Navigation – Plan du site
L’après 1945 : la propagande en temps de paix

La Public Diplomacy : de John F. Kennedy à Tony Blair

Public Diplomacy: From John F. Kennedy to Tony Blair
Vanessa Leclercq
p. 226-238

Résumé

Public diplomacy was first implemented under the impulsion of John F. Kennedy and Edward R. Murrow by the United States Information Agency in the 1960s. This article emphasizes the critical role of public diplomacy in the fight against communism as well as the way the British authorities resorted to this concept almost forty years later to offer public opinion abroad a more modern and efficient image of the UK. In this perspective, it is legitimate to observe the evolution of both technology and the various media as well as to focus on Edward R. Murrow and Mark Leonard, Murrow’s British counterpart. Far from being mere communication, public diplomacy consists in the actual representation of a country’s policies and core values, and can therefore not avoid being assimilated to propaganda, even if it serves the noble purpose of information, not disinformation.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

20th century, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jean-Louis Harouel regroupe sous ce terme la photographie, le cinéma, la télévision, etc. Il souti (...)

1Quiconque s’intéressant à l’histoire des médias sait à quel point l’ «image technicienne »1 avait peu, depuis sa création et jusqu’à la Guerre Froide, servi à propager la paix. Bien au contraire, depuis son apparition, qui aurait pu être synonyme d’avancée technologique et ouvrir des perspectives pacifistes, des conflits toujours plus meurtriers avaient eu lieu. Pire encore, l’image avait été maintes fois instrumentalisée dans cette dimension intrinsèque de progrès pour l’humanité afin de servir la propagande, et en particulier la propagande de guerre. La Seconde Guerre mondiale et ses horreurs ont laissé le sentiment, pour la plupart des dirigeants des États souverains, qu’il était devenu impératif de sceller la paix et de désamorcer au plus tôt les crises internationales, en laissant au passé l’exacerbation des nationalismes. En conséquence, la diplomatie fut mise à l’honneur, notamment par la création d’institutions internationales susceptibles de devenir des espaces neutres de dialogue(s). Les ambassadeurs, représentants des nations, devinrent plus que jamais la voix, non plus seulement des institutions et des élites de leurs pays respectifs, mais également de leurs populations, qui cherchaient à faire taire au sein de leurs rangs les quelques nostalgiques belligérants. Ceci pourtant n’empêcha en rien la radicalisation des idéologies de part et d’autre, idéologies au sein desquelles chaque grande puissance pouvait prétendre avoir pour but ultime, souvent selon ses propres méthodes et parfois à ses propres fins, la paix. Trouvant son paroxysme chez les deux grands rivaux soviétique et américain, cette radicalisation dans les esprits des dirigeants conduisit à la Guerre Froide. Si l’enjeu principal était assurément d’éviter à tout prix un conflit armé entre deux puissances dotées de l’arme nucléaire ou entre leurs alliés, il n’en demeure pas moins que son corollaire résidait en une lutte sans précédent pour diminuer l’influence de l’ennemi sur les nations alliées ou potentiellement alliées, ceci étant tout particulièrement le cas pour les nations que l’on nommera post-coloniales. L’accession parfois programmée, comme ce fut le cas dans le cadre du démantèlement de l’Empire britannique dès la signature de la Charte de l’Atlantique, d’un certain nombre de pays à l’indépendance, tout comme l’élargissement du concept de démocratie, à travers l’extension du droit de vote à certaines catégories autrefois exclues a engendré une absolue nécessité d’intervenir sur la façon dont peuvent réagir les opinions publiques, à la fois sur son propre territoire et au-delà de cet espace. On sait à quel point nombre d’intellectuels servirent à diffuser les points de vue de chacun des deux camps ou à justifier une partie de leur politique, ne serait-ce qu’en termes d’égalité sociale ou de politique en matière de recherche scientifique. Cependant, cette méthode consistant à trouver des relais somme toute isolés et à s’appuyer sur eux ne pouvait être menée avec succès sans avoir, au préalable, déterminé tant des moyens que des objectifs précis. De plus, la plupart de ces relais et caisses de résonance ne touchaient le plus souvent qu’une partie de l’opinion publique et devenaient en raison de leur isolement faciles à discréditer à moins d’avoir défini une stratégie.

Les Pères de la diplomatie publique

  • 2  “Public diplomacy [...] deals with the influence of public attitudes on the formation and executio (...)

2On considère souvent que c’est au milieu des années 1960, en 1965 très exactement, que fut inventée la Public Diplomacy aux États-Unis. Or, 1965 n’est que l’année au cours de laquelle fut prononcé pour la première fois, par Edmund Gullion, le Doyen de la Fletcher School of Law and Diplomacy, le terme de Public Diplomacy aux oreilles du grand public, ceci à l’occasion de l’inauguration du tout nouveau Edward R. Murrow Center for Public Diplomacy. Destinée, selon les premières brochures du centre à  traiter l’influence des comportements du public sur la conception et la mise en oeuvre de la politique étrangère, on y apprend que, officiellement, la diplomatie publique « repousse les relations internationales au-delà des limites de la diplomatie traditionnelle, la façon dont les gouvernements des autres pays cultivent leurs opinions publiques, l’interaction des groupes et des intérêts privés de deux pays, la manière de représenter les affaires étrangères et son impact sur la politique, la communication entre les acteurs de ce secteur professionnel et les processus de la communication interculturelle ».2

3Il peut sembler intéressant d’inventer une nouvelle terminologie et de songer à son impact dans un contexte universitaire. Il serait pourtant fallacieux de penser que l’on allait prendre la peine d’offrir une telle formation à titre expérimental aux futurs diplomates américains, et ce alors que les États-Unis commençaient à bombarder massivement le Vietnam ; au contraire, si l’institution universitaire intégrait la diplomatie publique à l’un de ses cursus, c’est que cette nouvelle acceptation de la diplomatie avait déjà cours au plus haut niveau et il semble primordial de s’arrêter sur le personnage au centre universitaire éponyme.

4Nommé par le Président Kennedy en mars 1961 à la tête de la United States Information Agency, plus connue sous l’acronyme USIA, Edward R. Murrow était l’homme qui avait permis d’en réformer le fonctionnement. En tant qu’organisme ayant pour charge depuis 1953 de rendre effective la représentation des États-Unis et de leur politique à travers le monde, la United States Information Agency s’est vue, avec l’arrivée du nouveau président démocrate, modifier sensiblement l’étendue de ses prérogatives. E.R. Murrow eut le privilège, dès les semaines qui suivirent la rupture des relations diplomatiques avec Cuba, de se voir offrir la construction des politiques de représentation à destination des populations étrangères, en travaillant en proche collaboration avec la Maison Blanche et le Conseil National de la Sécurité. E.R. Murrow n’était certes pas un inconnu pour le public américain, et à dire vrai sa notoriété dépassait largement les frontières. Journaliste de profession, il avait su devenir une véritable vedette des médias d’information ; la qualité de son travail avait largement contribué au succès radiophonique puis télévisuel de CBS. E.R. Murrow ne devait pas tout à sa rigueur professionnelle, et bien avant de recevoir une quelconque nomination présidentielle, il avait eu la chance de couvrir des événements de première importance tant au regard de l’Histoire qu’aux yeux des opinions publiques internationales. Après avoir relaté pour CBS le Blitz, il fut le premier journaliste à livrer à la radio son témoignage depuis Buchenwald, quelques jours à peine après la libération du camp de concentration par l’armée américaine. Lorsque CBS passa également en format télévisuel, il anima le très populaire See It Now et mena une réflexion à la fois poussée et pertinente sur le potentiel de ce nouveau média à relater fidèlement ou au contraire à distordre l’information. Son champ d’introspection concernait tout particulièrement les conséquences que l’image, centre de ce média de masse, allaient provoquer sur le processus politique, comme il sut l’affirmer, dès 1948, dans l’émission de Lyman Bryson, You and TV. Et E.R. Murrow ne se priva pas d’interférer avec la politique en interpellant, au passage, l’opinion publique : prenant ouvertement la défense d’un cadre de l’armée américaine congédié suite à la découverte, en pleine chasse aux sorcières, des sympathies ouvertement communistes de sa mère et de sa sœur, il sentit le vent du maccarthisme tourner contre lui. Il prit les devants et consacra l’édition du 9 mars 1954 à une opération visant à discréditer le sénateur républicain et anti-communiste primaire, en ne diffusant qu’un panachage d’images et de paroles que ce dernier avait autorisées dans un tout autre contexte. Bien sûr, ce fut le dernier numéro de See It Now mais cette diffusion sonna également le glas des aspirations politiques du sénateur, dont la carrière ne put jamais se relever de ce qu’il convient d’appeler une opération psychologique. La nomination d’un simple journaliste à la tête de la USIA devient, à la lumière de cet épisode, plus compréhensible. Il révèle aussi l’intérêt de la locution parfois employée comme synonyme de la diplomatie publique : la propagande véridique. Certes, E.R. Murrow n’avait en 1954 aucun poste officiel, mais la stratégie de défense déployée, par l’intermédiaire de la télévision, est révélatrice de la manière dont il conduira la représentation de la politique américaine internationale : par la seule démonstration de ses qualités professionnelles, son ennemi est apparu, par contraste, comme un politicien indigne des faveurs du public. De même, c’est en diffusant les valeurs américaines, comme l’attachement à la démocratie et le droit pour les peuples à s’autodéterminer, que la violation par les soviets de ces principes communément désirés saura marquer les esprits. Le choix fait par John Fitzgerald Kennedy est pourvu d’une finesse supplémentaire : alors que les relations diplomatiques avec Cuba sont rompues depuis plusieurs semaines (janvier), et que le Président se prépare à conclure le Traité d’Amitié et de Coopération Economique avec le Vietnam Sud (avril) ― deux sujets pour le moins sensibles ― c’est sur un véritable héros moderne, connu pour avoir dans sa jeunesse révélé les horreurs auxquelles pouvait mener un régime totalitaire puis pour avoir vaincu les forces de l’anti-communisme primaire qui semaient la terreur dans son propre pays, que J.F. Kennedy s’appuie dès lors.

Moyens médiatiques et fins stratégiques

5Grâce à son nouveau directeur, la USIA va pouvoir mettre en place de nouvelles stratégies, en multipliant les recours aux médias. Certes, il faut préciser avant de les énumérer que l’agence les avait déjà à sa disposition avant l’arrivée de E.R. Murrow, et qu’ils participaient aussi à la stratégie de défense des intérêts et des points de vue américains. La coopération entre la USIA et le Président, et la confiance que ce dernier portait au bureau de l’information publique allait permettre de transformer radicalement l’usage des différents médias. Avant toute chose, la USIA avait compris que le seul recours à une multiplicité de médias ne suffisait pas : dans un mouvement qui peut à première vue sembler paradoxal, il devenait nécessaire de coordonner suffisamment ces divers médias pour produire le message le plus efficace pour chaque groupe ou zone géographique ciblés. Ainsi, d’une logique de dissémination de l’information, la USIA a amorti le passage vers la recherche de la plus grande audience possible. Une note de l’agence à destination des employés, datée du 28 octobre 1963 et qui concerne les changements survenus depuis mars 1961, faut-il le rappeler, lors de la prise de fonction du directeur charismatique, n’hésite pas à annoncer ces nouvelles valeurs internes :

  • 3  “No longer is the Agency’s mission ‘to tell America’s stories abroad’, no longer does USIA scatter (...)

La mission de l’agence ne consiste plus à « raconter les histoires de l’Amérique à l’étranger », la USIA ne vise plus à l’aveugle l’ensemble des populations. Le « ciblage », qui a toujours été perçu comme un idéal, est à présent une réalité. Les audiences sont attentivement sélectionnées, tout comme le sont les techniques pour les atteindre et le contenu des messages, pour atteindre une influence maximale qui suscite une action politique. Tous les médias de la USIA fonctionnent de manière synchrone : si le thème par exemple est le libre-arbitre, et que la cible est Berlin, chaque medium produira le message qu’il sera par nature le plus à même à transmettre. Les messages sont attentivement reliés les uns aux autres et sont interdépendants. 3

6En conséquence, ces prémisses de diplomatie publique poussent à effectuer des choix stratégiques sur la présence d’agences à l’étranger. Entre 1961 et 1963, plusieurs dizaines de nouveaux postes de coordinateurs furent créés, et autant de nouvelles branches furent ouvertes, en particulier en Amérique du Sud et en Asie ; dans le même temps quatre agences étaient fermées en Europe, portant à 106 le nombre de celles-ci à travers le monde. La fermeture des organes de représentation en Europe de l’Ouest, en raison d’une adhésion jugée suffisante de celle-ci aux intérêts américains, permet d’établir a fortiori que la définition précédente dépasse largement le cadre de la simple communication d’état à destination des populations étrangères. La USIA est également censée conforter la puissance américaine, y compris sur les alliés. Une note confidentielle de E.R. Murrow au Secrétaire d’État Dean Rusk, datée du 5 février 1963, dissipe les charmes apparents des bonnes intentions. Face aux problèmes posés par les positions et le comportement de De Gaulle face au marché commun et à l’Alliance Atlantique,  il appartient à la USIA :

  1. d’accélérer la promotion de l’Alliance atlantique, l’établissement d’une force nucléaire pour l’OTAN et d’amoindrir les barrières commerciales, sans tenter ni d’y pousser la France, ni d’empêcher sa participation à quelque degré que ce soit.

  2. d’exploiter les peurs des politiques français d’être isolés, en portant connaissance à nos amis des programmes qu’ils trouveront plus intéressants sur le long terme que ceux proposés par la France.

  3. de soutenir les efforts des pays européens à consolider leur position de force au sein du Marché Commun.

    • 4  a) to move steadily ahead with the promoting of the Atlantic Alliance, the establishment of a NATO (...)

    de ne pas tomber dans des attitudes brutales ou discourtoises vis-à-vis de la France et de chercher à maintenir une position digne et convaincante. Les Français, bien que parfois versatiles au possible, sont dans l’ensemble très épris de logique. 4

7Que les intentions inhérentes à l’ébauche de la diplomatie publique sous J.F. Kennedy soient angéliques ou non, ne transforme pas les médias ni les supports de chacun d’entre eux, mais les optimise.

8Ainsi, le nombre d’heures de programmes télévisuels reste sensiblement le même ; le travail entre 1961 et 1963 consiste principalement à augmenter les effectifs du personnel et à acquérir de nouveaux studios d’enregistrement, pour ne basculer que par la suite vers un nombre d’heures de programmes plus élevé. La lenteur du travail fourni par ce medium tient à son mode de diffusion : il ne s’agit pas alors de créer une chaîne de télévision, mais de laisser les programmes réalisés être diffusés sur des chaînes étrangères en Afrique ou en Amérique du Sud ou de travailler en coopération avec les grandes chaînes des pays alliés, comme la BBC ou l’ORTF. A l’inverse, le principal support radiophonique de la diplomatie publique, Voice of America, voit ses capacités d’émission largement étendues. En deux ans, celles-ci sont doublées, par l’intermédiaire d’un transmetteur de près de 5 millions de Watts, basé en Caroline du Nord et permettant d’atteindre le sud du continent, comme l’Asie ou même l’Afrique subsaharienne. Le nombre d’heures hebdomadaires produites augmente sur cette période de près de 180, tandis que 5500 radios à travers le monde diffusent leurs programmes préenregistrés, le plus souvent dans la langue vernaculaire. L’usage des langues vernaculaires, qui suppose l’instauration d’un budget de formation à destination des employés de l’agence, a pour fonction de faire rentrer dans les esprits des populations étrangères la sémantique politiquement correcte conseillée aux plus éminents politiciens, et de permettre de l’identifier comme américaine. En juillet 1961, E.R. Murrow se voit chargé d’annoncer la suppression, dans tout document émanant de l’organisme, du terme under-developed country, jugé  trop péjoratif par les plus hautes instances. Toutefois, celui de developing country ne sera adopté qu’après une longue réflexion sur les possibilités de traduire ce néologisme dans le plus grand nombre de langues possibles. En cas d’extrême nécessité, Voice of America est amenée à émettre sur le territoire soviétique : les deux programmes de huit heures chacun en novembre 1961 et octobre 1962, traitant respectivement des essais de l’arme atomique et de l’épisode de la Baie des Cochons ne purent être empêchés par les autorités et connurent, selon les sources américaines, une large audience. Bien que le medium du livre et de l’écrit au sens large ne fût alors déjà plus roi, pour reprendre les termes du chercheur canadien Marshall McLuhan, la USIA en produisit pour la seule année 1963 près de 11 millions d’exemplaires, et ce en 36 langues. L’Afrique post-coloniale en était le principal bénéficiaire ; à ce titre la revue francophone Nouveaux Horizons fut la principale à proclamer l’avenir radieux de ces nouveaux états souverains ; quant à l’Amérique Latine, c’est à l’échelle d’une vingtaine de millions d’exemplaires que Castro devint le héros malgré lui de cartoons, en anglais et en espagnol.

9Certaines valeurs venaient soutenir l’ensemble de la politique de l’organisme. Parmi celles-ci, la langue anglaise a également sa place en tant que message à part entière, à travers divers médias : Let’s Learn English  permettait d’apprendre l’anglais américain par la radio à travers 37 pays ; ses équivalents écrits concernaient aussi bien l’apprenant que les enseignants, notamment à travers  The English Teaching Forum, une revue bimensuelle. Pour mieux planifier ces ouvrages didactiques, des programmes spécifiques de formation furent établis pour les personnels de la USIA, avec un accent porté sur l’internationalisation. Centré sur la valorisation et la vulgarisation de la recherche scientifique américaine, l’émission télévisée  Science Reports bénéficiait en 1963 d’une diffusion simultanée dans 52 pays. Pour parfaire la stratégie de « propagande véridique », il fallait également que le personnel de l’organisme de diplomatie publique reflétât les transformations sociétales des États-Unis. Aussi, une campagne de discrimination positive fut menée au cours de cette période et pour des postes, sinon clés, au moins visibles, à l’égard des femmes et des minorités ethniques, la communauté noire étant, comme on peut aisément l’imaginer, la principale à en bénéficier. En parallèle, des documentaires pour le cinéma témoignaient à la fois des vertus de Jackie Kennedy comme dans Invitation to India, et de la vie fort simple et saine d’un couple de fermiers avec The Farmer and I. De plus, en raison des limites budgétaires, la United States Information Agency sut rechercher et mobiliser les intérêts privés. Si l’armée prenait régulièrement en charge le transport et la diffusion de certains médias sur le terrain, un nombre non négligeable d’entreprises financèrent au cours de cette période l’impression ou la réalisation des documents, mues aussi bien par le patriotisme que par l’ouverture potentielle de nouveaux marchés. Il faut reconnaître que l’agence, en s’acharnant à sonder les opinions publiques dans les différents pays, réussissait à collecter des informations sur les sentiments pro- ou anti-américains, qui se révélaient utiles pour compléter des études de marché, autant que pour observer l’évolution et l’efficacité de la propagande soviétique. Quelques mois avant l’assassinat de J.F. Kennedy, voulant se doter d’une réelle vision d’ensemble pour établir un premier bilan de cette nouvelle politique, ils réalisèrent le premier sondage d’opinions à échelle mondiale.

L’Emergence d’une diplomatie publique Britannique à l’heure de l’Internet

  • 5  “A culture that emphasises the importance of programs for the host-country”, Mark Leonard, GoingPu (...)
  • 6  “try using Britney Spears, Amnesty International, and a little truth, empathy and understanding”.<(...)

10Curieusement, c’est par ce même type d’étude des opinions publiques à travers le monde que naît la diplomatie publique britannique. Conçue au départ pour actualiser la connaissance du personnel du Foreign Office, et ses organes affiliés, de la perception du royaume à travers le monde, l’enquête d’opinion publique fut conduite par les diverses agences du British Council en 1999 et 2000. Révélant un profond divorce entre les efforts des institutions pour affirmer la nature multiculturelle de la Grande-Bretagne ou pour médiatiser les accords du Vendredi Saint de 1998, et la perception effective des populations étrangères qui reprochaient pourtant à la nation britannique son immobilisme sur un plan sociétal et une gestion jugée peu satisfaisante du conflit en Irlande du Nord, Mark Leonard s’est attelé à défendre l’adoption d’une diplomatie publique, presque quarante ans après l’adoption du concept par un organisme coordinateur aux Etats-Unis. Contrairement à E.R. Murrow, M. Leonard ne bénéficie pas d’une expérience de journaliste, mais fait partie de cette nuée de conseillers en communication qui, loin de s’amoindrir, a pu proliférer avec l’accession du New Labour au gouvernement. Il semble même incarner parfaitement la Cool Britannia, symbole d’une Grande-Bretagne jeune, moderne et toute acquise à la cause de Tony Blair. Aussi, c’est âgé d’à peine 24 ans qu’il bénéficie dès 1998, lors de la création du Foreign Policy Centre, d’un poste clé au sein de ce groupe de réflexion dit indépendant dont il est rapidement devenu le directeur et le principal représentant. L’indépendance du groupe est, il faut le préciser, d’ordre purement pécuniaire : il ne bénéficie en effet d’aucun financement public, néanmoins il est placé depuis sa création sous le patronage de Tony Blair et son président, dans les premières années, était Robin Cook, alors à la tête du Foreign Office. Il peut être utile de préciser que l’organigramme du Foreign Policy Centre s’avère beaucoup moins clair aujourd’hui qu’il ne l’était avant la démission fracassante de R. Cook de la tête de la Chambre des communes dans les semaines précédant l’invasion de l’Irak en 2003. La réflexion principale de ce groupe, à savoir l’impact de la mondialisation sur la formation de la politique étrangère britannique, révèle, à la lumière de ses créateurs, l’étendue des enjeux de puissance sur lesquels il est amené à travailler. Suite à l’analyse synthétique des enquêtes d’opinions, Mark Leonard put défendre l’intérêt d’établir une diplomatie publique britannique le 24 avril 2001 devant la commission des affaires étrangères. Se défendant d’attaquer la diplomatie dans son acceptation traditionnelle, il ne cacha pas le besoin selon lui d’en réformer le fonctionnement pour la rendre plus effective, et surtout, plus accessible et mieux perçue par le grand public. Son rapport publié l’année suivante pour le groupe dont il assure la direction,  Going Public : Diplomacy for the Information Age,développe l’argument déjà avancé en 2001 pour la mutualisation des efforts et des messages des différents acteurs de la représentation britannique à l’étranger, que ce soit au sein des ambassades, avec la nomination d’experts en communication possédant une bonne connaissance du pays et de la culture concernée ou à travers la BBC ou le British Council, qui tout en ne pouvant réfuter toute filiation avec le Foreign Office n’en émanent pas et en sont indépendants. A ses yeux, toute organisation axée sur un travail avec l’étranger peut être amenée à porter contribution à cette synergie : les plus modestes organisations non gouvernementales peuvent ainsi côtoyer dans un même objectif patriotique les grandes entreprises britanniques. L’inclusion des ONG à la formation d’une stratégie de diplomatie publique britannique est jusque-là la seule marque réelle d’originalité, mais tandis que la diplomatie publique américaine vise à être identifiée clairement comme telle, il est fortement conseillé, dans le cas britannique, de développer « une culture qui mette l’accent sur l’importance de tels programmes pour le pays qui accueille l’institution concernée »5. Après la chute du bloc soviétique, il n’est plus question de rechercher à tout prix des alliés mais de convaincre les opinions publiques des valeurs égalitaires, pour la promotion des droits de l’homme et contre la pauvreté, de la Grande-Bretagne contemporaine. La lutte contre le fondamentalisme musulman ne se gagne pas, selon lui, en  lâchant par avion des brochures contre Ben Laden et écoutant des stations de radio comme la BBC ou Voice of America. Il faudrait au contraire « essayer d’utiliser Britney Spears, Amnesty International, ainsi qu’un peu de vérité, d’empathie et de compréhension »6. Il n’est pas non plus question de renouveler les choix stratégiques qu’avaient pu faire E.R. Murrow à Washington dans les années 1960 : les fermetures d’agences dans les pays alliés sont dénoncées comme potentiellement et dangereusement contre-productives. L’inventeur d’une diplomatie publique blairiste déplore la sous représentation des institutions britanniques, tels la BBC ou le British Council sur le territoire américain, et dénonce la précédente baisse des crédits de l’organisme propagateur de la langue anglaise sur le sol français.

11Le constat est simple : à l’âge de l’information, plus celle-ci circule vite, plus l’opinion publique dont la défiance croissante vis-à-vis des institutions touche à présent aussi les institutions médiatiques, peut se modifier rapidement. Une nation ayant activement recours à la diplomatie publique peut moins que jamais se permettre de vivre sur des acquis, comme si l’avènement de nouvelles démocraties avait apporté son lot d’instabilité. Il faut se tourner vers de nouveaux médias qui, contrairement aux autres, ne sont pas encore victimes d’un large discrédit et qui dans le même temps, sont le support d’un message que l’on peut modifier de manière quasi instantanée, tout en reflétant la diplomatie en tant que mise en réseau de ressources diverses. C’est avec une grande circonspection qu’est perçue devant la Commission des Affaires Etrangères  la volonté de Mark Leonard d’avoir principalement recours à l’Internet, pour servir la nouvelle stratégie gouvernementale visant à bénéficier d’un soutien le plus large possible à la conduite de la politique britannique hors de ses frontières.

  • 7  “I think it does require a cultural change if one wants to shape public opinion, if one wants to c (...)

Un changement culturel est nécessaire si l’on veut modifier l’opinion publique, si l’on veut changer la façon dont un sujet est abordé à l’échelle mondiale. Ce que peut faire l’Internet, selon moi contrairement aux autres médias de masse, est de créer de grandes communautés d’intérêts qui ne tiennent pas compte des frontières et qui, ramenées à l’échelle de chaque pays seraient constituées d’un petit groupe de personnes mais, parce que ces groupes se lient entre eux, permettent de créer une dynamique sur de tels sujets.7

12Dans sa version la plus récente, la diplomatie publique est plus que jamais une locution contradictoire. Qu’une voie semi-diplomatique s’adresse à des opinions publiques et s’attache à les modifier, comme dans la version nord-américaine, n’a en effet pas grand-chose à voir avec des réseaux diplomatiques officiels au sein desquels on trouverait un sens de la sémantique et de la sémiotique communs. Le concept de protocole que l’on peut parfois juger poussiéreux  est strictement indépendant d’un certain nombre de codes et valeurs spécifiques à des personnes ayant reçu une formation en matière de relations internationales. Au sein de la conception britannique, une étape supplémentaire est franchie : idéalement, tout rapport humain entre deux personnes de nationalités différentes se trouve implicitement et de façon invisible, institutionnalisé bien que de façon informelle, par le biais de l’Internet.

13Il y a 45 ans, l’affirmation de M. McLuhan selon laquelle le livre n’était plus le medium roi semblait déjà un peu facile. Cependant, il affirmait également que l’influence des médias audio-visuels amènerait l’avènement d’un village mondial et qu’un nouveau medium regroupant tous les autres verrait le jour. A présent, le processus de mondialisation est effectif, et l’Internet touche chaque jour au bas mot des centaines de nouvelles  personnes à travers le monde. L’historien déclarait aussi à l’époque que le message, c’était le medium. La diplomatie publique américaine conduite par E.R. Murrow et souhaitée par J.F. Kennedy lui avait donné tort : le medium n’était encore que le support du message ; à l’aube du XXIe siècle, la diplomatie publique conçue par le Foreign Policy Centre et le New Labour au pouvoir réhabilite sa théorie. T. Blair, par le truchement de M. Leonard, semble avoir compris tout le potentiel de la vision organique des médias qu’avait le chercheur canadien. L’Internet dépasse le simple avantage d’être le nouveau medium. En ce qu’il convoque tous les sens ― ou presque ―, il est, dans l’usage britannique, le message de l’attachement à l’homme et à l’individu en tant que centres de toutes les attentions. Il semble difficile de déterminer, à ce jour, si le vœu de feu Robin Cook, Ministre des Affaires Étrangères sous le premier mandat de Tony Blair, de donner une dimension éthique à la diplomatie britannique, sera un jour exaucé. Néanmoins, il faut reconnaître à la diplomatie publique, dans sa version britannique, qu’elle a su donner une dimension humaniste à l’ensemble de la diplomatie de la nation, dans le sens où de simples citoyens sont invités à endosser un rôle important dans la représentation des valeurs que le gouvernement tente de s’arroger dans le but de définir une image de l’identité britannique en meilleure congruence avec les nouveaux enjeux soulevés par la mondialisation.

Haut de page

Bibliographie

Papier

HAROUEL Jean-Louis, Culture et Contre-Cultures, Paris : PUF, 1994.

LEONARD Mark, Going Public, Diplomacy for the Information Age, Londres : Foreign Policy Centre, 2002.  

MCLUHAN Marshall, The Medium is the Massage, New-York : Bantham Books, 1967.

MURROW Edward R., Memorandum to Secretary of State Rusk, 5 février 1963,Washington: National Archives and Record Administration, RG 59, Central Files 1960-1963, POL FR-US.  

USIA, Memorandum to AgencyEmployees, 28 octobre 1963, Washington: Department of State, USIA Historical Collection, Agency History/63.

Électronique

<http://www.foreignpolicy.com/issue_septoct_2002/leonard.html>, consulté en octobre 2004.

<http://www.parliament.the-stationery-office.co.uk/pa/cm200001/cmselect/cmfaff/428/1042402.htm>, 24 avril 2001, consulté le 26 août 2005.

<http://www.publicdiplomacy.org/1.htm>, consulté le 1er septembre 2004.

Haut de page

Notes

1  Jean-Louis Harouel regroupe sous ce terme la photographie, le cinéma, la télévision, etc. Il soutient l’idée que l’image technicienne mène à « l’atrophie de l’imaginaire de l’individu ». Jean-Louis Harouel, Culture et Contre-Cultures, Paris : PUF, 1994, 105.  

2  “Public diplomacy [...] deals with the influence of public attitudes on the formation and execution of foreign policies. It encompasses dimensions of international relations beyond traditional diplomacy; the cultivation by governments of public opinion in other countries; the interaction of private groups and interests in one country with those of another; the reporting of foreign affairs and its impact on policy; communication between those whose job is communication, as between diplomats and foreign correspondents; and the processes of inter-cultural communications.”  <http://www.publicdiplomacy.org/1.htm>, consulté le 03 octobre 2005.

3  “No longer is the Agency’s mission ‘to tell America’s stories abroad’, no longer does USIA scatter its fire indiscriminately to all segments of all populations. ‘Targeting’, always an ideal, is now a reality. Audiences are carefully selected―together with the techniques of reaching them and the contents of the message―to achieve maximum influence leading to political action. All USIA media function in synchronization: if the theme is free choice, and the peg is Berlin, each medium devises a message best communicated to its instrument. The messages are carefully related each to the other and each supports the other”. USIA, Memorandum toEmployees, 1963.

4  a) to move steadily ahead with the promoting of the Atlantic Alliance, the establishment of a NATO nuclear force, and the reduction of trade barriers, without attempting to push France into any of these projects, but also without closing the door to her participation in whatever degree she desires.
b) to exploit French  fears to being isolated by offering our friends knowledge of programs which they will find more in their long-term interest than French proposals.
c) to support the efforts of European countries to consolidate their strength through the Common Market.
d) to refrain from harsh or discourteous attitudes toward  France and maintain toward a position of persuasive dignity. The French though sometimes volatile in the extreme are basically a people to whom logic has great appeal”.  Edward R. Murrow, Memorandum to Secretary of State Rusk, 1963.

5  “A culture that emphasises the importance of programs for the host-country”, Mark Leonard, GoingPublic, Diplomacy for the Information Age, Londres, Foreign Policy Centre, 2002, 27.

6  “try using Britney Spears, Amnesty International, and a little truth, empathy and understanding”.<http://www.foreignpolicy.com/issue_septoct_2002/leonard.html>, consulté le  1er septembre 2005.

7  “I think it does require a cultural change if one wants to shape public opinion, if one wants to change the way an issue is discussed at an international level. [...] What the Internet can do which I think mass communications cannot is have these large communities of interest who cut across boundaries and who, within any individual country, would be quite a small group of people but, because one is linking up with different groups around the world, one can get momentum on those sorts of issues”. <http://www.parliament.the-stationery-office.co.uk/pa/cm200001/cmselect/cmfaff/428/1042402.htm>, consulté le 26 août 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanessa Leclercq, « La Public Diplomacy : de John F. Kennedy à Tony Blair », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°3 | 2006, 226-238.

Référence électronique

Vanessa Leclercq, « La Public Diplomacy : de John F. Kennedy à Tony Blair », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°3 | 2006, mis en ligne le 21 octobre 2009, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2051 ; DOI : 10.4000/lisa.2051

Haut de page

Auteur

Vanessa Leclercq

(Paris IV, France)
Vanessa Leclercq prépare une thèse de doctorat sur les politiques linguistiques de la Grande-Bretagne à Paris-IV Sorbonne, où elle intervient en TICE auprès des étudiants anglicistes. Elle est également chargée de cours à Paris-X Nanterre.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals