Navigation – Plan du site
De la Grande Guerre à la Seconde Guerre mondiale

Propagande et « contre-propagande » en Irlande pendant la Première Guerre mondiale

Propaganda and « Counter-propaganda » in Ireland during World War I
Jérôme aan de Wiel
p. 4-16

Résumé

The First World War caused a major propaganda battle in Ireland between, on the one hand, the constitutional Nationalist Party, led by John Redmond, and the British authorities who were both in favour of the war and voluntary recruitment, and on the other hand, Sinn Féin, opposition nationalists and also a few Catholic clergymen who were against the British war effort in the country, deeming that the home rule crisis had not been dealt with in a satisfactory way. This article aims at shedding light on the confrontation between the two sides. It seems that the British authorities were rather disorganised in their various propaganda campaigns, while Sinn Fein pursued an energetic and sometimes vitriolic anti-war campaign. One of the themes used by the latter was France’s pre-war anti-clerical policy. This article will consider the extent to which propaganda and “counter-propaganda” influenced voluntary recruitment in Ireland where conscription was not imposed.

Haut de page

Entrées d’index

Index thématique et géographique :

histoire, history, Ireland, Irlande, société, society
Haut de page

Texte intégral

  • 1  H.E.D. Harris, The Irish Regiments in the First World War, Cork: Mercier Press, 1968 & David Fitzp (...)
  • 2  Joseph Finnan, “’Let Irishmen come together in the Trenches’: John Redmond and Irish Party policy (...)
  • 3  Terence Denman, Ireland’s Unknown Soldiers, Blackrock: Irish Academic Press, 1992; Tom  Johnstone, (...)

1Depuis quelques années, la Première Guerre mondiale a suscité un regain d’intérêt parmi les universitaires et le public en République d’Irlande. Pendant des années, le sort des soldats irlandais qui combattirent en France a été délibérément oublié par les gouvernements successifs. Il aura fallu attendre 1968, soit cinquante ans après l’Armistice, pour voir apparaître le premier livre traitant du sujet ;puis 1988, soit soixante-dix ans après l’Armistice, pour voir le second1. La raison est facile à comprendre. Entre août 1914 et le 15 janvier 1918, à peu près 64.607 catholiques irlandais2, dont l’écrasante majorité était des nationalistes, s’engagèrent dans l’armée britannique, pensant que leur pays avait obtenu le home rule (ou autonomie) en 1914. Par contre, seulement 1700 républicains participèrent au Soulèvement de Pâques d’avril 1916 contre les Britanniques. Ces chiffres furent gênants pour les gouvernements nationalistes de l’Etat Libre puis de la République d’Irlande, d’où la disparition presque totale de ces 64.607 soldats de la mémoire collective irlandaise. Depuis les années 1990, il y a eu plusieurs publications de livres traitant de la participation militaire de l’Irlande au conflit, ainsi que des problèmes de mémoire et de commémoration.3 Le sujet qui sera abordé ici est celui de la propagande pro-britannique en faveur du recrutement en Irlande, et la contre-propagande anti-britannique, organisée par les nationalistes plus extrêmes comme le Sinn Féin.

  • 4  Jérôme aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918: War and Politics, Dublin: Irish Aca (...)
  • 5  Public Record Office, Londres; CO 904/94, « Inspector General’s monthly report, August 1914 ».
  • 6   Keith Jeffery, Ireland and the Great War, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, 7.
  • 7  Patrick Maume, The Long Gestation: Irish Nationalist Life 1891-1918, Dublin: Gill and Macmillan, 1 (...)
  • 8  Pádraig Yeates, Lockout Dublin 1913, Dublin: Gill and Macmillan, 2000, xxi.

2Avant de commencer, un très bref rappel de la situation politique à l’aube de la Première Guerre mondiale est nécessaire. Le Parti Nationaliste constitutionnel de John Redmond était sur le point d’obtenir le home rule pour l’Irlande. Cependant, les protestants irlandais de l’Ulster, aussi connus sous le nom d’unionistes, refusèrent toute forme de home rule. Les deux camps avaient formé deux forces paramilitaires, respectivement les « Irish Volunteers » (Volontaires Irlandais) et la « Ulster Volunteer Force » (Force Volontaire de l’Ulster) pour défendre leurs positions. Une guerre civile quasi-certaine était sur le point d’éclater lorsque la guerre commença en Europe. Ironiquement, la Première Guerre mondiale eut pour effet d’empêcher la guerre civile d’avoir lieu en Irlande. Le gouvernement britannique trouva, en effet, l’astuce de légaliser le home rule mais celui-ci n’entrerait en vigueur seulement après la guerre que tout le monde croyait être de courte durée. Quant à l’Ulster, une solution spéciale devait être trouvée. Nationalistes et unionistes ne furent pas vraiment satisfaits mais comprirent que la guerre sur le continent était la principale priorité pour le moment. Seule une poignée de nationalistes, membres du Sinn Féin et de l’ « Irish Republican Brotherhood » (IRB), ne fut pas d’accord et jura de se soulever contre les Britanniques en guerre le moment opportun venu. Les nationalistes, en faveur du Parti Nationaliste de John Redmond, partirent la fleur au fusil. Ces Irlandais étaient convaincus que leur pays était redevenu libre, « Ireland, a nation once again » (l’Irlande, une nation de nouveau). En s’engageant dans les régiments ou les divisions irlandaises, ils pensaient combattre pour leur pays même si ces régiments et divisions faisaient partie de l’armée britannique.4 Les nombreux rapports de la police confirment effectivement que le peuple nationaliste soutenait la Grande-Bretagne. En août 1914, l’Inspecteur Général écrivit dans son rapport mensuel : « Toutes les classes démontrèrent un fort sentiment patriotique et un fort sentiment anti-allemand, et s’engagèrent dans l’armée […]. Il ne fait aucun doute que le sentiment populaire est en faveur de la Grande-Bretagne et hostile à l’Allemagne ».5 Ceci se traduisit par des chiffres de recrutement très bons, voire spectaculaires si l’on garde à l’esprit que le pays avait été au bord de la guerre civile. Il faut savoir, en effet, qu’il n’y avait pas de conscription au Royaume-Uni et que tout reposait sur le recrutement volontaire, donc la motivation des hommes. Et cette motivation était bien là, au début de la guerre, comme nous le montrent les statistiques : entre le 4 août 1914 et février 1915, 50.107 irlandais s’engagèrent ; entre février 1915 et août 1915, 25.235 ; et entre août 1915 et février 1916, 19.801.6 Pourquoi ces hommes acceptèrent-ils d’aller combattre ? Les raisons sont diverses. Il ne fait aucun doute qu’ils étaient pris de forts sentiments patriotiques, fiers de montrer au monde que l’Irlande participait à la guerre en tant que nation. Les journaux publiaient régulièrement des publicités en faveur du recrutement. Le leader nationaliste John Redmond appelait à venger la pauvre petite Belgique catholique, essayant d’opérer un phénomène d’identification entre l’Irlande et la Belgique. Lors d’un meeting de recrutement, il déclara même que des soldats allemands nus couraient après des nonnes belges !7 On peut dire avec quasi certitude qu’il n’y avait pas de motivation financière pour s’engager. En effet, un soldat gagnait à peu près sept shillings par semaine alors qu’un ouvrier non-qualifié à Dublin en gagnait en moyenne dix-huit.8

  • 9  Ben Novick, Conceiving Revolution: Irish Nationalist Propaganda during the First World War, Dublin (...)

3La propagande joua-t-elle un rôle ? Les autorités qui en avaient la charge ne furent pas particulièrement actives, encore moins persuasives. Entre 1914 et 1915, il n’y eut pas moins de trois organismes officiels, démontrant le manque de continuité et d’organisation. Le premier fut le Parliamentary Recruiting Committee (PRC). Le PRC fut, surtout, noté pour son organisation ad hoc9 à tel point que le très unioniste journal le Church of Ireland Gazette déclara :

  • 10  J. aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, op. cit., 13.

Qu’a fait le gouvernement ? Il a collé quelques posters ici et là que personne ne regarde vraiment. Il a envoyé quelques sergents-recruteurs supplémentaires dans le pays. Ce qui est nécessaire est une campagne de recrutement organisée avec ce côté spectaculaire du service militaire qui parle à l’imagination.10

  • 11  B. Novick, Conceiving Revolution, op. cit., 21.

4Au commencement de 1915, le PRC fut remplacé par le Central Council for the Organisation of Recruiting in Ireland (CCORI). Le CCORI utilisa quelques thèmes irlandais dans ses posters de recrutement, ce qui n’avait pas été le cas jusqu’ici. On organisa des meetings de recrutement auxquels participaient des politiciens. Puis, une nouvelle campagne de posters vit le jour. Celle-ci se concentrait essentiellement sur deux thèmes. Premièrement, on essayait de persuader les Irlandais de s’engager pour ne pas laisser tomber ceux qui étaient déjà dans les tranchées, autrement dit on encourageait un esprit d’équipe. Deuxièmement, on faisait appel aux hommes par le biais d’images de femmes.11

5Voici deux exemples :

Grand International Match
Great Britain, Ireland and Allies
v. Germany, Austria and Allies
Are You playing the Game?

  • 12  Mark Tierney, Paul Bowen, David Fitzpatrick, “Recruiting Posters”, in D. Fitzpatrick (dir.), Irela (...)

Have you any women-folk worth defending?
[portrait de femme]
Remember the Women of Belgium
Join to-day.12

© RJLD

  • 13  Public Record Office, Londres; CO 904/97, “Inspector General’s report, July 1915”.
  • 14  B. Novick, Conceiving Revolution, op. cit., 21-23.

6Cependant, ses efforts ne furent pas couronnés de succès car en août 1915, l’Inspecteur Général de la police signala que le nombre de recrues avait baissé de manière dramatique. Entre le 15 juin et le 15 juillet 1915, seulement 2.311 hommes s’étaient engagés, le plus mauvais chiffre depuis le début de la guerre.13 La conséquence immédiate fut qu’en octobre 1915, le CCORI fut à son tour remplacé par le Department of Recruitment for Ireland (DRI). Au commencement, le DRI réussit à augmenter le nombre de recrues. Ceci était dû, en grande partie, à une nouvelle approche qui consistait à envoyer une lettre à tout Irlandais âgé entre dix-neuf et quarante et un ans, lui demandant de s’engager. Cette lettre était signée par des représentants de tous les partis politiques en faveur de la guerre. Mais bien vite, la campagne s’essouffla et le but d’engager 10.000 hommes tous les mois ne fut jamais atteint.14

  • 15  T. Denman, Ireland’s Unknown Soldiers, op. cit., 21-22.
  • 16  George Dangerfield, The Damnable Question, London: Constable, 1977, 131-132.
  • 17  T. Denman, Ireland’s Unkown Soldiers, op. cit., 34.

7Il faut dire que ni le CCORI, ni le DRI ne furent aidés par le War Office (ministère de la guerre) sous la direction de Lord Kitchener, un irlandais de naissance mais qui détestait tout ce qui était irlandais. Le 7 août 1914, John Redmond confia à Lord Kitchener que si le home rule entrait en vigueur immédiatement, il pourrait obtenir 100.000 ou 200.000 volontaires irlandais pour l’armée. Kitchener répondit : « Donnez-m’en 5.000 et je vous remercierai. Donnez-m’en 10.000 et je vous tirerai mon chapeau ».15 En outre, le ministère refusait d’exploiter la bravoure et le courage incontestés des régiments irlandais nationalistes. C’est ainsi, par exemple, que leurs sacrifices à Etreux, en France, et sur les plages de Gallipoli, en Turquie, furent complètement négligés. Le député nationaliste Timothy Healy avertit le Premier Ministre Herbert Asquith que cela nuisait à la bonne volonté du peuple nationaliste.16 Mais rien n’y fit. Des rumeurs commencèrent à se propager en Irlande que les soldats nationalistes étaient volontairement sacrifiés par les généraux britanniques afin d’éliminer une potentielle menace nationaliste après la guerre. Ces rumeurs n’étaient pas tout à fait sans fondement mais il serait trop long d’aborder ce thème ici. Le résultat fut une baisse spectaculaire dans le recrutement qui n’allait plus jamais se relever. Certains Britanniques n’hésitèrent pas à reconnaître leurs fautes comme Augustine Birrell, le Secrétaire d’Etat aux Affaires irlandaises, qui reconnut que le Ministère de la Guerre prenait ses décisions en partant du principe que l’Irlande était « un comté anglais ».17 Le général irlandais Bryan Mahon, héros de l’armée britannique pendant la Guerre des Boers en Afrique du Sud (1899-1902), se souvint de son expérience en Irlande, en 1914, où il avait été envoyé afin de faire une estimation sur le recrutement :

  • 18  General Sir Bryan Mahon, “The Irish Welter as I found it”, in William G. Fitzgerald (dir.), The Vo (...)

Les Volontaires Irlandais étaient très enthousiastes au sujet de la Grande Guerre […] et les perspectives de recrutement pour l’armée britannique étaient bien meilleures que ce à quoi  je m’attendais. Durant les cinq à six premières semaines de la Grande Guerre, le recrutement battit tous ses records en Irlande. En fait, plus d’hommes s’engagèrent dont nous avions besoin — et les gaffes des fonctionnaires commencèrent sur-le-champ.18

  • 19  Public Record Office, Londres; CO 904/99, “Inspector General’s monthly report, January 1916”.

8Mais, on ne peut pas imputer la faute aux Britanniques et leur mauvaise propagande exclusivement. En effet, il y avait d’autres facteurs. L’économie irlandaise connaissait un essor sans précédent. Les fermiers s’enrichissaient grâce à une production agricole décuplée. Il faut savoir que l’Irlande était le deuxième fournisseur de denrées alimentaires de la Grande-Bretagne après les Etats-Unis. Ceci n’incita pas les fermiers et leurs fils à endosser l’uniforme. En janvier 1916, l’Inspecteur Général de la police en fit part aux autorités britanniques : « Partout en Irlande, les fermiers ne s’engagent pas et ne sont pas intéressés par la guerre, excepté comme un moyen de se faire de l’argent ».19 Puis, il y avait également la contre-propagande du Sinn Féin et des nationalistes et républicains qui avaient répudié le Parti Nationaliste de Redmond qu’ils considéraient comme des traîtres. Cette contre-propagande ne fit pas dans la dentelle. Un des thèmes les plus fréquemment utilisés fut la dégénérescence de ces irlandais qui s’engageaient dans l’armée britannique, l’ennemie héréditaire. Le poème, suivant, en est une parfaite illustration :

Come all ye true hearted youths,
and listen to my lay,
I’ve enlisted for fame as a warrior bold,
At ten bright pence a day….

My drill and my training are all complete,
I can curse like a Colonel now;
I can show you the way to retreat in time,
When anyone starts a row.

I can sport a fag, I can boast and brag,
I can drink till I’m gold and brave;
I can swagger and swear, I can whistle the air
Of “Britannia Rules the Wave”….

  • 20  John S. Ellis, “The Degenerate and the Martyr: nationalist propaganda and the contestation of Iris (...)

I’m one of the Empire’s warrior sons,
But I hope there’ll never be a war,
For my liver gets white when I think of a fight
And my legs wouldn’t carry me far.20

9Le Sinn Féin et les nationalistes d’opposition utilisèrent également des pamphlets, des tracts et des posters dans lesquels ils représentaient Redmond comme un boucher, tournaient en dérision les posters en faveur du recrutement, et essayaient de convaincre les gens que les Allemands gagnaient la guerre. Les autorités britanniques hésitèrent à prendre des mesures énergiques contre les Sinn Féiners, pensant que cela ferait plus de mal que de bien. Ce fut la même chose avec la conscription qui fut finalement appliquée en Grande-Bretagne, en 1916, mais jamais en Irlande.

  • 21   P. Yeates, Dublin Lockout 1913, op. cit., 53-54.
  • 22  Patrick Callan, “Ambivalence towards the Saxon Shilling”, in Archivium Hibernicum, n° 41, 1986, 10 (...)
  • 23  Quai d’Orsay, Paris; Grande-Bretagne/Irlande, vol. 547, d’Alfred Blanche à Stephen Pichon, 19/02/1 (...)

10Il convient ici de dire quelques mots sur l’attitude de la puissante Eglise catholique envers l’armée. Traditionnellement, elle était opposée au recrutement et à la présence de soldats britanniques, mêmes irlandais, dans les villes. Hormis les raisons nationalistes (entre 1900 et 1914, s’engager était mal vu, à une époque où l’Irlande bataillait ferme pour obtenir le home rule), il y avait aussi des raisons morales. Il faut savoir que Dublin, par exemple, avait les pires taudis en Europe et que les prostituées et les maladies sexuellement transmissibles y étaient nombreuses.21 La proximité des casernes n’arrangeait rien. Il semble bien que toutes ces raisons ont contribué à une baisse très nette dans le nombre de recrues. En 1899, 28.352 Irlandais s’étaient engagés contre 20.780, en 1913, soit une baisse de presque 27%. Seulement 14% à 15% étaient des catholiques.22 La grande majorité des quelques vingt-huit évêques et 3000 prêtres était largement en faveur de la guerre. L’Eglise ne suivit pas les appels à la paix du pape Benoît XV et pendant 1914 et 1915, elle exhorta les Irlandais à s’engager. Dans un pays profondément croyant, l’opinion des ecclésiastiques allait compter. Comme le fit remarquer Alfred Blanche, Consul de France à Dublin : « La véritable autorité ecclésiastique pour le paysan catholique irlandais était le prêtre de paroisse, ce que nous appelons le curé, et il l’est resté ».23 Le prêtre était au centre des communautés. C’était un personnage respecté,  bien au fait de la vie de ses paroissiens. D’ailleurs, le DRI ne s’y trompa pas et encourageait les organisateurs de meetings de recrutement de s’assurer de sa présence sur la tribune. Par exemple, l’Irish Times rapporta les propos suivants du père O’Byrne qui avait révélé haut et fort les rumeurs d’atrocités allemandes :

  • 24  J. aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, op. cit., 21.

Les Allemands voulaient faire des conquêtes et ils faisaient la guerre sans aucune pitié, ne reculant devant rien pour atteindre leurs vils desseins. Ni âge, ni sexe n’étaient  respectés, et on ne pouvait pas dire que ce qu’avaient fait les Allemands avait été accompli dans le feu de l’action parce que les manuels qui leur avaient été donnés avant la guerre les instruisaient de ne reculer devant rien pour atteindre leurs buts.24

  • 25 Ibid, 21.
  • 26 Idem, voir chapitre 2, “The Rogue bishops”, op. cit., 42-77.
  • 27   B. Novick, Conceiving Revolution, op. cit., 21-22.

11Certains prêtres n’hésitèrent pas à employer un langage peu chrétien, comme le père O’Doherty, du comté de Dublin, qui déclara : « Endossez l’uniforme et allez tuer le boche sauvage » !25 Quant aux évêques, ils ne se rendaient pas personnellement à ces meetings mais envoyaient des lettres d’encouragement. Cependant, il y avait parmi eux des dissidents pour ainsi dire, et non des moindres. Le cardinal Michael Logue, le chef de l’épiscopat, était un nationaliste, par excellence, qui croyait au home rule et était d’opinion qu’une Irlande autonome pouvait prospérer au sein de l’Empire britannique. Il ne fit aucun doute qu’il était en faveur des Alliés, en particulier de la France où il avait fait une partie de ses études. Mais comme il estimait que le gouvernement britannique n’avait pas réglé, de manière satisfaisante, la question du home rule, et qu’il craignait la partition de l’Irlande, il refusa d’être impliqué dans toute propagande en faveur de la guerre (à l’exception d’une seule occasion). C’était à peu près la même chose pour l’archevêque William Walsh, de Dublin, qui estimait depuis quelques années que le Parti Nationaliste de Redmond faisait fausse route en s’alliant au Parti Libéral d’Asquith. Il fit tout pour saper l’effort de guerre à Dublin au grand dam des autorités qui s’occupaient du recrutement. Walsh fut très efficace. Mais ce fut surtout l’évêque Edward O’Dwyer, de Limerick, qui s’imposa comme le nationaliste le plus opposé à la guerre. Il était ultramontain et soutenait le pape Benoît XV dans ses efforts pour la paix. Il répudia ouvertement Redmond dans ses lettres à la presse et dans ses mandements de carême à l’éloquence foudroyante. Le tournant dans l’affrontement entre O’Dwyer et Redmond se produisit en novembre 1915, lorsque ce dernier traita de lâches certains paysans, qui voulaient émigrer aux Etats-Unis, craignant la conscription dans le pays.26 Leur crainte fut provoquée par la lettre les incitant à s’engager,27 que le DRI avait envoyée aux Irlandais, comme mentionné ci-dessus. Ils furent attaqués par une foule anglaise dans le port de Liverpool. O’Dwyer vit rouge et attaqua à la fois les Britanniques et le Parti Nationaliste. Sa lettre fut publiée par le Cork Examiner, le 11 novembre 1915, et fit grand bruit en Irlande :

  • 28  J. aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, op. cit., 71-72.

Monsieur,
La façon dont ont été traités ces pauvres émigrants irlandais à Liverpool suffit à faire enrager et indigner n’importe quel Irlandais. […] Ils ne veulent pas être forcés de s’engager dans l’armée anglaise et livrer bataille pour le compte des Anglais quelque part dans le monde.
N’est-ce pas là leur droit ? (…) Il est très probable que ces pauvres paysans du Connaught ne connaissent pas ou très peu le pourquoi de cette guerre. Leur enthousiasme n’est pas soulevé par le souvenir du Kosovo, et ils n’éprouvent pas de désir ardent de mourir pour la Serbie. Ils préféreraient de loin être autorisés à cultiver leurs champs de pommes de terre en paix dans le Connemara. Les petites nations et l’injustice de la cathédrale de Reims, [sa destruction] ainsi que toutes les autres considérations cosmopolites qui enthousiasment le Parti Nationaliste, n’attitrent pas assez de recrues en Angleterre et sont beaucoup trop extravagants pour des paysans sans éducation.28

  • 29  David W. Miller, Church State and Nation Ireland, 1898-1921, Dublin: Gill and Macmillan, 1973, 317 (...)
  • 30  J. aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, op. cit., 74.
  • 31 Ibid, 74.
  • 32 Idem, voir chapitre 7, “The Irish College in Rome, 1914-1918”, op. cit., 256-303.

12Par la suite, la lettre fut transformée en tract et utilisée par le Sinn Féin dans sa campagne contre la guerre. La police trouva ces tracts dans au moins dix-sept comtés.29 Augustine Birrell savait que le Sinn Féin venait de marquer un point important dans ses opérations de contre-propagande. On lui demanda ce que l’on devait faire. Birrell répondit simplement: « Compte tenu de la circulation que cette lettre a déjà eu, je ne pense pas qu’on puisse essayer d’empêcher la continuation de sa circulation ».30 En janvier 1916, l’Inspecteur Général de la police écrivit dans son rapport mensuel sur l’état du pays : « Avec sa lettre, l’évêque de Limerick a été d’un soutien immense pour ces écrivains séditieux et leur propagande contre le recrutement. Elle a été reproduite par milliers […] ».31 O’Dwyer attira même l’attention du Vatican qui se servit de ses mandements de carême afin de convaincre l’Eglise catholique italienne que l’entrée éventuelle de l’Italie dans la guerre serait nuisible aux intérêts de l’Italie et du Vatican.32 En septembre 1916, l’évêque appela la population à soutenir le Sinn Féin.

13Le Sinn Féin savait qu’il était dans son intérêt d’exploiter les thèmes religieux dans sa propagande. Il utilisait l’anticléricalisme français d’avant-guerre et, de manière générale, les caractéristiques (supposées) anti-catholiques des pays alliés en guerre contre l’Allemagne. Il demandait au peuple nationaliste, généralement très catholique, de ne pas oublier que la France, et le politicien René Viviani, en particulier, avait déclaré la guerre à l’Eglise catholique en 1905 avec la loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat. Viviani était régulièrement traité d’ « infidèle » et de « franc-maçon ». Déjà en octobre 1914, le journal Sinn Féin commentait ironiquement :

  • 33  B. Novick, Conceiving Revolution, op. cit., 118-119.

[Les puissances alliées déclarent être] les champions de la religion [comme] l’Angleterre  (où selon les autorités de l’Eglise anglicane seulement une personne sur six se rend au  service religieux le dimanche) ; comme la France, qui est gouvernée par le Grand Orient ; comme la Belgique, dont le peuple est théoriquement catholique bien que les Flamands soient les seuls catholiques dont la majorité se rende à la messe ; comme la Serbie, qui refuse la présence d’un évêque catholique sur son territoire ; comme le Monténégro, qui tolère le catholicisme mais sans plus ; comme la Russie, qui impose des restrictions aux catholiques ; et comme le Japon, la seule puissance non chrétienne.33

  • 34  J. aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, op. cit., voir chapitre 4, “The first F (...)

14Clairement, le but du Sinn Féin était de faire comprendre aux gens qu’en s’engageant, ils combattaient pour des puissances anti-catholiques. A Paris, le gouvernement et le Quai d’Orsay furent très inquiets de cette propagande anti-française et de ce manque de recrues irlandaises, en particulier lors des batailles de Verdun et de la Somme, si coûteuses en hommes qu’il fallait absolument remplacer. Les Français estimèrent que 300,000 Irlandais étaient bons pour le service. Après le Soulèvement de Pâques, d’avril 1916, lors duquel une poignée de républicains irlandais, soutenue par l’Allemagne, se battit en vain contre l’armée britannique dans les rues de Dublin, le Quai d’Orsay demanda au gouvernement britannique la permission d’organiser une mission de propagande en Irlande. Les Britanniques avalèrent leur amour-propre et s’empressèrent d’accepter. Cette mission était composée d’ecclésiastiques, notamment les évêques de Digne et d’Orléans. En octobre 1916, les Français arrivèrent à Dublin où ils rencontrèrent l’épiscopat au grand complet. Ils évoquèrent des thèmes comme l’amitié traditionnelle entre la France et l’Irlande et tentèrent de convaincre les évêques irlandais que la persécution de l’Eglise catholique en France avait cessé, et qu’il y avait même un élan religieux dans le pays, ce qui était parfaitement exact, par ailleurs. Mais rien n’y fit. L’Eglise irlandaise refusa d’œuvrer ouvertement en faveur du recrutement car le Soulèvement de Pâques, sévèrement réprimé par les Britanniques, avait produit un sentiment anti-britannique très fort. Dans ces conditions, évêques et curés ne voulaient pas prendre le risque d’inciter les hommes à s’engager de peur de s’attirer la colère et la méfiance du peuple et de se retrouver esseulés au sein de leurs communautés.34

  • 35 Ibid, 192-194.
  • 36 Ibid, 187.
  • 37  P. Maume, The Long Gestation, op. cit., 54.
  • 38  J. aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, op. cit., 189.
  • 39 Idem, voir chapitre 6 ,“The conscription crisis of 1918”, 203-255.

15Contrairement à ce que certains historiens nationalistes irlandais prétendent encore aujourd’hui, ce sentiment anti-britannique incontestable, et incontesté, après l’exécution des chefs républicains du soulèvement, ne dura pas et, petit à petit, le pays sombra dans l’apathie politique.35 Le Parti Nationaliste était discrédité mais le Sinn Féin avait bien du mal à en profiter. Dans l’esprit de beaucoup, et surtout de la toute puissante Eglise catholique, ce parti était composé de révolutionnaires sanguinaires qu’on ne pouvait pas fréquenter. Ses chefs, Eamon de Valera et Arthur Griffith, en étaient parfaitement conscients et conçurent une propagande centrée sur la notion de respectabilité, destinée à montrer que le Sinn Féin était un parti en qui on pouvait avoir confiance et qui comptait de bons catholiques. Le but évident était d’acquérir le soutien de l’Eglise. C’est ainsi qu’en 1917, le Sinn Féin dénonça une nouvelle législation du parlement de Westminster qui facilitait le divorce. Son journal commenta ironiquement : « N’oubliez jamais que l’Angleterre fait la guerre pour défendre le Christianisme contre les boches ».36 Quel retournement de situation lorsque l’on sait qu’en 1906, Arthur Griffith, le fondateur du Sinn Féin, s’était prononcé en faveur de la France républicaine contre l’Eglise catholique !37 Ces questions d’ordre moral sombraient parfois dans l’extrême. Par exemple, il était dit que les soldats irlandais souffraient presque tous de maladies sexuellement transmissibles, qu’ils avaient attrapées en France ou en Angleterre. A leur retour du front, il faudrait les mettre en quarantaine car ces maladies ne s’attrapaient pas en Irlande.38 Les relations anglo-irlandaises changèrent à tout jamais lorsque le gouvernement britannique voulut imposer la conscription à l’Irlande, en avril 1918. Londres fut pris de panique lorsque les Allemands déclenchèrent leur dernière grande offensive en mars, offensive qui pendant quelques semaines semblait être sur la voie du succès. Le cabinet de David Lloyd George décida alors d’introduire la loi du service militaire obligatoire en Irlande malgré les avertissements de certains politiciens. Ce fut une gaffe monumentale et incroyable dans la mesure où la réaction du peuple nationaliste était aisément prévisible. En fait, ceci provoqua l’alliance entre le Sinn Féin, le Parti Nationaliste et l’Eglise catholique. Pour la première fois dans l’histoire du pays, toutes les forces nationalistes étaient unies ainsi que le peuple qui voyait en la conscription un danger qui le menaçait directement. Face à une telle union, le gouvernement abandonna rapidement ses plans. Ceci fut profitable au Sinn Féin dans la mesure où l’Eglise avait accepté de travailler avec lui, lors de la crise de la conscription. C’était donc reconnaître que ce parti était une force politique à part entière et qu’il était respectable.39 Ceci se traduisit par la victoire incontestée du Sinn Féin aux élections législatives, de décembre 1918, lorsqu’il remporta 73 sièges sur 105 en Irlande et le Parti Nationaliste seulement six. Ceci allait mener, en 1919, à la Guerre Anglo-Irlandaise et à la création de l’Etat Libre d’Irlande, en 1921.

  • 40  Desmond Fitzgerald, Memoirs of Desmond Fitzgerald 1913-1916, London: Routledge & Kegan Paul, 1968.
  • 41  D. George Boyce, “1916, Interpreting the Rising”, in D. George Boyce & O’Day Alan (dirs.), The Mak (...)

16Finalement, il ne fait aucun doute que la propagande en faveur du recrutement fut particulièrement inefficace en Irlande. Cependant, des doutes subsistent quant à l’efficacité de la contre-propagande du Sinn Féin. En effet, fut-elle vraiment responsable du déclin du recrutement et de la montée du parti ? Le peuple était apathique et beaucoup d’Irlandais pensaient surtout à profiter de la prospérité économique engendrée par la guerre. Même le Sinn Féiner, Desmond Fitzgerald, qui fut plus tard Ministre des Affaires étrangères de l’Etat Libre d’Irlande, le reconnut : « [Lors de nos réunions contre le recrutement], on nous applaudissait beaucoup mais cela voulait probablement dire que le public était satisfait du bon spectacle qu’on lui avait donné ».40 Il semblerait que ce soit la décision véritablement stupide de David Lloyd George d’imposer la conscription, en 1918, qui eut le plus d’effet. De la même manière, il convient de souligner que la victoire électorale du Sinn Féin ne fut pas si écrasante qu’elle en avait l’air. Bien qu’il obtînt soixante-treize députés au parlement de Westminster, ce score impressionnant ne refléta pas un pourcentage écrasant en voix. Le résultat s’explique, en partie, par l’iniquité du système électoral britannique, le « First Past the Post » (premier à l’arrivée) capable de produire des résultats électoraux peu démocratiques.41 Propagande et contre-propagande, en Irlande, pendant la Première Guerre mondiale, demeurent donc un sujet controversé et à explorer.

Haut de page

Notes

1  H.E.D. Harris, The Irish Regiments in the First World War, Cork: Mercier Press, 1968 & David Fitzpatrick (ed.), Ireland and the First World War, Mullingar: The Lilliput Press, 1988.

2  Joseph Finnan, “’Let Irishmen come together in the Trenches’: John Redmond and Irish Party policy in the Great War, 1914-1918”, in The Irish Sword, vol. XXII, winter 2000, no 88, 188.

3  Terence Denman, Ireland’s Unknown Soldiers, Blackrock: Irish Academic Press, 1992; Tom  Johnstone, Orange Green & Khaki, Dublin: Gill and Macmillan, 1992; Jane  Leonard, The Culture of Commemoration, Dublin: Cultures of Ireland, 1996.  

4  Jérôme aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918: War and Politics, Dublin: Irish Academic Press, 2003, voir chapitre 1, “The Church and the War, August 1914-April 1916”, 1-41.

5  Public Record Office, Londres; CO 904/94, « Inspector General’s monthly report, August 1914 ».

6   Keith Jeffery, Ireland and the Great War, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, 7.

7  Patrick Maume, The Long Gestation: Irish Nationalist Life 1891-1918, Dublin: Gill and Macmillan, 1999,100.

8  Pádraig Yeates, Lockout Dublin 1913, Dublin: Gill and Macmillan, 2000, xxi.

9  Ben Novick, Conceiving Revolution: Irish Nationalist Propaganda during the First World War, Dublin: Four Courts Press, 2001, 20.

10  J. aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, op. cit., 13.

11  B. Novick, Conceiving Revolution, op. cit., 21.

12  Mark Tierney, Paul Bowen, David Fitzpatrick, “Recruiting Posters”, in D. Fitzpatrick (dir.), Ireland and the First World War, op. cit., 48 & 54iv.

13  Public Record Office, Londres; CO 904/97, “Inspector General’s report, July 1915”.

14  B. Novick, Conceiving Revolution, op. cit., 21-23.

15  T. Denman, Ireland’s Unknown Soldiers, op. cit., 21-22.

16  George Dangerfield, The Damnable Question, London: Constable, 1977, 131-132.

17  T. Denman, Ireland’s Unkown Soldiers, op. cit., 34.

18  General Sir Bryan Mahon, “The Irish Welter as I found it”, in William G. Fitzgerald (dir.), The Voice of Ireland, Dublin and London: Virtue and company, 1979, 125-126.

19  Public Record Office, Londres; CO 904/99, “Inspector General’s monthly report, January 1916”.

20  John S. Ellis, “The Degenerate and the Martyr: nationalist propaganda and the contestation of Irishness, 1914-1918”, Éire-Ireland, vol. XXXV, III & IV, 14.

21   P. Yeates, Dublin Lockout 1913, op. cit., 53-54.

22  Patrick Callan, “Ambivalence towards the Saxon Shilling”, in Archivium Hibernicum, n° 41, 1986, 100.

23  Quai d’Orsay, Paris; Grande-Bretagne/Irlande, vol. 547, d’Alfred Blanche à Stephen Pichon, 19/02/1918.

24  J. aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, op. cit., 21.

25 Ibid, 21.

26 Idem, voir chapitre 2, “The Rogue bishops”, op. cit., 42-77.

27   B. Novick, Conceiving Revolution, op. cit., 21-22.

28  J. aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, op. cit., 71-72.

29  David W. Miller, Church State and Nation Ireland, 1898-1921, Dublin: Gill and Macmillan, 1973, 317.         

30  J. aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, op. cit., 74.

31 Ibid, 74.

32 Idem, voir chapitre 7, “The Irish College in Rome, 1914-1918”, op. cit., 256-303.

33  B. Novick, Conceiving Revolution, op. cit., 118-119.

34  J. aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, op. cit., voir chapitre 4, “The first French mission”, op. cit., 128-152.

35 Ibid, 192-194.

36 Ibid, 187.

37  P. Maume, The Long Gestation, op. cit., 54.

38  J. aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, op. cit., 189.

39 Idem, voir chapitre 6 ,“The conscription crisis of 1918”, 203-255.

40  Desmond Fitzgerald, Memoirs of Desmond Fitzgerald 1913-1916, London: Routledge & Kegan Paul, 1968.

41  D. George Boyce, “1916, Interpreting the Rising”, in D. George Boyce & O’Day Alan (dirs.), The Making of Modern Irish History; Revisionism and the Revisionist Controversy, London: Routledge, 1997, 175.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Have you any women-folk worth defending?[portrait de femme]Remember the Women of BelgiumJoin to-day.12
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/1980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme aan de Wiel, « Propagande et « contre-propagande » en Irlande pendant la Première Guerre mondiale », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°3 | 2006, 4-16.

Référence électronique

Jérôme aan de Wiel, « Propagande et « contre-propagande » en Irlande pendant la Première Guerre mondiale », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°3 | 2006, mis en ligne le 21 octobre 2009, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/1980 ; DOI : 10.4000/lisa.1980

Haut de page

Auteur

Jérôme aan de Wiel

Dr. (Rheims, France)
Maître de conférences à l’Université de Reims où il enseigne l’histoire irlandaise, britannique et américaine, Jérôme aan de Wiel enseigne actuellement à l’Université de Cork (Irlande). En 2003, il a publié The Catholic Church in Ireland, 1914-1918: War and Politics (Dublin: Irish Academic Press). Il vient de terminer un manuscrit intitulé « The Irish Factor, 1899-1919: Ireland’s strategic and diplomatic importance for foreign powers ». Il a également publié des articles dans Etudes Irlandaises, Guerres mondiales et Conflits contemporains, The Irish Sword, Archivium Hibernicum, History Studies et Intelligence and National Security.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals