Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. VII – n°2Avant-proposAvant-propos

Avant-propos

Avant-propos

Foreword
Annick Cizel et Denise Ginfray
p. 1-10

Texte intégral

1Jamais le texte n’est singulier, qui se construit plutôt dans une entreprise d’individualité collective enrichie d’intertextualité.  Nourri d’entrelacs littéraires, il est le reflet de perspectives picturales, s’étoffe de rémanences socio-culturelles, traduit les déterminismes personnels et territoriaux, convoque ce que Michel Feith nomme, à la manière d’Edouard Glissant, la « poétique du divers ». Nourris d’une Amérique-concept, multiple par essence, les onze textes qui suivent ne sont jamais le reflet d’une Amérique univoque. Ils élaborent en un triptyque la réflexivité multiple d’une Américanité à la fois contemporaine et hors du temps, dont le déterminisme des Origines a dépassé les F/frontières. Référent à la fois national et global, la construction de l’« Amérique » transcende la relation à l’Autre et à Soi, la différence et la rémanence, la singularité et la multiplicité, l’assimilation dans la collectivité, et l’individualité de l’Étrange et de l’Étranger.

2Les termes « étrange » et « étranger » ne sont pas, a priori, de ceux qui échappent à la définition. L’étymologie nous renvoie directement au latin extraneus, « à l’extérieur », soit à la notion d’espace qui peut se décliner en fonction des dichotomies dedans/dehors, ici/là, en deçà/au-delà ; cette notion a ses corollaires dans les figures de la limite, de la frontière, du bord, du cadre. Toutefois, il y a plus : le mot « étrange » désigne aussi ce qui est hors du commun, inhabituel, cet insolite qui séduit et/ou dérange et épingle des pratiques sociales, des codes de comportement, des schémas de pensée, voire des jugements de valeurs. Dans la même veine, est « étranger » ce qui s’inscrit en-dehors d’une communauté géographique, ethnique, nationale, linguistique, etc. On le voit : dès lors que se profilent l’existence ou l’absence de lien à ce paysage naturel et/ou culturel, ce qui est en jeu, c’est la différence et partant, l’identité, qu’elle soit privée ou publique, individuelle ou collective.

  • 1  Dans son très bel essai, l’auteur interroge la relation entre « l’intrus » et « l’étranger » en ce (...)
  • 2  Roland Barthes, Comment vivre ensemble. Simulations romanesques de quelques espaces quotidiens. Co (...)

3Au cœur même de la notion d’étrange(r) réside donc un écart à la norme – idéologique, morale, esthétique, conceptuelle, sans que ce champ soit restrictif. Car l’étrange(r) initie presque toujours un déplacement ; il s’inscrit au cœur du sujet dans un rapport entre intériorité et extériorité, familier et connu, pur et impur, assimilation et rejet. Il arrive que le corps étranger s’éprouve sur le mode de l’intrusion, de l’invasion, de l’incongruité – de la dépossession, parfois. Il peut être ce clandestin qui met à mal la filiation, ce pas (re)connu car pas naturel ou contre nature, au sens où le philosophe Jean-Luc Nancy conçoit le processus de « naturalisation »1. Il se peut aussi qu’il menace les choses établies, déborde des cadres officiels, suscite la résistance, la défiance, masque la frontière floue entre l’humain et l’inhumain ou le non humain. Alors, l’étrange(r) peut devenir symptôme, écran de projection des fantasmes d’un groupe social jusqu’à signifier l’abject, le déchet. C’est l’idée que développe Roland Barthes2 dans la rubrique intitulée « L’Éponge » de son Séminaire Comment vivre ensemble qui, sur ce point précis, s’appuie sur la théorie du Bouc émissaire (René Girard, La Violence et le sacré) et sur la théorie du sorcier (Lévi-Strauss, Introduction à l’anthropologie structurale). Pour Barthes, l’image de l’ « éponge » rend compte du processus d’inclusion/exclusion qui organise le lien social entre un sujet et cet autre étrange(r), l’hétérogène. En référence au schéma actantiel de Greimas, Barthes propose la notion « d’actant-déchet » présent dans les fictions sociales comme dans les fictions littéraires. Voici ce qu’il écrit à propos de cette figure de l’altérité qui finit toujours par réveiller les peurs fondamentales :

Point sur lequel la communauté fixe la maladie (comme un abcès de fixation) et de la sorte l’exorcise, s’en débarrasse. J’intègre l’anomique en codant sa place d’anomique. Je le récupère à une place sans danger = ce que fait le pouvoir, s’il est astucieux, avec les marginalités. Il établit des parcs (comme pour les Indiens). Il fait, par exemple, des intellectuels une caste reconnue et cantonnée. (122).

  • 3  Ibid., 122.

Barthes termine en évoquant ce vers quoi tend la forme la plus exacerbée de cette « manipulation du déchet » et qui relève du paradoxe : « Car le dernier tour de la manipulation, c’est, pour finir, de le glorifier, d’honorer, de consacrer le déchet »3. Belle pirouette, en effet, que cette démarche immunitaire, et qui invite à la méditation…

  • 4  Sigmund Freud, L’Inquiétante étrangeté et autres essais, trad. de l’allemand, Paris : Gallimard, 1 (...)
  • 5  Julia Kristeva, Étrangers à nous-mêmes, Paris : Folio-Essais, 1988.

4Dans la voie ouverte par Sigmund Freud dans L’Inquiétante étrangeté et autres essais4, Julia Kristeva soumet à son tour la notion d’étrange(r) à l’analyse. En écho au texte fondateur de Freud et à la notion d’Unheimliche, ces mots tirés de son ouvrage Étrangers à nous-mêmes5 : « Inquiétante, l’étrangeté est en nous : nous sommes nos propres étrangers – nous sommes divisés » (268). Et encore :

Dans le rejet fasciné que suscite en nous l’étranger, il y a une part de l’inquiétante étrangeté au sens de la dépersonnalisation que Freud a découverte et qui renoue avec nos désirs et nos peurs infantiles de l’autre – l’autre de la mort, l’autre de la femme, l’autre de la pulsion immaîtrisable. L’étranger est en nous, nous luttons contre notre inconscient – cet « impropre » de notre « propre » possible. (283).

  • 6  Gilles Deleuze, L’Île déserte et autres textes. Textes et entretiens 1953-1974, Paris : Éditions d (...)
  • 7  Jean-Luc Nancy, L’Intrus, op. cit., 33.

5Qu’en est-il alors du champ de la littérature ? Comment s’organise la vision prismatique de l’artiste face à ce qui cristallise l’équilibre précaire entre bonheur et désastre ? Car l’étrange(r) semble bel et bien être le lieu originaire de tout acte de création, de toute énonciation littéraire ; il définit un nouvel espace esthétique circonscrit par les catégories deleuziennes de « déterritorialisation » et « reterritorialisation »6. C’est précisément dans le glissement d’« étranger » à « étrange » – comme dans celui de « foreign(er) » à « strange(r) » –, ou plutôt dans la conjonction de « l’étrangeté et [de] l’étrangèreté », pour reprendre la formule de Jean-Luc Nancy7 qui se charge au passage d’une dimension « inquiétante », que s’installe le geste d’écriture, ludique, toujours prêt à capturer le timbre d’autres voix, l’éclat d’autres langues (maternelles ou non), le miroitement d’autres significations. L’étrange(r) est ainsi ce territoire imaginaire visité par l’écrivain, comme il est cette part d’inconnu qui habite tout un chacun, cette présence irréductible, spectrale qui travaille tout discours, toute parole : la part de l’Autre. C’est cette relation en miroir où le regard posé sur l’altérité est aussi regard tourné vers soi, qui initie une posture énonciative singulière marquée par la friction des idiomes et la défamiliarisation de la langue originelle ; c’est elle aussi qui favorise l’échappée vers les marges du sens, là où résonne l’étrange musique du texte.

  • 8  Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Lagrasse : Verdier, 1999, 82.

6On songe bien sûr au va-et-vient entre les systèmes linguistiques pratiqué par certains écrivains en exil dans la langue anglaise, ou à l’entreprise de la traduction comme « prolongement inévitable de la littérature » selon Henri Meschonnic8, sans oublier la dialectique entre langue parlée et langue écrite, entre culture blanche « mainstream » et culture des minorités ethniques. Ce mode dialogique entre identité et altérité rompt la belle homogénéité de la langue anglaise en lui imposant des torsions, des intrusions, des brouillages énonciatifs, des parasitages. Il revisite les lieux familiers de l’imaginaire, crée des interférences à l’intérieur d’une même langue, fait entrer en résonance des strates de sens inconnues ou oubliées, celles-là mêmes peut-être que la persona lyrique de Walt Whitman tentait d’embrasser dans Leaves of Grass : voix multiples, fondues dans l’effervescence de sa ville / d’une certaine Amérique, et confondues avec sa propre subjectivité :

  • 9  Walt Whitman, Leaves of Grass, Malcolm Cowley (ed.), Penguin Classics, [1855] 1986, 48.

Through me many long dumb voices,
Voices of the interminable generations of slaves,
Voices of prostitutes and of deformed persons,
Voices of the diseased and despairing, and of thieves and dwarfs,
Voices of cycles of preparation and accretion,
And of the threads that connect the stars—and of wombs, and of the fatherstuff,
And of the rights of them the others are down upon,
Of the trivial and flat and foolish and despised,
Of fog in the air and beetles rolling balls of dung
9.

7Déplacements sémantiques, créations lexicales, réseaux sonores, recours à ambiguïté, à l’oblique : tels sont les procédés selon lesquels l’énonciation littéraire s’accommode de cet étrange(r) qu’elle prend pour objet et mode de représentation. Tous constituent le creuset d’un style nourri du chatoiement de la langue familière et de son hybridation virtuose au contact de mots, de vocables, de bribes de matière langagière déposées, tels des alluvions, aux rivages de la création. Tous, à des degrés divers, infléchissent la vision du monde découpée par les langues nationales, officielles, voire académiques. Cette déambulation jubilatoire au pays des signes met l’auteur et son récepteur à l’épreuve de la division, de l’altérité, et installe la praxis littéraire dans la quête perpétuelle, mouvante de l’identité personnelle et collective. Dérangeantes et productives à la fois, les figures multiples de cette étrangeté constituent la matrice poétique des œuvres fictionnelles, au même titre qu’elles énoncent la nécessaire conjonction d’une esthétique et d’une éthique comme fondement de tout geste artistique. La tâche de l’écrivain s’appuie ainsi sur ce savoir de la / des langues(s) qui fait de l’entreprise romanesque une pratique protestataire, politique peut-être, mais une démarche éminemment poétique avant tout puisque s’y joue le rapport de chacun(e) au signe linguistique, à la couleur des mots, à leur musicalité autant qu’à leur charge sémantique.

  • 10  John Fitzgerald Kennedy, A Nation of Immigrants, [1958] New York: Harper Perennial, 2008.
  • 11  Edouard Glissant & Patrick Chamoiseau, Quand les murs tombent : l’identité nationale hors-la-loi ?(...)
  • 12  Thomas Jefferson, First Annual Message to the Congress, 8 décembre 1801, The American Presidency P (...)
  • 13  Horace M. Kallen, « Democracy versus the Melting-Pot », The Nation, New York, February 18 & 25, 19 (...)

8L’étrange(r) est au fondement de l’Amérique, qui a forgé dans le multiculturalisme l’exceptionnelle hétérogénéité de cette nation d’immigrants, telle que la revendiquait John F. Kennedy10. L’Amérique est née de la relation à l’Autre, pour reprendre les mots d’Edouard Glissant, de « cet échange où l’on se change sans pour autant se perdre ni se dénaturer »11. Inspirée par les Lumières, elle en fit sa devise, E Pluribus Unum, et proclama un désir de diversité institutionnalisé par Thomas Jefferson qui, prenant ces « fugitifs malheureux » sous la bannière de sa présidence, déclara l’Amérique « terre d’asile de l’humanité opprimée »12. De cette dynamique d’une démocratie en (re)construction permanente s’est nourrie une nation tiraillée entre inclusion et exclusion, où l’« américanité » se décline en nationalismes avant de revendiquer son indivisibilité. Cité ouverte, elle puise sa vitalité dans les soubresauts de cette altérité essentielle, dans ce double Nord-Sud en miroir qui déchire son Histoire, ses communautés en conflits, ethniques, raciaux, sociaux, économiques, pour fondre les principes de la réconciliation nationale au creuset de la tradition et du changement, d’Abraham Lincoln à Barack Obama. « Alternative sociale » à une Europe balkanisée, l’Amérique devient alors, dans l’utopie d’Horace Kallen, « multiplicité dans l’unité, une orchestration de l’humanité »13.

9Fruits d’une mondialisation de l’intérieur, les Etats-Unis conjuguent à l’envi ce paradoxe de l’étranger devenu « native », de l’Indien désormais étranger (alien[ated]) à la terre de ses ancêtres, de valeurs nationales proclamées universelles – donc plus jamais étrangères à quiconque –, depuis la Cité idéale « sur la colline » rêvée par les Puritains du Massachusetts colonial au Siècle américain marqué du sceau d’une Pax Americana à visée globale depuis 1945. Pour mieux conjurer les différences – économiques, ethniques, raciales, religieuses, sexuelles – qui nient une réalisation autre qu’individuelle du Rêve américain, ils conjuguent au-delà du réel une mythologie genèse d’Américanité, qui gomme les aspérités et déviances du schéma originel. Comme le souligne Edward Said, la (re)construction idéologique ne reflète que rarement « l’expérience historique » de la construction identitaire des Etats-Unis :

  • 14  Edward W. Said, Culture et impérialisme, Paris : Fayard, 2000, 29.

Avant même de nous demander de quoi est faite l’identité américaine, nous devons admettre que l’identité d’une société de colons immigrés bâtie sur les ruines d’une considérable présence indigène est nécessairement trop diversifiée pour être unitaire et homogène ; la lutte à son sujet oppose d’ailleurs les tenants de son homogénéité et ceux qui la perçoivent comme une unité complexe, mais sans uniformité réductrice. Cette controverse implique deux perspectives différentes, deux historiographies, l’une linéaire et absorbante, l’autre en contrepoint et souvent vagabonde.
Seule la seconde est pleinement sensible à la réalité de l’expérience historique. En partie à cause de l’impérialisme, toutes les cultures s’interpénètrent, aucune n’est solitaire et pure, toutes sont hybrides, hétérogènes, extrêmement différenciées et sûrement pas monolithiques14.

  • 15  E. Glissant & P. Chamoiseau, op. cit., 7-8.
  • 16  Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, 2 tomes, Paris : Gallimard/Folio, [1835/1840] (...)
  • 17  Elizabeth Cady Stanton, Address at the First Women’s Rights Convention, Seneca Falls, New York, 19 (...)

10L’étrange(r) est le talon d’Achille de l’Amérique, qui érige ses murs de discriminations, « subreptices ou officialisés, discrets ou spectaculaires », comme à la frontière mexicaine. Cette incapacité « à se penser avec l’autre, à penser l’autre en soi »15 abonde une tradition isolationniste étrangère à l’Étranger, codifie au sein de l’implicite American Way of Life les normes culturelles de l’intégration aux dépens de l’inclusion économique et politique de l’ensemble des gouvernés. Dans sa quête des identifiants nationaux du Nouveau Monde, Alexis de Tocqueville ne peut rattacher la « démocratie en Amérique » en 1835 qu’aux seuls « Anglo-Américains »16, et inscrit en miroir ce déterminisme des colonisations que des siècles de luttes minoritaires peinent encore à transcender au-delà de l’icône médiatique. Américanité en perpétuelle construction, utopie universelle amputée par une colonisation de l’intérieur. Etrangeté de ces « étrangères » qui en 1848 virent Elizabeth Cady Stanton exiger pour les femmes l’égalité citoyenne accordée à ces « étrangers ignorants » plus Américains qu’elle(s)-même(s)17.

11Ainsi, la construction nationale américaine inscrit l’exception dans l’Union et se nourrit d’un idéal pluriel qui tantôt fédère, tantôt singularise, voire marginalise, jusqu’à l’exclusion législative18. L’étranger non désiré s’inscrit en négatif du « bon Américain », l’Américanité est revendiquée face à l’« ennemi de l’intérieur », et se revêt d’une terminologie particulière : en aliénant toute dissidence coupable de (re)nier l’idéal sociétal, elle expulse l’Étrange(r) hors du consensus politique, au stade ultime de l’« étrangèreté », le nommant même pour un temps « un-American ». Si au sein de ce « patchwork » s’érodent peu à peu désormais les « lignes tribales » et se (re)tissent les liens d’un « renouveau » citoyen19, la trame de l’écriture, de l’Histoire et de la Littérature, décline ces identités et territoires, résurgences et déplacements, plénitude et perte des sens en substrat à une construction protéiforme de l’Américanité.


* * *

12Les contributions entendues dans le cadre de l’atelier « Études nord-américaines » du Congrès de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur (SAES) tenu à Nantes en mai 2006 ont inspiré ce recueil. Enrichies de réflexions ultérieures, elles déclinent dans les pages qui suivent onze constructions littéraires et civilisationnelles de l’Etrange / Etranger aux Etats-Unis, et autant de facettes complémentaires de cette problématique duale.

  • 20  Henri Meschonnic, op. cit., 196.

13Une première série de quatre contributions place ce volume sous le signe de l’exploration de territoires inconnus, littéraires et culturels, qui réinventent les canons académiques pour laisser entrer une vérité débordant des cadres familiers et rejoindre cet entre-les-langues20 qui affirme la contingence de l’hétérogène dans la réécriture artistique de la réalité. Dans son étude de « l’aliénation créatrice » qui caractérise Vladimir Nabokov, Marie Bouchet explore des territoires langagiers singuliers aux frontières de l’hybridation, mélanges linguistiques, « de l’étranger et du familier », nés de la mise en récit de l’exil vécu par l’auteur. Exilé fictionnel, Coleman Silk endosse, sous l’œil de Frédéric Dumas, diverses identités littéraires, autonomes et canoniques tout à la fois. Semblable à aucun autre – « unalike » –, ce Jewbird est héros tragique, bouc émissaire, à la fois victime et acteur d’une dissidence a-normale, reflet de l’environnement social décadent d’une Amérique fin-de-siècle, miroir structurant d’un roman au confluent d’identités littéraires antiques et modernes pour mieux affirmer son indépendance. L’écriture du voyage se prête particulièrement à l’exercice, qui propose par essence une « déterritorialisation » propice à la mise en relief de l’évolution intérieure d’un visiteur à travers le déterminisme de l’extérieur. C’est ainsi que Michel Feith analyse comment les attributs fictionnels choisis par John Edgar Wideman puisent dans la réalité d’une mondialisation uniformisée. Il explique comment, en effaçant la singularité et en niant la mixité de l’hétérogénéité, celle-ci souligne la surdétermination raciale des relations interpersonnelles sur le territoire martiniquais. Les perceptions intellectuelles et émotionnelles sont alors activées par la « conscience clivée » inhérente au métissage ethnique et culturel des personnages – et de l’auteur du roman. « Nommer est exister », nous rappelle Emmanuelle Le Texier. A travers une étude de terrain de la communauté Latino dans la ville de San Diego, entre Mexique et Californie, apparaissent les flux et reflux, tantôt séparatistes, tantôt intégrationnistes, de l’identité collective fragmentée de « l’étranger » majoritaire aux Etats-Unis. De la territorialisation enclavée du « barrio », géographique autant que socio-économique, émanent des terminologies identitaires contrastées, adhésion individuée aux multiples déclinaisons de la communauté « latino » d’une part, soumission à une nomenclature administrative souveraine en matière de représentativité individuelle et collective dans la sphère publique, d’autre part.

14Entre rémanences intellectuelles, spirituelles et affectives célébrant l’ancrage dans un substrat signifiant, et figures du déplacement rendant à l’inverse l’œuvre créatrice un peu plus étrangère à son auteur, notre deuxième partie ouvre les frontières de l’étrange(r) vers l’intérieur et l’extérieur. En perpétuelle réécriture des territoires habités par l’Europe au ferment de la construction nationale américaine, peintres et écrivains se jouent des codes et des genres pour (ré)inventer l’originalité de leur américanité. Il en va ainsi des paradoxes qu’évoque Kamila Benayada dans sa lecture des œuvres du peintre régionaliste Grant Wood. Perçu comme nationaliste dans son choix d’une toile de fond réaliste, Wood met en Cène un monde idéal porteur des valeurs traditionnelles favorisant la communion entre l’œuvre et le spectateur. Mais il est aussi vecteur d’abstraction, barrière à l’empathie spectatrice, distanciation double auteur / observateur, en rupture avec les conventions esthétiques et l’ordre établi. L’acte artistique est enracinement dans un nouveau territoire, réponse à la perte de la patrie chez Nabokov tout autant que chez ses personnages Pnin et Humbert qu’évoque Yannicke Chupin. Rite de passage dans la transition territoriale, l’écriture se fait catharsis de la rupture physique devenue rupture linguistique, idiolectes posés comme fondement de la nouvelle identité de l’artiste comme de sa création, richesse du multilinguisme. De cette résurgence du déplacement culturel, du dérangement des normes, de l’errance itinérante, géographique et spirituelle, émerge une richesse intellectuelle singulière dans son inventivité. C’est sur un mode quelque peu semblable que s’érige l’écriture d’Herman Melville. Dans sa contribution, Ronan Ludot-Vlasak analyse le destin des motifs et des figures de style que le romancier américain emprunte à William Shakespeare. Autre continent, autre époque, autre vision du monde : Moby Dick signe à la fois la présence spectrale de l’œuvre du dramaturge anglais et l’originalité d’un roman qui explore les facettes contradictoires de l’humain, et sait rendre féconde la question de la différence. C’est en déplaçant volontairement les canons de l’anglais dans l’acte de traduction que les Zukofsky se sont approprié dans « leur » Catullus la résurgence mimétique de la syntaxe, du rythme et des sons de l’œuvre latine. Andrew Eastman nous explique ce style poétique inédit, ce texte renforcé par des choix sémantiques mêlant calque et invention, un entre-les-langues / entre-les-textes signifiant l’individualité de l’acte de traduction, une modernité du classique aux limites de la parodie, jusqu’à l’incompréhensible extraction du sens.

15Ecriture pour les sens, écriture hors du sens, l’acte artistique fait appel au ressenti avant l’intellect, apprivoise le lecteur étranger au récit par l’implication de tous ses sens. Dans la multiplicité de ses techniques narratives, Vladimir Nabokov nous revient immanquablement, et affirme l’individuation de son style sous la plume de Lara Delage-Toriel. Le rapprochement entre le lecteur et l’énonciateur s’appuie cette fois sur la mise en scène de Pnin, une gestuelle qui aiguise notre capacité à visualiser les positionnements caractéristiques de cette « étrangèreté » à laquelle l’auteur veut nous faire adhérer. En manipulant notre perception du personnage, nos sensations révèlent la profondeur de l’intime, du personnage et sans doute de l’auteur, et dévoilent la face tragique du clown, la souffrance individuelle élargie à la condition humaine – et notre erreur initiale de jugement. Le processus de décodage métaphorique est acoustique dans les nouvelles sudistes choisies par Claudia Desblaches. Celles-ci regorgent d’images acoustiques de la parole refoulée, d’erreurs graphiques qui élucident les énigmes de la parole parlée, et font appel à l’œil, à l’oreille, à la mise en voix du lecteur chargé de décrypter les sens occultés. Le sens de l’écrit résulte de l’association de sensations phoniques mêlées en une poétique dépassant l’aliénation et l’indétermination symboliques de l’étranger qui peine à se mettre en mots, et réarticule le signifiant en un texte déclinant la multiplicité des sens. Pour autant, c’est moins la multiplicité que la dualité, à la fois identique et contraire, qui est au cœur de l’étude par Stéphane Vanderhaeghe du premier roman de Shelley Jackson (Half Life), lieu, selon lui, « de l’esquisse d’un je(u) étrange ». C’est dans le substrat intertextuel – où, une dernière fois, nous apparaît singulièrement Vladimir Nabokov – que s’articule la double problématique de l’identité et de l’écriture. Il s’agit bien, à travers l’histoire complexe de Blanche et de Nora sa sœur siamoise, d’épingler le geste scripteur autant que sa biffure, et d’installer le sens dans une dialectique entre voilement et dévoilement, énonciation et silence, le même et l’autre.

16Les onze contributions qui suivent nous entraînent un peu plus loin encore. Instantanés d’Amérique et constructions d’Américanité, elles mettent en relief la mosaïque d’une (auto-)définition identitaire, parfois compromis, souvent contradiction entre l’individuation du « je » d’une part et, d’autre part, les contingences individuelles et sociales qui (y) convoquent la nécessité du métissage.

Haut de page

Notes

1  Dans son très bel essai, l’auteur interroge la relation entre « l’intrus » et « l’étranger » en ces termes : « L’intrus s’introduit de force, par surprise ou par ruse, en tout cas sans droit ni sans avoir été d’abord admis. Il faut qu’il y ait de l’intrus dans l’étranger, sans quoi il perd son étrangeté. […] Une fois qu’il est là, s’il reste étranger, aussi longtemps qu’il le reste, au lieu de simplement se « naturaliser », sa venue ne cesse pas : il continue à venir, et elle ne cesse pas d’être à quelque égard une intrusion : c’est-à-dire d’être sans droit et sans familiarité, sans accoutumance, et au contraire d’être un dérangement, un trouble dans l’intimité ». Jean-Luc Nancy, L’Intrus, Paris : Galilée, 2000, 11-12.

2  Roland Barthes, Comment vivre ensemble. Simulations romanesques de quelques espaces quotidiens. Cours et séminaires au Collège de France (1976-1977), texte établi, annoté et présenté par Claude Coste, Paris : Seuil/IMEC, 2002.

3  Ibid., 122.

4  Sigmund Freud, L’Inquiétante étrangeté et autres essais, trad. de l’allemand, Paris : Gallimard, 1985.

5  Julia Kristeva, Étrangers à nous-mêmes, Paris : Folio-Essais, 1988.

6  Gilles Deleuze, L’Île déserte et autres textes. Textes et entretiens 1953-1974, Paris : Éditions de Minuit, 2002, 259.

7  Jean-Luc Nancy, L’Intrus, op. cit., 33.

8  Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Lagrasse : Verdier, 1999, 82.

9  Walt Whitman, Leaves of Grass, Malcolm Cowley (ed.), Penguin Classics, [1855] 1986, 48.

10  John Fitzgerald Kennedy, A Nation of Immigrants, [1958] New York: Harper Perennial, 2008.

11  Edouard Glissant & Patrick Chamoiseau, Quand les murs tombent : l’identité nationale hors-la-loi ?, Paris : éditions Galaade, 2007, 9.

12  Thomas Jefferson, First Annual Message to the Congress, 8 décembre 1801, The American Presidency Project, <http://www.presidency.ucsb.edu>, consulté le 12 janvier 2009.

13  Horace M. Kallen, « Democracy versus the Melting-Pot », The Nation, New York, February 18 & 25, 1915, 190-94 & 217-20.

14  Edward W. Said, Culture et impérialisme, Paris : Fayard, 2000, 29.

15  E. Glissant & P. Chamoiseau, op. cit., 7-8.

16  Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, 2 tomes, Paris : Gallimard/Folio, [1835/1840] 1986.

17  Elizabeth Cady Stanton, Address at the First Women’s Rights Convention, Seneca Falls, New York, 19 juillet 1848, <http://www.ps.gov/archive/wori/address.htm>, consulté le 12 janvier 2009.

18  Citons en exemple les Alien and Sedition Acts (1798) ; Chinese Exclusion Act (1882) ; McCarran Internal Security Act (1950) ; Patriot Act au lendemain du 11 septembre 2001.

19 Barack Obama, discours d’investiture, 20 janvier 2009, <http://www.whitehouse.gov/blog/inaugural-address/>; Barack Obama, « National Day of Renewal and Reconciliation 2009. A Proclamation », 20 janvier 2009, <http://www.whitehouse.gov/blog/a_national_day_of_renewal_and_reconciliation/>, consultés le 21 janvier 2009.

20  Henri Meschonnic, op. cit., 196.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Cizel et Denise Ginfray, « Avant-propos »Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VII – n°2 | 2009, 1-10.

Référence électronique

Annick Cizel et Denise Ginfray, « Avant-propos »Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VII – n°2 | 2009, mis en ligne le 02 juin 2009, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lisa/206 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.206

Haut de page

Auteurs

Annick Cizel

(Paris, France)
Annick Cizel is an Associate Professor in American History and Civilization at the Sorbonne Nouvelle-Paris III. Her many articles address U.S. foreign assistance policies in the twentieth century, with an emphasis on Africa and the Middle East. She is currently expanding her geographical field of expertise to postwar European colonies and Latin America for a forthcoming book. Her latest article entitled “Nation-Building in the Philippines: Rooseveltian Statecraft for Imperial Modernization in an Emergent Transatlantic World Order” was published in the December 2008 issue of the transatlantic journal Diplomacy and Statecraft. A revised edition of her doctoral thesis, Genèse d’une politique africaine et moyen-orientale : les Etats-Unis et l’Ethiopie (1941-1961), is due out with L’Harmattan in 2009.

Denise Ginfray

(Clermont-Ferrand, France)
Denise Ginfray is Professor of English and American Literature at Blaise Pascal University, Clermont-Ferrand. She is the author of a doctoral thesis on Virginia Woolf, and has published extensively on Woolf’s fiction and essays. Her main research field is Modernism in Anglo-American literature. Her special interests are modernist writing and aesthetics, literary theory and criticism, literary genres and relationships between nineteenth-century and twentieth-century literature, between modernism and postmodernism. She has published numerous articles in these areas, notably on Gertrude Stein, Joseph Conrad, Margaret Atwood, Raymond Carver, Elizabeth Bishop, Joyce Carol Oates, W.D. Howells and John Steinbeck… Her publications also include a monograph entitled Edith Wharton. L’objet et ses fictions.She is currently working on Gertrude Stein.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search