, Society of West End Theatres, Theatrical Management Association. Faute de pouvoir bénéficier, du fait de sa dimension politique, d’un statut associatif, la NCA fut créée en tant que société commerciale. <www.artscampaign.org.uk/nca/history.html> (22/08/2004).

25  En particulier, la suppression des six Metropolitan Counties et du Greater London Council (travailliste et grand protecteur des arts). Le National Lobby for the Arts (NLA) et British Arts Voice (BRAVO) furent intégrés à la NCA. NCA News, n° 1, 1985, n° 4, 1986.

26  NCA, Reorganising Local Government, London : NCA 26/01/1995, 3.

27  “I was not convinced that the state should play Maecenas. Artistic talent […] is unplanned, unpredictable, excentrically individual. Regimented, subsidized, owned, determined by the state, it withers. Moreover the ‘state’ in this case comes to mean the vested interests of the arts lobby”, M. Thatcher, op. cit., 632.

28  NCA/ Bragg Melvyn (président de la NCA), 10 Years of the NCA, Winter 1995, 1.

29  “The arts do not receive the backing they deserve because they are not a high priority for the opinion-formers and decision-makers. If the arts are to move up the political agenda, public and political attitudes need to be changed. That means sustained lobbying, research and campaigning.”NCA, 10 Years of the NCA, 10/1995, 1.

30  Vote du budget, éducation et actions en faveur de la jeunesse, études artistiques, réorganisations du gouvernement local, juste distribution des fonds de la loterie, défense de la valeur universelle de la culture, des arts traditionnels ou plus innovants, des petites comme des grandes compagnies. <www.artscampaign.org.uk> (22/08/2004).

31  Compagnies d’arts vivants, musées et galeries, collectivités locales, syndicats, écoles, groupes médias, centres d’art. <www.artscampaign.org.uk> (22/08/2004).

32  La réforme est fondée sur les réponses des questionnaires remplis par les membres. Subvention du Regional Arts Lottery Programme. NCA, NCA News, n° 61, Autumn 2002, 6.

33  “NCA Friday Briefing: campaigns update”, 20/01/2005, mail envoyé aux membres de la NCA. Entretien avec Victoria Todd, directrice de la NCA, octobre 2005.

34  Clive Gray, The Politics of the Arts in Britain, London : Macmillan, 2000, 181.

35  Graham Devlin, Sue Hoyle, (Conseil franco-britannique), Le Financement de la culture en France et en Grande-Bretagne, Paris : L’Harmattan, 2001, 96.

36  Fonds régional (FEDER) et social (FSE) européens. G. Devlin, S. Hoyle, op. cit., 5.

37  “public spending generated by a peculiar tax on gambling”, Polly Toynbee, David Walker, Did Things Get Better ?, An Audit of Labour’s Successes and Failures, London : Penguin, 2001, 65. Voir aussi Emmanuelle Avril, « Le Dilemme des travaillistes face à la loterie nationale », Revue Française de Civilisation Britannique, vol.10-2, 04/1999, 65-81.

38  La Royal Opera House nécessita ainsi 39 % de fonds supplémentaires après sa réhabilitation. Surcoût qui, après des années d’expérience, est mieux géré par le ministère Français. G. Devlin, S. Hoyle, op. cit., 98, 87-88.

39  Amendement la loi de 1993. Voir la partie 6, “The New Good Causes and the re-allocation of lottery money “. Le texte de la loi peut être consulté sur le site <www.opsi.gov.uk/acts/acts1998/19980022.htm> (10/09/2005).

40 NCA News, n° 61, autumn 2002, p. 6. HMSO, Gambling Review (Budd Report), CM 5206, 211. <www.culture.gov.uk/global/publication/archive_2001/gamb_rev_report.htm>  (21/08/2002). Voir le chapitre 35 sur les implications possibles des recommandations de dérégulation sur les subventions de la loterie.

41 NCA News, n° 61, autumn 2002, 6.

42 Lottery for All, Regional Arts Lottery Programme, Voluntary Arts Network. <www.culture.gov.uk/about_dcms /default.htm> (18/03/2005). Equity, Theatre Funding Conference Report, London: Equity, 2000, 31-32.

43 <www.artscouncil.org.uk/pressreleases>, «Arts enter new era of growth», 25/03/2003.

44 Arts Council England, 2003 Annual Review, op. cit., 127.

45  Compte-rendu de la délégation NCA/Voluntary Umbrella Bodies auprès de la ministre des Arts, la Baronne Blackstone, le 4/112002, NCA, NCA News, Autumn 2002, n° 61, 7.

46  Dont 71 % pour les projets immobiliers. <www.artscouncil.org.uk/aboutus/investment.php> (10/09/2005).

47  Environ 120 millions de livres sterling en 1998. G. Devlin, S. Hoyle, op. cit., 83-86.

48  D’où la loi française du 01/08/2003 en faveur du mécénat, des fondations et des associations. <www.culture.gouv.fr/discours> (18/12/2002).

49  Les chiffres restent indicatifs car les calculs varient selon les pays. Arts and Business estimait en 1976 le montant du mécénat culturel d’entreprise à 0,6 millions de livres sterling pour 119 en 2004-05. Le total, incluant les dons individuels et des fondations s’élevait à 452 millions de livres sterling. <www.aandb.org.uk/render.aspx?> (10/06/2005). A&B, Statistical Data from the annual A&B Survey, London : A&B, 2004, 1. A&B, Private Investment Benchmarking Survey 2004-05, London : A&B, 2005, 2.

50  “Business understands the true value of the arts”, <www.aandb.org.uk/>, “New A&B Figures” (15/12/2005).

51  Jean-Jacques Aillagon, Pierre Bergé, « Éloge du mécénat », Le Figaro, 04/04/2002.

52  Le budget 2006 pour la création (équivalent des attributions de l’ACE) s’élève à 901 millions d’euros (environ 617 millions de livres sterling). <www.culture.gouv.fr /culture /actualites /index-budget2006.html> (10/10/2005).

53  Elles étaient déjà passées de 195 à 230 millions de livres sterling de 1997 à 2000. ACE, History of ACE, London : ACE, 2004, 10. Le montant est gelé jusqu’en 2007-08 à 410 millions de livres sterling. <www.culture.gov.uk/arts/funding_for_arts/ artsfunding_gov.htm> (13/11/2005).

54  Selon les modes de calcul, entre 2000 et 2003. R. Hewison, “Cultural Policy”, in A. Seldon, (ed.), The Blair Effect, London: Little, Brown & Company, 2001, 542 ; Centre for Cultural Policy Research, Public Spending on the Arts within the UK, Glasgow : Glasgow University, 2004, 10.

55  En 2004-05, l’allocation de base d’ACE s’élevait à 370 millions, l’organisme redistribuant environ 170 millions de fonds de la loterie. ACE, Annual Review 2005, op. cit., 47, 99. Les institutions culturelles dégagent également leurs propres revenus (billetterie, librairies…).

56  Aujourd’hui, ACE octroie presque la moitié des fonds destinés à ses agences à l’agence londonienne. ACE, Annual Review 2005, op. cit., 61.

57  Franco Bianchini, Michael Parkinson, Cultural Policy and Urban Regeneration, the West European Experience, Manchester: Manchester University Press, 1993, 16.

58 Charlotte Higgins, ‘For a few pennies more’, The Guardian, 28/10/2002.

59  (5,5 en 1984-85). Et ce alors même que la politique de l’Arts Council, « Glory in the Garden », visait à rééquilibrer l’offre aux régions. Entre 1983-84 et 1988-89, la contribution de l’ACGB aux RRA passe de 14 % à 23,5 % de son budget. F. Bianchini, M. Parkinson, Cultural Policy and Urban Regeneration, op. cit., 7-8, 10.

60  F. F. Ridley, “Tradition, Change, and Crisis in Great-Britain”, op. cit., 225-253.

61  En particulier le rapport Myerscough. Selon Clive Gray, ce grand amateur d’art aurait légèrement « gonflé » ses résultats en intégrant les industries culturelles. John Myerscough, The Economic Importance of the Arts in Britain, Abingdon: PSI, 1988, 256.

62  Andrew Taylor, “Arm Length but Hands on. Mapping the New Governance: the Department of National Heritage and Cultural Politics in Britain”, inPublic Administration, vol. 75, Autumn 1997, 441-466.

63 <www.artscouncil.org.uk/regions/information—detail> (06/10/04), NCA, n° 45, 1997, 19 ; C. Gray, The Politics of the Arts in Britain, London : Macmillan, 2000, 68-70, 145-149.

64  ACGB, A Creative Future, London: HMSO, 1993, 167.

65  Charte royale du 1er avril 1994. Depuis 1999, l’Arts Council of Wales et le Scottish Arts Council ne sont plus responsables, comme ACE, devant le Parlement mais devant leurs Assemblées Nationales. Leur indépendance a récemment été réduite, ce qui inquiète Christopher Frayling. ACE, Annual Review 2005, London: ACE, 2005, 2.

66  NCA, The Future of the Arts Council, Report of Proceedings of the seminar organised by the NCA, 18/03/1994, South Bank Centre, London: NCA, 1-2.

67  “Slimmed-down ACE unveils new strategy”, NCA, Arts News, Summer 1999, n° 50, 4, 7.

68  120 % en livres courantes entre 1997-98 et 2005-06(allocation du gouvernement, hors loterie nationale). Les subventions ont augmenté  de 186 à 410 millions de livres en 8 ans. <www.artscouncil.org.uk/historyoftheartscouncil> (09/08/2004).

69  Allocation du gouvernement, hors loterie nationale. Les subventions ont augmenté  de 186 à 410 millions de livres en 8 ans. <www.artscouncil.org.uk/historyoftheartscouncil> (09/08/2004).

70  ACE, Annual Review 2005, op. cit., 35-36.

71  Le Dôme de la connaissance, musée des innovations initié par le gouvernement Major et grand projet des célébrations du millénaire, s’est transformé en gouffre financier pour l’administration Blair. R. Hewison, “Cultural Policy”, op. cit., 546-550.

72  Les programmes s’intitulaient : Lottery for All, Regional Arts Lottery Programme, Voluntary Arts Network. Equity, Theatre Funding Conference Report, London: Equity, 2000, 31-32.

73  Correspondant aux limites géographiques des Regional Development Agencies. Maev Kennedy, “ Streamlined Arts Council foresees happier days”, 13/02/2003 ; ACE, Annual Review 2005, op. cit., 37 ; <www.artscouncil.org.uk/regions/information—detail> (06/10/04).

74  La création en 1999 de la Quality, Efficiency and Standards Team dont la vocation était de mesurer la qualité des services des organismes subventionnés par le DCMS, préfigurait cette évolution.

75  La France avait connu cette « décentralisation centralisée » lors de la création des DRAC dans les années 1960 et 1970.G. Devlin, S. Hoyle, Le Financement de la culture en France et en Grande-Bretagne, op. cit., 26.

76an unaccountable national quango”  ; “Mayor and Assembly say no to new centralised Arts Board”, 15/03/2001, <www.london.gov.uk/view_ press_release> (01/10/02).

77  N. Lebrecht, “The Red Baroness swoops in”, The Daily Telegraph, 27/06/2001.

78 Soit 28 pence par livre. Zoe Williams, “Life’s a Lotto”, The Guardian, 15/10/2002.

79 C. Milner, “Arts Council to cut a third of its staff”, The Sunday Telegraph, 30/06/2002.

80  L’échec massif du référendum de 2004 sur l’établissement d’une assemblée régionale dans le Nord-Est a fragilisé le projet. <www.odpm.gov.uk/index.asp?id=1139561> (15/10/2004).

81 ACE/LGA, Local government and the arts, A Vision for partnership, London: ACE, 2003, 9.

82  Dont le Touring Programme et le Regional Arts Lottery Programme.ACE,2003 Annual Review, op. cit., 127.

83  “public investment in the arts”. ACE, 2005 Annual Review, op. cit., 35.

84  ACE a évalué le coût de cette restructuration à 5,2 millions de livres pour l’année 2002-03, dont 2,2 millions ont été financés par la loterie nationale. ACE, 2003 Annual Review, op. cit., 88, 135.

85 ACE London, Newsletter n°1, op. cit., p. 2. ACE a dépassé ses objectifs en réalisant 5,8, puis 7 millions de livres sterling d’économies d’administration en 2003-04 et en 2004-05. ACE, 2005 Annual Review, op. cit., 37.

86 <www.artscouncil.org.uk/regions> (06/10/2004) ; ACE , 2003 Annual Review, op. cit., 34, 38 et 53.

87  ACE, Report of the Peer Review, op. cit., 15-27.

88  Entretiens avec Victoria Todd, directrice de la NCA et Clive Gray, lecturer à Leicester University, 10/2005.

89  NCA, NCA News, n° 45, 1997, 12 ; NCA News, n° 69, 2005.

90  Sara Selwood, “Measuring Culture”, 2002, <spiked-online.com> (12/12/2003).

91  Clive Gray, “Managing the Unmanageable: the Politics of Cultural Planning”, Public Policy and Administration (Joint University Council) n° 21, 2006.

92  “Linklater’s Scotland”, Scotland on Sunday, 01/01/2006.

93  L’UE s’est concentrée sur l’éducation, le patrimoine, les industries culturelles et les législations protégeant les médias ou les droits d’auteurs. <europa.eu.int/comm/culture/action/coope—fr.htm> (12/11/2003).

94  Article 22. La charte a été adoptée le 7 décembre 2000. Elle n’a pas de portée juridique directe, contrairement au Traité. <europa.eu.int/comm/culture/action/coope> (12/11/2003).

95  «The best thing about the rebirth of European Art and culture is that it is not directed from Brussels. There is a modest EU budget for culture. But it is seed-corn money to facilitate private sponsorship […] so that the cultural traditions of all EU countries have a presence. Since the 1991 Maastricht treaty, the EU has committed to promoting culture. But this is one EU policy area where less means more. There is, thank goodness, no common cultural policy, no harmonising directive telling Europeans how to sing or write». «Europe Minister celebrates “rebirth” of European Art and culture», The Financial Times, 20/08/2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pourcentage de personnes endossant les opinions suivantes selon qu’elles pratiquent ou non des activités culturelles ou artistiques (2003)
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/1505/img-1.png
Fichier image/png, 266k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Doustaly, « Les Politiques de soutien à l’art en Angleterre depuis 1990 : « exception britannique », dirigisme ou modèle hybride ? », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. V - n°1 | 2007, 6-32.

Référence électronique

Cécile Doustaly, « Les Politiques de soutien à l’art en Angleterre depuis 1990 : « exception britannique », dirigisme ou modèle hybride ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. V - n°1 | 2007, mis en ligne le 19 octobre 2009, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/1505 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.1505

Haut de page

Auteur

Cécile Doustaly

(Paris III, France)
Cécile Doustaly enseigne à l’Université de Paris XIII, et termine une thèse de Doctorat, à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, sur « les politiques culturelles de la Grande-Bretagne depuis 1945 ». Elle est l’auteur de plusieurs articles, notamment « La Décentralisation des politiques culturelles en Angleterre », (Revue Française de Civilisation Britannique, vol. XIII, n° 2, 2005), et « Le Financement européen des arts en Angleterre », (Traian Sandu (dir.), Identités nationales, identité européenne, visibilité internationale, Paris : L’Harmattan, 2004).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals