Navigation – Plan du site
L’après 1945 : la propagande en temps de paix

Margaret Thatcher et la BBC : régulation ou manipulation ?

Margaret Thatcher and the BBC: Regulation or Manipulation?
Daniel Ruff
p. 191-206

Résumé

This article argues that the relationship between Margaret Thatcher and her governments of the 1980s on the one hand, and the BBC on the other, differed from those of an ‘arm’s length’ regulator which had existed since the creation of the BBC through successive Conservative and Labour governments until 1979, in which ministers would not intervene in BBC policy or programming. Ministers and party members instituted a concerted attempt to intimidate the BBC, most especially its news and current affairs programmes, whenever the latter did not report national politics and international events to the government’s liking. Proposed neo-liberal reforms to the system of funding the Corporation and negotiations for regular increases in the value of the licence fee were similarly opportunities to exert pressure on the BBC and to call into question its public service remit. Finally, royal prerogative and royal patronage were used to manipulate the political colour of the Board of Governors and thus, indirectly, the management of the BBC.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

20th century, XXe siècle

Index thématique et géographique :

Grande-Bretagne, Great Britain, histoire, history, media, médias, société, society
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir infra.
  • 2  « There is no good reason for introducing advertising on to the BBC […] and we are not persuaded t (...)

1La perception la plus fréquente de l’action politique des gouvernements Thatcher envers la BBC est celle d’une occasion manquée.  Mme Thatcher ne cherchait pas souvent à cacher son envie de réformer la BBC, voire de la privatiser, et surtout de supprimer la redevance.  Les conclusions d’une commission d’enquête nommée pour étudier le financement de la Corporation (la Commission Peacock) tinrent compte des avis majoritaires du secteur audiovisuel1 et lui privèrent des autres moyens possibles de financement (la publicité et l’abonnement) en 1986,2 et sa loi sur l’audiovisuel de 1990 amena une réforme en profondeur du seul secteur commercial. Mme Thatcher manqua-t-elle simplement de temps pour s’occuper davantage de la BBC ? Finit-elle par accepter que le service public représentait un bien dans une société démocratique ? Dut-elle accepter qu’un système audiovisuel entièrement privé ne serait pas acceptable à ses électeurs ?

  • 3  Voir infra.

2Toutefois, il est clair que la BBC, au début de l’époque Major, était très différente de celle qui existait en 1979. Comment Margaret Thatcher réussit-elle à transformer cet organisme sans nouvelle législation et sans modifier profondément sa charte et sa licence ? Quels furent les moyens employés par son gouvernement pour influencer les actions et le fonctionnement de la BBC ? Cette influence, découlait-elle d’une politique construite et réfléchie qui cherchait à appliquer légitimement des réformes idéologiques dans le secteur audiovisuel, ou s’agissait-il de solutions ad hoc à des difficultés ponctuelles (par exemple, la gestion des crises liées à la diffusion d’émissions comme Real Lives ou Secret Society3) ?

3La libéralisation de l’industrie audiovisuelle, qui fut réelle dans le secteur commercial (la loi de 1990 imposa par exemple la privatisation du système de transmission de Channel 3, la vente des licences d’exploitation de Channel 3 et de Channel 5 grâce à un système d’enchères, l’allègement considérable des obligations de service public dans le cahier des charges des chaînes privées, ou l’éclatement de l’Independent Broadcasting Authority (IBA) dans des instances de régulation à pouvoirs réduits), toucha aussi la BBC, à la fin des années 1980.  En ce qui concerne celle-ci, cette évolution ne semble être ni tout à fait le fruit du hasard, ni le résultat d’un projet politique abouti.  On peut trouver ses origines, en partie, dans l’impression ressentie par le gouvernement, que le journalisme de la BBC lui était défavorable (impression d’ailleurs fréquente chez des gouvernements de gauche comme de droite depuis au moins quarante ans), et dans les réponses trouvées par Thatcher et par ses ministres pour corriger cette prétendue dérive. Les réponses relèvent parfois de tentatives d’intimidation, voire de manipulation, des journalistes et de la direction, parfois d’une utilisation légale mais contestable des outils de régulation de la BBC qui sont à la disposition de tout gouvernement depuis les années 1920.

4Le premier conflit entre le gouvernement Thatcher et la BBC arriva dès 1979 quand la Corporation diffusa une interview avec un membre de l’Irish National Liberation Army, l’organisation qui avait revendiqué l’assassinat de l’ami de Margaret Thatcher, Airey Neave.  Mme Thatcher estimait que donner la parole aux terroristes ou à leurs associés était une faute, et le reprocha à la BBC dans une intervention à la Chambre des Communes.

5Le traitement de l’Irlande dans les médias fut l’un des thèmes les plus récurrents de conflits entre les Conservateurs et la BBC, mais ce ne fut pas le seul.  Et la Chambre des Communes n’en fut pas le seul théâtre.  Tantôt les protestations provenaient directement de Downing Street, tantôt ce fut l’un des ministres de Margaret Thatcher qui en était à l’origine.  La pression pouvait s’exercer directement sur des membres du Conseil d’administration (Board of Governors) ou sur des cadres de la BBC par des contacts privés, ou encore paraître dans la presse à la suite de briefings, de discours publics, de conférences de presse, etc.. Le gouvernement vit dans le traitement, par la BBC, de nombreux autres événements, la trace de ce qu’il prit pour une hostilité à la politique Conservatrice.

  • 4  « Many people are very, very concerned indeed that the case for our British forces is not being pu (...)

6Pendant la guerre des Malouines, en 1982, Alasdair Milne (récemment nommé Directeur Général de la BBC) et George Howard (Président de son Conseil d’administration) furent invités à Westminster pour rencontrer un groupe de députés Conservateurs, le Conservative Backbench Media Committee. Celui-ci protesta contre le ton de neutralité adopté par la rédaction en couvrant le conflit, estimant que le rôle de la BBC devait être de soutenir le gouvernement et l’action des troupes britanniques.  Plusieurs journaux, dont le Sun de Rupert Murdoch, étaient du même avis, et Mme Thatcher en parla de nouveau les 7 et 11 mai à la Chambre des Communes.4 Le responsable de la liaison entre Downing Street et la presse, Bernard Ingham, reconnut plus tard que les députés agirent sous l’encouragement du Premier Ministre, qui souhaitait que les attaques contre la BBC ne proviennent pas toujours des mêmes ministres.

  • 5  Norman Tebbit, Upwardly Mobile, Londres, Futura, 1989, 261.

7Le Parti trouva, le soir des élections législatives du 6 juin 1983, un autre exemple d’une attitude supposée partisane de la BBC, lorsque le ministre Conservateur Norman Tebbit se rendit dans ses studios pour participer à l’analyse traditionnelle des résultats. Dans son autobiographie, il donne l’interprétation suivante de son accueil : “The atmosphere in the studio was terrible—almost everyone on the staff seemed to be in mourning with no attempt to conceal their regret that their side had lost.5

8Le 30 janvier 1984, l’émission d’actualité Panorama diffusa un documentaire intitulé Maggie’s Militant Tendency, une enquête sur l’infiltration du Parti Conservateur par l’extrême droite et sur l’influence de celle-ci au sein du Parti. Au siège du Parti, les réactions furent des plus vives.  Les cadres du Parti protestèrent auprès de la direction de la BBC, et cinq députés cités dans l’émission portèrent plainte pour diffamation.  Les actions en justice continuèrent pendant deux ans mais n’aboutirent pas. La BBC finit par proposer un dédommagement à l’amiable aux députés, alors que les journaux de gauche laissaient entendre que les personnes qui avaient parlé aux journalistes et qui devaient donc témoigner pendant les procès, avaient subi des pressions anormales de la part du Parti Conservateur.

  • 6  « The Governors discussed for a considerable time the propriety of taking the exceptional stance o (...)

9En août 1985, la BBC s’apprêtait à diffuser un documentaire intitulé The Edge of the Union sur la vie de deux hommes politiques irlandais de partis opposés du conflit (Martin McGuinness du Sinn Féin et Gregory Campbell du Democratic Unionist Party), dans la série d’émissions intitulée Real Lives.  Le Ministre de l’Intérieur (qui avait la responsabilité de l’audiovisuel à l’époque), Leon Brittan, formula une demande publique à la BBC de ne pas diffuser le programme. Il justifia sa demande en évoquant la sécurité intérieure.  Mais la méthode restait contestable, compte tenu des responsabilités qu’avait le Ministère de l’Intérieur de l’époque pour le secteur audiovisuel, et du climat tendu qui existait déjà entre le gouvernement et la BBC. En l’absence du Directeur Général Alasdair Milne, qui était en vacances, le Conseil d’administration décida de visionner puis d’interdire l’émission. Ces décisions étaient sans précédent, et le Président du Conseil d’administration, Stuart Young, se justifia, en partie, en rejetant la responsabilité sur le Ministre.6 De nombreux journalistes, à la BBC et ailleurs, virent dans l’interdiction de l’émission une capitulation à la pression gouvernementale, et la réussite d’une tentative de censure contre la Corporation. Ses journalistes organisèrent une grève nationale, le 6 août, pour protester contre l’attitude supposée partisane du Conseil d’administration. La grève, et le refus par des cadres de la BBC de la condamner, ne firent qu’empirer l’image de la Corporation auprès du gouvernement, et plusieurs députés Conservateurs exigèrent, dans la presse, des changements dans l’équipe de direction.

  • 7  Il fut promu à la direction du Conservative Research Department en 1990 (« Hardline Tory promoted (...)
  • 8  Tebbit accusa la BBC de chercher l’objectif suivant : « to arouse anti-American emotion » en citan (...)
  • 9  « Dubious tactics on BBC ‘bias’ », The Independent, le 1er novembre 1986.

10En 1986, le Parti Conservateur commença à solliciter de ses adhérents tous les exemples qu’ils pouvaient relever de reportages anti-gouvernementaux ou anti-Conservateurs dans les journaux télévisés et radiophoniques de la BBC. Un militant, Julian Lewis,7 devait suivre la question au jour le jour au siège du Parti, et préparer des rapports pour Norman Tebbit. Un de ces rapports traita de la façon dont la BBC rendit compte du bombardement aérien de la Libye effectué en avril par des avions de l’armée de l’air américaine mais qui partirent de bases situées sur le territoire britannique et avec l’accord du gouvernement britannique.  La BBC avait, de nouveau, adopté une position de neutralité, évoqué l’état des victimes libyenne, et s’était même interrogée sur la légalité de l’opération, attitude qui déplut fortement à Norman Tebbit, qui rendit son rapport public.8 Le journal The Independent était toutefois de l’avis que les reportages de la BBC avaient été maladroits, et il incita la Corporation à éviter de s’exposer davantage à de telles attaques9.

11Le Conseil d’administration opta, à nouveau, en 1986, pour l’interdiction de l’émission Secret Society, qui devait faire des révélations sur le financement et la construction d’un satellite espion. Quand l’auteur du reportage décida de publier ses informations dans le New Statesman, le gouvernement interdit la publication de l’article, et autorisa une perquisition des locaux de la BBC, à Glasgow, pour trouver la source des informations divulguées au journaliste.  

  • 10  Ed Moloney, « Closing Down the Airwaves: the Story of the Broadcasting Ban » dans Bill Rolston (éd (...)

12En juin 1988, certains députés Conservateurs en vinrent même à critiquer la retransmission d’un concert qui fêtait le 70e anniversaire de Nelson Mandela, alors que celui-ci était encore en prison en Afrique du Sud.  L’année suivante, n’ayant pas réussi à convaincre les rédactions du secteur audiovisuel qu’il fallait avoir une attitude différente aux traditionnelles règles de neutralité dans les domaines de la guerre et du terrorisme, le gouvernement imposa l’interdiction à tous les médias audiovisuels de diffuser des discours, communiqués ou interviews de terroristes et d’hommes politiques irlandais pouvant avoir des liens avec des actions terroristes, notamment les membres du Sinn Féin. Moloney souligne que cette mesure était superflue en ce qui concerne les terroristes (la BBC n’avait pas diffusé d’interview avec un membre de l’IRA depuis plus de quinze ans) ; mais, pour les hommes politiques membres du Sinn Féin, parti politique légal avec un député élu à Westminster, elle représentait : « the most serious infringement on freedom of speech in peace-time ».10

13Bernard Ingham, dans ses mémoires publiées en 1991, résuma son avis sur les émissions d’actualité de cette période de la façon suivante :

  • 11  Bernard Ingham, Shoot the Messenger, Londres, Fontana, 1991, 355.

With their record one might assume that they have a more tender mercy for the sinner than the sinned against; for the criminal rather than the victim; and for the terrorist rather than the dead and bereaved.  They seldom appear to be on the side of the forces of law and order.11

14A cette pression quasi-permanente sur la BBC et surtout sur le quotidien de ses journalistes, il faut rajouter le pouvoir du gouvernement de décider des moyens financiers accordés à la Corporation notamment en arrêtant annuellement la valeur de la redevance.

15Le revenu de la BBC provenant de la redevance connut une croissance plus ou moins ininterrompue de ses débuts dans les années 1920 jusqu’aux années 1970, grâce aux mises en place successives de différentes technologies. Quand le nombre de foyers payant la redevance radio se stabilisait, le lancement de la télévision prit le relais pour assurer une augmentation des ressources financières. De la même manière, les premiers programmes en couleur, en 1967, avec une redevance plus chère correspondante, permit à la BBC de se développer encore dans les années 1970. Mais à la fin de cette décennie, le nombre de redevances couleur arrivait lui aussi à un seuil, et la Corporation se vit contrainte de demander des hausses régulières et importantes dans le prix de la redevance pour surmonter l’inflation des coûts, traditionnellement plus élevée dans le secteur audiovisuel que la moyenne de l’économie.

  • 12  Même si ce lobby ne fut pas nouveau (ce fut essentiellement le même qui participa à l’obtention d’ (...)
  • 13  The Omega Report: Communications, Londres, Adam Smith Institute, 1984.

16Ces demandes coïncidèrent avec l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement qui promettait de baisser les impôts et qui considérait la redevance comme un impôt injuste. Les opposants à la redevance ne manquaient pas au sein du Parti Conservateur, même avant que Norman Tebbit ne commence son programme d’attaques contre la BBC. Le lobby de l’industrie publicitaire publia plusieurs rapports contre la redevance et en faveur d’un financement de tout le secteur audiovisuel par la publicité.12 Les agences de publicité voyaient dans cette idée la possibilité d’attirer de nouveaux clients annonceurs vers un marché élargi, et les annonceurs voyaient dans une pluralité de chaînes financées par la publicité une concurrence qui ferait baisser le coût du spot et augmenter le nombre de téléspectateurs qu’ils pourraient toucher. Le groupe de réflexion et de pression libérale, l’Institut Adam Smith, formula des propositions qui allaient dans le même sens.13 Pour lui, le téléspectateur était un consommateur ; l’émission, un produit comme un autre. La qualité ou la réussite d’une émission pouvait être mesurée objectivement par son taux d’écoute. Le concept de service public disparaissait derrière la volonté de faire de la télévision et de la radio des marchés dérégulés.

  • 14  Channel Four commença à émettre en novembre 1982 et même si la chaîne était financée par la public (...)

17Cependant, le Ministre de l’Intérieur nommé par Margaret Thatcher, en 1979, fut un Tory à l’ancienne. William Whitelaw accorda à la BBC des hausses régulières de la redevance. L’attitude du ministère, y compris dans la création de Channel Four,14 semblait aller dans le sens de la continuité et du consensus. Ce fut le successeur de Whitelaw, Leon Brittan, qui reçut de la BBC la demande d’une hausse plus importante.  Le 12 décembre 1984, la Corporation rendit publique sa demande de voir passer la redevance de £46 à £65, pour permettre un développement plus important et plus serein. Le 27 mars 1985, Brittan annonça qu’il allait accepter une redevance couleur de £58 au lieu des £65 demandées. En même temps, il annonça la création d’une Commission d’enquête qui devait étudier le financement de la BBC et faire des propositions pour le réformer. Au cours du débat à la Chambre des Communes, de nombreux députés se prononcèrent contre cette augmentation, et dans la journée, une cinquantaine d’entre eux signèrent une pétition de protestation. On reprocha à la BBC un manque de patriotisme, le caractère partisan de sa rédaction, une gestion inefficace des ressources publiques.

  • 15  Samuel Brittan (journaliste libéral au Financial Times, frère de Leon, le Ministre de l’Intérieur (...)
  • 16  « Swearing in the jury », The Sunday Times, le 26 mai 1985.
  • 17  William Whitelaw aurait démissionné du gouvernement si elle avait insisté pour imposer la publicit (...)

18Il est difficile d’évaluer l’influence de ce climat sur les travaux de la Commission. Son président, Alan Peacock, professeur d’économie, était déjà acquis à la cause néo-libérale.  Les membres de la Commission15 ne pouvaient pas ne pas connaître l’avis du Premier Ministre sur la rédaction « partisane » de la BBC. La presse écrite en rendait régulièrement compte, et les titres de Rupert Murdoch étaient les plus virulents dans leur campagne contre le service public.  En mai 1985, le Sunday Times reprocha à certains membres de la Commission d’être « obstinately open-minded ».16 La création de la Commission représentait un compromis entre les demandes pressantes pour une réforme radicale, voire une privatisation, de la BBC, et la résistance, à celles-ci, ressentie au Ministère de l’Intérieur. Margaret Thatcher regretta cette prise de position des fonctionnaires du ministère dans ses mémoires, mais reconnut que des ministres de son propre gouvernement furent du même avis.17 Dans tous les cas, le temps nécessaire aux travaux de Peacock reportait toute réforme au-delà des prochaines élections, qui devaient avoir lieu au plus tard en 1988.

  • 18  « Consumer ». Consignes formulées par le Ministre de l’Intérieur, reprises dans Peacock, op. cit., (...)

19La Commission fut chargée d’étudier le financement de la BBC, et notamment d’évaluer les conséquences d’une éventuelle utilisation de la publicité en complément ou en remplacement de la redevance. Ce fut la première fois qu’une commission d’enquête dut étudier le seul aspect financier de l’audiovisuel, sans s’occuper des programmes ou de la notion de service public. Peacock et les membres de son équipe dépassèrent ce cahier des charges restreint. Il est à noter que ces consignes firent référence ni au citoyen, ni au téléspectateur, mais au « consommateur ».18

  • 19  dont ceux de l’IBA, des associations des sociétés de télévisions et de radios commerciales (Indepe (...)

20La Commission travailla vite. Elle fut nommée le 17 mai 1985, et publia son rapport le 3 juillet 1986. La grande majorité des témoignages et des avis qu’elle reçut19 l’incitaient à ne pas poursuivre l’idée de la publicité :

  • 20 Ibid., 124.

the introduction of advertising into the BBC, even in a gradual phased way, is likely to depress the growth of ITV revenues compared with what they would otherwise be […]; so long as spectrum scarcity prevails, and there is no direct means of consumer payment for programmes, rivalry between two systems even partly dependent on advertising is likely to intensify the “ratings war” and so reduce the effective range of choice open to viewers and listeners.20

La qualité des émissions en souffrirait, et tout le secteur serait affaibli par la nécessaire concurrence pour attirer des budgets publicitaires finis.  Quelle que soit la force de ses convictions libérales, la Commission ne pouvait pas formuler des propositions contraires à ces avis largement majoritaires dans le secteur audiovisuel.

  • 21 Ibid., 6.

21Elle ne fut pas tendre, pour autant, avec le service public.  Celui-ci fut défini comme la diffusion à la marge du secteur des quelques programmes que le marché libre ne pouvait pas fournir et payer. Tout en citant la loi sur l’audiovisuel de 1981 et sa définition (déjà limitée) du service public comme la création de programmes de qualité et de mérite, d’une grande variété dans les domaines de l’information, de l’éducation et du divertissement21, le rapport Peacock oublie l’histoire du secteur, longue de plus de soixante ans, l’évolution dans la définition de ses obligations de service public, son rôle culturel et social, pour laisser place à des arguments purement économiques. Le marché satisfait le consommateur ; le service public peut compléter ses quelques lacunes pour satisfaire le contribuable. La conséquence de cette logique est la recommandation de voir une transformation du secteur audiovisuel vers un modèle de marché libéral, avec dans un premier temps le développement du câble et du satellite, et de nouvelles technologies qui permettent le paiement par chaîne ou par programme, ceci pour augmenter le choix des consommateurs ; suivi dans un deuxième temps par la réduction du rôle de la BBC qui serait financée par l’abonnement, et la répartition de fonds publics aux diffuseurs volontaires pour créer ponctuellement des programmes de service public.

22Peacock recommanda, néanmoins, la privatisation d’une partie de la BBC, en particulier de ses radios musicales 1 et 2, et locales. Le gouvernement ne suivit pas ce conseil, mais il appliqua le suivant, qui était d’imposer à la BBC et à l’IBA l’obligation d’acheter une proportion de leurs émissions à des producteurs externes indépendants.

23Peacock était un libéral, dans tous les sens du terme, alors que le néolibéralisme de Thatcher se limitait aux seules idées économiques ; sur le plan social, elle pouvait être extrêmement conservatrice. Par conséquent, ils se trouvèrent en désaccord en ce qui concerne la proposition de Peacock de supprimer les restrictions sur la nature des programmes (violents ou à caractère sexuel) que la BBC et l’IBA pouvaient diffuser :

  • 22  Ibid., 150.

The end of all censorship arrangements would be a sign that broadcasting had come to age, like publishing three centuries ago. Prepublication censorship, whether of printed material, plays, films, broadcasting or other creative activities or expressions of opinion, has no place in a free society and we would want to advise Government and Parliament to embark forthwith on a phased programme for ending it.22

  • 23  Une étude portant sur les réclamations reçues par le BSC au cours des 18 mois entre juillet 1993 e (...)
  • 24  La loi incita le BSC à imaginer dans ses délibérations : « any effects or potential effects on the (...)

24Margaret Thatcher rejeta cette idée, allant même dans le sens inverse avec la création controversée du Broadcasting Standards Council (BSC) chargé de contrôler le bon goût et la respectabilité des émissions.23  La loi de 1990 sur l’audiovisuel créa de nouvelles restrictions sur le contenu sexuel et politique des programmes.24

  • 25  Voir infra.

25Les demandes formulées par des députés Conservateurs pour la suppression de la redevance devinrent moins nombreuses après la publication du rapport Peacock. D’autres changements intervenus dans la direction de la BBC25 semblent avoir satisfait beaucoup de ses opposants.  En janvier 1987, le Ministre de l’Intérieur, Douglas Hurd, s’engagea à augmenter le montant de la redevance au taux de l’inflation pendant au moins trois ans. Norman Tebbit poursuivit, néanmoins, sa chasse aux reportages qu’il percevait comme partisans.

26Au-delà de ce mécanisme financier, Margaret Thatcher trouva d’autres façons d’influencer l’évolution de la BBC pendant son séjour à Downing Street. Le gouvernement britannique, grâce aux systèmes de la Royal prerogative et du Royal patronage, peut avoir une influence sur le fonctionnement de nombreuses institutions en nommant des personnages plus ou moins marqués politiquement à des postes clés. C’est le cas du Conseil d’administration de la BBC, et de l’IBA de l’époque. La tradition, avant 1979, était de nommer des personnalités sans orientation politique forte ou d’équilibrer le nombre des représentants des principaux partis politiques. Mais au cours de ses mandats successifs, Mme Thatcher abandonna cette tradition et modifia ainsi le caractère des institutions qui nous intéressent ici.

  • 26  De manière plus générale, il faut rappeler que la politique économique très radicale  à l’origine (...)
  • 27  Lord Annan, Report of the Committee on the Future of Broadcasting. Cmnd. 6753, Londres, HMSO, 1976
  • 28  Lord Hunt, Report of the Inquiry into Cable Expansion and Broadcasting Policy, Cmnd. 8679, Londres (...)

27Pendant son premier mandat, le gouvernement Thatcher ne semblait pas hostile au service public dans le secteur audiovisuel26. Même si le gouvernement préféra créer Channel Four sous la responsabilité de l’Independent Broadcasting Authority (IBA) et lui refuser tout financement public pour ne lui laisser que la publicité, le cahier des charges de la nouvelle chaîne, née en 1982, comportait de véritables obligations de service public. Depuis, d’aucuns ont vu dans la décision de créer une chaîne qui se contente de diffuser des programmes commandés à des producteurs externes, principalement de petits producteurs indépendants de la BBC et des sociétés ITV, une volonté d’introduire déjà une concurrence libérale dans le secteur qui devait avoir pour effet de réduire les coûts de la télévision, à terme, pour toutes les chaînes, et de réduire le pouvoir des syndicats du secteur. Mais attribuer cette volonté a posteriori à Margaret Thatcher peut sembler discutable, dans la mesure où son gouvernement ne fit que suivre, pour l’essentiel, les recommandations qui avaient été formulées dans le rapport Annan dès 197627 et qui étaient déjà en préparation sous le gouvernement Travailliste avant 1979. La Commission Hunt fut d’ailleurs chargée d’étudier l’expansion du câble à cette époque « in a way consistent with the wider public interest, in particular with the safeguarding of public service broadcasting »28.

28Cette attitude envers le service public connut une évolution certaine.  Dans ses mémoires, Thatcher dit ceci du secteur audiovisuel :

  • 29  Margaret Thatcher, op. cit., 634.

Broadcasting was one of a number of areas—the professions such as teaching, medicine and the law were others—in which special pleading by powerful interest groups was disguised as high-minded commitment to some greater good.29

29Elle trouvait que le concept même de service public était « dépassé » (« outdated »). Sa perception grandissante que la BBC était, de plus, anti-Conservateur et anti-Thatcher, eut certainement des conséquences dans sa façon d’exercer le pouvoir de nommer les membres de son Conseil d’administration.

30Le premier président du Conseil de cette époque, Stuart Young, fut nommé alors que William Whitelaw était encore au Ministère de l’Intérieur. Sa famille était proche des Thatcher, mais il s’avéra être un défenseur de la BBC et de son indépendance traditionnelle. Les nominations successives furent plus controversées. Sir John Boyd fut nommé grâce à sa qualité de syndicaliste, mais représentait la droite du mouvement syndical. Lord Barnett et Bill Jordan avaient également tendance à trahir leur étiquette de membres Travaillistes ou de gauche.  Horrie et Clarke résument la carrière de Lord Barnett de la façon suivante :

  • 30  Chris Horrie & Steve Clarke, Fuzzy Monsters: Fear and Loathing at the BBC, Londres, Heinemann, 199 (...)

Barnett was a former Labour cabinet minister, though hardly a man of the left, of even the liberal centre.  As Treasury Secretary he had presided over an ultra-orthodox financial strategy with enormous public spending cuts, taking on the unions in the resulting ‘Winter of Discontent’.  Barnett could claim to be the man who introduced the key Conservative policy of monetarism into Britain’s public finances, even before the Conservative Government came to power.30

  • 31 Ibid., 197.

Bill Jordan siégea également aux conseils d’administration de English Partnerships, du Winston Churchill Trust, et de la London Schoool of Economics. Moins conservateur toutefois que ses collègues, il avait tendance à ne pas assister aux réunions du Conseil lorsqu’il se sentait très minoritaire dans les débats.31

  • 32 Ibid., 65-78.

31La crédibilité du Conseil d’administration souffrit beaucoup de l’incident, déjà évoqué, de l’été 1985 quand, en l’absence du Directeur Général, Alasdair Milne, il interdit l’émission Real Lives. L’indépendance de la Corporation vis-à-vis du gouvernement ne semblait plus assurée.  Et les relations entre Milne et le Conseil d’administration furent aussi très certainement endommagées. Le coup de grâce arriva à la suite de la mort prématurée du président du Conseil, Stuart Young, en 1986. Le gouvernement nomma Marmaduke Hussey à sa place, avec l’espoir à peine caché que celui-ci ferait en sorte que la BBC marche au pas.  Hussey ne perdit pas de temps pour remercier Milne et le remplacer par Michael Checkland. Ancien comptable, Checkland devait entamer une réorganisation de la structure de la BBC pour la rendre plus efficace et économe. Il n’était pas le candidat favori de Hussey (qui aurait préféré nommer le journaliste David Dimbleby, très marqué politiquement), mais il était un candidat de compromis qui pouvait assurer la transition vers la réorganisation de la Corporation voulue par le gouvernement.32

32Norman Tebbit reconnaît avoir hésité avant d’autoriser la publication du rapport sur le traitement par la BBC du bombardement de la Libye à cette époque. Il ne voulait pas que ce rapport nuise à l’action de Hussey, fraîchement nommé à la tête de la BBC. Il s’expliqua de cette façon :

  • 33  Tebbit, op. cit., 325.

Naturally it was a point I considered before the Prime Minister agreed that I should publish my dossier.  […]  Indeed, it was not to be long before both the Director General, Mr Milne, and his Assistant Director General, left.33

33Le « indeed » indique clairement que, pour le gouvernement, la nomination de Hussey devait déboucher sur le licenciement de Milne.  Dans la foulée, John Birt devint le numéro deux de Checkland, et lança une réforme d’abord de la rédaction, et par la suite, en tant que Directeur Général lui-même, de toute l’administration de la BBC. Ces réformes plus larges, entamées par Birt dans les années 1990, eurent pour objet de la rendre plus efficace en la faisant fonctionner selon les règles d’un marché libéral (système de Producer Choice, qui obligea tous les départements de la BBC à proposer leurs services – décors, maquillage, éclairage, ingénieurs du son, occupation des studios, etc. – aux producteurs d’émissions à la manière d’un marché, en chiffrant et en facturant chaque prestation ; les producteurs disposaient d’un budget propre à chaque émission, et devaient acheter les services dont ils avaient besoin pour la réaliser, au meilleur prix, à l’intérieur de la BBC, ou au secteur commercial). En février 1990, pour la première fois, elle sollicita une société commerciale (Lloyd’s Bank) pour sponsoriser l’émission Young Musician of the Year.

  • 34  C’est la thèse de Tom O’Malley dans Closedown? The BBC and Government Broadcasting Policy, 1979-19 (...)
  • 35 Idem.

34Il est difficile de tirer des conclusions très fermes sur l’influence de toutes ses actions des Conservateurs envers la BBC sur la nature de son journalisme. Pour certains spécialistes, la conséquence de la nomination de Birt, et de ses réformes, fut de rendre la rédaction de la BBC plus timide dans sa façon de rendre compte de l’action gouvernementale.34 En 1989, Tebbit lui-même affirma au sujet de ses batailles contre la BBC et de son prétendu caractère partisan : « I have little doubt that they struck home ».35 Et il raconte que Mme Thatcher fut « delighted » quand elle constata que la BBC se freinait pour diffuser une interview donnée la veille des législatives de 1987, interview où elle parla sans doute trop vite en répondant à une question qu’elle trouva provocatrice. A la question de savoir pourquoi elle ne faisait pas preuve de compassion envers les chômeurs et les exclus, elle répondit que c’était l’action et non pas la compassion qui comptait, et qualifia ceux qui faisait preuve de compassion de « drool[ing] and drivel[ling] ». L’interview ne fut diffusée qu’une fois en fin de bulletin dans le journal télévisé du soir.  La BBC de Milne n’aurait certainement pas minimisé cette citation de la sorte.

35Il est tout aussi impossible de dire de quelle façon Margaret Thatcher aurait pu réformer la BBC si elle était restée au pouvoir au-delà de 1990.  Après la loi très radicale de 1990 pour le secteur commercial, une autre loi, toute aussi radicale, pour la BBC, pourrait sembler logique. Dans son ouvrage, déjà cité, de 1993, Thatcher n’a pas changé d’avis quant au service public : son dédain persiste. Mais elle ne propose toujours pas de projet construit, réfléchi, pour la Corporation. La logique économique qu’elle appliqua facilement à d’autres industries ne pouvait s’appliquer à l’industrie audiovisuelle (ou à cette partie, du moins), et après avoir vu ses premières envies de réforme frustrées par Peacock, aucun autre projet ne vint leur succéder.

36La Corporation se remit petit à petit du passage de Margaret Thatcher à Downing Street.  Les nominations à son Conseil d’administration furent moins politisées après 1990, et même si les réformes de Birt (Producer Choice, notamment) allaient dans le sens d’une libéralisation de son fonctionnement, celles-ci permirent de garantir le renouvellement de sa charte de service public en 1996 et la pérennisation de son financement par la redevance. Les successeurs de Birt revinrent sur la bureaucratisation excessive qu’il avait créée ; et les conflits entre le gouvernement Blair et la rédaction de la BBC (le rapport Hutton en premier chef) montrent que le journalisme de la Corporation sait encore jouer son rôle pour questionner le pouvoir politique, quelle qu’en soit sa couleur.

Haut de page

Bibliographie

ANNAN Lord, Report of the Committee on the Future of Broadcasting. Cmnd 6753, Londres, HMSO, 1976.

GOODWIN Peter, Television under the Tories: Broadcasting Policy, 1979-1997, Londres, BFI, 1998.

HORRIE Chris & CLARKE Steve, Fuzzy Monsters: Fear and Loathing at the BBC, Londres, Heinemann, 1994.

INGHAM Bernard, Shoot the Messenger, Londres, Fontana, 1991.

HUNT Lord, Report of the Inquiry into Cable Expansion and Broadcasting Policy, Cmnd. 8679, Londres, HMSO, 1982.

MILNE Alasdair, DG: The Memoirs of a British Broadcaster, Londres, Hodder & Stoughton, 1988.

O’MALLEY Tom, Closedown? The BBC and Government Broadcasting Policy, 1979-1992, Londres, Pluto Press, 1992.

PEACOCK Alan, Report of the Committee on Financing the BBC, Cmnd. 9824, Londres, HMSO, 1986.

ROLSTON Bill (éd.), The Media and Northern Ireland, Basingstoke, Macmillan, 1991.

TEBBIT Norman, Upwardly Mobile, Londres, Futura, 1989.

THATCHER Margaret, The Downing Street Years, Londres, Harper Collins, 1993.

The Omega Report: Communications, Londres, Adam Smith Institute, 1984.

TRACEY Michael, The Decline and Fall of Public Service Broadcasting, Oxford, OUP, 1998.

Haut de page

Notes

1  Voir infra.

2  « There is no good reason for introducing advertising on to the BBC […] and we are not persuaded that subscription is in a sufficiently technologically advanced state to recommend it in the first stage ».  Alan Peacock, Report of the Committee on Financing the BBC, Cmnd. 9824, Londres, HMSO, 1986, 137.

3  Voir infra.

4  « Many people are very, very concerned indeed that the case for our British forces is not being put over fully and effectively.  I understand there are times when it would seem that we and the Argentines are almost being treated as equal and almost on a neutral basis. »  Discours de Margaret Thatcher à la Chambre des communes le 7 mai 1982, cité dans Steven Barnett & Andrew Curry, The Battle for the BBC, Londres, Aurum, 1994, 20-21.

5  Norman Tebbit, Upwardly Mobile, Londres, Futura, 1989, 261.

6  « The Governors discussed for a considerable time the propriety of taking the exceptional stance of viewing the programme before transmission.  This was ultimately agreed upon, as an extraordinary step, only because the Governor felt that it was important to see a programme when the Home Secretary was writing in unprecedented terms which questioned the security of the State, law and order, and the giving of succour to terrorists. » Communiqué du Président du Conseil d’administration de la BBC, Stuart Young, le 6 août 1985.

7  Il fut promu à la direction du Conservative Research Department en 1990 (« Hardline Tory promoted to Party research post », The Daily Telegraph, le 24 janvier 1990), et élu député de la circonscription de New Forest East en 1997.

8  Tebbit accusa la BBC de chercher l’objectif suivant : « to arouse anti-American emotion » en citant divers extraits de ses reportages : « ‘across the world there is great concern’. ‘Deaths and injuries to men, women and children - even as they slept in their homes’, ‘Colonel Gaddafi’s own family was hit’, ‘in intensive care with serious injuries’ ». Conservative Central Office Media Monitoring Report, Londres: Conservative Party, 1986.

9  « Dubious tactics on BBC ‘bias’ », The Independent, le 1er novembre 1986.

10  Ed Moloney, « Closing Down the Airwaves: the Story of the Broadcasting Ban » dans Bill Rolston (éd.), The Media and Northern Ireland, Basingstoke, Macmillan, 1991, 227.  Le Ministre de l’Intérieur, Douglas Hurd, expliqua la décision à la Chambre des communes de cette façon : « The terrorists themselves draw support and sustenance from having access to radio and television, and from addressing their views more directly to the population at large than is possible through the press. The Government has decided that the time has now come to deny this easy platform to those who use it to propagate terrorism ». Discours du 19 octobre 1989, cité dans Moloney, ibid.

11  Bernard Ingham, Shoot the Messenger, Londres, Fontana, 1991, 355.

12  Même si ce lobby ne fut pas nouveau (ce fut essentiellement le même qui participa à l’obtention d’une première chaîne de télévision commerciale dans les années 1950 et de radios commerciales dans les années 1970), le libéralisme des années Thatcher lui conféra un nouvel élan : l’agence D’Arcy MacManus Masius publia, en 1984, Funding the BBC from Advertising (Londres, DMM, 1984) ; quelques semaines plus tard, l’agence Saatchi & Saatchi, celle-là même qui avait organisé la campagne publicitaire du Parti conservateur lors des élections législatives de 1979 et de 1983, publia Funding the BBC – The Case for Allowing Advertising (Londres, Saatchi and Saatchi, 1984).

13  The Omega Report: Communications, Londres, Adam Smith Institute, 1984.

14  Channel Four commença à émettre en novembre 1982 et même si la chaîne était financée par la publicité, son fonctionnement était à but non lucratif, et son cahier des charges fondé sur des principes de service public.

15  Samuel Brittan (journaliste libéral au Financial Times, frère de Leon, le Ministre de l’Intérieur qui commanda le rapport Peacock), Judith Chalmers (animatrice à la télévision), Jeremy Hardie (économiste, ancien vice-président de la Monopolies and Mergers Commission), Alastair Hetherington (ancien journaliste, professeur de media studies à l’Université de Stirling), Lord Quinton (paire Conservateur anobli par Mme Thatcher en 1982, président de Trinity College, Oxford), Peter Reynolds (président de la société Rank Hovis McDougal), Robert Eagle (secrétaire de la Commission), Andrea Jeffries (secrétaire adjointe).

16  « Swearing in the jury », The Sunday Times, le 26 mai 1985.

17  William Whitelaw aurait démissionné du gouvernement si elle avait insisté pour imposer la publicité comme mode de financement à la BBC.  Margaret Thatcher, The Downing Street Years, Londres, Harper Collins, 1993, 634-6.

18  « Consumer ». Consignes formulées par le Ministre de l’Intérieur, reprises dans Peacock, op. cit., 1.

19  dont ceux de l’IBA, des associations des sociétés de télévisions et de radios commerciales (Independent Television Contractors Association, Association of Independent Radio Contractors– celle-ci avança : « [the introduction of advertising to BBC radio] would be the worst possible outcome.  It would distort the media market place » ; AIRC, (Initial Evidence to the Home Office Committee on Financing the BBC, Londres, AIRC, 1985, 4), de tous les principaux partis politiques sauf le Parti conservateur, de l’Église Anglicane, des organisations syndicales, etc.  Ibid., 158-64.

20 Ibid., 124.

21 Ibid., 6.

22  Ibid., 150.

23  Une étude portant sur les réclamations reçues par le BSC au cours des 18 mois entre juillet 1993 et décembre 1994, soit 2215 courriers, montre que ceux-ci mentionnent toutes les catégories d’émissions : les feuilletons, les films, les publicités (14% des plaintes), les journaux télévisés, les jeux, les émissions humoristiques, les bandes-annonces (2,8%) etc.  13,2% des plaintes de la période concernent des émissions de radio.  La répartition des plaintes entre les chaînes de télévision reflète l’ordre de grandeur des audiences de chacune : aucune chaîne ne semble attirer un nombre de réclamations disproportionné à son taux d’écoute.  27,4% des lettres se plaignent de scènes à caractère sexuel ; 16,3% sont mécontentes de la violence ; enfin, 56,3 évoquent différentes questions de goût et de respectabilité (« taste and decency »), catégorie qui comporte l’emploi de gros mots, le blasphème, le sexisme, le racisme, etc.  Seulement 16% des plaintes furent déclarées fondées par le BSC ; de nombreux exemples de correspondants semblent à la limite de la raison : « Am I correct in the assumption that Channel 4 is run by hard left, perverted black gays? » ; « Dear People Who Are Supposed to Protect the Public, It’s an utter waste of time and stamps in writing to you with a complaint, I perceive of you as totally irresponsible and in league with the Tories to wreck what is left of our society. » ; « I cant get through, to The-Marxist-Cockney-Scum of the BBC…  I hope, and Pray, that One day, the BBC, ―will be atomized, in a Nuclear-Holocaust, that will, annihilate the Scum! [sic] ». David Gauntlett, Broadcast Concerns, Londres, BSC, 1995.

24  La loi incita le BSC à imaginer dans ses délibérations : « any effects or potential effects on the attitudes or behaviour of particular categories of persons of the portrayal of violence or sexual conduct in […] programmes or of any failure on the part of such programmes to attain [… required standards of taste and decency] ».  (Broadcasting Act 1990 (c. 42), Londres, HMSO, 1990, 153(2)(b). Les lois de 1959 et de 1982 sur l’obscénité furent étendues pour porter sur les émissions de télévision et de radio (ibid., 162-3).  La loi précise la nature de contenus interdits à la télévision et à la radio : « [that] which offends against good taste or decency or is likely to encourage or incite to crime or to lead to disorder or to be offensive to public feeling » (ibid., 6(1)(a)). Elle accorde à l’Independent Television Authority (ITC), organisme qui remplace l’IBA dans la régulation de la télévision commerciale, le pouvoir d’interdire la diffusion d’émissions qui enfreindraient les règles, et même de révoquer la franchise d’une société qui persisterait dans l’infraction (ibid., 40-42).

25  Voir infra.

26  De manière plus générale, il faut rappeler que la politique économique très radicale  à l’origine du terme Thatcherism date surtout de son deuxième mandat, après 1983 : la première privatisation d’un service public fut celle de British Telecom en 1984, suivie de British Gas deux ans plus tard.

27  Lord Annan, Report of the Committee on the Future of Broadcasting. Cmnd. 6753, Londres, HMSO, 1976.

28  Lord Hunt, Report of the Inquiry into Cable Expansion and Broadcasting Policy, Cmnd. 8679, Londres, HMSO, 1982, 1.

29  Margaret Thatcher, op. cit., 634.

30  Chris Horrie & Steve Clarke, Fuzzy Monsters: Fear and Loathing at the BBC, Londres, Heinemann, 1994, 51.

31 Ibid., 197.

32 Ibid., 65-78.

33  Tebbit, op. cit., 325.

34  C’est la thèse de Tom O’Malley dans Closedown? The BBC and Government Broadcasting Policy, 1979-1992, Londres, Pluto Press, 1992. Des exemples de journalisme influencé ou censuré sont également relevés par Peter Goodwin dans Television under the Tories: Broadcasting Policy, 1979-1997, Londres, BFI, 1998, par Horre et Clarke, op. cit., ou par James Hogan dans Publish And Be Damned! Independent Producers and Democratic Accountability, Londres, LSE, 1997.

35 Idem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Ruff, « Margaret Thatcher et la BBC : régulation ou manipulation ? », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°3 | 2006, 191-206.

Référence électronique

Daniel Ruff, « Margaret Thatcher et la BBC : régulation ou manipulation ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°3 | 2006, mis en ligne le 21 octobre 2009, consulté le 09 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2047 ; DOI : 10.4000/lisa.2047

Haut de page

Auteur

Daniel Ruff

(Limoges, France)
Daniel Ruff was born in Manchester and lived in Britain until completing his first degree in Modern Languages at the University of Durham.  He then moved to France, where he has been teaching at the University of Limoges in different capacities since 1991 (as a lecteur, maître de langues, and then as a professeur agrégé).  His DEA at Limoges studied the conditions under which the BBC’s Charter was renewed in 1996.  He is currently preparing a doctoral thesis on the regulation of public service broadcasting in the United Kingdom under the Conservative governments of the 1980s and 1990s.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals