Navigation – Plan du site
Rêver l’opéra américain

De David Belasco à Giacomo Puccini : La Fanciulla del West, premier opéra « américain »

From David Belasco to Giacomo Puccini:La Fanciulla del West, first “American” opera
Walter Zidaric
p. 52-67

Résumé

La Fanciulla del West is a “horse opera” resulting from the second collaboration between David Belasco and Giacomo Puccini. This work, specially composed for the American stage, which had its world premiere at New York’s Metropolitan Opera in December 1910, paved the way for American composers who increasingly focused on American History in their quest for a “national” opera. For the first time, Puccini resorted to genuine Indian music, a Zuni melody, which he re-elaborated for dramatic purposes and associated with the nostalgic mood of uprooted people, the miners who left their home country for America. The Other – the native American viewed from the vantage point of the white, as well as the foreigner – no longer represented a threat, as had been the case in the operatic repertoire before, but became part and parcel of a multicultural society, like the Italian immigrant to whom Puccini also paid tribute. The Zuni melody, which opens and closes the opera, contributes to giving a genuine twist to a score which is the first one to tackle the foundations of the American nation.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Belasco David, Puccini Giacomo

Index chronologique :

20th century, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

« Un remarquable western télévisé avant la lettre ».
Igor Stravinsky

  • 1  Bien qu’ayant fortement marqué son époque, tout comme le Français Victorien Sardou, auquel il est (...)
  • 2  Il convient de rappeler que le premier western au cinéma, The Great Train Robbery, est réalisé en (...)

1La Fanciulla del West concrétise la deuxième et dernière collaboration entre le dramaturge américain et le compositeur italien après Madama Butterfly en 1903. Il s’agit d’un horse opera, c’est-à-dire d’une œuvre qui a pour cadre l’Ouest américain. David Belasco (1853-1931)1, dont il est nécessaire de rappeler en quelques mots la personnalité et l’œuvre, fut un homme de théâtre complet, souvent appelé le « magicien des effets » par ses contemporains. Acteur à ses débuts, puis metteur en scène, dramaturge et, enfin, manager théâtral, il était d’origine juive-portugaise, issu d’une famille de gens de théâtre ayant émigré d’Angleterre en Californie à l’époque de la ruée vers l’or, vers 1850, où il reçut une éducation catholique. Il écrit sa première pièce à l’âge de douze ans : Jim Black, or the Regulator’s Revenge. À partir de 1871 il travaille dans différents théâtres de San Francisco en adaptant des pièces étrangères et, parfois, en y interprétant également des rôles. En 1873 il rencontre l’anglo-irlandais Dion Boucicault (1822-1890), dramaturge et acteur, dont il devient le secrétaire. Il s’installe à New York en 1884, où il obtient son premier succès en tant qu’acteur dans May Blossom. Mais Belasco est surtout un auteur prolifique qui se spécialise dans des pièces à l’ambiance exotique et dont il restitue l’atmosphère aussi bien par la scénographie grâce, notamment, aux éclairages extrêmement soignés. À ce propos, il est significatif que The Return of Peter Grimm (1911), l’une de ses dernières pièces, ait été écrite en collaboration avec le réalisateur Cecil B. De Mille. En effet, grâce aussi aux soins qu’il consacre aux éclairages et aux décors, Belasco recherche des effets visuels qui le rapprochent du cinéma naissant2 : sa vision dramaturgique tend clairement vers une esthétique de type cinématographique.

The Girl of the Golden West

2Créée au Théâtre Belasco de Pittsburgh le 3 octobre 1905, The Girl of the Golden West arrive au Théâtre Belasco de New York un mois plus tard, le 14 novembre. C’est une pièce en quatre actes dont la trame se déroule à l’époque de la Gold Fever – 1849-1850 – en Californie, à Cloudy Mountain, dans un camp de Mineurs. Belasco fait précéder l’argument de l’épigraphe suivante:

In those strange days, people coming from―God knows where, joined forces in that far western land, and, according to the rude custom of the camp, their very names were soon lost and unrecorded, and here they struggled, laughed, gambled, cursed, killed, loved and worked out their strange destinies in a manner incredible to us of to-day. Of one thing only are we sure – they lived! (Early History of California)

3La pièce est centrée sur le personnage de Minnie, le rôle titre, écrit exprès pour la prima donna de Belasco, Blanche Bates – équivalent de Sarah Bernhardt pour Sardou : c’est le seul rôle féminin du drame, mis à part l’apparition fugace de la squaw Wowkle. Minnie, tenancière du saloon Polka, règne sur un microcosme masculin composé essentiellement de Mineurs qui l’ont élue dans leur cœur, mais elle devient l’enjeu de deux hommes : le shérif Jack Rance, qui dit l’aimer mais sans retour, et le bandit-gentilhomme Ramerrez (Johnson), qui en tombe éperdument amoureux et qui est aimé d’elle. Un triangle amoureux, donc, sur un fond choral, mais aux couleurs de mélodrame plutôt que de drame ou de tragédie. Les deux premiers actes se déroulent la même nuit, dans le saloon de Minnie, d’abord, puis chez elle, tandis que le troisième a lieu quelques jours plus tard, à nouveau dans le saloon, et le quatrième, très court, une semaine plus tard dans les prairies de l’Ouest américain.

  • 3  D’après certaines sources la troisième pièce serait The Rose of the Rancho.

4Depuis sa tournée triomphale en Argentine, en juin-juillet 1905, la gloire européenne de Puccini devient véritablement internationale atteignant ainsi le continent américain. Entre-temps, depuis Madama Butterfly, il est toujours à la recherche d’un nouveau sujet. En 1906 le directeur du Met de New York, Heinrich Conried, lui fait une offre très généreuse pour qu’il se rende dans la métropole américaine : 8000 dollars plus le voyage aller retour et l’hôtel pour deux personnes, rien que pour être présent à la représentation de quatre de ses opéras : La Bohème, Tosca, Manon Lescaut et Madama Butterfly (encore inédit en Amérique). Le séjour se déroule de manière excellente et pendant les six semaines passées à New York, en janvier-février 1907, le compositeur découvre la modernité, les nouvelles techniques – entre autres le gramophone et le frigidaire – et le mode de vie des New-yorkais, ce qui le charme et l’effraie à la fois. Il fréquente les théâtres et assiste aussi à la représentation de trois pièces de Belasco, dont The Girl of the Golden West3. En effet, il en avait déjà entendu parler par son ami Piero Antinori qui l’avait vue l’année précédente à New York et, sachant qu’il allait se rendre dans la métropole américaine, lui avait conseillé de ne pas la manquer. Toujours en quête d’un nouveau sujet pour la scène lyrique, Puccini, qui hésite à choisir Conchita, de Pierre Louÿs, et tergiverse au sujet de Maria Antonietta et de La Lupa, sait, néanmoins, pertinemment que tout le monde attend de lui un nouvel opéra. La pression monte et le stress qui le tenaille ressort clairement dans la lettre qu’il envoie de New York le 18 février 1907 à Tito Ricordi, ami, metteur en scène et fils de son éditeur, Giulio, après avoir assisté à la représentation de sa Madama Butterfly :

  • 4  Lettre à Tito Ricordi de New York, 18.2.1907, in G. Puccini, Lettere e rime (1884-1924), Napoli, P (...)

Tout le monde attend de moi un opéra et il le faut vraiment. Maintenant ça suffit avec les Bohème, Butt[erfly] et com[pagn]ie ! Moi aussi j’en ai par-dessus la tête ! Mais je suis vraiment très inquiet ! Je me désespère et me torture non tant pour moi tout seul, mais aussi pour vous, pour M. Giulio de la Maison Ricordi à qui je veux et je dois donner un opéra fiable. Ici aussi j’ai essayé de trouver des sujets mais il n’y a rien de faisable, voire de complet. De bonnes idées j’en ai trouvé chez Belasco, mais rien de définitif, de solide, de complet. L’ambiance de l’Ouest me plaît, mais dans toutes les pièces que j’ai vues, je n’ai trouvé que quelques scènes ici et là. Jamais un déroulement simple. Un tas de fouillis et parfois du très mauvais goût et du vieux jeu. […] Avant de partir je dois avoir un rendez-vous avec Belasco mais je n’y crois pas beaucoup. […] J’irai voir une comédie émouvante de Belasco, The Music Master, et une autre de Hauptman dont on me dit du bien. Puis j’aurai fini. Au revoir à bientôt à Milan 4. […]

5Si, dans le cas de la pièce Madame Butterfly,vue à Londres en juin 1900, Puccini avait été immédiatement séduit par l’intrigue et les personnages, tant et si bien qu’il avait chargé presque aussitôt son éditeur d’en acquérir les droits auprès du dramaturge américain — obtenus en septembre 1901 — il n’en fut donc pas de même pour The Girl of the Golden West.

6Rentré en Europe au début du mois de mars, Puccini se rend à Londres au mois de mai et son amie et confidente Sybil Seligman — comme en octobre 1904 pour Madaama Butterfly — réussit à le convaincre de se fixer sur The Girl of the Golden West en lui procurant une traduction italienne. Quelques mois plus tard, en écrivant à Giulio Ricordi le 15 juillet 1907, le compositeur se montre fermement intéressé par la pièce de Belasco et demande à son éditeur d’en obtenir les droits tout en précisant :

  • 5  Lettre à Giulio Ricordi de Torre del Lago, 15.7.1907, in Ibidem, p. 93.

7qu’il faudra éliminer beaucoup de choses de la pièce [de Belasco] et inventer et refaire énormément.[…] Je vous envoie le 3e et le 4e [actes]. Mais ils ne valent pas grand-chose. Il faut les retourner et les refaire ; alors on pourra peut-être en tirer quelque chose de bon. Il y a la classe des ânes ! qu’il faut garder d’une manière ou d’une autre, et je fondrai le 4e acte [avec le 3e] en montrant les amants qui s’acheminent dans la campagne, et en créant un décor pour moitié intérieur et pour moitié extérieur5.. […]

8Trois points apparaissent essentiels dans cette lettre, maintenant que le choix du sujet est fait :

  1. la nécessité d’apporter au texte et à l’intrigue des modifications importantes

  2. le côté faible du 3e et du 4e actes qui doivent fusionner en un seul

  3. la classe des Mineurs analphabètes doit être gardée à tout prix.

9Ce qui lui plaît, dans la pièce de Belasco, c’est l’histoire d’amour contrastée mais, somme toute, simple ainsi que la présence d’une héroïne forte et passionnée au cœur tendre : une prima donna dans la lignée de ses Mimì, Tosca ou Butterfly. Sans oublier, bien évidemment, le milieu pauvre, l’aspect choral, l’atmosphère exotique et nouvelle. Point tout à fait original, dans le catalogue opératique de Puccini jusque-là, on va assister à un dénouement heureux, à un happy end, le premier de sa carrière, indispensable, toutefois, pour une œuvre de ce genre qui vise à conquérir le marché américain. Ce qu’il manque, par contre, à la pièce de Belasco, c’est un moment fort, indispensable pour la scène opératique et qui puisse justifier de l’issue positive de l’histoire.

  • 6  Lettre à Giulio Ricordi de Boscolungo, domenica [s.d.], in Ibid., p. 94.

10À l’automne 1907, Puccini annonce à son éditeur qu’il a eu « l’idée d’un décor grandiose, une clairière dans la grande forêt californienne avec ses arbres colossaux6 », et qu’il lui faut une dizaine de chevaux.

  • 7  Giacosa était mort et Illica travaillait au livret de Maria Antonietta.
  • 8  Lettre à Giulio Ricordi de Torre del Lago, 28.7.1910, in G. Puccini, op. cit., p. 98.

11Le livret est d’abord l’œuvre de Carlo Zangarini : Ricordi le recommande vivement au compositeur parce qu’il connaissait bien la culture d’outre-atlantique, étant de mère américaine. Zangarini remet son travail à Puccini en janvier 1908. Ce dernier en apprécie le schéma général mais, comme à son habitude, exige des améliorations. Le livournois Guelfo Civinini prend alors la relève à partir du mois d’avril 19087. Au mois de mai, les deux premiers actes sont ainsi prêts ; Puccini, enfin satisfait, débute la composition mais, en raison de graves problèmes personnels – le suicide de sa jeune domestique Doria Manfredi – il doit interrompre le travail pendant une longue période. En effet, il ne s’y remettra qu’en août 1909 terminant la partition le 28 juillet 19108. Le choix du titre définitif revient à Sybil Seligman : c’est elle aussi qui conseille à Puccini de dédier la Fanciulla del West à la reine d’Angleterre, Alexandra, épouse d’Edouard VII, qui le remercie en lui offrant une épingle en diamants et rubis.

  • 9  Il restera à la tête de la prestigieuse institution musicale américaine de 1910 à 1935, période ja (...)

12 Pendant la composition de l’opéra, Giulio Gatti Casazza (1869-1940), directeur de la Scala, est engagé au Met de New York, en 1908, avec Arturo Toscanini. Gatti Casazza dirige le Met avec Andreas Dippel jusqu’en 1910, date à partir de laquelle il en devient le directeur général9. L’événement qui va être créé par le nouvel opéra de Puccini, tant attendu, prend ainsi des dimensions insoupçonnées au début. Voici que se profile à l’horizon la première, sur le sol américain, à New York, d’un opéra au sujet américain adapté à partir d’une pièce américaine mais, en fin de compte, d’un opéra italien.

  • 10  Après le succès de l’opéra de Puccini, Belasco étoffe sa pièce et en fait un roman en 1911 (cf. D. (...)

13Le compositeur part enfin pour New York – en grande pompe, car le Met a mis tous les moyens pour l’accueillir – avec son fils en novembre 1910. La distribution prévue pour la première est exceptionnelle – Emmy Destinn et Enrico Caruso entre autres – et le succès est complet le 10 décembre 191010.

De la pièce au livret

14La première surprise, lorsqu’on aborde l’opéra de Puccini et le côté biblique qui y est largement développé, c’est que l’on s’imaginerait le retrouver tel quel ou presque chez Belasco. En fait, il n’en est rien. Par exemple, il n’y a pas de trace du 51e Psaume de David au 1er acte de la pièce, qui est présent, en revanche, dans le livret, au moment où Minnie commence son cours devant les Mineurs en ouvrant la Bible. La différence est importante, car voici ce qu’elle lit aux hommes réunis dans son saloon :

  • 11 La Fanciulla del West, RCA VICTOR RED SEAL, CD 09026 60597 2, dir. Leonard Slatkin, Münchner Rundfu (...)

Salmo cinquantunesimo, di David…[…]

   

Les Psaumes de David, numéro cinquante et un […]

Versetto secondo :

Deuxième verset :

“Aspergimi d’issòpo e sarò mondo…[…]

“Asperge-moi d’hysope et je suis pur…[…]

Lavami e sarò bianco come neve…

Lave-moi et je serai plus blanc que neige…

Poni dentro al mio petto un puro cuore,

Place en ma poitrine un cœur pur

E rinnovella in me uno spirito eletto…”

et restaure en moi un esprit ferme…”

Ciò vuol dire, ragazzi, che non v’è,

Cela veut dire, les gars, qu’il n’y a nul pécheur

al mondo, peccatore cui non s’apra

au monde auquel soit barré

una via di redenzione…

le chemin de la rédemption…

Sappia ognuno di voi chiudere in sé

Que chacun d’entre vous conserve en lui-même

una suprema verità d’amore11.

cette suprême vérité d’amour !

15L’histoire de la Fanciulla del West qui va se dérouler sous les yeux des spectateurs sera donc une illustration de ce psaume.

16Dans la pièce de Belasco, par contre, la seule allusion « puritaine » intervient lorsque Minnie fait la morale à Billy Jackrabbit, l’Indien, qui vole des cigares et boit en cachette dans le saloon, car il a fait un enfant à Wookle mais ils ne sont pas encore mariés. Ainsi elle lui fait promettre sur-le-champ qu’ils se marieront bientôt :

  • 12  D. Belasco, The Girl of the Golden West, in Six Plays(Madame, Butterfly, Du Barry, The Darling of (...)

(In the excitement, Billy Jackrabbit, who has red-entered, quietly steals down to the faro table and drains a glass of whiskey which has been left standing there.)
Girl: Here, you Billy Jackrabbit: what are you doing? Did you marry my squaw yet?
Billy Jackrabbit: Not so much married squaw yet.
Girl: No so much married? Come here, you thieving redskin – (Billy Jackrabbit goes up to the bar) with a pocketful of my best cigars! (She takes the cigars from him.) You git up to my cabin and marry my squaw before I get there; Hit! (Billy Jackrabbit goes out.) With a papoose six months old – it’s awful12! […]

17Pour le reste Puccini garde plus au moins intacte la trame de l’original américain.

  • 13  Il est à remarquer l’importance des didascalies dans le livret de La Fanciulla del West et qui ne (...)
  • 14  D. Belasco, The Girl of the Golden West, op. cit., 1928, p. 351.

18À l’acte II, à une heure du matin, le rideau s’ouvre, chez Belasco, sur l’intérieur de la maison de Minnie où la squaw Wowkle — nous apprennent les didascalies13 — son bébé sur le dos, est en train de chanter : « At the rise of the curtain, Wowkle, a squaw, is seated on the floor, singing, her papoose on her back14 ». C’est l’occasion pour le compositeur d’une caractérisation musicale de l’Indienne, pour une touche de couleur locale, d’autant plus que les didascalies du livret précisent que la squaw chante une berceuse, dont voici le texte :

  • 15  Livret, p. 132-133. Dans le livret, comme dans la pièce, ils chanteront ensemble la 2e chanson.

Il mio bimbo è grande e piccino,

    

Mon bambin est si grand et si petit,

è piccino, sta dentro la cuna,

il est si petit, bien au chaud dans son berceau,

è grande e tocca la luna,

il est si grand qu’il touche la lune,

tocca la luna col suo ditino.

qu’il touche la lune de son petit doigt.

Hao, wari ! Hao, wari !…15

Hao, wari ! Hao, wari !…

19Toutefois, la grande différence entre la pièce et le livret, dans cet acte, intervient lorsque Johnson demande à Minnie ce qu’elle lit récemment aux Mineurs ; la réponse, étonnante, est la suivante :

  • 16 The Girl of the Golden West, op. cit., p. 358.

Johnson: […] What have you been reading lately?
Girl: Oh, it’s an awful funny book, about a couple. He was a classic an’ his name was Dant.
Johnson: He was a classic, and his name was Dant. Oh, Dante! Yes, I know. And did you find it funny? Dante funny?
Girl: I roared. You see, he loves a lady – (Rising to get the book.)
Johnson: Beatrice –
Girl: How?
Johnson: Go on.
Girl: He loves a lady. It made me think of it what you said down to the saloon to-night about livin’ so you didn’t care what come after. Well, he made up his mind – this Dant – Dantee – that one hour of happiness with her was worth the whole da – (correcting herself) outfit that come after. He was willin’ to sell out his chances for sixty minutes with her. Well, I jest uput the book down and hollered!
Johnson: Of course you did. All the same, you knew he was right.
Girl: I didn’t. (Putting the book back on the shelf16.)

  • 17  La seule allusion qui reste dans le livret à cet extrait de la pièce de Belasco est le passage sui (...)

20Or qu’y a-t-il de plus invraisemblable qu’une maîtresse d’école improvisée, tenancière d’un saloon, possédant au milieu du XIXe siècle, au fin fond des montagnes californiennes, une œuvre de Dante, sans doute La Vita nuova, et la lisant de surcroît à des Mineurs visiblement attardés ? En premier lieu, on aurait envie de se demander où elle a pu se procurer un exemplaire du livre en traduction anglaise ? Car, étant donné son incapacité à prononcer correctement ne serait-ce que le nom du poète italien – « Dant – Dantee » – et vu son commentaire sur l’ouvrage « an awful funny book », on est en droit d’imaginer que ce livre lui est tombé dans les mains par le plus pur des hasards et qu’elle n’y a pas compris grand-chose. Mais, surtout, que dire de la réaction de Johnson le Mexicain, le bandit gentleman qui affirme connaître Dante et qui sait, lui, qui est Béatrice ? En fait, Belasco ne tenterait-il pas plutôt ici une parodie de la conception de l’amour courtois présent dans La Vita nuova dantesque ? Même dans ce cas, toutefois, il est tout à fait légitime de se demander ce que pouvait comprendre le public nord américain de l’époque en assistant à cet échange verbal entre les deux personnages, Belasco voulant, sans doute, créer surtout un effet comique mais, devant un public non averti, quelle pouvait être la réussite de cette opération ? Néanmoins, voici que l’ombre de l’Italie, par le biais de cette allusion au fondateur de la langue littéraire nationale, plane sur la pièce de Belasco. On comprend mieux, alors, la réaction de Puccini contenue dans sa lettre à Ricordi lorsqu’il lui affirme catégoriquement qu’il y a beaucoup à changer chez le dramaturge américain. En effet, l’Italien Puccini comprend immédiatement le côté plus qu’invraisemblable du passage cité ci-dessus qu’il faut absolument gommer dans le livret à des fins plus « réalistes17 ».

  • 18 The Girl of the Golden West, op. cit., p. 381.
  • 19  Livret, p. 204-205. Ce moment vise à produire un effet “vériste” propre à faire briller la prima d (...)

21Le déroulement de l’acte II est, somme toute, presque identique chez Belasco et Puccini ; à la fin seulement, intervient une modification importante dans la version musicale. Dans la pièce, après avoir perdu la partie de cartes qui a comme enjeu la vie de Johnson, désormais démasqué, le shérif Jack Rance, qui n’est pas dupe, s’en va en prononçant tout simplement un « Good-night », les didascalies nous annonçant : « The Girl drops the cards and takes Johnson in her arms18. » Chez Puccini, en revanche, on assiste à la même scène mais qui comporte, cependant, un détail supplémentaire très important qui vient illuminer la fin de l’acte et la relation passionnelle unissant Minnie au bandit Ramerrez sous un jour nouveau. Lorsque le shérif quitte la scène après son « Buona notte », Minnie éclate dans un rire convulsif proche de l’hystérie : « Minnie : (ride confusamente) Ah, ah, ah, ah ! È mio ! (scoppia in pianto e abbraccia Johnson che è inconscio) » [« (dans un rire convulsif) Ah, ah, ah, ah ! Il est à moi ! (elle éclate en sanglots et embrasse Johnson qui est toujours étendu sans connaissance19 »]. Ce coup de théâtre a pour but de permettre à l’héroïne de dissiper la tension accumulée pendant la partie de cartes qu’elle gagne en trichant, et trouve un écho extraordinaire dans l’orchestre qui finit littéralement dans une explosion de sons au baisser de rideau.

  • 20 The Girl of the Golden West, op. cit., p. 393-394.
  • 21 The Girl of the Golden West, op. cit., p. 397.
  • 22 Ibid., p. 401-402.

22Chez Belasco, l’acte III se déroule à l’intérieur d’un dancing, derrière le saloon, typique d’un camp de Mineurs de l’époque, et l’on assiste à l’ouverture de l’école. Minnie vérifie que les hommes, tels des enfants de la maternelle, ont bien les mains propres et leur parle du livre qu’ils étaient en train de lire l’an dernier : Old Joe Miller’s Jokes. Il n’est donc pas question, ici, de la Bible, Minnie ne fait intervenir quelques allusions « puritaines » qu’un peu plus tard, lorsqu’elle cherche un moyen d’avouer à ses hommes ce qui s’est passé avec Johnson et sa tricherie aux cartes avec Rance. En fait, elle en vient à se servir d’un autre personnage, Sid, qui revient à l’école tel le fils prodigue après avoir été éloigné pour tricherie au jeu, pour parler d’elle-même par métaphore interposée. Les hommes finissent par accepter à nouveau Sid car il s’est repenti : mais est-ce aussi le cas pour Minnie ? Lisant un poème aux Mineurs assemblés, ressemblant à une classe d’enfants attardés – ce que Puccini appelait la « classe des ânes » ! – Minnie leur annonce qu’elle va les quitter, s’ouvrant enfin à eux, contrairement à son homonyme dans l’opéra, mais sans toutefois préciser les raisons de sa décision20. Lorsqu’elle quitte le dancing, c’est Rance qui leur révèle la vérité : Minnie est amoureuse du bandit qu’eux, incrédules, croyaient mort. Ce dernier est enfin arrêté et les hommes, poussés par le Shérif, décident de le mettre à mort. La scène se passe alors à côté, dans le saloon. Johnson avoue aux Mineurs qu’il aime Minnie et qu’il se fiche de mourir, mais ne veut pas qu’elle sache ce qui lui est arrivé : qu’elle croie, plutôt, qu’il est parti loin, ayant changé d’avis et l’ayant oubliée, autrement elle ne voudra plus rester avec eux. La sincérité de Johnson est désarmante: « She loved me before she knew what I was… and you can’t change love in a minute21.» Cependant, grâce à Nick, fidèle serviteur de Minnie, on donne au bandit le droit de voir Minnie une dernière fois avant de mourir ; les hommes acceptent en créant la mise en scène de la dernière rencontre. Le condamné est laissé seul avec elle, tandis que tous les Mineurs sont cachés à l’extérieur du saloon et observent, invisibles, la scène, prêts à intervenir. Cette mise en abyme est en fait très efficace du point de vue théâtral et fonctionne comme un jeu de miroir dans lequel le public dans la salle et les Mineurs à l’extérieur du saloon sont spectateurs de la scène. La rencontre entre Minnie et Johnson est très poignante : ils se déclarent leur amour réciproque et sincère bien qu’elle ait un mauvais pressentiment et craigne pour lui. Une fois Ramerrez ayant feint de partir, les autres entrent dans le saloon et Minnie comprend soudainement la situation, les suppliant alors de ne pas le tuer : « Girl (In alarm) : You – you knew… You all knew… You had him – you had him all the time… An’ you’re goin’ to kill him – but you shan’t! (Running over to the door left, she throws herself against it – her back to it, then sobs convulsively.) No ! You shan’t kill him – you shan’t you shan’t !22 » C’est le vieux Sonora qui se fait le porte-parole des hommes et dit, de façon encore plus mélodramatique que dans l’opéra, qu’ils ont compris ses sentiments et qu’ils le laissent libre :

  • 23 Ibid., p. 402.

Sonora (Advances): Girl… the boys an’ me ain’t perhaps reelized jest what Johnson stood for to you, Girl – an’ hearin’ what you said, an’ seein’ you prayin’ over the cuss – […] yes, the damned cuss, I got an idee maybe God’s back of this here game.
Girl (With much anxiety): You’re not goin’ to pull the rope on him? […] (A gleam of hope in her heart): You set him free? […]
Sonora: That’s our verdict, an’ we’re prepared to back it up23.

  • 24 Ibid., p. 403.

23La pièce se termine enfin sur la très courte scène de l’acte IV. Dans un tepee au milieu de la prairie, les deux amoureux pensent à la nouvelle vie qui les attend : alors que Johnson fait comprendre à Minnie que « the promised land is always ahead24 », celle-ci fait ses adieux à la Californie.

  • 25  Livret, p. 240. Il semblerait que cet air fût chanté par les troupes italiennes durant la 1ère gue (...)
  • 26  Ibid., 244-245.
  • 27  Ibid., p. 250-251.

24Dans le livret, l’acte III, dit “acte de Puccini”, diffère sensiblement de l’original. Il est presque entièrement occupé par la chasse à l’homme, qui se déroule hors scène, relatée par les hommes, mais décrite finalement, de manière haletante, par la musique et par l’orchestre. Au moment où les hommes vont pendre Johnson, après que ce dernier a formulé sa dernière requête de ne pas révéler sa triste fin à Minnie dans l’air célèbre « Ch’ella mi creda libero e lontano25 », voici que cette dernière arrive de façon intempestive, telle une furie. La lutte qui s’engage est féroce : sortant son pistolet et se postant devant son bien-aimé à son corps défendant, elle crie : « Lasciatemi, o l’uccido, / e m’uccido » (« Laissez-moi, ou je le tue et moi après26 »). Elle s’adresse, alors, à chacun d’entre eux, les appelant par leur prénom et leur rappelant ce qu’elle a fait pour eux durant toutes ces années, sans oublier de se référer à la vérité biblique énoncée au début : « Fratelli, non v’è al mondo peccatore / cui non s’apra una via / di redenzione !… » (« Mes frères, il n’y a en ce monde nul pécheur / pour lequel n’existe pas / une voie de salut !… 27 »). Les ayant tous convaincus, Minnie quitte à jamais la Californie en compagnie de Johnson.

Conclusion

  • 28  Le motif de la rédemption d’un méchant racheté par l’amour, à la base de la pièce de Belasco, est (...)

25The Girl of the Golden West est donc un hymne à l’Amour28 absolu dans un milieu rude et sauvage, celui des chercheurs d’or en Californie au milieu du XIXe siècle, peuplé d’immigrés venus d’ailleurs qui cohabitent avec des Peaux Rouges locaux domestiqués. Puccini et ses librettistes, en revanche, vont encore un peu plus loin en mettant la Fanciulla del West sous le signe de la parabole biblique. Le Psaume 51 de David qui ouvre et clôture l’opéra, métonymie de la Bible, de cette Bible omniprésente dans les pays anglo-saxons, éclaire l’histoire de Minnie sous un autre jour : l’héroïne, chez Puccini, qui joue un rôle actif, notamment à la fin, devient le symbole de la Mater americana qui a accueilli sous son toit — dans son saloon — tout le monde, enseignant les préceptes pratiqués dans le Nouveau Monde, et faisant espérer le meilleur. Puccini, en somme, choisit sciemment de glorifier l’Amérique dont Minnie est l’incarnation réussie. Le magistral happy ending, le premier de sa carrière, s’inscrit tout naturellement dans cette optique, car il est indispensable pour un public américain qui assiste pour la première fois à un ouvrage lyrique, sur un sujet national, qui plus est, et relève du mythe fondateur du Nouveau Monde.

  • 29  Belasco aussi s’était servi de la musique pour créer des effets et une couleur locale d’un milieu (...)
  • 30  « avreste modo di procurarvi un po’ di musica americana d’altri tempi, in America o nella stessa L (...)
  • 31 « Riguardo alla musica, va bene così – mille grazie ».
  • 32  « Grazie per i canti indiani che mi avete spedito ; ho anche scritto in America per averne – e att (...)

26Opéra italien sans aucun doute, La Fanciulla del West présente cependant certaines particularités musicales qui permettent de mettre au jour une lecture de l’oeuvre beaucoup plus fine qu’il n’y paraît au premier abord. En vrai professionnel de la scène lyrique, Puccini se prépare à cette création américaine et se surpasse. Il sait qu’il lui faut abandonner les formules habituelles et passer à un autre type de langage musical, créer quelque chose de plus original pour son « nouveau » public. Comme il l’avait fait précédemment pour Tosca et Madama Butterfly, il doit pouvoir donner à sa musique une couleur locale29 en faisant usage de mélodies authentiques. Dans La Fanciulla del West il va exploiter des motifs locaux, un en particulier, qui jouissent peut-être pour la première fois des honneurs de la scène opératique. Un des thèmes dominants de l’opéra est celui associé au texte de Jake Wallace au 1er acte, « Che faranno i vecchi miei ». Le 12 juillet 1907 Puccini avait écrit à Sybil Seligman : « Pourriez-vous vous procurer un peu de musique américaine d’autrefois, en Amérique ou même à Londres […]. [D]e mon côté j’ai déjà envoyé une requête – mais cherchez vous aussi, car il m’en faut en grand nombre pour en saisir l’atmosphère30 ». Le 18 juillet il poursuit : « en ce qui concerne la musique c’est parfait, mille merci »31. Le 22 juillet, enfin : « Merci pour les chants indiens que vous m’avez envoyés ; j’ai aussi écrit en Amérique pour en avoir et j’attends les autres que vous m’avez promis »32.

  • 33  Cf. Allan W. Atlas, op. cit., p. 221. Je renvoie à cette brillante étude (p. 211-244) pour tous le (...)
  • 34  Norbert Christen, « La Fanciulla del West – Est-ce simplement un western musical ? », in CD RCA VI (...)

27C’est grâce à Allan W. Atlas, qui a travaillé sur les ébauches et sur les corrections manuscrites de Puccini, conservées à la Pierpoint Morgan Library de New York, qu’on a pu (r)établir la vérité concernant une des sources américaines utilisées par le compositeur dans La Fanciulla del West. En effet, la littérature puccinienne – et cela jusqu’au numéro thématique qui lui a été consacré par L’Avant-Scène Opéra (1994, n° 165) – a toujours relaté que Puccini avait utilisé pour la chanson de Jake Wallace, à l’acte I, un motif américain très populaire au milieu du XIXe siècle : Old Dog Tray. Il faut rappeler que Belasco travaillait avec le compositeur William Furst (1852-1927), directeur musical de sa troupe, qui composa quelques morceaux pour sa pièce : des intermèdes et un pot-pourri de six chansons célèbres auquel s’ajoute, entre autres, un Old Dog Tray original, qui n’est pas celui, très connu à l’époque où se déroule l’action, de Stephen Collins Foster de 185333. Or, dans la pochette de l’enregistrement en Disque Compact de La Fanciulla del West de 1992 on peut lire, en effet, que Puccini « étudia la musique populaire américaine et les mélodies indiennes. L’une de ces dernières, une mélodie “Zuni”, devint la musique de Che faranno i vecchi miei, dont le texte est dérivé de la chanson américaine Old Dog Tray […] »34. Voici les textes de la pièce et du livret pour une comparaison :

  • 35 The Girl of the Golden West, op. cit., p. 322.
  • 36  « J.W. : Ma pauvre mère…qu’est-ce qu’elle fera / Si je ne rentre pas ? / Comme elle pleurera ! – T (...)

(pièce)

         

(livret)

Jake: How often do I picture

  

J.W.: La mia mamma…che farà

Them old folks down to home;

  

s’io non torno, s’io non torno?

And often wonder if they think of me!

  

Quanto piangerà!

[…]

  

Tutti: Quanto piangerà!

Jake: Would angel mother know me,

  

Al telaio tesserà lino e duolo

If back there I did roam?

  

Pel lenzuolo che la coprirà…

Would Old Dog Tray remember me?

  

I vecchi miei che faranno?

[…]

  

Penseranno che non torni più, mai più !

Now boys!

  

Che faranno i vecchi miei?

All: Oh, mother, angel mother,

  

S’io non torno quanto piangeranno…

Are you a waitin’ there

  

ah!

Beside the littul cottage on the lea?

  

Trin, Harry, Joe, Minatori: E il

Jake (Alone): On the lea –

  

mio cane dopo tanto…

All: How often would she bless me,

  

J.W.: …il mio cane

All in them days so fair –

  

Tutti: …mi ravviserà?…

Would old dog Tray remember me?

  

Alcuni minatori: Ah! Ah!

Sonora: Remember me!35

  

Harry: O mia casa, al rivo accanto…

  

  

Trin, Harry, Joe, Sonora, Bello, Happy, Wallace, Minatori : …là lontano, là lontano,
chi ti rivedrà ?36

  • 37  Ce chant rituel avait été recueilli par Carlos Troyer et publié dans la série de musiques indienne (...)

28Comme le relate Atlas dans son étude, le seul à avoir reconnu immédiatement après la première de La Fanciulla del West la source utilisée par Puccini, fut Arthur George Farwell, compositeur-éditeur-ethnologue américain, qui, dans Musical America du 17 décembre 1910, avait affirmé que le compositeur italien avait employé la mélodie de la Festival Sun Dance of the Zunis — des Indiens du Nouveau Mexique — en fait un chant rituel37. Puccini, grâce à Sybil Seligman – comme cela ressort de ses lettres du 18 et du 22 juillet 1907 – se procure donc ce chant et en réélabore le motif qui, de festif et rituel chez les Zunis, devient une musique nostalgique pour la maison et la terre natales, la mère et le chien fidèle, de la part de gens déracinés, d’immigrés. C’est peut-être là que réside alors la signification profonde de cet opéra, son message le plus intime véhiculé, de surcroît, par une musique qui a ses racines chez les Native Americans et qui s’adresse à un public d’immigrés, comme Belasco lui-même, et comme les innombrables Italiens ayant élu domicile au Met de New York et qui, grâce à l’opéra, continuent de se sentir Italiens dans un pays étranger, tout en état devenus des Américains.

  • 38  Frederick Shepherd Converse (1871-1940), dont le premier opéra, The Pipe of Desire, au sujet magic (...)

29L’association surprenante de ces deux éléments, l’emploi de la mélodie Zuni et sa position, au début et à la fin de l’opéra, et le fait qu’elle soit associée à la nostalgie de gens déracinés, au détachement de la terre natale, ce qui symbolise bien l’origine « étrangère » des Américains, donne finalement un certain cachet authentique à cette partition tout en produisant du sens. De cette association et du dialogue entre ces deux mondes, ce sont donc les « autres » qui sont mis en exergue dans cet opéra, au lieu d’être habituellement condamnés. Ces « autres » — aussi bien les autochtones, considérés d’un point de vue « blanc », que les étrangers — ne constituent plus une menace, comme dans presque tout le répertoire opératique précédent, mais ils finissent par être intégrés dans cette société multi- ou pluriculturelle américaine. Dans cet ouvrage Puccini touche donc aux fondements de la nation et ouvre ainsi la voie à d’autres compositeurs, locaux cette fois-ci, qui, sans aucun doute, s’intéresseront à l’histoire américaine, par émulation ou par esprit critique, dans leur recherche d’affirmation d’un opéra national38. La Fanciulla del West est, certes, un opéra italien ; cependant, dans cette partition Puccini se fait encore plus international de par l’utilisation de langages musicaux nouveaux, entre autres le ragtime, tout en plaçant son ouvrage sous le signe d’une mélodie autochtone, tel un sceau.

Illustrations

Illustrations

ex. 1 : 1e période de la mélodie des Indiens Zuni dans l’arrangement de Troyer

ex. 2 : la même mélodie chez Puccin

Les 2 exemples sont extraits de l’article d’A.W. Atlas, op.cit., p. 238-239.

Haut de page

Notes

1  Bien qu’ayant fortement marqué son époque, tout comme le Français Victorien Sardou, auquel il est souvent associé et dont il est le contemporain, Belasco n’est que peu, voire plus du tout connu et joué de nos jours – tout comme Sardou, d’ailleurs – et très peu d’études lui sont consacrées. En effet, c’est grâce à Puccini si le nom de Belasco est aujourd’hui familier du grand public, tout comme celui de Sardou. C’était un personnage singulier : ceux qui réussissaient à se faire recevoir dans son bureau de New York, au Théâtre Belasco, devaient d’abord parcourir un long couloir. Le droit de lui être présenté était annoncé par un énorme gong qui devait résonner plusieurs fois ; seulement après était-on introduit dans son énorme bureau, où Belasco était assis derrière une table de très grandes dimensions, habillé de noir, avec un col blanc à la Liszt, une mèche de cheveux lui tombant sur le front. Autour de son bureau étaient disposés des paravents orientaux en soie sur lesquels étaient accrochées des pages manuscrites de ses pièces de manière à ce que le visiteur sache parfaitement devant qui il se trouvait. Pour la chronologie complète de la vie de David Belasco cf. la biographie qui lui est consacrée par William Winter, The Life of David Belasco, s.l., Jefferson Winter, 3d edition (1925). Voici la liste de ses pièces, les manuscrits non publiés se trouvent à la Theatre Collection de la Public Library de New York :
- 1881, The Stranglers of Paris
- 1881, La Belle Russe
- 1887, Pawn Ticket 210 (non publié, manuscrit privé)
- 1893, The Girl I Left Behind Me (avec Franklin Fyles)
- 1895, The Heart of Maryland
- 1898, Zaza, adaptation à partir de Berton et Simon (non publiée)
- 1899, Naughty Anthony
- 1900, Madame Butterfly
- 1901, The Auctioneer (avec Charles Klein)
- 1901, Du Barry
- 1902, The Darling of the Gods (avec John Luther Long)
- 1903, Sweet Kitty Bellairs, adaptation de The Bath Comedy de The Egerton Castels (non publiée)
- 1904, The Music Master (avec Charles Klein)
- 1904, Adrea (avec John Luther Long)
- 1905, The Girl of the Golden West
- 1906, The Rose of the Rancho (avec Tully)
- 1907, A Grand Army Man (avec Phelps et Short)
- 1909, Is Matrimony a Failure ?, adaptation à partir de Leo Ditrichstein
- 1909, The Lily, adaptation du français de Wolff et Leroux (non publiée)
- 1911, The Return of Peter Grimm
- 1912, The Governor’s Lady (non publiée)
- 1915, Van Der Decken (non publiée)
- 1919, The Son-Daughter (non publiée)
- 1921, Kiki (non publiée)

2  Il convient de rappeler que le premier western au cinéma, The Great Train Robbery, est réalisé en 1903.

3  D’après certaines sources la troisième pièce serait The Rose of the Rancho.

4  Lettre à Tito Ricordi de New York, 18.2.1907, in G. Puccini, Lettere e rime (1884-1924), Napoli, Pagano, [Musica], 1999, p. 90-91. Toutes les traductions sont de moi [W.Z.].

5  Lettre à Giulio Ricordi de Torre del Lago, 15.7.1907, in Ibidem, p. 93.

6  Lettre à Giulio Ricordi de Boscolungo, domenica [s.d.], in Ibid., p. 94.

7  Giacosa était mort et Illica travaillait au livret de Maria Antonietta.

8  Lettre à Giulio Ricordi de Torre del Lago, 28.7.1910, in G. Puccini, op. cit., p. 98.

9  Il restera à la tête de la prestigieuse institution musicale américaine de 1910 à 1935, période jamais plus égalée dans la durée. C’est sous sa direction, en outre, que les opéras commencent à être chantés en langue originale, et c’est lui qui introduit les opéras et les ballets américains, peu appréciés au départ par le public local.

10  Après le succès de l’opéra de Puccini, Belasco étoffe sa pièce et en fait un roman en 1911 (cf. D. Belasco, The Girl of the Golden West, novelized from the play, New York, Dodd, Mead and Company, 1911, 346 p. ).

11 La Fanciulla del West, RCA VICTOR RED SEAL, CD 09026 60597 2, dir. Leonard Slatkin, Münchner Rundfunkorchester, 1992, livret [G. Ricordi & C.S.p.A., Milan], p. 82-85 (traduction de Jacques Fournier).

12  D. Belasco, The Girl of the Golden West, in Six Plays(Madame, Butterfly, Du Barry, The Darling of the Gods, Adrea, The Girl of the Golden West, The Return of Peter Grimm), with an introduction by the Author, and notes by Montrose J. Moses, Boston, Little, Brown, and Company, 1928, p. 328. Puccini gardera pratiquement intacte cette scène, cf. La Fanciulla del West, idem, livret, [G. Ricordi & C.S.p.A., Milan], p. 82 et p. 84.

13  Il est à remarquer l’importance des didascalies dans le livret de La Fanciulla del West et qui ne sont retranscrites intégralement que dans le n° 165 de L’Avant-Scène Opéra (1994) consacré à cette oeuvre de Puccini. La longueur et la précision dans les détails des didascalies en font une sorte de scénario cinématographique.

14  D. Belasco, The Girl of the Golden West, op. cit., 1928, p. 351.

15  Livret, p. 132-133. Dans le livret, comme dans la pièce, ils chanteront ensemble la 2e chanson.

16 The Girl of the Golden West, op. cit., p. 358.

17  La seule allusion qui reste dans le livret à cet extrait de la pièce de Belasco est le passage suivant de l’acte II : » Minnie : Non potrò mai capire / come si possa, amando una persona / desiderarla per un’ora sola » [« Je ne puis comprendre / comment il est possible, si on aime quelqu’un, / de le désirer seulement pour une heure » (Livret, p. 151-152)]. Cela s’inspire bien évidemment des mots de Minnie dans la pièce, dans le même acte : « Girl : […] That a feller could so wind himself up as to say: (sitting at the table) “Jest give me one hour of your sassiety – time ain’t nothin’ – nothin’ ain’t nothin’ – only to be a da – darn foll over you”. […] » (The Girl of the Golden West, op. cit., p. 358-359).

18 The Girl of the Golden West, op. cit., p. 381.

19  Livret, p. 204-205. Ce moment vise à produire un effet “vériste” propre à faire briller la prima donna qui interprète le rôle.

20 The Girl of the Golden West, op. cit., p. 393-394.

21 The Girl of the Golden West, op. cit., p. 397.

22 Ibid., p. 401-402.

23 Ibid., p. 402.

24 Ibid., p. 403.

25  Livret, p. 240. Il semblerait que cet air fût chanté par les troupes italiennes durant la 1ère guerre mondiale en tant qu’équivalent de la chanson anglaise It’s a long way to Tipperary (cf. Le Dictionnaire Grove, II, p. 118).

26  Ibid., 244-245.

27  Ibid., p. 250-251.

28  Le motif de la rédemption d’un méchant racheté par l’amour, à la base de la pièce de Belasco, est en fait très dostoïevskien.

29  Belasco aussi s’était servi de la musique pour créer des effets et une couleur locale d’un milieu donné, en employant des minstrels californiens, avec banjo et bones, et une machine à vent, afin de reproduire l’effet sonore de la tempête de neige de l’acte II.

30  « avreste modo di procurarvi un po’ di musica americana d’altri tempi, in America o nella stessa Londra […] ho già scritto per conto mio – ma cercate anche voi, dal momento che me ne serve un bel po’, per coglierne l’atmosfera ». Les trois citations extraites des lettres à S. Seligman sont tirées d’Allan W. Atlas, « Belasco e Puccini : “Old Dog Tray” e gli indiani Zuni », in Puccini, a cura di Virgilio Bernardoni, Bologna, Il Mulino, 1996, p. 219. C’est moi qui traduis et qui surligne [W.Z.].

31 « Riguardo alla musica, va bene così – mille grazie ».

32  « Grazie per i canti indiani che mi avete spedito ; ho anche scritto in America per averne – e attendo quegli altri che mi avete promesso ».

33  Cf. Allan W. Atlas, op. cit., p. 221. Je renvoie à cette brillante étude (p. 211-244) pour tous les détails concernant la partie musicale de l’œuvre.

34  Norbert Christen, « La Fanciulla del West – Est-ce simplement un western musical ? », in CD RCA VICTOR Red Seal, op. cit., p. 28.

35 The Girl of the Golden West, op. cit., p. 322.

36  « J.W. : Ma pauvre mère…qu’est-ce qu’elle fera / Si je ne rentre pas ? / Comme elle pleurera ! – Tous : Comme elle pleurera ! / Assise au rouet elle tissera pour le linceul qui la recouvrira / le lin et la douleur. Mes vieux, que peuvent-ils bien faire ? / Pensant que je ne rentrerai jamais plus au pays ! / Que peuvent bien faire mes vieux ? / Si je ne rentre pas, comme ils pleureront…ah ! – Trin, Harry, Joe des Mineurs : Et après si longtemps, est-ce que mon chien… / J.W. : …mon chien… / Tous : …me reconnaîtra ?… / Quelques Mineurs : Ah ! Ah !… / Harry : Ô ma maison près du rivage… / Trin, Harry, Joe, Sonora, Bello, Happy, Wallace, des Mineurs : …si loin, si loin d’ici, / qui te reverra ? » (Livret, p. 58-61).

37  Ce chant rituel avait été recueilli par Carlos Troyer et publié dans la série de musiques indiennes chez Wa-Wan Press en 1904 (cf. Allan W. Atlas, op. cit., p. 234).

38  Frederick Shepherd Converse (1871-1940), dont le premier opéra, The Pipe of Desire, au sujet magico-merveilleux, créé à Boston en janvier 1906, fut le premier ouvrage lyrique américain à être représenté au Met de New York, en mars 1910, composa, par la suite, The Sacrifice, sur un livret de John Macy, créé à Boston en mars 1911. Dans son second opéra, l’intrigue se déroule en Californie méridionale en 1846 et met en scène un triangle amoureux : la jeune mexicaine Chonita est courtisée à la fois par Bernal, un officier mexicain, et Burton, un officier américain, sous fond de guerre américano-mexicaine et avec la présence des Indiens. En 1914 Converse compose son dernier ouvrage, The Immigrants, d’après un livret de p. MacKaye, jamais représenté. Après Converse, deux autres compositeurs américains s’inspireront directement de l’exemple donné par Puccini : Henry Hadley, dans son Azora, Daughter of Montezuma en 1917, et Charles Wakefield Cadman qui mettra en scène des Indiens dans son Shanewis en 1918.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustrations
Légende ex. 1 : 1e période de la mélodie des Indiens Zuni dans l’arrangement de Troyer
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/2106/img-1.png
Fichier image/png, 47k
Légende ex. 2 : la même mélodie chez Puccin
Crédits Les 2 exemples sont extraits de l’article d’A.W. Atlas, op.cit., p. 238-239.
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/2106/img-2.png
Fichier image/png, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Walter Zidaric, « De David Belasco à Giacomo Puccini : La Fanciulla del West, premier opéra « américain » », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°2 | 2006, 52-67.

Référence électronique

Walter Zidaric, « De David Belasco à Giacomo Puccini : La Fanciulla del West, premier opéra « américain » », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°2 | 2006, mis en ligne le 23 octobre 2009, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2106 ; DOI : 10.4000/lisa.2106

Haut de page

Auteur

Walter Zidaric

(Nantes, France)
Walter Zidaric est slaviste de formation, agrégé d’Italien et Maître de conférences au département d’italien de l’Université de Nantes dont il est actuellement le directeur. Ses intérêts se portent notamment sur les rapports entre littérature, musique et société. Il a à son actif une trentaine d’articles, publiés aussi bien en France qu’à l’étranger, ainsi que cinq ouvrages dont quatre Actes de colloques internationaux, le dernier en date étant Interculturalité, Intertextualité : les livrets d’opéra 1915-1930, Nantes, CRINI, 2005.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals