Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. IV - n°3La Seconde Guerre mondialeLa propagande arabe anglaise vers...

La Seconde Guerre mondiale

La propagande arabe anglaise vers le Maghreb pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1943)

British Arabic Propaganda towards North Africa in the Second World War (1939-1943)
Fayçal Cherif
p. 91-108

Résumé

In the context of Second World War and its impact in North Africa, propaganda destined for Arab populations takes multiform aspects: radio, newspapers, leaflets, etc.. The propaganda conducted by Great Britain through the BBC, making use of the Arabic language, began in 1939. Programmes from Radio London were in fact an answer to German radio propaganda which had great success in North Africa. During the brief war operations in Morocco, Algeria and Tunisia, from 8 November 1942 to 13 May 1943, this propaganda tried to show and to improve the image of different combatants and to convince Arabs of the justice of their cause. A weekly newspaper published by Great Britain, “Akhbar al Ousbou” (or Weekly Information), was exclusively reserved for the governmental authorities. During the North Africa campaign (Torch), the Royal Air Force dropped leaflets in Arabic, trying to explain their war aims and to secure the support of the population. This article examines the developing of British Arabic propaganda and seeks to measure its degree of success or failure in the face of other subversive propaganda particularly from Germany and Italy and especially its impacts on the North African populations from 1939 till May 1943.

Haut de page

Entrées d’index

Index thématique et géographique :

Grande-Bretagne, Great Britain, histoire, history, Maghreb, media, médias, société, society
Haut de page

Texte intégral

Prélude

1Avant même le déclenchement officiel des hostilités, la Seconde Guerre mondiale avait débuté par une guerre psychologique. Les années 1930 connurent une véritable révolution dans les moyens de communication, particulièrement la radio qui transcendait les frontières et les barrières linguistiques. Le Maghreb était une cible privilégiée des propagandes tant des Alliés que de l’Axe. Ce territoire était ainsi soumis à la fois aux convoitises italiennes et allemandes et les vieilles puissances coloniales : la France et l’Angleterre ne voulaient céder en rien de leurs acquis. Les populations maghrébines n’étaient majoritairement pas scolarisées, l’enseignement coranique et religieux forgeait en grande partie les « structures mentales » et l’ « identité collective » des populations musulmanes. La connaissance des langues étrangères n’était accessible qu’à une infime minorité de la population. Ainsi, toute propagande ne faisant pas usage de la langue originelle du pays était certainement vouée à l’échec car tout simplement incompréhensible et inaccessible aux coutumes et aux mœurs de ces pays. Ceci explique le recours des pays belligérants à la langue arabe dans leur propagande.  

2Pour la réalisation des projets de guerre, chaque camp s’ingéniait à trouver les supports nécessaires qui lui offriraient la réussite. La propagande radiophonique avait, à n’en pas douter, tous les moyens de toucher les diverses « couches » des populations. Elle eut recours pendant cette période cruciale outre l’usage de la langue arabe, aux bulletins d’analyse, aux chants, aux émissions artistiques et littéraires, aux témoignages de prisonniers, aux prêches d’hommes religieux musulmans, aux émissions pour enfants ainsi qu’à quelques cours d’histoires et de civilisation. Ces thèmes pouvaient susciter un lien affectif en faisant état de l’éternel lien entre l’Islam et le christianisme ou en faisant rappel de la continuité historique entre les deux rives de la Méditerranée ou en magnifiant, de façon sous-jacente, l’œuvre de la civilisation romaine  (l’Africa romana) afin de créer un lien objectif du Mare Nostrum : berceau de la civilisation humaine avec la Mésopotamie. Ce thème était particulièrement cher à Mussolini qui n’a pas hésité à s’ériger en épée de l’Islam : c’est-à-dire défenseur du monde musulman contre les impies. Le respect dû aux traditions de l’Islam, des notions vagues de liberté et d’autodétermination trouvaient aussi un large espace dans ce qu’on peut appeler « la propagande politique et religieuse » ; deux fondements qui forment les ferments essentiels de la personnalité des peuples arabes.

3Le contexte était complexe en raison de  la rivalité sans cesse grandissante entre le bloc de l’Allemagne hitlérienne, l’Italie mussolinienne et le Japon, d’une part, et l’Angleterre, la France et les Etats-Unis de l’autre. C’est donc un jeu d’intérêt qui se prolongea de l’Europe continentale vers la Méditerranée du Sud. A plus grande échelle, l’approvisionnement en matières premières, en pétrole, le contrôle des passages stratégiques, précipitaient les alliances et les marques de sollicitudes les plus manifestes de ces États envers des pays reconnues comme vitalement « intéressants » sur l’échiquier économique, stratégique et militaire. Les buts de guerre étaient, sans aucun doute,  étroitement liés aux formes et aux contenues des propagandes.

4Les émissions radiophoniques devaient toucher à la fois la raison, la sensibilité, l’imagination et l’amour propre des populations arabes. La consigne de base étant point de discours rationnel, tout se jouait sur des slogans simples et mobilisateurs s’adressant d’abord à  l’évocation des thèmes qui rassemblent et jamais ceux qui partagent sauf bien sûr quand il s’agit d’abattre l’adversaire : le dénigrement devient alors systématique. Les informations devraient être d’ordre général : tel ministre a visité tel endroit, actes d’allégeances, alliances diplomatiques et militaires, pertes de l’ennemi, effort de guerre pour libérer le monde de la barbarie de l’adversaire. Si bien que l’information apparemment neutre passe à devenir de la désinformation : n’est-ce pas le rôle attribué à la propagande de guerre que de s’ériger en pays libérateur, juste, équitable et de représenter l’adversaire comme ennemi héréditaire et inhumain par nature ?

Tensions de guerre : la place de la propagande

5Aux vues de la parfaite maîtrise allemande de l’outil de propagande envers le monde arabe, les autorités françaises refusèrent justement d’y recourir la considérant comme étant un apanage digne des Etats totalitaires. D’ailleurs, le terme de propagande était récusé par les Autorités françaises, et la conception de « propagation de fausses nouvelles » fit usage courant dans les milieux officiels et administratifs. A cet effet, les autorités de protectorat au Maroc et en Tunisie édictèrent une série de mesures répressives dès le déclenchement des hostilités afin de parer à toute influence des propagandes étrangères, particulièrement allemande qui était, il faut dire la plus virulente et la plus efficace. C’était le cas aussi en Algérie, considéré comme un prolongement naturel de la Métropole, les mesures de contrôle de l’information étaient des plus strictes. Au-delà de la censure établie de facto dans la formule « taisez- vous, méfiez-vous », un service général de l’information relevant directement du Commissaire Résident général avait les prérogatives de déterminer toutes les mesures à prendre en vue de « réglementer le contrôle général de l’information » en temps de guerre. Les imprimés, dessins, ou écrits destinés à la publication, les émissions radiophoniques, et les projections et documents photographiques ou cinématographiques étaient strictement contrôlés par ce service.

6La censure était devenue une pratique habituelle, si bien qu’il y eut un rapide passage à l’autocensure, l’explication qui suit joint à la fois finesse et ironie :

  • 1  « L’Information Marocaine » du 29 septembre 1939, Cité dans Bulletin du Comité de l’Afrique França (...)

Au point de vue censure, (nous donnons) ce témoignage emprunté à l’Information Marocaine (29 septembre 1939) : Ceux qui lisent les journaux français doivent s’étonner de coups de ciseaux de la censure alors qu’au Maroc il n’en est pas ou presque pas : les journaux apparaissent toujours complets. Cela ne veut pas dire que la censure n’existe pas […] mais on le fait mieux et d’une façon intelligente ; le rédacteur sait très vite ce qu’il faut dire et ce qu’il ne faut pas dire […] Avec cette forme intelligente du contrôle, nous avons des journaux normaux. Allons ! Le Maroc, même au point de vue censure, reste l’Empire fortuné ! 1.

7La Grande-Bretagne, force coloniale majeure sur l’échiquier mondial, décida d’entrer dans cette « propagande de guerre » dans le simple but d’expliquer sa politique, sa position et les idéaux qu’elle prétendait répandre dans le monde arabo-musulman. Quels étaient la forme et le contenu de sa propagande ?  Dans quelles mesures a-t-elle atteint ses buts et ce aux regards de l’impact provoqué auprès des populations nord-africaine ?  

Les débuts de la propagande arabe anglaise vers le Maghreb : la radio

  • 2  Annuaire statistique de la Tunisie 1940-1946, p.13. Il était question d’insérer le recensement de (...)

8Si les émetteurs des radios allemandes à ondes courtes étaient les plus perfectionnés du monde, dès 1933, un ministère entier dirigé par Goebbels fut érigé en Allemagne pour le besoin de l’information et la propagande. L’Angleterre qui se sentait assurément dépassée aux regards que pouvait susciter une propagande « intelligente » contre ses intérêts coloniaux, avait pour sa part initié une propagande spécifique aux pays arabes par la voix de la BBC. Cette prise de conscience, quoique survenue tardivement, annonçait sans doute  l’ampleur des événements politiques et le travail de fonds exercé par les pays totalitaires en vue de mobiliser les esprits. Les émissions arabes de la BBC avaient été inauguré dès 1939 eu égard  à la virulence et l’efficacité de la propagande allemande. Pour sa part, soucieuse d’endiguer les effets néfastes de la propagande italienne et allemande, la France recourait systématiquement au brouillage et interdisait l’écoute des radios étrangères en public (dans les cafés, les boutiques, les salons de coiffure, etc.). Dès la déclaration des hostilités et comme acte préventif envers la colonie  italienne de Tunisie,  les postes TSF de la communauté italienne furent confisqués (près de 96.289 italiens résidaient en Tunisie contre 108.068 français, sur une population musulmane de 2.265.750 individus). En l’occurrence, la communauté anglaise d’Afrique du Nord était généralement peu nombreuse. En Tunisie, toujours en 1936, on dénombre 3.569 individus vivant sous la dénomination d’ « autres européens ». On présume que les Britanniques étaient peu nombreux sauf la communauté maltaise de Tunisie, dont la plupart jouissait de la nationalité britannique, ils étaient au nombre de 7.279 individus.2

9 Mais les populations avides d’informations sur l’évolution de la guerre, s’ingéniaient à trouver un moyen de contourner le brouillage et enfreindre à la loi en vigueur. Plusieurs personnes assidues aux émissions radiophoniques allaient puiser l’eau de mer dans des bouteilles afin de pouvoir capter les radios brouillées, particulièrement « Radio Berlin » qui avait acquis une large audience parmi les populations maghrébines.

10Si l’on compte une moyenne de 1 poste TSF pour 1000 habitants au Maroc et en Tunisie, un peu plus en Algérie vu l’importance des communautés européennes, on peut imaginer l’impact certain de la propagande. Car il est de tradition dans les pays d’écouter les radios dans les cafés maures. Ainsi, et en dépit du brouillage systématique surtout des radios allemandes et italiennes, les nouvelles étaient colportées et répandues très facilement par la fameuse verve orientale : « le téléphone arabe ». Le problème de l’illettrisme ne se pose pas à la radio à la différence des journaux ou de toute forme de propagande écrite, voire iconographique (images, caricatures). La simplicité de la réception du message est telle que la certitude de répandre le discours est sûre de trouver un écho, surtout si les émissions sont diffusées dans des dialectes locaux ou en arabe classique.

11A la faveur de la proximité de Gibraltar, l’effort anglais de propagande était consenti plus vers le Maroc. L’Algérie et la Tunisie étaient loin de l’influence britannique, et durant cette phase (septembre 1939-juin 1940) où la Grande-Bretagne et la France étaient alliées, il n’était pas question de mener une action « subversive » dans les colonies de la voisine. La Radio britannique sous l’égide de « Radio Londres » devait selon les dirigeants politiques, se rapprocher des préoccupations des populations maghrébines. L’effort de propagande envisagée s’est redoublé envers l’Afrique du Nord surtout après la rupture des relations diplomatiques entre le Gouvernement de Vichy et la Grande-Bretagne le 3 juillet 1940. Les émissions de Londres devaient (selon les directives vichyssoises) être combattues, car elles devenaient de plus en plus menaçantes. Le nouvel ordre instauré depuis peu en France, s’est rendu compte des lacunes de la communication française en matière de propagande :

  • 3  Archives du Quai d’Orsay, Série P : Vichy-Tunisie, Dossier 23, du Vice-Amiral Olive au Secrétaire (...)

J’écoute personnellement les émissions radiophoniques françaises […] malgré la correction avec laquelle sont en général traitées les questions choisies, notre propagande manque de flamme, de conviction et souvent d’objectivité. Elle n’est en aucune façon conçue pour guider l’opinion de la masse à l’heure même où celle-ci est l’objet de sollicitations les plus pressantes, les plus tendancieuses et plus dénuées de scrupules de la part des radiophonies étrangères et des émissions britanniques3.

12Le brouillage, qui fut systématique à l’égard de Radio Berlin depuis septembre 1939, s’est dirigé vers Radio Londres. Les informations durant cette période de censure de la radio anglaise n’ont guère évolué, elles étaient restées sur le terrain de la pure information diplomatique et des nouvelles du front qui intéressent, il faut dire, peu les auditeurs maghrébins. Tous les jours à 19 heures, des émissions en arabe dialectal étaient émises reprenant, sans la moindre imagination, les mêmes informations divulguées en anglais.

13 En récapitulant quelques émissions de Radio Londres, on remarque la platitude des émissions et le manque d’intérêt aux préoccupations des populations nord-africaines. Ainsi, dans l’émission du 29 août 1940, une causerie est donnée par le Docteur Hussein sur  « le courage dans la littérature arabe ». Taha Hussein, homme de lettres illustre dans le monde arabe, donnait quelques cours sur la littérature arabe à cette même radio. On pouvait également écouter des informations concernant :

  • les raids britanniques sur l’Allemagne ; l’Italie et la partie de la France occupée ;

  • un communiqué du Ministère de l’Air ;

  • une nouvelle alerte a duré 3 heures à Berlin ;

  • le bombardement d’usines italiennes en dépit du mauvais temps ;

    • 4  Archives Marocaines (Al Khizana al Amma), Direction des Affaires Politiques, compte rendu quotidie (...)

    un communiqué de l’Amirauté anglaise.4

14Au moment du débarquement allié en Afrique du Nord, les émissions quotidiennes les plus importantes en langue arabe de la BBC, et en l’occurrence Radio Londres, dans la semaine du 15 au 22 novembre 1942, étaient  les suivantes :  

  • l’amitié des musulmans de Pologne ; (dimanche 15 novembre à 18h15) horaire de Tanger ;

  • la rencontre entre Gent Nassib Aboud de l’armée canadienne et Aïssa Khalil al Sabbagh (dimanche 15 novembre 18h30) ;

  • le lundi 16 novembre à 18h02 émission pour enfants (Ziad qui obéit aveuglément) présentée par Mlle Tafida Hassen Afifi (égyptienne) ;

  • le jeudi 19 novembre à 18h15 horaire du Caire, chanson de Mlle Hayet Mohammed […]

15La programmation suivie étant classique et axée plus sur le facteur culturel qui lie la Grande-Bretagne à ses colonies, elle mettait en exergue le respect des traditions musulmanes tout en évoquant les nouvelles des fronts, les victoires remportées, ou l’alliance de tel ou tel autre pays à la coalition contre l’Axe. Les causeries et les présentateurs d’émissions étaient en majeur partie égyptiens, ce qui attire peu les auditeurs maghrébins. La différence est de taille entre les réalités orientales et maghrébines, à ce titre Radio Berlin était beaucoup plus habile à trouver les supports affectifs qui séduisaient les populations du Maghreb. Nous sommes loin ici de faire une étude comparative exhaustive, qui serait certes très instructive afin de démontrer l’ampleur de la guerre des ondes pendant cette période et les différences de stratégies entre les différents pays.

16Des dispositions ont été prises lors du débarquement allié en Afrique du Nord, informant les auditeurs qu’à partir du 2 novembre 1942, il a été institué une programmation spéciale débutant de 5h45 à 6h30 du matin horaire de Tanger, faisant usage du dialecte marocain. Point de promesse de libération, ni de futurs projets politiques, et c’est justement le handicap majeur de cette propagande radiophonique « savante » et vidée de son contenu politique pour des pays en quête d’émancipation du joug colonial.

  • 5  Pour comprendre la platitude et le peu d’intérêt que suscite la radio arabe anglaise, une comparai (...)

17Selon l’opinion dominante dans ces contrées, ces nouvelles étaient aussi idéalisantes qu’inutiles. Les différents bulletins de police sur « l’état d’esprit des populations » insistaient sans ambages sur l’attrait incontestable des émissions de Berlin. Les informations anglaises diffusées sur les ondes de Radio Londres étaient plates et superficielles et ne contribuent pas à hausser le prestige britannique dans le monde arabe.5 Car les thèmes qui retiennent l’attention des Arabes ne sont pas ce que les Britanniques pensent de leurs œuvres et actes mais plutôt ce que les Arabes pensent et attendent d’eux. Deux projets différents : éduquer un peuple selon ses propres principes ou toucher ses cordes sensibles  et répondre à ses attentes.

18Parallèlement à ses émissions radiophoniques, la BBC, édita une revue bimensuelle arabe auxiliaire à sa propagande radiophonique intitulée : « Al Mustamaa al Arabi » (l’Auditeur Arabe) contenant un vingtaine de pages et abordant des thèmes sur la grandeur de la civilisation britannique, avec quelques coups de pic à l’Italie et l’Allemagne et un retour aux périodes glorieuses de la civilisation arabo-musulmane. Dans le n° 14, la revue brosse un tableau sur l’historique de l’Agence Reuters, la médecine en Grande-Bretagne, le développement de l’industrie en Egypte entre le roi Farouk et Med Ali, une page destinée aux enfants : les aventures du chat Michmech, et trois pages d’apprentissage de la langue anglaise : « la radio vous apprend l’anglais ».

La propagande anglaise démuni de ses appuis après Mers el Kebir (juillet 1940-novembre 1942)

19Avant que la France signe les deux armistices (franco-allemand et franco-italien : 22 et 24 juin 1940), et afin de sauver la force navale française des mains allemandes, un grand nombre de bâtiments avaient été transférés de Toulon à Mers el-Kebir (Oran). La Grande-Bretagne redoutait que ces navires ne soient utilisés par les commissions d’armistice germano-italiennes contre les convois britanniques traversant la Méditerranée. Le 3 juillet 1940, à 7h00, l’amiral Gensoul reçut de l’amiral britannique Somerville un ultimatum expirant le jour même à 17h30, et le mettant en demeure de choisir entre diverses options : saborder son escadre, poursuivre les opérations aux côtés de la flotte britannique, gagner les Etats-Unis ou les Antilles ou encore mouiller sur une rade anglaise. L’amiral ne prit pas l’injonction trop au sérieux et surtout, ayant vainement cherché à joindre Darlan, il ne put obtenir de Vichy aucune instruction précise. Il ne donna point de réponse. A l’heure dite, la Royal Air Force, entama l’opération dite « Catapulte » ; lourd fut le bilan : 1297 marins français tués et la plupart des navires par le fond ou gravement endommagés. Suite à quoi les relations diplomatiques franco-britanniques furent rompues.

  • 6  Archives Générales du Gouvernement Tunisien, série E, carton 440/18B, dossier 21, Rapport du Préfe (...)

20En Tunisie, cette rupture avait provoqué un grand embarras au sein de la communauté maltaise, pour la plupart de nationalité britannique. « L’inquiétude suscitée dans la population maltaise par la tension entre la France et l’Angleterre ne cesse de croître et certains d’entre eux expriment déjà la crainte des camps de concentration. L’opinion publique demeure en général hostile à l’Angleterre et la rupture des relations […] est accueillie favorablement. »6Le sentiment anglophobe des populations arabes tunisiennes et maghrébines en général, s’explique en grande partie par les méthodes colonisatrices appliquées dans l’Orient arabe et surtout la politique palestinienne de la Grande-Bretagne. Celle-ci avait suscité une vague de mécontentement véhiculée par une presse nationaliste panislamique et des leaders maghrébins éminents dont Taâlbi, Ibn Badis et Allal el Fassi.

21C’est à travers les liens de solidarité, du sentiment panarabe et panislamique que la « mémoire collective » arabo-musulmane se rappelle de la promesse de Belfort qui promettait un foyer national juif en terre de Palestine. Il ne faut pas omettre de citer non plus les séquelles des événements sanglants survenus en Palestine entre 1928 et 1936, qui avaient indéniablement revivifié les sentiments anglophobes, culpabilisant la Grande-Bretagne du « Livre Blanc » de Churchill publié le 17 mai 1939 permettant l’immigration de 75.000 immigrants juifs en Palestine pour les cinq années à suivre, un quota toujours largement dépassé. Ces nouvelles étaient colportées avec frénésie par la presse maghrébine et servaient d’argument efficace pour la propagande allemande anti-anglaise dans le monde arabe. En effet, le thème accusateur d’une alliance « impérialiste » et « ploutocratique » judéo-anglaise et l’idée de « complot », une somme d’appréhensions dénoncée par Hitler à travers ses discours ainsi que par la propagande arabe de Radio Berlin, confirmaient les doutes des populations arabes et contribuaient à hausser le prestige de l’Allemagne hitlérienne, et dégrader progressivement l’image de l’Angleterre : ennemi des intérêts arabes.

Naissance d’une presse arabe anglaise à destination du Maghreb : entre contenu et efficacité

22 Dès la deuxième quinzaine d’avril 1942, le service consulaire britannique à Tanger et en faveur de la liberté offerte par la ville à statut international, avait commencé la publication d’un hebdomadaire de guerre en langue arabe sous le titre arabe de « Akhbar al Ousbou » (Les Informations de la Semaine). Sur la forme, ce périodique hebdomadaire est tiré sur un papier d’excellente qualité et rédigé dans un arabe classique différent et meilleur que celui qu’utilisaient les Allemands et les Italiens. Il fut conçu pour servir de support à la propagande anglaise en Afrique du Nord. Ce journal rapporte les nouvelles du front, signalant les succès successifs de l’armée britannique et l’excellente alliance contre le fascisme et le nazisme. Les photos des personnages clés abondent : Montgomery, le Général Alexander, Roosevelt, Churchill, images d’hommes sur la sellette de guerre pour rappeler l’héroïsme  anglo-américain et des fois français (troupes Leclerc) ainsi que le soutien de plusieurs pays arabes : l’Egypte, l’Irak, voire la Palestine (troupes d’appui). C’était une forme de publicité pour l’armada britannique, celle-ci se voulait persuasive de l’éminente victoire alliée, et faisait appel à l’imagination pour représenter presque d’une façon mythologique ses hommes qui ne craignent aucun danger et qui sont venus en libérateurs. Il faudrait alors mesurer l’impact psychologique de cette propagande. Mais étant donné la quasi-impossibilité aux lecteurs arabes et maghrébins d’obtenir un numéro, on peut dès lors constater l’impact limité de cette propagande car sa vente était interdite au grand public et les informations contenues pouvaient servir d’excellente matière aux journalistes : les nouvelles du front. Car même à supposer que ce journal aurait bénéficié de la vente libre, l’auditoire serait restreint en raison de l’analphabétisme des populations, et l’achat d’un journal était un luxe particulièrement pendant cette période d’hostilité et de pénuries. De plus, la propagande allemande et italienne avait plus la main libre de propager ses points de vue, alors que la propagande anglaise souffrait déjà du complexe de force colonisatrice en plus de l’aversion du gouvernement de Vichy, et  la vigilance du contrôle postal Métropolitain, tous deux faisaient barrage à la propagande anglaise et « anglo-gaulliste ».   

La propagande anglaise pendant l’opération Torch et la campagne de Tunisie (novembre 1942-mai 1943)

23L’opération Torch ne dura que quelques jours en Algérie et au Maroc, l’armée germano-italienne était massée en Tunisie au Nord et au Sud, ce qui signifie que le gros effort de propagande était essentiellement mené en Tunisie. Il s’agissait en fait de convaincre une grande partie de la population déjà acquise à la propagande allemande de changer de cap. Durant six mois que dura la campagne, les Anglais essayaient autant que faire se pouvait de basculer un mouvement général d’opinion qui leur était généralement hostile. Le moyen le plus direct était les tracts.

  • 7  Notons à cet effet l’article de Gary Laiser, “Bombs and Leaflets: Allied Propaganda and the Tunisi (...)

24L’aviation qui devait bombarder des positions stratégiques des forces germano-italiennes, avait touché plusieurs villes utilisées comme boucliers par les forces de l’Axe. Les ports et les aérodromes étaient aussi visés en raison de la concentration maritime et aérienne et surtout pour le soutien logistique qu’ils offraient. Le haut commandement britannique décida donc de recourir à un usage intensif des tracts en langue arabe : à chacune de ses missions de bombardement sur les localités occupées par les troupes germano-italiennes, la Royal Air Force reçut pour mission de lancer ces tracts par lots.7 C’est surtout à la suite à la déclaration de l’entrée en guerre le 16 janvier 1943, de l’Irak contre l’Axe, que les Anglais ont initié une grande opération de lancée de tracts qui au début du mois de mars se répartissaient comme suit : Bizerte3.000 ; Tunis 4.000 ; Kairouan 2.000 ; Sfax 6.000 ; Grombalia et le Cap Bon 3.000 ; Gabès 1.200 ; Sousse et le Sahel 9.000 ; Zaghouan 500 ; Djerba 500 ; Médenine 200 ; Tataouine 200. Dans cette opération, il a été tenu compte du nombre de population des localités visées par largage. En général, ces tracts étaient rédigés dans un arabe classique facilement lisible par la population lettrée, débutant pour la plupart par un verset du Coran et finissant souvent de même.

25Un des tracts destiné à l’ensemble de la population tunisienne fut également lancé et sa grande maladresse fut de menacer des plus lourdes sanctions tous ceux qui auraient collaboré à un titre quelconque avec les forces de l’Axe. Les Alliés ne pouvaient pourtant ignorer que les populations nord-africaine et arabes étaient acquises en grande partie à la cause de l’Axe et montraient une animosité grandissante envers les Britanniques ; ce n’est certainement pas par la menace qu’ils pouvaient regagner des sympathies dans cette opinion hostile. Il faut en juger par la virulence du ton utilisé dans ce tract, celui-ci fait usage du Coran, or, pour la crédibilité du discours il aurait mieux valu défendre des principes libérateurs au lieu de citer des versets de mauvais goût car mal placés dans leur contexte. L’emploi de la menace ne pouvait avoir un effet positif puisqu’il n’était assorti d’aucune issue heureuse ou quelconque promesse d’indépendance si la population aidait les Alliés.

  • 8  Service Historique de l’Armée de Terre, série Fronts Tunisiens, Tract non daté lancé sur tout le t (...)

Soyez donc patients. Le jour de votre libération approche. Méfiez-vous de la propagande allemande, et des Italiens qui n’ont qu’un but celui de vous expulser de votre pays.8

  • 9  André Gide, Journal, 1942-1949, Paris, Gallimard, 1950, 48ème édition, 54 (journée du 15 décembre (...)

26Mais ce sont les bombardements de Tunis qui ont le plus indigné la population car ils frappèrent les civils et les victimes se comptaient par centaines. « C’est jusqu’à présent de beaucoup le plus fort bombardement que Tunis ait subi. Hier, déjà 90 morts. Qui dit le nombre de victimes de cette nuit ? ». 9Là aussi le tract informatif lancé donnait des justificatifs « absurdes » pour les Tunisiens qui comprenaient mal pourquoi ils devaient subir les mêmes conséquences des bombardements que les villes algériennes. Intitulé  « Aux nobles habitants d la ville de Tunis », le tract ne présentait ni condoléances, ni excuses, logiques suite à de tels bombardements ayant touché aussi bien la Médina que la ville européenne de Tunis.

  • 10  Service Historique de l’Armée de Terre, série Fronts Tunisiens. Tract lancé sur la ville de Tunis  (...)

[…] Vous devez d’abord savoir que les avions allemands et italiens ont commencé les premiers à bombarder les villes et les quartiers indigènes de la zone occupée par les troupes alliées. Ils ont ainsi causé des dégâts importants à la Kasbah d’Alger et au quartier musulman de Bône… C’est en raison de l’occupation de la Médina de Tunis par les forces de l’Axe qui, nous le savons, y ont entassé des dépôts de matériel, de vivres et de munitions, que ces bombardements ont eu lieu.  […] Nous pouvons vous assurer que si l’occupation ou l’utilisation de la Médina par les forces allemandes ou italiennes prenait fin, les bombardements cesseraient immédiatement10.

27Le troisième tract fut probablement lancé au cours du mois de janvier 1943, après la déclaration de guerre irakienne contre l’Axe. Les Anglais en ont profité pour faire connaître aux Tunisiens la nouvelle que les Irakiens combattaient désormais aux côtés des Alliés contre l’Axe. Débutant par un intitulé d’un appel « Aux nobles habitants de la Régence de Tunis », un verset coranique est cité pour toucher la sensibilité religieuse des Tunisiens : « Dieu égare celui qu’il veut et dirige celui qu’il veut. » Le message se veut persuasif en annonçant l’imminente victoire alliée, d’où l’intérêt des Tunisiens de se ranger du côté des vainqueurs :

  • 11  Service Historique de l’Armée  de Terre,  Tract lancé sur la ville de Tunis, op. cit..

[…] Les graves défaites que subissent actuellement les Allemands en Russie, la perte de la Cyrénaïque et bientôt de la Tripolitaine, l’intervention soudaine de la formidable machine de guerre américaine, indiquent que les puissances de l’Axe mèneront dorénavant une lutte défensive et sans espoir. Un peuple comme le peuple irakien qui eut longtemps à sa tête dans la personne du Roi Fayçal un des plus grands hommes d’Etat de notre temps, ne pouvait manquer de saisir de quel côté va pencher dorénavant la balance […] ».11

28Les Anglais durant cette campagne mettaient en avant leurs victoires militaires et la prochaine libération de Tunis, mais n’offraient désormais aucune perspective meilleure pour la Tunisie quant à son futur statut politique. C’est pour cette raison que cette propagande tenait plus à une démonstration de force qu’à une volonté d’imposer de nouveaux principes ou de nouvelles ouvertures politiques, ce qui explique le peu d’attrait et d’écho qu’elle rencontra. Bien au contraire, les bombardements anglais des villes tunisiennes ont attisé une grande vague d’anglophobie. Le bombardement de Kairouan, ville sainte, fut habilement exploité par les Allemands pour dénoncer le mépris des Anglais aux monuments de l’Islam. Cherchant à expliquer ces bombardements, un tract destiné aux : « Nobles habitants de la ville sainte de Kairouan » fut lancé. Le message établit une fois encore que devant les manœuvres allemandes qui utilisaient les constructions civiles et religieuses pour cacher armes et munitions, les avions alliés étaient obligés de bombarder la ville tout en étant conscientes du prix de ces édifices religieux aux yeux des populations musulmanes.

  • 12  Service Historique de l’Armée  de Terre, série Fronts Tunisiens, Tract : Aux nobles habitants de l (...)

[…] Nous savons que les troupes allemandes ont soigneusement miné les abords et les principales rues de la ville de Kairouan. Nous savons également qu’ils utilisent le minaret sacré de votre Grande mosquée pour régler le tir de leurs pièces d’artillerie […] Notre but est de chasser l’Allemand et son allié italien de la partie de la Tunisie qu’ils occupent actuellement.12

29Il s’agit donc d’infliger une punition aux Allemands, mais les Tunisiens consentants ou contraints par la force des armes d’aider les Allemands pouvaient-ils accepter la destruction de ces monuments d’une valeur sentimentale inestimable, pouvaient-ils reconstruire ce que les Anglais avaient jeté à bas ? En voici le témoignage d’André Gide qui était en Tunisie pendant la campagne de Tunisie :

  • 13   Arthur Pellegrin, Journal de guerre (8 novembre 1942-18 juin 1943), texte recueilli par Guy Dugas (...)

Kairouan, ville sainte de l’Islam, a été bombardée dans la journée par l’aviation anglo-américaine. Le nombre des victimes, dit-on dépasse 200 morts et 300 blessés parmi la population musulmane. Ce massacre a fait une impression pénible parmi tous les éléments de la population, surtout parmi les musulmans […] La vieille Sousse subissait son 31ème bombardement au cours duquel plusieurs immeubles ont été démolis ; en particulier le mausolée de Sidi Yahia, situé place Pichon, a été rasé. En même temps qu’un sanctuaire vénéré c’était un monument de style qui mettait une note pittoresque à l’entrée de la Médina. 13

30Après l’entrée  en Tripolitaine de la VIIIème Armée britannique sous le commandement de Montgomery fin janvier 1943 et le passage de l’Algérie et du Maroc dès le 10 novembre 1942, les échos de la répression contre la population musulmane parvenaient aux Tunisiens. Alors que les tracts lancés successivement ne changèrent guère de ton. Aucun discours consensuel ne serait-ce entrepris au hasard des circonstances ne fut tenu afin de récupérer l’ « opinion » tunisienne.

31En fait, les explications anglaises des buts de guerre ne pouvaient être que vaines, et les tracts lancés pour rassurer avaient pris un ton menaçant qui n’était guère du goût de la population musulmane qui ne voyait pas dans les troupes alliées des libérateurs victorieux. En voici un autre exemple d’un tract lancé après l’entrée des armées britanniques en Tripolitaine :

  • 14  Gary Laiser, Bombs and Leaflets: Allied Popaganda and the Tunisians during the Winter Campaign, op (...)

Ô Tunisiens, vos frères musulmans en Tripolitaine sont maintenant contents de leur liberté après l’injustice des Italiens et Allemands renégats,  Ô Tunisiens, Vous gagnerez aussi de la victoire alliée, chaque jour cette victoire approche, vous pouvez aider et accélérer cette victoire. Participez avec les soldats alliés et faites obstacle à l’ennemi de Dieu et de l’Homme : les Italiens et les Allemands14.

Impacts de la propagande anglaise et attitudes des populations maghrébines

32Loin des débats intellectuels sur les fondements idéologiques et les fins de ces propagandes, les populations maghrébines se sentaient impliquées et intéressées surtout dans la mesure où elles attendaient une issue politique à leur situation. Tout ordre nouveau ne pourrait qu’être préférable à l’atmosphère de répression et de dictature qui régnait. La Grande-Bretagne n’allait guère bouleverser les données politiques instaurées. De Gaulle, le CFLN d’Alger,  n’étaient-ils pas les symboles de la continuité de la colonisation jadis honnie et combattue dans ces contrées? C’était en définitive les promesses faites dans l’espoir d’établir un ordre politique nouveau à travers le conflit qui importait le plus pour une population en quête d’émancipation. A quel point donc la propagande arabe anglaise avait réussi à canaliser un mouvement d’opinion maghrébin qui lui est favorable ?

33C’est sans doute énoncer prématurément un bilan arbitraire que de qualifier l’effort anglais de propagande arabe d’échec ou de succès. Pour appréhender l’écho de cette propagande auprès des populations nord-africaine, il faudrait sans doute mesurer son impact et le degré d’adhésion aux vues même des attentes de ces populations. Autrement dit, la propagande arabe anglaise répondait-elle aux principes d’autodétermination, de libre coopération et était-elle une somme d’images de pays juste, équitable puisant sa politique d’une tradition politique pouvant servir d’exemple sans soumission aliénatrice ? La méthode suivie était-elle intelligente et judicieuse ?

  • 15  André Gide était en Tunisie pendant l’année 1942-1943, il émit une réflexion sur la forme de la pr (...)
  • 16  A cet égard, nous disposons d’une importante littérature de guerre, en particulier des journaux. V (...)

34En l’absence de sondages, l’un des moyens de mesure était sans doute un retour à la littérature, aux mémoires15 et au mouvement social et culturel de ces pays qui prônaient la libération du joug colonial : journaux, écrits, poésies populaires étaient très répandues dans cet espace.16 L’effort anglais de propagande trouvait un certain écho parmi les conservateurs musulmans qui étaient farouchement opposés au nazisme et au fascisme, et à un certain degré aussi les communistes.

35Dans les grandes villes du Maghreb : Alger, Tunis, Rabat, Casablanca, Bougie, Sousse, etc., plus dynamiques et effervescentes que la campagne, l’impact des propagandes était important du fait des différentes possibilités offertes aux populations de s’informer. La ville facilite la circulation de l’information, l’ouverture maritime et portuaire jouait aussi un rôle déterminant dans la propagation des informations vers l’intérieur. L’entrée victorieuse des Alliés à Tunis, était célébrée dans plusieurs villes maghrébines comme un jour de deuil, rares étaient les musulmans qui se hâtèrent pour accueillir à l’avenue de Paris la parade militaire organisée à l’occasion.

Conclusion

36En dépit de la brièveté de cet essai qui ne saurait combler toutes les interrogations inhérentes à un sujet d’une telle actualité, nous avons, autant que faire ce peu, esquissé la forme et le contenu de la propagande anglaise arabe vers le Maghreb dans une période critique des relations internationales. Il faut, bien entendu, s’éloigner des jugements de valeur sur cette propagande qui n’était (soulignons-le) qu’à ses débuts et qui projetait des réalités curieuses de l’Orient arabe sur le Maghreb. Il n’en demeure pas moins que cet aspect de la propagande arabe anglaise reste peu étudié ; ainsi, les éléments soulevés ne sont guère définitifs et la documentation appelle toujours à être enrichie.

Haut de page

Annexe

Akhbar Al Ousbou  (Les Informations de la Semaine)

Akhbar Al Ousbou  (Les Informations de la Semaine)

Publié par le Consulat britannique à Tanger. Distribué exclusivement aux Gouverneurs (vente interdite) N° 51, du 16 avril 1943
Titre de la page d’exergue : « Le voyage de Monsieur Churchill »

« Al Mustamaa Al Arabi » (L’auditeur Arabe)

« Al Mustamaa Al Arabi » (L’auditeur Arabe)

Gary Laiser, « Bombs and Leaflets: Allied Propaganda and the Tunisians during the Winter Campaign of 1942-1943 », in Maghreb Review, vol. 19, n° 3-4, 1994, pp. 304 et 305.

Haut de page

Notes

1  « L’Information Marocaine » du 29 septembre 1939, Cité dans Bulletin du Comité de l’Afrique Française, n°10-11, op. cit., 249.

2  Annuaire statistique de la Tunisie 1940-1946, p.13. Il était question d’insérer le recensement de 1936, car les recensements de la population se faisaient sur période quinquennale. Vu l’état de guerre, le recensement de 1941 n’a pu être établi, il fut repris plus tard en 1946. C’est pourquoi, le recensement de 1936 semble plus proche de la période étudiée (1939-1943).

3  Archives du Quai d’Orsay, Série P : Vichy-Tunisie, Dossier 23, du Vice-Amiral Olive au Secrétaire d’Etat à la Marine, rapport du 28 octobre 1940.

4  Archives Marocaines (Al Khizana al Amma), Direction des Affaires Politiques, compte rendu quotidien des émissions radiophoniques, bulletin d’écoute des émissions en langue arabe (Radio Londres) du 29 août 1940.

5  Pour comprendre la platitude et le peu d’intérêt que suscite la radio arabe anglaise, une comparaison avec Radio Berlin serait à cet égard très instructive. Car si l’on étudie les témoignages de militants pendant cette période, on remarque l’engouement que provoquait la radio allemande avec le récit du Coran, les chants panarabes patriotiques, l’hymne palestinien, la parole donnée aux prisonniers de guerre maghrébins qui évoquent le bon traitement qu’ils ont eu avec les Allemands et surtout les discours prometteurs de soutien au nationalisme maghrébin et l’appel à l’indépendance de ces territoires. C’étaient des atouts qui touchaient la sensibilité et l’imaginaire « politico-religieux » des populations maghrébines ; la Grande-Bretagne avait du mal à trouver des supports affectifs et politiques plausibles, créateurs d’un consensus auprès de ces populations. Il faut dire que l’Allemagne et, à un degré moindre, l’Italie souffraient moins du complexe de colonisateur, leur soutien « moral » à la question palestinienne ne faisait que hausser leur prestige, ce qui n’était guère le cas pour la Grande-Bretagne.  

6  Archives Générales du Gouvernement Tunisien, série E, carton 440/18B, dossier 21, Rapport du Préfet directeur des services de sécurité du 6/7/1940.

7  Notons à cet effet l’article de Gary Laiser, “Bombs and Leaflets: Allied Propaganda and the Tunisians during the Winter Campaign 1942-1943”, in Maghreb Review, vol. 19, n° 3, 14, 285-318.

8  Service Historique de l’Armée de Terre, série Fronts Tunisiens, Tract non daté lancé sur tout le territoire tunisien (probablement vers la mi-février 1943 après le repli de l’Axe sur la ligne Mareth).

9  André Gide, Journal, 1942-1949, Paris, Gallimard, 1950, 48ème édition, 54 (journée du 15 décembre 1942).

10  Service Historique de l’Armée de Terre, série Fronts Tunisiens. Tract lancé sur la ville de Tunis : Aux nobles habitants de la ville de Tunis non daté. Il date probablement de la mi-janvier 1943.

11  Service Historique de l’Armée  de Terre,  Tract lancé sur la ville de Tunis, op. cit..

12  Service Historique de l’Armée  de Terre, série Fronts Tunisiens, Tract : Aux nobles habitants de la ville sainte de Kairouan (source sûre).

13   Arthur Pellegrin, Journal de guerre (8 novembre 1942-18 juin 1943), texte recueilli par Guy Dugas, Nice CMMC, 1986, (journal du mardi 9 février 1943), 47.

14  Gary Laiser, Bombs and Leaflets: Allied Popaganda and the Tunisians during the Winter Campaign, op. cit.,299.

15  André Gide était en Tunisie pendant l’année 1942-1943, il émit une réflexion sur la forme de la propagande de radio Londres : « Entendu à la radio, cette nuit, avec grand malaise, les commentaires de Londres sur le discours que vient de prononcer Mussolini. Se peut-il que ces grossières injures trouvent écho dans le cœur du grand nombre, et est-ce ce grand nombre que la radio doit chercher à satisfaire ? Ne peut-on lui faire comprendre, et précisément à la faveur d’une victoire, que l’on s’abaisse en cherchant à abaisser l’ennemi vaincu ? Et que ce n’est pas seulement par la force qu’il importe de se montrer supérieur. » André Gide, Journal, op.cit., (journal du 3 décembre) 1942, 46-47.

16  A cet égard, nous disposons d’une importante littérature de guerre, en particulier des journaux. Voir Arthur Pellegrin, Journal de guerre (8 novembre 1942-18 juin 1943),texte recueilli par  Guy Dugas, Nice CMMC, 1986, 1-84 ;  Jean Pupier, Six mois de guerre à Tunis, Tunis, ed La Rapide, sep. 1943, 119 pages ; André Gide, Journal : 1942-1949, Paris, Gallimard, 48ème édition, 1950. Gide était présent pendant toute la campagne de Tunisie, son témoignage sur la vie quotidienne, ses impressions, ses critiques sont de précieuses informations sur l’état d’esprit des populations. D’autres écrits sont aussi importants : en les croisant avec d’autres archives, en particulier les rapports de police, on arrive à appréhender plus facilement cette guerre et à mesurer ainsi l’impact des diverses propagandes. Toutefois, peu de sources nous informent sur le quotidien de la guerre en Algérie et au Maroc, ce qui n’est pas le cas pour la Tunisie pendant cette période troublée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Akhbar Al Ousbou  (Les Informations de la Semaine)
Légende Publié par le Consulat britannique à Tanger. Distribué exclusivement aux Gouverneurs (vente interdite) N° 51, du 16 avril 1943Titre de la page d’exergue : « Le voyage de Monsieur Churchill »
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/2013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre « Al Mustamaa Al Arabi » (L’auditeur Arabe)
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/2013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Journal arabe de la BBC en direction du monde arabe.N° 14, (année non signalée) Page : la Radio vous apprend l’anglais.
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/2013/img-3.png
Fichier image/png, 206k
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/2013/img-4.png
Fichier image/png, 50k
Légende Gary Laiser, « Bombs and Leaflets: Allied Propaganda and the Tunisians during the Winter Campaign of 1942-1943 », in Maghreb Review, vol. 19, n° 3-4, 1994, pp. 304 et 305.
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/2013/img-5.png
Fichier image/png, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fayçal Cherif, « La propagande arabe anglaise vers le Maghreb pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1943) », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°3 | 2006, 91-108.

Référence électronique

Fayçal Cherif, « La propagande arabe anglaise vers le Maghreb pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1943) », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°3 | 2006, mis en ligne le 21 octobre 2009, consulté le 18 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2013 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.2013

Haut de page

Auteur

Fayçal Cherif

Dr. (Tunis, Tunisia)
Fayçal CHERIF est Maître Assistant, chercheur permanent à l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National à Tunis. Il a soutenu en 2001 sa thèse, à l’Université de Paris IV Sorbonne, sur  la Tunisie pendant la Seconde Guerre mondiale, elle est actuellement sous presse en France. Il n’a cessé depuis de mener des activités de recherches sur  l’histoire des mentalités, l’histoire et les stratégies militaires, l’information, les propagandes (radio et journalistique), l’imaginaire collectif sur la Tunisie et le Maghreb ainsi que les relations internationales : Europe-Maghreb. Il a publié plusieurs articles dont : « La Tunisie à travers les archives italiennes : 1857-1957 », dans La Revue Tunisienne des Sciences Sociales, 38ème n°122 ;  « La Tunisie dans le plan hégémonique des diverses puissances rivales en Méditerranée 1940-1943 » dans  Revue Tunisienne des Sciences Sociales, n° 125. Il est à l’origine de la traduction de l’arabe d’un document de 80 pages sur la communauté juive de Marrakech au temps du règne de Moulay Hassan (1873-1894), à paraître  dans Trait d’Union. Participation aux travaux de la table ronde « Les Rendez-vous de l’Histoire » organisés à l’ISIC (Rabat, Maroc) les 8-11 mars 2005.  Collaboration à la confection d’un CD Rom collectif sur l’histoire de la Tunisie contemporaine (vulgarisation en arabe). Rédaction d’un ouvrage collectif avec le Ministère de la Défense Nationale autour de la lutte armée en Tunisie 1881-1956, (sous presse, en arabe) Fayçal Chérif fait également partie de la « Commission Interministérielle d’Histoire Militaire » (Tunisie).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search