Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. IV - n°1Le système d’innovation américainLes interactions entre la politiq...

Le système d’innovation américain

Les interactions entre la politique de la Réserve fédérale et l’innovation, une clé de lecture de la « nouvelle économie » aux États-Unis

The Interactions between Federal Reserve Policy and Innovation: One Key to Understanding the “New Economy” in the United States
Ruxandra Pavelchievici

Résumé

This article is an analysis of the interactions between monetary policy and innovation in the United States during the 1990s, known as the “new economy” era, and rests on the hypothesis that they resulted in an unprecedented macroeconomic configuration. Its object is to show how the Federal Reserve made its policy credible and transparent, and thereby contributed to creating a climate that was favourable to innovation. Innovation is then analysed in the light of its implications for monetary policy by considering the stance adopted, as well as the Federal Reserve’s perception of stock market speculation.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

20th century, XXe siècle

Index thématique et géographique :

économie, economy, États-Unis, histoire, history, société, society, United States
Haut de page

Texte intégral

1Qualifiée de « nouvelle économie », de « nouvel âge » de l’économie américaine, voire de « Troisième Révolution industrielle », la décennie 1990 fut une période d’expansion exceptionnelle pour l’économie américaine, qui la fit se distinguer des autres pays industrialisés. Toutefois, si l’idée qu’une modification radicale des structures économiques s’est produite à cette époque fait désormais l’objet d’un consensus, l’apparition d’une « nouvelle économie »  a longtemps alimenté un débat très vif.  

  • 1  Le terme est usité à partir de la fin des années 1990, mais la réalité de la « nouvelle économie » (...)

2La notion de « nouvelle économie » a deux acceptions, qu’il importe d’emblée de préciser1. Au sens strict, elle désigne l’apparition de nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et l’utilisation de ces dernières dans la modification des techniques de production. Dans une acception plus large, la « nouvelle économie » désigne l’entrée dans un nouveau régime de croissance dont les caractéristiques sont les suivantes :  

  • 2  “the extraordinary gains in performance – including rapid productivity growth, rising incomes, low (...)

un accroissement extraordinaire de la performance économique (où l’on compte des éléments tels qu’une croissance rapide de la productivité, une augmentation des revenus, un faible taux de chômage et une inflation modérée) résultant [d’une] combinaison d’avancées technologiques, de pratiques des entreprises et de politiques économiques qui se sont mutuellement renforcées2.

  • 3  Voir sur ce point Stephen B. Shepard, “The New Economy: What It Really Means”, Business Week, 17 n (...)

Enfin, il est possible d’ajouter la globalisation comme faisant partie des composantes de la  « nouvelle économie »3, ses effets ayant été amplifiés et consolidés par les avancées dans les NTIC.

3La réflexion que l’on souhaite mener ici se fonde sur un constat relatif au rôle attribué à la politique menée par la Réserve fédérale dans la performance économique des années 1990. Dans les études cherchant à montrer que, outre les innovations techniques, d’autres facteurs expliquent la situation macroéconomique de la dernière décennie, l’accent est mis, à juste titre, sur le climat de stabilité et de confiance créé par une politique monétaire judicieusement menée. Il est toutefois surprenant que très peu d’entre elles poursuivent l’analyse : en effet, comme cela sera montré par la suite, la Réserve fédérale a explicitement cherché à assurer la stabilité macroéconomique en soutenant la croissance et en contenant l’inflation, conformément aux objectifs qui lui sont assignés. Or, l’investissement, en l’occurrence l’investissement en NTIC, est particulièrement sensible aux deux facteurs que sont un climat faiblement inflationniste et une politique monétaire accommodante. Par conséquent, plutôt que de chercher à isoler la politique monétaire et l’innovation comme étant deux facteurs explicatifs du succès des années 1990 considérés de manière indépendante, il semble préférable d’insister sur les liens qu’ils entretiennent, et de les considérer conjointement afin d’avancer l’idée que, dans une certaine mesure, la Réserve fédérale a mené une politique favorable à l’innovation. L’explication paraît ainsi plus complète.

4Cette analyse établira d’abord l’importance de la politique monétaire et de l’innovation dans l’apparition de la « nouvelle économie ». Elle mettra ensuite en évidence la manière dont la conduite de la politique monétaire a pu être favorable à l’innovation. En dernier lieu, elle montrera quelles ont été les incidences de l’innovation sur l’élaboration et la conduite de la politique monétaire.

Au cœur de la « nouvelle économie », l’innovation et la politique monétaire

5Le processus que désigne la « nouvelle économie » étant complexe, plusieurs explications peuvent être avancées pour tenter d’en élucider les ressorts, et l’on a pu citer des facteurs d’ordre conjoncturel comme structurel, microéconomique comme macroéconomique,  ou encore le phénomène plus large que constitue l’innovation technologique. Après avoir présenté la diversité des explications proposées, on insistera sur la contribution de l’innovation et de la politique monétaire à cette phase d’expansion exceptionnelle. Il ne s’agit pas, ce faisant, de suggérer qu’il existe une hiérarchie clairement identifiable entre ces différents éléments, mais de poser un cadre pour l’étude des interactions entre la politique monétaire et l’innovation au cours de la décennie 1990.

Une multiplicité de facteurs à l’origine de la performance économique des années 1990

6Avant de passer en revue les divers facteurs explicatifs de la « nouvelle économie », il convient de décrire l’évolution des grandes variables macroéconomiques au cours des années 1990, et de comparer celles-ci au niveau observé pendant la décennie précédente.

Tableau 1. Les grandes variables macroéconomiques au cours des décennies 1970, 1980 et 1990 (taux moyen)

Croissance du PIB

Inflation

Chômage

1970-1979

3.3

7.4

6.2

1980-1989

3,4

6,1

7,2

1990-2000

3,1

3,0

5,6

1990-1994

2,3

3,6

6,5

1995-2000

3,9

2,5

4,7

Source : Economic Report of the President, 2005 ; Bureau of Economic Analysis, <www.bea.gov>.

7Le tableau ci-dessus fait apparaître le phénomène propre à la « nouvelle économie » qu’est la coexistence d’une forte croissance, d’une faible inflation, et d’un faible taux de chômage. La valeur moyenne de ces deux dernières variables était nettement plus élevée au cours de la décennie 1980. En outre, la décomposition de la décennie 1990 montre que  la « nouvelle  économie » ne s’est véritablement matérialisée qu’à partir de 1995.

8Plusieurs facteurs conjoncturels ont été recensés pour expliquer ces phénomènes. Le prix stable et peu élevé des matières premières a joué un rôle important, de même que l’appréciation du dollar et une croissance dans le reste du monde ralentie à plusieurs reprises depuis 1992 par la récession en Europe, la crise en Amérique latine, la récession au Japon puis par les crises asiatique et russe. Cet environnement international particulier a engendré un recul du prix des importations, et, par conséquent, une désinflation importée pour l’économie américaine. Dans une période où le chômage reculait et où la croissance était vigoureuse, ceci a permis d’éviter que la politique monétaire ne prît une tournure restrictive qui eût freiné cette expansion. Des facteurs structurels ont également contribué à la création d’une « nouvelle économie » : il en est ainsi du policy mix, associant une politique budgétaire restrictive à une politique monétaire accommodante. Enfin, l’innovation technologique constitue un autre facteur mis en avant, bien que sa contribution fasse débat. C’est sur ces deux derniers éléments, la politique monétaire et l’innovation, que l’analyse se concentrera à présent.

La contribution de l’innovation

9Dans plusieurs de ses publications, le Council of Economic Advisers soutient la thèse selon laquelle l’innovation aurait apporté une importante contribution à cette phase d’expansion. L’innovation engendre en effet des gains de productivité, car elle accroît l’efficience des facteurs de production, et, plus largement, induit des modifications organisationnelles qui résultent en une augmentation de la productivité du travail. Dans le cas particulier des NTIC, les gains de productivité réalisés sont le fruit d’une diffusion plus rapide des informations et de la connaissance.

  • 4  “A key factor of the remarkable performance of the economy has been an acceleration in productivit (...)

10 Or, « un facteur déterminant de la remarquable performance de l’économie fut l’accélération de la productivité », peut-on lire dans l’Economic Report of the President de 20004. Cette affirmation s’appuie sur le fait que la productivité du travail aux États-Unis a augmenté en moyenne de 1,43 % par an entre 1973 et 1995, le chiffre pour la période 1995-1999 était de 2,90 %. La moitié de ces gains  de productivité est expliquée par l’investissement en NTIC, dont il semble permis de considérer qu’il représente la composante proprement innovante de l’investissement. En effet, le Manuel d’Oslo de l’OCDE définit les innovations technologiques de produit et de procédé (TPP) comme couvrant

  • 5  OCDE, Manuel d'Oslo : Principes directeurs proposés pour le recueil et l'interprétation des donnée (...)

les produits et procédés technologiquement nouveaux ainsi que les améliorations technologiques importantes de produits et de procédés qui ont été accomplies. Une innovation TPP a été accomplie dès lors qu’elle a été introduite sur le marché (innovation de produit) ou utilisée dans un procédé de production (innovation de procédé). Les innovations TPP font intervenir toutes sortes d’activités scientifiques, technologiques, financières, organisationnelles et commerciales5.

  • 6  Depuis les travaux pionniers de Joseph Schumpeter, on considère que la diffusion est la phase ulti (...)
  • 7  Dominique Guellec, « Que reste-t-il de la nouvelle économie ? », Écoflash, n° 163, décembre 2003.

À la lumière de cette définition, les NTIC peuvent être qualifiées d’innovantes, puisqu’elles correspondent bien à une amélioration de produits et de procédés, et recouvrent les divers champs d’activité mentionnés ci-dessus. En outre, il s’agit effectivement d’une innovation « accomplie ». L’origine des NTIC remonte en effet au second conflit mondial, mais leur utilisation était alors limitée au domaine militaire, de sorte qu’elles n’avaient pas encore le statut d’innovation, à proprement parler. Elles l’ont en revanche acquis au cours des années 1990, à mesure qu’elles ont été introduites dans le domaine civil, où elles ont été diffusées et utilisées6. Cette lecture des évolutions rejoint l’interprétation selon laquelle les NTIC seraient une « technologie générique » (general-purpose technology), dont les effets se diffusent dans nombre de secteurs7.

  • 8  La productivité globale des facteurs renvoie à l’incorporation du progrès technique dans la produc (...)
  • 9  Robert J. Gordon, “Does the New Economy Measure Up to the Great Inventions of the Past ?”, Journal (...)
  • 10  Le débat qui a pour objet de déterminer si la « nouvelle économie » est un mythe ou une réalité fu (...)

11Des objections ont néanmoins été formulées : selon d’autres analyses, ces gains de productivité n’ont rien d’exceptionnel, ils ne sont que le fait d’un rattrapage, par contraste avec la période 1973-1991, où la productivité a ralenti. De plus, ils s’observent surtout dans les secteurs producteurs de NTIC et non dans les secteurs utilisateurs. Enfin, l’augmentation de la productivité globale des facteurs8 est très limitée. Ceci confirme l’idée que les NTIC ne sont pas à l’origine d’une Troisième Révolution industrielle, car elles n’ont pas véritablement d’effet de diffusion mais sont simplement un complément, une substitution9. L’expansion est donc davantage due à une accumulation de capital, qui ne garantit pas une augmentation durable de la croissance potentielle10.

  • 11  Source : OCDE.

12Quelle que soit l’approche retenue, il est certain que cette introduction des NTIC dans le domaine civil fut synonyme d’une forte augmentation de l’investissement, qui a induit à son tour une dynamique de croissance. L’investissement en NTIC est en effet passé de 12,1 % de l’investissement total en 1985 à 15,7 % en 1990, puis 19,9 % en 1996 et 21,5 % en 200011.

13L’innovation a donc incontestablement joué un rôle dans cette phase d’expansion, malgré le débat sur l’ampleur de cette contribution. Un autre élément dont le rôle mérite d’être souligné est la politique monétaire.

L’importance de la politique monétaire

  • 12  “is not the inevitable result of structural changes, globalization, or the information revolution  (...)

14Si l’on se réfère à l’analyse de Christina D. Romer, il convient de rejeter le déterminisme technologique, et d’accorder une place prépondérante à la politique monétaire dans l’interprétation de la « nouvelle économie ». Dans cette perspective, cette dernière « n’est pas le résultat inéluctable de modifications structurelles, de la globalisation ou de la révolution de l’information ; au contraire, elle est apparue parce que nous avons mieux maîtrisé la politique macroéconomique au cours des dernières années que nous ne l’avions fait auparavant »12.

15Il est, en effet, permis de penser qu’une conduite plus judicieuse de la politique monétaire aurait permis une réduction de la volatilité de l’économie américaine : les cycles seraient devenus plus longs, et les récessions moins profondes. Par conséquent, si les cycles n’ont certes pas disparu, ils ont changé de nature, ce qui a créé une « nouvelle économie ».

16Cependant, comme cela a été montré précédemment, il convient de ne pas nier totalement le rôle de la « révolution de l’information ». Dans cette perspective, la meilleure conduite de la politique monétaire peut être analysée comme une source de stabilité, notamment en termes d’inflation. Ceci n’a pu qu’être favorable à l’investissement dans les secteurs innovants, qui, à son tour, a été à l’origine de la « nouvelle économie ».

17On voit donc, d’une part, que la politique monétaire a favorisé la naissance de la « nouvelle  économie » dans les deux acceptions recensées ci-dessus. D’autre part, il apparaît que le lien entre politique monétaire et innovation n’est pas unidirectionnel, et qu’il faut au contraire analyser ces deux éléments conjointement, en considérant leurs interactions.

Une politique monétaire propre à favoriser l’innovation

18Plusieurs aspects de la politique monétaire menée au cours des années 1990, de son élaboration à sa conduite effective, permettent d’affirmer que celle-ci a fortement contribué au développement de la composante innovante de l’investissement. En effet, le discours officiel de la Réserve fédérale atteste d’une volonté d’encourager l’innovation ; en outre, les innovations apparues dans la conduite de la politique monétaire ont été de nature à créer un environnement favorable à l’innovation.

La prégnance de l’innovation dans le discours officiel de la Réserve fédérale

  • 13  Le corpus retenu ici comprend les interventions d’Alan Greenspan devant le Congrès ainsi que les d (...)
  • 14  “provide a stable setting to foster investment and innovation”, Alan Greenspan, The Federal Reserv (...)
  • 15  “keeping inflation low to encourage business innovation”, Alan Greenspan, The Federal Reserve’s Se (...)

19La lecture des documents émanant de la Réserve fédérale13 indique que, dès 1993, une attention particulière fut portée à l’innovation. Ceci participait bien entendu du désir d’inverser la tendance que connaissait l’économie américaine depuis 1973, à savoir le ralentissement de la productivité. Ce fut également le résultat de la perception d’un progrès technique émergent, que reflétait la vague d’investissement née en 1993: il importait donc de créer un climat propice à son essor. Par conséquent, la Réserve fédérale inscrivit son objectif de lutte contre l’inflation dans une dimension plus large : il s’agissait de « fournir un environnement stable afin de soutenir l’investissement et l’innovation »14. Cette préoccupation se retrouve plus tard au cours de la période : en 1997, il fut de nouveau précisé qu’il importait de « maintenir l’inflation à un niveau faible afin d’encourager l’innovation »15.

  • 16  “the result of an expected increase in rates of return on investment”, Alan Greenspan, The Federal (...)

20Il serait hasardeux d’en conclure que le développement de l’innovation résulte d’une impulsion donnée par la Réserve fédérale. La vague d’investissement née en 1993 a plutôt « résulté d’une anticipation de l’augmentation du taux de rendement des nouveaux investissements »16. Cependant, la Réserve fédérale a joué un rôle déterminant dans la création d’une « nouvelle économie » en ce sens qu’elle s’est fortement engagée à accompagner l’innovation. À cet égard, les modifications qu’elle a apportées à sa manière de concevoir la politique monétaire traduisent cette volonté.

Des modifications dans la conduite de la politique monétaire

21Au cours de la décennie 1990, la politique monétaire a connu une évolution marquante, qui lui a conféré davantage de crédibilité et de lisibilité. Or, ces deux qualités constituent deux conditions essentielles à l’essor de l’investissement, et, plus largement, de l’innovation.

  • 17  Ce terme désigne la coexistence de taux de chômage et d’inflation élevés, et d’un faible taux de c (...)

22La Réserve fédérale avait déjà considérablement gagné en crédibilité à la fin des années 1980, puisqu’elle était parvenue à sortir l’économie américaine de la stagflation17, mais sa crédibilité s’est encore accrue au cours de la décennie 1990. Ceci tient essentiellement au fait qu’elle a adopté une attitude préventiveet gradualiste vis-à-vis de l’inflation, ce qui s’est traduit par la prise de mesures restrictives avant même que les pressions inflationnistes ne se fassent effectivement sentir. La Banque centrale a  procédé au moyen de hausses de taux successives, chacune étant de faible ampleur.

23La justification d’une telle technique est la suivante :

  • 18  “When we can be preemptive, we should be, because modest preemptive actions can obviate more drast (...)

Lorsqu’il nous est possible d’agir de manière préventive, nous devrions le faire, car des mesures préventives modestes peuvent éviter des mesures draconiennes à une date ultérieure, susceptibles de déstabiliser l’économie18.

24Le résultat escompté est, par conséquent, celui d’une moindre volatilité de l’économie, ainsi que la réduction des risques de récession profonde que peut représenter un biais restrictif pris de manière soudaine. Ceci a donc pour effet de préserver l’investissement.

  • 19  Les deux analyses suivantes convergent vers cette thèse : Anton Brender, « Comment la Réserve fédé (...)
  • 20  Taux directeur, dont le maniement constitue l’outil principal de la Réserve fédérale.

25Cette approche fut mise en pratique pour la première fois en 1994, date dont on estime qu’elle fut déterminante pour la crédibilité de la Réserve fédérale19. À cette époque, en effet, l’inflation ne présentait aucun signe d’accélération, et avait baissé continûment depuis 1990, mais la croissance observée entre 1993 et 1994 avait été rapide. Par conséquent, le taux des fonds fédéraux20 fut porté de 3 % à 6 %, au terme de six augmentations successives entre février et novembre, comprises entre 25 et 75 points de base. On estime que cette action fut la confirmation de l’engagement de la Réserve fédérale en matière de stabilité des prix, et qu’elle contribua largement à la consolidation de sa crédibilité.

  • 21  “communicate to the public a major shift in its views about the balance of risks or the likely dir (...)

26La seconde modification majeure intervenue dans la politique monétaire concerne l’accroissement de la lisibilité et la meilleure communication, et représente un changement radical. En effet, avant 1994, l’opacité du discours de la Réserve fédérale était fermement revendiquée par Alan Greenspan. En revanche, à partir de 1994, la Réserve fédérale initia un ensemble de mesures visant à rendre sa politique plus transparente pour les agents. En 1994, il fut décidé que chaque modification du taux des fonds fédéraux serait suivie d’un communiqué justifiant la mesure prise. En décembre 1998, en plus de ces communiqués suivant chaque action entreprise, la Réserve fédérale choisit de publier un communiqué lorsqu’elle souhaitait « faire part au public d’un glissement important dans sa perception de l’équilibre des risques ou bien dans la direction que la politique monétaire était susceptible de prendre à l’avenir »21.

27Enfin, en janvier 2000, la politique de transparence fut poursuivie, la Réserve fédérale décidant de publier un communiqué après chaque réunion du Federal Open Market Committee, qui inclurait une évaluation de l’équilibre des risques.

  • 22  Ceci reprend l’argumentaire développé dans Ben S. Bernanke, “Central Bank Talk and Monetary Policy (...)

28Cette transparence accrue fut saluée, non seulement parce qu’elle est conforme au principe de democratic accountability, mais également parce que la théorie enseigne que la politique monétaire est d’autant plus efficace qu’elle est lisible. Elle permet en effet aux agents de mieux prévoir l’orientation qu’elle s’apprête à prendre, réduisant ainsi la volatilité des marchés financiers et permettant un meilleur ajustement de l’économie aux changements de politique. Deuxièmement, elle permet aux agents de formuler des anticipations de long terme quant à l’inflation. Enfin, elle permet aux anticipations des agents de mieux s’aligner sur les intentions de la Réserve fédérale22.

29Au terme de cette analyse des modifications introduites au cours des années 1990, il est possible de voir que celles-ci ont été de nature à favoriser l’investissement, a fortiori l’investissement dans les secteurs innovants, traditionnellement plus risqué. Il reste donc à préciser quelles ont été les conséquences favorables pour l’économie.

Conséquences pour l’investissement et l’équilibre macro-économique

  • 23  Croissance compatible avec un taux d’inflation peu élevé, et, par conséquent, soutenable.
  • 24  Les données agrégées de l’emploi masquent toutefois des évolutions telles que la précarisation de (...)
  • 25  Cf. les chiffres fournis supra p. 6.

30La politique conduite par la Réserve fédérale au cours des années 1990 a abouti à un  consensus : à la fin de la décennie, on s’est accordé sur le fait que la croissance potentielle23 des États-Unis était désormais d’environ 4%, soit supérieure d’1,5 point au niveau atteint les cinq années précédentes. Cette forte croissance a, à son tour, induit une baisse continue du chômage24. Enfin, l’inflation a quant à elle décéléré de manière continue, malgré cette évolution favorable du chômage, puisque l’économie était engagée dans un cercle vertueux, du fait d’anticipations de faible inflation de la part des agents. Il paraît légitime d’affirmer que cette situation, illustrant l’apparition d’une « nouvelle économie », est en partie le fruit l’accélération de l’investissement, notamment de la composante innovante de celui-ci25. Or, si l’investissement en NTIC a connu un essor dès le début de la décennie, il s’est accéléré en 1995, et c’est à partir de cette date que la configuration macroéconomique des États-Unis devint véritablement exceptionnelle. C’est également à partir de cette date que la Réserve fédérale a joui d’une plus grande crédibilité et entrepris de rendre sa politique plus transparente. Il semble donc permis de suggérer que, si la Réserve fédérale ne fut pas à l’origine de l’essor de l’investissement en NTIC, elle a accompagné celui-ci, et, qu’à partir de 1995, elle a créé un environnement particulièrement favorable à l’innovation. Il reste à présent à s’interroger sur l’autre aspect des interactions entre la politique monétaire et l’innovation, et à voir comment cette dernière a influé sur la conduite de la politique monétaire.

Les incidences de l’innovation sur la conduite de la politique monétaire

31La Réserve fédérale a certes œuvré au soutien de l’innovation, mais, elle a également été en partie façonnée par elle. Elle fut constamment confrontée aux problèmes de perception que posait ce processus. En outre, l’évolution de la politique monétaire au cours de la période montre que l’innovation fut prise en compte dans l’orientation que lui a donnée la Réserve fédérale. Enfin, la Banque centrale dut faire face au problème de la spéculation, qui se trouve au coeur du processus d’innovation : en effet, de la railway mania du XIXe siècle à la « révolution » des NTIC, en passant par la découverte de l’électricité, les périodes où une innovation fut introduite dans l’économie, ont systématiquement coïncidé avec l’apparition d’une bulle spéculative, suivie d’un effondrement des cours boursiers.

La perception de l’innovation par la Réserve fédérale et son évolution

32Tout au long de la période considérée, l’innovation conduisit la Réserve fédérale à se poser la question de savoir si l’accélération de la productivité constatée était d’ordre structurel ou conjoncturel.

33Dès 1993, un changement est perçu, et l’innovation technologique est retenue comme un facteur explicatif possible, mais ce de manière très prudente. C’est donc dans les termes suivants que s’exprime Alan Greenspan :

  • 26  “Although we cannot be sure how or why these new opportunities have arisen, I suspect they are the (...)

bien que nous  n’ayons aucune certitude ni sur les conditions, ni sur les raisons, de l’apparition de ces nouvelles opportunités, je les soupçonne d’être le produit d’avancées de plus en plus rapides dans les logiciels informatiques26.

  • 27  “[…] it is just not credible that an economy as vast and complex as the United States could have c (...)

34En 1997, l’hypothèse d’une mutation technologique est considérée comme possédant « un élément de vérité », mais « il n’est tout simplement pas crédible qu’une économie aussi vaste et complexe que celle des États-Unis  ait pu modifier ses structures les plus profondes [en une période si courte] »27. Toute conclusion quant au caractère structurel des ces changements est jugée prématurée. La question demeure ouverte en 1999 : si les intuitions quant à l’apparition d’une « nouvelle économie » commencent à paraître correctes, il n’est toujours pas possible d’évaluer la situation et de prédire si elle est vouée à se perpétuer ou non. Ce n’est qu’en 2000 que ces changements sont perçus comme structurels.

35S’il importait de faire état de cette évolution dans la manière dont fut perçue l’innovation, c’était surtout pour montrer que la Réserve fédérale était soucieuse de décrire la situation dans laquelle se trouvait l’économie, ainsi que de déterminer la tendance qu’elle connaîtrait. Il semble permis de penser que le caractère transitoire ou durable n’a pas réellement conditionné les décisions de la Réserve fédérale, qui a adopté une approche pragmatique, et qui, de surcroît, se doit de poursuivre le double objectif de soutien à la croissance et de stabilité des prix. L’innovation, qu’elle participe d’une évolution durable ou non, fut avant tout un socle sur lequel elle pouvait s’appuyer afin de réaliser cet objectif.

Innovation, stabilité macroéconomique et politique monétaire

  • 28  Il importe toutefois de préciser que les taux d’intérêt ont pu être maintenus à un niveau faible é (...)

36L’une des vertus de l’innovation ayant été d’accélérer la productivité, elle constitua un puissant facteur de désinflation. Par conséquent, le risque d’inflation étant moins important, la Réserve fédérale a pu conserver une politique accommodante, notamment entre 1996 et 1999, période dite de forbearance (tolérance)28, ce qui lui a ainsi permis de soutenir la croissance. Du fait de la stabilité monétaire ainsi acquise, la Réserve fédérale n’a pas été dans l’obligation de prendre des mesures de grande ampleur : entre 1996 et 1999, le taux des fonds fédéraux fut compris entre 5,25 % et 5,50 %. Cette constance de la politique monétaire eut pour résultat une très faible volatilité de la croissance, qui s’est située entre 3,7 % et 4,5 % au cours de la même période.

37L’innovation n’a toutefois pas uniquement des effets bénéfiques : la spéculation qui caractérise les périodes au cours desquelles une innovation est introduite dans la vie économique, ainsi que les conséquences de celle-ci, ne furent pas sans transformer les conditions d’élaboration de la politique monétaire.

Politique monétaire, spéculation et marchés financiers

  • 29  Au cours des années 1920, l’économie américaine a bénéficié de l’innovation majeure que fut l’intr (...)
  • 30  Toutes les datations sont celles du NBER, <http://www.nber.org/cycles.html>.

38Si l’on adopte une perspective historique, les décennies 192029 et 1990 se distinguent toutes deux par la diffusion d’une innovation technologique, et partagent une même configuration macroéconomique (coexistence de taux d’inflation et de chômage faibles et d’un fort taux de croissance), bien que des différences puissent être observées si l’on considère la durée des cycles. En effet, si la décennie 1990 a coïncidé avec le cycle le plus long de l’histoire des États-Unis (100 mois de croissance ininterrompue, de mars 1991 à mars 2001), les années 1920 ont été moins stables (trois récessions, en 1920-1921, 1923-1924 et 1926-1927)30. Ces deux périodes possèdent une autre caractéristique commune, à savoir des conditions pratiquement similaires de formation d’une bulle spéculative, et une même incapacité de la Réserve fédérale à freiner l’envolée des cours boursiers. La Réserve fédérale fut vivement critiquée pour sa réaction trop tardive au cours des années 1990.

  • 31  “not restrictive enough to halt the bull market yet too restrictive to foster vigorous business ex (...)
  • 32  Pour une analyse plus détaillée des actions stabilisatrices de la Réserve fédérale à cette époque, (...)

39Cependant, les actions engagées pendant la période qui suivit l’éclatement de la bulle furent différentes. Dans les années 1920, la Réserve fédérale ne maîtrise pas les cours boursiers et accentue la récession : sa politique « n’est pas suffisamment restrictive pour freiner l’envolée des cours boursiers mais trop restrictive pour soutenir une expansion vigoureuse »31. Au contraire, dans les années 2000, la Réserve fédérale, en fournissant des liquidités à l’économie et en procédant à une importante baisse des taux d’intérêt, lisse le cycle et favorise la reprise32.

  • 33 Cf. par exemple Alan Greenspan, The Federal Reserve’s Semiannual Monetary Policy Report, 1999, op. (...)

40Suite à l’éclatement de la bulle spéculative, la question de savoir si la Réserve fédérale devrait tenir compte de l’évolution du prix des actifs fut de nouveau posée. Il n’existe toujours pas de consensus à ce sujet, et la Réserve fédérale a pris le parti de ne pas réagir même lorsque le prix des actifs paraît surévalué. Tout au long des années 1990, elle a rappelé que la détection d’une bulle constituait l’un des exercices les plus difficiles pour une Banque centrale33, et, aujourd’hui encore, elle estime qu’il n’existe aucune manière fiable de maîtriser un tel phénomène.

  • 34  Voir sur ce point Mark Doms, “IT Investment : Will the Glory Days Ever Return ?”, FederalReserve B (...)
  • 35  “has reached the cutting edge of technology”. Alan Greenspan, The Federal Reserve’s Semiannual Mon (...)

41L’éclatement de la bulle Internet a, d’une part, montré l’importance du rôle d’une politique monétaire adéquate lorsque l’économie est soumise aux chocs résultant de la spéculation. D’autre part, elle a fait apparaître les limites de la « nouvelle économie », sans toutefois en marquer la fin. D’aucuns estiment en effet que le régime de croissance tiré par les nouvelles technologies est encore en vigueur, et que la crise boursière n’est qu’un accident de parcours34. Il est cependant possible d’émettre une réserve : si ce régime de croissance a bien fonctionné grâce à la conjonction entre innovation et politique monétaire mise en évidence dans cette analyse, on peut s’interroger sur son avenir, à l’heure où la Réserve fédérale confère à sa politique une tournure restrictive. La politique monétaire reste, certes, accommodante, mais probablement pas suffisamment, car il est probable que les avancées technologiques observées au cours de la décennie 1990 ne se maintiennent pas au même rythme. Selon Alan Greenspan, en effet, les États-Unis « sont parvenus à la pointe de la technologie »35. On comprend donc qu’à l’aube du XXIe siècle, l’évolution de la productivité américaine, ainsi que ses implications en matière de politique monétaire, se situent au cœur du débat économique.

Conclusion

42Les interactions entre la politique de la Réserve fédérale et l’innovation mises en évidence fournissent des indices qui éclairent le mode d’apparition de la « nouvelle économie » au cours des années 1990, et permettent également une meilleure mise en perspective. En effet, les quelques années qui nous séparent de la période étudiée nous donnent la possibilité de prendre des distances à l’égard de la notion de « nouvelle économie », et d’identifier dans la décennie 1990 de nombreux paradigmes déjà décelés au cours des précédentes vagues d’innovation. Cependant, la politique monétaire menée au cours de cette période fut incontestablement novatrice, et a interagi avec l’innovation selon une modalité qui n’est pas observable à un autre moment. Les années 1990 possèdent donc une logique propre, et, si elles semblent faire écho aux années 1920, elles demeurent uniques dans l’histoire des États-Unis, au sens où, au cours de cette période bien plus qu’au cours des Golden Twenties, la conjonction entre politique monétaire et innovation a permis de mieux accompagner le progrès technique, et de mieux en tirer parti.

Haut de page

Bibliographie

ARTUS Patrick, La nouvelle économie, Paris : La Découverte, 2002 [2001].

BALL Laurence et TCHAIDZE Robert, The Fed and the New Economy,NBER Working Paper n° 8785, Cambridge, Mass. : NBER, février 2002.

BERNANKE Ben S., “Central Bank Talk and Monetary Policy”, présenté lors du Japan Society Corporate Luncheon à New York le 7 octobre 2004,

<http://www.federalreserve.gov/boarddocs/2004/200410072/default.htm>, consulté en septembre 2005.

BLINDER Alan, “Comment”, in FRANKEL Jeffrey H. et ORSZAG Peter R. (Dir.), American Economic Policy in the 1990s,Cambridge, Mass. : MIT Press, 2002, 44-48.

BORDO Michael D. et WHEELOCK David C., “Monetary Policy and Asset Prices: A Look Back at Past U.S. Stock Market Booms”, Federal Reserve Bank of St. Louis Review, vol. 86, n°6, novembre/décembre 2004, 19-44.

BOYER Robert, La Croissance début de siècle. De l’octet au gène,Paris : Albin Michel, 2002.

BRENDER Anton, « Comment la Réserve fédérale a expliqué sa politique », in La Banque centrale européenne,Rapport du Conseil d’Analyse Économique n° 38, Paris : La Documentation française, 2002, 155-171.

BRENDER Anton et PISANI Florence, La nouvelle économie américaine,Paris : Economica, 2004.

BRENDER Anton et PISANI Florence, Le nouvel âge de l’économie américaine, Paris : Economica, 1999.

CECCHETTI Stephen G., “The New Economy and the Challenges for Macroeconomic Policy”, avril 2002,

<http://people.brandeis.edu/~cecchetti/pdf/cecchetti texas a&m.pdf>, consulté en septembre 2005.

COUNCIL OF ECONOMIC ADVISERS, Economic Report of the President. Washington, D.C.,annuel.

DE LONG J. Bradford et SUMMERS Lawrence H., “The ‘New Economy’: Background, Historical Perspective, Questions and Speculations”, Federal Reserve Bank of Kansas City Economic Review, 4e trimestre 2001, 29-59.

DOMS Mark, “IT Investment: Will the Glory Days Ever Return?”, Federal Reserve Bank of San Francisco Economic Letter, n° 2005-13, 17 juin 2005.

FRIEDMAN Milton et SCHWARTZ Anna Jacobson, A Monetary History of the United States, 1867-1960, Princeton: Princeton University Press, 1993 [1963].

GORDON Robert J., “Does the New Economy Measure Up to the Great Inventions of the Past ?”, Journal of Economic Perspectives, vol. 4, n° 14, automne 2000, 49-74.

GREENSPAN Alan, The Federal Reserve’s Semiannual Monetary Policy Report, <http://www.federalreserve.gov/boarddocss/hh>, consulté en septembre 2005.

GREENSPAN Alan, “Current Monetary Policy”, présenté à l’Université de New York le 8 mai 1997,

 <http://www.federalreserve.gov/boarddocs/speeches/1997/19970508>, consulté en septembre 2005.

GREENSPAN Alan, “Business Data Analysis”, présenté devant la New York Association for Business Economics le 13 juillet 2000,

<http://www.federalreserve.gov/boarddocs/speeches/2000/20000613.htm>, consulté en septembre 2005.

GREENSPAN Alan, “Challenges for Monetary Policymakers”, présenté dans le cadre du colloque “Monetary Policy in the New Economy” organisé par le Cato Instiute à Washington le 19 octobre 2000,

<http://www.federalreserve.gov/boarddocs/speeches/2000/200010192.htm>, consulté en septembre 2005.

GUELLEC Dominique, « Que reste-t-il de la nouvelle économie ? », Écoflash, n° 163, décembre 2003.

JORGENSON Dale W., HO Mun S. et STIROH Kevin J., “Will the U.S. Productivity Resurgence Continue ?”, Current Issues in Economics and Finance, vol. 10, n° 13, décembre 2004.

KOHN Donald. L. et SACK Brian P., “Central Bank Talk: Does It Matter and Why ”, Finance and Economic Discussion Series 2003-55, Washington, D.C. : Board of Governors of the Federal Reserve System, 25 août 2003,

<http://www.federalreserve.gov/pubs/feds/2003/200355/200355abs.html>, consulté en septembre 2005.

MANKIW N. Gregory, U.S. Monetary Policy During the 1990s,NBER Working Paper n° 8471, Cambridge, Mass. : NBER, septembre 2001.

OCDE, Manuel d'Oslo : Principes directeurs proposés pour le recueil et l'interprétation des données sur l’innovation technologique, Paris, OCDE, 1997 [1992],

<http://www.oecd.org/dataoecd/35/56/2367523.pdf>, consulté en septembre 2005.

OCDE, La nouvelle économie : mythe ou réalité ?, Paris : OCDE, 2001. 

PAVELCHIEVICI Ruxandra, « La politique monétaire sous le premier mandat Bush (2001-2004) : stabilisation macroéconomique dans un contexte géopolitique incertain », communication présentée lors de la journée d’étude du CERVEPAS sur le bilan socio-économique du premier mandat de George W. Bush, 19 novembre 2004, <http://www.univparis3.fr/recherche/sites/edea/cervepas/articles%20et%20communicatons/article-ruxandra-pavelchievici.pdf>, consulté en septembre 2005.

ROMER Christina D., “Changes in Business Cycles: Evidence and Explanations”, Journal of Economic Perspectives, vol. 13, n° 2, printemps 1999, 23-44.

SHEPARD Stephen B., “The New Economy: What It Really Means”, Business Week, 17 novembre 1997, 48-50.

WHITE Eugene N., “Bubbles and Busts: The 1990s in the Mirror of the 1920s”, présenté dans le cadre du colloque “Understanding the 1990s: The Long-Run Perspective” organisé par les universités de Duke et de Caroline du Nord les 26 et 27 mars 2004, <http://www.bde.es/doctrab/seminar/sie0503.pdf>, consulté en septembre 2005.

ZARNOWITZ Victor, “Theory and History Behind Business Cycles: Are the 1990s the Onset of a Golden Age?”, Journal of Economic Perspectives, vol. 13, n° 2, printemps 1999, 69-90.

Haut de page

Notes

1  Le terme est usité à partir de la fin des années 1990, mais la réalité de la « nouvelle économie » est plus ancienne : selon le NBER, elle daterait de 1991-1992, soit la fin de la récession aux États-Unis.

2  “the extraordinary gains in performance – including rapid productivity growth, rising incomes, low unemployment, and moderate inflation – that have resulted from this combination of mutually reinforcing advances in technologies, business practices, and economic policies”, Council of Economic Advisers, Economic Report of the President. Washington, D.C., 2001, 23. Cette définition est extraite du premier chapitre intitulé “The Making of the New Economy”.

3  Voir sur ce point Stephen B. Shepard, “The New Economy: What It Really Means”, Business Week, 17 novembre 1997, 48-50.

4  “A key factor of the remarkable performance of the economy has been an acceleration in productivity”. Council of Economic Advisers, Economic Report of the President. Washington, D.C., 2000, 50.

5  OCDE, Manuel d'Oslo : Principes directeurs proposés pour le recueil et l'interprétation des données sur l’innovation technologique. Paris, OCDE, 1997 [1992], 37, <http://www.oecd.org/dataoecd/35/56/2367523.pdf>, consulté en septembre 2005.

6  Depuis les travaux pionniers de Joseph Schumpeter, on considère que la diffusion est la phase ultime du processus de changement technique.

7  Dominique Guellec, « Que reste-t-il de la nouvelle économie ? », Écoflash, n° 163, décembre 2003.

8  La productivité globale des facteurs renvoie à l’incorporation du progrès technique dans la production. Elle évolue en fonction de l’augmentation de chacun des facteurs de production (le capital et le travail) ainsi que du progrès technique.

9  Robert J. Gordon, “Does the New Economy Measure Up to the Great Inventions of the Past ?”, Journal of Economic Perspectives, vol. 4, n° 14, automne 2000, 49-74.

10  Le débat qui a pour objet de déterminer si la « nouvelle économie » est un mythe ou une réalité fut alimenté par de nombreuses études. Outreles analyses précédemment citées, voir également  Patrick Artus, La nouvelle économie, Paris : La Découverte, 2002 [2001]; Anton Brender et Florence Pisani, Le nouvel âge de l’économie américaine, Paris : Economica, 1999; Anton Brender et Florence Pisani, La nouvelle économie américaine,Paris : Economica, 2004 ; OCDE, La nouvelle économie : mythe ou réalité?, Paris : OCDE, 2001.

11  Source : OCDE.

12  “is not the inevitable result of structural changes, globalization, or the information revolution ; instead, it has emerged because we have had a steadier hand on the macroeconomic tiller in recent years than in the years before”. Christina D. Romer, “Changes in Business Cycles: Evidence and Explanations”, Journal of Economic Perspectives, vol. 13, n° 2, printemps 1999, 43.

13  Le corpus retenu ici comprend les interventions d’Alan Greenspan devant le Congrès ainsi que les discours des membres de la Réserve fédérale, disponibles sur le site Internet de la Réserve fédérale <www.federalreserve.gov>.

14  “provide a stable setting to foster investment and innovation”, Alan Greenspan, The Federal Reserve’s Semiannual Monetary Policy Report, 1993, <http://www.federalreserve.gov/boarddocss/hh>, consulté en septembre 2005.

15  “keeping inflation low to encourage business innovation”, Alan Greenspan, The Federal Reserve’s Semiannual Monetary Policy Report, 1997, <http://www.federalreserve.gov/boarddocss/hh>, consulté en septembre 2005.

16  “the result of an expected increase in rates of return on investment”, Alan Greenspan, The Federal Reserve’s Semiannual Monetary Policy Report, 1999, <http://www.federalreserve.gov/boarddocss/hh>, consulté en septembre 2005.

17  Ce terme désigne la coexistence de taux de chômage et d’inflation élevés, et d’un faible taux de croissance.

18  “When we can be preemptive, we should be, because modest preemptive actions can obviate more drastic actions at a later date that could destabilize the economy”. Alan Greenspan, The Federal Reserve’s Semiannual Monetary Policy Report, 1999, op. cit.

19  Les deux analyses suivantes convergent vers cette thèse : Anton Brender, « Comment la Réserve fédérale a expliqué sa politique » in La Banque centrale européenne,Rapport du Conseil d’Analyse Économique n° 38, Paris : La Documentation française, 2002, 155-171 ; Alan Blinder, “Comment” in Jeffrey H. Frankel et Peter R. Orszag (Dir.), American Economic Policy in the 1990s,Cambridge, Mass. : MIT Press, 2002, 44-48.

20  Taux directeur, dont le maniement constitue l’outil principal de la Réserve fédérale.

21  “communicate to the public a major shift in its views about the balance of risks or the likely direction of future policy”. Cité dans Donald. L. Kohn et Brian P. Sack, “Central Bank Talk : Does It Matter and Why ?”, Finance and Economic Discussion Series 2003-55, Washington, D.C. : Board of Governors of the Federal Reserve System, 25 août 2003, 4, <http://www.federalreserve.gov/pubs/feds/2003/200355/200355abs.html>, consulté en septembre 2005.

22  Ceci reprend l’argumentaire développé dans Ben S. Bernanke, “Central Bank Talk and Monetary Policy”, présenté lors du Japan Society Corporate Luncheon à New York le 7 octobre 2004, 1-2, <http://www.federalreserve.gov/boarddocs/2004/200410072/default.htm>, consulté en septembre 2005.

23  Croissance compatible avec un taux d’inflation peu élevé, et, par conséquent, soutenable.

24  Les données agrégées de l’emploi masquent toutefois des évolutions telles que la précarisation de l’emploi, l’accroissement des inégalités salariales et la fragilisation des salariés peu qualifiés.

25  Cf. les chiffres fournis supra p. 6.

26  “Although we cannot be sure how or why these new opportunities have arisen, I suspect they are the product of the accelerating advances in computer software and applications”, Alan Greenspan, The Federal Reserve’s Semiannual Monetary Policy Report, 1993, op. cit.

27  “[…] it is just not credible that an economy as vast and complex as the United States could have changed its underlying structure [in such a short time]”. Alan Greenspan, The Federal Reserve’s Semiannual Monetary Policy Report, 1997, op. cit.

28  Il importe toutefois de préciser que les taux d’intérêt ont pu être maintenus à un niveau faible également du fait de la tournure restrictive prise par la politique budgétaire sous les deux mandats Clinton.

29  Au cours des années 1920, l’économie américaine a bénéficié de l’innovation majeure que fut l’introduction de l’électricité. On estime que la Deuxième Révolution industrielle impulsée par l’électricité s’est produite entre 1860 et 1900, et qu’elle a induit un accroissement de la productivité à partir de 1913, et jusqu’en 1973 (cf. Robert J. Gordon, “Does the New Economy Measure Up to the Great Inventions of the Past? ”, op. cit., 57).

30  Toutes les datations sont celles du NBER, <http://www.nber.org/cycles.html>.

31  “not restrictive enough to halt the bull market yet too restrictive to foster vigorous business expansion”, Milton Friedman et Anna Jacobson Schwartz, A Monetary History of the United States, 1867-1960, Princeton : Princeton University, 1993 [1963], 298.

32  Pour une analyse plus détaillée des actions stabilisatrices de la Réserve fédérale à cette époque, cf  Ruxandra Pavelchievici, « La politique monétaire sous le premier mandat Bush (2001-2004) : stabilisation macroéconomique dans un contexte géopolitique incertain », communication présentée lors de la journée d’étude du CERVEPAS sur le bilan socio-économique du premier mandat de George W. Bush, 19 novembre 2004, <http://www.univ-paris3.fr/recherche/sites/edea/cervepas/articles%20et%20communications/article-ruxandra-pavelchievici.pdf>, consulté en septembre 2005.

33 Cf. par exemple Alan Greenspan, The Federal Reserve’s Semiannual Monetary Policy Report, 1999, op. cit.

34  Voir sur ce point Mark Doms, “IT Investment : Will the Glory Days Ever Return ?”, FederalReserve Bank of San Francisco Economic Letter, n° 2005-13, 17 juin 2005 ; Dale W. Jorgenson, Mun S. Ho et Kevin J. Stiroh, “Will the U.S. Productivity Resurgence Continue ?”, Current Issues in Economics and Finance, vol. 10, n° 13, décembre 2004.

35  “has reached the cutting edge of technology”. Alan Greenspan, The Federal Reserve’s Semiannual Monetary Policy Report, 2005? <http://www.federalreserve.gov/boarddocss/hh>, consulté en septembre 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ruxandra Pavelchievici, « Les interactions entre la politique de la Réserve fédérale et l’innovation, une clé de lecture de la « nouvelle économie » aux États-Unis », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°1 | 2006, mis en ligne le 23 octobre 2009, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.2164

Haut de page

Auteur

Ruxandra Pavelchievici

(Paris III, France)
Ruxandra Pavelchievici est doctorante à l'Université Paris III Sorbonne-Nouvelle. Sa recherche porte sur la politique monétaire et le marché du travail aux États-Unis, ainsi que sur les fondements du modèle de capitalisme américain.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search