Navigation – Plan du site
Pensées et politiques nationales dans un cadre mondialisé

L’Empire en question : origines et développement d’un débat américain contemporain

The Imperial Question: Origins and Development of a Contemporary American Debate
Céline Letemplé
p. 161-190

Résumé

Since the end of the Cold War and even more so since the Bush administration adopted an interventionist foreign policy, the notion of Empire has reappeared in the American debate over U.S. foreign policy. If most Americans deny that the United States is an Empire, an intellectual debate opposes proponents and opponents of American imperialism. Apologists for Empire are neoconservative or liberal thinkers who share the same exceptionalist triumphalism and messianic idealism. Even though members of the Bush administration have declared that the United States is not an Empire, the 2002 National Security Strategy has neo-imperialist overtones that have triggered anti-imperialist reactions across the American political spectrum. This article gives an overview of this American intellectual debate; it shows that if the return of the imperial theme is the direct consequence of the rising influence of the neoconservatives on U.S. foreign policy, they are not the only promoters of an American Empire; and it finally argues that the mainstreaming of the formerly leftist anti-imperialist stance proceeds from the radicalization of both the discourses influencing decision-makers in Washington and the foreign adventures of the Bush administration.  

Haut de page

Texte intégral

1Depuis la fin de la guerre froide, et avec une virulence accrue depuis le 11 septembre 2001, la question de l’Empire ou de l’impérialisme américain fait l’objet d’un débat passionné aux États-Unis parmi les commentateurs de la politique étrangère américaine. En effet, depuis la fin du monde bipolaire et plus encore depuis que l’administration Bush a adopté une politique étrangère interventionniste musclée, de multiples publications américaines – ouvrages et articles – s’interrogent pour savoir si l’Amérique est en train de céder à la tentation impériale et même pour déterminer si les États-Unis sont ou ont toujours été un Empire.

  • 1  Le terme de radicalisme renvoie ici à une position de gauche s’opposant aux mouvances politiques t (...)
  • 2  En France, depuis l’ouvrage de Raymond Aron, la position des spécialistes de relations internation (...)

2Au-delà du débat sur la nature de la superpuissance américaine, ces intellectuels se demandent comment décrire et définir au mieux le rôle prépondérant des États-Unis dans le monde, à l’heure où leur puissance leur laisse un vaste éventail de choix possibles. Le plus frappant à travers la réapparition de cette notion est, d’une part, sa généralisation, car elle est utilisée par un large spectre d’intellectuels de tous bords politiques alors que le terme avait pendant longtemps été presque monopolisé par la gauche dite « radicale » (radical left)1 et, d’autre part, sa revalorisation, car elle n’est plus seulement utilisée pour critiquer une politique étrangère jugée trop interventionniste, mais elle est ouvertement employée par certains pour encourager et légitimer une attitude néo-impérialiste. Si pour un public français l’utilisation de ce terme peut paraître banale pour désigner les États-Unis2, elle l’est beaucoup moins aux yeux de l’opinion américaine pour qui elle a toujours été et pour qui elle reste encore majoritairement taboue. La notion appliquée aux États-Unis est d’ailleurs loin de faire l’unanimité chez les commentateurs et les architectes américains de la politique étrangère de leur pays. Beaucoup, dont les membres de l’administration Bush, s’en tiennent à la position traditionnelle du déni de l’Empire et se refusent à employer un terme qu’ils jugent impropre à décrire un pays sans colonies qui s’est construit en opposition à l’impérialisme britannique, autour des notions de liberté et de démocratie.

  • 3  On préfère ici garder le terme américain car il n’existe pas d’équivalent satisfaisant en français (...)

3L’analyse qui suit n’entend pas se prononcer sur la question de l’existence de l’Empire américain. L’ambition de cet article sera plutôt de donner un aperçu du débat intellectuel qui se déploie aux États-Unis entre politologues, historiens et idéologues dans les revues de relations internationales, la presse généraliste, les publications universitaires, les livres et articles d’opinion et les productions des think tanks3 s’intéressant aux questions stratégiques ; de montrer que si cette remise au goût du jour du thème impérial découle directement de l’influence grandissante des thèses néo-impérialistes des néo-conservateurs sur la politique étrangère américaine, ils n’en sont pas pour autant les seuls promoteurs ; et enfin que la généralisation de la position anti-impérialiste, autrefois confinée aux extrêmes du spectre politique et aux marges des débats, est la conséquence d’une double radicalisation : celle des discours influençant la prise de décision à Washington d’une part, et celle de la politique étrangère menée par l’administration de George W. Bush, d’autre part. Il s’agira, dans un premier temps, de présenter les emplois américains des termes d’Empire et d’impérialisme appliqués aux États-Unis avant la rupture du 11 septembre 2001 et ses conséquences sur la définition de la stratégie américaine. Dans un second temps, on explorera les positions néo-impérialistes en vogue depuis les attentats. Enfin, on montrera qu’il existe deux types de refus de ces discours dans les débats au sein de l’élite s’intéressant à la politique étrangère américaine : une position traditionnelle de déni de l’Empire et un nouveau type d’anti-impérialisme au sein même de l’Establishment, autrefois réticent à utiliser des termes trop connotés politiquement à gauche et par là même exclus du débat. Étant donné l’étendue de celui-ci et donc le volume des sources à prendre en considération, il est bien évident que l’approche ne saura être exhaustive et qu’elle se limitera à un certain nombre d’exemples jugés significatifs.

L’ « Empire » avant le 11 septembre 2001 : bref historique de l’usage américain d’une notion problématique

  • 4  Au XIXe siècle, le thème impérial était pratiquement absent des discours justifiant l’expansionnis (...)
  • 5  Voir, par exemple, The Federalist No. 1, 13, 14, 22, 23, 28, 40, 46, 53, dans Jacob E. Cooke, The (...)
  • 6  Pour Thomas Jefferson en particulier, les États-Unis deviendraient un « Empire de la liberté », c’ (...)
  • 7  Voir en particulier le prêche prononcé par le Révérend Thomas Brockaway en 1784 et le poème de Dav (...)
  • 8  Pendant la guerre du Viêt-Nam, les accusations d’impérialisme américain étaient l’un des thèmes fa (...)
  • 9  On doit cette expression à Ronald Reagan qui l’utilise pour la première fois dans un discours du 8 (...)

4Si l’usage de la notion d’ « Empire américain » a toujours été problématique aux États-Unis, celui-ci n’a rien de nouveau et est même aussi vieux que la République elle-même. Cependant, et de manière assez paradoxale, le thème impérial n’a jamais été dominant au cours de l’histoire américaine et n’a pas été utilisé de manière constante, que ce soit d’un point de vue chronologique ou sémantique. On peut considérer l’histoire américaine comme une alternance de courts moments pendant lesquels le terme d’ « Empire » a été utilisé pour désigner ou justifier une politique étrangère expansionniste ou interventionniste et de périodes beaucoup plus longues où d’autres mots ont été privilégiés4. De plus, les sens des notions d’ « Empire » et d’ « impérialisme » appliquées aux États-Unis ont évolué avec les formes mêmes de la puissance américaine. Il semblerait que l’alternance chronologique dont il vient d’être question ait pour pivots quatre moments cruciaux de l’histoire des États-Unis correspondant à des périodes de crise ou de transition pendant lesquelles ils ont étendu leur puissance et/ou ont dû faire des choix déterminants en ce qui concernait leur rôle dans le monde. Ces quatre moments sont les suivants : la période faisant directement suite à la révolution américaine, la période postérieure à la guerre hispano-américaine de 1898, la guerre du Viêt-Nam, et la période suivant le 11 septembre 2001. Dans la période post-révolutionnaire, le thème impérial était présent dans les discours politiques, religieux et littéraires qui servaient à célébrer la naissance de la jeune République. Dans leur correspondance et dans les Federalist Papers5, les « Pères fondateurs » de la République américaine utilisaient le terme d’ « Empire » pour glorifier la nouvelle nation et pour lui promettre un avenir glorieux. Ils élaborèrent une doctrine expansionniste anti-coloniale en associant les termes apparemment contradictoires d’Empire et de liberté6. Mais le thème impérial apparaissait également dans les prêches religieux et les odes poétiques à la gloire de l’Amérique7. Lorsque les États-Unis acquirent des territoires outre-mer après la guerre hispano-américaine de 1898, le thème de l’Empire refit surface dans un débat qui opposa les expansionnistes partisans de l’annexion des Philippines aux anti-impérialistes. Mais à ce moment-là comme pendant la guerre du Viêt-Nam8, ce sont presque exclusivement les critiques de la politique étrangère américaine qui osaient utiliser le terme d’impérialisme pour la désigner. Le terme d’ « Empire » appliqué aux États-Unis était majoritairement tabou pour justifier ou légitimer les choix géopolitiques d’un pays qui se considérait comme exceptionnel et foncièrement différent au regard de l’impérialisme européen d’une part, et soviétique d’autre part. Ce n’est d’ailleurs qu’après l’effondrement des régimes communistes et la disparition de l’ « Empire du mal »9 que la notion d’Empire appliquée positivement aux États-Unis refait progressivement son apparition pour finir par faire l’objet d’un véritable débat intellectuel dans l’Amérique de George W. Bush. Il s’agira donc maintenant de présenter ces discours néo-impérialistes, leur influence sur la prise de décision à Washington et ce qui explique leur réémergence.

Le néo-impérialisme contemporain : une idéologie qui brouille les catégories traditionnelles

  • 10  Le mot « liberal » aux États-Unis s’utilise par opposition à celui de « conservative ». Il signifi (...)
  • 11  On utilise le passé car, face à l’impopularité grandissante de la guerre en Irak, les néoconservat (...)

5On associe souvent la défense du néo-impérialisme aux intellectuels néo-conservateurs. S’il est vrai que les États-Unis leur doivent la remise au goût du jour du thème impérial, ils n’en sont pas pour autant les seuls défenseurs. Un certain nombre de journalistes et d’intellectuels « libéraux »10 se sont ralliés à leurs discours et en font la promotion. De la même façon, on a tendance à associer discours néo-impérialiste et soutien à l’administration Bush. Cependant, certains néo-impérialistes font preuve de peu d’enthousiasme face à la politique menée par George W. Bush en Irak ou en Afghanistan et proposent que les États-Unis s’engagent sur la voie d’un autre type d’impérialisme, plus franc et plus durable pour certains, plus multilatéraliste pour d’autres. Le, ou plutôt les, nouveaux discours impérialistes ne sont pas plus Républicains que Démocrates, pas plus néo-conservateurs que libéraux, pas plus pro- qu’anti-Bush : ils brouillent les catégories politiques ou idéologiques traditionnelles. Mais qu’ils se situent d’un côté ou de l’autre, on verra que les promoteurs de l’Empire américain ont eu une influence plus ou moins directe sur la prise de décision à Washington, et ce malgré leur petit nombre11.

Néo-impérialisme et néo-conservatisme

  • 12  Justin Vaïsse, « Le mouvement néo-conservateur aux États-Unis. Le deuxième âge du néo-conservatism (...)
  • 13  Pierre Hassner, « États-Unis : l’Empire de la force ou la force de l’Empire ? », op. cit.,43. Fran (...)
  • 14  Walter Russell Mead, Special Providence: American foreign policy and how it changed the world, New (...)
  • 15  Robert Kagan et William Kristol, “Toward a neo-Reaganite foreign policy”, Foreign Affairs, vol. 75 (...)
  • 16  “Statement of principles”, Project for a New American Century, 3 juin 1997, <http:// www.newameric (...)
  • 17  Voir, à ce titre, Joshua Muravchik, « The Neoconservative Cabal », Commentary, Vol. 116, n°2, sept (...)
  • 18  Le « néo-libéralisme » se distingue du libéralisme classique en politique étrangère par son adhési (...)
  • 19  Voir, à ce titre, l’article de Leo P. Ribuffo, “Why is there so much conservatism in the United St (...)

6Pour commencer, il faut préciser que les impérialistes néo-conservateurs appartiennent en général au troisième âge du néo-conservatisme tel que l’a défini Justin Vaïsse dans sa thèse de doctorat12. Ce troisième âge du néo-conservatisme naît au milieu des années 1990 et se développe pleinement depuis le 11 septembre 2001 car les attentats lui ont permis d’accroître son influence sur une administration Bush au départ plutôt isolationniste et réaliste. Il est représenté par des figures telles que William Kristol et Robert Kagan, éditeurs du Weekly Standard, mais aussi par Charles Krauthammer, Lawrence Kaplan, Douglas Feith ou Max Boot. Ils constituent une nouvelle génération de néo-conservateurs qui, contrairement aux représentants du premier ou du deuxième âge du néo-conservatisme, n’ont jamais été ni Trotskystes ni Démocrates mais ont toujours été des hommes de droite se distinguant par une conception particulière de la politique étrangère américaine que Pierre Hassner a qualifié de « wilsonisme botté »13. Chez eux comme chez leurs homologues libéraux, le néo-impérialisme s’articule en effet autour de notions contradictoires : il réussit à réconcilier une fascination certaine pour la puissance militaire et l’intervention armée avec l’idée de bienveillance et l’intention affichée de répandre la liberté et la démocratie dans le monde. En somme, si l’on s’amusait à croiser les catégories utilisées par Walter Russell Mead pour classer les écoles de pensée en matière de politique étrangère américaine, le néo-conservatisme résulterait de la rencontre des traditions wilsonienne et jacksonienne14. Du côté des néo-conservateurs, cet impérialisme hégémoniste, nationaliste et unilatéraliste est représenté par le think tank « Project for a New American Century » (PNAC) fondé en 1997 par William Kristol et Robert Kagan qui se prononçaient dès 1996 en faveur d’une « hégémonie mondiale bienveillante » des États-Unis sur le reste de la planète15. La déclaration de principes du PNAC, qui insiste en particulier sur la suprématie militaire américaine comme garant d’un ordre international favorable aux États-Unis aux niveaux sécuritaire, économique et idéologique, a été signée par de nombreux représentants du néo-conservatisme ou de proches de ce mouvement aux limites floues tels qu’Elliott Abrams, William J. Bennett, Jeb Bush, Dick Cheney, I. Lewis Libby, Norman Podhoretz, Donald Rumsfeld ou Paul Wolfowitz, dont beaucoup ont ou ont eu des responsabilités au sein de l’administration Bush16. Les idées néo-impérialistes des néo-conservateurs ont donc par ce biais eu une influence directe sur les décideurs de Washington. Cependant, la question de leur influence réelle fait encore aujourd’hui l’objet d’un débat. Alors que l’idée selon laquelle les néo-conservateurs tiendraient les rênes de la politique étrangère menée par l’administration Bush est presque devenue un poncif, certains commentateurs, dont des néo-conservateurs, tiennent à démentir que cela soit le cas tout en concédant que les idées mises en pratique par l’administration Bush convergent effectivement avec celles des néo-conservateurs17. Mais quelle que soit leur influence réelle ou supposée sur la prise de décision, il est certain que leurs idées néo-impérialistes ont conquis de nombreux « néo-libéraux »18 et dominent désormais une grande partie du centre de l’échiquier politique américain, qu’elles osent ou non dire leur nom. Tout comme on a assisté dans les années Reagan au « mainstreaming » du conservatisme19, on assiste sans doute aujourd’hui au « mainstreaming » de l’impérialisme, qu’il avance masqué ou à visage découvert.   

  • 20  Charles Krauthammer est chroniqueur au Washington Post et écrit aussi pour The New Republic ou les (...)
  • 21  Voir Charles Krauthammer, “The unipolar moment”, Foreign Affairs, vol. 70, n° 1, 1991, 23-33; “The (...)
  • 22  Donnelly est ancien reporter de guerre et membre du Project for a New American Century. Il est l’u (...)
  • 23  Voir Thomas E. Ricks, “Empire or not? A quiet debate over U.S. role”, Washington Post, 21 août 200 (...)
  • 24  Voir Robert D. Kaplan, Warrior politics: why leadership demands a pagan ethos, New York: Random Ho (...)
  • 25  Voir Max Boot, “The case for American Empire”, The Weekly Standard, Vol. 7, n°5, 15 octobre 2001 ; (...)

7Car ces idées ont également séduit de nombreux journalistes et essayistes américains partageant la même conviction que la sécurité des États-Unis passera par l’Empire et que l’expansion est dans l’intérêt national. Leur accès aux médias leur permet d’influencer le débat public de manière plus directe que les membres de l’administration qui, s’ils peuvent influencer la prise de décision, ont souvent du mal à toucher l’opinion. Les journalistes et essayistes séduits par le néo-conservatisme remplissent cette fonction. En voici quelques exemples. Charles Krauthammer20 défend une politique étrangère unilatéraliste hégémonique fondée sur la puissance qui serait au service de l’intérêt national et de la stabilité internationale. Il voit l’Empire américain comme un bouclier contre l’islamisme radical21. Pour Thomas Donnelly22, les États-Unis ont une mission impériale de gendarmes du monde car ils sont un Empire de démocratie et de liberté ayant une puissance militaire inégalée, mais encore insuffisante23. Dans un style encore plus explicite, le correspondant de The Atlantic Monthly, Robert D. Kaplan, fait l’apologie de la puissance et de la force militaire et conseille aux États-Unis de prendre exemple sur les Empires du passé. L’Empire est désirable car il met de l’ordre dans un monde chaotique et permet d’autre part de protéger certaines populations locales contre des attaques violentes24. Présentant aussi l’Empire britannique comme un exemple, Max Boot, ancien journaliste actuellement au très influent Council on Foreign Relations, écrit que la réponse la plus réaliste au terrorisme est que l’Amérique assume son rôle impérial. Les attaques terroristes du 11 septembre étaient selon lui la conséquence de l’insuffisance de la présence et des ambitions américaines à l’étranger. Il conclut donc qu’il faut les augmenter et préconise l’occupation temporaire de pays comme l’Afghanistan ou l’Irak dans le but, non pas d’imposer un ordre de façon permanente, mais de mettre sur pied des gouvernements responsables et démocratiques pour libérer des peuples opprimés. Selon lui, l’impérialisme américain aurait prouvé par le passé qu’il était une force positive ayant permis de propager les institutions libérales dans le monde et de vaincre le communisme, le nazisme, le régime des Talibans et le nettoyage ethnique pratiqué par les Serbes25.

8On voit donc bien que les impérialistes néo-conservateurs ont non seulement accès aux cercles du pouvoir mais aussi à l’opinion publique par l’intermédiaire de la presse écrite. C’est grâce à ces deux canaux qu’ils ont pu propager leurs idées et que celles-ci se retrouvent désormais défendues en dehors de leur berceau originel.

Néo-impérialisme et néo-libéralisme

  • 26  Le Britannique Sebastian Mallaby est journaliste au Washington Post ; l’Américain David Rieff est (...)
  • 27  A ce sujet, voir Charles Kupchan, “America’s place in the world”, The Washington Post, 3 avril 200 (...)
  • 28  Voir Sebastian Mallaby, “The reluctant imperialist: terrorism, failed states, and the case for Ame (...)

9Car l’apologie de l’Empire n’est pas seulement le fait des intellectuels néo-conservateurs. Le plus étonnant très récemment a été l’apparition d’une conception « libérale » de l’impérialisme américain. Des auteurs comme Sebastian Mallaby, David Rieff ou Michael Ignatieff26 se sont prononcés en faveur d’un impérialisme « libéral » dont les buts seraient avant tout de porter assistance aux États déliquescents (failed states) et aux populations menacées par des drames humanitaires. Déçus par l’aide internationale et les interventions multilatérales classiques des années 1990, ils ont apporté leur soutien aux faucons de l’administration Bush au moment de la guerre en Irak27. Mallaby demande aux États-Unis d’assumer leur rôle impérial et Rieff préconise une recolonisation partielle du monde par les États-Unis car l’alternative à l’« impérialisme libéral » à visage humain serait la « barbarie ». Michael Ignatieff s’est lui prononcé en faveur d’un impérialisme « allégé » de type humanitaire dont le but serait la reconstruction de pays tels que la Bosnie, le Kosovo ou l’Afghanistan. Selon lui, un impérialisme des puissances occidentales, piloté par les États-Unis, serait le préalable nécessaire à l’autonomie de ces pays et à la reconstruction d’un ordre mondial d’États-nations stables28. On le voit, le désir d’Empire de ces néo-impérialistes libéraux est parfois encore plus explicite que celui des néo-conservateurs.

Le néo-impérialisme à l’épreuve des faits : les déçus de la méthode Bush

  • 29  Voir à ce propos, Justin Vaïsse, « Petit guide des revues et des think tanks américains : les très (...)
  • 30  Ivo H. Daalder et James M. Lindsay, “American Empire, not ‘if’ but ‘what kind’”, The New York Time (...)
  • 31  James Chace écrit que les États-Unis sont un Empire né de la conjonction d’une quête de la sécurit (...)
  • 32  Voir en particulier Niall Ferguson, Colossus: The Price of America’s Empire, New York: The Penguin (...)
  • 33  Ignatieff, Boot et Ferguson appellent par exemple à prendre exemple sur l’Empire britannique. Une (...)
  • 34  Clyde Prestowitz, Rogue Nation: American unilateralism and the failure of good intentions, New Yor (...)

10Mais il existe aussi des néo-impérialistes manifestant moins d’enthousiasme pour la  politique actuelle de l’administration Bush, à gauche comme à droite. Pour eux, le débat autour de la question de l’existence de l’Empire américain est vain car ils sont convaincus qu’il existe depuis bien longtemps. Ils ne s’accommodent pas pour autant de la forme qu’il prend. Des intellectuels influents rattachés à des think tanks de premier plan réclament un autre type d’Empire. Du côté « libéral », au sens américain du terme, l’insatisfaction vient de l’unilatéralisme de l’Empire américain. Pour James M. Lindsay et Ivo H. Daalder de la Brookings Institution, think tank d’orientation libéral-démocrate29 ayant peu d’influence sur l’administration actuelle, le débat n’est pas de savoir si les États-Unis sont un Empire mais plutôt de savoir de quel type d’Empire il doit s’agir. Si les États-Unis veulent se maintenir à la tête de celui-ci, il faut abandonner l’unilatéralisme qui irrite ses partenaires et pourrait à terme déboucher sur une coalition de pays opposés aux États-Unis. Selon eux, la seule solution est donc d’adopter une politique plus multilatérale30. De même, James Chace, qui écrit dans le World Policy Journal du World Policy Institute, un think tank d’inspiration libérale internationaliste, s’exprime lui aussi en faveur de plus de multilatéralisme et de moins de messianisme. Il faudrait, selon Chace, trouver des buts communs aux États-Unis et à ses rivaux potentiels, la durabilité de l’Empire dépendant maintenant plus de sa capacité à ne pas commettre d’erreurs qu’à celle de ses rivaux à le renverser31. Enfin, parmi les impérialistes insatisfaits à droite, on trouve l’historien d’origine britannique Niall Ferguson, professeur à Harvard mais aussi chercheur rattaché au très conservateur et influent think tank de la Hoover Institution on War, Revolution and Peace. Il pense que les États-Unis ont toujours été un Empire mais qu’ils pèchent par leur refus de s’assumer comme tel et de s’engager sur le long terme dans les pays où ils interviennent. Il défend lui aussi l’idée d’un « Empire libéral » américain qui occuperait des régions entières de façon prolongée et durable, à la manière de l’Empire britannique32. Car c’est une des dernières caractéristiques des discours néo-impérialistes aux États-Unis : ils ont tendance à ressembler à ceux du XIXe siècle, la dimension raciale en moins, appelant même à directement prendre exemple sur les Empires du passé, en particulier les Empires romain et britannique33. Et, à l’instar de Clyde Prestowitz, on peut dire sans trop d’exagération que les néo-impérialistes américains sont les Rudyard Kipling de notre temps34. Mais qu’est-ce qui permet d’expliquer la résurgence de discours hérités du passé et qui n’ont jamais été très populaires aux États-Unis ?

Le retour du thème impérial : quelques éléments d’explication

  • 35  Ibid., 874.
  • 36  Hubert Vedrine, Face à l’hyperpuissance. Textes et discours (1995-2003), Paris : Fayard, 2003.
  • 37  Voir Vladimir Illitch Lénine, L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme : essai de vulgarisatio (...)

11Plusieurs éléments de réponse sont à trouver dans les transformations récentes de l’ordre international. Il faut, à ce titre, distinguer deux ruptures qui ont, l’une après l’autre, contribué à remettre le thème impérial au goût du jour outre-Atlantique : l’effondrement des régimes communistes, d’une part, et les attentats du 11 septembre 2001, d’autre part. Comme l’écrit Justin Vaïsse35, les néo-conservateurs ont fondé leur légitimité sur le mythe selon lequel la politique de Reagan aurait été seule responsable de l’effondrement du bloc soviétique grâce notamment à l’augmentation des dépenses de défense. D’autre part, après la guerre froide, les États-Unis restent la seule superpuissance, inégalée sur les plans économique, militaire et culturel. Mais ce seul fait ne suffit pas à expliquer le retour en grâce de la notion d’Empire. La domination et le triomphalisme américains de l’après-guerre froide ne sauraient en effet suffire à expliquer la revalorisation d’un terme dans lequel les Américains se sont rarement reconnus. On émettra à ce titre une autre hypothèse, liée elle aussi à la fin de la guerre froide. L’écroulement du bloc soviétique a signifié la mort d’un ensemble politique cohérent qui structurait, de par son opposition au monde dit « libre », un certain ordre mondial. Mais il marque aussi la fin d’un système idéologique qui reposait sur un certain vocabulaire, une certaine rhétorique et un certain système de valeurs. Avec l’éclatement du bloc soviétique, c’est non seulement l’ordre mondial ancien qui s’écroule mais aussi les schèmes de pensées qui structuraient toute une vision du monde. Des concepts dont l’usage était autrefois conditionné par l’opposition est/ouest ou communisme/monde libre vont donc pouvoir se libérer de leurs anciennes connotations idéologiques et être investis d’un nouveau sens. Car, si l’ordre mondial a changé, c’est aussi tous les discours produits pour l’expliquer qui vont devoir s’adapter. À changement de configuration internationale, changement de paradigme analytique. Il semble probable que le vide conceptuel créé par la nouvelle situation internationale ait permis aux politologues américains de donner un sens nouveau au concept d’Empire et de l’utiliser comme nouveau paradigme pour décrire la position dominante des États-Unis sur la scène internationale. Désormais, une notion autrefois taboue aux États-Unis peut être utilisée car, d’une part, il n’y a plus d’Empire rival donc plus d’ennemi impérial dont il faut se démarquer. Les États-Unis, au cours de leur histoire antérieure avaient en effet toujours défini leur identité nationale et leur rôle sur la scène internationale en se posant comme une alternative de loin préférable à des ensembles impériaux. En ce sens, l’anti-impérialisme est un trait essentiel de l’identité américaine. C’était le cas à la naissance même de la République lorsqu’il avait fallu construire une nouvelle identité nationale sur les ruines de l’Empire britannique. C’était également le cas au XIXe siècle pendant lequel, malgré le bref épisode colonial du tournant du siècle, les États-Unis se déclaraient hostiles au colonialisme européen et définissaient leur rôle dans le monde en opposition à ce modèle. C’était enfin le cas pendant la guerre froide, période pendant laquelle le bloc soviétique était perçu comme un « Empire du mal », pour reprendre l’expression de Ronald Reagan. Depuis l’effondrement du bloc communiste, les États-Unis n’ont plus d’Empire ennemi ou rival par rapport auquel se définir et ce terme peut donc être utilisé pour désigner l’ « hyperpuissance » américaine, selon l’expression d’Hubert Védrine36. D’autre part, avec la fin de la guerre froide, c’est tout le discours des pays communistes et même de la gauche « radicale » américaine qui tombe en ruines et qui peut être complètement décrédibilisé de façon systématique. Le discours de gauche aux États-Unis a encore moins droit de cité que pendant la guerre froide car il est associé, parfois à tort, à une expérience historique qui s’est révélée être un échec sur les plans politique, économique, culturel et humain et qui s’est soldée par le triomphe du système capitaliste des démocraties occidentales. Par conséquent, l’utilisation négative du concept d’Empire américain par la gauche pour critiquer la politique étrangère américaine, les accusations d’impérialisme américain ou des affirmations d’origine léniniste liant impérialisme et capitalisme37 deviennent désuètes et sont associées à un autre temps et à un système idéologique qui s’est effondré. À partir de ce moment-là, le concept d’Empire peut donc être vidé de son sens et de ses connotations traditionnelles aux États-Unis, être investi de nouvelles significations et être associé, même seulement sur le plan purement rhétorique, à des valeurs correspondant à celles de l’Amérique. Mais si les événements de 1989 et de 1991 ont créé les conditions d’émergence de nouveaux modes de pensée et de nouveaux types de discours, c’est aux attentats du 11 septembre 2001 qu’on doit leur généralisation et leur mise en pratique. Car c’est le 11 septembre qui donne l’occasion aux néo-conservateurs de répandre leurs idées néo-impérialistes : l’administration Bush se voit, en effet, contrainte d’abandonner l’isolationnisme des premières heures et de réagir pour défendre le pays attaqué. Les théories des néo-conservateurs sont alors prêtes à l’emploi et le 11 septembre constitue un bon prétexte pour faire accepter l’idée de la nécessité d’attaquer l’Irak.

Le refus de l’Empire

12Malgré l’influence et la généralisation du mouvement néo-impérialiste, la majorité des Américains, y compris ceux faisant partie de l’élite s’intéressant à la politique étrangère des États-Unis, refusent de voir leur pays comme un Empire ou même de rêver à un destin national impérial. Ce refus prend deux formes distinctes : le déni de l’Empire, qui postule que l’Empire américain est un mythe, et l’anti-impérialisme, qui s’oppose à l’existence d’un Empire américain, que celui-ci soit perçu comme une réalité effective ou potentielle.

Le déni de l’Empire : un postulat d’ordre sémantique

  • 38  Voir Joseph Nye, “Is America an Empire?”, <http://www.ksg.harvard.edu/ news/opeds/2004/nye_Empire_ (...)
  • 39  Par « définition classique » du terme d’ « Empire » on entend une domination de type colonial d’un (...)
  • 40  Voir à ce titre les définitions données par Justin Vaïsse dans « Les sens de l’Empire », in Michel (...)
  • 41  George W. Bush a affirmé à plusieurs reprises que les États-Unis n’étaient pas un Empire et n’avai (...)
  • 42  Elle reprend en particulier, en les reformulant, des éléments du Defense Planning Guidance rédigé (...)
  • 43  Voir “The National security strategy of the United States of America”, <http://www.whitehouse.gov/ (...)
  • 44  La NSS utilise en réalité le concept de « préemption ». Considérée depuis longtemps comme légitime (...)
  • 45  Voir aussi à ce sujet David C. Hendrickson, “A dissenter’s guide to foreign policy”, World Policy (...)

13La posture du déni de l’Empire reste la plus largement partagée au sein de la population américaine qui, dans son immense majorité, refuse de voir comme une nouvelle Rome la nation ayant conquis son indépendance par opposition à l’Empire britannique. C’est aussi la position de nombreux intellectuels spécialistes de relations internationales, comme par exemple le théoricien du « soft power », Joseph Nye, ou celui du choc des civilisations, Samuel Huntington38, qui s’en tiennent à une définition classique du terme d’ « Empire »39 et ne veulent pas l’étendre au type de domination informelle que les États-Unis exercent sur le reste du monde. Car si les États-Unis sont un Empire, celui-ci est bien un Empire informel : sa puissance est fondée sur ses capacités économiques et militaires qui permettent aux Américains d’exercer une influence internationale inégalée et de maintenir un ordre mondial favorable à leurs intérêts. Les États-Unis, contrairement aux Empires coloniaux européens, ne conquièrent pas de territoires dans le but de les occuper et de les administrer de manière durable40. En ce sens, les États-Unis ne sont pas un Empire traditionnel et il faut redéfinir le terme pour le faire correspondre à la domination américaine contemporaine. Officiellement, l’administration Bush s’en tient aussi à une définition classique du terme d’Empire, ce qui lui permet d’affirmer que les États-Unis n’ont pas d’ambitions impériales malgré la résurgence des discours impérialistes dans les débats d’experts et les liens évidents entre l’administration Bush et les intellectuels néo-conservateurs41. Cependant, la Doctrine Bush, formulée dans la National Security Strategy (NSS) publiée en 2002, reprend de nombreuses idées développées par les néo-conservateurs et les promoteurs de l’Empire42. Le but de la politique étrangère des États-Unis est explicitement de maintenir un monde unipolaire dans lequel les États-Unis seraient la seule puissance43. Dans sa définition de la stratégie nationale, la Doctrine Bush remplace les concepts de dissuasion et d’endiguement par celui de guerre préventive44, celui de multilatéralisme par celui d’unilatéralisme, l’idée d’équilibre des puissances par la supériorité stratégique inégalée des États-Unis, la notion de respect de la souveraineté nationale par celle de la possibilité d’intervenir pour changer un régime ennemi, et la révérence pour les institutions et le droit internationaux par le mépris envers les règles, les traités et les partenariats45. Il faut donc bien conclure que le déni de l’Empire repose sur un postulat d’ordre sémantique qui, pour l’administration Bush, a ses origines dans une stratégie politique : le refus d’étendre la définition du terme d’Empire pour y inclure le type de domination informelle que les États-Unis exercent sur le reste du monde a pour but de ne pas s’aliéner la population américaine qui n’accepterait jamais de concevoir son pays comme un Empire.

L’anti-impérialisme : de la marge à une certaine respectabilité

14Au regard des écrits des promoteurs de l’Empire, de la National Security Strategy énoncée en 2002, et de la guerre en Irak, on comprend pourquoi un mouvement anti-impérialiste s’est développé au sein de l’élite intellectuelle américaine, même si celui-ci reste minoritaire et sans réelle influence ni sur le débat public ni sur les élites dirigeantes.

15Les positions anti-impérialistes préexistaient à l’arrivée au pouvoir de George W. Bush et au 11 septembre 2001. Cependant, avant cette date, elles restaient extrêmement marginales, émanant majoritairement de mouvements traditionnellement isolationnistes situés aux extrêmes du spectre politique américain ou bien d’intellectuels isolés. Elles étaient donc sans influence réelle sur le débat public et encore moins sur les décideurs de Washington. Depuis l’arrivée au pouvoir de George W. Bush, et surtout dans la période post-11 septembre, la nouveauté réside dans l’émergence d’un discours anti-impérialiste plus audible, qu’il émane de cercles libéraux ou bien conservateurs. Pour comprendre le phénomène actuel, il faut donc d’abord faire un bref historique de l’usage négatif du thème impérial appliqué aux États-Unis dans les discours venant d’outre-Atlantique.

  • 46  Voir à ce titre la distinction que fait Ronald Steel dans “Totem and taboo”, The Nation, 20 septem (...)

16Certains intellectuels critiques des États-Unis considéraient que le pays était déjà un Empire ou bien avait déjà des tendances impériales avant l’arrivée au pouvoir de George W. Bush et avant les événements du 11 septembre 2001. La politique étrangère menée depuis s’inscrit pour eux dans la continuité de celles de ses prédécesseurs, même si elle est souvent considérée comme un renforcement, voire une radicalisation des tendances antérieures46. On distinguera plus particulièrement trois vagues successives d’anti-impérialisme américain ayant progressivement gagné en intensité : pendant la guerre froide, ceux qui voyaient les États-Unis comme un Empire étaient des marginaux ; à la suite de l’effondrement du bloc communiste, quelques commentateurs de la politique étrangère américaine – certes encore rares – commencèrent à mettre les Américains en garde contre les risques de dérive impériale ; enfin, après l’adoption de la Doctrine Bush, les réactions anti-impérialistes se sont multipliées pour devenir un mouvement intellectuel bien audible et bien visible.

L’anti-impérialisme de la guerre froide : une position marginale

  • 47  Les « revisionist historians » se sont attaqués à une historiographie des relations extérieures de (...)
  • 48  Prônant la dérégulation en matière économique et une définition absolutiste des libertés individue (...)

17Dans l’Amérique de la guerre froide, il faut également faire la distinction entre le discours ouvertement anti-impérialiste des historiens marxistes ou « révisionnistes »47, les mises en garde plus nuancées et moins systématiques d’intellectuels libéraux contre certaines tendances impériales des États-Unis et les positions isolationnistes du mouvement libertarien48.

  • 49  Voir, par exemple, Gabriel Kolko, The Roots of American foreign policy: an analysis of power and p (...)
  • 50  Voir en particulier William A. Williams, Empire as a way of life: an essay on the causes and chara (...)
  • 51  Voir en particulierWalter Lafeber, The New Empire, an interpretation of American expansion, 1860-1 (...)
  • 52  Voir, par exemple, Noam Chomsky, Hegemony or Survival: America’s quest for global dominance, Londr (...)
  • 53  Edward W. Said, Orientalism, New York: Vintage 1994 [1978]; Covering Islam, how the media and expe (...)
  • 54  Voir, par exemple, le dernier livre de Gore Vidal, Imperial America: reflections on the United Sta (...)

18La gauche « radicale » américaine est connue depuis des décennies pour son anti-impérialisme qui, chez elle, a toujours été une prise de position d’ordre moral. Dans la lignée de l’historien William Appleman Williams, elle considère que les États-Unis sont un Empire depuis la fondation de la République. Elle envisage l’histoire américaine dans la continuité, comme une succession de conquêtes et un expansionnisme jamais assouvi. Dans les années 1960 et 1970, elle condamnait la guerre du Viêt-Nam comme une guerre impérialiste qui visait à imposer le mode de vie américain au reste de la planète. Les penseurs de la gauche « radicale » ont toujours vu l’impérialisme comme une conséquence structurelle du système capitaliste d’une part, et des institutions américaines d’autre part, et ont bien souvent privilégié des causalités d’ordre économique pour expliquer la politique étrangère des États-Unis. Selon certains d’entre eux, comme les historiens Gabriel Kolko ou Harry Magdoff49, c’est la quête perpétuelle de nouveaux marchés qui fait des États-Unis un Empire et qui détermine la politique étrangère américaine. Mais d’autres étaient plus idéalistes. L’historien William Appleman Williams50, en particulier, dans la lignée duquel s’inscrivent des historiens de la politique étrangère américaine comme Walter LaFeber51, pensait que les racines de l’impérialisme américain étaient à trouver dans une « Weltanschauung », une vision du monde impériale préexistant à l’Empire. Celle-ci serait peu à peu devenue une idéologie nationale inconsciente, une croyance dogmatique selon laquelle le bien-être de la nation américaine ne saurait être préservé sans une expansion continue et que la résolution des problèmes intérieurs dépendrait de la politique extérieure. D’autres intellectuels de gauche ont également mis les États-Unis en garde contre ce qu’ils voient comme l’illusion de l’exceptionnalisme américain. Pour Edward Said et Noam Chomsky par exemple, les États-Unis sont un Empire comme les autres, pas un Empire bienveillant, comme le disent ceux qui le légitiment. Ils ont montré que tous les Empires de l’histoire se sont justifiés par une rhétorique messianique et idéaliste, et que tous se pensaient exceptionnels. Pour Noam Chomsky, les arguments justifiant l’interventionnisme – anti-communistes pendant la guerre froide puis humanitaires par la suite – ne sont que pure rhétorique visant à cacher des buts moins avouables de contrôle économique et politique de régions entières52. Dans Orientalism, Culture and Imperialism mais aussi dans Covering Islam, Edward Said a montré que, comme les Empires du passé qui opposaient la civilisation à la barbarie, l’Empire américain, en particulier à travers ses médias, se présente comme le monde civilisé face à la barbarie du monde musulman. Comme par le passé, l’Empire polarise les représentations de lui-même, d’une part, et des autres, d’autre part53. Mais ce qui distingue cet anti-impérialisme de gauche, dont d’autres représentants sont Gore Vidal, Paul Sweezy, John Bellamy Foster, ou Immanuel Wallerstein, est qu’il est avant tout moral. Ces penseurs ont condamné et, pour certains, condamnent toujours l’impérialisme parce qu’ils le voient comme un système fondamentalement mauvais, oppressif et meurtrier. Les derniers représentants de cet anti-impérialisme « traditionnel » critiquent bien sûr la politique étrangère menée par George W. Bush et les promoteurs du néo-impérialisme mais leur position actuelle s’inscrit dans la continuité de ce qu’ils ont toujours dit et ne constitue pas en elle-même une nouveauté54.

  • 55  Paul Kennedy, dans The Rise and Fall of the Great Powers. Economic change and military conflict fr (...)
  • 56  Arthur M. Schlesinger, Jr., The Imperial Presidency, Boston: Houghton Mifflin, 1973.
  • 57  Paul Kennedy, op. cit., 514-540.

19Tous deux en total désaccord avec les positions des historiens révisionnistes55, les historiens libéraux Arthur Schlesinger, Jr. et Paul Kennedy se sont en particulier distingués du reste de la communauté intellectuelle libérale pour avoir identifié certaines tendances impériales des États-Unis avant la fin de la guerre froide. Tous deux ont tenté, par l’utilisation de l’analogie impériale, de sensibiliser l’opinion et les décideurs politiques américains à deux problèmes totalement différents auxquels étaient confrontés les États-Unis au moment de la publication de leurs ouvrages respectifs : le pouvoir démesuré de l’exécutif américain, d’une part, et le déséquilibre entre les besoins de l’économie américaine et ses engagements militaires, d’autre part. Dans The Imperial Presidency, Arthur Schlesinger, Jr. emploie l’expression de « présidence impériale » pour dénoncer l’expansion des pouvoirs de l’exécutif américain, l’aspect non démocratique de la prise de décision en matière de politique étrangère ainsi que la culture du secret qui l’entoure, dans le contexte particulier de la présidence de Richard Nixon56. Paul Kennedy, dans son ouvrage décliniste de 1987, The Rise and Fall of the Great Powers, mettait les États-Unis en garde contre le problème de la « surextension impériale » (imperial overstretch), cause du déclin des grandes puissances. Le problème était selon lui que le nombre et l’étendue des engagements et des intérêts américains à l’étranger étaient surdimensionnés par rapport à la capacité des États-Unis à les défendre simultanément, leur énorme présence militaire à l’étranger restant insuffisante. Contraints à investir toujours plus dans le domaine de la défense, les États-Unis sacrifiaient non seulement la santé de leurs finances publiques mais aussi les secteurs productifs de leur économie qui subissaient de plein fouet cette réallocation des ressources nationales. S’engageait alors la spirale du déclin : croissance molle, augmentation des impôts, désaccords intérieurs sur les priorités budgétaires et une capacité diminuée à faire face aux besoins en matière de défense. Selon Paul Kennedy, les États-Unis ne pouvaient donc échapper au destin des grandes puissances : même si le déclin américain était relatif et ne signifiait pas nécessairement la perte du premier rang mondial, ils se trouvaient sur la pente descendante57. Mais, contrairement à la gauche américaine qui utilisait les termes « Empire », « impérial » et « impérialiste » parce que ses représentants avaient et ont toujours la conviction profonde que les États-Unis sont un Empire, Kennedy et Schlesinger employaient le terme « impérial » de façon analogique, dans un but de provocation et de promotion d’idées libérales, au sens américain du terme : ils voulaient attirer l’attention des Américains sur des problèmes de politique intérieure plus que sur des questions de politique étrangère, même si leurs analyses insistaient sur le fait que toutes deux sont inextricablement liées. Arthur Schlesinger, Jr. tenait à alerter l’opinion sur la question des pouvoirs de l’exécutif américain qu’il jugeait démesurés, dans le contexte historique spécifique du scandale du Watergate. Paul Kennedy tenait à insister sur la nécessité de réduire les dépenses de défense afin de préserver la santé des finances publiques et de résorber le déficit budgétaire américain, dans l’Amérique de Ronald Reagan. Dans ces deux cas exceptionnels en temps de guerre froide, l’utilisation libérale du thème impérial en association avec les États-Unis s’explique donc par le désir de promouvoir des idées libérales-démocrates dans un contexte politique dominé par les Républicains.

  • 58  Voir Ted Galen Carpenter, “Global interventionism and a new imperial presidency”, Cato Policy Anal (...)
  • 59  Voir Ivan Eland, op. cit.; Christopher Preble, “An Empire is not needed to fight the war on terror (...)
  • 60  Charles V. Pena, “Missile defense – defending America or building Empire?”, Cato Foreign Policy Br (...)

20Les idées libérales d’Arthur Schlesinger sur l’exécutif américain ont en particulier séduit les libertariens, qui font partie de l’école souverainiste en matière de politique étrangère. Ils sont représentés en particulier par le Cato Institute. Fondé en 1977 à Washington, ce think tank a une position isolationniste en matière de politique étrangère. Depuis sa création, il dénonce les dérives de ce qu’il appelle, en reprenant le terme d’Arthur M. Schlesinger, Jr., la « présidence impériale ». Ted Galen Carpenter et Gene Healy se sont opposés à la prépondérance de l’exécutif sur le législatif dans la prise de décision en matière de politique extérieure, une tendance qui se développe selon eux surtout après la deuxième guerre mondiale et se renforce sous les présidences de Reagan, de Clinton, et de Bush fils. Ils appellent à un retour à la lettre de la Constitution des « Pères fondateurs » qui prévoyait un partenariat entre le Congrès et le président dans ce domaine. Ils considèrent que cette prise de conscience est nécessaire à la préservation de la démocratie américaine58. S’il identifiait déjà des tendances impérialistes dans la politique étrangère menée par les prédécesseurs de Bush, il n’en reste pas moins que le Cato Institute voit comme un nouveau type d’impérialisme celle de l’administration actuelle. Ivan Eland et Chritopher Preble mettent en garde contre les coûts et les conséquences probables du nouvel Empire qui se dessine : contre-productivité d’une stratégie qui encouragera de nouveaux ennemis à se procurer des armes de destruction massive et rendra donc les États-Unis moins sûrs, augmentation de la probabilité de la guerre, dépenses qui pèseront sur le budget fédéral et militaire et donc sur l’économie nationale, érosion des fondations du système républicain constitutionnel et des libertés individuelles, contradiction avec les valeurs et les traditions américaines, risque de surenchère impériale à l’infini, perte de crédibilité des États-Unis sur la scène internationale, et risque d’instrumentalisation de leur puissance par d’autres nations désireuses de promouvoir leurs intérêts nationaux ou se reposant entièrement sur les États-Unis pour assurer leur sécurité59. Gene Healy et Charles V. Peña se sont, d’autre part, prononcés contre le projet de défense anti-missile, qu’ils voient comme l’instrument d’une nouvelle Pax Americana ayant pour but non pas de défendre le territoire américain mais de protéger l’armée américaine engagée dans des opérations aux quatre coins du globe. Cette arme serait donc offensive plus que défensive et menacerait de déstabiliser le monde et de générer de la haine envers les États-Unis qui seraient de plus en plus perçus comme une puissance impérialiste60. Les membres du Cato Institute en appellent donc à une politique plus prudente qui ne se mêlerait des affaires du reste du monde que lorsque des intérêts de sécurité nationale seraient directement menacés.

21L’utilisation du thème impérial pour critiquer les États-Unis avant la fin de la guerre froide se limitait donc à quelques franges marginales de l’élite intellectuelle américaine : des intellectuels de gauche, quelques historiens libéraux et des chercheurs associés au mouvement libertarien. Mais dès la chute du mur de Berlin et l’implosion du bloc soviétique, on assiste à un certain renouveau, même s’il reste encore très discret, du thème impérial, en particulier chez ceux qui prônent le retour à l’isolationnisme après la disparition de la menace soviétique.

Renouveau discret de l’anti-impérialisme après la chute du mur de Berlin

  • 61  Pierre Mélandri et Justin Vaïsse, op. cit., 340.
  • 62  Robert W. Tucker et David C. Hendrickson, The Imperial Temptation – The new world order and Americ (...)

22Car on a bien assisté à un retour d’une certaine tendance isolationniste après la guerre froide et celle-ci a souvent utilisé le spectre de l’impérialisme pour tenter de convaincre les Américains de revenir à une politique étrangère moins interventionniste et plus conforme aux principes des « Pères fondateurs » de la République61. Cette tendance néo-isolationniste est restée minoritaire, que ce soit chez les hommes politiques, les universitaires ou bien parmi les think tanks, mais elle a néanmoins commencé à remettre le thème impérial au goût du jour. Chez les universitaires, on peut citer le travail de Robert W. Tucker et David C. Hendrickson qui affirmaient en 1992 que les États-Unis avaient succombé à la tentation impériale en s’engageant dans la première guerre du Golfe. Ils définissaient cette « tentation impériale » non pas comme l’imposition d’une domination politique américaine sur un autre peuple ou un autre territoire mais comme l’utilisation brève et massive de la force militaire dans le but de punir plutôt que de reconstruire. Les États-Unis en effet ne pouvaient être attirés par le type d’Empire à la tête desquels se trouvaient les grandes puissances européennes au XIXe siècle mais pourraient en revanche bien être tentés par un rôle impérial qui dissocierait pouvoir et responsabilité, c’est-à-dire qui ne s’embarrasserait pas des devoirs classiques de l’administration impériale. Mais pour les deux auteurs, succomber à cette tentation signifierait trahir l’âme même de la nation et ses idéaux traditionnels. À un moment où la nécessité d’endiguer la menace soviétique avait disparu, ils préconisaient de revenir à une politique étrangère plus en phase avec la conception qu’en avaient les « Pères fondateurs ». Ceux-ci étaient en effet convaincus que l’usage de la force était incompatible avec l’épanouissement de la liberté et qu’il menait à la corruption des institutions républicaines. Tucker et Hendrickson insistaient sur le fait qu’une puissance impériale dont la seule raison d’être serait le maintien de l’ordre pourrait bien se révéler être un agent de désordre, pour le monde extérieur, mais aussi sur le plan intérieur, à cause de l’augmentation de la dette budgétaire62.

  • 63  Eric A. Nordlinger, Isolationism Reconfigured. American foreign policy for a new century, Princeto (...)

23Pour l’universitaire isolationniste Eric Nordlinger, la fin de la guerre froide est l’occasion de refonder une politique étrangère véritablement libérale dans laquelle les idéaux internationalistes américains seraient libérés de tout héritage impérial. Car pour lui, la position internationaliste des États-Unis depuis les années 1950 s’est peu à peu transformée en une certaine forme d’impérialisme sous l’effet de leur pouvoir, de leurs alliances militaires et de leurs intérêts économiques extrêmement étendus. Pendant la guerre froide, en s’opposant à des peuples qui luttaient pour leur indépendance, les États-Unis, tout comme l’URSS, seraient devenus impérialistes dans leur zone d’influence. Il propose en échange un « projet libéral modéré » qui poursuivrait véritablement les idéaux américains de manière désintéressée. L’isolationnisme qu’il revendique en 1995 ne signifie pas un retrait du monde mais la liberté pour les États-Unis d’œuvrer pour la paix de manière désintéressée, selon leurs propres termes, et où et quand ils le voudront63.

  • 64  Charles William Maynes, “The perils of (and for) an imperial America”, Foreign Policy, été 1998, 3 (...)
  • 65  Il s’exprime notamment à travers son think tank très peu influent The American Cause et le magazin (...)
  • 66  Patrick J. Buchanan, A republic, not an Empire – reclaiming America’s destiny, Washington, D.C.: R (...)

24Enfin, avec le développement des théories néo-conservatrices prônant un impérialisme américain d’un nouveau type, des réponses anti-impérialistes se sont peu à peu développées. En 1998, alors que les positions néo-impérialistes des néo-conservateurs commencent à se faire connaître, Charles William Maynes écrit une réponse virulente à l’article de Robert Kagan « The Benevolent Empire ». Dans « The Perils of (and for) an Imperial America », publié dans Foreign Policy, Maynes défend une position anti-impérialiste anti-hégémonique pour quatre raisons principales : premièrement, l’Empire serait trop coûteux financièrement, humainement, mais aussi en terme d’image des États-Unis dans le monde ; deuxièmement, il mettrait en danger l’unité et l’identité nationales car ce seront les soldats, issus de milieux défavorisés, qui en seront les victimes ; troisièmement, l’arrogance d’une puissance unilatéraliste provoquera des réactions hostiles de la part du reste du monde ; quatrièmement, l’occasion serait à jamais perdue de réformer le système international et de changer les règles du jeu entre les grandes puissances ; de plus, il faudrait accepter le caractère éphémère de cette hégémonie car toute puissance impériale est destinée à être renversée64. Pat Buchanan, représentant nationaliste du paléo-conservatisme, tient lui aussi à se démarquer des néo-conservateurs en matière de politique étrangère65. Isolationniste et souverainiste convaincu, il affirme dans son livre publié en 1999, A Republic, Not an Empire, que seuls les intérêts américains doivent déterminer les décisions en matière de politique extérieure. Les États-Unis doivent se prémunir contre les alliances avec l’étranger et garder leur souveraineté intacte. Pour Buchanan, c’est le seul moyen de préserver la grandeur de la nation car le destin des Empires est de s’effondrer à force de faire la guerre et de multiplier les interventions extérieures. Pour lui, la politique interventionniste de Clinton ainsi que sa promotion de l’ouverture des marchés étaient déjà impériales et étaient comparables à ce qui mena l’Empire britannique à sa perte. Quant aux attaques du 11 septembre 2001, il les interprète comme la conséquence de l’Empire : les terroristes ont attaqué les États-Unis non pas parce qu’ils représentent les valeurs de la démocratie, de la liberté et du bien, mais parce qu’ils voulaient protester contre la présence de troupes américaines sur le sol saoudien. Buchanan en tire la conclusion que pour préserver la République du terrorisme et d’une attaque nucléaire, pour assurer la défense de la « Forteresse Amérique », il faut abandonner l’Empire66. Mais la position anti-impérialiste de Pat Buchanan n’a pas que des enjeux de sécurité nationale. Il s’agit aussi pour lui de se distinguer des néo-conservateurs qu’il voit comme des usurpateurs puisqu’il considère que leur politique n’est pas conservatrice mais radicale. Pour lui, ils ont détourné le conservatisme de son essence originelle et il entend la restaurer. Son anti-impérialisme est donc aussi identitaire : il s’agit de préserver l’identité américaine d’une part, et l’identité conservatrice d’autre part.

25On le voit, avant l’arrivée de George W. Bush au pouvoir, l’anti-impérialisme restait une position encore relativement marginale, malgré un certain renouveau après la fin de la guerre froide. Il s’agissait généralement de discours de résistance à une tendance dominante ou à une certaine forme de consensus. Jusqu’en 1989, l’anti-impérialisme s’opposait au consensus de la guerre froide selon lequel l’endiguement du communisme était la justification suprême de la politique étrangère américaine, légitimant un interventionnisme souvent contraire au principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, remettant en cause la séparation des pouvoirs et les limites de l’exécutif, ou bien encore privilégiant les dépenses de défense par rapport aux investissements productifs et à l’équilibre budgétaire. Avec la fin de la guerre froide et l’émergence des États-Unis comme unique superpuissance, l’anti-impérialisme connaît un timide renouveau, s’opposant désormais d’une part au consensus post-guerre froide selon lequel il fallait que les États-Unis préservent une position de leader mondial à tout prix, malgré la disparition de la menace soviétique et, d’autre part, à l’évolution du conservatisme américain vers une redéfinition néo-conservatrice. Avec l’arrivée de George W. Bush au pouvoir, cette redéfinition même ainsi que l’érosion progressive d’un certain consensus autour de la politique étrangère menée par son administration a fait passer les discours anti-impérialistes d’une position marginale et marginalisée à une position plus largement partagée et plus respectable, même si elle reste minoritaire.

La Doctrine Bush, véritable catalyseur des réactions anti-impérialistes

26Depuis les élections de 2000 et surtout depuis le 11 septembre 2001 et la définition de la NSS de 2002, de plus en plus d’analystes de la politique étrangère américaine faisant partie de l’Establishment aussi bien libéral que conservateur se sont mis à critiquer ce qu’ils voient comme un impérialisme latent ou en marche. Les ouvrages de politologues, d’historiens, de spécialistes de relations internationales et de journalistes utilisant dans leur titre les termes d’ « Empire », d’ « impérial » ou d’ « impérialisme » pour critiquer la politique étrangère menée par l’administration Bush fleurissent plus vite qu’il n’est possible pour le chercheur suivant cette question de les lire. Les représentants de ce nouveau mouvement intellectuel anti-impérialiste, Républicains et Démocrates, conservateurs et libéraux, considèrent en effet que la politique étrangère menée par l’administration Bush constitue une rupture, voire une révolution. Malgré leurs divergences politiques ou leur appartenance à différentes écoles de pensée, ces intellectuels partagent souvent le même diagnostic sur ce qui ne va pas dans la gestion de la politique étrangère par l’administration Bush et se rejoignent sur le remède qui permettrait de résoudre le problème néo-impérial. Le consensus prévaut parmi ces auteurs dans le sens où ils s’opposent au style Bush mais restent convaincus que le leadership américain doit être préservé, à travers une approche plus multilatéraliste des relations internationales. On présentera ici quelques exemples de ces oppositions au néo-impérialisme de l’administration Bush sans prétendre à l’exhaustivité car la littérature dans le domaine est extrêmement vaste. Le but de cette présentation sera de montrer que l’anti-impérialisme contemporain s’est développé contre la politique extérieure de Bush, que le déplacement à droite de la politique étrangère américaine a gauchisé les réactions qui se sont élevées pour s’y opposer, et enfin que l’anti-impérialisme s’est développé dans des sphères susceptibles de peser dans le débat autour de la politique étrangère américaine : il n’est plus confiné à ses marges, il fait maintenant partie du spectre d’opinions acceptables dans le domaine.

  • 67  Clyde Prestowitz est président-fondateur de l’Economic Strategy Institute, un centre de réflexion (...)
  • 68  Voir Clyde Prestowitz, op. cit., 275-277 et 27-29.
  • 69  Andrew Bacevich, American Empire. The realities and consequences of U.S. diplomacy, Cambridge, MA: (...)

27Parmi ces auteurs influents se trouvent des Républicains conservateurs qui ont le sentiment que les néo-conservateurs ont trahi le véritable esprit du conservatisme américain. Dans son livre Rogue Nation, Clyde Prestowitz, ancien conseiller auprès du Secrétaire d’État au commerce durant l’administration Reagan67 dénonce le néo-impérialisme des néo-conservateurs et de la Doctrine Bush, précisément parce qu’il considère, en tant que conservateur, que cette politique n’a rien à voir avec le véritable conservatisme mais qu’elle est au contraire une nouvelle forme de radicalisme messianique. Il dresse le portrait d’une Amérique impériale qui s’ignore mais qui domine le monde sur tous les plans (militaire, économique, technologique, intellectuel et culturel) grâce à son pouvoir de coercition mais aussi de séduction et de persuasion. Mais selon lui le projet impérial ne peut mener qu’à une impasse car la sécurité absolue est un mythe et le reste du monde opposera nécessairement une résistance à la domination impériale américaine qui, d’autre part, mène à une trahison de la vraie nature des États-Unis et corrompt leurs institutions qui n’ont pas été pensées pour être celles d’un Empire68. Dans la même famille idéologique que Clyde Prestowitz, le conservateur diplômé de West Point et ancien officier de l’armée américaine Andrew Bacevich déplore également la tournure qu’a prise la politique étrangère américaine récente. Cependant, contrairement à Prestowitz, il écrit dans son livre American Empire69 qu’il ne croit pas que la Doctrine Bush constitue une révolution radicale. Si elle est plus extrémiste que la politique étrangère de ses prédécesseurs, elle ne fait que poursuivre la construction de l’Empire américain amorcée selon lui dans les années 1990 après la fin de la guerre froide, qu’il voit comme une parenthèse dans l’histoire diplomatique américaine. Une fois celle-ci refermée, l’élite dirigeante aurait repris le projet de stratégie impériale commencé par Truman, fondé sur l’idéal d’un monde ouvert au commerce et aux valeurs américaines. Bacevich est l’un des meilleurs exemples du brouillage des catégories politiques qui s’opère entre les anti-impérialistes aujourd’hui : homme de droite, il se réclame de façon assez surprenante de l’historien de gauche William Appleman Williams et de l’historien progressiste Charles Beard. Cependant on ne peut pas vraiment affirmer que Bacevich est un anti-impérialiste. Il est un critique virulent de ce qu’il décrit comme un Empire américain mais c’est un impérialiste réticent qui conclut son livre en écrivant que s’il aurait mieux valu que l’Empire n’existe pas, il faut maintenant l’administrer et trouver les moyens de le préserver puisque c’est la forme que la nation américaine a prise.

  • 70  Chalmers Johnson, Blowback: The costs and consequences of American Empire, New York: Henry Holt, 2 (...)

28Malgré ces exemples d’anti-impérialisme conservateur, la majeure partie des nouveaux critiques de l’Empire se trouve au sein de l’élite libérale. En l’an 2000, dans son ouvrage Blowback, l’historien Chalmers Johnson mettait déjà les États-Unis en garde contre les conséquences potentielles de leur impérialisme militaire. Il prévoyait que la présence militaire américaine aux quatre coins du globe provoquerait des réactions de rejet de l’occupant américain. Dans son dernier livre The Sorrows of Empire publié en 2004, il poursuit le projet ébauché dans le premier. Contrairement à la plupart des critiques actuelles de la politique étrangère menée par Bush et dans la lignée des analyses de la gauche radicale, Johnson affirme que l’Empire américain, qu’il voit avant tout comme un Empire de bases militaires, n’est pas une réalité nouvelle même si les Américains commencent seulement à la découvrir. Il explique que, pour bien des nations dans le monde, l’Empire américain est une réalité depuis longtemps mais que celle-ci a été cachée au peuple américain qui ne sait pas ce que fait son armée à l’étranger ni à quel point elle est présente sur toute la surface du globe. Pour lui, les méthodes impériales sont une drogue dont les États-Unis ne peuvent se passer depuis une quarantaine d’années. Ces méthodes ont été notamment utilisées pour soutenir des dictatures militaires là où émergeaient des gouvernements démocratiques de gauche. Il condamne de façon extrêmement pessimiste les ambitions impériales des États-Unis car elles les entraîneront dans un état de guerre perpétuelle et attiseront le terrorisme ; elles menacent la démocratie américaine en donnant toujours plus de pouvoir à l’exécutif ; elles laisseront libre cours à la propagande et à la désinformation ; enfin elles mèneront la nation à sa perte car, comme tous les Empires du passé, l’Empire américain ne durera pas et il s’effondrera ruiné et vulnérable aux assauts de ses nombreux ennemis70.

  • 71  Stanley Hoffmann, L’Amérique vraiment impériale ? Entretiens sur le vif avec Frédéric Bozo, Paris: (...)

29Dans son livre L’Amérique vraiment impériale ?71, le célèbre politologue Stanley Hoffmann critique l’autoritarisme réactionnaire et le mépris de l’administration Bush envers le reste du monde et les institutions internationales. Il dénonce l’exploitation de la peur à laquelle elle s’est livrée après le 11 septembre, s’inquiète de voir que la force militaire est devenue l’expression privilégiée de la puissance et fustige l’unilatéralisme triomphant de la doctrine Bush qui a pour but de maintenir les États-Unis comme seule superpuissance. Pour lui, l’administration Bush s’est livrée à un véritable débordement impérial aux relents fascistes inquiétants. Il se prononce en faveur d’un retour à l’approche multilatérale internationaliste car cela est dans l’intérêt non seulement des États-Unis mais aussi du reste du monde. Sans contraintes, les États-Unis risquent d’être victimes de leur puissance. D’autre part, les problèmes internationaux actuels comme le terrorisme, la prolifération des armes de destruction massive ou la misère ne pourront être réglés que par un renforcement des Nations Unies et de la coopération internationale. Stanley Hoffmann affirme par ailleurs, comme beaucoup d’autres, que l’impérialisme est incompatible avec les valeurs et les institutions américaines et qu’elle sape la légitimité des États-Unis sur la scène internationale.

  • 72  G. John Ikenberry, Ibid.
  • 73  Fareed Zakaria, “The arrogant Empire”, Newsweek, 23 juin 2004.

30Autre théoricien du multilatéralisme institutionnaliste garant des intérêts et du modèle politique libéral américain, G. John Ikenberry développe les mêmes idées dans un article intitulé « America’s Imperial Ambition » publié dans Foreign Affairs en septembre-octobre 2002. Lui aussi condamne la stratégie de l’usage unilatéral et préventif de la force militaire qu’il décrit comme néo-impérial car les États-Unis s’arrogent le droit de fixer les règles, de déterminer les menaces et d’utiliser la force. Comme Stanley Hoffmann, il est très pessimiste sur les conséquences probables d’une telle politique en termes de déstabilisation de l’ordre international et d’hostilité grandissante envers les États-Unis72. De même, Fareed Zakaria, néo-réaliste équilibriste, faisant lui aussi partie des principaux analystes de la politique étrangère américaine, constate l’hostilité grandissante à laquelle les États-Unis doivent faire face dans le reste du monde. Il en tient pour responsable l’arrogance du style de l’administration Bush. Comme Hoffmann et Ikenberry, il prédit que le néo-impérialisme américain aura des conséquences désastreuses pour les États-Unis et le reste du monde si on ne revient pas rapidement au  multilatéralisme73.  

  • 74  Voir à ce propos, Justin Vaïsse, « Petit guide des revues et des think tanks américains : les très (...)

31L’anti-impérialisme libéral et centriste recommande donc de trouver un équilibre entre l’isolationnisme et la domination impériale du monde. Il accepte en général comme une évidence l’idée selon laquelle les États-Unis doivent jouer un rôle de leader mondial pour maintenir l’ordre international mais est contre l’exercice d’un pouvoir hégémonique et omnipotent. Il recommande le multilatéralisme et l’usage de la force en dernier recours. Contrairement aux formes plus anciennes ou traditionnelles de l’anti-impérialisme américain au XXe siècle, ces nouvelles réactions comptent dans les débats car elles s’expriment à travers des médias et des think tanks qui ont une certaine influence, même minime, sur les décideurs de Washington. La revue Foreign Affairs, publiée par le Council on Foreign Relations, est par exemple une des revues les plus lues dans le cercle des décideurs à Washington74. L’anti-impérialisme a donc fait son entrée dans l’Establishment, même s’il n’a pas ou très peu d’influence sur l’administration Bush.

32Enfin, si l’on a présenté jusqu’à présent des réactions anti-impérialistes anti-bushistes individuelles, il faut aussi noter que des réactions collectives se font entendre. Une nouvelle ligue anti-impérialiste semble s’être en effet formée à l’été 2003 suite au début de la guerre en Irak, rappelant étrangement celle constituée plus d’un siècle plus tôt en 1899 pour protester contre l’annexion des Philippines après la guerre hispano-américaine. Cette nouvelle ligue anti-impérialiste s’appelle la Coalition for a Realistic Foreign Policy et regroupe des universitaires, des décideurs et des citoyens de tous bords politiques unis par leur opposition à un Empire américain. On retrouve dans la liste des signataires de leur déclaration de principes les noms d’Andrew Bacevich, de Ted Galen Carpenter, Jonathan Clarke, Ivan Eland, Leon Hadar, Christopher Preble du Cato Institute mais aussi ceux de David Hendrickson et Robert Tucker, de Chalmers Johnson, Charles Kupchan, Anatol Lieven, John Mearsheimer, Stephen Walt et Kenneth Waltz, tous membres éminents de l’élite des analystes de la politique étrangère américaine. Cette coalition mixte se veut une réponse organisée aux think tanks et aux publications qui font l’apologie d’une politique étrangère américaine interventionniste utilisant la puissance militaire et économique pour provoquer le changement à l’étranger. À cet effet, elle fait entendre sa voix à travers des conférences, des publications et des apparitions dans les médias. Dans sa déclaration de principes intitulée « The Perils of Empire », la coalition s’inquiète des tendances impériales présentes dans la stratégie de sécurité nationale de l’administration Bush. Elle déclare qu’elle veut promouvoir l’adoption de mesures réalistes afin de protéger les intérêts vitaux des États-Unis d’une façon qui soit cohérente avec les valeurs américaines75.

Conclusion

33Dans l’Amérique de George W. Bush, on assiste donc à un débat renouvelé entre promoteurs et détracteurs d’un Empire américain. Relativement marginal, presque exclusivement employé de façon négative et fortement marqué à gauche avant la fin de la guerre froide, le thème impérial a petit à petit refait surface depuis la chute des régimes communistes pour culminer avec la publication en 2002 de la nouvelle National Security Strategy et le début de la guerre en Irak. Les promoteurs d’un Empire américain se trouvent aujourd’hui rassemblés au sein d’une petite élite d’intellectuels néo-conservateurs et libéraux très influente sur les décideurs de Washington. Si les visées impériales de l’administration Bush ne sont pas formulées explicitement comme telles dans la NSS de 2002, les lecteurs avisés y reconnaissent néanmoins les idées néo-impérialistes développées par cette élite intellectuelle. De ce fait, la Doctrine Bush et ses conséquences sur la politique étrangère américaine, notamment la décision d’attaquer puis d’occuper l’Irak, ont donné lieu à un renouveau des réactions anti-impérialistes à une politique étrangère fondée sur un interventionnisme unilatéral musclé. L’anti-impérialisme aux États-Unis aujourd’hui est donc un mouvement bien vivace qui rassemble des individus d’horizons politiques divers. La dérive droitière de l’administration Bush semble avoir gauchisé les réactions à sa politique. Mais malgré la dissidence que représente ce mouvement, il faut cependant garder à l’esprit que, mis à part celui de la gauche radicale, l’anti-impérialisme contemporain s’inscrit dans un consensus plus large au sein de l’élite dirigeante et de l’élite intellectuelle. En effet, impérialistes et anti-impérialistes se rejoignent à peu près tous sur l’idée que les États-Unis doivent jouer un rôle de leader au niveau mondial. S’il existe un mouvement anti-impérialiste, on ne peut donc pas dire qu’il soit contre la suprématie américaine. Il est en faveur d’un leadership modéré, qui doit être multilatéraliste pour les libéraux, isolationniste et souverainiste pour la droite ultra-conservatrice et les libertariens. En cela, le débat actuel entre impérialistes et anti-impérialistes rappelle étrangement celui qui opposa les partisans et les opposants de l’expansion coloniale à la fin du XIXe siècle car les uns comme les autres étaient favorables à l’expansion économique et politique des États-Unis et divergeaient plus sur la forme que prendrait cette domination que sur le bien-fondé de celle-ci.

Haut de page

Notes

1  Le terme de radicalisme renvoie ici à une position de gauche s’opposant aux mouvances politiques traditionnelles (droite conservatrice et centre « libéral ») et se méfiant des formes institutionnelles de pouvoir. Apolitique et existentiel, il relève d’une attitude morale spontanée qui remet en cause le statu quo et veut émouvoir les consciences au nom de valeurs égalitaires, démocratiques et progressistes. Il est idéaliste en ce sens qu’il souhaiterait voir la pratique politique découler de la conscience morale (Voir John Patrick Diggins, The Rise and Fall of the American Left, New York: W.W. Norton & Company, 1992 [1973], 39-40 et Marie-Christine Granjon, L’Amérique de la contestation. Les années 60 aux États-Unis, Paris : Presses de la FNSP, 1985, 19-24).

2  En France, depuis l’ouvrage de Raymond Aron, la position des spécialistes de relations internationales et de politique étrangère américaine est relativement consensuelle : l’Empire américain est un fait et non l’objet d’un débat. Rares sont les auteurs français qui aujourd’hui refusent d’utiliser un terme qu’ils jugent inaptes à rendre compte de la domination américaine sur le monde. Philippe Roger, qui voit dans l’usage français de la notion d’« Empire américain » un signe d’anti-américanisme, semble faire à ce titre figure d’exception (Philippe Roger, « “Empire américain”, fantasmes français », in Michel Wieviorka (dir.), L’Empire américain ?, Paris : Balland, 2004, 107-121). Pour des exemples d’emplois français de la notion d’ « Empire américain », voir Raymond Aron, République impériale : les États-Unis dans le monde, 1945-1972, Paris : Calmann-Lévy, 1973 ; Régis Debray, Les Empires contre l’Europe, Paris : Gallimard, 1985, 52, 61, 338 ; Pierre Mélandri et Justin Vaïsse, L’Empire du milieu – Les États-Unis et le monde depuis la fin de la guerre froide, Paris : Odile Jacob, 2001, 10 ; Pierre Hassner, « États-Unis : l’Empire de la force ou la force de l’Empire ? », Cahiers de Chaillot, septembre 2002, n° 54, 7 et La terreur et l’Empire. La violence et la paix II, Paris : Editions du Seuil, 2003, 160 ; Pierre Biarnes, Pour l’Empire du monde. Les Américains aux frontières de la Russie et de la Chine, Paris : Ellipses, 2003, 431-434 ; et Gérard Dorel, Atlas de l’Empire américain, Paris : Autrement, 2006.

3  On préfère ici garder le terme américain car il n’existe pas d’équivalent satisfaisant en français pour désigner ces boîtes à idées ou centres de recherche.

4  Au XIXe siècle, le thème impérial était pratiquement absent des discours justifiant l’expansionnisme continental. Albert K. Weinberg dans son ouvrage de référence – Manifest Destiny. A study of nationalist expansionism in American history, Baltimore: The Johns Hopkins Press, 1935 –  dresse la liste des expressions les plus couramment utilisées pour légitimer la conquête du continent américain : la plus connue est celle de « Destinée Manifeste » que l’on doit à un article de 1845 écrit par John O’Sullivan mais celles de « loi naturelle », de « prédestination géographique », de « droit à la propriété de la terre », d’ «extension du domaine de la liberté », de « mission régénératrice », de « croissance naturelle », de « gravitation politique » et de « déterminisme » étaient aussi couramment employées. Plus tard, pour justifier l’engagement américain dans la première guerre mondiale, Wilson parla de « sauver la démocratie dans le monde » et la doctrine Truman proclamait en 1947 que les États-Unis seraient les défenseurs du « monde libre » face à la menace soviétique. Tous les présidents américains depuis Wilson se sont faits les chantres de la démocratie dans le monde tout en prétendant que les États-Unis n’avaient ni projet ni intérêts impériaux. Voir Gary Dorrien,Imperial Designs. Neoconservatism and the new Pax Americana,New York: Routledge, 2004, 20.

5  Voir, par exemple, The Federalist No. 1, 13, 14, 22, 23, 28, 40, 46, 53, dans Jacob E. Cooke, The Federalist, Middletown, Conn.: Wesleyan University Press, 1961.

6  Pour Thomas Jefferson en particulier, les États-Unis deviendraient un « Empire de la liberté », c’est-à-dire un Empire démocratique fondé sur les principes de l’autonomie politique et de la communauté d’intérêt de ses membres par opposition à l’Empire britannique, fondé sur la force, la peur et le despotisme. Voir en particulier Peter S. Onuf, Jefferson’s Empire. The language of American nationhood, Charlottesville: University Press of Virginia, 2000, 1.

7  Voir en particulier le prêche prononcé par le Révérend Thomas Brockaway en 1784 et le poème de David Humphreys cités par Anders Stephanson dans Manifest Destiny : American expansion and the Empire of right, New York: Hill and Wang, 1995, 19.

8  Pendant la guerre du Viêt-Nam, les accusations d’impérialisme américain étaient l’un des thèmes favoris de la Nouvelle Gauche et du mouvement anti-guerre.

9  On doit cette expression à Ronald Reagan qui l’utilise pour la première fois dans un discours du 8 mars 1983 prononcé devant la National Association of Evangelicals à Orlando en Floride.

10  Le mot « liberal » aux États-Unis s’utilise par opposition à celui de « conservative ». Il signifie « progressiste » ou « social-démocrate » (Voir Charles-Philippe David, Louis Balthazar, Justin Vaïsse, La Politique étrangère des États-Unis – Fondements, acteurs, formulation, Paris : Presses de la FNSP, 2003, 46). En matière de relations internationales, la tradition libérale s’articule autour de trois idées principales : la conviction que la nature humaine est foncièrement bonne, l’idée selon laquelle la coopération peut l’emporter sur le conflit dans les relations interétatiques et la croyance dans le progrès. Voir Robert Jackson and Georg Sorensen, Introduction to International Relations. Theories and Approaches, New York: Oxford University Press, 105.

11  On utilise le passé car, face à l’impopularité grandissante de la guerre en Irak, les néoconservateurs désavouent aujourd’hui la politique étrangère menée par l’administration Bush et se défendent de l’avoir influencée d’une quelconque manière. Voir David Rose, « Neo Culpa », Vanity Fair, 3 novembre 2006, <http://www.vanityfair.com/politics/features/2006/12/neocons200612>, consulté le 12 novembre 2006.

12  Justin Vaïsse, « Le mouvement néo-conservateur aux États-Unis. Le deuxième âge du néo-conservatisme à travers l’histoire de la Coalition for a Democratic Majority et du Committee on the Present Danger, 1972-1992 », sous la direction de Pierre Mélandri, Institut d’Études Politiques de Paris, 2005, 868-875.  

13  Pierre Hassner, « États-Unis : l’Empire de la force ou la force de l’Empire ? », op. cit.,43. Francis Fukuyama, dans son dernier livre, affirme même qu’il faudrait abandonner le terme de néo-conservatisme pour le remplacer par celui de « wilsonisme réaliste » ou de « wilsonisme dur ». Francis Fukuyama, America at the Crossroads: Democracy, Power and the Neoconservative Legacy, New Haven: Yale University Press, 2006, cité dans Carnes Lord, « Requiem pour le néo-conservatisme ? », Politique américaine, n°5, été-automne 2006, 89-102, 99.

14  Walter Russell Mead, Special Providence: American foreign policy and how it changed the world, New York: Knopf, 2001.

15  Robert Kagan et William Kristol, “Toward a neo-Reaganite foreign policy”, Foreign Affairs, vol. 75, n°4, juillet-août 1996, 18-32. Voir aussi Robert Kagan, “The benevolent Empire”, Foreign Policy, n° 111, été 1998, 24-35 et “Power and weakness”, Policy Review, n° 113, juin-juillet 2002, 3-28.

16  “Statement of principles”, Project for a New American Century, 3 juin 1997, <http:// www.newamericancentury.org/statementofprinciples.htm>, consulté le 15 novembre 2005.

17  Voir, à ce titre, Joshua Muravchik, « The Neoconservative Cabal », Commentary, Vol. 116, n°2, septembre 2003, 26-33, 33 et Carnes Lord, op. cit., 90.

18  Le « néo-libéralisme » se distingue du libéralisme classique en politique étrangère par son adhésion à la théorie du choix rationnel. Voir Dario Battistella, Théories des relations internationales, Paris : Presses de Sciences Po, 2003, 97.

19  Voir, à ce titre, l’article de Leo P. Ribuffo, “Why is there so much conservatism in the United States and why do so few historians know anything about it?”, The American Historical Review, Vol. 99, n°2, avril 1994, 438-449.

20  Charles Krauthammer est chroniqueur au Washington Post et écrit aussi pour The New Republic ou les très néo-conservateurs The Weekly Standard et The National Interest.

21  Voir Charles Krauthammer, “The unipolar moment”, Foreign Affairs, vol. 70, n° 1, 1991, 23-33; “The unipolar moment revisited”, The National Interest, n° 70, hiver 2002-2003, 5-17; “America rules: thank God. Who else should call the shots? China? Iran? The Russian mafia?”, Time, vol. 150, n°5, 4 août 1997 (cités dans Charles-Philippe David, Louis Balthazar, Justin Vaïsse, op.cit., 108-109). Voir aussi Charles Krauthammer, “The Real new world order. The American Empire and the Islamic challenge”, The Weekly Standard, 12 novembre 2001 et Gary J. Dorrien, The Neoconservative Mind, Philadelphia: Temple University Press, 1993, 330-339.

22  Donnelly est ancien reporter de guerre et membre du Project for a New American Century. Il est l’un des plus fervents défenseurs d’une nouvelle Pax Americana. Il a été directeur adjoint de l’hebdomadaire Defense News puis éditeur de Army Times. Il est actuellement l’un des éditeurs du National Interest et écrit aussi pour le Weekly Standard. Voir le site du PNAC, <http://www.newamericancentury.org/thomasdonnellybio.htm>, consulté le 15 novembre 2005.

23  Voir Thomas E. Ricks, “Empire or not? A quiet debate over U.S. role”, Washington Post, 21 août 2001.

24  Voir Robert D. Kaplan, Warrior politics: why leadership demands a pagan ethos, New York: Random House, 2002, 153, cité dans Ivan Eland, “The Empire strikes out – The “new imperialism” and its fatal flaws”, Cato Policy Analysis, n°459, Washington, D.C.: Cato Institute, 26 novembre 2002 ; Robert D. Kaplan, Imperial grunts: the American military on the ground, New York: Random House, 2005, cité dans Andrew Bacevich, “Robert Kaplan: Empire without apologies”, The Nation, 26 septembre 2005; et Robert D. Kaplan, “Imperial grunts”, The Atlantic Monthly, octobre 2005.

25  Voir Max Boot, “The case for American Empire”, The Weekly Standard, Vol. 7, n°5, 15 octobre 2001 ;“American imperialism? No need to run away from label”, USA Today, 5 mai 2003 et “The case for wise liberal imperial rule”, Financial Times, 14 juillet 2004.

26  Le Britannique Sebastian Mallaby est journaliste au Washington Post ; l’Américain David Rieff est chercheur au think tank d’inspiration libérale internationaliste World Policy Institute ; et le Canadien Michael Ignatieff est professeur à la Kennedy School of Government de Harvard.

27  A ce sujet, voir Charles Kupchan, “America’s place in the world”, The Washington Post, 3 avril 2005.

28  Voir Sebastian Mallaby, “The reluctant imperialist: terrorism, failed states, and the case for American Empire”, Foreign Affairs, vol. 81, n° 2, mars-avril 2002; David Rieff, “A new age of liberal imperialism?”, World Policy Journal, vol. 16, n° 2, été 1999; et Michael Ignatieff, “The American Empire – the burden”, New York Times Magazine, 5 janvier 2003 et Kaboul-Sarajevo. Les nouvelles frontières de l’Empire, Paris : Seuil, 2002.

29  Voir à ce propos, Justin Vaïsse, « Petit guide des revues et des think tanks américains : les très riches heures des relations internationales aux États-Unis », La Revue internationale et stratégique, été 1999, n°34, 53-64, 61.

30  Ivo H. Daalder et James M. Lindsay, “American Empire, not ‘if’ but ‘what kind’”, The New York Times, 10 mai 2003.

31  James Chace écrit que les États-Unis sont un Empire né de la conjonction d’une quête de la sécurité absolue et d’une conception exceptionnaliste et messianique du rôle des États-Unis dans le monde. Voir James Chace, “Imperial America and the common interest”, World Policy Journal, printemps 2002, 1-9.

32  Voir en particulier Niall Ferguson, Colossus: The Price of America’s Empire, New York: The Penguin Press, 2004; “A Victorian idealist in the White House”, New Statesman, 17 février 2003, 26-27; “America: an Empire in denial”, The Chronicle of Higher Education, Vol. 49, n° 29, 28 mars 2003, B7; “The true cost of hegemony. Huge debt”, The New York Times, 20 avril 2003; “Iraq needs long-term Anglo-American control”, The Age, 25 avril 2003; “The Empire slinks back”, The New York Times Magazine, 27 avril 2003; “An Empire in denial: the limits of US imperialism”, Harvard International Review, Vol. 25, n° 3, automne 2003, 64-69; “Hegemony or Empire?”, Foreign Affairs, Vol. 82, n° 5, septembre-octobre 2003, 154-161; “A World Without Power”, Foreign Policy, n° 143, juillet-août 2004, 32-39; “The Reluctant Empire”, <http://www.hoover.org/publications/digest/3020286.html>; “Empire with Expiration Dates”, Foreign Policy, septembre-octobre 2006.

33  Ignatieff, Boot et Ferguson appellent par exemple à prendre exemple sur l’Empire britannique. Une  conférence de J. Rufus Fears du 26 septembre 2005 prononcée à la Heritage Foundation, un des principaux think tanks ayant soutenu la révolution néoconservatrice, invite les États-Unis à tirer les leçons de l’Empire romain (« The Lessons of the Roman Empire for America today », <www.heritage.org/research/politicalphilosophy/hl917.cfm>, consultée le 27 septembre 2006).

34  Clyde Prestowitz, Rogue Nation: American unilateralism and the failure of good intentions, New York: Basic Books, 2003, 273.

35  Ibid., 874.

36  Hubert Vedrine, Face à l’hyperpuissance. Textes et discours (1995-2003), Paris : Fayard, 2003.

37  Voir Vladimir Illitch Lénine, L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme : essai de vulgarisation, Pantin : Temps des cerises, 2001.

38  Voir Joseph Nye, “Is America an Empire?”, <http://www.ksg.harvard.edu/ news/opeds/2004/nye_Empire_kh_ 012804.htm>, 28 janvier 2004, consulté le 15 novembre 2005 et Samuel Huntington, “The Great American Myth”, Maclean’s, vol. 118, n°7, 14 février 2005, 40-41.

39  Par « définition classique » du terme d’ « Empire » on entend une domination de type colonial d’un État sur une région qu’il administre, directement ou indirectement.

40  Voir à ce titre les définitions données par Justin Vaïsse dans « Les sens de l’Empire », in Michel Wieviorka (dir.), op. cit., 201-212.

41  George W. Bush a affirmé à plusieurs reprises que les États-Unis n’étaient pas un Empire et n’avaient aucune intention de le devenir. Voir, par exemple, “President Bush delivers graduation speech at West Point”, <http://www.whitehouse.gov/news/releases/2002/06/20020601-3.html>, 1er juin 2002 ; “President Bush salutes veterans at White House ceremony”, 11 novembre 2002, <http://www.whitehouse.gov/news/releases/2002/11/20021111-2.html>; et “President addresses the nation in prime time press conference”, 13 avril 2004, <http://www.whitehouse.gov/news/releases/2004/04/20040413-20.html>. Sites consultés le 15 novembre 2005. De même Donald Rumsfeld, qui s’exprimait sur Al-Jazeera le 28 avril 2003, affirmait que les États-Unis n’étaient pas des « bâtisseurs d’Empire ».

42  Elle reprend en particulier, en les reformulant, des éléments du Defense Planning Guidance rédigé par Paul Wolfowitz en 1992. Une partie du contenu de ce document, destiné à un usage interne, avait été publiée dans la presse et avait fait scandale à l’époque car il préconisait entre autres d’empêcher l’émergence de puissances capables de concurrencer les États-Unis en les en dissuadant par la puissance militaire. Le document en appelait également à un usage unilatéral de la force lorsqu’une coopération internationale n’était pas possible. Voir Pierre Mélandri et Justin Vaïsse, op. cit., 67.

43  Voir “The National security strategy of the United States of America”, <http://www.whitehouse.gov/nsc/nss. pdf>, 2002, 30, consulté le 15 novembre 2005.

44  La NSS utilise en réalité le concept de « préemption ». Considérée depuis longtemps comme légitime au regard du droit international, la « préemption » est définie comme l’usage de la force dans le but d’anticiper une attaque imminente. Le problème de la Doctrine Bush est qu’elle étend la définition de la préemption pour y inclure la guerre préventive dans laquelle la force peut être utilisée même sans preuve qu’une attaque est imminente et dans le seul but d’empêcher un pays de devenir une menace sérieuse pour la sécurité des États-Unis. C’est la doctrine de la guerre préventive qui semble avoir dominé dans l’argumentaire légitimant la décision d’attaquer l’Irak : il valait mieux détruire le régime de Saddam Hussein rapidement plutôt que d’être confronté plus tard à un État disposant d’armes de destruction massive. Voir à ce sujet Michael E. O’Hanlon, Susan E. Rice et James B. Steinberg, “The New National Security Strategy and Preemption”, Brookings Institution Policy Brief #113, décembre 2002, <http://www.brookings.edu/comm/policybriefs/pb113.pdf>, consulté le 4 octobre 2006.

45  Voir aussi à ce sujet David C. Hendrickson, “A dissenter’s guide to foreign policy”, World Policy Journal, printemps 2004, 110 et G. John Ikenberry, “America’s Imperial Ambition”, Foreign Affairs, Vol. 81, n°5, septembre-octobre 2002, 44-60.

46  Voir à ce titre la distinction que fait Ronald Steel dans “Totem and taboo”, The Nation, 20 septembre 2004, compte-rendu de la littérature traitant de l’Empire américain et celle que fait Hendrickson, op. cit., 110.

47  Les « revisionist historians » se sont attaqués à une historiographie des relations extérieures des États-Unis dite « orthodoxe » ou « consensuelle » ayant tendance à glorifier le passé, à excuser les effets néfastes de la politique étrangère américaine, et à la soutenir. La vague de « révisionnisme » de l’histoire de la politique étrangère américaine dont il est question ici date des années 1960. Proches de la Nouvelle Gauche, ses représentants remirent en cause l’interprétation traditionnelle de la guerre froide comme réponse américaine à une agression soviétique et la présentèrent comme le résultat de torts partagés par chacun des deux blocs. Voir Bruce W. Jentleson et Thomas G. Paterson (eds.), Encyclopedia of US Foreign Relations, New York: Oxford University Press, 1997, Vol. 4, 8-9.

48  Prônant la dérégulation en matière économique et une définition absolutiste des libertés individuelles, les libertariens sont représentés par le Cato Institute, un think tank qui plaide en faveur d’une intervention minimale de l’État dans l’économie et la vie privée. Il défend une vision néo-libérale de l’économie capitaliste de marché, soutient les entreprises, s’oppose à une fiscalité forte, exprime son scepticisme par rapport au bien-fondé de l’État-providence et à l’aventurisme militaire à l’étranger, et se réclame des Pères Fondateurs de la république. Il est difficile à classer sur l’échiquier politique américain car il se rapproche de la droite classique en matière économique et dans sa définition minimaliste du rôle de l’État, mais promeut des valeurs libérales de respect par rapport aux homosexuels, aux immigrés, aux femmes et aux gens de couleur. Voir à ce sujet Pierre Mélandri et Justin Vaïsse, op. cit., 349.

49  Voir, par exemple, Gabriel Kolko, The Roots of American foreign policy: an analysis of power and purpose, Boston: Beacon Press, 1969 et Harry Magdoff, The Age of imperialism: the economics of U.S. foreign policy, New York: Monthly Review Press, 1969.

50  Voir en particulier William A. Williams, Empire as a way of life: an essay on the causes and character of America’s present predicament along with a few thoughts about an alternative, New York: Oxford UP, 1980; The Tragedy of American diplomacy, New York: Dell Pub. Co., 1962 [1959]; et The Contours of American history, New York: W.W. Norton & Company, 1988.

51  Voir en particulierWalter Lafeber, The New Empire, an interpretation of American expansion, 1860-1898, Ithaca, N.Y.: Cornell University Press, 1963 et “The post September 11 debate over Empire, globalization, and fragmentation”, Political Science Quarterly, printemps 2002, Vol. 117, n° 1, 1-17.

52  Voir, par exemple, Noam Chomsky, Hegemony or Survival: America’s quest for global dominance, Londres: Hamish Hamilton, 2003 ou Year 501: The conquest continues, Londres: Verso, 1993.

53  Edward W. Said, Orientalism, New York: Vintage 1994 [1978]; Covering Islam, how the media and experts determine how we see the rest of the world, London: Routledge & Kegan Paul, 1981; Culture and Imperialism, New York: Vintage, 1993.

54  Voir, par exemple, le dernier livre de Gore Vidal, Imperial America: reflections on the United States of amnesia, Forest Row: Clairview, 2004 et John Bellamy Foster, “The rediscovery of imperialism”, Monthly Review, novembre 2002; “Imperial America and war”, Monthly Review, mai 2003; “The new age of imperialism,” Monthly Review, juillet-août 2003; et “The American Empire: Pax Americana or Pox Americana?”, Monthly Review, septembre 2004.

55  Paul Kennedy, dans The Rise and Fall of the Great Powers. Economic change and military conflict from 1500 to 2000, London: Unwin Hyman, 1988, xxiv, précise dans son introduction que son livre ne prétend pas que l’économie détermine tout ou bien qu’elle est la seule raison de la réussite ou de l’échec d’une nation, une tendance qui est souvent reprochée à l’école révisionniste. De même, Arthur Schlesinger, Jr. a violemment attaqué l’école révisionniste et en particulier l’historien William Appleman Williams dans son ouvrage plus récent The Cycles of American History, Boston : Houghton Mifflin, 1986.

56  Arthur M. Schlesinger, Jr., The Imperial Presidency, Boston: Houghton Mifflin, 1973.

57  Paul Kennedy, op. cit., 514-540.

58  Voir Ted Galen Carpenter, “Global interventionism and a new imperial presidency”, Cato Policy Analysis, n° 71, Washington, D.C.: Cato Institute, 16 mai 1986 et Gene Healy, “Arrogance of power reborn – the imperial presidency and foreign policy in the Clinton years”, Cato Policy Analysis, n° 389, Washington, D.C.: Cato Institute, 13 décembre 2000.

59  Voir Ivan Eland, op. cit.; Christopher Preble, “An Empire is not needed to fight the war on terror at home or abroad,” Washington D.C.: Cato Institute, 17 septembre 2003 et “ ’Empire’ – a losing political issue”, The Hill, 20 avril 2004.

60  Charles V. Pena, “Missile defense – defending America or building Empire?”, Cato Foreign Policy Briefing, n° 77, 28 mai 2003.

61  Pierre Mélandri et Justin Vaïsse, op. cit., 340.

62  Robert W. Tucker et David C. Hendrickson, The Imperial Temptation – The new world order and America’s purpose, New York: Council on Foreign Relations Press, 1992. Voir en particulier les pages 15 à 17, 169 à 171, 195 à 198, et 204 à 206.

63  Eric A. Nordlinger, Isolationism Reconfigured. American foreign policy for a new century, Princeton: Princeton University Press, 1995.

64  Charles William Maynes, “The perils of (and for) an imperial America”, Foreign Policy, été 1998, 36-48.

65  Il s’exprime notamment à travers son think tank très peu influent The American Cause et le magazine The American Conservative.

66  Patrick J. Buchanan, A republic, not an Empire – reclaiming America’s destiny, Washington, D.C.: Regnery Publishing, 1999 et “What price the American Empire?”, <http://www.theamericancause.org/patwhatpriceprint.htm>, 29 mai 2002, consulté le 15 novembre 2005.

67  Clyde Prestowitz est président-fondateur de l’Economic Strategy Institute, un centre de réflexion basé à Washington, influent en politique commerciale internationale et spécialisé dans la façon dont les secteurs clés de l’économie américaine et de l’économie mondiale s’adaptent aux changements, en particulier aux effets de la mondialisation.

68  Voir Clyde Prestowitz, op. cit., 275-277 et 27-29.

69  Andrew Bacevich, American Empire. The realities and consequences of U.S. diplomacy, Cambridge, MA: Harvard UP, 2002.

70  Chalmers Johnson, Blowback: The costs and consequences of American Empire, New York: Henry Holt, 2000 et The Sorrows of Empire: Militarism, secrecy, and the end of the Republic, New York: Metropolitan Books, 2004.

71  Stanley Hoffmann, L’Amérique vraiment impériale ? Entretiens sur le vif avec Frédéric Bozo, Paris: Louis Audibert, 2003.

72  G. John Ikenberry, Ibid.

73  Fareed Zakaria, “The arrogant Empire”, Newsweek, 23 juin 2004.

74  Voir à ce propos, Justin Vaïsse, « Petit guide des revues et des think tanks américains : les très riches heures des relations internationales aux États-Unis », op. cit., 53-64.

75  Voir <http://www.realisticforeignpolicy.org/static/000027.php>, consulté le 15 novembre 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Letemplé, « L’Empire en question : origines et développement d’un débat américain contemporain », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. V - n°3 | 2007, 161-190.

Référence électronique

Céline Letemplé, « L’Empire en question : origines et développement d’un débat américain contemporain », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. V - n°3 | 2007, mis en ligne le 20 octobre 2009, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lisa/1691 ; DOI : 10.4000/lisa.1691

Haut de page

Auteur

Céline Letemplé

(Paris XII, France)
Céline Letemplé est ATER à l’université de Paris XII où elle enseigne l’anglais et les études américaines. Elle prépare une thèse de doctorat sous la direction du professeur Pierre Guerlain à l’université de Paris X sur l’histoire et l’actualité de l’usage américain du concept d’Empire pour désigner les États-Unis.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals