Navigation – Plan du site
Réécritures postmodernes

The Story of Heathcliff’s Journey Back to Wuthering Heights de Lin Haire-Sargeant (1992), ou le « deux en un » de la ré-écriture

The Story of Heathcliff’s Journey Back to Wuthering Heights by Lin Haire-Sargeant (1992), and a “Two in one” Rewrite
Isabelle Roblin
p. 64-75

Résumé

Lin Haire-Sargeant’s 1992 novel The Story of Heathcliff’s Journey Back to Wuthering Heights is typical of the interest shown by contemporary American writers in Victorian novels. It could indeed be classified doubly as a “retro-Victorian novel” since it partly re-writes not only Emily Brontë’s most famous novel, Wuthering Heights, as the title points out, but also, somewhat less obviously, Charlotte Brontë’s Jane Eyre. We will study in this article how Lin Haire-Sargeant’s attempt at re-writing highlights the usual aims of the retro-Victorian novel: taking advantage of the blanks left by the source novels to propose to the reader a modern critical approach, while at the same time being as faithful as possible to the writing conventions of the 19th century, and suggesting another point of view on a well-known story, through a postmodern mixing of historical and fictive characters.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Lin Haire-Sargeant, The Story of Heathcliff’s Journey Back to Wuthering Heights, New York: Pocket (...)
  • 2  Ainsi Christian Gutleben, dans l’introduction à Nostalgic Postmodernism. The Victorian Tradition a (...)
  • 3  Sally Shuttleworth, “Natural History: the Retro-Victorian Novel”, in E. Shaffer (ed.), The Third C (...)

1Le roman de 1992 de l’Américaine Lin Haire-Sargeant, The Story of Heathcliff’s Journey Back to Wuthering Heights (que j’abrègerai en H.1), est un exemple remarquable du renouveau, à partir du dernier quart du vingtième siècle2, de l’intérêt suscité chez les auteurs contemporains britanniques mais également américains par les romans victoriens. En effet, il pourrait se définir non seulement comme « rétro-victorien », pour utiliser l’expression maintenant célèbre de la critique Sally Shuttleworth3, c’est-à-dire comme roman contemporain qui s’inspire des écrits des grands auteurs du XIXe siècle, mais comme « rétro-victorien au carré » puisqu’il reprend à la fois le roman le plus célèbre d’Emily Brontë, Wuthering Heights, comme le titre complet l’indique de manière évidente, mais aussi le Jane Eyre de Charlotte Brontë. Au-delà du soupçon, hélas souvent vérifié, d’exploitation purement commerciale de classiques de la littérature britannique que suscite ce type de fiction, la tentative de ré-écriture de Lin Haire-Sargeant, même si elle est vouée à l’échec, est intéressante, car elle met doublement en relief les buts même du roman rétro-victorien (profiter des blancs de la narration d’origine pour en proposer une lecture moderne critique tout en essayant de respecter le plus strictement possible les conventions d’écriture de l’époque ; suggérer un autre point de vue sur une histoire connue) et pose un certain nombre de problèmes d’ordre narratif, en particulier le mélange entre êtres de papier et personnes réelles.

  • 4  John Sutherland, Is Heathcliff a Murderer? Great Puzzles in Nineteenth-Century Literature, Oxford: (...)
  • 5  J’emprunte les termes « hypotexte » et « hypertexte » à Gérard Genette : il y a « hypertextualité  (...)
  • 6  Emily Brontë, Wuthering Heights, London: Collins Classics, 1960, 116-117.

2La première justification de la ré-écriture proposée par Lin Haire-Sargeant est assez classique, puisqu’elle promet d’éclaircir le célèbre mystère littéraire qui est au centre de Wuthering Heights et qui a suscité bien des polémiques (citons pour mémoire l’extraordinaire article de John Sutherland : Is Heathcliff a Murderer ?4) : « Où était Heathcliff pendant les trois années qu’il a passées hors de Wuthering Heights? » et de combler les blancs narratifs laissés par le texte d’origine. C’est d’ailleurs le principal argument de vente du roman puisque sur sa jaquette on peut lire : ”For three years Heathcliff disappeared-and transformed himself from a stableboy into a wealthy gentleman. It is these lost three years that Lin Haire-Sargeant chronicles in H.” L’hypotexte5 lui-même laisse d’ailleurs la porte ouverte à toutes les spéculations et Mr. Lockwood, l’un des narrateurs du roman, ne s’en prive pas lorsqu’il demande à Nelly Dean : ”Did (Heathcliff) finish his education on the Continent, and come back a gentleman? Or did he get a sizar’s place at college, or escape to America, and earn honours by drawing blood from his foster country? or make a fortune more promptly, on the English highways?”. La réponse de celle-ci : ”He may have done a little in all these vocations, Mr. Lockwood ; but I couldn’t give my word for any. I stated before that I didn’t know how he gained his money ; neither am I aware of the means he took to raise his mind from the savage ignorance into which it was sunk6 est une véritable invitation au comblement textuel.  Parallèlement, dans un retournement ironique de la situation originale, à la fin de Heathcliff, Charlotte Brontë, qui en est l’une des narratrices, se pose le même genre de questions sur … Jane Eyre : “Was that sad man (Mr. Rochester) reunited with the fugitive governess ?” (H., 267) annonçant proloptiquement l’écriture à venir du roman : cette fois, cependant, le lecteur contemporain est en position de supériorité par rapport à la future auteure de Jane Eyre puisqu’il peut répondre à cette question.

3Où donc était Heathcliff pendant les trois années où il disparaît de Wuthering Heights ? Il était en fait à Thornfield Hall, chez Mr. Rochester ou plus exactement chez « Mr. Are » car dans le roman de Lin Haire-Sargeant, celui-ci n’est jamais appelé Mr. Rochester. Au début son identité est aussi mystérieuse que celle d’Heathcliff et les indices sont assez astucieusement disséminés dans le texte. Il se présente lui-même à Heathcliff comme « Mr. Are » (H., 26) et Heathcliff remarque son carrosse ”with ‘Are’ blazoned on its crest” (H., 31). Son manoir est tout d’abord simplement décrit par Heathcliff et ce n’est que bien plus tard que le toponyme « Thornfield » (H., 69), puis finalement Thornfield Hall (H., 89) est mentionné. De même, nous apprenons le prénom de Mr. Are par les questions que pose Heathcliff aux serviteurs : ”Mr. Edward was a good master, though strange in his ways” (H., 53). Tous ces éléments, ainsi que des allusions à un frère aîné décédé, amènent progressivement le lecteur du roman de Charlotte Brontëà faire le rapprochement entre le « Mr. Rochester » de Jane Eyre et le « Mr. Are » de H.

  • 7  C’est également le cas dans un autre passage du roman, quand Heathcliff se demande où est allée Ja (...)
  • 8  Charlotte Brontë, Jane Eyre, op. cit., 333.
  • 9  Ibid., 159.

4Cette volonté de l’auteur de ne pas dévoiler d’emblée au lecteur l’identité de Mr. Are se retrouve dans sa manière de retarder au maximum la révélation de la vérité au sujet de l’origine de Heathcliff lui-même et ainsi résoudre l’un des autres mystères de Wuthering Heights : qui est ce gypsy boy trouvé par Mr. Earnshaw ? Tout d’abord, Heathcliff, qui s’était enfui de Wuthering Heights pour tenter de savoir qui il était vraiment, est mis sur une fausse piste : quand Mr. Are, pour expliquer l’intérêt qu’il lui porte, lui dit : ”the truth is, Heathcliff […] your person resembles, at all points, that of someone I once held dear and then-lost, lost forever” (H., 60), il pense que Mr. Are fait allusion à son frère aîné et en déduit qu’il est le fils de ce frère. La réaction de Mr. Are (”He seemed to stiffen”, H., 60) le surprend et reste pour lui inexplicable. A ce moment de la narration, le lecteur de Jane Eyre en sait plus que le Heathcliff narrateur de H. — qui contrairement à la plupart des narrateurs victoriens n’est donc pas omniscient 7 —puisque ce lecteur se souvient que les relations entre Edward Rochester et son aîné étaient loin d’être cordiales : au contraire, le cadet en veut à son frère et à son père de l’avoir trompé en le poussant à épouser les trente mille livres de Bertha Mason  (”My father and my brother […] thought only of the thirty thousand pounds, and joined in the plot against me8). Cette antipathie est clairement établie dans l’hypotexte, puisque Mrs Fairfax elle-même la confirme. A la question de Jane : ”Was (Mr. Rochester) so very fond of his brother as to beinconsolable for his loss ?”, elle répond, en effet : “Why, no ―perhaps not. I believe there were some misunderstandings between them. Mr. Rowland Rochester was not quite just to Mr. Edward; and perhaps he prejudiced his father against him9. Cependant le Mr. Are de H. confirme cette première hypothèse (fausse, bien sûr) quand il annonce solennellement à ses serviteurs que Heathcliff est bien son neveu : ”Master Edward spoke to all of us at tea-time. He said you were really his nephew, who had been restored to him after having been lost” (H., 104). Il réitère la même affirmation à ses hôtes (les Ingram, le Colonel Dent et sa femme, mais également Edgar Linton) : “and allow me to present my nephew, Heathcliff-Edward Heathcliff. He is my namesake, you see; we call him by his surname in our family to prevent any little confusion” (H., 111). Quand arrive la révélation finale, le lecteur a déjà compris depuis longtemps (contrairement à Heathcliff, singulièrement obtus) ce qu’il en était vraiment : Heathcliff est en fait le fils non pas de Rowland Rochester mais d’Edward Are. La ressemblance entre les deux est d’ailleurs soulignée dans le texte, notamment dans la grande scène du miroir, où Are et Heathcliff sont tous deux côte à côte devant le miroir de la bibliothèque de Thornfield :

Come, Heathcliff, tell me. What do you see there? 
I see two gentlemen dressed with suspicious similarity. They might almost be twins […] Though they share a darkness of skin, eyes, and hair, and have athletic builds, the younger is at all points superior to the elder.
(H., 251-252)

  • 10  L’existence d’un fils de Mr. Rochester et de Bertha est l’un des éléments clés de  Charlotte : The (...)

5Si Mr. Are est le père de Heathcliff, qui donc est sa mère ? Est-il le fruit d’amours illicites, comme par exemple la petite Adèle dont Jane Eyre est la gouvernante ? Pas du tout : Heathcliff est le fils d’Edward Are et de sa première femme ”Bertha Mason Are, the Creole, the wanton ” (H., 260), alias ”the mad woman in the attic10. La ressemblance physique et psychologique entre Heathcliff et sa mère est notée dès l’enfance par Mr. Are et c’est ainsi qu’il justifie l’abandon de l’enfant : ”His mother was mad, and as he resembled her greatly in body and seeming disposition, I feared him equally afflicted, and could not abide to watch the malady develop in one who bore my blood. I left him (at the madhouse)” (H., 256). Quand Heathcliff est finalement confronté à sa mère, il confirme cette ressemblance : ”at first I had been struck only by (my mother’s face’s) resemblance to my own” (H., 262), jusque dans la mort : ”I look at what lies on the flagstones. Mother. Though the brains lie dashed beneath it, my face stares unaltered back at me” (H., 264). Bertha elle-même qui, contrairement au personnage de Jane Eyre, est  tout à fait capable de s’exprimer, reconnaît également d’une manière plus ambiguë cette ressemblance : ”And you look strangely familiar. Perhaps you are my son after all” (H., 262). A travers cette filiation se pose la question de l’hérédité de la folie : rétrospectivement, le comportement de Heathcliff, aussi bien dans Wuthering Heights que dans H., ainsi que son récit sont alors entachés par le soupçon de la folie, faisant de lui un narrateur non fiable.

  • 11  Christian Gutleben,  op. cit., 138.
  • 12  Ibid., 219.
  • 13  Le début de H. est précisément daté : January 3rd, 1844. A letter written sixty years ago, by a ma (...)
  • 14  ”With Mr. Are’s aid they (Heathcliff and Cathy) acquired a plantation in the New World, near New O (...)
  • 15  Christian Gutleben, op. cit., 134.
  • 16  Il y a dans H. de nombreuses allusions biographiques à Charlotte et Emily Brontë, ainsi que des ré (...)

6Heathcliff n’est pas le seul personnage de Wuthering Heights à intervenir dans H., ni le seul narrateur du roman : il partage en effet la narration avec Nelly Dean et … Charlotte Brontë. Là aussi, l’auteur joue le jeu de la postmodernité où domine l’hétérogénéité narrative : comme le souligne Christian Gutleben, contrairement à l’immense majorité des romans victoriens, où “a single narrative authority guides the reader from beginning to end11, les romans rétro-victoriens, quant à eux, ”make use of narrative fragmentation, textual heterogeneity and generic plurality ”. C’est précisément parce que ”they all bear the distinctive mark of today’s aesthetic climate12 qu’ils ne peuvent en aucun cas être pris pour de véritables romans victoriens. Le rôle de Nelly Dean qui, comme dans Wuthering Heights, prend en charge une partie de la narration de H. et encadre en quelque sorte le manuscrit, est crucial. En effet, c’est à elle qu’Heathcliff adresse le document dans lequel il relate ses aventures pendant les trois années qu’il a passées avec Mr. Are, pour qu’elle le transmette à Cathy. Cependant Nelly, après l’avoir lu, décide de ne pas le remettre à son destinataire, qui est à ce moment là sur le point d’épouser Edgar Linton. Une soixantaine d’années plus tard13, alors qu’elle sent la mort approcher, pour apaiser sa conscience, elle remet le manuscrit à Mr. Lockwood (autre personnage présent à la fois dans Wuthering Heights et dans H.), enrichi de ses commentaires et de ses diverses justifications (elle a brûlé une partie du manuscrit qui lui avait été confié). L’histoire de ce manuscrit, qui constitue l’essentiel de H., se complique ensuite, puisque personnages réels et imaginaires se mêlent : Mr. Lockwood (personnage de Wuthering Heights) le prête en effet à … Charlotte Brontë (auteur de Jane Eyre), qu’il a rencontrée dans le train alors qu’il va retrouver Nelly Dean mourante. Il est intéressant de noter qu’au début de H., Charlotte pose à Mr. Lockwood la même question que lui-même avait posée à Nelly Dean : ”But you say that Heathcliff was a farm labourer? How did he transform himself into a rich gentleman?” Mais cette fois une réponse va être proposée à Charlotte et au lecteur par Mr. Lockwood, qui passe donc du statut de personnage en quête de vérité dans Wuthering Heights à celui de détenteur de la vérité dans H. : “It is curious you should ask. I have in my possession a document written byHeathcliff himself, expressly to explain just that mystery.” (H., 9) Charlotte lit ce document pendant sa nuit de voyage (elle-même rentre à Haworth après son fiasco sentimental à la pension Heger à Bruxelles). Une fois arrivé à destination, Mr. Lockwood reprend le manuscrit, le rend à Nelly Dean, qui sur son lit de mort le confie à … la sœur de Charlotte, Emily Brontë (auteur de Wuthering Heights) : ”Mrs. Dean reached over and laid her hands on Heathcliff’s manuscript. With a trembling but purposeful gesture, she held it out.Here,” she said. “It is right that you should take it” (H., 277). Emily à la fin de H. révèle les mensonges de Nelly Dean et d’Edgar Linton et rétablit la « véritable » histoire de Wuthering Heights, qui n’est pourtant pas celle qu’elle-même va écrire quelques années plus tard ! Dans H., en effet, les personnages de Jane Eyre et de Wuthering Heights sont inextricablement mêlés : selon la Emily Brontë de H., loin de mourir en couches en donnant naissance à Catherine, Cathy s’enfuit avec Heathcliff pour la Nouvelle Orléans où, grâce à l’aide financière de Mr. Are14, ils achètent une plantation. L’incompatibilité totale de ces deux versions est assez déconcertante et semble relever d’une stratégie postmoderne de l’auteur contemporain pour déstabiliser le lecteur et le pousser à questionner la version canonique du roman victorien. Comme le fait remarquer Christian Gutleben : ”one of the strategies postmodernist fiction uses to express today’s loss of certainties consists in setting up narrative systems which deny or defy immediate or easy interpretative closure15. A cet égard, la fin de H., qui laisse les deux sœurs Brontë en route vers Haworth après leur visite à Nelly Dean, est totalement chaotique, tant sur le plan de la chronologie interne du récit que sur celui de la résolution des différents problèmes narratifs. Mais peut-être est-ce du plus à l’inexpérience de l’auteur, dont H. est le premier roman, qu’à une stratégie d’écriture postmoderne parfaitement maîtrisée. De même, est-ce plus dans le but de dérouter le lecteur, d’instaurer le doute et la confusion dans son esprit de sorte qu’il ne parvienne plus à démêler ce qui est du domaine de la fiction et ce qui est du domaine de la réalité, conformément au cahier des charges du roman postmoderne, que par souci de donner à la fiction un référent réaliste historique, comme dans le roman victorien classique, que l’auteur mêle dans son récit personnages réels et fictifs ? L’irruption d’êtres réels (Charlotte et Emily Brontë) dans l’univers romanesque de H., l’intervention directe des deux sœurs auteurs en tant que personnages et l’interférence systématique d’éléments de leur existence véritable16 et de celle, fictive, de leurs personnages accroît encore le sentiment de malaise du lecteur. Cette confusion est encore renforcée par le mélange entre lieux réels et fictifs : ainsi Charlotte et Emily Brontë, lors de leur séjour à Haworth, sont-elles invitées à Thrushcross Grange, la demeure des Linton dans Wuthering Heights (H., 270). Le traitement d’un autre personnage, Edgar Linton, grand rival de Heathcliff et mari de Cathy, est, quant à lui, destiné à établir des correspondances qui a priori n’existent pas entre Wuthering Heights, Jane Eyre et Heathcliff, puisque dans H. ce personnage de Wuthering Heights est le neveu du Colonel Dent de Jane Eyre (H., 101-103) et l’hôte de Mr. Rochester à Thornfield en même temps que son oncle et les Ingram. Ces va-et-vient successifs entre les différents romans, cette appartenance multiple de certains personnages à plusieurs romans (d’auteurs différents), pour séduisants qu’ils fussent, souffrent cependant d’un grand handicap narratif : à aucun moment dans Jane Eyre un Edgar Linton n’est mentionné, pas plus qu’un Heathcliff d’ailleurs. Si dans Wuthering Heights les blancs laissés par la narration peuvent inviter les auteurs à faire toutes les hypothèses qu’ils désirent, sous réserve qu’elles soient cohérentes avec le reste du texte, il n’en est pas de même dans Jane Eyre : aucune piste de lecture ne peut accréditer la présence d’Heathcliff à Thornfield Hall. En voulant courir deux lièvres narratifs à la fois, Lin Haire-Sargeant a poussé trop loin les limites de la willing suspension of disbelief chère à Coleridge. Peut-être un lecteur n’ayant lu ni Jane Eyre, ni Wuthering Heights pourrait-il y croire. Mais quel serait l’intérêt de ce genre de roman pour ce genre de lecteur ?

7Outre celle de combler les blancs de la narration et éventuellement de résoudre les énigmes posées par l’hypotexte, la réécriture a souvent également une fonction corrective par rapport au texte d’origine. C’est bien le cas dans H. : le lecteur découvre un autre point de vue que celui de Jane Eyre sur Mr. Rochester et sa maisonnée, puisque c’est Heathcliff lui-même qui prend en charge l’essentiel de la narration dans un récit à la première personne qui commence avant l’arrivée de Jane à Thornfield Hall et se termine une semaine après l’incendie (donc avant la fin de Jane Eyre). Jane change ainsi de statut narratif puisqu’elle passe de sujet à objet de la narration : nous la voyons d’abord dans le résumé que fait Nelly Dean de la partie du manuscrit d’Heathcliff qu’elle a brûlée :

Heathcliff’s pen had her “a whey-faced chit, a sniveling brach, a sharp-toothed ferret” (H., 218) […] he was sure that the governess schemed after Mr.Are’s fortune (which Heathcliff probably already considered his own). Miss Eyre (that, fantastically, being her name) was therefore a hypocrite and adventuress and must be exposed – for Mr. Are’s own good. (H., 219).

Par la suite, c’est Heathcliff lui-même qui décrit Jane : “She was such a low, sallow thing, with her dry rusty hair pulled back from her pinched face” (H., 228). Même si, dans Jane Eyre, la narratrice insiste effectivement sur son physique peu attirant, c’est implicitement pour le contraster avec son intégrité et sa rigueur morales. Dans H., son désintéressement et ses motivations sont fortement mis en doute par Heathcliff, qui est jaloux de l’influence de Jane sur Mr. Are. Cette jalousie — réciproque selon lui — le pousse à quitter Thornfield pour aller s’établir à Ferndean Manor, où se réfugiera Mr. Rochester après que sa demeure ancestrale a été totalement détruite par l’incendie provoqué par Bertha.

  • 17 Jane Eyre, chapitre 36, 451-454.
  • 18  “He went up to the attics when all was burning above and below, and got the servants out of the be (...)
  • 19  “We saw him approach her; and then, ma’am, she yelled and gave a spring, and the next minute she l (...)
  • 20  “ ‘ My Master’, he says, ‘has forewarned me. Daily He announces more distinctly, ‘Surely I come qu (...)

8Outre les parallèles stylistiques entre les deux romans (ainsi, par exemple, les apostrophes au lecteur dans Jane Eyre, dont le bien connu ”Reader, I married him”trouvent-elles un écho dans H. : Reader, you may wonder…”, H., 269), des épisodes entiers de Jane Eyre sont réécrits dans H. dans une sorte de symétrie narrative inversée : ainsi le célébrissime passage du mariage interrompu de Jane et Mr. Rochester, relaté directement par Jane dans l’hypotexte (chapitre 26), est raconté par John à Heathcliff (H., 234-235), qui n’en a pas été témoin. Ces deux récits, différents sur la forme, sont très semblables sur le fond. Il n’en est pas de même pour l’incendie de Thornfield et la mort de Bertha, racontés par l’ancien majordome de Mr. Rochester père à Jane17, qui n’était pas présente, alors qu’il est relaté par Heathchliff lui-même et considérablement étoffé puisque le narrateur y était directement impliqué. Les divergences entre ces deux derniers récits sont considérables : dans Jane Eyre, Mr. Rochester a une conduite héroïque, risquant sa vie pour sauver celle de ses serviteurs et de sa femme18, qui dans un accès de folie se jette du haut des remparts à son approche19. Ce faisant, il est très grièvement blessé (il perd la vue et est amputé d’une main) mais son héroïsme et sa souffrance contribuent finalement à sa rédemption morale et justifient la fin relativement heureuse du roman, si l’on s’en tient à ce que Jane elle-même veut nous faire croire et si l’on oublie que le mot de la fin revient en fait à St John Rivers, citant l’Apocalypse20. Il en est tout autrement dans H. : de retour à Thornfield après le mariage raté de Mr. Rochester et Jane Eyre et la disparition de cette dernière, Heathcliff apprend que Mr. Are est son père et que Bertha est sa mère. Il exige de lui parler seul à seul malgré les avertissements de Mr. Are : elle en profite pour l’assommer, mettre le feu à la pièce et tenter d’assassiner M. Rochester. C’est pour sauver la vie de celui-ci que Heathcliff pousse accidentellement sa mère par la fenêtre grande ouverte de sa cellule. Il laisse ensuite sans aucun remords Mr. Are à son triste sort, ostensiblement ”to let him find what it is to be abandoned and imprisoned ” (H., 264) et part rejoindre Cathy, sans attendre ni la guérison de Mr. Are ni de savoir si Jane Eyre reviendra aux côtés de Mr. Are. Nelly Dean souligne l’amoralité totale de Heathcliff : “to his list of sins Heathcliff had added matricide and the abandonment of his father” (H., 265).

  • 21  Christian Gutleben, op. cit., 131.

9Le choix de Heathcliff comme narrateur est d’ailleurs assez typique du genre, puisque l’un des buts du roman rétro-victorien est ”to shatter the decorum of Victorian fiction”;  ”to adopt a strategy opposed to Victorian euphemisms and sexual understatements21 : qui mieux que Heathcliff, le personnage sulfureux par excellence de Wuthering Heights, peut défier les conventions aussi bien morales que narratives ? Il s’en donne d’ailleurs à cœur joie et il y a dans le manuscrit des éléments qui ne figureraient pas dans un roman victorien respectable, comme le souligne Mr. Lockwood lui-même : “I must confess I had forgot something just now ; the account contains some language and incident that must be shocking to a lady” (H., 18). L’incident auquel il est fait allusion est celui de la castration partielle d’Edgar Linton par Heathcliff, pour le convaincre, ”mafia style”,  de renoncer à Cathy. Heathcliff lui explique ensuite les conséquences d’un refus éventuel, et là aussi le lecteur de Wuthering Heights sait qu’il mettra scrupuleusement son plan à exécution (à l’exception bien sûr de la castration d’Edgar, que même le Heathcliff de Wuthering  Heights n’envisage pas) :

You must either give up Cathy’s company, favor, conversation, caresses, and et cetera […]; or should you persist, become a full gelding in time for your wedding night. […]

Should you marry Catherine Earnshaw here is what I would do. I would hunt you down and eunuch you, with pleasure (there is nothing you could do to prevent me-there is no hiding from me- you know that in your heart of hearts). I would repeat tonight’s operation […] Then I would systematically dismantle your house, your wealth, your family. I would suborn or destroy all those you hold dear (with one exception), and laugh in your face at the end of it. (H., 203)

  • 22 Ibid., 8.
  • 23 Ibid., 172-173.

Ce récit choque d’ailleurs effectivement la Charlotte Brontë de H. qui, en bonne fille de pasteur victorien, adhère aux conventions de son époque : “I abruptly slapped the manuscript face down, then, cheeks burning, peered through my lashes in the direction of Mr. Lockwood […] I wanted no witness to my shock and embarrassment” (H., 199). Sa réaction fait sourire le lecteur contemporain, plus blasé, qui en a certainement lu d’autres. En soi, cependant, le caractère scandaleux et subversif de cette scène est extrêmement limité. Il tient, en fait, au décalage entre ce qui est raconté et la manière dont l’action est racontée. En effet, comme le fait remarquer Christian Gutleben, “Victorian stories are mostly told in the mimetic mode of pastiche”, qu’il définit comme “pure imitation […] correspond[ing] to a type of fiction which inscribes itself in the wake or even in the shadows of a great model22 (sans la moindre distanciation parodique, donc), ce qui implique que “not only the referential setting but also the narrative voices are strictly Victorian (so that) any infringement of the codes of decency and particularly the irruption of sex will acquire a subversive quality.”23

10C’est bien sans doute pour séduire le lecteur contemporain, pour créer une certaine complicité moqueuse avec lui, au détriment des prudes auteurs victoriens qui n’abordent jamais directement le sujet, que les auteurs de romans rétro-victoriens, dont Lin Haire-Sargeant, pimentent leurs récits de scènes à caractère sexuel qui seraient impossibles dans un véritable roman du XIXe siècle. Ce faisant, ils retrouvent paradoxalement l’un des principes fondateurs du roman victorien :

  • 24 Ibid., 84.

Naturally, the narratives include scenes which were eluded in Victorian fiction […] but these added ingredients correspond to the contemporary readership’s tastes and contribute therefore to the idea of a community of interest, an idea at the core of the Victorian novelistic principle24.

Car c’est bien là le cœur du problème : pourquoi en ce début de XXe siècle continuer à produire des pastiches de roman du XIXe siècle ? Quel en est l’intérêt pour le lecteur moderne ? Que ce lectorat existe est attesté par le fait même que ces romans se vendent bien, apparemment. Les textes canoniques de la littérature britannique sont ainsi remis au goût du jour par des auteurs peut-être en mal d’inspiration, ou désireux de régler leurs comptes avec leurs prédécesseurs, mais qui imposent à leurs lecteurs leur propre vision de l’œuvre qu’ils ré-écrivent. Dans le cas de la tentative de double relecture proposée Lin Haire-Sargeant, et quitte à passer pour une incurable nostalgique des véritables romans des vraies sœurs Brontë, je serais tentée de conclure en disant : trop, c’est trop !

Haut de page

Bibliographie

BRONTE Charlotte, Jane Eyre (1847), Harmondsworth: Penguin, 1977.

BRONTE Emily, Wuthering Heights (1847), London: Collins Classics, 1960.

GENETTE Gérard, Palimpsestes, Paris: Seuil, 1982.

GUTLEBEN Christian, Nostalgic Postmodernism, The Victorian Tradition and the Contemporary British Novel, Amsterdam: Rodopi, 2002.

HAIRE-SARGEANT Lin, The Story of Heathcliff’s Journey Back to Wuthering Heights, New York: Pocket Books, 1992.

SHUTTLEWORTH Sally, “Natural History: the Retro-Victorian Novel”, in ed. E. Shaffer, The Third Culture: Literature and Science, Berlin and New York: De Gruyter, 1998, 253-268.

Haut de page

Notes

1  Lin Haire-Sargeant, The Story of Heathcliff’s Journey Back to Wuthering Heights, New York: Pocket Books, 1992. Les pages indiquées entre parenthèses renvoient à cette édition.

2  Ainsi Christian Gutleben, dans l’introduction à Nostalgic Postmodernism. The Victorian Tradition and the Contemporary British Novel, donne une liste non exhaustive d’une trentaine de titres de romans rétro-victoriens britanniques publiés entre 1973 et 2000, 6.

3  Sally Shuttleworth, “Natural History: the Retro-Victorian Novel”, in E. Shaffer (ed.), The Third Culture: Literature and Science, Berlin and New York: De Gruyter, 1998, 253-68.

4  John Sutherland, Is Heathcliff a Murderer? Great Puzzles in Nineteenth-Century Literature, Oxford: Oxford University Press, 1996. Le même auteur a récidivé avec Can Jane Eyre Be Happy? More Puzzles in Classic Fiction, Oxford: Oxford University Press, 1997.

5  J’emprunte les termes « hypotexte » et « hypertexte » à Gérard Genette : il y a « hypertextualité » lorsqu’un texte (l’hypertexte) vient se greffer sur un texte antérieur (l’hypotexte) Palimpsestes, Paris : Editions du Seuil, 1982, 7-14.

6  Emily Brontë, Wuthering Heights, London: Collins Classics, 1960, 116-117.

7  C’est également le cas dans un autre passage du roman, quand Heathcliff se demande où est allée Jane après son départ précipité de Thornfield  : ”The governess, with no money or possessions, must have gone to friends ; there were two places where we knew she had them: Lowood Institution, where she had received her education, and at her aunt’s house. The aunt was now dead, but a cousin survived, a Miss Georgiana Reed, presently staying with other relatives in London.” (Charlotte Brontë, Jane Eyre, Harmondsworth: Penguin, 1977, 239). Le raisonnement, logique et cohérent, démontre néanmoins l’ignorance d’Heathcliff quant à la nature réelle des relations entre Jane et ses cousins Reed.

8  Charlotte Brontë, Jane Eyre, op. cit., 333.

9  Ibid., 159.

10  L’existence d’un fils de Mr. Rochester et de Bertha est l’un des éléments clés de  Charlotte : The Final Journey of Jane Eyre, de D.M. Thomas, publié en 2000, soit huit ans après H.

11  Christian Gutleben,  op. cit., 138.

12  Ibid., 219.

13  Le début de H. est précisément daté : January 3rd, 1844. A letter written sixty years ago, by a man dead for forty!  (1).

14  ”With Mr. Are’s aid they (Heathcliff and Cathy) acquired a plantation in the New World, near New Orleans in what was then one of the French colonies […] Cathy soon regained her health, but perished five years later, bearing their child, a son”, Ibid., 289.

15  Christian Gutleben, op. cit., 134.

16  Il y a dans H. de nombreuses allusions biographiques à Charlotte et Emily Brontë, ainsi que des références à leur frère Branwell et à leur sœur Anne ainsi qu’à la maladie de leur père. 

17 Jane Eyre, chapitre 36, 451-454.

18  “He went up to the attics when all was burning above and below, and got the servants out of the beds and helped them down himself, and went back to get his mad wife outof her cell”,  Ibid., 453.

19  “We saw him approach her; and then, ma’am, she yelled and gave a spring, and the next minute she lay smashed on the pavement “, idem.

20  “ ‘ My Master’, he says, ‘has forewarned me. Daily He announces more distinctly, ‘Surely I come quickly!’ and hourly I more eagerly respond, ‘Amen; even so, come, Lord Jesus!’”, Ibid., 477. Ces paroles de St John Rivers le bien nommé reprennent exactement  la fin de texte de la fin de l’Apocalypse selon Saint Jean :  ”Surely I come quickly. Amen. Even so, come Lord Jesus” (The Revelation of St. John the Divine, 22, 20).

21  Christian Gutleben, op. cit., 131.

22 Ibid., 8.

23 Ibid., 172-173.

24 Ibid., 84.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Roblin, « The Story of Heathcliff’s Journey Back to Wuthering Heights de Lin Haire-Sargeant (1992), ou le « deux en un » de la ré-écriture », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°4 | 2006, 64-75.

Référence électronique

Isabelle Roblin, « The Story of Heathcliff’s Journey Back to Wuthering Heights de Lin Haire-Sargeant (1992), ou le « deux en un » de la ré-écriture », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°4 | 2006, mis en ligne le 20 octobre 2009, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/1832 ; DOI : 10.4000/lisa.1832

Haut de page

Auteur

Isabelle Roblin

Dr. (Boulogne, France)
Isabelle Roblin is a senior lecturer at the Université du Littoral-Côte d’Opale, France, where she teaches courses in contemporary British and American literature. She wrote her thesis on “Kinship in Graham Swift’s works (1976-1992)” and her current field of research is the rewriting of classics, both British and American, by contemporary novelists.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals