Navigation – Plan du site
Varia

Les femmes américaines et la guerre du Vietnam : mise en place et utilisation d’un processus de mimétisme

American Women, the Vietnam War and Mimetism:  Constructing and Developing an Unconscious Imitation of the Soldier
Alexandra Boudet-Brugal
p. 280-298

Résumé

By and large, women have been maintained at a “reasonable” distance from the war. Their historic identity has mainly been that of mother, and therefore that of those who do not make war. They are not to belong to this sphere; it is to remain masculine, a men’s world. The Vietnam War (1964-1973) is no exception to the rule. This characteristic may be even more visible in the context of Vietnam given the power granted to authenticity: “having been there” has been essential. However, it seems that, just as Vietnam was a confused war, the border between genders has been sometimes blurred as well. We have thus found that some women have constructed and developed a strange process, a(n) (unconscious) strategy, in order to enter the world of war while not “having been there” really, while not knowing physically what war is and was. If “Vietnam is the land of [their] imagination”, as Barbara Sonneborn put it (Regret to inform, 1999), mimetism has allowed them to fill out the blanks, to uncover and discover their man’s reality, to “see what it was he saw […] to be in the field with him”, says Gail Gilberg (Snake’s Daugher, 1997). I will therefore expose and study this phenomenon that appears in various women’s stories, written or told, by themselves or others, through their own narrative styles and speeches. In doing so, I intend to examine whether the use of this mechanism reinforces the traditional representations of men and women in war: Does it allow a re-writing of these excluded female voices, while putting forward the specificities of women’s experiences in war? Does it grant women a voice and a visible presence? Considering that “societies are, in some sense, the sum total of the war stories” (Jean B. Elshtain), it seems interesting to examine to what extent this strategy allows the American women to find their place in the story of the Vietnam war, in a very specific way.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

20th century, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sabina Spielrein (1886-1955), première patiente de Jung et analyste de Jean Piaget. Voir l’ouvrage (...)
  • 2  Ulrike C. Washmuht, « There is even a female face of war. About the interrelationship between masc (...)
  • 3  Idem.

1Les pulsions de mort et les pulsions destructrices sont inhérentes à chaque être humain, ainsi que l’ont révélé les travaux de Sabina Spielrein1 et de Sigmund Freud. Pour Jean B. Elshtain, les « quelques féroces », ces femmes qui soutiennent la guerre et réclament du sang, en sont la preuve : « Kill a few dozen for me » demandait l’une d’elles en 19172. Elles sont gagnées par l’euphorie de la guerre et expriment clairement un besoin de violence. Helena Swanwick ose alors dire, à propos de la Première Guerre mondiale, que les hommes sont certes ceux qui ont fait la guerre, « mais qu’ils n’auraient pas pu sans ces femmes admiratives à leurs côtés et qui les ont motivés »3. Pourtant, cela n’est pas ce que la représentation et les conventions exposent des femmes. En effet, leur identité historique est essentiellement définie par le statut de mère, et, par déduction « naturelle », celle d’un individu pacifique (c’est-à-dire en faveur de la paix  mais non actif). Aussi la guerre reste-t-elle globalement une histoire d’hommes, racontés par des hommes (soldats), perçus comme les authentiques conteurs de guerre. Cette caractéristique est plus encore probante dans le cadre de la guerre du Vietnam : les écrits (romans ou autobiographies) narrés par des hommes semblent être la seule littérature de guerre valable. Car les femmes, jusque dans l’écriture et la représentation, n’ont pas un accès « visible » à la sphère de la guerre.

  • 4  Gail Hosking Gilberg et Albert E. Stone, Snake's Daughter: the Roads in and out of War. Iowa City (...)
  • 5  Aujourd’hui encore, le Sénateur J. Kerry, ancien combattant du Vietnam, met en avant sa capacité à (...)
  • 6  « The women… waited for men, cried for them, and were unable to understand them », SEtats-Unis n J (...)

2Toutefois, la guerre du Vietnam fut plus trouble encore que beaucoup d’autres, tant en ce qui l’a motivée que les conditions de la guerre même, c’est sans doute pourquoi les frontières qui séparent les rôles des genres semblent avoir été estompées. Ainsi, nous avons noté que, pour entrer dans le monde de la guerre, les femmes ne se « résignent » pas à proprement parler, car le phénomène ne se produit pas systématiquement à un niveau conscient, à adopter une méthode bien particulière, qui transparaît dans leur écriture : le mimétisme. En effet, les femmes que nous avons étudiées sont conscientes de la présence de « limites », dans la mesure où leur connaissance de la guerre n’est pas physique : « My imagination can only take me so far. I’ve not ever been a soldier or set foot in a jungle. I have no idea what real war is like »4, écrit Gail H. Gilberg. N’ayant pas accès à la « connaissance authentique »5 de la guerre, qui passe par le vécu corporel, un rite de passage « masculin », elles semblent donc ne pas pouvoir comprendre cette expérience6. Ce leitmotiv se retrouve dans la réalité mais aussi dans les romans. Par exemple, dans l’ouvrage de Bobbie Ann Mason, In Country (1988), ce concept est exprimé de façon explicite :

  • 7  Bobbie Ann Mason, In Country: A Novel. 3eme édition (1986 et 1989). Etats-Unis : Harper Perennial, (...)
  • 8  Ibid, 106.

Stop thinking about Vietnam […]. There is no way you can never understand. So just forget it. Unless you’ve been humping the boonies, you don’t know 7.
Women weren’t over there, Emmett snapped. So they can’t really understand 8.

  • 9  G.H. Gilberg, op. cit., 167.

Les filles, comme les épouses, les mères ou les étudiantes, ne peuvent remplir ces espaces vides qu’avec leur imagination et leurs fantasmes. « Vietnam is the land of my imagination », déclare ainsi Barbara Sonneborn dans son documentaire Regret to Inform (1999). Toutefois, les femmes souhaitent recréer les sensations éprouvées par les soldats au Vietnam. Il s’agit non seulement de découvrir une réalité à laquelle elles n’ont pas accès, et mais également de « découvrir le monde des hommes ». Gail H. Gilberg explique : « I wanted contact with my father, wanted to see what it was he saw. I wanted to be in the field with him »9. De même, le besoin de connaître ce qu’éprouve le soldat pendant la guerre se mue en un besoin d’appropriation et de recréation de son univers. Les femmes engagent alors ce processus de mimétisme qui leur permet d’intégrer, à un niveau fantasmatique, un corps d’homme. On constate ce phénomène dans un grand nombre d’œuvres, telles que les autobiographies de Marian F. Novak (Lonely Girls with Burning Eyes, a Wife Recalls her Husband’s Journey Home from Vietnam, 1991) et de Gail H. Gilberg (Snake’s Daughter: the Roads in and out of War, 1997), toutes les deux épouse de soldat du corps des Marines lors du conflit vietnamien et fille de soldat. Ce phénomène se retrouve dans l’autobiographie de Margot Adler, étudiante de 1964 à 1968 (Heretic’s Heart : a Journey Through Spirit and Revolution, 1997) de même que dans le témoignage visuel de Barbara Sonneborn, Regret to Inform (1999). Il se manifeste pareillement chez des femmes d’anciens combattants qui ont témoigné auprès d’Aphrodite Matsakis (Vietnam Wives : Facing the Challenges of Life with Veterans Suffering Post-Traumatic Stress, 1996). Enfin, le thème est repris dans les romans ; cela est perceptible en particulier dans In Country de Bobbie Ann Mason, et dans une nouvelle de Tim O’Brien « Sweetheart of the Sa Tran Bon » (dans The Things They Carried, 1990). Les deux héroïnes, Sam, fille d’un soldat tué au Vietnam et Mary Ann Bell, fiancée d’un soldat au Vietnam, se « transforment », toutes deux de manière spécifique, et pour des raisons distinctes.

3Dans le cadre de cet article, nous aborderons ce phénomène à travers les récits des expériences de femmes, perceptibles dans le vocabulaire, les expressions ou la structure narrative. Puis, nous évoquerons comment ce mimétisme s’incarne, de quelle façon il est vécu. Enfin, nous analyserons sous quelles formes il apparaît dans les représentations, soit ici, les romans.

Écriture et mise en discours

  • 10  « I had become the toughest fighter of all », M. F. Novak, Lonely Girls with Burning Eyes, a Wife (...)
  • 11  « Survivor’s guilt », M. F. Novak, op. cit., 266-67.
  • 12  Bettina Hoffman, Ahead of Survival: American Women Writers Narrate the Vietnam War. New York (Etat (...)
  • 13  P. Caputo, Rumors of War, New York, NY : Holt, Rhinehart and Winston, 1977. Le lieutenant Philip C (...)

4Lors de la lecture de certains récits de femmes, une première constatation s’impose : les femmes calquent leur vocabulaire sur celui des hommes-soldats. Un exemple marquant est le style de Marian Faye Novak. Son ouvrage retrace sa vie de jeune femme, d’épouse d’un Marine vivant sur une base militaire, son attente et ses angoisses alors que son époux est au Vietnam, et enfin leur vie à son retour et la difficulté des souvenirs de guerre. Elle utilise un vocabulaire militaire et guerrier pour décrire son expérience de femme. Ainsi, l’auteure établit clairement un lien entre le fait de se battre sur le front, sur le champ de bataille réel, sphère publique, et le fait d’attendre à la maison, sphère privée. L’utilisation d’un vocabulaire militaire et guerrier pour décrire son expérience conforte le parallélisme. En s’appropriant ce type de discours, elle brise la ligne de démarcation, la frontière imposée par le « genre », qui fait de la guerre un monde d’homme. Par exemple, alors que son époux est au Vietnam, elle devient « le combattant le plus résistant »10. De même, elle parle, lorsque l’une des femmes de Marines perd son époux et qu’elle, Mariane, apprend que le sien est vivant, de « culpabilité du survivant »11, termes habituellement utilisés par les soldats qui survivent à une guerre. Comme le fait remarquer Bettina Hoffman12, M. F. Novak se cale sur la narration masculine en reprenant la structure narrative de l’ouvrage de Philip Caputo13 (Rumors of War, 1977), un témoignage de soldat, en utilisant des citations de soldats-poètes au début de chaque chapitre. Mais, ces appropriations posent problème dans la mesure où elle décrit son histoire de femme à partir d’un modèle masculin. Car si effectivement elle expose « une face féminine » cachée de la guerre, on note qu’opérant ainsi elle ne s’émancipe pas du « masculin » ; c’est-à-dire que son expérience et sa mise en discours restent étroitement et inéluctablement liés à l’identité et la situation de l’époux-soldat.

  • 14  “[In 1968] the Defense Department placed the official number of POWs at over 400, some of them had (...)

5Sybil Stockdale (In Love and War, avec James Stockdale, 1984) place également les expériences féminine et masculine en parallèle, mais plus distinctement : le mari et la femme racontent tous deux leur expérience dans des chapitres qui s’alternent dans le récit. De fait, le parallélisme entre son expérience et celle de son époux, prisonnier de guerre14, est très fort ; mais sans que les expériences ne s’excluent mutuellement. La structure narrative de Sybil et James Stockdale place les expériences sur un pied d’égalité. Ce qui est mis en avant, c’est la double expérience selon le « genre » découlant d’une situation de guerre, et non pas la prévalence d’une expérience sur l’autre. Malgré son attachement à l’expérience de l’homme, l’auteure crée son propre espace de parole. L’expérience de guerre est ainsi visuellement complétée.

  • 15  Ron Jacobs, The Way the Wind Blew : a History of the Weather Underground. New York (Etats-Unis): V (...)
  • 16  « Last desperate grab at male approval », cité par Ron Jacobs, op. cit., 91 / « Good Bye to all th (...)

6Ce type d’appropriation se manifeste également dans la parole, et notamment celle véhiculée par les Weathermen, un groupe isolé qui prônait la révolution armée à la fin des années 1960. Soulignons le cas de Bernardine Dohrn, secrétaire de Students for a Democratic Society (SDS) en 1968-1969 (une organisation étudiante contre la guerre et l’establishment), puis initiatrice et co-fondatrice du Weathermen (rebaptisés Weatherpeople). En 1970, l’invasion du Cambodge par les troupes américaines généra une vague de protestations d’importance. Dans un communiqué des Weathermen,  distribué en mai 1970, qui commençait ainsi : « Hello. This is Bernardine Dohrn, I’m going to read a declaration of a state of war »15, cette femme s’approprie un vocabulaire guerrier pour s’opposer à l’action de son gouvernement. Elle s’inclut dans le monde de la violence en tant que participante active de son propre chef. D’ailleurs, la plupart des communiqués des Weatherpeople étaient signés du nom de Bernardine Dohrn. En prenant le rôle d’agresseur ainsi qu’en faisant sien ce type de discours, les femmes du groupe allaient à l’encontre de la tradition des « rôles des sexes ». Mais certains et certaines n’envisageaient pas leur comportement de la même façon. En effet, Robin Morgan, ancienne membre de la SDS, dénonça dans le numéro de Rat (février 1970) l’attitude adoptée par les femmes du groupe. Selon elle, le fait qu’elles adoptaient une attitude « macho », un comportement calqué sur celui des hommes, n’était en rien libérateur ou révolutionnaire. Elle critiquait cette appropriation et la qualifiait de « dernière tentative pour obtenir l’approbation des hommes »16. Soulignons enfin que, plus tard, des membres du Weatherpeople imposèrent à Bernardine Dohrn d’écrire une lettre d’excuses, dans laquelle elle dénonçait son soutien à l’oppression des femmes, ce qui ne fut jamais demandé à un homme.

  • 17  « A total war against every aspect of patriarchal society », Jean B. Elshtain, Women and War. Etat (...)
  • 18 Idem.
  • 19  « Men are the targeted enemy », id.

7D’autres groupes ont manifesté cette appropriation d’un vocabulaire guerrier. Ainsi, certaines féministes ont adopté un langage se référant à la violence, en utilisant un discours quasi militaire. Elles définissaient le cœur de leur action comme « une guerre totale contre tous les aspects de la société patriarcale »17, et demandaient « qui est l’ennemi ? »18; question à laquelle elles répondaient : « les hommes sont la cible ennemie »19. D’autres exprimaient violence et combats, d’une façon qui semblait emprunter aux  écrits des anciens combattants. De fait,  contre toute attente, ces deux types de parole ont des points communs, fait que souligne par exemple Michael Bibby.

  • 20  Les activistes aussi allaient utiliser leurs corps, physiquement et symboliquement. Par exemple, e (...)
  • 21  Notons le caractère aléatoire des blessures de guerre, puisque, comme le précise Sonya Michel, « h (...)
  • 22  Le mélange de racisme et de violence envers les femmes caractéristique du conflit ont été dévoilée (...)
  • 23  « The gendered body became the terrain of ideological struggle in Vietnam-era feminist discourse » (...)

8Ces deux discours narratifs utilisent le corps et l’énoncent comme un champ d’activité politique. Au même titre que le corps mutilé du vétéran s’inscrit dans les textes, de façon récurrente, le corps de la femme, dans certains écrits féministes, revêt lui aussi une symbolique et une importance majeures20. Mais une différence s’impose à nouveau dans la réalité corporelle : les blessures de guerre ou invalidations dues à la guerre et subies par les anciens combattants, considérées, dans un premier temps, par tous comme des emblèmes d’un sacrifice patriotique, deviennent signes de masculinité21. Le corps féminin, lui, n’est pas dominant mais dominé et mutilé. Il la rappelle à son état de femme, de non-héros, de non-active. Les féministes ont tout particulièrement dénoncé une violence perpétrée sur les femmes, liant la violence contre la terre du Vietnam, contre les Vietnamiennes22  et contre les Américaines. A travers les écrits des poètes féministes plus particulièrement, le corps féminin et les pays du tiers-monde sont juxtaposés et racontés comme un ensemble, le féminin, alors que le masculin se fait armée américaine : « le corps sexué est devenu le terrain d’une lutte idéologique dans les discours féministes de l’ère du Vietnam »23, soutient Michael Bibby dans son ouvrage. L’une des conséquences de leur approche fut un nouveau rapport au pacifisme, non plus basé sur l’état potentiel de mère.

Mimétisme « vécu »

  • 24  Mark, dans Emily Mann, Still Life : a Documentary. New York (Etats-Unis) : Dramastists Play Servic (...)

9Le couple apparaît comme l’espace premier où s’exprime une forme particulière de mimétisme. La pièce d’E. Mann, Still Life (1982), écrite à partir d’interviews de l’auteure, résume toutes les difficultés qui peuvent surgir au sein de la relation femme / soldat au retour du Vietnam et les problèmes qui se posent parfois : la femme est victime de maltraitances, l’ancien combattant traverse de graves problèmes d’alcoolisme, etc.. Marian Faye Novak (Lonely Girls…) rend elle aussi compte des difficultés que le couple peut rencontrer. C’est une situation que ni l’un ni l’autre des partenaires ne s’attendait à vivre (« WhenI got on the plane coming home I was so happy »24), ce qui la rend plus complexe encore. Récemment, des ouvrages ont tenté, et tentent, d’analyser ces situations et d’aider les « épouses du Vietnam ». Par exemple, Aphrodite Matsakis, auteure de Vietnam Wives : Facing the Challenges of Life with Veterans Suffering Post-Traumatic Stress (1996) a fondé sa recherche sur des groupes de soutien aux femmes d’anciens combattants. Dès l’introduction, elle place en parallèle les deux expériences, masculine et féminine, et leurs souffrances :

  • 25  Aphrodite Matsakis, Women Wives : Facing the Challenges of Life with Veterans Suffering Post-Traum (...)

Like your Vietnam veteran, you too have often gone unrecognized, unappreciated, and unacknowledged. All too often, your husband’s agonies have been mistakenly seen as signs of masculine failure. Similarly, your dilemmas and sufferings have all too often been misinterpreted as feminine failure25.

  • 26  A. Matsakis, op. cit., 194.
  • 27  Un exemple dans Linda Maloney, Post Traumatic Stress Disorder : effects on women partners of Vietn (...)

Au cours de son étude, A. Matsakis décrit un phénomène particulier: les épouses peuvent développer des symptômes de Stress Post-Traumatique (Post-Traumatic Stress Disorder, ou PTSD), à divers degrés, dû au fait par exemple de vivre dans un état de perpétuel « danger », ou d’être témoin de violences26. Plus encore, elles intériorisent parfois les images qui font souffrir leur compagnon comme la pluie, le fait de rencontrer des personnes d’origine asiatique, ou des bruits d’hélicoptères, etc.27. A. Matsakis expose incontestablement des attitudes qui relèvent d’un comportement mimétique :

  • 28  Linda Maloney, op. cit., 29.

They’re suffering the same kind of trauma as the fellow is when they see him sweating at night or twitching in his sleep or getting up and having a bout of guard duty around the house, checking to make sure that the doors are still locked, and the windows, making sure that the area is still secure (Dave Macey, collègue de Ms. Veroczi, cité dans Veroszi (1982)28.

Ainsi, les femmes adoptent l’attitude du soldat. Dans ce cas, l’assimilation de l’expérience est telle que l’épouse la reproduit. Gwen, veuve d’un ancien combattant du Vietnam, se confie :

  • 29  Aphrodite Matakis, op. cit., 17.

My vet is gone now, but his anniversaries are my anniversaries, just like when he was alive. Like a combat soldier, I was always « on guard » during his anniversary times – not against him, but for him. I « walked the point », not in a jungle, but in our bedroom. The enemy wasn’t people, but the feelings he considered his enemies – his rage, grief, and confusion29.

Un autre cas de mimétisme est à souligner, il s’agit de celui exposé dans In Country (de Bobbie Ann Mason) : une épouse d’ancien combattant reproduit certains symptômes.

  • 30  B. A. Mason, op. cit., 123.

He was proud that he served his country, and I [l’épouse, Cindy] was proud too. And it was years before those ears got me. I can’t wear earrings anymore. I think about them ears. They’re so sweet-looking. And brown. Like button mushrooms. Little mouse ears. Oooh !30

  • 31  Voir aussi Heather Brandon (ed.), Casualties : Death in Vietnam, Anguish and Survival in America ( (...)

A travers ce personnage, nous constatons combien et comment la folie de la guerre a contaminé l’épouse31. La fiction, dans ce cas, rejoint la réalité. Mimétisme ? Transfert ? Quelle que soit la réponse, il est évident ici que ces femmes franchissent une frontière et vivent le Vietnam à leur façon, en le reproduisant dans leur imaginaire.

  • 32  Gail H. Gilberg, op. cit., 25.
  • 33  Gail Gilberg, op. cit., 167.
  • 34  « I recognized that I had been trying to be the warrior my father had been, I was carrying on the (...)

10Une manifestation de mimétisme est également décelable chez les filles d’anciens combattants. Cette situation rappelle la transmission de l’expérience de guerre, qui s’opère traditionnellement dans la relation père-fils. Alors, dans une certaine mesure, le procédé de mimétisme permet aux filles d’être intégrées à cet héritage. Prenons l’exemple de Gail Hosking Gilberg, une fille de soldat mort au Vietnam, et auteure de Snake’s Daughter : the Roads in and out of War (1997). La première étape du mécanisme se traduit pas un parallélisme effectué entre le vécu du père et de la fille. Par exemple, Gail H. Gilberg écrit : « He had headed for life as a soldier at the same age I headed north to college with the insurance money from his death »32. Le parallélisme est ensuite dépassé et fait place à un mimétisme qui s’inscrit dans la réalité physique: « I wanted contact with my father, wanted to see what he saw. I wanted to be in the field with him »33. Elle analyse son implication dans les organismes humanitaires tel Amnesty International comme le désir inconscient d’avoir voulu être « le guerrier que son père avait été, [elle] continuai[t] la mission. Trouvant la bonne guerre. Désirant libérer les opprimés »34.

  • 35  Gail Gilberg, op. cit., 172.

11Gail Gilberg s’inscrit progressivement dans un schéma plus large, dans une collectivité liée à la guerre du Vietnam : « Like the returning vets […] my memory is not a complete narrative […]. Like these returning vets, I am trying to create a language for that which was once silent »35. A la lumière de ces données, deux hypothèses peuvent être formulées. Tout d’abord, comme chez Marian F. Novak, la mise en parallèle des expériences semble être un outil qui rend palpable le vécu de ces femmes, et ainsi permet de valider leur expérience. Ensuite, le mimétisme qui transparaît dans l’ouvrage autobiographique de ces femmes, et notamment chez Gail Gilberg, semble être en réalité un élément de leur quête, celle de la découverte d’une identité perdue, d’un héritage aussi.

  • 36  Il semble que peu d’étudiants en général avaient de contact direct et/ou réel avec les soldats ou (...)

12Quoique sur un mode un peu différent, mais surtout pour des raisons autres, le processus de mimétisme est décelable dans l’expérience d’une étudiante de Berkeley, Margot Adler : comme ses consoeurs, Margot Adler développe elle aussi un type d’identification à l’expérience masculine tout d’abord de façon fantasmatique, puis physique : en 1967, elle va correspondre avec un soldat recruté puis envoyé au Vietnam36. Cette correspondance avec ce soldat va devenir une véritable obsession. Par exemple, comme dans le cas des épouses, Margot Adler rêve de la guerre, en attendant la première réponse de Marc Anderson. A travers cette correspondance, elle va fantasmer le Vietnam et la guerre.

  • 37  Comprendre ici le sens anglo-saxon du terme « gender ».
  • 38  Margot Adler, Heretic’s Heart: a Journey Through Spirit and Revolution. Boston, Etats-Unis: Beacon (...)

13Le chapitre alternant leurs lettres est intitulé « Soldiers on two fronts ». Titre révélateur s’il en est. Margot Adler se définit ainsi clairement comme le reflet féminin sur le front américain de ce soldat sur le front vietnamien, son alter ego. Si le témoignage de Sybil Stockdale résonne, la fusion qui naît de la guerre est ici plus forte encore et apparaît dans la forme même de l’écriture : les voix du soldat et de la jeune femme se trouvent mêlées dans un même chapitre, et non séparés symboliquement sous forme de deux chapitres distincts). Tous deux sont actifs, tous deux luttent, et leur sexe n’entre pas en compte. Leur « genre »37 n’avait de même aucune incidence sur l’impact que le conflit avait sur leur conscience, ni sur la force de leur engagement : la guerre du Vietnam écrit Margot Adler faisait partie de leurs êtres. Le chapitre suivant s’intitule « Crossing the divide », témoignage de la conscience d’une réalité différente. Cette oscillation entre fusion et division la hante. Elle arrive toutefois à rétablir un lien entre eux. Plus encore, elle effectue un transfert et se projette au Vietnam en rêve38. Elle est là-bas, elle est restée là-bas :

 Soon after writing this letter, I dreamt that I was in Vietnam: It is hot and humid and so very green. I’m standing up to my calves in water, in a group of rice paddies. I hear the whirrrrr of a helicopter overhead. I look up as it flies over me. Out of the window drops a letter. It floats down [...] I pick it up and notice the address: it’s from Marc. I open the letter bit the water has blurred all the ink and the writing is now illegible. I wake up and immediately think, That’s it; Marc is out of Vietnam, but in some odd way I am still there, and it is I who now needs his letters the way he once needed mine.

Dans ce cas, son mimétisme, s’il semble également vouloir rapprocher pour valider une expérience féminine, dévoile surtout une autre facette de l’expérience féminine sur le front intérieur : un réel engagement, qui se révéla moral mais aussi physique, des activistes opposés au conflit.

14Quant à Barbara Sonneborn, veuve en premières noces d’un soldat du Vietnam, elle propose un témoignage de femme sur un mode de fonctionnement différent, le visuel, à travers son documentaire Regret to Inform (1999). Ce travail regroupe des témoignages de femmes qui furent mariées à des soldats tués au Vietnam ainsi que les témoignages de Vietnamiennes qui ont vécu cette guerre. Les femmes sont enfin visuellement réunies, et non plus isolées et silencieuses (un peu à la manière de frères d’armes). Leurs paroles et images se superposent, se croisent avec des images du conflit, des soldats, et des images du Vietnam aujourd’hui. Elles sont ainsi connectées au front et à la guerre. Toutes ces images et ces témoignages entrecoupent la quête d’une femme, la réalisatrice, Barbara Sonneborn, qui se rend au Vietnam vingt ans après la mort de son époux, Jeff, alors soldat. Dans son documentaire, l’on constate à nouveau un besoin de se sentir proche de ce qu’a vécu le soldat, de connaître, jusqu’à s’identifier avec lui : durant ce voyage qu’elle entreprend au Vietnam, B. Sonneborn explique qu’elle traverse les mêmes lieux qu’il a traversés. En fond, une cassette tourne, c’est celle que Jeff lui avait envoyé du Vietnam : «  I think I’m gonna make it through just fine ». La voix de Jeff, racontant son histoire, vient se caler parfaitement sur ce qu’est en train de vivre Barbara Sonneborn ; les deux mondes, les deux fronts, se mêlent ainsi. Son voyage est mis en parallèle avec l’expérience de Jeff, rappelant les structures de S. Stockdale et un chapitre de M. Adler. Le processus de mimétisme est certainement nécessaire, dans un premier temps, afin de faire des expériences et discours des femmes des « authentiques » histoires de guerre. Toutefois, Barbara Sonneborn parvient à dépasser cette première étape et énonce une véritable spécificité féminine.

15La réalisatrice réussit à établir une rapport entre elle et son époux défunt, à trouver un terrain sur lequel ils se retrouvent : elle et son guide atteignent le lieu de sa mort, et là c’est tout le monde imaginaire que B. Sonneborn s’était créé qui s’estompe : « So this is the place . After years of imagining it, it’s so ordinary ». Cet espace permet une réunion des expériences, et de toutes les expériences passées sous silence. Alors, logiquement, sa quête s’achève au monument commémoratif du Vietnam à Washington, D. C. : « I came to the Memorial Wall and tried to comprehend the loss behind each name », déclare-t-elle. Femme du front intérieur, elle établit un lien, une relation intime, entre ce « Mur » dédié aux anciens combattants et son histoire, et avec elle, l’histoire des femmes. Les mots qui apparaissent à l’écran à la fin du documentaire souligne, sans laisser de place à aucune ambiguïté, ce choix de perspective: « For all who have suffered from war, for all the lives lost ».

16LeMur, monument commémoratif national de la guerre du Vietnam au National Mall (Washington D.C.), s’avère être le lieu où les expériences masculines et féminines se rejoignent, là où se rejoignent réalité et fiction. Il conclut (ou ponctue parfois) le récit de plusieurs femmes : le documentaire de Barbara Sonneborn, les poèmes de Karen Horn (« Children of the Wall » et « Dad »39), ou encore le roman de Bobbie Ann Mason.Plusieurs hypothèses peuvent expliquer sa place centrale. Tout d’abord, le Mémorial incarne les soldats, ou plus précisément le soldat de chaque histoire : il est une preuve physique et visible de son existence, et permet un lien entre la femme et le soldat. Par exemple, dans le roman In Country, Sam, l’héroïne, embrasse le nom de son père gravé de la même façon qu’elle aurait embrassé son père. Ensuite, le mur est le symbole de la collectivité (« collectivity », Susan Jeffords, « Whose Point Is It Anyway ? »), et toutes tendent à appartenir à cette entité. Ainsi, Aphrodite Matsakis souligne le rôle du monument : il a non seulement permis la reconnaissance et a légitimé la souffrance et l’expérience des  anciens combattants, mais il a également permis de « guérir […] le rejet social qui a fait suite »40 à la guerre. Il a donc été l’outil de la réunion de la collectivité. Cela est traduit visuellement dans le film In Country (Norman Jewison, 1999) : d’une part les trois personnages principaux (Sam, la fille, Emmett, l’oncle ancien combattant, et la mère) sont réunis devant le Mur, et d’autre part, sur l’une des dernières images, la silhouette de Sam se reflète dans le Mur, se mêlant ainsi avec les noms des soldats tués au Vietnam. Tous les individus sont donc liés, reliés intimement car partie intégrante de la même histoire. Enfin, en touchant le nom de son père, qui est aussi le sien, Sam, dans le roman, s’approprie une expérience, une histoire, et l’Histoire. Elle scelle le lien. Et le Mur étant également le symbole du sang répandu, le lien devient un lien du sang. La guerre du Vietnam fait alors partie de son être, de son histoire, une marque indélébile. Un sentiment identique apparaît dans « Children of the Wall », un poème de Karen Horn, fille d’un soldat tué au Vietnam : « we are the children of the Wall », écrit-elle. Les mots « guerre du Vietnam » n’apparaissent jamais dans ses poèmes ; c’est le symbole de la reconnaissance et de l’union, le lien du sang qui est cité, le Mur (the Wall) le monument commémoratif érigé en 1982. Elle utilise ce symbole pour se nommer et pour se désigner comme appartenant à l’histoire du Vietnam.

Représentation de ce phénomène dans les romans

17Nous venons d’évoquer le personnage de Sam, héroïne de In Country (roman de Bobbie A. Mason et film de Norman Jewison). Certes, les romans racontent des histoires fictives. Toutefois, trois raisons majeures suggèrent de les intégrer ici. Le choix d’inclure des romans à notre étude est motivé par le fait que les romans, sortes de mises en scène de la réalité, proposent une perception de la représentation de l’expérience féminine de la guerre du Vietnam. Ils témoignent dans un même temps de l’évolution de cette représentation, ou du soutien à la tradition des genres. En outre, le mélange des genres, c’est-à-dire de l’imaginaire et du réel, reflète, dans une certaine mesure, la représentation de la place des femmes dans la guerre. Enfin, l’occurrence du phénomène de mimétisme dans les romans est assez fréquente pour que l’on s’y intéresse. Deux types de comportements mimétiques se manifestent, d’une part l’imitation d’un comportement guerrier, et d’autre part un comportement qui reproduit pour comprendre et connaître.

18En premier lieu, nous avons constaté la présence d’une image de femme guerrière, un individu qui semble être en quête d’un nouveau corps. Dans une nouvelle de Tim O’Brien « Sweetheart of the Song Tra Bong » (in The Things they carried, 1990), une femme réussit à transcender son sexe et à réaliser l’impossible en « humping the boonies » (« sauter le bled ») : c’est Mary Ann Bell. Cet exemple de reproduction de comportement guerrier dans le contexte du Vietnam se révèle complexe. Mary Ann rejoint son fiancé au Vietnam. Elle est jeune, jolie, coquette, naïve, attentionnée, l’archétype de la jeune fille américaine. Mais, elle va progressivement changer, son comportement devient étrange et secret. Elle part en mission la nuit avec les Bérets Verts, et devient cruelle. Elle porte des traces physiques de ce bouleversement : elle se « durcit », se masculinise. Peu à peu, elle s’éloigne physiquement et géographiquement de son fiancé, du camp militaire, et de son « genre ».

  • 41  « The inevitable logic of domesticity », Katherine Kinney, Friendly Fire:American Images of the Vi (...)
  • 42  Tim O’Brien, The Things They Carried. New York (Etats-Unis) : Penguin Books, 1990, 109.
  • 43  Tim O’Brien, op. cit., 110.
  • 44  « She had crossed to the other side », idem, 125.
  • 45  « [she] learned pretty damn quick », idem, 108.
  • 46  « The masculine art of war », K. Kinney, op. cit., 154

19Pour Katherine Kinney, Mary Ann Bell ne se « transforme » pas en homme, comme en témoigne l’attirance que Mark, son petit ami, éprouve toujours à son égard. En parallèle, elle remet en question leur projet quant aux enfants et à leur mariage ; ainsi, elle rejette son rôle d’épouse et de mère, rôles « destinés » aux femmes. Katherine Kinney l’associe aux transformations sociales des années 1960 initiées entre autres par le mouvement des femmes : Mary Ann remet en question « l’inévitable logique de la domesticité »41. Nous pouvons alors questionner cette « libération », si elle n’est que synonyme de mimétisme avec les hommes-soldats. Cependant, Mary Ann va assurément bien au-delà que de réaffirmer une identité de femme, puisqu’elle rejoint les Bérets Verts, c’est-à-dire elle intègre un autre groupe d’hommes que celui du départ, et elle le fait sous une nouvelle identité, en transgressant la barrière des sexes : elle participe à des embuscades, comme les soldats, et est gagnée par une violence extrême (elle porte des colliers de langues, etc.). Elle est gagnée par la fascination exercée par le Vietnam et la guerre. En outre, on assiste à une véritable transformation physique : « [she] seemed like a different person »42 et « her body seemed foreign somehow—too stiff in places, too firm where the softness used to be »43. Rat, l’un des soldats et narrateur, dit d’elle qu’elle « a franchi la frontière et atteint l’autre côté »44. Cette formulation semble plus qu’explicite. Comme les jeunes hommes, arrivée innocente, « elle a appris rudement vite »45, explique Rat. A ce propos, K. Kinney reconnaît plus loin que Mary Ann revendique « l’art masculin de la guerre »46.

20Dans cette nouvelle, la jeune femme pousse le processus de mimétisme à l’extrême puisque son corps même devient vecteur d’une nouvelle identité, et rend possible le droit à la violence. Ou plutôt, intégrant la violence à son être, elle n’a d’autre choix que de se « transformer ». Alors, son corps n’est plus celui d’une victime (l’une des références traditionnelles aux femmes dans la guerre), mais celui d’un individu agissant. Elle n’est plus femme, c’est-à-dire « l’Autre », en subissant, ou plutôt en provoquant, une mutation. Toutefois, si son corps de femme ne sacrifie pas à la tradition de l’histoire de guerre (victime et soumis), il ne s’inscrit pas non plus dans l’histoire de guerre comme celui des hommes et reste différent. En effet, les références sexuelles restent implicites et rares, à l’inverse de ce qui se produit dans les récits d’hommes (« Sometimes I want to eat this place [...] and have it there inside of me », Tim O’Brien, 121 ; « Kiss it, eat it, fuck it », Michael Herr, Dispatches, 63).

  • 47  Joe P. Dunn à propos de In Country de Bobbie Ann Mason : In Country « deals with the after effects (...)
  • 48  Bobbie Ann Mason, op. cit., 205.

21Dans un tout autre registre, une seconde image s’impose, qui dépeint la quête d’une identité effacée. Le roman de Bobby Ann Mason In Country occupe une place centrale dans l’expression de ce thème. Cet ouvrage retrace l’histoire de Sam Hughes, adolescente dont le père est un soldat tué au Vietnam47. Alors qu’elle tente de découvrir qui était son père, Sam découvre son journal intime et se plonge dans sa lecture. Cette lecture déclenche le procédé (« She could see and smell the corpse under the banana leaves. […] »48). Tout comme dans la réalité Barbara Sonneborn entame un voyage, dans le roman, Sam fait de même. Bien que, dans le roman, le périple n’ait pas lieu au Vietnam, il devient tout de même une expérience physique. En effet, après une enquête infructueuse auprès de sa mère, son oncle et quelques anciens combattants, Sam passe une nuit dans les marais, seule, afin de recréer les conditions du Vietnam. Lorsqu’elle arrive dans les marais, un nouveau type de connaissance, plus physique, débute. Elle est si obsédée par son désir, et son imagination est si forte que la réalité des marais du Kentucky se confond avec son imaginaire. Elle déclenche alors un processus de mimétisme très prononcé et se transpose « in Country », ainsi que les soldats nommaient le Vietnam, mélangeant réalité, connaissances acquises, imaginaire et émotions :

  • 49 Ibidem, 211-212.

She had to walk carefully. She was walking point. The cypress knees were like land mines. There would be an invisible thread stretched across the path to trigger the mine. She waded through elephant grass, and in the distance there was a rice paddy [211].
[...]  Here she was, humping the boonies.
The smells returned. The flea bomb, the banana leaves […]49.

  • 50 Idid, 217.
  • 51  Voir Katherine Kinneyop. cit., 184 : “Sam’s attempt […] is doomed to failure as an effort to trans (...)
  • 52  Michael Bibby, op. cit., ix.

22En outre, l’utilisation de deux temps grammaticaux, celui du récit (le passé) et celui de l’imaginaire (le conditionnel), renforce la fusion qui s’opère. Enfin, elle se glisse dans la peau de son père : « She was in her father’s place, in a foxhole in the jungle, with a bunch of buddies, […] »50. Dans l’adaptation cinématographique, le visuel renforce cet aspect car à l’écran apparaissent alternativement la fille et le père. La fille est alors en train de vivre, de recréer l’histoire du père. Le mimétisme permet donc l’appropriation corporelle, physique, de l’expérience. Certes, son fantasme va lui permettre de transformer, pour un temps, les marais américains en jungle vietnamienne, et elle va ainsi investir le corps d’un soldat, son père, un homme. Mais sa tentative de transcender la différence des sexes est dès le départ vouée à l’échec, car la réalité de son corps la rappelle à sa place de femme, ainsi que le souligne Katherine Kinney : d’une part il y a la forte connotation sexuelle du terme « hump the boonies »51, et d’autre part la peur féminine du viol dans un endroit isolé comme le sont ces marais ressurgit. La « corpo-réalité », terme énoncé par Michael Bibby, la ramène assurément à sa réalité, sans qu’elle ait pu atteindre la connaissance. Son oncle Emmett apparaît alors comme celui qui sait, car il l’a vécu ; lui est un témoin authentique. Car plus encore qu’auparavant, le vécu des combats est exigé comme gage de vérité : « it seems that the Vietnam era remains, even a generation after, a period in which « being there » is a paramount »52. Emmet transmet alors à Sam l’histoire de la guerre. A cet instant, Sam transcende véritablement son sexe, dans la mesure où la chaîne traditionnelle père/fils, brisée avec le Vietnam, est recrée, et face place à une chaîne dont les nouveaux acteurs sont l’image du père et la fille. En outre, sa rencontre avec son père, son histoire, s’accomplit, certes non pas par ce processus de « mimétisme corporel », mais, ainsi que nous l’avons suggéré, lorsqu’elle touche le nom de son père sur le mur à Washington D.C., qui reste de l’ordre du geste physique.

Conclusion

23La guerre du Vietnam apparaît donc comme un mystère à percer mais également une clef qui permet de comprendre une histoire à laquelle ses femmes sont liées, une histoire à la fois réelle et imaginaire pour ces femmes. C’est une sorte d’héritage, qu’elles ont à découvrir. Et bien que le lien ne soit ni visible ni explicite, il est intime et profond. Si certaines des productions littéraires ou filmographiques conservent, par certains aspects, des traits caractéristiques de ce que l’on pourrait nommer une propagande des genres, d’autres, et notamment les plus récentes, placent les femmes au centre d’une histoire de guerre (ou du moins comme second centre), et s’avèrent des témoignages émancipés. Le mimétisme, le fait de se caler sur l’expérience masculine, fait figure de premier pas, de première étape à franchir. La seconde les conduit à « surmonter » l’obstacle, et à énoncer une véritable spécificité féminine dans l’expérience de la guerre. L’écriture des femmes devient alors polémique et défiante (« polemical » et « challenging », Sara Evans) puisqu’elle vient revendiquer sa place dans un discours essentiellement masculin. L’écriture narrative ou visuelle des femmes est alors à envisager comme un espace de parole et de discours qui permet et révèle une émancipation de l’expérience (toute puissante) de l’homme.

24Cet espace de discours féminin se révèle essentiel, dans la mesure où il permet de reconstruire la période de la guerre du Vietnam en se fondant sur le principe que le genre détermine des types d’expériences. En effet, comme l’indique Jean B. Elshtain, « Societies are, in some sense, the sum total of their war stories » c’est-à-dire qu’elles créent de identités féminine et masculine et des individus et des collectivités. Donc, pour trouver leur place dans l’histoire globale, les femmes doivent trouver une place dans tous les domaines qui la composent, et notamment la guerre. Avec la guerre du Vietnam et à partir de ce moment, les femmes ont investi un espace dans le discours de guerre. Elles ont transmis non pas un type unique de discours mais plusieurs, dans lesquels elles racontent la violence et leur position envers elle. La violence est dite, l’expérience est examinée et affirmée. Cela a bien entendu eu un impact sur leur identité historique, la façon dont elles font partie et s’inscrivent dans l’histoire. Par conséquent, dans le contexte de la guerre du Vietnam, le langage et le discours sont à la fois le reflet d’une évolution de leur identité historique de femme, et un outil de cette évolution. Un large panel de voix a émergé, créant un nouvel espace pour les femmes dans l’histoire de la guerre, et dans l’histoire en général. Une question demeure toutefois : ces histoires de femmes sont-elles reconnues comme de véritables histoires de guerre ou comme des histoires appartenant à l’Histoire de guerre ?

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie sélective

ADLER Margot, Heretic’s Heart: a Journey Through Spirit and Revolution. Boston (Etats-Unis) Beacon Press, 1997

BIBBY Michael, Hearts and Minds: Bodies, Poetry and Resistance in the Vietnam War. Etats-Unis: Rutgers University Press, 1996

ELSHTAIN Jean Bethke, Women and War. Etats-Unis: University of Chicago Press, 1995

GILBERG Gail Hosking et STONE Albert E., Snake’s Daughter : the Roads in and out of War. Iowa City (Etats-Unis): University of Iowa Press, mai 1997 (Singular Lives)

HERR Michael, Dispatches. New York (Etats-Unis): Vintage International, 1991

HOFFMAN Bettina, Ahead of Survival: American Women Writers Narrate the Vietnam War. New York (Etats-Unis): Peter Lang Publishing, 1996

JACOBS Ron, The Way the Wind Blew: a History of the Weather Underground. New York (Etats-Unis): Verso, 1997

JEFFORDS Susan, The Remasculanization of America. Etats-Unis: Indiana University Press, 1989

KINNEY Katherine, Friendly Fire : American Images of the Vietnam War. Etats-Unis: Oxford University Press, 2000

MANN Emily, Still Life: a Documentary. New York (Etats-Unis): Dramastists Play Service, 1982

MASON Bobbie Ann, In Country: A Novel. 3eme édition (1986 et 1989). Etats-Unis: Harper Perennial, 1993

MATSAKIS Aphrodite, Women Wives: Facing the Challenges of Life with Veterans Suffering Post-Traumatic Stress (2nde édition). Lutherville (MD, Etats-Unis): The Sidran Press, 1996

NOVAK Maria Faye, Lonely Girls with Burning Eyes, a Wife Recalls her Husband’s Journey Home from Vietnam. Boston (Etats-Unis): Little, Brown and Company, 1991

O’BRIEN Tim, The Things They Carried. New York (Etats-Unis): Penguin Books, USA Inc, 1990

STOCKDALE James and Sybil, In Love and War : the Story of a Family Ordeal and Sacrifice During the Vietnam Years (1ère éd.). New York (Etats-Unis): Harper and Row, 1984

SWANWICK Helena Maria, The War in its Effect upon Women and Women and War. New York (Etats-Unis): Garland ed., 1971

Articles

WASHMUHT Ulrike C., « There is even a female face of war. About the interrelationship between masculinity and war». Communication présentée au XIV Congrès Mondial de Sociologie, Montréal, 1998

Thèse / mémoire

MALONEY Linda, Post Traumatic Stress Disorder: Effects on women partners of Vietnam veterans. Mémoire de maîtrise. Smith College School for Social Work : Smith College, Northampton (Etats-Unis), 1987

Films

SONNEBORN Barbara : Regret to Inform, 1999

JEWISON Norman, In Country, 1999 (adaptation du roman de Bobbie Ann Mason, In Country: A Novel, op.cit.)

Haut de page

Notes

1  Sabina Spielrein (1886-1955), première patiente de Jung et analyste de Jean Piaget. Voir l’ouvrage de Karsten Alnoes, Sabina, La Flèche, Calmann-Levy, 1997 (traduction française).

2  Ulrike C. Washmuht, « There is even a female face of war. About the interrelationship between masculinity and war». Communication présentée au XIV Congrès Mondial de Sociologie, Montréal, 1998.

3  Idem.

4  Gail Hosking Gilberg et Albert E. Stone, Snake's Daughter: the Roads in and out of War. Iowa City (Etats-Unis) : University of Iowa Press, mai 1997 (Singular Lives), 132.

5  Aujourd’hui encore, le Sénateur J. Kerry, ancien combattant du Vietnam, met en avant sa capacité à comprendre la guerre du fait de sa participation active : « As he criticized the Bush administration's handling of the war in Iraq, Senator John Kerry assured thoEtats-Unis nds of fellow V.F.W. members today that should he become commander in chief, "I won't just bring to that profound responsibility the perspective of sitting in the situation room — I'll also bring the perspective of someone who's fought on the front lines », cité dans « Eyes on the White House, Kerry Keeps Focus on Vietnam », David Halbfinger, 26 août 2003, version courrier électronique du New York Times.

6  « The women… waited for men, cried for them, and were unable to understand them », SEtats-Unis n Jeffords, The Remasculanization of America. Etats-Unis: Indiana University Press, 1989, 65.

7  Bobbie Ann Mason, In Country: A Novel. 3eme édition (1986 et 1989). Etats-Unis : Harper Perennial, 1993, 136.

8  Ibid, 106.

9  G.H. Gilberg, op. cit., 167.

10  « I had become the toughest fighter of all », M. F. Novak, Lonely Girls with Burning Eyes, a Wife Recalls her Husband’s Journey Home from Vietnam. Boston (Etats-Unis): Little, Brown and Cy, 1991,  271

11  « Survivor’s guilt », M. F. Novak, op. cit., 266-67.

12  Bettina Hoffman, Ahead of Survival: American Women Writers Narrate the Vietnam War. New York (Etats-Unis): Peter Lang Publishing, 1996, 120.

13  P. Caputo, Rumors of War, New York, NY : Holt, Rhinehart and Winston, 1977. Le lieutenant Philip Caputo fut envoyé à Da Nang en 1965 avec la première unité de combat au sol américaine. Il effectua un Tour of Duty (TDY) de 16 mois. Il retourna au Vietnam en 1975, plus précisément à Saigon, où il fut correspondant pour le Chicago Tribune (source : CNN interactive: <http://www.cnn.com/SPECIALS/cold.war/episodes/11/interviews/caputo/> -- consulté en août 2005).

14  “[In 1968] the Defense Department placed the official number of POWs at over 400, some of them had already been prisoners for more than five years. In addition, no one knew how many of the 1 300 Americans reported MIA had joined them in captivity” (Dougan et Lipsman, The Vietnamexperience, 1984). In Bettina Hoffman, Ahead of Survival: American Women Writers Narrate the Vietnam War. New York (Etats-Unis): Peter Lang Publishing, 1996, 123.

15  Ron Jacobs, The Way the Wind Blew : a History of the Weather Underground. New York (Etats-Unis): Verso, 1997, 106.

16  « Last desperate grab at male approval », cité par Ron Jacobs, op. cit., 91 / « Good Bye to all that», Robin Morgan, dans Rat, 6 fev. 1970.

17  « A total war against every aspect of patriarchal society », Jean B. Elshtain, Women and War. Etats-Unis: University of Chicago Press, 1995, 237.

18 Idem.

19  « Men are the targeted enemy », id.

20  Les activistes aussi allaient utiliser leurs corps, physiquement et symboliquement. Par exemple, elles revêtirent parfois des tenues vietnamiennes lors de manifestations, comme ce fut le cas en avril 1968 lors d’une distribution de tracts par les New York Radical Women, un groupe féministe ; d’autres encore refusèrent de porter des enfants afin de ne pas être porteuse d’une mort potentielle (rappelant la grève des ventres en France au début du 20ème siècle).

21  Notons le caractère aléatoire des blessures de guerre, puisque, comme le précise Sonya Michel, « handicaps can be read as signs of weakness or failure, implying feminization and emasculation ». Sonya Michel, « Danger on the homefront : motherhood, sexuality, and disabled veterans in America postwar films ». Journal of the History of Sexuality, 1992; vol.3, n°1, 109-128, 110.

22  Le mélange de racisme et de violence envers les femmes caractéristique du conflit ont été dévoilée dans des articles comme celui de Jacqueline E. Lawson, « She is a pretty woman… for a Gook: the misogyny of the Vietnam war ». Journal of American Culture, 1989, vol. 12(3),   55-65.

23  « The gendered body became the terrain of ideological struggle in Vietnam-era feminist discourse », Michael Bibby, Hearts and Minds: Bodies, Poetry and Resistance in the Vietnam War. N.J., Etats-Unis: Rutgers University Press, 1996, 81.

24  Mark, dans Emily Mann, Still Life : a Documentary. New York (Etats-Unis) : Dramastists Play Service, 1982, III,  2.

25  Aphrodite Matsakis, Women Wives : Facing the Challenges of Life with Veterans Suffering Post-Traumatic Stress(2nde édition). Lutherville (MD, Etats-Unis) : The Sidran Press, 1996, 1.

26  A. Matsakis, op. cit., 194.

27  Un exemple dans Linda Maloney, Post Traumatic Stress Disorder : effects on women partners of Vietnam veterans. Mémoire de maîtrise. Smith College School for Social Work : Smith College, 1987, 64.

28  Linda Maloney, op. cit., 29.

29  Aphrodite Matakis, op. cit., 17.

30  B. A. Mason, op. cit., 123.

31  Voir aussi Heather Brandon (ed.), Casualties : Death in Vietnam, Anguish and Survival in America (1ère éd.). New York (Etats-Unis) : Saint Martin’s press, 1984.Ou Gloria Emerson, Winners and Losers: Battles, Retreas, Gains, Losses and Ruins from a Long War, New York (Etats-Unis): Random House, 1972.

32  Gail H. Gilberg, op. cit., 25.

33  Gail Gilberg, op. cit., 167.

34  « I recognized that I had been trying to be the warrior my father had been, I was carrying on the mission. Finding the good war. Hoping to free the oppressed », ibid, 114.

35  Gail Gilberg, op. cit., 172.

36  Il semble que peu d’étudiants en général avaient de contact direct et/ou réel avec les soldats ou anciens combattants. Une étudiante d’Harvard interviewée par Myra MacPherson (Long Time Passing:  Vietnam and the Haunted Generation. New York (Etats-Unis): Signet, 1985) témoigne de cette méconnaissance : « she was then, and remains now, untouched by personal knowledge of Vietnam veterans » (543) et « I woudn’t know them [the veterans] anyway. They didn’t go to college with us » (543). Cependant, elle réfute toute idée de division entre les deux mondes. L’étudiante d’alors explique qu’ils ne se rencontraient pas, tout simplement. Chez Margot Adler, la relation est plus complexe, car les deux mondes se rencontrent.

37  Comprendre ici le sens anglo-saxon du terme « gender ».

38  Margot Adler, Heretic’s Heart: a Journey Through Spirit and Revolution. Boston, Etats-Unis: Beacon Press, 1997, 259.

39 <http://www.vietvet.org/sondaul.htm> ou <http://66.218.71.225/search/cache?p=Karen+Horn+and+Vietnam&sub=Search&ei=UTF-8&url=5niMwsj19e4J:www.vietvet.org/sondau1.htm> Première consultation : déc. 1997. Dernière consultation : 13 sept. 2003.

40  A. Matsakis, op. cit., 5.

41  « The inevitable logic of domesticity », Katherine Kinney, Friendly Fire:American Images of the Vietnam War. Etats-Unis: Oxford University Press, 2000, 151.

42  Tim O’Brien, The Things They Carried. New York (Etats-Unis) : Penguin Books, 1990, 109.

43  Tim O’Brien, op. cit., 110.

44  « She had crossed to the other side », idem, 125.

45  « [she] learned pretty damn quick », idem, 108.

46  « The masculine art of war », K. Kinney, op. cit., 154

47  Joe P. Dunn à propos de In Country de Bobbie Ann Mason : In Country « deals with the after effects of the war on ordinary Americans almost two decades later […]. The title is a clever double entendre reflecting both being in Vietnam and in rural mid-America. Sam(antha) Hughes is an all-too-typical teenager […] almost totally devoid of history or culture. […]. Although she knows nothing about Vietnam, it has had a dramatic impact upon her life. Her father died there before she was born. She lives with her uncle Emmett [a vet] […] [She experiences] a failed sexual encounter with an impotent veteran friend of her uncle ». In « Women and the Vietnam War: A Bib(l)iographic Review ». Journal of American Culture, 1989 (printemps), v.12, 79-85.

48  Bobbie Ann Mason, op. cit., 205.

49 Ibidem, 211-212.

50 Idid, 217.

51  Voir Katherine Kinneyop. cit., 184 : “Sam’s attempt […] is doomed to failure as an effort to transcend gender difference, as the sexual suggestion of the term itself implies. She ultimately realizes that ‘this nature preserve in a protected corner of Kentucky wasn’t like Vietnam at all’”.

52  Michael Bibby, op. cit., ix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Boudet-Brugal, « Les femmes américaines et la guerre du Vietnam : mise en place et utilisation d’un processus de mimétisme », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°3 | 2006, 280-298.

Référence électronique

Alexandra Boudet-Brugal, « Les femmes américaines et la guerre du Vietnam : mise en place et utilisation d’un processus de mimétisme », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°3 | 2006, mis en ligne le 23 octobre 2009, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2089 ; DOI : 10.4000/lisa.2089

Haut de page

Auteur

Alexandra Boudet-Brugal

Dr. (Paris, France)
Alexandra Boudet-Brugal a obtenu son doctorat en Etudes Anglophones en juin 2005 à l’université de Paris IV-Sorbonne. Sa thèse de doctorat est intitulée « Les femmes américaines et la guerre du Vietnam : quels présence, rôle et visibilité sur le front intérieur ? » Elle a publié des articles qui traitent de la guerre et du genre dans Le Mensuel de L’université et 20ème Siècle (Presse de Sciences Po). Elle travaille actuellement à la publication de sa thèse aux États-Unis.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals