Navigation – Plan du site
L’après 1945 : la propagande en temps de paix

L’après-guerre du peuple ? La Grande-Bretagne sous les Travaillistes vue par Britain To-day (1945-1950)

The People’s Post-war? Britain To-day’s vision of Labour Britain, 1945-1950
Alice Byrne
p. 175-190

Résumé

Britain To-day is the title of a magazine published by the British Council from 1939 to 1954. This form of cultural propaganda was originally intended as a riposte to anti-British propaganda of the 1930s. The immediate post-war years were a period of transition as the periodical adapted to peace-time conditions. Britain To-day continued to present an image of the UK which aimed at making its overseas readers supportive of British policy. This entailed a departure from the war-time editions’ concern with reconstruction and social reform. Difficult post-war conditions, which made US support of primary concern, led Britain To-day to downplay the Labour government’s programme of reforms. Economic and commercial concerns came to the fore as Britain To-day championed Britain’s determination to overcome austerity and provided discreet support for British exports.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

20th century, XXe siècle

Index thématique et géographique :

Grande-Bretagne, Great Britain, histoire, history, media, médias, société, society
Haut de page

Texte intégral

1Britain To-day est le titre d’une revue créée par le British Council quelques mois avant le début de la Deuxième Guerre mondiale. Cette revue, qui fut publiée jusqu’en 1954,  nous offre un aperçu unique de comment la propagande britannique s’adapta aux nouvelles conditions de paix. En effet, la fin de la Deuxième Guerre mondiale ne provoqua pas le démantèlement des structures de propagande, comme cela avait été le cas en 1918. Le gouvernement britannique cherchait toujours à influencer l’opinion étrangère, mais d’une façon plus subtile. La période 1945-1947 fut un temps de transition où Britain To-day a évolué vers un format plus approprié au nouveau dispositif. Progressivement réorientée vers le monde de la culture, la revue fut néanmoins porteuse d’une certaine vision de la Grande-Bretagne. Dans cet article, nous nous attacherons à identifier le message que le British Council diffusait à travers cette revue pendant les premières années du gouvernement Attlee. Contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer, l’arrivée des Travaillistes au pouvoir n’amena pas Britain To-day à mettre en valeur la nouvelle vision sociale démocrate de la Grande-Bretagne qui prit forme pendant la guerre. Finalement, c’est la crise économique que traversa la Grande-Bretagne dans l’immédiat après-guerre qui constitua la trame de la propagande britannique.

Britain To-day

  • 1  Les deux sont des organismes publics, dont le statut est protégé par une Charte Royale. Comme la B (...)

2Le British Council avait été créé en 1934 afin de promouvoir la Grande-Bretagne et sa culture à l’étranger. Si ce que l’on appelait à cette époque « la propagande culturelle » s’inspirait de l’action française, c’était surtout pour répondre à la propagande agressive de l’Allemagne et de l’Italie que le gouvernement britannique décida enfin d’investir ce domaine. Cependant, le British Council fut conçu comme une organisation semi-autonome, un peu comme la British Broadcasting Corporation (BBC)1. Ainsi le Council pouvait dire qu’il agissait indépendamment du gouvernement, même si en pratique le Foreign Office était largement impliqué dans l’élaboration de sa politique et représentait sa principale source de financement.

3Le premier numéro de Britain To-day parut en février 1939, ce qui fait que cette revue devint primordiale dans le processus de la propagande britannique lorsque la guerre s’éclatera. Le numéro de septembre 1939 définit les objectifs de la revue ainsi :

  • 2  Editorial, Britain To-day / L’Angleterre d’Aujourd’hui, n° 11, septembre 1939,  1.  A ses débuts, (...)

Dans le premier numéro […] nous avions expliqué que cette revue avait pour but de maintenir les amis et critiques de la Grande-Bretagne mieux au courant de ce qui se passait dans ce pays, en particulier des essais d’actualité qui étaient faits dans les domaines économique, administratif et culturel, et nous paraissaient importants ou significatifs. […] Aujourd’hui […] la Grande-Bretagne est à nouveau en guerre. Aussi L’Angleterre d’Aujourd’hui sera désormais consacrée en grande partie à l’exposé de la façon dont les institutions politiques, sociales et économiques du pays se sont adaptées aux nécessités urgentes de la guerre. 2

  • 3  94 000 en 1943, 110 000 en avril 1946. Archives du British Council BW 82/9 et BW 119/1, The Nation (...)

4Initialement, Britain To-day fut envoyée gratuitement à ce que les ambassades britanniques définissaient comme l’élite culturelle des différents pays ciblés un peu partout dans le monde. Mais au fur et à mesure que la guerre avançait, la revue arriva à toucher un plus grand public, avec un tirage d’environ 100 000  exemplaires3.

5A la fin de la guerre, l’avenir du British Council fut remis en question. Il fut finalement décidé de le maintenir, mais son domaine d’intervention fut désormais limité à l’éducation et à la culture. Le Council fut ainsi chargé de transférer la publication de Britain To-day au nouveau Central Office of Information (le COI avait succédé au Ministry of Information) ; le Council refusa et un long conflit s’ensuivit. Afin de garder le contrôle de Britain To-day, le Council dut le modifier en recentrant son contenu sur la culture. Devenue mensuelle en 1942, Britain To-day abordait des questions économiques et sociales aussi bien que culturelles. Cette première catégorie d’articles commença à disparaître en 1946, remplacée par des rubriques sur le cinéma, la musique, les arts plastiques et le théâtre en plus de la section consacrée aux livres. La revue fut également appelée à devenir financièrement autonome, un but qu’elle n’atteindra jamais. La distribution gratuite fut arrêtée et la revue dut augmenter le nombre de ses abonnés. Par conséquent, le tirage chuta à moins de 50 000 exemplaires à la fin de 1946. Enfin, Britain To-day obtint l’autorisation d’augmenter son nombre de pages, malgré le rationnement du papier, afin d’y inclure des publicités.

  • 4  Par exemple :  A.V. Cookman, Charles Davy, Séan O’Faolain, Ronald Lewin, Arnold Palmer et Edith Sh (...)

6Malgré ces changements, le format de la revue n’évolua guère. Elle atteignit cinquante-quatre pages après la guerre, mais la composition resta constante ainsi que la longueur des articles, de trois à quatre pages. La revue est surtout composée d’un texte assez dense, avec, dans les éditions de l’après-guerre, une dizaine de pages de photographies. A part la couverture, dont la couleur change chaque mois, la revue est entièrement en noir et blanc. Britain To-day se voulut clairement une revue culturelle, visant une élite cultivée, non pas un magazine de grande distribution, ce qui avait été l’intention du COI. Le rédacteur en chef à partir de juin 1940 et jusqu’à la disparition de Britain To-day fut R.A. Scott-James, qui auparavant avait dirigé le London Mercury, revue culturelle qui cessa de paraître en 1939. Une comparaison entre le London Mercury et Britain To-day fait apparaître les similitudes entre ces deux revues, notamment sur les plans de la typographie et de la mise en page, mais également en ce qui concerne le contenu (Fig. 1). D’ailleurs, R.A. Scott-James fit appel à plusieurs de ses anciens collaborateurs du Mercury pour écrire dans Britain To-day4.

Fig. 1, Britain To-day, juin 1948 et The London Mercury, septembre 1937-avril 1939

Fig. 1, Britain To-day, juin 1948 et The London Mercury, septembre 1937-avril 1939
  • 5  “[Britain To-day] is, in essence, a propagandist magazine.” Sturt 28 mai 1945, FO 924/37, TNA.
  • 6  “[Britain To-day] has to serve the purpose of propaganda without appearing to be propaganda.”  R.A (...)
  • 7  “The shillings or dollars or whatever currency may be that is paid for copies of Britain To-day ar (...)
  • 8  “Our function in the main [is] to publicize what is creditable to this country, and not make too m (...)

7En dépit des ressemblances entre Britain To-day et le London Mercury, le jugement d’un fonctionnaire du Foreign Office, qui présenta Britain To-day en 1946 comme « essentiellement un magazine propagandiste »5, reste valable pour la période de l’après-guerre.Ce fait fut admis par le rédacteur en chef dans un rapport de 1953 : « [Britain To-day] doit servir à des fins de propagande sans avoir l’apparence de la propagande »6. En effet, la question de l’apparence de la revue nous semble primordiale. A partir de 1946, Britain To-day avait l’air d’une revue culturelle commerciale : elle était achetée par ses lecteurs et comportait des publicités. Dans un éditorial de 1952, Scott-James va même jusqu’à décrire Britain To-day comme « une aventure coopérative » qui dépendait de ses lecteurs pour sa survie7. Il n’est pas signalé aux lecteurs que la revue dépendait également d’un financement provenant indirectement du Foreign Office. Sans diffuser une forme de propagande mensongère, l’objectif de Britain To-day était de promouvoir une image positive de la Grande-Bretagne, un fait qui apparaît clairement dans le rapport de Scott-James cité plus haut, où il écrivit : « notre rôle principal consiste à faire connaître ce qui fait honneur à ce pays et à minimiser nos défauts les plus flagrants »8. Nous allons voir que le contenu de Britain To-day était prédéterminé par la conjoncture économique et politique de la Grande-Bretagne, et par les besoins du gouvernement Attlee en matière de communication à l’étranger.

Les défis et les contraintes de l’immédiat après-guerre

8En 1945, les Travaillistes arrivèrent au pouvoir avec un programme visant à donner naissance à cette « New Britain » dont experts et réformateurs n’avaient cessé de parler pendant la guerre. Ce débat sur la reconstruction avait permis à la propagande britannique de développer un message fort, qui définissait la Deuxième Guerre mondiale comme une « guerre du peuple ». Ainsi Britain To-day soutenait que les Britanniques combattaient non seulement pour vaincre Hitler mais également pour faire de la Grande-Bretagne une vraie démocratie, une société plus solidaire, plus juste et plus égalitaire. Jusqu’à la fin du conflit, Britain To-day publia de nombreux articles sur les préparatifs de la reconstruction, souvent écrits par des personnages clés, tels que Eleanor Rathbone, Sir Charles Bressey ou Sir William Beveridge.

9Pendant quatre ans, le lecteur de Britain To-day avait été amené à anticiper l’après-guerre et il s’attendait sûrement à lire comment le gouvernement Attlee comptait concrétiser tous les projets que Britain To-day avait annoncés. Mais finalement, Britain To-day ne s’intéressa guère aux réformes travaillistes. Pendant le premier mandat du gouvernement Attlee, de 1945 à 1950, seulement deux articles traitèrent de la sécurité sociale, un seul du service national de santé. Ceci peut s’expliquer, en partie, par les restrictions portées sur le contenu de Britain To-day à ce moment-là, mais la revue pouvait aborder tout sujet qui rentrait dans le domaine des sciences sociales, ce qui lui laissait une certaine marge. D’ailleurs, nous verrons un peu plus loin que le rédacteur en chef trouvait parfois des stratégies qui lui permettaient de contourner ces contraintes.

10Au premier regard, le peu d’intérêt témoigné par Britain To-day pour les réformes travaillistes est étonnant, d’autant plus qu’elles suscitaient beaucoup d’intérêt à l’étranger, surtout en Europe. Le souvenir d’un ancien membre du Council est éloquent :

  • 9  “The Council returned to Europe in the wake of the Allied armies.[…] Interest everywhere in Britai (...)

Le Council regagna l’Europe dans le sillage des armées alliées. […] Partout la Grande-Bretagne suscitait un intérêt immense. […] Les réformes du gouvernement travailliste étaient suivies avidement par des peuples à la recherche de modèles pour leur propre reconstruction sociale.9

  • 10  Les archives du département qui produisit Britain To-day ont vraisemblablement été détruites. Tout (...)
  • 11  Philip M. Taylor, “The Projection of Britain Abroad 1945-1951”, in Michael L. Dockrill et John W. (...)

11Toutefois, Britain To-day ne visait pas un public uniquement européen. Il était également vendu dans le Commonwealth et les colonies, en Amérique du Sud et, surtout, aux Etats-Unis10. Ce public américain avait une importance toute particulière pour le gouvernement britannique. D’une part, il était évident que l’ordre mondial de l’après-guerre serait dominé par les Etats-Unis et l’Union Soviétique, les nouvelles super-puissances. D’autre part, la situation économique de la Grande-Bretagne, affaiblie par cinq ans de guerre totale, était dramatique, et les Etats-Unis étaient le seul pays capable d’offrir l’aide économique dont elle avait cruellement besoin. Il était donc impératif pour le gouvernement Attlee de s’assurer le soutien des Américains. Puisque le Foreign Office estimait que, dans le cas des Etats-Unis,  relations diplomatiques et relations publiques étaient devenues indissociables, une campagne destinée à séduire l’opinion américaine s’avérait nécessaire11.

  • 12  Même parmi les responsables politiques : lorsque l’administration Truman mit fin au Prêt-Bail seul (...)
  • 13  Anstey cite une étude de 1947, menée par l’Ambassade britannique, qui résuma l’opinion américaine (...)

12Cette tâche s’annonçait difficile, étant donné la réception plutôt froide outre-Atlantique des nouvelles de l’élection d’un gouvernement travailliste12. Le Foreign Office émit le doute que la plupart des Américains ne distinguait pas le socialisme du communisme. Lorsque les Britanniques entamèrent des négociations en vue d’obtenir un prêt des Américains, de nombreux journaux américains s’élevèrent contre un tel prêt, qui, à leurs yeux, servirait à payer les coûteux projets socialistes des Britanniques. Le prêt fut accordé, mais les Britanniques continuèrent à souffrir d’une mauvaise image aux Etats-Unis : l’austérité qui perdurait, les crises économiques à répétition (la crise du charbon et la crise de la convertibilité en 1947, la dévaluation de la livre en 1949) furent autant de signes que la Grande-Bretagne peinait à se remettre de la guerre. Vues de l’autre côté de l’Atlantique, ces difficultés étaient assez incompréhensibles, et certains accusaient les Britanniques de fainéantise13. Par conséquent, la politique élaborée par le Foreign Office consistait d’abord à banaliser les réformes travaillistes et à insister sur l’aspect consensuel de la politique britannique. Ensuite, il fallait démarquer les Britanniques des Soviétiques, soulignant le respect de l’individu et le processus démocratique en Grande-Bretagne. Enfin, on cherchait à convaincre les Américains que la période de crise que traversaient les Britanniques n’était que passagère.

L’interprétation de la Grande-Bretagne d’après-guerre proposée par Britain To-day

13C’est dans ce contexte qu’il faut étudier l’approche de Britain To-day. D’une part, la revue cherchait à rassurer ses lecteurs en affirmant que la victoire écrasante des Travaillistes dans les élections de 1945 ne provoquerait pas de changements révolutionnaires. Prenons comme exemple Scott-James, dans un éditorial d’octobre 1945 :

  • 14  Editorial, « Le gouvernement de parti », Britain To-day/Grande-Bretagne actuelle, n° 114, octobre (...)

Ce changement soudain du gouvernement ne signifie pas que la Grande-Bretagne ait elle-même changé du tout au tout en un jour. Certes non. […] Les réformes intérieures s’effectueront selon les méthodes constitutionnelles traditionnelles. Ce serait mal comprendre la vie politique de la Grande-Bretagne que de s’imaginer que ce changement soit une révolution. 14

14D’autre part, l’objectif fut de convaincre l’opinion étrangère que la Grande-Bretagne ferait preuve de la même détermination à sortir de la crise économique de l’après-guerre qu’elle avait fait pour remporter la victoire contre les Nazis. Scott-James écrivit par exemple :

  • 15  Editorial, « A toute vapeur », Britain To-day/ Grande-Bretagne actuelle, n° 121, mai 1946, 4.

Nous avons eu des amis à l’étranger qui à l’époque de Dunkerque étaient quelque peu pessimistes quant à ce que nous réservait l’avenir. Et ils se tromperont encore s’ils adoptent un point de vue défaitiste et croient que nous nous laisserons battre par les questions économiques. Cette fois-ci, il est inexcusable de douter même que la Grande-Bretagne sorte de la tempête. Elle vogue sainement et si la mer est grosse, elle n’en avance pas moins.15

  • 16  Una Cormack, « La Sécurité dans la vieillesse », Britain To-day/ Revue de Grande-Bretagne, n° 123, (...)

15Les mêmes préoccupations influençaient la manière dont la revue présentait les réformes travaillistes. Probablement le meilleur exemple est un article traitant de la réforme de la sécurité sociale par Una Cormack16. Dans cet article, Cormack essaie d’expliquer pourquoi un pays aussi endetté et affaibli que la Grande-Bretagne se permettait de lancer un nouveau programme de retraites beaucoup plus généreux que par le passé. Cette politique avait d’autant plus besoin d’être justifiée qu’elle était plus ambitieuse que le Plan Beveridge, qui ne prévoyait pas d’augmenter la valeur des retraites avant vingt ans. Dans un premier temps, l’auteur dissocie cette politique du gouvernement travailliste. Au début de l’article, elle constate :

  • 17  Ibidem, 16.

« Il est dangereux » disait Sir William Beveridge, « de se montrer prodigue pour les vieillards, avant d’avoir assuré les frais d’autres besoins essentiels […] ». Il ne proposait donc pas lui-même de verser une pleine retraite de 24 shillings ou 576 francs avant 1965 […]. Néanmoins, le Gouvernement de coalition trouva cela dangereux et le Gouvernement actuel est allé plus loin.17

  • 18  Ibid., 17.

16Ainsi, elle suggère que l’action du gouvernement d’Attlee n’est que le prolongement de celle du gouvernement précédent, et ne représentait pas une politique spécialement socialiste. Elle ajoute que si le gouvernement prenait un risque, vu l’état de l’économie, « ce risque, si toutefois c’est un risque, la nation toute entière est bien décidée à le courir »18. De cette manière, Cormack insiste sur l’idée de cohésion nationale et de consensus.

17La suite de l’article aborde la question sous un angle historique, des hospices médiévaux aux réformes de Lloyd George. La réforme travailliste est ainsi intégrée à une longue tradition de l’aide aux personnes âgées. Les images qui accompagnent le texte renforcent cette impression de continuité : chaque photographie montre un foyer pour personnes âgées, les institutions en question datant de l’époque médiévale jusqu’au vingtième siècle. Cependant, ce qui est relativement nouveau, selon Cormack, est l’idée des allocations universelles, exposée pour la première fois au XIXe siècle par un homme d’Eglise, le chanoine Barnett, qu’elle décrit comme « le moins du monde préoccupé de politique ». Il semble donc que la politique du gouvernement s’inspire des valeurs chrétiennes plus que des principes socialistes. Cormack prend soin de souligner que :

  • 19  Ibid., 18-19.

Le chanoine Barnett n’était pas un socialiste doctrinaire, ni un fanatique du planisme; c’était un individu de toute première eau, mais il voulait voir une nouvelle attitude envers le travail, de nouveaux horizons de vie pour les gens du commun: il désirait voir remplacer les motifs de l’industrialisme, bénéfice maximum et crainte des pertes, par quelque chose de plus digne de la dignité humaine et qui inspire l’espoir. C’est ce que veut cette génération de la guerre. Elle est convaincue que les hommes travailleront plus librement, plus généreusement et de façon plus fertile s’ils ont l’assurance que l’on s’occupera d’eux convenablement. Or, en tout premier, dans cette organisation de la sécurité vient la question d’une vieillesse confortable. 19

18Cet extrait illustre bien le deuxième angle d’attaque utilisé par l’auteur. Si d’une part Cormack laisse entendre que l’augmentation des retraites est en parfaite harmonie avec certaines valeurs britanniques traditionnelles, elle avance une justification plus pragmatique d’autre part. Pour surmonter la crise économique de l’après-guerre, l’économie britannique devait travailler à plein régime et l’augmentation de la productivité ne pouvait se faire que si la main d’œuvre se sentait protégée.

19L’augmentation de la productivité était essentielle afin que la Grande-Bretagne pût payer les importations dont elle avait besoin pour nourrir sa population et pour se reconstruire. Pour Scott-James, dans un éditorial de 1946, elle représentait la seule manière pour mettre un terme à l’austérité :

  • 20  Editorial, « L’Ordre qui sort du chaos », Britain To-day/Grande-Bretagne actuelle, n°118, février (...)

On sait qu’il est impossible que les choses s’arrangent subitement, mais que les améliorations seront le résultat d’un effort de production régulier et intensif accompagné de l’installation d’un outillage meilleur et de perfectionnement de procédés de fabrication. 20

20Comme Una Cormack, il trouve, dans la recherche de la productivité, la justification du programme travailliste :

  • 21  Ibidem, 4.

Ce n’est nullement le seul Parti travailliste, mais le pays tout entier qui se rend compte actuellement qu’une des tâches les plus importantes que nous ayons à remplir est l’organisation d’une collectivité de travailleurs satisfaits, pour eux-mêmes et parce que sans cette satisfaction, il est impossible de donner un travail vraiment efficace. 21

  • 22  Charles S. Maier, “The politics of Productivity: Foundations of American International Economic Po (...)

21Nous soulignons, qu’une fois de plus, les réformes du gouvernement sont présentées comme une réponse à une préoccupation de la nation entière. Par ailleurs, le fait de reposer la question des mesures sociales en termes de performance économique permettait de concilier la politique travailliste avec la politique étrangère américaine. En effet, les Américains considéraient qu’une politique de productivité apporterait la prospérité, seul garant de stabilité politique dans une Europe occidentale exsangue et menacée par le communisme22.

  • 23  Ce fait fut signalé dans le Monthly Review du British Council, sans doute pour démontrer l’impact (...)

22Suite à la redéfinition de Britain To-day, comme une revue culturelle, et avec le Central Office qui guettait le moindre écart, Britain To-day dut cesser de publier des articles sur des questions économiques et industrielles. Mais la revue trouva les moyens de soutenir la relance de l’économie tout en respectant ces nouvelles conditions. Par exemple, un éditorial de 1947 décrivit l’exposition de produits destinés à l’exportation, Britain Can Make It, comme un événement culturel. Ce texte fut accompagné de photographies de certains articles exposés. L’efficacité de cette approche est démontrée par le fait qu’une entreprise maltaise contacta Britain To-day suite à cet article pour savoir où elle pouvait commander les produits qui y figuraient23.

  • 24  De décembre 1947 à janvier 1949.
  • 25  Il est précisé dans le Monthly Review que plusieurs articles de cette série, ainsi que les illustr (...)
  • 26  R. A. Scott-James écrivit dans un rapport du 20 août 1947 : “my advertisement agent has stated tha (...)

23Lorsque Stafford Cripps se trouva chargé des affaires économiques à partir de novembre 1947, il fit de l’augmentation des exportations sa priorité. Britain To-day soutint à sa manière cette campagne en faveur des exportations avec une série de quatorze articles sur le design britannique24. Les articles portèrent surtout sur l’évolution historique du design mais tous furent accompagnés de photographies qui exposèrent les modèles les plus modernes et susceptibles de séduire le consommateur (Fig. 2). Cette série permit à la revue de présenter différentes industries : les textiles en laine, en coton et en rayonne ; les produits en cuir, plastique, céramique et verre ; l’équipement radio et ménager ; les meubles, automobiles, bagages et livres ; l’emballage et les techniques de présentation. Les fabricants des produits pouvaient ainsi toucher un large public étranger, aussi bien par l’intermédiaire de Britain To-day que par la reproduction des articles dans d’autres journaux25. Par ailleurs, l’insertion de ce genre d’article aidait Britain To-day à trouver des annonceurs, ce qui était important pour deux raisons : d’abord, la revue était sans cesse menacée de suppression si elle ne rentrait pas dans ses frais ; ensuite, la présence de publicités donnait un aspect plus commercial à la revue, masquant partiellement le caractère propagandiste26.

Fig. 2, “Industrial Design XII Motor Cars”, Britain To-day, novembre 1948

Fig. 2, “Industrial Design XII Motor Cars”, Britain To-day, novembre 1948

24Il nous semble que, jusqu’à un certain point, on peut voir ici un vecteur de propagande nationale qui se transforme en vecteur de publicité commerciale. On trouve également le processus inverse dans Britain To-day lorsque l’on se penche sur des publicités qui parurent dans la revue. L’exemple le plus frappant est celui des publicités de l’entreprise Tube Investments, publiées dans Britain To-day entre 1948 et 1949. En tout, il y a huit variantes de cette publicité, chacune racontant une petite fable. Le format est toujours pareil : la publicité ressemble à la page d’un livre avec une petite histoire, accompagnée d’un texte sur l’entreprise. A une exception près, le texte principal commence par « there once was a… », phrase qui annonce, en général, le début d’un conte. Pris ensemble avec l’image, qui est dessinée dans le style d’une gravure ancienne et qui met en scène des personnages aux habits archaïques, ces histoires suggèrent une époque passée, voire hors du temps. Cependant, il est évident que chaque histoire concerne la Grande-Bretagne de l’après-guerre.

25Le véritable message contenu dans ces publicités apparaît clairement si l’on les replace dans leur contexte historique. Prenons comme exemple celle qui porte le titre The Fable of the Man-at-arms (Fig. 3). Le soldat représente les Britanniques prêts à se lancer dans un nouveau combat, cette fois-ci économique. La guerre lui avait apporté de la gloire mais pas de fortune, ce qui fait référence au fait que les Britanniques avaient été ruinés par leur victoire. La suite évoque les interrogations de leurs alliés : constatant les conditions difficiles de l’après-guerre, ils se demandent comment les Britanniques vont s’en sortir. La réponse est claire : « by force of arms », c’est-à-dire en y mettant la même volonté qui leur avait permis de vaincre Hitler. Dans cette histoire, il n’y a donc aucune mention de l’entreprise, qui n’apparaît qu’au deuxième plan. Le texte, à droite, est écrit en plus petites lettres et fait le lien entre la fable et Tube Investments. Ce deuxième texte rend explicite le message de la fable : les Britanniques restent un peuple en armes, mais avec les armes de la prospérité fabriquées par l’entreprise. Il sert aussi à énumérer certains de ces produits, qui sont illustrés en arrière-plan où on peut voir une canne à pêche, des éléments électriques, etc. A la différence de l’image principale, ces dessins sont composés de traits simples et légers qui évoquent un sens de dynamisme et de modernité. Cette publicité a donc une double fonction. D’une part, de présenter Tube Investmentscomme une entreprise moderne et à la pointe de la technologie. D’autre part, de suggérer que, grâce aux entreprises comme celle-ci, la Grande-Bretagne allait regagner sa prospérité. Le message de l’entreprise concorde entièrement avec celui de Britain To-day, les intérêts commerciaux de Tube Investments étant en parfaite harmonie avec les besoins de la propagande nationale. En effet, pendant la période de l’immédiat après-guerre, le besoin vital de la Grande-Bretagne de gagner des marchés extérieurs fit que Britain To-day accorda plus d’importance à la promotion des produits industriels qu’à celle des réformes travaillistes.

Fig. 3, Publicité, Britain To-day, août 1948

Conclusion

  • 27  Rappelons également que l’Information Policy Department du Foreign Office finançait d’une façon oc (...)

26Cette brève étude de Britain To-day dans l’immédiat après-guerre relève deux éléments qui nous semblent pertinents si nous voulons mieux comprendre la propagande britannique en ce temps de paix. D’abord, les conditions très difficiles de cette période empêchèrent les Britanniques de mettre à profit la réputation qu’ils avaient gagnée pendant la guerre. Restreint par le besoin de conquérir l’opinion américaine, le gouvernement britannique préféra rester plutôt discret dans la communication de son expérience socialiste. Le résultat fut une forme de propagande défensive qui cherchait à justifier les réformes travaillistes plutôt qu’à les vanter comme l’expression concrète d’une nouvelle vision de la Grande-Bretagne. Ensuite, le cas de Britain To-day est révélateur de la complexité du concept de propagande et de la multiplicité de formes qu’elle peut avoir. Nous affirmons qu’il s’agit bel et bien de la propagande puisque telle était l’intention explicite des éditeurs. Mais en pratique, il peut être difficile de distinguer ce type de publication des revues culturelles commerciales. D’ailleurs, des études récentes sur la guerre froide culturelle ont démontré que certaines publications apparemment indépendantes bénéficiaient d’un soutien clandestin des services secrets, notamment la revue britannique Encounter27. Dans cet article, nous avons également vu qu’en dépit des contraintes portées sur son contenu, Britain To-day pouvait, à l’occasion, se transformer en vitrine des produits britanniques. Etant donné l’importance de la relance du commerce extérieur pour le gouvernement britannique, ce geste peut être interprété comme une autre manifestation de propagande politique, mais aussi comme un moyen de rapprocher la revue à un statut commercial. En même temps, l’exemple de Tube Investments démontre qu’une publicité commerciale pouvait comporter elle aussi un message politique. Ainsi, les frontières entre journalisme, propagande et publicité s’avèrent-elles floues. Toutes ces techniques ont été mises à l’œuvre afin de convaincre le lecteur de Britain To-day que la Grande-Bretagne de l’après-guerre était un pays stable, fort et uni, et par conséquent un partenaire solide, autant du point du vue politique qu’économique.

Haut de page

Notes

1  Les deux sont des organismes publics, dont le statut est protégé par une Charte Royale. Comme la BBC, le British Council est indépendant du gouvernement, mais ce dernier joue un rôle important dans la nomination de ses dirigeants et détermine son budget.

2  Editorial, Britain To-day / L’Angleterre d’Aujourd’hui, n° 11, septembre 1939,  1.  A ses débuts, Britain To-day a été traduit en allemand, français, espagnol, italien et, peu de temps après, en portugais. Certaines de ces éditions cessèrent de paraître assez rapidement, suivant le cours des événements. Ce fut le cas de L’Angleterre d’Aujourd’hui, qui réapparut en 1944 sous le titre Grande-Bretagne actuelle. Le titre fut encore modifié en 1946 pour devenir Revue de Grande-Bretagne, titre qui disparaîtra définitivement quelques mois plus tard lorsque toutes les éditions en langue étrangère furent supprimées. Par souci de clarté, nous avons préféré utiliser le titre principal Britain To-day. Cependant, nous avons cité les traductions provenant de l’édition française pour les périodes où il en existe une.

3  94 000 en 1943, 110 000 en avril 1946. Archives du British Council BW 82/9 et BW 119/1, The National Archives (TNA).

4  Par exemple :  A.V. Cookman, Charles Davy, Séan O’Faolain, Ronald Lewin, Arnold Palmer et Edith Shackleton.

5  “[Britain To-day] is, in essence, a propagandist magazine.” Sturt 28 mai 1945, FO 924/37, TNA.

6  “[Britain To-day] has to serve the purpose of propaganda without appearing to be propaganda.”  R.A. Scott-James, Paper A, Executive Committee, Sub-Committee on Britain To-day, 15 septembre 1953, BW 2/511, TNA.

7  “The shillings or dollars or whatever currency may be that is paid for copies of Britain To-day are a guarantee that our readers want us. We rely upon them for our existence. This a co-operative adventure between ourselves and them”. Editorial “Number 200”, Britain To-day, n° 200, décembre 1952, 3.

8  “Our function in the main [is] to publicize what is creditable to this country, and not make too much of our more glaring defects.” R. A. Scott-James, Paper A, Executive Committee, Sub-Committee on Britain To-day, 15 septembre 1953, BW 2/511, TNA.

9  “The Council returned to Europe in the wake of the Allied armies.[…] Interest everywhere in Britain was immense. […] The reforms of the Labour government were followed eagerly by peoples looking for models for their own social reconstruction”. Richard Auty, document non publié, cité par Frances Donaldson, The British Council, the First Fifty Years, Londres: Jonathan Cape, 1984, 145.

10  Les archives du département qui produisit Britain To-day ont vraisemblablement été détruites. Toutefois, nous avons pu retrouver certaines données quant aux pays destinataires dans d’autres archives du Council : BW 82/9, BW 119/1, BW2/511, TNA.

11  Philip M. Taylor, “The Projection of Britain Abroad 1945-1951”, in Michael L. Dockrill et John W. Young (ed.), British Foreign Policy 1945-1956, Basingstoke et Londres: Macmillan, 1989, 25. Caroline Anstey, « The Projection of British Socialism: Foreign Office Publicity and American Opinion, 1945-50 » in Journal of Contemporary History, n°19, 1984, 418. Caroline Anstey affirme que : “The period 1945-51 […] saw the Foreign Office attempt to influence American opinion to a degree unprecedented in peace-time”.  Le présent article s’appuie largement sur les conclusions d’Anstey en ce qui concerne cette campagne.

12  Même parmi les responsables politiques : lorsque l’administration Truman mit fin au Prêt-Bail seulement six jours après la capitulation du Japon, Sir Isaiah Berlin, alors en poste à l’Ambassade britannique à Washington, se demanda si les Américains n’essayaient pas de paralyser le gouvernement travailliste dès ses débuts. Voir Kenneth O. Morgan, Labour in Power 1945-1951, Oxford: Clarendon Press, 1984, 145.

13  Anstey cite une étude de 1947, menée par l’Ambassade britannique, qui résuma l’opinion américaine ainsi : « John Bull is not a heroic figure of sacrifice, but a lazy inefficient bum ». C. Anstey, 1984, 436. Scott-James reçut également un courrier à ce sujet, faisant part des critiques et des interrogations d’un lecteur américain, et accompagné d’extraits de la presse américaine. Editorial “Austerity”, Britain To-day, n° 154, février 1949.

14  Editorial, « Le gouvernement de parti », Britain To-day/Grande-Bretagne actuelle, n° 114, octobre 1945, 4.

15  Editorial, « A toute vapeur », Britain To-day/ Grande-Bretagne actuelle, n° 121, mai 1946, 4.

16  Una Cormack, « La Sécurité dans la vieillesse », Britain To-day/ Revue de Grande-Bretagne, n° 123, juillet 1946, 16-20.

17  Ibidem, 16.

18  Ibid., 17.

19  Ibid., 18-19.

20  Editorial, « L’Ordre qui sort du chaos », Britain To-day/Grande-Bretagne actuelle, n°118, février 1946, 3-4.

21  Ibidem, 4.

22  Charles S. Maier, “The politics of Productivity: Foundations of American International Economic Policy after World War II”, in Charles S. Maier (ed.), The Cold War in Europe, Era of a Divided Continent, Princeton: Markus Wiener Publishers, 1996, 169-201.  Pour l’influence de Washington sur la politique économique du gouvernement travailliste, voir Helen Mercer, “Industrial Organisation and Ownership, and a New Definition of the Postwar Consensus”, in H. Jones et M. Kandiah (ed.), The Myth of Consensus, Basingstoke and London: Macmillan, 1996, 149. Pour le rôle des Labor Attachés en poste à Londres, chargés par le gouvernement américain de « prêcher la parole de la productivité » auprès des syndicalistes et travaillistes, voir Hugh Wilford, chapitre 5, ‘Labor Diplomacy’, The CIA, the British Left and the Cold War, London et Portland : Frank Cass, 2003, 158-192.

23  Ce fait fut signalé dans le Monthly Review du British Council, sans doute pour démontrer l’impact concret de Britain To-day. “Britain To-day”, Production Notes, British Council Monthly Review, février 1947. BW119/1, TNA.

24  De décembre 1947 à janvier 1949.

25  Il est précisé dans le Monthly Review que plusieurs articles de cette série, ainsi que les illustrations, furent publiés dans des journaux étrangers. British Council Monthly Review, octobre 1948, 158. BW 119/3, TNA.

26  R. A. Scott-James écrivit dans un rapport du 20 août 1947 : “my advertisement agent has stated that he could get a substantially better advertisement revenue if we were able to have, for example, ‘a monthly article on various important British industries’.” Par ailleurs, il dit à propos de la suppression de l’édition britannique :  “without advertisements it was difficult topersuade the distributing agents to regard Britain To-day as a commercial publication.” BW68/5, TNA.

27  Rappelons également que l’Information Policy Department du Foreign Office finançait d’une façon occulte la publication d’ouvrages et d’articles afin de soutenir la politique britannique pendant la guerre froide. Andrew Defty, Britain, America and Anti-Communist Propaganda, 1945-1958, London : Frank Cass, 2003 ; Frances Stonor Saunders, Qui mène la danse? La CIA et la guerre froide culturelle, Paris : Denoel,  2003 ; Hugh Wilford, The CIA, the British Left and the Cold War, London : Frank Cass, 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1, Britain To-day, juin 1948 et The London Mercury, septembre 1937-avril 1939
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/2045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/2045/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 2, “Industrial Design XII Motor Cars”, Britain To-day, novembre 1948
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/2045/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/2045/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Byrne, « L’après-guerre du peuple ? La Grande-Bretagne sous les Travaillistes vue par Britain To-day (1945-1950) », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°3 | 2006, 175-190.

Référence électronique

Alice Byrne, « L’après-guerre du peuple ? La Grande-Bretagne sous les Travaillistes vue par Britain To-day (1945-1950) », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°3 | 2006, mis en ligne le 21 octobre 2009, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2045 ; DOI : 10.4000/lisa.2045

Haut de page

Auteur

Alice Byrne

(Aix-en-Provence, France)
Alice Byrne enseigne à l’Ecole des Beaux-Arts d’Aix-en-Provence. Elle rédige une thèse sur Britain To-day, une revue publiée par le British Council entre 1939 et 1954.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals