Navigation – Plan du site
Pensées et politiques nationales dans un cadre mondialisé

Néo-conservatisme contre Universalisme

Neo-conservatism vs Universalism
Frank Romano
p. 191-220

Résumé

This study will first set forth the principles underpinning universalism and neo-conservatism, followed by the re-launching of the polemic which pits neoconservatives against universalism, the former seeking to privilege the American Empire. The setting up and the support of international structures has become necessary for a true protection of human rights and true cooperation in the face of war and other conflicts. This requires the enhancement of a new concept, that of unification of the human race by unification of legal principles and by their universal application. The conflicts between nations give rise to the necessity for universal structures, such as an international tribunal capable of pursuing international anticompetitive practices, as well as those accused of genocide and crimes against humanity. Thus, a universalistic approach within a legal framework becomes fundamental for justice, even for the survival of humanity. However, American interventionist and neoconservative policy flies in the face of a universal movement. It advances rather the notion of the American Empire, which attempts to impose itself with impunity throughout today’s world. Moreover and extraordinarily, the Bush Administration succeeded in bringing together two opponents, the neoconservative and Fundamentalist Christian movements, which, together, block the progression of the universalistic movement towards a more balanced and evolved human race. As such, does the neoconservative movement, which encourages the development of this Empire, push the world into a downward anti-universal spiral? Does it even threaten to jeopardize our very survival? So-called universalism is the proposed answer to this threat. The antithesis to universalism is a political movement created in the United States: neoconservatism.

Haut de page

Texte intégral

1La mise en place et le soutien des structures internationales deviennent impératifs dans la perspective d’une vraie protection des droits de l’homme et d’une réelle coopération face aux menaces de guerres et autres conflits. Cela suppose de développer le concept d’unification de l’espèce humaine par l’unification des principes juridiques dans une application universelle.

2Les conflits entre États nécessitent désormais des structures universelles telles qu’un tribunal international traitant les pratiques anticoncurrentielles internationales, les actes de génocide et les crimes contre l’humanité. Ainsi, l’approche soulignant l’universalisme en matière de droit devient fondamentale pour la justice, voire la survie de l’humanité. En revanche, l’Empire américain s’oppose systématiquement à toute notion universelle et vise à détruire ces structures qui s’appuient sur le principe d’« universalisme ».

3À titre d’exemple, le contrôle des pratiques anticoncurrentielles, croissantes au niveau international, s’exerce sous forme d’une coopération bilatérale entre les différentes régions. Or, les accords bilatéraux sont limités et se soldent par un échec notamment lorsque l’enjeu est important ce qui a pour conséquence que les États s’en détournent et plus particulièrement les Américains. Ce constat suggère donc de fonder une structure internationale comportant un tribunal ayant une force contraignante. Les États-Unis dénoncent systématiquement cette approche du problème des pratiques anticoncurrentielles internationales.

4Parallèlement, deux tribunaux ad hoc ont été constitués afin de juger les coupables des atrocités commises au Rwanda et en ex-Yougoslavie. La proposition de création d’une Cour pénale internationale (CPI) permanente découlait logiquement des faits et pouvait résoudre les problèmes engendrés par la multiplication des tribunaux ad hoc. Par ailleurs, cette instance devait siéger de façon à minimiser toute influence politique pour éviter que les poursuites ne soient stoppées comme dans l’affaire Pinochet, par exemple. Or, ce projet a été sensiblement affaibli par la rétractation des États-Unis et les actes de sabotage auxquels ils se sont livrés à son encontre.

5Cependant, la politique américaine interventionniste et néo-conservatrice se heurte à ce mouvement universel. En effet, elle met plutôt en avant la notion d’Empire américain qui s’efforce de s’imposer en toute impunité dans le monde d’aujourd’hui. George W. Bush, entouré de plusieurs adeptes de cette philosophie néo-conservatrice (tels que Paul Wolfowitz, Richard Perle, etc.) s’est livré à une politique anti-universaliste, symbolisée par le retrait de la signature des États-Unis du traité conduisant à la création de la CPI.

6Enfin, le mouvement néo-conservateur mettant en avant la force de l’Empire, freinant ainsi le mouvement universel, fait-il tomber le monde dans une spirale régressive anti-universelle ? Met-il ainsi notre survie en danger ?

7Notre propos repose donc ici sur ce qu’on appellera l’universalisme. L’antithèse de l’universalisme est un mouvement politique né aux États-Unis : le néo-conservatisme.

  • 1  Frank Romano, « Structure universelle plurilatérale du droit de la concurrence : hard ou soft? », (...)

8Ce qu’on entend par universalisme, c’est l’éveil universel par la recherche du fil conducteur entre toutes choses, sans détruire l’importance des spécificités, voire les apports des diverses philosophies, idéologies, religions, etc. L’éveil universel – ou ce que j’appelle « l’universalisme » - peut conduire à des principes tout aussi universels, tels que les principes de droit. En outre, c’est uniquement à travers cette recherche d’un « universalisme », dans une véritable compréhension des choses qu’on peut être tolérant afin de diminuer l’ignorance, et donc la haine, le protectionnisme, voire le nationalisme aveugle1.

  • 2  Alain Franchon et Daniel Vernet, « Le stratège et le philosophe », Le Monde, 15 avril 2003, 2.

9Le terme « néo-conservateurs » désigne des « idéalistes optimistes, convaincus de la valeur universelle du modèle démocratique américain, (qui) veulent mettre fin au statu quo, au consensus mou. Ils croient en la politique pour changer les choses. En politique étrangère, ils dénonçaient dans les années 1970 la détente, qui, disaient-ils, profitait plus à l’URSS qu’à l’Occident »2.

10Le mouvement néo-conservateur plonge ses racines dans la doctrine du philosophe Leo Strauss, juif immigré aux États-Unis avant l’accession au pouvoir des Nazis en Allemagne. Ses idées ont fort influencé l’évolution de la pensée néo-conservatrice qui se manifeste dans l’administration Bush.

  • 3  Ibid., 5.

11Auparavant gauchistes, ils sont ultérieurement devenus conservateurs. Ils critiquent le relativisme culturel et moral des années 19603 et proclament « la valeur universelle du modèle démocratique américain » qu’ils pensent être le meilleur système au monde, tout en refusant les compromis. Ils estiment que la politique doit être active et prônent la théorie selon laquelle les États-Unis ne doivent pas hésiter à intervenir, même militairement, pour protéger les systèmes démocratiques afin d’étendre ses principes dans le monde entier.      

12Cependant, et par extraordinaire, l’administration Bush a réuni les deux courants opposés des néo-conservateurs et des chrétiens fondamentalistes qui, ensemble, empêchent la progression du mouvement universaliste vers un monde équilibré et évolué.

13Nous allons tout d’abord exposer les principes de l’universalisme et du néo-conservatisme, puis relancer la polémique selon laquelle les néo-conservateurs se heurtent à l’universalisme afin de mettre en exergue l’Empire américain.

Historique. Les principes de l’universalisme et du néo-conservatisme

L’universalisme

L’universalisme et la pensée originale de Kant

  • 4  Ibid., 18.
  • 5  « A priori » concerne les connaissances, « celles que l’expérience suppose, et ne suffit pas à exp (...)
  • 6  Emmanuel Kant, Critique de la raison pure, Quadrige/PUF, 6ème édition, 1944, 18.

14Kant renverse l’analyse classique du rapport sujet/objet qui s’appuie sur le principe que « toute notre connaissance (doit) se régler sur les objets »4. Il énonce que dans cette hypothèse « tous les efforts tentés pour établir sur eux quelque jugement a priori5 par concepts, ce qui aurait accru notre connaissance, n’ (aboutissent) à rien »6. Il s’agit donc de prendre les objets comme point de départ. Ils deviennent alors « connaissance a priori », c’est-à-dire « avant qu’ils nous soient donnés », sans provenir d’une source empirique ainsi que la connaissance classique nous l’impose.

  • 7  Selon Kant, la métaphysique est « la connaissance spéculative de la raison tout à fait isolée et q (...)
  • 8  Ibid., 21.
  • 9  Charles Bourgeois, DEMARCHES Initiation à la philosophie, Paris, Belin, 1995, 206.

15Afin de combler ce vide, Kant propose de « changer la méthode suivie jusqu’ici en Métaphysique7 et d’opérer ainsi en elle une révolution totale »8. Pour ce faire, il faut suivre la démarche de Copernic consistant à « s’ (interroger) sur l’objet à connaître » « au lieu de s’interroger sur le sujet connaissant »9.

La pensée révolutionnaire

16Copernic opéra de la sorte lors de ses recherches sur les mouvements du ciel. Tout en observant que les étoiles évoluaient autour de lui et tournaient autour de la terre, il n’arrivait pas à expliquer leur déplacement ni à en déterminer la source. Il a donc décidé d’inverser le point de référence en postulant que la terre tournait autour du soleil.

  • 10  Emmanuel Kant, Critique de la raison pure, op. cit., 19.
  • 11  Idem.

17Kant a adapté cette procédure scientifique qu’il identifie comme une modification du système de pensée, pour se focaliser sur notre connaissance a priori des choses10. S’appuyant sur cette méthode révolutionnaire, il s’est demandé s’il fallait faire tourner l’objet autour du sujet au lieu de faire tourner le sujet autour de l’objet11.

  • 12  Ibid., note bas de page « * ».

18S’agissant des principes de la raison pure, il a énoncé que l’expérience ne saurait permettre de considérer les objets de la raison pure et précisé que seul l’examen des concepts et des principes admis a priori, en autorise l’analyse12.

L’Entendement - la connaissance sans se fonder sur l’expérience

  • 13 Ibid., 281.
  • 14 Idem.

19L’empirisme est une doctrine qui ne repose que sur la connaissance, c’est-à-dire ce rapport du sujet à l’objet, que sur l’expérience seule.13 Dans cette mesure, on peut se demander si « le sujet ne se règle pas sur l’expérience, car l’expérience elle-même dépend du sujet »14.

  • 15 Ibid., 17.
  • 16 Idem.

20Kant postule que l’être humain peut être amené à une connaissance sans s’appuyer sur l’expérience. En effet, la science, notamment la physique, se fonde classiquement sur les principes empiriques15. Dans ce contexte, la raison se règle sur elle-même puisqu’elle doit, suivant des lois immuables, s’imposer une structure d’analyse, un raisonnement, qui obligent la nature « à répondre à ses questions et ne pas se laisser conduire pour ainsi dire en laisse par elle »16. Il nous enseigne que l’homme peut dépasser la connaissance de ces phénomènes par le biais de la métaphysique qui permet d’acquérir des connaissances beaucoup plus étendues, de surmonter d’autres préjugés et, en définitive, de s’interroger sur l’être même.

  • 17   Ibid., 20.

21Cependant, Kant va plus loin en estimant que l’homme peut également avoir accès à une connaissance a priori et, qui plus est, se doter de lois, « qui servent a priori de fondement à la nature, considérée comme l’ensemble des objets de l’expérience »17.

  • 18  Charles Bourgeois, op. cit., 204.

22Compte tenu de cette thèse, exposée dans La critique de la raison pure, nous sommes amenés à considérer que le raisonnement de l’homme n’a pas de limite, mais que cette analyse pourrait cerner à « la fois les possibilités et les limites de la connaissance »18 et donc trouver sa place dans l’univers. Ainsi, le raisonnement de l’homme peut revêtir une valeur universelle.

  • 19  Ibid., 203.
  • 20  On entend par « a posteriori » la notion suivante : « En partant des données de l’expérience, en r (...)

23Néanmoins, on ne peut envisager cette valeur universelle que si l’homme se délivre des impressions, des préjugés et des passions fugaces liés à une situation donnée19. Pour y parvenir, il doit étendre ses connaissances au-delà de l’expérience et porter ses modalités de raisonnement au-delà de l’a posteriori20 pour y inclure également le cadre a priori de la pensée.

Le raisonnement de Kant appliqué à des structures juridiques universelles

  • 21 « La définition des accords multilatéraux et plurilatéraux se trouve dans l’article II-3 de l’accor (...)

24Nous proposons de mettre en pratique la thèse de Kant en vue de créer une structure plurilatérale21 de concurrence et une structure universelle en matière des droits de l’homme.

25Le pouvoir de raisonnement au-delà de l’expérience peut, par exemple, nous amener à concevoir une structure plurilatérale susceptible de poursuivre les entreprises se livrant à des pratiques anticoncurrentielles, en dépit de l’inexistence d’une structure apparentée, ou d’un modèle tiré de l’expérience. Dès lors, toutes les critiques s’opposant à une telle structure seraient désormais invalidées et nous endosserions la responsabilité de traduire en actes nos idées, même sans aucune référence surgie du passé.

Pourquoi un concept universel et de l’universel juridique ?

26L’unification de l’espèce humaine suppose la possibilité d’une unification des principes juridiques dans une application universelle du droit.

  • 22  Alain Franchon et Daniel Vernet, « Le Stratège et le philosophe », Le Monde, 15 avril 2003, 3, <ht (...)

27N’ayant jamais quitté son village natal de Königsberg, Kant avait néanmoins une vision du monde que l’on pourrait qualifier de prophétique. Sa thèse semble suggérer que sans une structure universelle à vocation unificatrice dotée de principes de droit universel, notre culture voire notre monde, sont condamnés. Nous devons donc maintenir les accords internationaux, les traités de désarmement conclus avec l’actuelle Russie. En outre, il faut conserver les organisations internationales telles que l’ONU afin d’assurer l’équilibre des pouvoirs à travers les conventions prévues à cet effet, une théorie soutenue par Woodrow Wilson, le père de la Société Des Nations22.

  • 23  Agnès Lejbowicz, Philosophie du droit international, Paris, PUF, 1999, 311.

28On peut décrire « l’universel juridique » comme l’utilisation de la scène internationale dans la mesure où il se manifeste dans le droit international prévoyant un cadre favorisant la paix et le développement et « sous l’angle de l’image-représentation d’un fédéralisme mondial assumant la souveraineté super étatique »23.

  • 24  Emmanuel Kant, Opuscules sur l’histoire, Paris, GF Flammarion, 1990, 86.

29Kant est un philosophe intimement lié à cette idée, cheminant vers « une tentative philosophique pour traiter l’histoire universelle en fonction du plan de la nature, qui vise à une unification politique totale dans l’espèce humaine, (et) doit être envisagée comme possible et même comme avantageuse pour ce dessein de la nature »24. On peut s’interroger sur la naïveté d’un tel projet d’apparence idéaliste. Doit-on pour autant en conclure qu’il n’a aucun fondement légitime ?

30Bien au contraire ce principe s’appuie plutôt sur la nécessité d’unifier les politiques, de lier juridiquement les États, États-membres des structures multilatérales, ne fut-ce que pour assurer la survie des êtres humains à long terme.

31Cependant, si ceux-ci ne parviennent pas à entrelacer les structures juridiques et si chaque État continue d’appliquer ses lois de manière unilatérale indépendamment des traditions juridiques cultivées ailleurs, l’humanité sera condamnée à un destin de guerre permanente entre États, mais aussi aux guerres civiles.

32Jusqu’à présent, cette idée s’est traduite par le concept d’interdépendance économique, un principe clé qui a sous-tendu la création de la Communauté européenne à la suite de la signature du Traité de Rome en 1957. Pourquoi ne pas l’étendre au reste du monde ?

  • 25  Ibid., 81-82.

33Kant a présumé que l’état de guerre perpétuelle entrave la mise en place d’une structure juridique internationale qui servirait a priori de force unificatrice et qui développerait le concept d’un droit prévoyant la sécurité publique afin d’éviter une éventuelle destruction des uns par les autres25. D’où la nécessité de lier les États politiquement et économiquement de sorte qu’un conflit entre eux deviendrait de plus en plus hypothétique voire impossible. Ainsi, de cette cohésion dépendrait la survie de l’humanité pour l’heure soumise aux actes individualisés.

  • 26  Ibid., 79.
  • 27  Ibid., 82.
  • 28  Emmanuel Kant, Fondements de la métaphysique des mœurs II, Paris, Livre de poche, 1993, 168.
  • 29  Idem.
  • 30  Ibid., 169.
  • 31  Idem.

34Kant propose que les êtres humains sortent de cette jungle pour entrer dans une société de nations dans laquelle même les petits États trouveraient la garantie de leur sécurité et de leurs droits26, ceux-ci ne résultant pas de la puissance des États mais de leur adhésion à cette société qui les place dès lors à égalité. Or, paradoxalement et en dépit de son argumentation en faveur d’« une force unifiée, et par suite une situation cosmopolitique de sécurité publique des États »27, Kant ne paraît pas ambitionner un système international fédératif28. Il invoque plutôt une « alliance entre les peuples »29 surtout pour se protéger des attaques provenant de l’extérieur30. Cependant, il objecte que cette alliance « ne doit pourtant contenir en elle aucune puissance souveraine » mais peut plutôt conduire à une sorte d’association ou de fédération limitée31. Il semble donc que Kant n’ait pas envisagé d’aller aussi loin que l’édification d’une structure internationale susceptible d’adopter des règles ayant une force contraignante sur les États.

  • 32  Agnès Lejbowicz, op. cit., 314, note bas de page n°4.
  • 33 Idem.
  • 34  Définition de l’auteur.

35Ce concept de fédération n’est pas analogue au concept moderne tel qu’on l’entend dans le système fédéral adopté aux États-Unis ou dans le système supranational qui a donné naissance à l’Union européenne32. Il ne s’applique pas non plus au genre de structure qui crée et exécute des décisions issues d’un droit universel comme dans le cas de la CPI qui poursuit les accusés de génocide ou de crimes contre l’humanité. « A notre époque, la fédération contient la forma imperii de l’État, alors que pour Kant, elle en est dépourvue »33. Cette remarque peut être interprétée de la manière suivante : la fédération ou la structure fédérale représente la puissance sur l’État, sur le doit national34 et peut l’imposer.

  • 35  Eric Hochstadt, “The Brown Shoe of the European Union Competition Law”, Yeshiva University, Cardoz (...)

36Par exemple, l’organe principal d’une fédération actuelle telle que la Commission européenne, exerce un certain pouvoir sur les États membres de sorte que ses décisions ont une force contraignante. Ce type d’alliance génère une interdépendance si étroite que les États risquent peu de déclencher des conflits d’importance comme la Première et la Seconde Guerres mondiales. Ce fut d’ailleurs un des objectifs fondamentaux ayant présidé à la création de la Communauté européenne35. Kant a probablement pressenti l’importance de ces alliances qui se sont avérées trop précaires pour garantir le long terme à l’instar de la stabilité actuelle en Europe, issue de l’interdépendance économique et de l’unification politique des États membres de la Communauté européenne.

  • 36  Emmanuel Kant, Opuscules sur l’histoire, op. cit., 82.

37Si nous adoptons la pensée de Kant quant au rapprochement entre États, du moins pour notre propre survie, il devient à présent indispensable de construire un système multilatéral qui rassemble politiquement, économiquement et juridiquement des pays membres. Ainsi, la meilleure méthode pour « mettre en place une loi unificatrice »36 consiste à créer des instances universelles telles que la CPI, qui appliquent une loi universelle. Toutefois, le régime américain guidé par une pensée néo-conservatrice, non seulement s’oppose à cette nécessité mais aussi se livre ouvertement au sabotage de ces structures.

Néo-conservatisme

Néo-conservateurs et chrétiens fondamentalistes

38Les néo-conservateurs, plutôt intellectuels et loin du peuple, inspirés par L. Strauss dans leur lutte pour gagner le pouvoir et séduire les cœurs des américains, ont probablement recherché une base populaire sur laquelle asseoir leur puissance. Ils se sont en outre appuyés sur les chrétiens fondamentalistes, un groupe susceptible d’être contrôlé par le biais de la religion censée souder le peuple.

  • 37  Irving Kristol, “The Neoconservative Persuasion, The Weekly Standard, Volume 008, Issue 47, Augus (...)
  • 38  Christopher Warren, “Cry Wolf! The Problem of Sects and Cults”, The New Covenant Church of God, 19 (...)

39D’après Irving Kristol, c’est le déclin d’une culture tombée dans le vulgaire qui a réuni néo-conservateurs et chrétiens fondamentalistes37. On entend par « chrétien fondamentaliste » quelqu’un qui cultive les croyances traditionnelles et orthodoxes telles que l’acceptation littérale des textes comme principes fondamentaux du christianisme protestant - quelqu’un qui affirme strictement ses croyances d’origine face à un mouvement réformiste, une doctrine ou des pratiques évolutives38.

  • 39  Irving Kristol, op. cit., 2.
  • 40  Jim Lobe, “Leo Strauss’ Philosophy of Deception”, Alternet, May 19, 2003, 2. <www.alternet.org, co (...)

40Ils se rapprochent donc sur plusieurs points, ayant pour objectif d’attirer l’attention du gouvernement39 : la qualité de l’éducation, la réglementation de la pornographie et la relation entre la religion et l’État. Par exemple, tant les chrétiens fondamentalistes que les néo-conservateurs soutiennent la thèse que la religion doit tenir un rôle plus important dans le domaine public. I. Kristol, néo-conservateur et “Undersecretary of Defense for Intelligence” est allé jusqu’à prétendre que les “founding fathers” (pères fondateurs) de la République américaine ont commis une erreur en insistant sur la séparation de l’Église et de l’État40.

  • 41  Ibid., 2. Traduction de l’anglais en français par l’auteur.

41On se demande donc s’ils ne s’en soucient que pour soutenir une position qui s’aligne sur celle des chrétiens fondamentalistes afin de les séduire et d’exercer une emprise sur eux. Cependant cela mis à part, les néo-conservateurs ont, quant à eux, intégré l’importance de la religion comme une notion « absolument nécessaire afin d’imposer une loi morale sur les masses qui, à défaut, seront hors de contrôle »41.

  • 42  André Lalande, op. cit., 914.
  • 43 Idem.

42Toutefois, néo-conservateurs et chrétiens fondamentalistes, chacun de leur côté, dénoncent le relativisme culturel et moral des années 1960. Le relativisme est « la doctrine qui admet que toute connaissance (…) est relative »42. On entend par « relativité de la connaissance » le « caractère qu’a la connaissance humaine d’être relative, ce qui peut s’entendre en plusieurs sens différents »43.

  • 44  Peter Kreeft, Comparative Religions: The Uniqueness of Christianity, Ignatius Press, 1988, 3. <htt (...)
  • 45  Ibid., 4.

43Il semble donc que le vrai fil conducteur entre chrétiens fondamentalistes et néo-conservateurs, soit l’anti-relativisme. La dialectique des chrétiens fondamentalistes suit à peu près le même raisonnement. Par exemple, un fondamentaliste réduit la recherche de la vérité à un système logique. Jésus Christ a annoncé qu’il était la voie, la vérité et la vie. D’après le fondamentaliste, Jésus Christ est la vérité et le sauveur de l’homme. Si on accepte donc cela comme le socle de la vérité, toutes les religions qui ne croient pas à cela sont fausses44. Il est en accord avec le « Concile Vatican II » qui a spécifié que les paroles du Christ et son Église ne peuvent jamais être relativisées45, ce qui ne se discute pas.

44Les chrétiens fondamentalistes adhèrent à la lettre à ce point de vue, estimant que le relativisme religieux ne fait que diluer l’esprit chrétien, dans la mesure où la Bible est interprétée comme la parole exclusive de Dieu qui exclue, de ce fait, d’autres religions.

  • 46  Ibid., 4-5.
  • 47  Ibid., 5. Cependant, Franchon hésite à opérer une transposition immédiate de l’idée anti-relativis (...)
  • 48  Wikipédia, <fr.wikipedia.org/wiki/Axe_du_mal>, consulté en avril 2007.

45En outre, le relativisme, philosophie politique très en vogue, a évolué dans les années 1960-1970 vers la théorie de la convergence entre les États-Unis et l’Union soviétique. Or, L. Strauss a allégué qu’il existait des bons et des mauvais régimes et que les uns avaient le droit de se défendre contre les autres46. On trouve un exemple de l’esprit anti-relativiste des néo-conservateurs et de l’administration Bush dans le discours de ce dernier sur « l’axe du mal » qui insistait sur l’écart entre les bons, c’est-à-dire l’occident incarné par les États-Unis, et les pays du mal47, comme l’Iran, la Corée du Nord et l’Irak au temps du régime de Saddam Hussein48.

  • 49  Idem.

46D’après A. Franchon, une société moderne qui cherche à survivre doit pouvoir critiquer le relativisme car L. Strauss précise que « le relativisme du Bien a pour conséquence une incapacité à réagir contre la tyrannie »49. Cela signifie qu’il privilégie la thèse selon laquelle il n’existe pas plusieurs vérités applicables au concept du Bien et qu’il est dangereux pour une société d’en pouvoir relativiser l’essence. Il semble donc que, conformément à la théorie des néo-conservateurs, le Bien soit défini par la politique du gouvernement visant à répandre les idéaux démocratiques dans le monde.

47Alors faut-il paradoxalement qu’une société démocratique supprime une partie du débat exprimant plusieurs variations de la vérité pour ne pas amoindrir la méthode unificatrice adoptée par le gouvernement, afin de combattre les tyrannies dans le monde ?

  • 50  Leo Strauss, Droit Naturel et Histoire, op. cit., 110.
  • 51  Jim Lobe, “Leo Strauss’ Philosophy of Deception”, op. cit., 2.
  • 52  Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit., 4.

48De plus, comme Hobbes, L. Strauss croit que chacun poursuit naturellement et exclusivement son propre bien50 et que l’agressivité inhérente aux êtres humains ne peut être circonscrite que dans un État puissant et nationaliste51. Il prône donc la création d’un État fort, capable de contenir les formes de violence, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Par ailleurs, il estime que la démocratie n’a aucune chance de perdurer si elle reste faible face aux tyrannies, « par nature expansionnistes ». En conséquence, on peut conclure qu’il les considère, implicitement, comme une menace pour le monde52.  

L’état de guerre, la tromperie et la vertu morale

  • 53  Leo Strauss, Droit Naturel et Histoire, op. cit., 136.
  • 54 Ibid., 139.

49L. Strauss a précisé que « dans la plupart des cas, sinon dans tous, la vertu est ce à quoi on aspire »53.  Mais dans la pratique, l’être humain a vocation à poursuivre d’autres objectifs. En effet, selon les néo-conservateurs, l’entrée en guerre d’un état démocratique lui permet de consolider son pouvoir, d’une part en mobilisant le peuple et, d’autre part, en le trompant sur les motifs qui justifient une intervention militaire à long terme54.

  • 55  Shadia Drury, “Leo Strauss and the American Right”, St. Martin’s, 1999, cité dans Jim Lobe, “Leo S (...)
  • 56  Idem.

50D’après Shadia Drury, L. Strauss pense que seule une menace extérieure peut prétendre souder un peuple autour d’un ordre politique55 et qu’au besoin, comme Machiavel l’aurait suggéré, il faut la fabriquer si elle n’existe pas56.

51La guerre perpétuelle semble donc conditionner toute politique interventionniste qualifiée de « volontarisme politique », afin de sauver le monde de lui-même.

  • 57  Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit., 5.

52Néanmoins, à cet égard, les néo-conservateurs s’écartent légèrement de L. Strauss en s’efforçant  de déployer un « optimisme teinté de messianisme […] pour apporter les libertés au monde (au Moyen-Orient demain, hier à l’Allemagne et au Japon), comme si le volontarisme politique pouvait changer la nature humaine »57.

  • 58  Leo Strauss, Droit Naturel et Histoire, Paris, Champs Flammarion, 1954, 102.
  • 59 Ibid., 137.
  • 60 Ibid., 139.

53En revanche, pour L. Strauss, la nature humaine demeure inébranlable, claire et  nette ; il précise également que les membres de la cité sont liés par convention, et groupés pour mieux défendre leurs intérêts contre d’autres êtres humains58. L’homme ne se préoccupe d’autrui que dans ce cadre, non dans une tentative pour se muer en un être juste59. Dans la société civile, « le juste est celui qui ne fait pas de mal à ses amis, à ses voisins, c’est-à-dire à ses concitoyens, mais au contraire qui les aime […] par contre, il déteste ou cherche à nuire à ses ennemis»60. Il appelle ce type de justice la « morale civique ».

  • 61 Ibid., 139.
  • 62 Ibid., 103.

54Cependant, la vertu morale souffre d’une contradiction flagrante lorsqu’elle accompagne la tromperie du public, l’utilisation de la ruse ou la force par un chef politique au nom de la cité en état de guerre61, choix légitimes car « l’expérience montre qu’il y a peu d’individus, et pour ainsi dire aucune cité, à agir avec justice à moins d’y être obligés »62.

  • 63 Ibid., 23.

55Toutefois, un gouvernement qui trompe ses concitoyens, soutenu par un public mal informé, prend de mauvaises décisions comme celle d’envahir l’Irak, décrétée par le gouvernement américain en 2003. Ainsi, les néo-conservateurs ont maintenu le peuple américain dans les profondeurs de l’ignorance comme dans l’obscurité de la caverne de Platon, lui faisant miroiter une réalité subjective, au lieu de l’élever vers la lumière. En dépit de la thèse de L. Strauss de parvenir à la vérité63, ce gouvernement l’enchaîne et lui en fait subir les conséquences.

  • 64  Eric Hobsbawm, « Guerres et Histoire : Où va l’Empire américain ? », Le Monde diplomatique, juin 2 (...)
  • 65 Ibid., 8.

56L’actuel président des États-Unis ne respecte pas non plus son obligation d’informer suffisamment bien les citoyens pour qu’ils opèrent des choix réfléchis et non dictés par l’émotion, sans le moindre recul. À son époque, Kant en avait déjà exprimé l’exigence64. Les Américains demeurent très sensibles à la rhétorique de leur président et à celle de la presse qu’il contrôle en grande partie. Il est donc indispensable de contrebalancer ces influences par l’éducation. « À l’heure actuelle, l’objectif principal est, sinon de contenir, du moins d’éduquer ou de rééduquer les États-Unis »65.

  • 66  Jim Lobe, “Leo Strauss’ Philosophy of Deception”, op. cit., 2.

57Comment résoudre le paradoxe qui découle des propos de L. Strauss, inspiré par Platon mais visiblement moins attaché que lui à l’intégrité et à la vertu morale66 : conduire les hommes vers la vérité grâce aux bons soins de « chefs d’État philosophes » tout en accordant à ceux-ci le droit de mystifier le public ?

Néo-conservatisme contre universalisme

58Les États-Unis se fondent sur le principe que le reste du monde doit suivre leur exemple, à l’instar des révolutions française et russe, pour bafouer les structures internationales qui tentent de trouver un consensus mondial avant d’approuver une action militaire. Ils agissent aux dépens d’années de négociations ayant abouti aux accords internationaux qui constituent les pierres angulaires de ces structures. Ainsi, le néo-conservatisme se heurte de front à l’universalisme dans sa forme définie au début de cette étude.

  • 67  Eric Hobsbawm, « Guerres et Histoire : Où va l’Empire américain ? », op. cit., 1-2.
  • 68  Jesse Helms, “Entering the Pacific Century”, Heritage Foundation, Washington, DC, 1996, cité dans (...)

59En outre, le gouvernement américain ajoute une dimension supplémentaire à sa révolution, potentiellement plus sérieuse et menaçante. En effet, les États-Unis « défendent leurs seuls intérêts en s’imaginant qu’ils rendent ainsi service à l’humanité tout entière »67. L’appel du clairon lancé par le sénateur Jesse Helms souligne parfaitement cette approche. Il a proclamé que « nous sommes au centre et nous devons y rester […]. Les États-Unis doivent diriger le monde en portant le flambeau moral, politique et militaire du droit et de la force, et servir d’exemple à tous les peuples »68.

  • 69  Eric Hobsbawm, « Guerres et Histoire : Où va l’Empire américain ? », op. cit., 6.

60Le gouvernement américain, cependant, n’a pas adopté une stratégie à long terme impliquant les acteurs majeurs au plan mondial, susceptibles de conduire quelques régions à la paix et la prospérité. Sa principale stratégie aujourd’hui est plutôt « de faire la guerre, de mettre en place des gouvernements amis et de rentrer chez eux »69.  

  • 70  Idem.

61En revanche, cette politique s’est soldée par un échec. En effet, selon Eric Hobsbawn, « loin de correspondre à la formulation d’une stratégie, les expressions comme “l’axe du mal” ou la “feuille de route” ne sont que des phrases toutes faites censées disposer par elles-mêmes d’un pouvoir »70.

  • 71  Idem.

62Militairement, la guerre en Irak fut un succès éclatant. Mais G.W. Bush est un chef d’État plus préoccupé de conquêtes que d’autres choses qui a négligé les responsabilités s’imposant pendant l’occupation d’un pays et qu’on retrouve dans le modèle classique du colonialisme britannique71. Il a également fait preuve d’une vision limitée et d’un esprit provincial, d’une part par son manque de réflexion sur l’après-guerre tenant compte de la culture, de la situation économique ainsi que de la politique du pays occupé, d’autre part, en n’envisageant pas une approche beaucoup plus large et universaliste faisant intervenir les structures internationales.

Le néo-conservatisme face aux structures juridiques universelles

63En ce sens, la pensée de Kant était prophétique dans la mesure où il avait pressenti l’importance d’une société de nations. Il existe en effet aujourd’hui des organisations qui prétendent appliquer un droit universel dans le cadre d’une structure multilatérale ou plurilatérale.

Les structures juridiques internationales et les conventions

Kant et la société de nations contre néo-conservateurs américains

  • 72  Emmanuel Kant, Opuscules sur l’histoire, op. cit., 82.

64Kant a affirmé que l’état perpétuel de guerre contraint « notre espèce à imaginer une loi de compensation en face de cette opposition […] que manifestent nombre d’États vivant côte à côte, et, pour donner du poids à cette loi, à introduire une force unifiée, et par suite une situation cosmopolitique de sécurité publique des États, d’où le danger ne soit pas tout à fait exclu […], mais que règle un principe d’égalité pour leurs actions et réactions mutuelles, afin qu’ils ne se détruisent pas les uns les autres »72.

  • 73  Ibid., 81-82.

65À cet égard, il s’est également prononcé sur l’armement futile des peuples par les États. « L’application de toutes les forces des communautés à s’armer les unes contre les autres, les ravages que provoque la guerre, et bien plus encore la nécessité de se sentir continuellement prêt à la guerre, gênent le complet développement des dispositions de la nature […] »73.

  • 74  Ibid., 79.

66Le temps et les dépenses qui devraient être consacrés au bien-être des peuples sont détournés au profit de ces préparatifs incessants qui n’engendrent que de la misère74.

  • 75  Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit., 4.
  • 76 Idem.

67Cette idée se heurte directement à celle des néo-conservateurs et notamment du père de ce mouvement, L. Strauss. Né à Kirchein en Hesse en 1899, ce dernier a grandi à l’époque où le fascisme se développait en Allemagne qu’il a quittée à la veille de l’avènement d’Hitler. Après son départ, les nazis ont pris le contrôle du pays. Strauss fut sans doute marqué par son expérience personnelle. Entre autres choses, « il a vécu la décrépitude de la République de Weimar sous les coups de boutoir convergents des communistes et des nazis »75. Il a également constaté que « la démocratie n’avait aucune chance de s’imposer si elle restait faible et refusait de se dresser contre la tyrannie, par nature expansionniste, fût-ce en recourant à la force […]. Dans l’ensemble, elle présentait le spectacle d’une justice sans force ou d’une justice incapable de recourir à la force »76.

68L. Strauss a certainement été sous le choc de la révélation des camps de concentration et de l’extermination par les nazis de millions de personnes, y compris probablement de membres de sa propre famille. Sa pensée a dû s’enraciner d’autant plus dans la conviction que la justice consiste à recourir à la force pour combattre les tyrannies. Cependant, tout en mobilisant son énergie intellectuelle contre cette menace mondiale, il a dépassé les limites en prônant le renforcement des pays dits démocratiques comme les États-Unis qui doivent mettre en œuvre une politique d’intervention voire de domination. L’histoire justifie-t-elle l’élaboration d’une autre forme de « tyrannie » pour contrebalancer la violence des États despotiques ?  

69Dans son acharnement à lutter contre les tyrannies de son époque, L. Strauss s’est peut-être laissé aveugler par son propre vécu.

  • 77  Jim Lobe, “Leo Strauss’ Philosophy of Deception”, op. cit., 3.

70Parmi ses étudiants, Paul Wolfowitz, sous l’emprise de son discours, a interprété cet appel plutôt comme un moyen de réaliser un destin national : imposer un ordre mondial dominé par la puissance militaire américaine qui allait au-delà des simples paramètres ne visant que la sécurité nationale77. Ses autres disciples, quant à eux, dotés d’une  réelle influence sur le Président Bush et jouant un rôle important dans les affaires de l’État, ont plutôt cherché à acquérir un pouvoir personnel et à soumettre le monde au pouvoir américain afin de  conserver une emprise sur lui. En réalité, ils ont bafoué les principes fondamentaux du libéralisme et de la démocratie tout en s’efforçant, à l’aide de la force militaire américaine, de conquérir le monde au nom du libéralisme et de la démocratie.

71Ce faisant, ils ont appliqué la thèse de L. Strauss qui postule la nécessité d’une guerre perpétuelle, laquelle unifie les citoyens contre une menace extérieure, tissant ainsi la toile d’un sentiment nationaliste soutenant sans réserve cette politique .

72Cette volonté d’impérialisme s’exprime également dans le refus de certaines structures internationales visées par l’administration Bush, notamment la Cour Pénale Internationale, et dans l’ignorance d’autres telles que le Tribunal universel de concurrence.

Quelques exemples de Structures juridiques universelles

  • 78  Cesare P.R. Romano et Théo Boutruche, « Tribunaux pénaux internationaux, état des lieux d’une just (...)

73S’agissant de la CPI, ou Cour d’application universelle, nous pensons que sa création en 1998 a été inspirée par la volonté d’éviter « la multiplication des tribunaux ad hoc par l’établissement d’une juridiction permanente »78. Mais l’idée est beaucoup plus ancienne : elle remonte à la création des tribunaux de Nuremberg et de Tokyo après la Seconde Guerre mondiale. Malheureusement, le déclenchement de la guerre froide a rendu impossible la création d’une cour pénale permanente et il nous a fallu patienter jusqu’à nos jours.

  • 79  Frank Romano, Mondialisation des politiques de concurrence, Paris, l’Harmattan, 2003, 117.

74En revanche, le Tribunal universel de la concurrence n’a toujours pas été constitué. Les organes judiciaires de « l’UE et des USA ont été amenés à trancher certaines affaires incorporées dans la jurisprudence prévoyant une application nationale ou régionale du droit extraterritorial de la concurrence »79. Cette approche unilatérale de chaque espace s’est bien évidemment heurtée aux sensibilités des États visés par les décisions prises dans un autre État, provoquant ainsi des conflits entre régions.

  • 80  Ibid., 24.
  • 81  Ibid., 25.

75On a donc été amenés à élaborer des accords bilatéraux pour contrebalancer la « mise en œuvre d’une politique de concurrence à effet extraterritorial»80. L’Union Européenne et les États-Unis ont signé un accord bilatéral de coopération « pour résoudre le problème de la double compétence »81. Mais il s’avère que lorsque l’enjeu est important, comme dans les affaires Boeing, Microsoft et GE/Honneywell, soit cet accord n’est pas appliqué, soit les négociations dans le cadre de l’accord se sont soldées par un échec.

76D’où la suggestion de créer une structure plurilatérale de la concurrence ainsi qu’un tribunal universel pour traiter les affaires portant sur les pratiques anticoncurrentielles.

Droit de la Concurrence : une approche plus pragmatique

  • 82  Ibid., 190.

77À la lumière de tout ce qui précède, nous proposons un nouveau cadre plurilatéral indépendant, mais lié à l’OMC. C’est la meilleure méthode pour contrer les pratiques anticoncurrentielles internationales puisqu’il pourrait examiner les procédés relevant tant du domaine privé que du domaine public82.

  • 83  Ibid., 4ème de couverture de l’ouvrage.

78« Les États-Unis et l’Union Européenne devraient réaliser cette structure plurilatérale par le moyen d’un traité ». Elle serait constituée grâce à une coopération étroite entre les autorités de surveillance des pays concernés, comme les États membres de la CPI, et élaborerait un système efficace de règles et de règlements des différends, soumis à une instance internationale, dont les décisions auraient une force contraignante83.

  • 84 Ibid., 191.

79La CPI représente un bon exemple de tribunal lié au Conseil de Sécurité mais agissant de façon indépendante. « Toutefois, le Conseil de sécurité ne sera probablement pas [la] structure appropriée pour créer [une] instance en mesure de trancher les problèmes [économiques] croissants »84. C’est pourquoi la structure « idéale » pour poursuivre les pratiques anticoncurrentielles ne sera pas liée aux Nations Unies.

  • 85  “Proposal to amend the EC Merger Regulation” [ECMR; COM (2002), 711]. Voir l’article suivant : “EU (...)

80Afin d’assurer la réussite de l’organisation plurilatérale chargée de mettre en œuvre un code de concurrence, synthèse entre le droit européen et le droit américain, l’adhésion à cette structure sera d’abord limitée à l’UE et aux États-Unis puis, lorsqu’elle aura fait ses preuves, d’autres pays pourraient s’y joindre. Ajoutons que ce code devient d’autant plus réalisable que le droit de la concurrence européen s’est rapproché du droit américain, notamment le droit des concentrations, dans une proposition de réforme adoptée par la Commission européenne entrée en vigueur le 1er mai 200485.

La Cour pénale internationale

  • 86  Nasser Zakr, « Les aspects institutionnels de la Cour pénale internationale », Journal du droit in (...)

81La mise en œuvre d’une approche multilatérale, voire universelle, s’avère également importante dans le domaine du droit pénal international. La Convention des Nations unies sur la prévention et la répression du crime de génocide de 1948 avait déjà suggéré la création d’une Cour pénale internationale. Le Conseil de sécurité a par la suite réagi devant les crimes perpétrés en ex-Yougoslavie puis au Rwanda par la création de Tribunaux pénaux internationaux (TPI) ad hoc 86.

  • 87  Ibid., 452.
  • 88  Cesare P.R. Romano et Théo Boutruche, « Tribunaux pénaux internationaux, état des lieux d’une just (...)
  • 89  Idem.

82Le 17 juillet 1998, 120 États ont enfin adopté à Rome le Statut de la Cour Pénale Internationale permanente qui entra en vigueur le 11 avril 2002. Dans ce cadre, les juges exercent leurs fonctions au sein de trois chambres : la Chambre préliminaire, la Chambre de première instance et la Chambre d’appel. « Parallèlement, l’action publique est exercée par le Bureau du Procureur qui exerce sa fonction en toute indépendance »87. La victime, par rapport au TPI, peut porter plainte et peut être représentée dans les procédures de la CPI. « Enfin la compétence de la CPI est uniquement complémentaire de celle des tribunaux nationaux »88. En effet, « à la différence des deux TPI […] la CPI (fonctionne) selon le principe de solidarité, entrant en lice si le pays »89 ayant juridiction sur l’incriminé se montre incapable ou sans volonté de mener un procès crédible.

Quant à l’avenir

83Le principe d’une structure plurilatérale/multilatérale en matière de concurrence, aussi bien que la création de la CPI, sont repoussés par les Américains qui refusent systématiquement de se soumettre à une quelconque juridiction hors des États-Unis.

84Les autorités américaines craignent qu’un code de concurrence international appliqué par cette structure ne conduise à l’adoption d’une loi de concurrence de moindre dénominateur commun, diluant ainsi le droit américain.

85Les États-Unis ne s’intéressent donc pas à une solution permanente et surtout pas à une structure plurilatérale car ils préfèrent agir dans des groupes de travail ou dans le cadre des accords bilatéraux. Ils y ont souvent plus de poids que dans un tribunal international où a priori les parties se trouvent dans une situation égalitaire. Cependant, ces réunions informelles n’apporteront pas une solution réaliste à long terme aux pratiques anticoncurrentielles croissantes.

86Les États-Unis rejètent autant la Cour pénale internationale que la création d’une Cour internationale de concurrence, juridictions à vocation universelle.

  • 90  Marc Semo, « Une cour sans miracles », Libération, 1 juillet 2002, 2.
  • 91  Idem.
  • 92  Jean Quatremer, « Cour pénale internationale : Europe cède à Washington », Libération, 1 octobre 2 (...)

87Le fonctionnement de cette Cour est déjà affaibli et même compromis par l’hostilité ouverte des États-Unis90. En effet, le Président Bush s’oppose à la CPI d’une part parce qu’il croit qu’elle « porte atteinte à la souveraineté des États-Unis »91 et d’autre part parce qu’il cherche à « éviter aux ressortissants américains les foudres d’une justice internationale soupçonnée par avance d’être partisane face à la seule superpuissance mondiale ».92

  • 93 Idem.

88« Très hostile à la CPI, la Maison Blanche continue néanmoins d’exiger de “tous les pays” un accord bilatéral exemptant les Américains de cette juridiction »93. C’est évidemment une façon de contourner - voire saboter - cette instance. La France a également visé l’exemption des crimes de guerre en précisant qu’elle ne ratifiait le traité qu’avec une exemption d’au moins 7 ans.

89La création de cette cour est fondamentale pour la mise en place d’un tribunal appliquant un droit universel, mais la route est longue et ceux qui empruntent ce chemin ne sont pas hors de danger.

Le néo-conservatisme contre les structures internationales

  • 94  Leo Strauss, op. cit., 105.
  • 95  Irving Kristol, op. cit., 3.

90L. Strauss n’a jamais caché son refus du droit international en précisant que le droit naturel ne concerne que les membres d’un groupe particulier situé à l’intérieur de la cité, et donc qu’il ne saurait s’appliquer universellement94. I. Kristol, le parrain du mouvement néo-conservateur, a sans ambiguïté, appuyé la position de Strauss envers les structures internationales en déclarant qu’un gouvernement mondial est une très mauvaise option dans la mesure où elle peut nous conduire à une tyrannie mondiale95.

  • 96  Idem.

91Les néo-conservateurs se heurtent donc au mouvement favorable à ces structures car ils estiment que ceux qui « comptent sur les institutions internationales pour répandre la démocratie »96 sont naïfs.

92En revanche, il est impératif de ne pas supprimer les accords prévoyant la balance du pouvoir dans le monde, à commencer par l’ONU, née à San Francisco des négociations qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Progresser vers un réel équilibre des forces internationales rendrait les nations plus aptes à envisager ensemble un système de lois universelles et à renoncer aux guerres afin de ne pas sombrer dans une société égocentrée à la manière de Hobbes, risquant de s’autodétruire.

93Pour y parvenir les différents gouvernements ont besoin de nouer des alliances dans leurs relations diplomatiques et économiques, avec d’autres états susceptibles de respecter les politiques découlant des structures multilatérales ou plurilatérales.

94P. Wolfowitz a constaté que la diplomatie fonctionne dans la  mesure où les protagonistes partagent les mêmes valeurs et intérêts97. Ce qui semble suggérer que les menaces d’intervention militaire proférées par les États-Unis à l’encontre de tout pays cultivant des valeurs ou des intérêts divergents sont justifiées. Par ailleurs, selon lui, quand un gouvernement tente d’en convaincre un autre de faire quelque chose qu’il n’a pas l’intention de faire, le premier ne doit négocier que dans la mesure où il ne peut brandir la menace d’utiliser la force militaire98.

95Cette politique unilatérale et nettement provocatrice préconisée par les néo-conservateurs trouve son illustration dans l’invasion précipitée de l’Irak  sans l’accord de la communauté internationale et qui à présent s’éternise. Elle ne permet pas de désamorcer les situations de crise.

Contre l’équilibre mondial s’appuyant sur un encadrement international

  • 99  Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit., 2.

96Les grands accords sur le désarmement nucléaire ont fait l’objet de critiques sévères dans les années 1970 de la part du sénateur démocrate de l’État de Washington, Henry Jackson. Selon A. Franchon, cet ancien politicien a inspiré toute une génération de jeunes devenus néo-conservateurs99.

97Tout en pratiquant cette philosophie défensive, l’administration de Bush s’est acharnée à ne pas respecter l’ordre mondial tel qu’il est construit dans les conventions internationales. Dès le premier jour de son investiture, le président a défini l’ensemble de sa politique anti-universaliste, qu’il a concrétisée depuis de diverses façons :

  • [remise] en cause du traité antibalistique ABM de 1972 par la décision de développer un système antimissile (NMD) ;

  • [annonce de son] intention de militariser l’espace ;

  • [rejet du] protocole de Kyoto sur l’environnement ;

  • [sabordage du] travail de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) sur le contrôle des paradis fiscaux (…) ;

    • 100  Philippe Golub, op. cit., 4.

    [actuellement tentative] de faire échec à la Cour pénale internationale (CPI) », projet signé du président Clinton100.

  • 101  Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit., 2-3.
  • 102  Ibid., 2.

98Bush s’est rangé du côté d’Albert Wohlstetter, chercheur à la Rand Corporation, conseiller du Pentagone et un des pères de la doctrine nucléaire américaine. Celui-ci fut un des premiers à avoir développé le principe, selon lequel, seule la dissuasion mutuelle peut éviter la destruction mutuelle assurée (MAD, en anglais)101. En effet, deux blocs, ayant chacun la capacité d’infliger à l’autre des dommages irréparables, reculeraient devant la tentation de déclencher le feu nucléaire102.

  • 103  Ibid., 3.

99On dit que c’est après avoir écouté A. Wohlslettler que Reagan a mis en place le programme « Initiative de Défense Stratégique (IDS) baptisée “guerre des étoiles”», précurseur de la défense antimissile. Par la suite, A. Wohlslettler a lui-même convaincu G. W. Bush de dénoncer le traité ABM qui, selon lui, « empêchait les États-Unis de développer ses systèmes de défense »103.

  • 104  Philippe Golub, op. cit., 4.

100Bien que l’administration de l’ancien président Clinton et même celle de Bush « père » aient privilégié la diplomatie, voire la volonté de rechercher un consensus international avant d’agir, Bush « fils » s’évertue plutôt « par la force et l’action unilatérale, (à) repousser encore plus loin les frontières de l’hégémonie américaine »104. Cependant la maison blanche, sous sa tutelle, justifie souvent l’interventionnisme comme nécessaire pour défendre le monde libre contre les despotes et les terroristes.

101Or, cette politique conçue au nom de la liberté, vise essentiellement à acquérir un pouvoir suprême par une domination totale des infrastructures politiques et économiques mondiales. Cette force dite libératrice, guidée par quelques élites néo-conservatrices qui ont convaincu le public américain de sauver le monde malgré lui, se livre-t-elle ainsi à une ingérence  illimitée ?

Envahir l’Irak pour bafouer les structures juridiques

a. Invasion de l’Irak sans consensus international

102Bush, en dépit du refus de l’ONU de soutenir son intervention militaire en Irak, a mis son dessein à exécution. Cette décision unilatérale a prouvé d’une part, son irrespect envers un quelconque équilibre des forces, d’autre part que la prétendue « seule vraie démocratie » doit dicter le rythme de l’ordre mondial.

b. La guerre perpétuelle, état essentiel pour les néo-conservateurs

  • 105  Jim Lobe, op. cit., 2.
  • 106  Leo Strauss, op. cit., 163.

103L. Strauss comme Hobbes pensait que seules les contraintes imposées par un état nationaliste et puissant permettent de contrôler et de gouverner l’être humain dont l’agressivité est inhérente à sa nature. Il a, par exemple, spécifié que « la société civile n’est pas enracinée dans la justice mais dans l’injustice105. Or sans société pas de justice ; il ne peut y avoir de justice tant que l’homme n’a pas établi un ordre social dans lequel elle puisse exister»106.

  • 107  Leo Strauss, op. cit., 165.
  • 108  Ibid., 139.
  • 109  Idem.
  • 110  Jim Lobe, op. cit., 2.

104À cet égard, L. Strauss a déclaré que le rôle de l’État se borne à sauvegarder les intérêts de l’individu et non pas de lui garantir une vie vertueuse107. Pour lui, la morale civique est une qualité fondamentale dans la cité de Platon108. Mais la « vertu morale souffre d’une contradiction » déjà évoquée précédemment car « la tromperie est mauvaise en temps de paix mais recommandée en temps de guerre ». Un chef politique peut donc tromper ses concitoyens au nom de la cité quand celle-ci est engagée dans un conflit militaire109. Ainsi que Platon, il pensait qu’une élite doit gérer la cité ; en revanche, il était moins concerné que lui par le caractère moral de ces chefs politiques110.  

105Le constat qui s’impose est que l’administration Bush a suivi L. Strauss à la lettre s’agissant des armes supposées de destruction massive dont Saddam Hussein disposait, fable qui a convaincu les derniers vestiges d’opposition de soutenir l’engagement militaire en Irak. G. W. Bush justifie donc son imposture envers le public au nom de la démocratie.

  • 111  Ibid., 3.

106Suivant cette logique d’autodéfense préventive, il a besoin d’engager à tout prix les États-Unis dans une guerre perpétuelle et si une menace extérieure ne mobilise pas suffisamment les Américains, il doit déformer les faits de manière à convaincre ce public de la nécessité d’une intervention militaire111.  Puis le cercle vicieux se referme lorsque l’État est entré en guerre et que la tromperie du public par les chefs politiques demeure perpétuellement justifiée.

  • 112  “Blix Attacks Iraq Weapons Spin“, CNN, 18 septembre, 2003, 1.

107Dans cette perspective, l’attaque du 11 septembre 2001 contre les tours jumelles est arrivée à point nommé pour le gouvernement américain qui cherchait un prétexte au déclenchement de la guerre hors de ses frontières. Rappelons que, pour convaincre les Américains d’approuver l’invasion de l’Irak, le président Bush a allégué d’une menace imminente causée par les « Armes de Destruction Massive »  (ADM ou en anglais : WMD – Weapons of Mass Destruction) et que Saddam Hussein entretenait des relations étroites avec Al Qaïda, le réseau terroriste dirigé par Oussama Ben Laden112 considéré comme l’instigateur de l’attaque du 11 septembre.

  • 113  Idem.
  • 114  Idem.

108Hans Blix, l’ancien inspecteur des Nations Unies chargé de mission sur les armes de destruction massive en Irak, a accusé les gouvernements américain et britannique d’avoir manipulé la presse en présentant certains événements sous un angle biaisé113. Sous la pression des enquêteurs, G. W. Bush a déclaré qu’il n’existait aucune preuve que Saddam Hussein ait été impliqué dans l’attentat, cependant, il était indubitable que celui-ci cultivait des liens avec Al Qaïda114.

109Il a ajouté que les enquêteurs, réunissant 1400 scientifiques, militaires et experts en renseignement, n’ont découvert aucune arme de destruction. Il a ensuite qualifié d’irresponsable l’attitude des États-Unis pour avoir retiré d’Irak les inspecteurs deux jours avant l’invasion. Néanmoins, il semble que H. Blix n’ait pu révéler les vraies raisons pour lesquelles les États-Unis ont ordonné ce retrait.

110L’explication de cette décision pourrait être que le gouvernement américain savait que les enquêteurs ne trouveraient rien, ce qui aurait remis en cause la fabrication d’un mobile d’entrée en guerre. Cette ligne de conduite suit parfaitement l’approche néo-conservatrice consistant à persuader le peuple que sa sécurité est sérieusement menacée de l’extérieur. Elle cache l’objectif réel de G. W. Bush : vaincre l’Irak.

111Mais à part la nécessité d’engager son pays dans une guerre perpétuelle, pourquoi a-t-il envahi l’Irak ? Plusieurs théories ont été développées. Il se serait agi d’implanter l’influence américaine dans la région, ou bien plus simplement de contrôler un pays qui possède une des plus importantes sources de pétrole au monde.

  • 115  Emmanuel Kant, Opuscules sur l’histoire, op. cit., 82-83 et 87-88. Voir également Agnès Lejbowicz, (...)

112Le gouvernement américain a donc manqué à son obligation d’informer pleinement les citoyens et endosse la responsabilité de ne pas avoir vérifié ses informations. Kant, dans son texte « L’idée d’une histoire universelle » avait déjà affirmé le devoir impératif d’instruire le peuple115. Ce devoir est à observer dans son sens le plus large, celui d’assurer l’éducation des citoyens. Or, dans ce domaine, la carence de l’État américain est patente. En effet, son système éducatif est relativement primaire et peu propice au développement de l’esprit critique ce qui explique la facilité avec laquelle l’Américain moyen se laisse manipuler.

c. Le « laisser-faire » néo-conservateur et la résurgence du complexe militaro-industriel

  • 116  Philipe Golub, op. cit., 4-5.
  • 117  Ibid., 6.

113Cette politique s’adapte parfaitement à l’intention du Président Bush de mener la guerre en Irak. Le complexe militaro-industriel souffrait de la perspective d’une démobilisation militaire substantielle consécutive à la disparition de l’Union Soviétique. Bill Clinton, auteur de ce projet, avait dû s’incliner devant la résistance acharnée du complexe militaro-industriel116. Pour consolider la renaissance du complexe militaro-industriel, G. W. Bush annonçait le 1er mai 2001 qu’il allait procéder de « façon accélérée à la construction d’un système de défense antibalistique »117.

114Aujourd’hui, l’objectif du gouvernement américain consiste à avertir les citoyens que le pays est toujours menacé de l’extérieur, agitant le spectre d’armes nucléaires lancées par satellite, ce qui justifie, en outre, les sommes considérables destinées au complexe militaro-industriel.

  • 118  Ibid., 6.
  • 119  Idem.
  • 120  Ibid., 7.

115Par exemple, une commission présidée par Ronald Rumsfeld a rendu public le 11 janvier 2001 un rapport constatant la « vulnérabilité croissante des États-Unis » à un « Pearl Harbor » spatial et propose la solution suivante118 : « déployer des armes dans l’espace pour dissuader d’éventuelles menaces, et si nécessaire défendre les intérêts américains contre des attaques »119. Mais d’où vient cette menace ? La Russie, la Chine et même l’Europe sont loin de pouvoir entreprendre des actions aussi sophistiquées120.

  • 121  Ibid., 7.

116Les grandes entreprises telles que Lockheed-Martin, Boeing & Raytheon sont évidemment tout à fait favorables à ces propos. Toutefois Seymour Melman, critique du complexe militaro industriel, expose de manière plus terre à terre la véritable raison de fabriquer ces armes : « le but stratégique de cet effort est d’assurer l’hégémonie mondiale. C’est une arithmétique du pouvoir »121

d. L’anti-modèle américain

  • 122  Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit.,  6.
  • 123 Idem.

117Il semble que l’engouement pour les idées de L. Strauss date de la fin de la guerre froide qui a généré une sorte de lacune dans l’organisation internationale. Les néo-conservateurs préconisaient une diplomatie musclée tout à fait dans le style de Reagan qui, d’après eux, avait précipité la chute du mur de Berlin122. Ils ont, par ailleurs, exploité la catastrophe du 11 septembre en avançant la thèse selon laquelle les démocraties sont vulnérables face aux diverses formes de tyrannie123.

  • 124  Elise Labott, “Rice Tackles Democracy, Law in Russia – Assures Putin on U.S. Relationship with For (...)

118Les néo-conservateurs veulent répandre les libertés tout en imposant leurs valeurs au monde entier. Lors d’une visite officielle en Russie, la secrétaire d’État Condoleeza Rice, a déclaré que pour pouvoir approfondir les relations entre la Russie et les États-Unis et pour que la Russie réalise pleinement son potentiel, elle doit développer la démocratie au sein de ses institutions124, laissant entendre par là que le pays modèle demeure les États-Unis.

119Il est curieux qu’un tel discours soit prononcé par quelqu’un qui apporte un concours sans faille à la politique de Bush en Irak et approuve certainement l’emprise de son administration sur le peuple américain.

  • 125  Elisabeth Lévy, « Pourquoi l’Amérique de George W. n’aime plus ses journalistes », Marianne, 10 au (...)

120En outre, elle s’est permise d’encourager les Russes à favoriser une presse libre. En revanche, aux États-Unis, il s’avère que la presse est de moins en moins libre. A titre d’exemple, le cas de l’éditorialiste Helen Thomas, accréditée depuis plus de quarante ans à la Maison-Blanche est emblématique. En effet, ses opinions critiques sur la guerre en Irak, lui ont valu une interdiction formelle de poser des questions pendant les conférences de presse impliquant le gouvernement américain125.

  • 126 Idem.
  • 127 Idem.
  • 128 Ibid., 49.
  • 129 Idem.

121Le 9 mai 2005, l’hebdomadaire Newsweek a publié un article relatant que des soldats américains avaient jeté « un Coran dans les toilettes pour faire craquer les prisonniers » de Guantanamo126. Ces révélations ont provoqué plusieurs émeutes antiaméricaines dans le monde musulman, et notamment en Afghanistan où 17 personnes ont été tuées127. Les responsables de Newsweek ont dû présenter leurs excuses après l’affaire du Coran profané. L’écrivain Douglas Mac Collam a remarqué qu’« [en] imputant à Newsweek la responsabilité des émeutes, l’administration se comporte comme une entreprise qui, après avoir déversé des milliers de bidons d’essence quelque part, accuserait le passant qui a jeté un mégot d’avoir provoqué un incendie »128 D’après Elisabeth Levy, bien que les faits, réputés vrais, aient déjà fait l’objet de plusieurs articles, Newsweek « fait pourtant amende honorable »129.

  • 130 Idem.
  • 131 Idem.

122Spécifiquement en temps de guerre, le gouvernement américain mène une politique visant à affaiblir ou contrôler la presse130. En outre celle-ci, de peur d’être privée d’information, s’incline devant la pression du gouvernement et devient docile. En contrepartie il lui octroie des contacts privilégiés et l’invite dans les voyages officiels. Cependant, les récalcitrants sont souvent boycottés131».

  • 132 Idem.
  • 133 Ibid., 52-53.

123Pour autant, cette situation ne porte pas réellement atteinte aux journalistes. Plus grave est la désaffection de l’américain moyen envers la presse réputée de gauche qu’il ignore voire abandonne132. En effet, largement manipulé par l’administration Bush, il s’intéresse davantage aux questions religieuses exposées par les chrétiens fondamentalistes133, le mariage homosexuel et l’avortement.

124La « démocratie modèle » que veulent offrir les États Unis est donc loin d’être exemplaire. Cette défaillance se vérifie particulièrement dans le domaine des droits de l’homme.

  • 134  Amnesty International, “Guantanamo detainees: 4 years without justice”, 29 mai 2006, 1. <http://we (...)
  • 135  Amnesty International, “‘War on Terror’ Human Rights Issues- Denial of rights: Amend the USA Patri (...)
  • 136 Idem.

125Ainsi, environ 500 prisonniers détenus à Guantanamo Bay n’ont jamais eu connaissance des charges qui pèsent contre eux ni subi de procès134. L’administration Bush a fait adopter une législation limitant les libertés, notamment le “Patriot Act”qui permet aux autorités d’arrêter toute personne dont les actes semblent menacer la sécurité des États-Unis et ce, sans avoir à le justifier. Il prévoit également la perquisition des biens, les écoutes téléphoniques et la surveillance du courrier électronique sans notification préalable aux personnes concernées135. Ces dispositions sont contraires aux libertés civiles garanties par la constitution américaine ainsi qu’au droit international, notamment la Convention de Vienne qui stipule que les gouvernements doivent être informés de la détention éventuelle d’un de leurs citoyens par les autorités d’un autre État136.

126L’hypocrisie du gouvernement américain est donc patente dans la mesure où il sonne le clairon de la démocratie et des droits de l’homme tout en les bafouant ouvertement.

Conclusion

127Manifestement à l’avenir, le concept d’universalisme constituera notre joker afin de réaliser entre autres choses le rapprochement des principes juridiques, ne serait-ce que pour préserver l’espèce humaine dans un monde de plus en plus divisé par les luttes d’intérêts, menées par les multinationales, les États, et même les régions.

128Le contrôle des pratiques anticoncurrentielles croissantes au niveau international s’exerce sous la forme d’une coopération bilatérale entre les diverses régions. Or, les accords bilatéraux sont limités et se soldent par un échec notamment lorsque l’enjeu est important. Il faut donc mettre en place une structure plurilatérale comportant un tribunal.

129De même, la Cour pénale internationale permanente a été crée pour neutraliser autant que possible les influences politiques afin d’éviter que les poursuites telles que celles de l’affaire Pinochet ne soient stoppées. Elle a malheureusement été sensiblement affaiblie par la rétractation des États-Unis et par ses tentatives de compromettre son efficacité.

130L’Empire américain sous la tutelle de l’administration Bush s’oppose systématiquement à toute notion universelle et vise à détruire les structures internationales qui s’appuient sur le principe d’« universalisme ». Pourquoi une telle obstination ?

  • 137 Idem.

131D’une part, il semble qu’à la lumière de ce qui a été exposé ci-dessus, le gouvernement américain tente d’entretenir une guerre permanente, ne serait-ce que pour maintenir l’unité de son peuple face au monde. D’autre part, les États-Unis incarnent « la » super-puissance mondiale et refusent en conséquence de se soumettre à des lois extérieures. Toutefois tant qu’ils persisteront à mépriser celles-ci, les instances internationales seront amoindries. Malgré cette opposition, l’Union Européenne a récemment trouvé nécessaire de céder aux États-Unis et d’octroyer « aux diplomates et aux soldats américains un statut d’exception qui leur évitera d’être justiciables »137 devant la nouvelle CPI, décision qui ne peut qu’encourager leur quête d’impunité.

132L’attitude de l’UE, destinée à donner satisfaction à la super puissance mondiale, recouvre-t-elle une quelconque logique ? Est-il impératif qu’ils soient assujettis aux lois afin d’être traduits comme les autres devant la justice ?

133Dans le passé on a vu Chamberlain et Daladier céder une partie de l’Europe à Hitler. Ce geste vain n’a fait qu’alimenter sa faim de dominer le monde.

134En dépit de ce constat, dans la situation actuelle de guerre économique et de non-respect des droits de l’homme dans le monde, on peut espérer que les accords internationaux en vigueur porteront leurs fruits et enfanteront un nouvel ordre économique et juridique en matière de libertés civiles, fondé sur des organisations universelles appliquant un droit universel.

Haut de page

Bibliographie

ANONYME, CNN, “Blix Attacks Irak  Weapons Spin”, CNN, 18 septembre, 2003, 1.

ANONYME, “EU Merger Control Reform”, Business Guide to EU Initiatives, The EU Committee of the American Chamber of Commerce in Belgium, 2003.

ANONYME, “Guantanamo detainees: 4 years without justice”, Amnesty International, 29 mai 2006, 1.

ANONYME, “‘War on Terror’ Human Rights Issues- Denial of rights: Amend the USA Patriot Act Now!”,Amnesty International, 1, <http//:www.amnestyusa.org>, consulté en avril 2007.

BOURGEOIS Charles, DEMARCHES Initiation à la philosophie, Paris, Belin, 1995, 206.

DRURY Shadia, “Leo Strauss and the American Right”, St. Martin’s, 1999, dans LOBE Jim, “Leo Strauss’ Philosophy of Deception”, Alternet, May 19, 2003, 3.

FRANCHON Alain et VERNET Daniel, « Le stratège et le philosophe », Le Monde, 15 avril 2003, 2-6.

GOLUB Philippe, « Rêves d’Empire de l’administration américaine », Le Monde Diplomatique, juillet, 2001, 4-6.

HELMS Jesse, “Entering the Pacific Century”, Heritage Foundation, Washington, DC, 1996.

HOBSBAWM Eric, « Guerres et Histoire : Où va l’Empire américain ? », Le Monde diplomatique, juin 2003, 1-2, 6-9.

HOCHSTADT Eric, “The Brown Shoe of the European Union Competition Law”, Yeshiva University, CardozaLaw Review, novembre 2002, 318.

KANT Emmanuel, Critique de la raison pure, Paris, Quadrige/PUF, 6e édition, 1944, 18-19.

KANT Emmanuel, Fondements de la métaphysique des mœurs II, Livre de poche, 1993, 168.

KANT Emmanuel, Opuscules sur l’histoire, Paris, GF Flammarion, 1990, 81-83, 86-88.

KREEFT Peter, Comparative Religions: The Uniqueness of Christianity, Ignatius Press, 1988, 3.

KRISTOL Irving, “The Neoconservative Persuasion”, The Weekly Standard, Volume 008, Issue 47, August 25, 2003, 2-3.

LABOTT Elise, “Rice Tackles Democracy, Law in Russia – Assures Putin on U.S. Relationship with FormerSoviet States”, CNN.worldnews, 20 April 2005, 1.

LALANDE André, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, Quadrige/PUF, 10ème édition, 1926, 33-34, 914.  

LEJBOWICZ Agnès, Philosophie du droit international, Paris, PUF, 1999, 273, 311, 313, 314.

LEVY Elisabeth, « Pourquoi l’Amérique de George W. n’aime plus ses journalistes », Marianne, 10 au 16 septembre, 48.

LOBE Jim, “Leo Strauss’ Philosophy of Deception”, Alternet, May 19, 2003, 2-3.

QUATREMER Jean, « Cour pénale internationale : l’Europe cède à Washington », Libération, 1 octobre 2002, 11.

ROMANO Cesare et BOUTRUCHE Théo, « Tribunaux pénaux internationaux, état des lieux d’une justice “Hybride”», RGDI, Tome CVII, 2003, 110, 123.

ROMANO Frank, Mondialisation des politiques de concurrence, Paris, L’Harmattan, 2003, 117,126, et 223.

ROMANO Frank, « Structure universelle plurilatérale du droit de la concurrence : hard ou soft ? », Revue Humanisme et Entreprise, A.A.E.L.P., Paris, 2005, 3, note (2).

RICHTER Richard, “All Political Thought May be Personal, But Its Effects Are Public and Powerful”, 3 septembre 2003, 19-20, <http://webpages.ursinus.edu/rrichter/hayekpurdy.htm>, consulté en avril 2007.

SEMO Marc, « Une cour sans miracles », Libération, 1 juillet 2002, 2.

SINGHAM Shanker, “Shaping Competition Policy in the Americas: Scope for Translantic Cooperation?”, Brook J. Int’l Law, vol. 24, 1998, 363.

STRAUSS Leo, Droit Naturel et Histoire, Paris, Champs Flammarion, 1954, 2-3, 102, 105, 109-110, 132, 136, 163,165.

Traité d’Amsterdam, J.O. n°C340 du 10 novembre 1997.

WARREN Christopher, “Cry Wolf! The Problem of Sects and Cults”, The New Covenant Church of God, 1997, 2.

ZAKR Nasser, « Les aspects institutionnels de la Cour pénale internationale », Journal du droit international, Juris Classeur, N°2, 2002, 451.

Haut de page

Notes

1  Frank Romano, « Structure universelle plurilatérale du droit de la concurrence : hard ou soft? », Revue Humanisme et Entreprise, Paris, A.A.E.L.P., 2005, 3, note (2).

2  Alain Franchon et Daniel Vernet, « Le stratège et le philosophe », Le Monde, 15 avril 2003, 2.

3  Ibid., 5.

4  Ibid., 18.

5  « A priori » concerne les connaissances, « celles que l’expérience suppose, et ne suffit pas à expliquer, alors même qu’elles n’ont d’application que dans l’expérience. A priori ne désigne donc pas une antériorité chronologique mais une antériorité logique […]. Au point de vue méthodologique, on appelle « a priori » toute idée ou connaissance antérieure à telle expérience [...] ». André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, Quadrige/PUF, 10ème édition, 1926, 33-34.

6  Emmanuel Kant, Critique de la raison pure, Quadrige/PUF, 6ème édition, 1944, 18.

7  Selon Kant, la métaphysique est « la connaissance spéculative de la raison tout à fait isolée et qui s’élève complètement au-dessus des enseignements de l’expérience [...]», Ibid., 18.

8  Ibid., 21.

9  Charles Bourgeois, DEMARCHES Initiation à la philosophie, Paris, Belin, 1995, 206.

10  Emmanuel Kant, Critique de la raison pure, op. cit., 19.

11  Idem.

12  Ibid., note bas de page « * ».

13 Ibid., 281.

14 Idem.

15 Ibid., 17.

16 Idem.

17   Ibid., 20.

18  Charles Bourgeois, op. cit., 204.

19  Ibid., 203.

20  On entend par « a posteriori » la notion suivante : « En partant des données de l’expérience, en remontant des effets aux causes et des faits aux lois» [Dictionnaire de l’Académie Française, 8ème édition (1932), <http://portail.atilf.fr>, consulté en avril 2007.] ou « En s’appuyant sur l’expérience, sur les faits constatés (par opposition à a priori)», <http://fr.answers.com>, consulté en avril 2007.

21 « La définition des accords multilatéraux et plurilatéraux se trouve dans l’article II-3 de l’accord instituant l’Organisation mondiale du commerce. Avec les premiers, tous les membres d’une organisation internationale se trouvent liés. Les seconds sont des accords qui, entre les pays membres d’une organisation internationale, “ne créent ni obligations ni droits pour ceux qui ne les ont pas acceptés” ». Frank Romano, Mondialisation des politiques de concurrence, Paris, l’Harmattan, 2003, 126.

22  Alain Franchon et Daniel Vernet, « Le Stratège et le philosophe », Le Monde, 15 avril 2003, 3, <http://www.lemonde.fr>, consulté en avril 2007.

23  Agnès Lejbowicz, Philosophie du droit international, Paris, PUF, 1999, 311.

24  Emmanuel Kant, Opuscules sur l’histoire, Paris, GF Flammarion, 1990, 86.

25  Ibid., 81-82.

26  Ibid., 79.

27  Ibid., 82.

28  Emmanuel Kant, Fondements de la métaphysique des mœurs II, Paris, Livre de poche, 1993, 168.

29  Idem.

30  Ibid., 169.

31  Idem.

32  Agnès Lejbowicz, op. cit., 314, note bas de page n°4.

33 Idem.

34  Définition de l’auteur.

35  Eric Hochstadt, “The Brown Shoe of the European Union Competition Law”, Yeshiva University, Cardoza Law Review, novembre 2002, 318. Citant le Traité d’Amsterdam, 2 Octobre 1997, J.O. (C340) 1 (1997) et citant Shanker Singham, Shaping Competition Policy in the Americas: Scope for Translantic Cooperation?, 24 Brook J. Int’l Law 363, 1998, 363.

36  Emmanuel Kant, Opuscules sur l’histoire, op. cit., 82.

37  Irving Kristol, “The Neoconservative Persuasion, The Weekly Standard, Volume 008, Issue 47, August 25, 2003, 2. <http://www.weeklystandard.com>, consulté en avril 2007.  

38  Christopher Warren, “Cry Wolf! The Problem of Sects and Cults”, The New Covenant Church of God, 1997, 2.

2.  <http://www.nccg.org/014Art-CryWolf.html>, consulté en avril 2007.

39  Irving Kristol, op. cit., 2.

40  Jim Lobe, “Leo Strauss’ Philosophy of Deception”, Alternet, May 19, 2003, 2. <www.alternet.org>, consulté en avril 2007.

41  Ibid., 2. Traduction de l’anglais en français par l’auteur.

42  André Lalande, op. cit., 914.

43 Idem.

44  Peter Kreeft, Comparative Religions: The Uniqueness of Christianity, Ignatius Press, 1988, 3. <http://www.catholiceducation.org/articles/apologetics/ap0020.html>, consulté en avril 2007.   

45  Ibid., 4.

46  Ibid., 4-5.

47  Ibid., 5. Cependant, Franchon hésite à opérer une transposition immédiate de l’idée anti-relativiste de Léo Strauss sur l’axe du mal.

48  Wikipédia, <fr.wikipedia.org/wiki/Axe_du_mal>, consulté en avril 2007.

49  Idem.

50  Leo Strauss, Droit Naturel et Histoire, op. cit., 110.

51  Jim Lobe, “Leo Strauss’ Philosophy of Deception”, op. cit., 2.

52  Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit., 4.

53  Leo Strauss, Droit Naturel et Histoire, op. cit., 136.

54 Ibid., 139.

55  Shadia Drury, “Leo Strauss and the American Right”, St. Martin’s, 1999, cité dans Jim Lobe, “Leo Strauss’ Philosophy of Deception”, op. cit., 2.  

56  Idem.

57  Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit., 5.

58  Leo Strauss, Droit Naturel et Histoire, Paris, Champs Flammarion, 1954, 102.

59 Ibid., 137.

60 Ibid., 139.

61 Ibid., 139.

62 Ibid., 103.

63 Ibid., 23.

64  Eric Hobsbawm, « Guerres et Histoire : Où va l’Empire américain ? », Le Monde diplomatique, juin 2003, 7-9.

65 Ibid., 8.

66  Jim Lobe, “Leo Strauss’ Philosophy of Deception”, op. cit., 2.

67  Eric Hobsbawm, « Guerres et Histoire : Où va l’Empire américain ? », op. cit., 1-2.

68  Jesse Helms, “Entering the Pacific Century”, Heritage Foundation, Washington, DC, 1996, cité dans Philippe Golub, « Rêves d’Empire de l’administraion américaine », Le Monde Diplomatique, juillet, 2001, 4.

69  Eric Hobsbawm, « Guerres et Histoire : Où va l’Empire américain ? », op. cit., 6.

 Idem.

70  Idem.

71  Idem.

72  Emmanuel Kant, Opuscules sur l’histoire, op. cit., 82.

73  Ibid., 81-82.

74  Ibid., 79.

75  Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit., 4.

76 Idem.

77  Jim Lobe, “Leo Strauss’ Philosophy of Deception”, op. cit., 3.

78  Cesare P.R. Romano et Théo Boutruche, « Tribunaux pénaux internationaux, état des lieux d’une justice “Hybride”», RGDI, Tome CVII, 2003, 123.

79  Frank Romano, Mondialisation des politiques de concurrence, Paris, l’Harmattan, 2003, 117.

80  Ibid., 24.

81  Ibid., 25.

82  Ibid., 190.

83  Ibid., 4ème de couverture de l’ouvrage.

84 Ibid., 191.

85  “Proposal to amend the EC Merger Regulation” [ECMR; COM (2002), 711]. Voir l’article suivant : “EU Merger Control Reform“, Business Guide to EU Initiatives, The EU Committee of the American Chamber of Commerce in Belgium, 2003, <http://www.lexis.com>, consulté en avril 2007.

86  Nasser Zakr, « Les aspects institutionnels de la Cour pénale internationale », Journal du droit international, Juris Classeur, n°2, 2002, 451.

87  Ibid., 452.

88  Cesare P.R. Romano et Théo Boutruche, « Tribunaux pénaux internationaux, état des lieux d’une justice “Hybride“ », op. cit., 110.

89  Idem.

90  Marc Semo, « Une cour sans miracles », Libération, 1 juillet 2002, 2.

91  Idem.

92  Jean Quatremer, « Cour pénale internationale : Europe cède à Washington », Libération, 1 octobre 2002.

93 Idem.

94  Leo Strauss, op. cit., 105.

95  Irving Kristol, op. cit., 3.

96  Idem.

97  « Entretien entre Wolfowitz et Sam Tannenhous », 9 mai 2003, 5-6, <http://www.defenselink.mil/cgi-bin>, consulté en avril 2007.

98  Ibid., 6.

99  Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit., 2.

100  Philippe Golub, op. cit., 4.

101  Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit., 2-3.

102  Ibid., 2.

103  Ibid., 3.

104  Philippe Golub, op. cit., 4.

105  Jim Lobe, op. cit., 2.

106  Leo Strauss, op. cit., 163.

107  Leo Strauss, op. cit., 165.

108  Ibid., 139.

109  Idem.

110  Jim Lobe, op. cit., 2.

111  Ibid., 3.

112  “Blix Attacks Iraq Weapons Spin“, CNN, 18 septembre, 2003, 1.

113  Idem.

114  Idem.

115  Emmanuel Kant, Opuscules sur l’histoire, op. cit., 82-83 et 87-88. Voir également Agnès Lejbowicz, op. cit., 273 et 313.

116  Philipe Golub, op. cit., 4-5.

117  Ibid., 6.

118  Ibid., 6.

119  Idem.

120  Ibid., 7.

121  Ibid., 7.

122  Alain Franchon et Daniel Vernet, op. cit.,  6.

123 Idem.

124  Elise Labott, “Rice Tackles Democracy, Law in Russia – Assures Putin on U.S. Relationship with Former Soviet States, CNN.worldnews, 20 Avril 2005, 1. <http://edition.cnn.com/2005/WORLD/Europe/04/20/Russia.us.reut/index.html>, consulté en avril 2007.  

125  Elisabeth Lévy, « Pourquoi l’Amérique de George W. n’aime plus ses journalistes », Marianne, 10 au 16 septembre, 48.

126 Idem.

127 Idem.

128 Ibid., 49.

129 Idem.

130 Idem.

131 Idem.

132 Idem.

133 Ibid., 52-53.

134  Amnesty International, “Guantanamo detainees: 4 years without justice”, 29 mai 2006, 1. <http://web.amnesty.org>, consulté en avril 2007.

135  Amnesty International, “‘War on Terror’ Human Rights Issues- Denial of rights: Amend the USA Patriot Act Now!”, 1, <http://www.amnestyusa.org>, consulté en avril 2007.

136 Idem.

137 Idem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank Romano, « Néo-conservatisme contre Universalisme », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. V - n°3 | 2007, 191-220.

Référence électronique

Frank Romano, « Néo-conservatisme contre Universalisme », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. V - n°3 | 2007, mis en ligne le 20 octobre 2009, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/1701 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.1701

Haut de page

Auteur

Frank Romano

Dr., (Paris X, France)
Frank Romano est Maître de conférences à l’Université de Paris X (droit anglo-américain). Il est l’auteur de Globalization of Antitrust Policies paru chez L’Harmattan en  2003. Il a également rédigé “European Social Policies and the United Kingdom: End of the Polemic?” (2006), et “Universal Plurilateral Structure of Antitrust Law: Hard ou Soft?” (2005) pour la Revue Humanisme et Entreprise, ainsi que “The Boeing/MDD Merger and the EC/US Agreement on the Application of their Antitrust Rules” (RDAI, 1998), et “International Conventions and Treaties” (Global trademark - Protecting Intellectual Property Rights in the International Marketplace, Practicing Law Institute (PLI), 1998).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals