Navigation – Plan du site
Le système d’innovation américain

La dynamique de la recherche et développement aux Etats-Unis : origines et évolution du système d’innovation américain

The Dynamics of U.S. Research and Development: Origins and Evolution of the American National System of Innovation
Jacques-Henri Coste
p. 10-28

Résumé

This article concentrates on the historical transformations of the American system of innovation. It analyses the two major cycles that have shaped the informal and institutional development of research and development in the USA. Open innovation was first launched by individuals then internalized in firms before becoming an institutionalized and integrated mode of industrial and university research known as R&D. During the Second World War, this closed and private mode transformed itself into a national system of innovation overseen by the Federal Government. Changing socio-economic conditions and regulations in the 1980s have caused this governance system to become more open and pluralist, bringing to the fore key stakeholders such as firms, universities, networks, and innovative entrepreneurs. However, the globalization of innovation and the emergence of new competitors are currently challenging the open American model of competition-based innovation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  V. Bush, Science, The Endless Frontier, Washington D.C.: Government Printing Office, 1945.
  • 2  L’article 1, section 8, de la Constitution américaine fait référence à la notion de general welfar (...)

1Aux États-Unis, la dynamique de l’innovation prend des formes institutionnelles originales. Nous en retracerons les fondements socio-économiques et le cheminement qui mène à l’établissement d’un modèle d’innovation contemporain, ouvert, écosystémique mais aussi très politique. Le système national d’innovation américain ou « SNI », selon l’expression des économistes évolutionnistes, est le fruit de transformations historiques propres à un contexte culturel. La recherche effrénée de l’innovation technique, organisationnelle, institutionnelle, est, en effet, une valeur clef de la civilisation américaine, un ressort constitutif de sa dynamique historique et économique. C’est une frontière motrice, An Endless Frontier1,qui ouvre sur une aventure collective identitaire. Outre-Atlantique, l’économie et la technologie sont vécues comme une réalisation très concrète de la politique. De fait, la croissance que confère le leadership technologique est considérée comme une condition de l’élévation du bien être social2, le sésame de la compétitivité nationale et la voie royale vers la puissance.

  • 3  J. Schmookler, Invention and Economic Growth, Cambridge: Harvard University Press, 1966.
  • 4  J. A. Schumpeter, Capitalism, Socialism and Democracy, London: Routledge, 1942, 122.
  • 5  P. A. David, Technical Choice Innovation, Economic Growth, Essays on American and British Experien (...)
  • 6  F. Caron, Les deux révolutions industrielles du XXe siècle, Albin Michel : Paris, 1997.

2Cette quête du nouveau et de l’inédit a été portée, haut et fort, par des individus inventifs et entreprenants. La capacité à innover, à traduire de nouvelles idées en inventions, à les matérialiser en produits commercialisables et en procédés brevetables, à les incarner aussi en organisations efficaces est liée, historiquement, à des valeurs, à une atmosphère culturelle et à une dynamique sociotechnique portée par des acteurs individuels et collectifs3. Des entrepreneurs ont pris le risque de lancer des innovations de rupture pour bénéficier des effets économiques engendrés par cette « destruction créatrice »4. Ils ont fondé des firmes, concentré et diffusé la recherche de l’innovation à l’intérieur des laboratoires. Des innovations cumulatives et facilement monopolisables ont été ainsi produites. Mais l’évolution économique5 et l’histoire des systèmes techniques6 montrent que la gouvernance de l’innovation, son appropriation et son transfert vers la société américaine n’ont pas été le seul apanage de l’entrepreneur ou de la libre entreprise. Les institutions privées et publiques comptent. L’État fédéral a joué un rôle directif et incitatif par l’intermédiaire de ses agences et du financement budgétaire. Dès la Deuxième Guerre mondiale, il gouverne les orientations d’entités universitaires et industrielles autrefois plus autonomes. Dans les années 1980, il exerce une régulation puissante mais plus discrète. Il devient une variable socio-économique et un acteur parmi d’autres au sein de la nouvelle économie du savoir. Dès lors, l’innovation apparaît comme un phénomène systémique, ouvert, produit par une pluralité d’acteurs. Elle est, en effet, la résultante d’un large processus de construction sociale et d’organisation de la science et de la recherche qui évolue dans le temps, au gré des cycles économiques et des rapports de force interinstitutionnels.

  • 7  C. Freeman, R. Nelson, B. A. Lundvall et C. Edquist sont les premiers économistes à expliciter la (...)
  • 8  N. Rosenberg, Inside the Black Box, Technology and Economics, New York: Cambridge University Press (...)

3Dans un pays où il n’a jamais véritablement existé de ministère de la Recherche et où l’évocation du concept de politique industrielle est plutôt mal perçue, la notion de système national d’innovation s’est imposée7. Cette problématique renvoie à l’interaction spécifique entre des acteurs et un système, lequel intègre l’ensemble des parties prenantes : entreprises, universités, organismes gouvernementaux, agences de moyens, etc. L’objectif collectif est de créer et de promouvoir des connaissances scientifiques et technologiques pour les valoriser à des fins économiques et politiques. L’histoire de l’innovation et de sa gouvernance n’est donc ni détachable des acteurs ni de la dynamique institutionnelles des structures. L’histoire plus contemporaine de la recherche aux États-Unis8 atteste qu’un système national d’innovation, relativement unifié et reconnu comme tel, s’est constitué et institutionnalisé suite à une série de transformations successives mais aussi consécutivement à deux ruptures, deux bifurcations majeures : l’entrée en guerre de l’Amérique en 1941 et les années de déréglementation lancées par les Administrations en 1980.  La trajectoire historique du SNI emprunte ainsi deux chemins d’évolution distincts mais complémentaires. Ils reflètent deux principes de gouvernance opposés mais jamais séparés. L’un se fonde sur le caractère exogène du processus de recherche de l’innovation, l’autre sur sa dimension endogène. La dynamique de l’innovation reste dialectique. Elle a engendré deux grands cycles et cinq modes successifs de gouvernance du système d’innovation américain :

  • Un cycle long, cycle A : innovation ouvertefermée (de la naissance des États-Unis aux années 1975). L’innovation ouverte, individuelle, de rupture ou d’amélioration se transforme en innovation organisationnelle fermée, moins appropriable, plus difficilement contestable. C’est ainsi que l’innovation entrepreneuriale (mode 1, 1740-1880), cède peu à peu la place à une innovation cumulative conduite par les firmes hiérarchiques (mode 2, 1880-1940), puis s’efface devant une innovation interinstitutionnelle gouvernée par l’État. Ce processus de fermeture aboutit à la création d’un système national d’innovation linéaire, encadré, fonctionnant plutôt hors marché (mode 3, 1940-1975).

  • Un cycle court B, cycle B : innovation ferméeouverte (de 1980 à nos jours). Il suit le processus inverse. L’innovation fermée se transforme en une innovation ouverte, de rupture, qui irrigue toute la société civile. On assiste au retour et à l’essor d’un modèle de recherche privé, interactif, concurrentiel, internationalisé (mode 4, 1980-2001). Enfin, la période de transition très récente voit l’amorce d’un rééquilibrage entre ces deux logiques en raison de la globalisation de la R&D et du nouvel environnement international perturbé (mode 5, 2001-).

De l’innovation entrepreneuriale à la création d’un système d’innovation national fermé

4Le basculement de la recherche entrepreneuriale ouverte vers la recherche interinstitutionnelle fermée est le fruit d’une triple dynamique : une dynamique entrepreneuriale animée par les acteur individuels, une dynamique organisationnelle impulsée par les firmes, une dynamique étatique issue des autorités politiques. Ces trois modes successifs scandent le premier cycle. Ils constituent les fondements structurels du SNI contemporain et les linéaments de la relation triadique qui noue encore les trois agents dominants que sont les entreprises, les universités et les instances gouvernementales.

La dynamique entrepreneuriale de l’innovation spontanée

  • 9  F. G. Kilgour, « Science in the American Colonies and the Early Republic, 1664-1845 », Cahiers d’h (...)
  • 10  D. Hoke, « Ingenious Yankee, the Rise of the American System of Manufactures in the Private Sector (...)
  • 11  Daniel Boorstin, Histoire des Américains, Paris : Laffont, 1973, 1418.
  • 12  B. Cohen, Science and the Founding Fathers, Science in the Political Thought of Jefferson, Frankli (...)
  • 13  G. Washington, Farewell Address, 1796, www.yale.edu/lawweb/avalon/washing.htm, consulté le 15/09 (...)
  • 14  T. Jefferson, « America, North and South, [...] should therefore have a system of her own, separat (...)
  • 15  T. Jefferson, «First Inaugural address», S. Bradley et al., The American Tradition in Literature, (...)
  • 16  Constitution of the United States, I, 8: «To promote the progress of science, by securing for limi (...)

5Ces sont des pré-conditions culturelles et économiques qui ont déterminé le cheminement de l’innovation depuis le XVIIIe siècle et sa domestication en un ordre plus stable dans les années 1880. L’innovation spontanée des entrepreneurs est partie à la recherche d’un « système américain ». Dans l’Amérique coloniale et postcoloniale, à l’époque historique de l’accumulation capitaliste aux États-Unis, les institutions naissantes et les rares tutelles laissent le champ libre aux communautés locales, aux initiatives des individus et à leur capacité d’adaptation. Les inventeurs du Nouveau Monde, artisans, mechanicks, marchands, juristes ou hommes politiques, tels Benjamin Franklin, sont les pionniers d’une recherche empirique et les promoteurs passionnés d’une « République de la Science » appliquée9. Beaucoup deviennent experts en arts mécaniques, par nécessité et par enthousiasme et mettent leurs compétences au service des marchands10. Comme l’affirme l’historien Boorstin : « Les Américains mirent sur pied un dispositif de recherche de l’innovation ; ils la démocratisèrent si bien qu’elle devient banale »11. Les grands innovateurs du futur cadre politique, ce sont également les hommes politiques, juristes, avocats, hommes d’affaires, qui cherchent à inventer un système nouveau et un État original12. La Déclaration d’Indépendance et la Constitution sont, indubitablement, des ruptures créatrices mais aussi des innovations fondatrices : « a fair and full experiment »13. Par ces deux textes, la nation américaine se dote d’un premier « système »14. Jefferson et Hamilton débattent de questions d’économie politique. Elles vont s’avérer cruciales pour l’élaboration concrète du futur système américain. On s’oppose déjà sur les dangers d’une industrialisation qui généraliserait la manufacture anglaise. Les prérogatives d’une puissance publique trop régulante inquiètent : « A wise and frugal government which (...) shall leave them [our fellow-citizens] otherwise free to regulate their own pursuit of industry and improvement »15. Le nombre d’inventions et de brevets déposés va croissant. Des lois sur les brevets sont promulguées en 1790, en 1793, pour mettre en acte la recommandation constitutionnelle16. Un United States Patent Office ouvre en 1836. La première Banque des États-Unis est créée en 1791. En 1819, l’arrêt de la Cour Suprême, Dartmouth College vs Woodward reconnaît l’immortalité de la personnalité juridique et morale des corporations. Henry Clay promeut un régime économique qui développe les infrastructures et une croissance endogène à l’abri de barrières douanières. Toutes ces décisions esquissent un premier cadre d’action. Elles donnent lieu à des tentatives fédérales pour mettre en cohérence une infrastructure juridique et un embryon de système sociotechnique. Hamilton l’avait déjà esquissé dans son Report on Manufactures de 1791. La production en série de pièces interchangeables se standardise et se localise en usine (factory system). En Europe, on s’émerveille, lors de l’exposition du Crystal Palace, de l’American system of manufactures. Des inventeurs et des entrepreneurs indépendants développent de nouveaux produits dans les usines de machines-outils. Les firmes qu’ils créent participent au processus de diffusion du changement technique au sein des entreprises, grandes utilisatrices de machines. L’innovation entrepreneuriale est ainsi la première matrice qui impulse, au sein d’un cadre sociétal peu structuré, les premières évolutions du système technique. Mais l’initiative individuelle a suscité contre elle une dynamique organisationnelle. Cette dernière va s’approprier, peu à peu, le processus d’innovation pour en contrôler l’organisation et l’usage.

La dynamique organisationnelle de l’innovation cumulative

6Les années 1880-1941, voient l’émergence d’un régime de production de l’innovation conditionné par la montée en puissance des grandes firmes industrielles. Ces entités incorporent en leur sein, puis institutionnalisent, un nouveau mode de recherche et d’organisation : la recherche et développement ou R&D. Un esprit pratique, une atmosphère sociale, un système gouvernemental encore insuffisamment coordonné, des conditions économiques favorables, ont permis à des acteurs dynamiques de créer des firmes et d’en faire le nouveau mécanisme de gouvernance de l’innovation. Chefs d’entreprises, general managers, posent les bases d’un système national animé par cette nouvelle entité collective, juridique et technique. Edison, le magicien de Menlo Park, qui disait vouloir réaliser une invention mineure tous les dix jours et une invention majeure tous les six mois, ou Bell, l’inventeur du téléphone, cherchent tous deux à exploiter leurs brevets. Ils fondent, à cet effet, des entreprises, à l’origine de futurs géants nationaux (GE et Ma Bell). La force propulsive engendrée par l’innovation technique de rupture et l’initiative individuelle se transfère et se canalise dans la grande entreprise et ses laboratoires de recherche où les logiques concurrentielles de marché sont provisoirement suspendues.

  • 17  A. D. Chandler, The Visible Hand, Cambridge: Harvard University Press, 1977.
  • 18  N. Lamoreaux, The Great Merger Movement in American Business, 1895-1904, Princeton: Princeton Univ (...)
  • 19  D. C. Mowery, « The Development of Industrial Research in U.S. Manufacturing », The American Econo (...)
  • 20  D. Noble, America by Design, Science, Technology, and the Rise of Capitalism, New York: Oxford Uni (...)
  • 21  L. S. Reich, The Making of Industrial Research, New York: Cambridge University Press, 1985.
  • 22  N. Rosenberg, Technological and American Economic Growth, New York: Cambridge University Press, 19 (...)
  • 23  N. Rosenberg, Inside the Black Box, Technology and Economics, op. cit.

7Les firmes assument désormais le pouvoir d’activer et de structurer la dynamique technique. En effet, l’élargissement du marché continental, la révolution des transports et des communications contraignent les entreprises à grossir en taille17. Elles doivent réaliser des économies d’échelle et mettre sur pied de nouvelles organisations internes pour développer les recherches sur un mode industriel plus systématisé et routinier. Aux États-Unis, la concentration des entreprises s’est réalisée par fusions et acquisitions18 mais aussi par une forte croissance interne fondée sur la diversification des activités19. Une recherche planifiée se développe au sein de laboratoires industriels dès la fin du XIXe siècle. Les DuPont, Westinghouse, Ma Bell, Kodak, AT&T constituent des portefeuilles de produits, protègent le plus grand nombre possible d’inventions par des brevets20. La maîtrise interne des savoirs permet de lutter contre les imitations. C’est également le moyen de contourner les premières tentatives de régulation étatiques comme le Sherman Antitrust Act voté en 1890. A la fin du XIXe siècle, la R&D se professionnalise et devient un service à part entière, une fonction intégrée au sein de la structure divisionnelle des firmes21. Le nombre de laboratoires industriels passe ainsi de 112 en 1899 à 371 en 1918. La connaissance scientifique devient déterminante. Cette tendance ira croissante lors de mise en place du taylorisme mais donnera une importance accrue à la connaissance sociologique pendant l’ère fordiste22. L’innovation se concentre, soit sur l’amont de la chaîne (R&D), soit sur l’aval (innovations commerciales et techniques marketing)23. L’établissement de grandes firmes hiérarchiques précède donc le développement de la recherche industrielle en laboratoire mais en définit désormais les conditions d’existence futures.

8Les méthodes d’organisation fondées sur l’extrême division du travail et la décomposition scientifique des tâches mettent en avant le rôle de l’ingénieur, homme rationnel du Thinking Department. Il faut aussi recruter un pool d’experts scientifiques de plus haut niveau car la production de l’innovation est devenue un processus technique mais aussi intellectuel. Des instituts technologiques ont surgi très tôt en Amérique, tels Wespoint en 1817, la Rensselaer School en 1824, le MIT en 1861. Dans les années 1870, après le vote du Merill Act et l’octroi de moyens aux universités locales par les États fédérés, naissent des universités de recherche appliquée puis de recherche fondamentale. En 1890, on dénombre 15 institutions scientifiques. De 1900 à 1940, la recherche universitaire s’est développée en parallèle, mais en relative symbiose, avec la recherche industrielle tandis qu’apparaissaient 300 centres de recherche indépendants. La transformation de la recherche entrepreneuriale, ouverte, contingente, exécutable et accessible à tous en une recherche spécialisée, fermée, moins appropriable, est ainsi achevée. La recherche intrafirme et celle des laboratoires indépendants ont modifié les conditions de concurrence, assuré une stabilisation du marché et une forte croissance des firmes. Avec l’apparition d’une fonction privée de recherche, les universités ont dû pourvoir à la formation de nouveaux spécialistes. L’innovation s’est trouvée en partie intégrée au système industriel et éducatif. Un nouveau modèle émerge qui s’appuie sur une première coproduction de la recherche industrielle. Mais la dynamique de l’innovation dans l’entre-deux guerres va, de plus en plus, reposer sur le système privé de recherche des firmes. Leurs 2000 centres financent et exécutent, en 1940, deux tiers des dépenses nationales en R&D, l’université se contentant d’une part de 20 % et l’État de 12 %.

L’invention d’un système d’innovation national fermé par la dynamique étatique

  • 24  D. Mowery et R. Nelson, « The U.S. Corporation and Technical Progress », in C. Kaysen, The America (...)
  • 25  C. Agiar De Medeiros, « The Post-War American Technology Development as a Military Enterprise », C (...)

9Le gouvernement fédéral avait jusque là exercé une régulation externe de l’innovation par des législations sur les monopoles ou les brevets, une politique antitrust, un financement de la recherche militaire lors la Première Guerre mondiale, des incitations budgétaires. Une première agence fédérale avait été créée en 1915, la National Advisory Committee on Aeronautics, ancêtre de la NASA fondée en 1958. L’État fédéral se cantonnait à la préservation d’un cadre ouvert plutôt favorable aux grandes entreprises. La Deuxième Guerre mondiale place brutalement l’État américain au cœur de la dynamique technique et de la gouvernance de l’innovation. L’effort de guerre suppose, en effet, la maîtrise de la production et de l’information à l’échelle du monde. Il entraîne des efforts de recherche gigantesques et une accumulation des savoirs sans précédent. Le total des dépenses fédérales en R&D bondit de 82,3 millions de dollars en 1940 à 1313,6 millions en 194524. L’État assure dorénavant un rôle d’ordonnateur dans le financement, la production et la coordination de l’innovation. Ce « volontarisme organisateur » se traduit par le lancement de programmes massifs de recherche scientifique orientés vers la défense (Projet Manhattan en 1942) et l’octroi d’énormes financements au puissant Departement of Defense (DoD), qui les répercute en cascade aux universités et entreprises. La rupture de trajectoire est considérable. La recherche industrielle et universitaire privée est ainsi soumise à des objectifs publics de défense25. Cette recherche fermée (closed research)se traduit par des arrangements contractuels qui rapprochent les scientifiques, les universités, les militaires, l’Administration.

  • 26  D. E. Chubin, « Open Science and Closed Science, Tradeoffs in a Democracy », Science and Technolog (...)

10Dans ce contexte, le rapport de V. Bush, Science, The Endless Frontier, publié en 1945, fait grand bruit. Il propose la création d’une première structure administrative de soutien à la Big Science placée sous le contrôle des scientifiques. Mais la National Science Foundation, en charge du financement de la recherche fondamentale ne sera créée qu’en 1950, avec le National Science Board, en raison de l’opposition des militaires. La Défense reste en effet l’épicentre du système. Elle contrôle et subventionne la recherche universitaire et les nouveaux laboratoires fédéraux. Au total, le budget fédéral de R&D augmente de plus de 50 % entre 1939 et 1962. C’est un système d’innovation national très institutionnalisé qui sort renforcé, durant toute la guerre froide, par la création d’agences finançant et exécutant la recherche publique et la recherche privée. Recherches fondamentales et recherches appliquées, recherches militaires et recherches civiles sont ainsi prises dans un système normalisé d’échanges et d’obligations mutuelles très politique26. Il garantira à des entreprises comme Boeing, AT&T, Lockheed, IBM ou à des universités comme Stanford, MIT, Caltech, Columbia, de participer, en première ligne, à l’essor de la technologie. Ces coopérations favorisent des relations de confiance et un transfert ciblé de la technologie militaire vers l’industrie. Le démarrage de futurs secteurs clefs comme celui de l’aéronautique, de l’électronique, de l’informatique, ou la mise à disposition civile du réseau militaire ARPANET, futur Internet moderne, résultent des rentes de monopoles que les grands oligopoles obtiennent en travaillant pour les programmes fédéraux. Ces grandes entreprises vont, pour croître et devenir des multinationales puissantes, monopoliser les avancées technologiques. Ce Keynésianisme militaire met la recherche scientifique au service de l’intérêt national et du développement de puissants groupes privés, désormais en position de partenaires. La recherche fermée constitue donc un puissant levier socio-économique et un système institutionnel « encastré » dans un réseau de relations sociales stables. Il canalise les transferts de technologie et de compétences vers les grands groupes privés via un essaimage limité et contrôlé. L’État Fédéral dispose ainsi d’un outil opérationnel pour mettre en œuvre l’innovation sans dicter ouvertement une politique industrielle.

  • 27  S.W. Leslie, The Cold War and the American Science, New York: Columbia University Press, 1993.

11L’ensemble donnera, dès les années 1950, naissance à un puissant « complexe militaro-industriel » mais aussi « académique » selon les expressions respectives d’Eisenhower et du Sénateur Fullbright. Ce système d’innovation linéaire, « descendant » (top down), met au sommet de sa pyramide la recherche fondamentale et mène aux applications civiles qui en découlent. Il est relayé sur le terrain par de nouveaux champions industriels et universitaires nationaux. On peut parler d’une « nationalisation » indirecte de la recherche fondamentale et d’une forme de cartellisation de son développement par les partenaires privés et les agences27. L’objectif est de favoriser une double utilisation militaire et civile de la technologie (dual use).

12Les grandes firmes privées prendront peu à peu une importance majeure au sein de la relation triadique liant l’université, l’armée et l’industrie. De fait, les parts respectives dans le financement de R&D du gouvernement fédéral et de l’industrie s’inversent dès 1965. Un cycle nouveau s’engage avec l’essor des financements et de l’exécution de la R&D par les entreprises. Le nombre de chercheurs en R&D d’entreprise passe de 50 000 en 1946 à 376 000 en 1970 pour atteindre 600 000 en 1985. La prédominance d’une recherche fermée fondée sur les couples Défense/Science et le lien Recherche Publique/Privée produit une troisième matrice historique. Le système d’innovation ne repose donc plus uniquement sur un État client ou ordonnateur mais sur une autorité élargie aux différentes agences de moyens qui coopèrent avec une « économie d’entreprise » et des pôles de connaissances mis en réseau. Traditionnellement, les défaillances du marché légitimaient les investissements étatiques dans le champ de la science fondamentale. Le paradigme politique de la « mission », faisait de la défense et de l’intérêt national élargi la raison d’être idéologique du système. Un nouveau paradigme, celui de la coopération et du double usage de la technologie, va régénérer le futur système d’innovation américain et le reconfigurer autour de principes plus marchands et concurrentiels.

Le retour du cycle de l’innovation ouverte

13Le Système d’innovation linéaire et fermé rentre en crise à la fin des années 1970. La croissance se ralentit, les budgets publics se contractent, la compétitivité américaine faiblit devant la concurrence de nouveaux pays industrialisés. A la fin de la guerre froide, la thèse selon laquelle la recherche militaire aurait des retombées majeures dans le secteur civil est désormais contestée. Le SNI américain change de trajectoire et s’ouvre à son environnement.

Le modèle pluraliste de l’open research et de l’innovation-based competition

  • 28   U. Muldur, « La politique américaine de science et de technologie », Futuribles, n° 220, 1997, 33 (...)
  • 29  De nombreuses lois sont votées telles le Stevenson-Wydler Technology Act, Federal Technology Trans (...)
  • 30  N. T. Gallini, « The Economy of Patents, Lessons from Recent US Patent Reform », Journal of Econom (...)

14En 1981, les financements de R&D par le secteur privé représentent déjà 49 % du total et ceux du public 47 %. La répartition des dépenses d’exécution se creuse et atteint 12 % pour l’État et 71 % du total pour les entreprises tandis que l’Université devient un acteur plus influent avec une part de 10 %. L’Initiative de Défense Stratégique de l’Administration Reagan absorbe encore 50 % du R&D fédéral.  Le National Missile Defense Program, sous l’administration Clinton, semble relancer la R&D militaire. En fait, l’État réoriente les financements publics de défense vers ses partenaires industriels. Son rôle de client faiblit mais son rôle de facilitateur grandit. De Reagan à G. Bush Sr., une politique industrielle sectorielle encourage le secteur privé par des programmes technologiques communs (SEMANTEC). Les autorités politiques privilégient ainsi la notion d’industrie stratégique, d’intervention sectorielle et de compétitivité nationale. Un modèle plus interactif fondé sur le couple industrie/technologie se dessine28. A partir des années 1980, les Administrations successives vont transformer en profondeur les dispositifs institutionnels et le cadre réglementaire29 de la R&D pour ouvrir et diffuser à toute la société civile l’innovation accumulée lors des Trente Glorieuses par les agences, les firmes et les universités. Cet activisme réglementaire se traduit par deux décennies de réforme législative en matière de transferts de savoirs, de collaborations, de propriété intellectuelle et de brevets30.

  • 31  R. S. Rosenbloom et U. J. Spencer, Engines of Innovation: US Industrial Research at the End of an (...)
  • 32  White House, Technology for America’s Economic Growth, A New Direction to Build Economic Strength, (...)

15Pour accroître la circulation et le contrôle commercial de l’innovation, il faut, de toute urgence, passer d’un modèle linéaire, peu réactif et bureaucratisé à un modèle marchand de proximité, plus interactif, dénommé « open innovation model ». Le transfert des innovations doit ainsi relancer un nouveau cycle d’innovation et déclencher une vague d’innovation de procédés et d’applications31. L’entreprise et l’université redeviennent les destinataires finaux de l’effort de recherche en R&D et les acteurs de sa mise en oeuvre. L’administration Clinton redonne une priorité à la recherche civile pour renforcer la compétitivité des firmes et augmenter les capacités d’innovation de toute l’économie. Elle accroît les dépenses en faveur du développement technologique des entreprises et finance les infrastructures technologiques porteuses de changement sociétal (Advanced Technology Program, Manufacturing Extension Partnership, Information Superhighways). Ce modèle (innovation/société) met l’innovation au service de la société toute entière. La compétitivité industrielle obtenue par la technologie et la science devient un outil de défense de l’intérêt national et un instrument de développement sociétal. L’utilisation et la commercialisation rapide de l’innovation, la recherche de solutions concrètes sont ainsi devenues la visée opérationnelle du SNI32. L’incitation étatique s’est substituée à l’intervention directe avant que le secteur privé ne prenne la relève. La « privatisation » de l’exécution de l’innovation atteint son sommet en 2000 avec, en pourcentage du PIB américain, 75 % des financements exécutés par les entreprises, 7,1 % par l’État, 13,7 % par l’Université et 4,1 % par les ONG. Cette externalisation de l’exécution profite à la recherche universitaire qui réalise, en 2002, plus de la moitié de la recherche fondamentale.

  • 33  A. L. Saxenian, Regional Advantage, Culture and Competition in Silicon Valley and Route 128, Cambr (...)
  • 34  H. Etzkowitz et L. Leydesdorf, « The Dynamics of Innovation: from National Systems and « mode 2 » (...)

16La mobilité des chercheurs et la fluidité des échanges sont aussi des vecteurs essentiels du transfert technologique qui favorisent le retour de l’entrepreneuriat. Un brassage culturel donne un nouvel essor à l’innovation de rupture. Dans les années 1990, un ethos créatif et schumpétérien se propage à tous les niveaux de la société civile avec l’envolée des jeunes pousses (start-ups) dans le secteur des technologies de l’information. Une foule de petites entreprises se créent et s’épanouissent dans les districts industriels (clusters) de la Silicon Valley, de la Route 128 à Boston, du Research Triangle, souvent dans le sillage de grandes entreprises transnationales. Ce système d’innovation régional est issu d’une dynamique relationnelle entre acteurs et territoires. Il se fonde sur des économies d’agglomération, l’enracinement culturel et économique des modes de coopération. La concentration géographique des « talents » et l’interconnexion des réseaux, la mise en relation rapide des connaissances et des compétences, accélèrent la commercialisation de l’innovation. Dans le même temps, la performance et l’appropriation (brevets ou trade secrets) deviennent des enjeux stratégiques ainsi que la création de nouveaux instruments financiers et de systèmes de capital-risque. Cette rupture microéconomique se double d’une conception plus géographique, spatiale du développement et de la croissance. Les systèmes productifs locaux permettent la mise en réseau d’acteurs individuels et institutionnels et une mutualisation de ressources et des connaissances « glocales », branchés sur les régions et le monde33. L’innovation s’accélère encore car la R&D s’est fortement internationalisée. Les États-Unis « aspirent » les scientifiques étrangers vers leurs universités. Ils captent les investissements des multinationales étrangères par la mise en réseau de la recherche effectuée en partenariats publics/privés à des niveaux locaux et mondiaux. La dynamique de ce système plus informel dépend d’une mise en compatibilité entre acteurs et intérêts34, entre environnements interdépendants, du maintien de l’attractivité du territoire américain par de bas taux d’imposition et une forte politique d’immigration (brain drain). Le système d’innovation « ouvert » a ainsi fait preuve, jusqu’en 2000, d’une très grande réactivité aux contraintes d’un environnement structuré par une logique concurrentielle.

Le modèle écosystémique et transnational au défi de l’innovation mondialisée

  • 35  Le financement de la R&D par les entreprises est passé de 1,88 % à 1,65 % du PIB aux États-Unis en (...)
  • 36  Les investissements en capital risque sont passés de 106 milliards de dollars à 18 milliards entre (...)

17Le SNI américain reste, au XXIe siècle, le modèle de référence mondial d’une recherche performante et la condition d’un avantage compétitif national obtenu grâce à l’innovation (innovation-based competition). Il exerce toujours un fort pouvoir d’attraction et d’imitation. Mais il a, quelque peu, perdu de son lustre d’antan. De nouveaux pôles d’innovation concurrents ont émergé (Chine, Europe, Inde). Ils grignotent la domination américaine en matière d’inventions, de brevets, d’ingénieurs. L’intensité de l’effort consenti en R&D civile a stagné depuis la crise de la Nouvelle économie35. Les investissements en capital-risque se sont effondrés, mettant un terme au cycle court entrepreneurial des années 199036. Les événements du 11 septembre 2001, les engagements militaires à l’étranger, relancent l’augmentation des budgets de R&D militaires (hausse de 45 % de la R&D de défense depuis 2000) et conduisent à la création d’une nouvelle agence (Homeland Security Agency). Les dépenses militaires ou antiterroristes, les programmes spatiaux, ont remis en selle une économie de guerre et de la sécurité au détriment d’une politique de l’innovation plus civile. Le plus faible investissement en R&D des entreprises, l’apparition d’universités de recherche internationales performantes, la chute des diplômés scientifiques américains ou la désaffection récente des chercheurs étrangers pour un pays traditionnellement considéré comme le pays de cocagne de l’innovation (reverse brain drain), tous ces facteurs négatifs, ont précipité des stratégies d’adaptation à la concurrence mondiale réactives.

  • 37  A. Segal, « Is America Losing its Edge? », Foreign Affairs, novembre-décembre 2004.
  • 38  S. W. Popper et C. S. Wagner, New Foundations for Growth, The U.S. Innovation System, Today, Tomor (...)
  • 39  G. Bush Jr. a une vision « modeste » de l’État : « The role of government is not to create wealth. (...)

18Mais la globalisation croissante du financement de la R&D, la dilution spatiale de son exécution ont fragilisé le SNI. Ces variables environnementales exercent de fortes pressions sur un modèle devenu très ouvert, collaboratif, marchand, mais aussi plus vulnérable37. Les rapports du National Science and Technology Council38 et du Council on Competitiveness, tirent la sonnette d’alarme. Ils recommandent la poursuite d’une politique industrielle plus affirmée, plus coordonnée. Il faut redonner une nouvelle attractivité aux universités, former des ingénieurs américains, redynamiser le développement de pôles de compétitivité régionaux (clusters) désormais concurrencés. Agences gouvernementales, entreprises, chercheurs, entrepreneurs, sont invités à multiplier les coopérations croisées. Un rapport de 2005 sur la compétitivité du SNI, Sustaining the Nations’s Innovation Ecosytem, remis au Président Bush, continue de faire l’apologie des vertus pluralistes et réactives d’un système d’innovation fondé sur le laisser-faire technologique. L’administration Bush ne semble pas prendre toute la mesure de l’inquiétude des milieux scientifiques et d’affaires qui craignent une perte de compétitivité. De nombreux groupes de pression incitent les autorités politiques à assumer un rôle d’orientation et de coordination. L’Administration a pris des mesures budgétaires incitatives en renforçant les programmes militaires et sécuritaires et des dispositions législatives plus ciblées (Cyber Security Research and development Act de 2002, Nanotech Initiative Act, Broadband technology), mais elle renâcle à l’idée d’une politique industrielle directe et volontariste39.

  • 40  P. Cerny, « Paradoxes of the Competition State, the Dynamics of Political Globalization », Governm (...)

19En 2000, les USA réalisaient 44 % du R&D mondial mais le mouvement de globalisation porté par les entreprises transnationales, la mise en réseau et en concurrence des territoires, des régions, des continents, la montée de systèmes productifs branchés sur une économie-monde, les déficits budgétaires, ont bouleversé la conception triomphante du SNI américain. La R&D américaine s’est, en effet, de plus en plus privatisée mais surtout diversifiée. Elle s’est aussi internationalisée, puis globalisée. L’ouverture complète du système d’innovation américain à son environnement a élargi le champ de sa réalisation à l’échelle du monde, mais aussi la complexité de sa gouvernance. L’innovation aux États-Unis n’est plus le fruit de la seule interaction dynamique entre acteurs et systèmes nationaux. Une architecture des relations plus stabilisée et plus intégrée entre les acteurs de l’innovation est en cours d’élaboration. Car l’innovation est produite et structurée à tous les niveaux de la société américaine et des espaces transnationaux où elle rayonne. En tant que moteur de la croissance nationale et outil d’attractivité, la recherche de l’innovation a permis l’obtention d’un avantage concurrentiel déterminant et le maintien d’une hégémonie sur une hiérarchie de puissances nationales. Dans les années 1990, la maîtrise de la chaîne mondiale de l’innovation, la structuration des orientations mondiale de la R&D, l’imposition d’un système de gestion de l’innovation, l’élaboration de nouvelles règles juridiques et comptables, ont constitué une stratégie de reconquête de la puissance industrielle américaine qui a atteint ses limites. Le SNI américain est en transition. Son redéploiement s’effectue sur un mode écosystémique mais aussi politique. L’État concurrentiel40 n’est jamais complètement dissocié d’un Fédéralisme budgétaire structurel, surtout lorsqu’il s’agit de consolider la puissance économique d’une nation qui se veut à l’avant garde de la science et de la technologie. Dès lors, la gouvernance du système d’innovation n’est plus le fait d’une seule instance mais résulte de l’interaction de multiples enjeux, acteurs, influences, environnements. Le système est dispersé, tentaculaire, complexe. Il fonctionne à la manière d’un forum, d’un marché interinstitutionnel en raison de la pléthore des niveaux décisionnels (Congrès, Présidence, agences, entreprises, universités, associations, etc.).

  • 41  S. Strange, The Retreat of the States, Cambridge: Cambridge University Press, 1996.

20La diversité et le pluralisme de ce système mosaïque fondé sur l’équilibre historique entre pouvoirs, freinent, pour le moment, l’émergence d’une politique d’innovation plus focalisée et laissent aux acteurs dominants leur rôle habituel de structuration de la politique industrielle. Le passage, à l’époque contemporaine, d’un paradigme étatique national à un paradigme entrepreuneurial-régional puis à un paradigme mondial-réticulaire montre que la trajectoire d’évolution du SNI est toujours déterminée par des dynamiques culturelles et institutionnelles pérennes. Dès lors, l’Amérique renouera-t-elle avec l’innovation de rupture ou freinera-t-elle sa course folle par la création de nouvelles institutions et la relance de l’innovation cumulative ? Des interrogations demeurent sur l’identité des acteurs et sur les leviers stratégiques, institutionnels qui permettront au SNI américain de s’autoréguler et de réimpulser les futurs cycles mondiaux de l’innovation. Les États-Unis doivent toutefois maintenir une « stabilité hégémonique »41 pour garder la gouvernance mondiale des nouveaux savoirs. Mais, comme le remarquait avec humour Edison : « Innovation is one percent genius and ninety nine percent perspiration ».

Haut de page

Bibliographie

AGUIAR DE MEDEIROS C., « The Post-War American Technology Development as a Military Enterprise », Contributions to Political Economy, vol. 22, 2003, 41-62.

Bassett R. K., To the Digital Age : Research Labs, Start-ups, Companies, and the Rise of Technologies, Baltimore : Johns Hopkins University Press, 2002.

BAUMOL W., The Free-Market Innovation Machine, Analysing the Growth Miracle of Capitalism, Princeton: Princeton University Press, 2002.

BOORSTIN D., 1973, Histoire des Américains, Paris : Laffont, 1991.

BUSH V, Science, The Endless Frontier, Washington: Government Printing Office, 1945.

CARON F., Les deux révolutions industrielles du XXe siècle, Albin Michel : Paris, 1997.

CERNY P., « Paradoxes of the Competition State, the Dynamics of Political Globalization », Government and Opposition, vol. 32, 1997, 251-274.

CHUBIN D. E., « Open Science ad Closed Science, Tradeoffs in a Democracy », Science and Technology and Human Values, vol. 10, n° 2, 1985, 73-81.

COHEN I. B., Science and the Founding Fathers, Science in the Political Thought of Jefferson, Franklin, Adams, and Madison, New York: W. W. Norton, 1995.

Crow M. et Barry B.,Limited by Design: R&D Laboratories in the U.S. National Innovation System, New York: Columbia University Press, 1998.

COUNCIL ON COMPETITIVENESS, 21st Century Initiative, Innovation, the New Reality for National Prosperity, Washington: Council on Competitiveness, 2004.

DAVID P. A., Technical Choice Innovation, Economic Growth, New York: Cambridge, 1975.

EDQUIST C., Systems of Innovation: Technologies, Institutions, and Organizations, Londres : Pinter, 1997.

ETZKOWITZ H. et LEYDESDORFF L., « The Dynamics of Innovation: from National Systems and « Mode 2 » to a Triple Helix of University-industry-government relations », Research Policy, vol. 29, février 2000, 109-123.

GALBRAITH J. K., Le Nouvel État industriel, essai sur le système économique américain, Paris : Gallimard, 1968.

GALLINI N. T., « The Economy of Patents, Lessons from Recent US Patent Reform », Journal of Economic Perspectives, vol. 16, n° 2, printemps 2002, 131-154.

HOKE D., « Ingenious Yankee, the Rise of the American System of Manufactures in the Private Sector », Business and Economic History, vol. 14, 1985, 223-235.

Hounshell D. A. et Smith, J. K., Science and Corporate Strategy: DuPont R&D 1902-1980, New York: Cambridge University Press, 1988.

KILGOUR F. G., « Science in the American Colonies and the Early Republic, 1664-1845 », inCahiers d’histoire mondiale, Journal of World History, vol. 10, n° 2, 1967, 393-415.

LESLIE S. W., The Cold War and the American Science, New York: Columbia University Press, 1993.

LUNDVALL B.A. (Dir.) National Innovation Systems: Towards a Theory of Innovation and Interactive Learning, London: Pinter, 1992.

MOWERY D., « The Changing Structure of the US National System: Implications for International Conflict and Cooperation in R&D Policy », Research Policy, vol. 27, 1998, 639-654.

MOWERY D. et NELSON R., « The U.S. Corporation and Technical Progress », in KAYSEN C. (Dir.), The American Corporation Today, New York: Oxford University Press, 1996, 187-241.

MOWERY D.C. et ROSENBERG N., « The U.S. National Innovation System », in NELSON R. (Dir.), National Innovation Systems, a Comparative Analysis, New York: Oxford University Press, 1993.

MOWERY D.C. et N. ROSENBERG, Technology and the Pursuit of Economic Growth, New York: Cambridge University Press, 1989.

MULDUR U., « La politique américaine de science et de technologie », Futuribles, n° 220, 1997, 33-63.

NATIONAL SCIENCE BOARD, Science and Engineering Indicators 2004, Washington: NSF, 2004, <http://www.nsf.gov/statistics/seind04/.pdf>, consulté le 10/09/05.

NELSON R. N. (Dir.), National Innovation Systems, A Comparative Analysis, London: Oxford University Press, 1993.

NOBLE D., America by Design, Science, Technology, and the Rise of Capitalism, New York: Oxford University Press, 1997.

OCDE, National Innovation Systems, Paris: OCDE, 1997, consulté le 10/09/05 ; <http://www.oecd.org/dataoecd/35/56/2101733.pdf>.

OCDE, « Steering and Funding of Research Institutions, Country Report: United States », <www.oecd.org/dataoecd/43/10/2507864.pdf>, 2001, consulté le 10/09/2005.

OCDE, Science et industrie, Perspectives de l’OCDE, Paris : OCDE, 2004.

PATEL P. et K. PAVITT, « The Nature and Economic Importance of National Innovation Systems », STI Review, Paris, OECD, n° 14, 1994.

POPPER S. W. et WAGNER C. S., New Foundations for Growth, The U.S. Innovation System, Today and Tomorrow, Rand, MR-1338.0-OSTP, Washington: Rand, 2002.

PORTER M., The Competitive Advantage of Nations, New York: Free Press, 1990.

PORTER M., U.S. Competitiveness, Washington: Council on Competitiveness, 2001.

REICH S., The Making of American Industrial Research, New York: Cambridge University Press, 1985.

ROSENBERG N., Inside the Black Box, Technology and Economics. New York: Cambridge University Press, 1982.

ROSENBLOOM, R. S. et SPENCER U. J., Engines of Innovation: US Industrial Research at the End of an Era, Cambridge: Harvard Business School Press, 1996.

SAXENIAN A. L., Regional Advantage, Culture and Competition in Silicon Valley and Route 128, Cambridge: Harvard University Press, 1994.

SCHMOOKLER J., Invention and Economic Growth, Cambridge: Harvard University Press, 1966.

SEGAL A., « Is America losing its Edge? », Foreign Affairs, novembre-décembre 2004.

STRANGE S., The Retreat of the States, The Diffusion of Power in the World Economy, Cambridge: Cambridge University Press, 1996.

SCHUMPETER J. A., The Theory of Economic Development, Harvard: Harvard University Press, 1934.

SCHUMPETER J. A., Capitalisme, Socialisme, et Démocratie, Paris : Payot, 1969 [1942].

WHITE HOUSE, Technology for America’s Economic Growth, A New Direction to Build Economic Strength, Washington: The White House, 1993.

WHITE HOUSE, Science in the National Interest, Washington: The White House, 1994.

Haut de page

Notes

1  V. Bush, Science, The Endless Frontier, Washington D.C.: Government Printing Office, 1945.

2  L’article 1, section 8, de la Constitution américaine fait référence à la notion de general welfare et associe la réalisation de cet objectif au rôle régulant de l’État, lequel doit pourvoir à la prospérité générale mais également veiller à promouvoir le progrès des sciences et des arts utiles. Voir sur ce point la contribution de Martine Azuelos au présent ouvrage.

3  J. Schmookler, Invention and Economic Growth, Cambridge: Harvard University Press, 1966.

4  J. A. Schumpeter, Capitalism, Socialism and Democracy, London: Routledge, 1942, 122.

5  P. A. David, Technical Choice Innovation, Economic Growth, Essays on American and British Experience in the Nineteenth Century, New York: Cambridge, 1975.

6  F. Caron, Les deux révolutions industrielles du XXe siècle, Albin Michel : Paris, 1997.

7  C. Freeman, R. Nelson, B. A. Lundvall et C. Edquist sont les premiers économistes à expliciter la notion de système national d’innovation pour rendre compte du réseau de relations socio-économiques permettant l’éclosion de l’innovation au niveau national ; l’OCDE a également formalisé cette problématique dès 1997 : http://www.oecd.org/dataoecd/35/56/2101733.pdf, consulté le 10 septembre 2005.

8  N. Rosenberg, Inside the Black Box, Technology and Economics, New York: Cambridge University Press, 1982.

9  F. G. Kilgour, « Science in the American Colonies and the Early Republic, 1664-1845 », Cahiers d’histoire mondiale, Journal of World History, vol. 10, n°2, 1967, 393-415.

10  D. Hoke, « Ingenious Yankee, the Rise of the American System of Manufactures in the Private Sector », Business and Economic History, vol. 14, 1985, 223-235.

11  Daniel Boorstin, Histoire des Américains, Paris : Laffont, 1973, 1418.

12  B. Cohen, Science and the Founding Fathers, Science in the Political Thought of Jefferson, Franklin, Adams, and Madison, New York: Norton, 1995.

13  G. Washington, Farewell Address, 1796, www.yale.edu/lawweb/avalon/washing.htm, consulté le 15/09/2005.

14  T. Jefferson, « America, North and South, [...] should therefore have a system of her own, separate and apart from that of Europe ». « To the President of the United States», M. D. Peterson (Dir.), The Portable Thomas Jefferson, New York: Penguin, 1975 [1823], 574.

15  T. Jefferson, «First Inaugural address», S. Bradley et al., The American Tradition in Literature, Norton: New York, vol.1, 1967 [1801], 320.

16  Constitution of the United States, I, 8: «To promote the progress of science, by securing for limited times to authors and inventors the exclusive right to their respective writings and discoveries ».

17  A. D. Chandler, The Visible Hand, Cambridge: Harvard University Press, 1977.

18  N. Lamoreaux, The Great Merger Movement in American Business, 1895-1904, Princeton: Princeton University Press, 1985.

19  D. C. Mowery, « The Development of Industrial Research in U.S. Manufacturing », The American Economic Review, vol. 80, n° 2, 1990, 345-349.

20  D. Noble, America by Design, Science, Technology, and the Rise of Capitalism, New York: Oxford University Press, 1977; D. A. Hounshell et J. K. Smith, Science and Corporate Strategy: DuPont R&D, New York: Cambridge University Press, 1989.

21  L. S. Reich, The Making of Industrial Research, New York: Cambridge University Press, 1985.

22  N. Rosenberg, Technological and American Economic Growth, New York: Cambridge University Press, 1972.

23  N. Rosenberg, Inside the Black Box, Technology and Economics, op. cit.

24  D. Mowery et R. Nelson, « The U.S. Corporation and Technical Progress », in C. Kaysen, The American Corporation Today, New York: Oxford University Press, 1998, 187-241.

25  C. Agiar De Medeiros, « The Post-War American Technology Development as a Military Enterprise », Contributions to Political Economy, vol. 22, 2003, 41-62.

26  D. E. Chubin, « Open Science and Closed Science, Tradeoffs in a Democracy », Science and Technology and Human Values, vol. 15, 2, 1985, 73-81.

27  S.W. Leslie, The Cold War and the American Science, New York: Columbia University Press, 1993.

28   U. Muldur, « La politique américaine de science et de technologie », Futuribles, n° 220, 1997, 33-63.

29  De nombreuses lois sont votées telles le Stevenson-Wydler Technology Act, Federal Technology Transfer Act de 1986, le National Competitiveness Act de 1989, le Cooperative Research And Development Agreeemnt ou CRADA,  le Bayh-Dole University and Small Business Patent Act de 1980, l’Economic Recovery Tax Act de 1981, le Small Business Innovation Act (SBIR) et le National Cooperative Research Act de 1984, l’Omnibus Trade and Competitiveness Act de 1988, le Defense Conversion, Reinvestment and Transition Assistance Act de 1992 et le Technology Transfer Commercialization Act de 2000.

30  N. T. Gallini, « The Economy of Patents, Lessons from Recent US Patent Reform », Journal of Economic Perspectives, vol. 16, n°2, printemps 2002, 131-154.

31  R. S. Rosenbloom et U. J. Spencer, Engines of Innovation: US Industrial Research at the End of an Era, Cambridge: Harvard Business School Press, 1996.

32  White House, Technology for America’s Economic Growth, A New Direction to Build Economic Strength, Washington: The White House, 1993; Science in the National Interest, Washington: The White House, 1994.

33  A. L. Saxenian, Regional Advantage, Culture and Competition in Silicon Valley and Route 128, Cambridge: Harvard University Press, 1994.

34  H. Etzkowitz et L. Leydesdorf, « The Dynamics of Innovation: from National Systems and « mode 2 » to a Triple Helix of University-Industry-Government Relations », Research Policy, vol. 29, février 2000, 109-123.

35  Le financement de la R&D par les entreprises est passé de 1,88 % à 1,65 % du PIB aux États-Unis entre 2000 et 2003 et l’exécution de R&D a fléchi de 2,04 à 1,81 %.

36  Les investissements en capital risque sont passés de 106 milliards de dollars à 18 milliards entre 2000 et 2003.

37  A. Segal, « Is America Losing its Edge? », Foreign Affairs, novembre-décembre 2004.

38  S. W. Popper et C. S. Wagner, New Foundations for Growth, The U.S. Innovation System, Today, Tomorrow, Washington: Rand, 2002.

39  G. Bush Jr. a une vision « modeste » de l’État : « The role of government is not to create wealth. The role of government is to create an environment in which the entrepreneur can flourish, in which minds can expand, in which technologies can reach new frontiers » (Advanced Foundations for American Innovation, octobre 2003).

40  P. Cerny, « Paradoxes of the Competition State, the Dynamics of Political Globalization », Government and Opposition, vol. 32, 1997, 251-274.

41  S. Strange, The Retreat of the States, Cambridge: Cambridge University Press, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Henri Coste, « La dynamique de la recherche et développement aux Etats-Unis : origines et évolution du système d’innovation américain », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°1 | 2006, 10-28.

Référence électronique

Jacques-Henri Coste, « La dynamique de la recherche et développement aux Etats-Unis : origines et évolution du système d’innovation américain », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°1 | 2006, mis en ligne le 23 octobre 2009, consulté le 17 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2117 ; DOI : 10.4000/lisa.2117

Haut de page

Auteur

Jacques-Henri Coste

Dr. (Lyon II, France)
Jacques-Henri Coste est Maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2. Il est titulaire d’une thèse de doctorat en civilisation américaine sur « La justification du lien social professionnel aux États-Unis » soutenue en 1995. Membre du CERVEPAS, il a publié de nombreux articles sur la place centrale et le rôle socio-économique de l’entreprise et de l’entrepreneur au sein de la société américaine ainsi que sur les évolutions historiques et contemporaines de la firme et de ses méthodes de gestion aux États-Unis et dans le monde. Il poursuit sa recherche en France et à l’étranger en participant régulièrement aux travaux d’associations spécialisées. Il enrichit sa recherche scientifique par des formes plus empiriques et contextualisées de recherche-action et de recherche-intervention effectuées en entreprise et au sein d’institutions universitaires étrangères.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals