Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. IV - n°3De la Grande Guerre à la Seconde ...Entre information et propagande :...

De la Grande Guerre à la Seconde Guerre mondiale

Entre information et propagande : la Grèce dans la presse britannique et française pendant la Première Guerre mondiale

Between Information and Propaganda: Greece in the British and French Press during World War I
Elli Lemonidou
p. 17-28

Résumé

In this article, we present British and French propaganda during the First World War, whose aim was to shape and control, through the press, public opinion in these two countries. First, we examine the role of the official bodies responsible for propaganda, the Ministry of Information in Great Britain and the Maison de la presse in France, and the role of the censorship imposed on the press. This censorship was practised in a different way in the two countries, French censorship being much more rigorous than British. Next, we describe the image of Greece given through the English and French press during the First World War, specifying the events which the newspapers particularly concentrated on. We also mention the kind of information concerning Greek affairs which was banned by the censors. Finally, we present the various propagandist activities of the Greek government, notably its efforts to influence English and French journalistic circles, the subsidies given to newspapers and the creation of telegraphic agencies.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans cet article, nous essaierons de présenter le système d’information sur la Grèce en Grande-Bretagne et en France durant la Première Guerre mondiale. En d’autres termes, il s’agit d’analyser la propagande mise en place dans ces deux pays, en vue de façonner et d’orienter, par le biais de la presse, l’opinion publique britannique et française, concernant la Grèce.

2Dans un premier temps, nous examinerons le rôle des organismes officiels de propagande, tels que le War Propaganda Bureau ou le ministère de l’Information en Grande-Bretagne, et la Maison de la presse en France, ainsi que l’institution de la censure imposée aux journaux. Ensuite, nous essaierons d’analyser l’image de la Grèce à travers la presse anglo-française durant la Grande Guerre, faisant aussi mention de la propagande organisée du côté du gouvernement grec : subventions accordées à la presse des pays occidentaux, actions diverses auprès des milieux journalistiques.

La propagande et la censure en Grande-Bretagne et en France

  • 1  Jacques Driencourt, La Propagande. Nouvelle force politique, Paris, Armand Colin, 1950, 50.
  • 2  Jean-Baptiste Duroselle, La Grande Guerre des Français. 1914-1918, Paris, Perrin, 2002, 255.   

3Le moyen le plus efficace pour façonner et contrôler l’opinion publique durant la guerre est la propagande. Sa systématisation fut instaurée durant la Grande Guerre. Ainsi, d’après Jacques Driencourt : « L’innovation essentielle de la Première Guerre mondiale, ce fut l’intégration officielle, dans le gouvernement de chacun des Etats belligérants, d’un organisme de propagande développé comme un instrument scientifique de combat »1. Jean-Baptiste Duroselle, voulant montrer l’importance de la propagande durant la Grande Guerre, a adopté pour cette guerre le terme « la guerre psychologique », qui est normalement attribué à la Deuxième Guerre mondiale2.

4Au début de la guerre, seule l’Allemagne parmi les pays belligérants, possédait déjà un embryon de propagande, éparpillé en plusieurs services. En revanche, elle n’est pas arrivée à établir une propagande homogène surtout à cause des conflits entre le Haut Commandement et la Wilhelmstrasse. Les autres pays se sont adonnés avec un certain retard à la création de services analogues. Cependant, dans certains cas, on est arrivé à des organismes de propagande excellemment structurés et très efficaces. Ce fut le cas de la Grande-Bretagne, où l’organisation de la propagande a été lente mais elle put aboutir en 1918 à une certaine perfection, grâce à la création d’un ministère de l’Information.

5Durant les premières semaines de la guerre de nombreuses associations, cordonnées par le Central Committee for National Patriotic Organisation, se sont mises à défendre la cause britannique. Cependant, ces activités individuelles ont vite cédé leur place à l’initiative étatique. Lloyd George, Premier ministre depuis décembre 1916, s’était en effet rendu compte de l’influence que l’opinion publique pourrait exercer sur le résultat final de la guerre.

6Ainsi, le gouvernement britannique organisa d’abord le War Propaganda Bureau à Wellington House qui resta, jusqu’en 1916, le seul organisme chargé de la propagande à l’étranger. Parallèlement, il existait un bureau de presse, le Press Bureau, chargé de distribuer les informations aux journaux britanniques, et le Department of Information au Foreign Office, responsable de la promotion de la cause britannique dans le monde entier. Cette dernière organisation fut chargée, par ailleurs, de mener une propagande intense vers les Etats-Unis, ayant pour but d’amener les Américains à fournir de l’aide matérielle aux Alliés et de les entraîner dans la guerre. Cet effort s’est avéré particulièrement efficace.

7La propagande britannique atteignit son point culminant avec la naissance d’un ministère de l’Information, Ministry of Information, en février 1918. Ce ministère était chargé de l’action psychologique sur les pays alliés, neutres, mais aussi ennemis, et œuvrait sous l’autorité directe du Premier ministre et du Cabinet de Guerre. Des personnalités importantes, comme Henry Wickham Steed, directeur de politique étrangère du Times de Londres, et l’érudit R.W. Seton-Watson, dirigeaient le travail. Leur but était surtout de jeter le désarroi dans les rangs des combattants adversaires et dans la population de l’arrière.

  • 3  Michael Sanders and Philip M. Taylor, British Propaganda during the First World War, London, The M (...)

8Cette action fut si efficace, que les désertions augmentèrent sur les fronts allemand et austro-hongrois. L’effondrement ultérieur des forces militaires de la Triplice fut d’ailleurs considéré comme l’œuvre de cette action sur le moral de l’ennemi. La propagande à l’intérieur du pays restait pour la plus grande part la tâche du National War Aims Committee. Ce n’est qu’en septembre 1918 que toutes les activités de propagande furent coordonnées par le Comité de Propagande politique, présidé par Lord Northcliffe, le magnat de la presse anglaise3.

  • 4  J.-B. Duroselle, ibidem, 261.

9En ce qui concerne la France, à la veille de la guerre il n’y avait aucun organe propagandiste. Les premiers organismes chargés spécifiquement de la propagande apparurent grâce à Delcassé. Ainsi, fin août, un Bureau de presse fut créé par Delcassé et rattaché au cabinet du ministre des Affaires étrangères. Il fournissait des informations aux représentants de la presse étrangère ; et depuis février 1915, il faisait diffuser par l’Agence Havas dans les pays neutres des dépêches connues sous le nom de « tractatus »4.

  • 5  Jean-Claude Montant, « Propagande et guerre psychologique : la Maison de la presse » in Histoire d (...)

10A côté de ce bureau, au début de 1915, Etienne Fournol, créa un Office de propagande, « le premier organisme paradiplomatique qui se chargea spécifiquement de la propagande à l’étranger »5. Il correspondait avec les directeurs des instituts français à l’étranger, diffusant des brochures sur les responsabilités de la guerre et les atrocités allemandes, et organisait à son siège des réunions entre personnalités françaises et journalistes étrangers.

11En dehors de ces organismes étatiques, il y avait aussi les diverses initiatives privées de propagande, dont les instigateurs furent, entre autres, les Chambres de commerce, l’Alliance française, le Comité catholique de propagande française à l’étranger, les Comités protestant, israélite ou musulman de propagande, un service spécial nouveau de la Ligue de l’enseignement et le Comité de propagande chez les neutres, créé par des journalistes.

  • 6  J.-C. Montant, La Propagande extérieure de la France pendant la Première Guerre mondiale. L’exempl (...)

12Le ministère de la Guerre a aussi développé ses propres services d’information et de propagande, afin de renseigner et d’influencer l’opinion française et étrangère. Le 3 août 1914, le jour même de la déclaration de la guerre, un bureau de presse fut créé au ministère de la Guerre, s’occupant surtout, comme nous verrons par la suite, de la censure. En novembre 1914, au Grand quartier général, fut installée une Section d’Information, ayant pour rôle de réunir par les Sections d’Information des différentes armées toute la documentation militaire, destinée à être les réponses aux radios ennemies6.

13En février 1915, Millerand créa le Bureau d’Information Militaire etle rattacha à son cabinet. Il était chargé de rédiger des communiqués français et les récits officiels des opérations. Une année plus tard, en janvier 1916, Philippe Berthelot, directeur du cabinet d’Aristide Briand décida de fonder la Maison de la presse, cherchant à concentrer en une seule institution l’ensemble des services d’information et de propagande en France.

14La Maison de la presse organisait son action en trois principaux points : d’abord à l’intérieur, en vue de renforcer l’unité nationale et de prouver au peuple que ses dirigeants étaient capables d’assurer son bien-être. Puis, envers ceux qui se battaient sur le front pour assurer la victoire, et, enfin, envers les neutres, essayant de gagner leur sympathie pour la cause française. Cet organisme comprenait quatre sections : la section diplomatique, la section militaire, une section de traduction et d’analyse de la presse étrangère et une dernière section de propagande. Dès le début, la Maison de la presse se retrouva au centre de polémiques. Plusieurs contestations s’exprimèrent quant à son action. Pourtant, son rôle fut extrêmement important et on lui attribua même après la guerre une partie du mérite dans la victoire des Alliés.

15La presse fut également surveillée pendant la Grande Guerre et soumise à la censure. Mais, la censure en Grande-Bretagne et en France s’exerça de manière différente.

16En Grande-Bretagne, au moment où le conflit éclata, on pensa que comme cela avait été le cas pour la guerre des Boers, au début du siècle, le gouvernement n’imposerait aucune mesure restrictive aux rédacteurs, les jugeant capables de distinguer eux-mêmes ce qu’il était inoffensif de dire au public et ce qui était dans l’intérêt national de cacher. Cependant, dans le cas de la Grande Guerre, on décida très tôt de mettre en place une censure.

  • 7  Jean-Noël Jeanneney, Une histoire des Médias. Des origines à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, (...)

17Un bureau de presse, le Press Bureau, était chargé du contrôle des télégrammes, mais on refusa la censure préventive des journaux. Le gouvernement donna un certain nombre d’instructions aux journalistes, avec la seule menace d’une saisie, s’ils les violaient. Cette menace fut le plus souvent suffisante pour maintenir la presse dans la limite des normes voulues par le gouvernement. Beaucoup de journaux même, « par un souci de prudence à la fois patriotique et commerciale », lorsqu’ils avaient un doute, venaient spontanément soumettre les morasses de leurs articles au bureau de presse, afin d’être rassurés qu’il n’y avait aucune objection à la sortie des articles7.

  • 8  Georges Weill, « Les gouvernements et la presse pendant la guerre », Revue d’histoire de la guerre (...)

18Si, en Grande-Bretagne, les journalistes jugeaient eux-mêmes ce qui devait être contrôlé, en France, on était obligé de tout soumettre à une censure rigoureuse et tatillonne. Le gouvernement français se justifiait en expliquant que la presse française était plus indocile qu’ailleurs, et qu’il y avait à réprimer les tentatives de tout un groupe de feuilles défaitistes, comme Le Journal du Peuple ou Le Bonnet Rouge, absentes outre-Manche8.

19La censure en France fut imposée par la loi votée le 5 août 1914, « destinée à réprimer les indiscrétions de la presse en temps de guerre ». Mais très vite, dès septembre 1914, cette censure donna naissance à une censure politique en marge du droit, permettant ainsi au gouvernement d’orienter l’opinion publique, en contrôlant ce qui pouvait être dit et ce qui ne le pouvait pas, et en supprimant toute critique gênante.

20Le bureau de presse, dépendant du ministère de la Guerre, était responsable de la censure. Il se composait de trois sections : quotidiens, périodiques et télégrammes, s’appuyant sur un système de double censure, à la fois militaire et civile, à Paris et en province. La presse quotidienne faisait l’objet d’une lecture par trois équipes, se succédant toutes les douze heures sans interruption. Les morasses des journaux étaient apportées au bureau de presse par des cyclistes attachés à chaque journal, et ensuite réparties entre les cinq à six censeurs de chaque équipe.

  • 9  Paul Gsell, « A propos de la censure », La Revue de Paris, juillet 1915, 136-153. Censeur lui-même (...)

21Les censeurs indiquaient tout ce qu’ils désiraient voir enlevé et les journaux devaient se conformer aux ordres reçus. Toutes les pages, sauf la dernière, devaient absolument être soumises aux censeurs, avant l’heure d’aller à l’imprimerie. La dernière page était envoyée par un cycliste et dans la demi-heure suivant sa réception, la censure appelait les journaux pour indiquer ce qu’il fallait enlever9. Outre le bureau de  presse, les commissions de contrôle de presse complétaient le dispositif dans les 21 régions militaires françaises.

L’image de la Grèce dans la presse britannique et française

22L’arme essentielle de la propagande durant la Grande Guerre fut la presse. La presse restait, en effet, le seul moyen pour informer la population dans les pays occidentaux sur la Grèce et l’inciter à s’intéresser aux affaires de ce pays si éloigné.

23Durant les premiers mois de la guerre, les affaires grecques n’étaient pas le centre d’intérêt des journaux franco-britanniques qui avaient d’autres préoccupations, beaucoup plus urgentes : la bataille de la Marne, les problèmes d’armement ou d’alliances. C’est après une série d’événements qu’on commença à s’occuper de la Grèce : la chute, en mars 1915, du Premier ministre grec Vénizélos, l’échec des Dardanelles, l’entrée en guerre de la Bulgarie, le débarquement des troupes alliées à Salonique et l’écrasement de la Serbie.

24C’est à ce moment que l’on commença à avoir besoin de la Grèce. On ne voulait pas que le pays bascule dans le camp adverse, et il fallait agir méthodiquement sur le public en ce sens. Mais c’est surtout après le débarquement des troupes alliées à Salonique et la deuxième démission de Vénizélos, en octobre 1915, que les journaux commencèrent à s’occuper de manière passionnée des affaires grecques, en y consacrant quotidiennement des colonnes entières de leurs unes.

25Avant de continuer, il est nécessaire de donner une brève exposition des événements les plus importants qui se sont déroulés en Grèce durant la guerre. Eleuthérios Vénizélos, Premier ministre, était l’homme de l’Entente. A l’opposé, se trouvait Constantin, le roi de Grèce. Il était le beau-frère du kaiser, Guillaume II, et un grand admirateur de la culture germanique. En mars 1915, une première démission de Vénizélos eut lieu, le roi ayant refusé la participation du pays aux opérations alliées aux Dardanelles. Vénizélos reprit le pouvoir en juin 1915, mais démissionna pour la deuxième fois, le 5 octobre 1915, quelques heures après les premiers débarquements des troupes franco-britanniques à Salonique, à cause d’un nouveau refus du roi d’entrer en guerre. Il fut remplacé, dans un premier temps, par Zaïmis, puis par Scouloudis, ardent anti-vénizéliste. Dès lors, l’image de la Grèce changea radicalement.

26Début octobre 1916, Vénizélos se rendit à Salonique pour former un gouvernement provisoire et la Grèce se trouva partagée en deux. Une période de tension commença au sujet des relations de l’Entente avec le roi de Grèce, qui atteignit son sommet avec les événements du 1er décembre 1916, quand les soldats grecs tirèrent, sur ordre du roi, sur un détachement de marins français qui venait d’être débarqué à Athènes. Il y eut de part et d’autre de nombreux morts. Ces événements fâcheux débouchèrent sur la phase finale de la crise grecque, entraînant le détrônement de Constantin, le 12 juin 1917, la formation d’un gouvernement de Vénizélos et l’entrée de la Grèce en guerre, en fin juin 1917.

27La presse britannique et française relata les événements en trois étapes:

281) La première fut, en octobre 1915, quand les troupes franco-britanniques, retirées des Dardanelles, commencèrent à débarquer à Salonique. L’objectif fut de porter secours à la Serbie, menacée d’une puissante offensive germano-autrichienne. Durant les premiers jours, les journaux accordèrent une place modeste à l’événement, mais dans les jours suivants, les articles de fond furent nombreux.

29D’abord, on soutint qu’il était temps pour les Alliés d’entreprendre une action énergique dans les Balkans : c’était très bien d’aller en Grèce et on a eu bien tort de ne pas le faire plus tôt. Les rédacteurs, que ce soit des journaux de gauche ou de droite, adoptaient des positions pratiquement identiques. Ainsi, Marcel Cachin écrivait dans L’Humanité du 13 octobre 1915 : « il est imprudent de faire en cet Orient troublé de la diplomatie de sentiment. Là-bas, ce n’est pas la morale, le bon sens, ni même l’intérêt national bien compris qui comptent : c’est la force seule devant laquelle chacun s’incline ». De la même manière, le nationaliste L’Echo de Paris du 6 octobre soutenait : « Du passé et du présent, tirons au moins un enseignement. Dans les Balkans en pleine guerre, négocier est vain. Il faut agir, il faut frapper ».

30Un deuxième souci des rédacteurs fut de démontrer qu’on ne pouvait guère considérer le débarquement de Salonique comme une violation de la neutralité grecque et l’assimiler, par conséquent, à la violation de la neutralité de la Belgique. Le Temps, pendant plusieurs jours consécutifs du mois d’octobre, consacra son Bulletin du Jour à cette question. Dans son édition du 9 octobre 1915, on écrivait : « La neutralité grecque n’a été violée ni en fait ni en droit. On ne saurait qualifier de violation de territoire notre débarquement à Salonique, qui s’est effectué avec le concours des autorités hellènes et avec l’assentiment du roi et du gouvernement […] Quant à la population, elle montre toute la joie et toutes les espérances que la vue des uniformes français fait naître en elle. ».

312) Le deuxième événement concerne les jours suivant l’affrontement du 1er décembre 1916, à Athènes, entre soldats grecs et marins français. Toute la presse britannique suivit en détails l’évolution de la situation en Grèce, et en fut parfaitement informée. Le Daily Telegraph du 7 décembre écrivait : « Les scènes auxquelles nous assistâmes hier à Athènes rappellent les récits historiques que nous avons lus de l’extermination des huguenots à Paris, le jour de la Saint-Barthélémy ».

32En revanche, la presse en France fut très mal informée de ce qui se passait en Grèce. Pourtant, elle consacra de longs articles à l’événement, dénommé « le guet-apens d’Athènes ». On demandait la punition exemplaire du pays : « c’est la réputation de la France que l’ennemi a voulu atteindre. Défendons notre honneur. Vengeons nos morts [...] Toute indulgence serait un encouragement à l’ennemi », écrivait L’Echo de Paris du 3 décembre 1916. Le blocus sévère imposé à la Grèce, était ainsi justifié d’après Le Matin du 8 décembre : « Après l’attentat indigne commis contre nos marins, personne ne saurait s’étonner que nous employions ce moyen énergique pour obtenir les réparations qui nous sont dues ».

33La responsabilité pour cet imbroglio incombait aux agents allemands en Grèce, le premier desquels était le roi du pays : « Le roi Constantin ne représente plus la Grèce. Il n’est que le serviteur de l’Allemagne, écrivait Le Temps du 10 décembre, précisant que « la vraie Grèce » était désormais autour de Vénizélos, à Salonique. Stephen Pichon recommandait ainsi dans Le Petit Journal du 17 décembre : « Tenons pour ce qu’il vaut le gouvernement d’Athènes et prenons contre lui toutes les précautions que nécessite une situation qui n’a jamais été plus obscure et plus remplie de dangers ».

  • 10  Le diminutif du nom « Constantin », utilisé de manière ironique.

343) Le troisième événement qui attira l’attention de la presse anglo-française se  situe au mois de juin 1917. Le sénateur Charles-Célestin Jonnart arriva en Grèce avec le titre de Haut-commissaire des Puissances, et obligea le roi Constantin à abdiquer le 12 juin. Les journaux en Grande-Bretagne et en France se félicitèrent de cette exécution accompagnée de l’exil de Constantin et de toute sa famille. Le Times du 14 et du 15 juin suivirent heure par heure les événements, tandis que le Daily Mirror annonçait dans le titre de son article du 14 : « Tino10 abdique. La fin du rôle du roi de Grèce comme traître ».

35L’Humanité du 13 juin 1917 écrivait ainsi : « l’abcès grec vient enfin d’être crevé ». Le Petit Journal, également du 13, soucieux de justifier cette nouvelle initiative alliée, expliquait : « [Nos résolutions] ne constituaient aucune atteinte à la neutralité grecque, mais répondaient à nos obligations de puissances garantes de la liberté constitutionnelle dans le royaume. Elles s’inspiraient, en même temps, du souci d’assurer la sécurité de notre armée de Salonique […] et de châtier les criminels qui en ont la responsabilité, si haut placés qu’ils puissent être ». Par ailleurs, le Temps estimait dans son Bulletin du Jour du 14 juin : « On n’a pas besoin de justifier la chute de Constantin. Il a pris soin de la justifier lui-même, pendant plus de deux ans, en étalant comme des bravades toutes ses illégalités et toutes ses trahisons ».

36Il est possible de connaître en détail les contraintes auxquelles la presse française fut soumise durant la guerre, les consignes données par la censure aux journaux étant conservées aux archives du Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT) et de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC). Nous pouvons ainsi procéder à une étude systématique des sujets sur lesquels portent ces consignes et examiner par conséquent, la politique du gouvernement français concernant la censure sur la Grèce.

37Le débarquement des Alliés à Salonique, le nombre d’effectifs débarqués, et l’action de l’armée d’Orient constituent les thèmes principaux de la censure militaire. Pendant plusieurs mois, cette censure surveilla strictement les informations portant sur l’insuffisance numérique du corps expéditionnaire, qui pourrait permettre aux Allemands d’intimider les neutres et de mettre en danger l’armée de Sarrail. Tout renseignement sur les difficultés rencontrées par les soldats de l’armée d’Orient fut également interdit.

  • 11  Marcel Berger et Paul Allard, Les Secrets de la censure pendant la Guerre, Paris, Éditions des Por (...)

38Quant à la censure diplomatique, les registres examinés font preuve d’une nuée d’informations censurées ayant pour thème la politique de l’Entente en Grèce, les relations entre la France et la Grèce et leurs pourparlers diplomatiques. Marcel Berger et Paul Allard, censeurs eux-mêmes durant la Grande Guerre, témoignent : « Et la Grèce ! C’est ce petit peuple qui, d’un bout à l’autre de la guerre, "empoisonnera" le plus la Censure »11. Plus précisément, nous pouvons distinguer trois catégories d’informations politiques visées :

  1. les attaques ou les menaces contre le roi et les gouvernants grecs,

  2. les informations sur l’attitude autoritaire des Alliés en Grèce,

  3. les renseignements sur les échecs de la politique alliée dans les Balkans, ainsi que toute prévision pessimiste concernant l’avenir des relations de l’Entente avec la Grèce.

La propagande grecque auprès des milieux journalistiques

39Tout au long de la Première Guerre mondiale, le gouvernement grec n’a pas réussi à mettre sur pied un système de propagande organisé, comme cela fut le cas pour les autres pays belligérants. Le seul organisme de nature propagandiste existant, était un bureau de presse à Athènes, créé à la fin de l’année 1912, qui, néanmoins, n’avait développé aucune action depuis la fin des guerres balkaniques. De surcroît, dans les légations grecques à l’étranger, il n’existait aucun bureau de presse, le premier étant créé à Londres, juste après la fin de la guerre. Ainsi, ce ne sont que des actions sporadiques de nature propagandiste que nous allons présenter par la suite.

40En Grande-Bretagne, la propagande grecque avait pour concurrent principal la propagande pro-bulgare. La Bulgarie fut le premier pays balkanique à organiser une propagande intensive en Occident, bien avant la Première Guerre mondiale. Les propagandistes grecs constataient souvent que la propagande grecque arrivait en retard dans les pays occidentaux, et qu’elle aurait pu être organisée beaucoup plus tôt.

41Dans le camp des rédacteurs britanniques pro-Bulgares il y avait notamment le journaliste socialiste H. N. Brailsfort, jadis chaleureux philhellène, James David Bourchier, correspondant du Times dans les Balkans depuis 1888, les frères Noël et Charles Buxton, le journaliste Leese. Dans le camp des pro-Grecs, nous pouvons citer l’universitaire Ronald Burrows, l’homme d’affaires Sir Arthur Crosfield, les journalistes J. Saxon Mills et Crawfurd Price, correspondant du Daily Chronicle à Athènes. Ces personnalités étaient soutenues par l’agence Reuter et par des journaux conservateurs, tels que le Times, le Morning Post et le Daily Telegraph.

  • 12  AYE, 1915, Γ, Romanos, ministre grec à Paris, à Vénizélos, 4326 du 10/12/1914 et AYE, 1915, A, Sco (...)

42En France, les journaux que la Grèce influençait durant la guerre étaient Le Temps et Le Journal des Débats, et, dans une moindre mesure, Le Figaro et Le Gaulois d’Arthur Meyer. Avec le Temps, il y avait un accord entre la légation grecque et Edgar Roch, administrateur du journal : le journal devait publier toutes les informations fournies par la légation. En échange, il recevait des télégrammes gratuits de la Grèce et il bénéficiait d’une subvention de la part du gouvernement grec12.

  • 13  Dimitri Kitsikis, « Les rapports du Temps avec le gouvernement grec dans l’entre-deux guerres », R (...)

43Enfin, il convient de mentionner le rôle décisif pour le soutien de la cause grecque de deux agences télégraphiques : l’Agence des Balkans et l’agence Radio. La première fut créée, en 1913, par Edgar Roels, rédacteur du Temps, sur contrat signé avec le gouvernement grec. Elle publiait les informations politiques, économiques et financières de toute nature qui lui étaient fournies par le gouvernement grec13. Quant à l’agence Radio, elle fut fondée à la fin décembre 1915, avec l’argent du richissime grec, pro-vénizéliste, Basil Zaharoff. Elle alimentait la presse grecque avec des nouvelles conformes aux intérêts français, et elle fournissait aux journaux occidentaux des renseignements sur les pays balkaniques et la Grèce.

44Nous avons ainsi essayé de présenter dans ses grandes lignes l’organisation de l’information en Grande-Bretagne et en France concernant la Grèce, qui a été, en grande partie, le résultat de la propagande mise en place par les gouvernements respectifs. Cette propagande réussit à influencer l’esprit et le cœur du public britannique et français, devenant de cette manière une technique de manipulation, inventée durant la Grande Guerre, et perfectionnée dans les années qui suivirent.

Haut de page

Bibliographie

BERGER Marcel et ALLARD Paul, Les Secrets de la censure pendant la Guerre, Paris, Éditions des Portiques, 1932.

DRIENCOURT Jacques, La Propagande. Nouvelle force politique, Paris, Armand Colin, 1950.

DUROSELLE Jean-Baptiste, La Grande Guerre des Français. 1914-1918, Paris, Perrin, 2002.

GSELL Paul, « A propos de la censure », La Revue de Paris, juillet 1915, 134-153.

JEANNENEY Jean-Noël, Une histoire des Médias. Des origines à nos jours, Paris, Seuil, janvier 1996 et avril 2000.

KITSIKIS Dimitri, « Les rapports du Temps avec le gouvernement grec dans l’entre-deux guerres », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet - septembre 1968, 512-534.

MESSINGER Gary S., British propaganda and the state in the First World War, Manchester, Manchester University Press, 1992.

MONTANT Jean-Claude, La propagande extérieure de la France pendant la Première Guerre mondiale. L’exemple de quelques pays neutres européens, thèse, Paris I, 1988.

MONTANT Jean-Claude, « Propagande et guerre psychologique : la Maison de la presse » in Histoire de l’administration française. Les Affaires étrangères et le corps diplomatique français, tome II : 1870-1980, Paris, Éditions du CNRS, 1984, 334-345.

SANDERS Michael and TAYLOR Philip M., British Propaganda during the First World War, London, The Macmillan Press Ltd., 1982.

WEILL Georges, « Les gouvernement et la presse pendant la guerre », Revue d’histoire de la guerre mondiale, XI, année 1933, 97-118.

Haut de page

Notes

1  Jacques Driencourt, La Propagande. Nouvelle force politique, Paris, Armand Colin, 1950, 50.

2  Jean-Baptiste Duroselle, La Grande Guerre des Français. 1914-1918, Paris, Perrin, 2002, 255.   

3  Michael Sanders and Philip M. Taylor, British Propaganda during the First World War, London, The Macmillan Press Ltd., 1982, 65-97; Gary S. Messinger, British Propaganda and the State in the First World War, Manchester,Manchester University Press, 1992, 144-183.

4  J.-B. Duroselle, ibidem, 261.

5  Jean-Claude Montant, « Propagande et guerre psychologique : la Maison de la presse » in Histoire de l’administration française. Les Affaires étrangères et le corps diplomatique français, tome II : 1870-1980, Paris, Éditions du CNRS, 1984, 337.

6  J.-C. Montant, La Propagande extérieure de la France pendant la Première Guerre mondiale. L’exemple de quelques pays neutres européens, thèse, Université Paris I, 1988, 419, 422.

7  Jean-Noël Jeanneney, Une histoire des Médias. Des origines à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, janvier 1996 et avril 2000, 124-125.

8  Georges Weill, « Les gouvernements et la presse pendant la guerre », Revue d’histoire de la guerre mondiale, XI, année 1933, 105 et Jean-Noël Jeanneney, Une histoire des médias. Des origines à nos jours, Paris, Seuil, janvier 1996 et avril 2000, 126.

9  Paul Gsell, « A propos de la censure », La Revue de Paris, juillet 1915, 136-153. Censeur lui-même, Gsell essaye de fournir des détails sur le travail des censeurs et d’introduire le lecteur dans la familiarité de la censure.

10  Le diminutif du nom « Constantin », utilisé de manière ironique.

11  Marcel Berger et Paul Allard, Les Secrets de la censure pendant la Guerre, Paris, Éditions des Portiques, 1932, 35-36.

12  AYE, 1915, Γ, Romanos, ministre grec à Paris, à Vénizélos, 4326 du 10/12/1914 et AYE, 1915, A, Scouloudis à Romanos, 12492 du 27/11/1915. [AYE Archives du ministère des Affaires étrangères de Grèce]

13  Dimitri Kitsikis, « Les rapports du Temps avec le gouvernement grec dans l’entre-deux guerres », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet - septembre 1968, 522-523.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elli Lemonidou, « Entre information et propagande : la Grèce dans la presse britannique et française pendant la Première Guerre mondiale », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°3 | 2006, 17-28.

Référence électronique

Elli Lemonidou, « Entre information et propagande : la Grèce dans la presse britannique et française pendant la Première Guerre mondiale », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°3 | 2006, mis en ligne le 21 octobre 2009, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/1982 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.1982

Haut de page

Auteur

Elli Lemonidou

(Paris IV, France)
Elli Lemonidou prépare un doctorat en Histoire des Relations Internationales à l’Université de Paris IV-Sorbonne. Sa thèse porte sur « La Grèce vue de la France durant la Première Guerre mondiale : entre censure et propagandes ». Ses centres d’intérêt sont les relations diplomatiques et culturelles entre la Grèce, la France et l’Angleterre durant les guerres balkaniques et la Première Guerre mondiale. Elle a publié des articles dans des revues historiques françaises et grecques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search