Navigation – Plan du site
Varia

Robert Kagan, un « néo-conservateur » emblématique

Robert Kagan, A Leading Neoconservative Pundit
Pierre Guerlain
p. 112-127

Résumé

This article is an analysis of the new rhetoric of imperialism developed by Robert Kagan and the wrongly named "neo-conservatives" who have shaped the foreign policy of the Bush Administration. Kagan resorts to a gendered view of international relations which idealizes the use of force and reinvigorates the concepts and mental categories of Theodore Roosevelt. Kagan’s dismissal of and scorn for the Europeans critical of the Bush Administration take a pseudo philosophical form but boil down to shopworn biological conceptions. Rather than being typical of American views of Europe, Kagan’s neo-imperialist musings are those of a clearly identified ideological group that now exerts enormous influence over the White House, and are strongly opposed by other Americans.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Lettre à Hugo Munsterberg, 3 octobre 1914, citée par Kissinger in Does America need…Voir bibliogra (...)

A milk-and-water righteousness unbacked by force is to the full as wicked as and even more mischievous than force divorced from righteousness.
Theodore Roosevelt1

Our imperialism is more or less unconscious. Walter Lippmann, 1926

  • 2  “ The responsibility of Intellectuals ”, The New York Review of Books, 23 février 1967. La lecture (...)

We are hardly the first power in history to combine material interests, great technological capacity and an utter disregard for the suffering and misery of the lower orders.
Noam Chomsky2

  • 3  Voir le document officiel National Security Strategy of the United States..
  • 4  Sur la souveraineté, voir le chapitre “ La prétention de souveraineté universelle des Etats-Unis ” (...)
  • 5  Dans Policy Review, N° 113, Juin 2002. Son livre s’intitule : Of Paradise and Power: America and E (...)
  • 6 The End of History and the Last Man.
  • 7 The Clash of Civilizations.
  • 8 Jihad vs. McWorld: How Globalism and Tribalism Are Reshaping the World.
  • 9  On pourra lire “ L’Amérique doit mener la politique des forts ”, un article sur Kagan par Dominiqu (...)
  • 10  Pour une brève présentation des “ neocons ” et des liens qui les unissent on pourra se reporter au (...)

1Robert Kagan est le chantre de la projection extra-territoriale américaine par excellence, un des théoriciens du néo-impérialisme américain, présenté comme un “ impérialisme bienveillant ” et bénéfique pour la planète entière. A ce titre, on doit l’étudier comme un théoricien de la projection extra-territoriale qui redéfinit la “ souveraineté ” américaine comme étant le droit d’intervenir “ pre-emptivement ”, ou plutôt “ préventivement ”, à n’importe quel endroit du globe3. Il fait partie d’une école de pensée dite “ néoconservatrice ”, pour qui la sanctuarisation du territoire américain va de pair avec la déterritorialisation/ désouverainisation de tous les autres pays du monde4.. Cependant, parler de Robert Kagan aujourd’hui peut provoquer un effet de lassitude : en effet, cet auteur a été traduit et commenté partout en Europe et connaît un succès éditorial et journalistique phénoménal au box office des théories globalisantes en matière de politique étrangère américaine. L’analyse de son article “ Power and Weakness ” paru en juin 20025 a occupé le débat sur la politique étrangère américaine pendant plus d’un an. En termes de marché, on peut dire que Kagan a occupé un créneau maintenant bien connu : celui du “ foreign policy grand narrative ” qu’ont occupé avant lui des auteurs comme Fukuyama et sa fin de l’histoire6, Huntington7 avec sa guerre des civilisations ou même Barber avec son opposition entre Djihad et McWorld8. Il y a donc un effet de mode dans le monde des théories de politique étrangère, mais le noter ne suffit pas pour appréhender le phénomène. En effet, Kagan est devenu l’un des journalistes les plus commentés par les spécialistes de politique étrangère américaine, pour diverses raisons que nous proposons d’analyser ici9. Le sous-secrétaire à la défense, Paul Wolfowitz, a certainement une pensée et un pouvoir plus affirmés au sein du gouvernement américain actuel mais ses textes ne connaissent pas le succès médiatique de ceux de Kagan10.

  • 11 The Anarchy of Empire in the Making of U.S. Culture, 2002. Voir, en particulier le chapitre “ Black (...)

2Nous proposons donc de faire ici deux choses : un commentaire du texte de Kagan, qui renvoie à la rhétorique de Theodore Roosevelt, puis une analyse des conditions de sa production et de sa réception. L’approche choisie ici est proche de celle empruntée par Amy Kaplan dans son analyse des relations entre société américaine et valeurs impérialistes ; elle fait appel à la science politique mais aussi à la critique littéraire, à la sociologie et à d’autres sciences sociales11.

  • 12  Sur la mouvance néoconservatrice, on pourra lire : Alain Frachon, Daniel Vernet, L’Amérique messia (...)

3Projeté lui-même hors du territoire américain, Kagan vit à Bruxelles mais écrit pour des publications dites néoconservatrices américaines telles le Weekly Standard ou encore le Washington Post. Il est en quelque sorte un envoyé spécial américain en Europe et il connaît assez bien les divers discours européens sur les Etats-Unis. Notons qu’il globalise une Europe occidentale, qui n’avait pas encore été divisée en “ Old Europe ” et “ New Europe ” par Rumsfeld, et gomme les différences importantes entre, par exemple, l’Allemagne et l’Espagne. Sa thèse centrale, résumée à grands traits, est celle-ci : Américains et Européens ne vivent plus dans le même monde ; les Américains sont restés dans une période historique, les Européens sont post-modernes ; les Américains croient à l’efficacité et à la moralité du pouvoir, ce qui n’est pas le cas des Européens ; les Américains sont hobbésiens, les Européens sont kantiens et enfin dernière différence annoncée dans la phrase qui lui a valu le succès “ Americans are from Mars and Europeans are from Venus ”. Robert Kagan, contrairement à d’autres néoconservateurs, a théorisé le rejet et le mépris de l’Europe12.

4Arrêtons nous sur cette phrase qui vient du titre d’un livre de psychologie populaire : “ Men are from Mars, women are from Venus ” (John Gray). Ce livre de “ psychobabble ” défend l’idée à la mode selon laquelle hommes et femmes seraient psychologiquement différents et que ces dernières seraient plus douces et douées pour la communication interpersonnelle, alors que les hommes seraient plus rigides et martiaux. Kagan féminise les Européens et “ martialise ” les Américains, c’est-à-dire crée une opposition entre guerriers et femmelettes. On peut aussi lire un découpage aux connotations homophobes dans cette déclaration. La source d’inspiration interpelle également quant au sérieux d’une théorie qui va chercher son inspiration dans les magazines ou la littérature psychologique de gare, et essentialise ainsi des positions créées historiquement.

  • 13  Voir l’article de Pierre Hassner, “ Puissance et légitimité ” dans Commentaire, N° 100, Hiver 2002 (...)
  • 14  Voir, Pierre Mélandri, La Politique étrangère des Etats-Unis de 1945 à nos jours et Michel Allner (...)

5Il y a de multiples erreurs historiques ou philosophiques dans ce texte qui ont été relevées ailleurs et sur lesquelles il est inutile de revenir longuement. A savoir les interprétations de Hobbes et de Kant qu’offre Kagan sont problématiques. Hobbes ne considérait pas l’état de “ guerre de tous contre tous ” comme un état positif mais cherchait à le dépasser par la soumission à une autorité commune. Comme le note Pierre Hassner, à qui j’emprunte la remarque suivante, “ Kagan aurait dû parler de Machiavel plutôt que de Hobbes ”13. “ Kagan voit en Kant un apôtre d’une conversion immédiate à un autre ordre mondial où la guerre serait remplacée par la loi ”, ce qui est erroné car Kant ne prévoit pas la disparition de la guerre dans l’histoire. Kagan fait d’une situation de puissance, une explication suffisante à l’utilisation unilatérale de la force : “ When the United States was weak, it practiced the strategies of indirection, the strategies of weakness; now that the United States is powerful, it behaves as powerful nations do ”. Ainsi, il y aurait une règle du pouvoir et ce qui aurait changé serait le pouvoir des Etats-Unis. Evidemment, on peut noter que les Etats-Unis étaient encore plus forts en 1945, surtout vis-à-vis de l’Europe et qu’ils ont alors mis leur force à créer des institutions multilatérales fonctionnant, certes pour leur plus grand intérêt, mais de façon différente de l’unilatéralisme actuel (Nations Unies, FMI, Banque mondiale, OTAN…)14. On peut aussi noter que l’Europe ou divers pays européens se sont montrés, récemment, “ martiaux ” dans certains conflits dans lesquels les Etats-Unis étaient plus réservés, que l’histoire américaine au XIXe siècle était remplie de bruit et de fureur et n’était pas caractérisée par une attitude dictée par la faiblesse qui n’était réelle que face à l’Europe et surtout face à la Grande-Bretagne, tout au moins avant le retournement de situation en toute fin du XIXe siècle.

  • 15  Le numéro de septembre de la revue de l’American Enterprise Institute consacre un dossier spécial (...)

6L’équation implicite dans le discours de Kagan — tel niveau de puissance induit telle politique de puissance — est problématique mais n’est pas totalement fausse, évidemment. Les grandes puissances à travers l’histoire ont toujours cherché à s’imposer, mais la puissance est aussi toujours relative. La très grande puissance économique et militaire des Etats-Unis en 1945 devait compter avec l’URSS qui, pourtant, était assez faible militairement et économiquement mais que les Etats-Unis ne pouvaient affronter dans un conflit militaire. Aujourd’hui encore, si l’éléphant militaire américain peut facilement écraser le moucheron irakien, cela ne signifie pas que la supériorité militaire indéniable des Etats-Unis peut s’imposer partout. Nous verrons plus loin pourquoi j’utilise une métaphore qui renvoie au monde animal. La Corée du Nord, état totalitaire où la famine rôde, est protégée d’une intervention militaire américaine par ses armes et sa position stratégique. Si l’arrogance de la puissance a conduit à une guerre contre l’Irak, le réalisme l’a emporté face à la Corée. Faut-il en conclure, si l’on suit les définitions masculinistes de Kagan, que, face aux Coréens, les Américains ne sont pas des hommes, ‑des vrais15 ?

  • 16  En sus de Pierre Hassner, on pourra lire : Tony Judt “ America and the World ”, The New York Revie (...)
  • 17  “ The Benevolent Empire ”, Foreign Policy, Summer 1998. Une citation éclairante : “ America may be (...)

7On pourrait multiplier les points d’interrogation d’ordre historique mais ce champ a déjà été bien labouré et balisé16. Passons plutôt à une autre interrogation : à quoi sert ce discours sur la puissance déroulé par Kagan ? Ici Kagan établit un lien avec une idée qu’il avait développée en 199817, celle du “ Benevolent Empire ”. Puisque les Etats-Unis sont un empire généreux, “ a behemoth with a conscience ”, “ a liberal, progressive society through and through ” dit-il, alors les Européens, faibles et efféminés, cherchent à contrôler le mastodonte par des appels à sa conscience. Pour ceux d’entre nous qui pratiquons la littérature et avons quelque expérience de la psychanalyse, disciplines peu invoquées en général en science politique, nous voyons là une stratégie narrative assez traditionnelle. Les Européens pratiquent la ruse face au puissant, ruse toute féminine. Le mâle surpuissant (real man) et bon est visé par la ruse des faibles femmelettes qui, ne pouvant lutter contre lui sur le terrain de la force, cherchent à déplacer le conflit ailleurs. On parle en anglais de “ gendered view ”, une perspective finalement assez sexiste et traditionnelle. Les guerriers américains dévalorisent donc les Européens couards et anti-guerre en les féminisant. Stratégie habituelle dans les casernes et en temps de conflits armés.

8Selon Kagan, les Européens, autrefois, avaient la raison d’Etat et des pratiques machiavelliennes ; les Américains croient au pouvoir uniquement comme “ a means of advancing the principles of a liberal civilization and a liberal world order ”.

9L’équation implicite entre pouvoir et politique de pouvoir, semble ici avoir disparu ; les Américains sont généreux et protègent les Européens d’une façon qui n’est pas très compréhensible si l’on croit que la puissance induit des politiques de recours à la force. D’où vient donc cette générosité et cette conscience du mastodonte ? Nous ne parlerons pas ici des objections que pourraient formuler les Vietnamiens, Latino-américains, Grecs, Philippins ou Haïtiens quant à la générosité des Américains dans l’histoire, ni du fait que la générosité, indéniable, du plan Marshall avait une face américano-américaine. La question qui se pose ici est : pourquoi le guerrier martial surpuissant se comporte-t-il de façon aussi généreuse et contradictoire, presque selfless ? Plus loin, Kagan parle de “ the brutal law and even the mentality of power politics ”, mais alors pourquoi les Etats-Unis seraient-ils en dehors des ces “ lois ” quasi-naturelles ? Les Etats-Unis peuvent-ils échapper aux lois de la nature aussi facilement qu’à la légalité internationale ? Les cyniques pourraient se dire qu’au Mexique ou en Irak il vaut mieux se protéger de la générosité du “ behemoth with a conscience ”.

10Kagan, l’analyste politique probablement le plus cité par les experts, au moins européens, tente une explication psychologique de la force et de la faiblesse, qu’il plaque ensuite sur le champ politique.

The psychology of weakness is easy enough to understand. A man armed with only a knife may decide that a bear prowling the forest is a tolerable danger, inasmuch as the alternative—hunting the bear armed only with a knife—is actually riskier than lying low and hoping the bear never attacks. The same man armed with a rifle, however, will likely make a different calculation of what constitutes a tolerable risk.  Why should he risk being mauled to death if he doesn’t need to?

11Dans le paragraphe suivant, cette petite fable servira pour expliciter les différences entre les Etats-Unis et l’Europe face à Saddam Hussein avant sa chute.

12Arrêtons-nous un instant sur cette fable. L’ours est l’animal habituellement choisi pour évoquer la Russie (ou l’URSS autrefois). Les Etats-Unis armés de carabines n’ont cependant pas tué l’ours mais ont plutôt choisi l’endiguement. Du reste, Kagan devrait savoir que les paysans du Moyen Age, même armés de couteaux, luttaient contre les ours en utilisant des pièges, pas des fusils, et qu’ils ne cherchaient pas forcément à tuer ces ours. La petite fable ne fonctionne pas vraiment en ce qui concerne les ours mais montre que les choix ne se résument pas à une comparaison des armes. Cette histoire plutôt simpliste suggère qu’à l’homme armé d’une carabine tout devient cible et qu’il met la réflexion de côté. Ce simplisme caractérise la conclusion politique que Kagan en tire en ce qui concerne Saddam Hussein. On sait maintenant, fin 2004, sans l’ombre d’un doute depuis les déclarations de David Kay, l’expert américain chargé de trouver les armes de destruction massive qui ne les a pas trouvées, et depuis le rapport de la commission d'enquête du Congrès américain, que le tyran déchu ne présentait pas de danger international. Les approches différentes entre l’Europe et les Etats-Unis n’étaient pas dictées par les armes dont l’Europe disposait mais par des approches et des politiques différentes.

  • 18  Dans l’article originel, Kagan écrit “ laid down ” puis corrige dans son livre (p. 58). La référen (...)

13Kagan appelle les Européens des “ born-again idealists ” alors qu’ils avaient inventé la Machtpolitik et il cite ce qu’il appelle “ a geopolitical fantasy, a miracle of world-historical importance: the German lion has lain down with the French lamb ”18. Kagan semble être un adorateur de La Fontaine, le grand fabuliste, pourtant dénonciateur des puissants. Voici donc une autre fable, certes une histoire que se raconteraient les Européens mais qui est un élément important du récit de Kagan. Si le lion est allemand et l’agneau français, c’est probablement que Kagan croit à l’essentialisme. Le différentiel de pouvoir économique entre la France et l’Allemagne, indéniable, peut cependant ne pas se représenter en des termes aussi carnassiers. Encore une fois, le choix des animaux pose problème car on aurait attendu le loup à la place du lion qui dévore d’autres animaux moins dociles en Afrique.

  • 19  Les néoconservateurs américains abhorrent le modèle européen de protection sociale. Voici ce qu’en (...)

14Dans leur paradis post-moderne, les Européens auraient oublié la puissance et la brutalité du monde. Donc ils seraient tous devenus des agneaux. Ils auraient pu s’offrir ce fantasme car les Etats-Unis les protègent, eux qui n’ont pas quitté l’histoire et la puissance. Les Européens sont présentés comme des “ freeloaders ” qui s’abritent sous le parapluie américain pour vivre dans leur petit paradis grâce à leur protection sociale élevée19. Kagan ne mentionne pas que les Etats-Unis cherchent depuis 1945 à empêcher l’émergence de rivaux potentiels et qu’un des éléments de la politique étrangère des Etats-Unis est précisément de prendre en charge la défense des alliés pour en faire des affidés. Il ne s’agit pas là uniquement d’un choix irresponsable des Européens mais de l’héritage d’un rapport de force. Si l’Allemagne n’a pas d’arme nucléaire et a des budgets de la défense aussi bas, c’est aussi parce que les Etats-Unis l’ont voulu ainsi. L’OTAN avait, disait-on pour fonction de “ keep the Russians out, the Germans down and the Americans in ”. Si paradis il y a (ce qui par ces temps d’érosion de la protection sociale est peu certain), il a été voulu par les Etats-Unis dont le problème était d’assurer le développement économique de l’Europe sans faire émerger un rival qui aurait tous les attributs de la puissance : économique, militaire et culturel.

  • 20  Le Monde a publié le 15 mai 2003 un appel de nombreux signataires américains, dont Mme Albright et (...)

15Kagan ne fait pas partie de ceux qui, aux Etats-Unis, appellent au “ burden sharing ”, c’est-à-dire à une augmentation des dépenses militaires en Europe pour que celle-ci paie le prix de sa défense20. Au contraire, en dépit de ses multiples contradictions internes et à peu près historiques et philosophiques, le texte de Kagan vise à obtenir une acceptation de la puissance américaine par les Européens. Puisque vous êtes trop faibles et trop choyés dans votre petit cocon, puisque le pouvoir ne vous intéresse plus, acceptez donc que nous nous occupions des affaires du monde. Et Kagan donne une description du monde et des façons de traiter avec lui grâce à une politique de puissance.

16Il emprunte sa description du monde à Robert Cooper, qui est britannique, ancien conseiller de Tony Blair qui travaille maintenant pour le conseil des ministres européen, et néo-impérialiste comme Kagan. Cooper défend l’idée qu’en politique étrangère, il faut avoir une approche fondée sur le deux poids, deux mesures. Certes, les Européens doivent respecter la loi et les règles de coopération en matière de sécurité, mais en dehors de l’Europe : “ we need to revert to the rougher methods of an earlier era—force, preemptive attack, deception, whatever is necessary ”. Kagan poursuit sa citation de ce penseur néo-impérialiste qu’il approuve : “ Among ourselves, we keep the law but when we are operating in the jungle, we must also use the laws of the jungle ”. La seule différence entre Cooper et Kagan, est que ce dernier affirme que la citation s’applique, non pas à ce devraient faire les Européens mais à ce que font déjà les Etats-Unis. On comprend pourquoi Kagan parle tant d’animaux si, pour lui, en dehors de l’Occident le monde est une jungle.

  • 21  Un auteur de la même mouvance idéologique que Kagan, Sebastian Mallaby qui est britannique, n'hési (...)
  • 22  Robert D. Kaplan, Warrior Politics.

17Les deux thèmes de Kagan, la générosité de l’empire américain et la Machtpolitik sont à présent noués et nous obtenons un néo-kiplinisme que l’on pourrait appeler “ le fardeau de l’homme fort ”.21 On remarquera la similitude rhétorique avec le discours de Theodore Roosevelt ; Kagan a suivi le conseil du “ rough rider ” d’antan : “ Speak softly and carry a big stick ”. Comme Robert D. Kaplan22, il pense qu’il y a des instincts guerriers ataviques (atavistic impulses, urges) et que seuls les Américains leur donnent toute l’expression qui convient. Encore les mâles puissants qui permettent un lien entre biologie et politique étrangère, un thème rooseveltien s’il en est.

18Comment expliquer la mode Kagan en Europe alors que l’insulte et le mépris se lisent si facilement entre les lignes de ce texte et se disent clairement dans des articles de presse ? Comment un penseur obscur dont les connaissances historiques et philosophiques sont incertaines et le style peu littéraire a-t-il pu devenir une vedette, un pundit recherché par les médias européens ? Certes les mauvaises langues pourraient dire que ce sont précisément ses déficiences qui en ont fait une vedette médiatique. Mais l’explication reste courte.

  • 23 Sur ce document on peut lire un autre extrait de l’interview donnée par Noam Chomsky : “ The doctri (...)
  • 24  “ Americans are ‘cowboys’, Europeans love to say. And there is truth in this. The United States do (...)
  • 25  Richard Goldstein a parlé de “ Neo-Macho Man ” dans un article publié par The Nation daté du 24 Ma (...)
  • 26  Voir Timothy Garton Ash, “ Anti-Europeanism in America ”, New York Review of Books du 13 février 2 (...)

19Le texte de Paul Wolfowitz et Lewis Libby, fort bismarkien dans son inspiration, intitulé Defense Planning Guidance de 1992, qui contenait un grand nombre d’idées présentes ici avait été révélé en partie par le New York Times mais n’avait jamais été publié dans sa totalité. Depuis l’arrivée au pouvoir de M. Bush, ces arguments sont plus connus et plus diffusés mais les responsables politiques, y compris M. Rumsfeld pourtant coutumier des formulations peu diplomatiques, sont moins libres d’exprimer leurs idées aussi brutalement que les journalistes, pundits, penseurs dans la mouvance néo-impérialiste. Le document sur la Stratégie de Sécurité Nationale publié en septembre 2002 est un hybride dans lequel les formulations guerrières sur la guerre préventive sont contrebalancées par des déclarations de type humanitaire ou quasiment social-démocrate qui servent d’emballage23. Chez Kagan et les autres néo-impérialistes qui n’appartiennent pas au gouvernement Bush, les inhibitions peuvent disparaître et l’on peut parler de la jungle et des deux poids, deux mesures, sans retenue. Les Etats-Unis doivent assumer leur rôle de shérif dans la jungle des relations internationales tandis que les Européens se conduisent en saloonkeepers24. Le discours néo-macho25 du guerrier généreux a quelque succès dans les médias américains et dans certains milieux. A ce discours va-t-en-guerre, anti-féministe et anti-européen26, Kagan a ajouté quelques références intellectuelles, a lissé son ton agressif habituel dans le Weekly Standard, cité quelques Européens et a rencontré une thématique très en vogue depuis la fin de la Guerre froide, celle du fossé grandissant entre les Etats-Unis et l’Europe. Une vantardise américaine a rencontré une angoisse européenne. La vantardise ne caractérise pas tous les Américains, bien sûr ; elle a été mise sur le devant de la scène depuis l’arrivée de Bush au pouvoir et son ralliement aux néo-impérialistes, appelés de façon erronée néoconservateurs. L’unilatéralisme américain grandissant angoisse les spécialistes ou dirigeants européens qui, bien sûr, connaissent la faiblesse de l’Europe, mais aussi voient les conséquences désastreuses dans le monde entier de cet unilatéralisme.

  • 27  “ The Bush doctrine Unfolds ”, Weekly Standard, 4 mars 2002. Dans un article écrit en collaboratio (...)
  • 28 “ Is America the New Roman Empire ”, The Globalist, 19 juin 2002. Le 28 mai 2003 le magazine Vanity (...)

20Dans sa production journalistique, Robert Kagan se fait l’ambassadeur des idées de l’administration Bush27, il a donc une fonction de vulgarisateur. Cependant, si l’on adhère à l’opinion de Michael Lind, la doctrine Bush est la doctrine Wolfowitz28. On peut penser qu’il y a un cercle de la formulation, puis de la révélation de la doctrine du gouvernement américain. Le penseur le plus profond et intellectuel, un néo-impérialiste qui fait partie des faucons, M. Wolfowitz influence le président et son système de pensée est vulgarisé par M. Kagan. Il y a d’autres liens de ce genre entre hommes de pouvoir et hommes médiatiques, liens qui sont connus des Européens, lesquels scrutent alors les déclarations et publications de l’entourage ou de la mouvance idéologique qui a formulé la doctrine du président.

  • 29  Mark Crispin Miller a montré dans son Bush Dyslexicon, Observations on a National Disorder que ces (...)
  • 30  Il y a tout un débat pour savoir qui a effectivement inventé l’expression “ axis of evil ”. Frum a (...)
  • 31  “ George Bush raconte sa guerre ”, 27-28 Avril 2003. Sur l’évolution de la doctrine Bush, on pourr (...)
  • 32  L’expression est de Reinhold Niebuhr qui l’utilisait pour justifier la propagande des dirigeants v (...)

21Les bushisms avaient déjà montré que M. Bush n’était pas très fort en histoire, géographie, géopolitique, grammaire et orthographe29. On savait qu’il s’appuyait sur Mme Rice pour la politique étrangère ainsi que sur le vice-président D. Cheney. Ses discours sont écrits par d’autres qui trouvent des formules frappantes, comme celle “ d’axe du mal ”, mise au point, entre autres, par David Frum et Michael Gerson30, dont la pertinence politique est très faible mais dont les connotations et donc la valeur marketing sont très exploitables. Lors d’un entretien avec la chaîne de télévision NBC, M. Bush a déclaré, selon la traduction proposée par Le Monde : “ Eh bien la doctrine Bush est en fait définie par l’action, en opposition aux paroles. En même temps, je pense que si vous faites la synthèse de beaucoup de mes interventions, vous trouverez la doctrine Bush ”31. Il avoue clairement qu’il ne sait pas que toute action politique est précédée par une pensée et que lui-même ne peut pas faire la synthèse de ses propres interventions pour trouver la ligne directrice de son action. Un groupe de pundits, journalistes, experts ou pseudo-experts met en musique les grandes orientations de M. Bush et de ses proches conseillers, et le monde les lit pour appréhender la doctrine Bush, faite de contradictions, mais aussi de détermination farouche, doctrine qui se lit plus clairement dans les textes n’émanant pas directement du gouvernement. En suivant Chomsky, on peut dire que nous assistons, avec Kagan, à la production d’une “ necessary illusion ”32 à double face : côté américain le discours de Kagan et de Kristol, son associé, dans nombre de publications, renoue avec la Destinée manifeste, avec le discours masculiniste de la force, cher à Theodore Roosevelt, et avec le reaganisme va-t-en guerre de la première guerre contre le terrorisme ; côté européen, son discours est fait de mises en garde, intimidations et paternalisme musclé et arrogant, le tout teinté de références culturelles.

  • 33  Dans son ouvrage intitulé Does America Need a Foreign Policy ? Toward a Diplomacy for the Twenty-F (...)

22L’unilatéralisme américain ne date pas de 2001 et les grandes puissances du passé l’ont également pratiqué33. Ce qui est nouveau pour les Etats-Unis de M. Bush fils, c’est le ton arrogant qui caractérise certaines prises de position publiques et qui est redoublé par une arrogance macho et guerrière d’une armée de personnages médiatiques. Ceci se développe durant ce qu’un autre néoconservateur, Charles Krauthammer, avait appelé, en 1990, le “ moment unipolaire ”. Aussi forts et arrogants que les dirigeants européens, puis américains, ont pu être par le passé, ils n’ont jamais vécu dans une situation où il semblait n’y avoir aucun frein ou contrepoids à leur pouvoir sur la scène internationale. Même plus faible et donc jamais véritablement désireuse d’attaquer les Etats-Unis de front, l’URSS représentait un contrepoids, notamment dans les pays du Moyen Orient ou du Tiers Monde. L’absence apparente de frein, puisque l’Europe est un géant économique mais un nain politique et que la Chine, bien qu’en phase de montée en puissance, n’est pas encore dans la même classe que les Etats-Unis, incite les dirigeants et penseurs néoimpérialistes à penser en termes de pouvoir total, d’hégémonie faite pour durer, d’horizon indépassable de notre temps.

23Le machisme conceptuel de Kagan fait une apparition dans le dernier paragraphe du livre “ But Americans are powerful enough that they need not fear Europeans, even when bearing gifts. Rather than viewing the United States as a Gulliver tied down by Lilliputian threads, American leaders should realize that they are hardly constrained at all, that Europe is not really capable of constraining the United States ”. Soudain l’empire bienveillant montre ses dents et contre-attaque. Comment, dans ces conditions, parler d’un danger de découplage entre l’Europe et les Etats-Unis puisque les Etats-Unis peuvent dire à l’Europe qu’elle ne sert plus à rien parce qu’elle est trop faible et donc n’impressionne personne.

  • 34  Sur la transformation de la notion de souveraineté voir : John Ikenberry, “ America’s Imperial Amb (...)

24Au terme de cette traversée des récits politiques de Robert Kagan, on comprend que les références culturelles, fort peu fiables et souvent bancales, ne servent qu’à rendre le discours de la force plus audible pour un public cultivé, surtout européen. Le public cultivé américain a déjà pu déconstruire, s’il était attentif aux évolutions politiques, ce discours hégémonique dans ses universités, journaux et revues et le déconstruire depuis les formulations de Teddy Roosevelt. Le destinataire de ce discours qui, en substance, dit : “ Nous sommes les plus forts, faites ce que nous vous demandons ” a changé, il s’agit maintenant de l’Europe continentale mais la rhétorique ressemble à celle qui visait Cuba, l’Amérique du Sud ou les Philippines, il y a un siècle. Le discours est passé de la “ Western hemisphere ” à la sphère de la planète entière qui est visée par la “ souveraineté américaine ”, c’est-à-dire ses projections extra-territoriales qui abolissent toutes les autres souverainetés34. Kagan tente un coup de force : rendre les Européens responsables de l’arrogance militaire et macho des Etats-Unis, responsables car trop faibles et trop jouisseurs de la vie.

  • 35  On peut suivre ce cheminement dans la pensée de Walter Russel Mead, Special Providence, American F (...)
  • 36  Sur la présentation des relations internationales selon un modèle familial dans lequel les Etats-U (...)
  • 37  Voir, par exemple : “ U.S. Weakness and the Struggle for Hegemony ” d’Immanuel Wallerstein publié (...)

25On peut entendre là des échos d’un discours puritain, puis darwiniste social comme dans la fameuse “ strenuous life ” de Roosevelt. Le paradis cubain devait tomber dans l’orbite des Etats-Unis plus puissants et plus industrieux35. Aujourd’hui, les Européens peu travailleurs et aimant trop la paix ont abdiqué leur prétention au pouvoir. Dans la jungle du monde, ils n’ont plus qu’une option : en appeler à la mansuétude de “ super daddy USA ”36.. Refuser cette doucereuse proposition qui est aussi une menace, n’est pas être antiaméricain mais bien penser qu’il y a plusieurs Amérique et plusieurs conceptions du monde. Ce discours se répand au moment même où l’Europe, pas toujours unie et unanime, loin s’en faut, pose problème à l’hégémonie américaine aux pieds d’argile37. Au monde-jungle du guerrier macho qui place l’économique et les bénéfices avant les gens, l’on peut préférer un monde de solidarité qui vise la paix et la coopération. Cette approche n’est pas spécifiquement européenne, elle n’est pas nationale. Elle existe aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe, en Asie et en Amérique latine. Kagan , “ real man ” néo-guerrier n’offre qu’un nouvel habillage pour une vieille doctrine hégémonique, il met un peu de philosophie et d’histoire bancales dans la vieille bouteille de l’impérialisme rooseveltien encore une fois jugé positif par ses instigateurs et bénéficiaires.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages cités

(Pour les articles, voir les notes)

ALLNER Michel et PORTIS Larry, La Politique étrangère des Etats-Unis depuis 1945, De la guerre mondiale à la mondialisation, Paris, Ellipses, 2000.

BACEVICH Andrew J., American Empire; The Realities & Consequences of U.S. Diplomacy, Cambridge, Harvard University Press, 2002.

BALIBAR Etienne, L’Europe, l’Amérique, la guerre, Réflexions sur la médiation européenne, Paris, La Découverte, 2003.

BALIBAR Etienne, Fear’s Empire, War, Terrorism, and Democracy, New York, W.W. Norton, 2003.

BARBER Benjamin, Jihad vs. McWorld: How Globalism and Tribalism Are Reshaping the World, New York, Ballantine Books; Reprint edition 1996).

BRZEZINSKI Zbigniew, The Grand Chessboard, American Primacy and Its Geostrategic Imperatives, New York, BasicBooks, 1997.

CHOMSKY Noam, Media Control, The Spectacular Achievements of Propaganda, New York, Seven Stories Press, 2002 [1991, 1997].

CHOMSKY Noam, Necessary Illusions, Thought Control in Democratic Societies, South End Press, Boston, MA, 1989.

CRISPIN MILLER Mark, Bush Dyslexicon, Observations on a National Disorder, New York, Norton, 2002.

FUKUYAMA Francis, The End of History and the Last Man , New York, Penguin, 1992.

HASSNER Pierre et VAÏSSE Justin: Washington et le monde, Dilemmes d’une superpuissance, Paris, CERI/Autrement, 2003.

HASSNER Pierre, La Terreur et l’Empire, Paris, Seuil, 2003.

HUNTINGTON Samuel, The Clash of Civilizations, New York, Simon & Schuster, 1996.

KAGAN Robert, Of Paradise and Power: America and Europe in the New World Order, New York, Knopf, 2003.

KAPLAN Amy, The Anarchy of Empire in the Making of U.S. Culture, Cambridge, Harvard U.P, 2002.

KAPLAN Robert D., Warrior Politics, New York, Random House, 2002. KISSINGER Henry, Does America Need a Foreign Policy ? Toward a Diplomacy for the Twenty-First Century, London, The Free Press, 2002 [2001].

MCDOUGALL Walter A., Promised Land, Crusader State: The American Encounter with the World Since 1776, Boston, Houghton Mifflin, 1997.

MEAD Walter Russel, Special Providence, American Foreign Policy and How It Changed the World New York, Alfred Knopf, 2001.

MELANDRI Pierre, La Politique étrangère des Etats-Unis de 1945 à nos jours, Paris, PUF, 1995 (2e édition).

 National Security Strategy of the United States, publié le 20 septembre 2002, disponible sur le site de la Maison Blanche.

NYE Joseph Jr, The Paradox of American Power, Why the World’s Only Superpower Can’t Go it Alone, New York, Oxford U.P, 2002.

PRESTOWITZ Clyde, Rogue Nation, American Unilateralism and the Failure of Good Intentions, New York, Basic Books, 2003.

TODD Emmanuel, Après l’empire ; Essai sur la décomposition du système américain, Paris, Gallimard, 2002.

Haut de page

Notes

1  Lettre à Hugo Munsterberg, 3 octobre 1914, citée par Kissinger in Does America need…Voir bibliographie.

2  “ The responsibility of Intellectuals ”, The New York Review of Books, 23 février 1967. La lecture de cet article montre que les débats idéologiques sur la générosité de l’Amérique n’ont pas beaucoup bougé depuis presque quatre décennies.

3  Voir le document officiel National Security Strategy of the United States..

4  Sur la souveraineté, voir le chapitre “ La prétention de souveraineté universelle des Etats-Unis ” dans : Etienne Balibar, L’Europe, l’Amérique, la guerre, 2003. Balibar analyse ce que j’appelle ici la projection extra-territoriale des Etats-Unis en montrant que les Etats-Unis veulent un statut d’exception (juger sans être jugés, dissuader sans être dissuadés, désarmer les autres sans se laisser désarmer et contrôler l’ONU sans être contrôlés par elle).
Voir également : Clyde Prestowitz, Rogue Nation, American Unilateralism and the Failure of Good Intentions. L’auteur parle au nom du “ vrai conservatisme ” et dénonce ceux qu’il appelle aussi les néo-impérialistes plutôt connus sous le nom trompeur de “ néoconservateurs ”.
Colin Powell, bien que généralement considéré comme plus multilatéraliste que les “ néoconservateurs ” déclarait au forum de Davos en janvier 2003 : “ We continue to reserve our sovereign right to take military action against Iraq alone or in a coalition of the willing ”. Cité par Benjamin Barber dans Fear’s Empire, War, Terrorism, and Democracy, p. 121 à partir d’un article du New York Times du 27 janvier 2003. M. Powell reprend la terminologie de M. Rumsfeld (coalition of the willing) et l’argumentaire des néoconservateurs qui confondent souveraineté et droit d’intervention unilatérale.

5  Dans Policy Review, N° 113, Juin 2002. Son livre s’intitule : Of Paradise and Power: America and Europe in the New World Order. J’ai essentiellement utilisé l’article, plus concis et percutant, que sa version diluée, sauf indication contraire, notamment pour corriger les coquilles. Voir également : “ >From Victory to Success: Looking for Legitimacy in All the Wrong Places ”, Foreign Policy, July-August 2003 et “ America’s Crisis of Legitimacy ”, Foreign Affairs, March/April 2004.

6 The End of History and the Last Man.

7 The Clash of Civilizations.

8 Jihad vs. McWorld: How Globalism and Tribalism Are Reshaping the World.

9  On pourra lire “ L’Amérique doit mener la politique des forts ”, un article sur Kagan par Dominique Simonet, L’Express, 6 mars 2003, “ Pour les Américains, il n’y a pas de paradis sur terre ”, entretien accordé à Libération le 9 mars 2003. Kagan est cité et publié par la presse allemande, espagnole et britannique. Dès le 27 juillet 2002, Le Monde avait publié de larges extraits de son article sous le titre “ Puissance américaine, faiblesse européenne ” que Commentaire avait traduit dans sa livraison de l’hiver 2002 (N° 100, Hiver 2002-2003).

10  Pour une brève présentation des “ neocons ” et des liens qui les unissent on pourra se reporter au site : http://www.csmonitor.com/specials/neocon/index.html
Depuis qu’il n’exerce plus de responsabilités politiques Richard Perle publie beaucoup et a donc une fonction semblable à Robert Kagan.

11 The Anarchy of Empire in the Making of U.S. Culture, 2002. Voir, en particulier le chapitre “ Black and Blue on San Juan Hill ” (pp. 121-145) consacré à Theodore Roosevelt et sa rhétorique raciste et sexiste.

12  Sur la mouvance néoconservatrice, on pourra lire : Alain Frachon, Daniel Vernet, L’Amérique messianique, Les guerres des néo-conservateurs, Paris, Seuil, 2004.

13  Voir l’article de Pierre Hassner, “ Puissance et légitimité ” dans Commentaire, N° 100, Hiver 2002-2003. Lire également de Pierre Hassner et Justin Vaïsse : Washington et le monde, Dilemmes d’une superpuissance, Paris, CERI/Autrement, 2003 et de Pierre Hassner seul : “ Etats-Unis : l’empire de la force ou la force de l’empire? ”, Cahiers de Chaillot N°54, Septembre 2002 ainsi que l’ouvrage suivant : La Terreur et l’Empire.
Sur la notion d’empire américain, un auteur qui se classe parmi les conservateurs, offre une analyse qui recoupe celle de nombreux Européens : Andrew J. Bacevich, American Empire, 2002.

14  Voir, Pierre Mélandri, La Politique étrangère des Etats-Unis de 1945 à nos jours et Michel Allner et Larry Portis, La Politique étrangère des Etats-Unis depuis 1945, De la guerre mondiale à la mondialisation. On pourra aussi consulter Walter A. McDougall, Promised Land, Crusader State: The American Encounter with the World Since 1776, qui retrace les huit traditions de politique étrangère américaine.

15  Le numéro de septembre de la revue de l’American Enterprise Institute consacre un dossier spécial et sa couverture au problème suivant : “ Real Men; They’re Back ”.

16  En sus de Pierre Hassner, on pourra lire : Tony Judt “ America and the World ”, The New York Review of Books, April 10, 2003 et Christoph Bertram, “ Stärke und Schwäche, Eine Antwort auf Robert Kagan ”, Deutsche Mercur, Zeitschrift für europäisches Denken, Mars 2003 (repris par Commentaire Printemps 2003). Consulter également l’article d’Helmut Schmidt paru dans Die Zeit en août 2002, (32/2002) “ Europa braucht keinen Vormund ”.

17  “ The Benevolent Empire ”, Foreign Policy, Summer 1998. Une citation éclairante : “ America may be arrogant; Americans may at times be selfish; they may occasionally be ham-handed in their exercise of power. But excusez-moi, compared with whom ? Can anyone believe that were France to possess the power the United States now has, the French would be less arrogant, less selfish, and less prone to making mistakes? ”.
On trouvera une rhétorique semblable dans les ouvrages d’un chercheur britannique qui vit et enseigne la moitié du temps aux Etats-Unis. Il s’agit de Niall Ferguson qui fait de l’empire britannique le modèle historique pour un empire américain qui se cherche. Niall Ferguson, Empire, How Britain Made the Modern World, (London, Penguin Books, 2004, Originally published by Allen Tate in 2003) et Niall Fergusson, Colossus, The Rise and Fall of the American Empire (London, Penguin Books, 2004).

18  Dans l’article originel, Kagan écrit “ laid down ” puis corrige dans son livre (p. 58). La référence au lion et à l’agneau évoque le tableau d’Edward Hicks A Peaceable Season qui renvoie à une citation de la Bible. Dans la King James version, Isaiah XI: 6-7, on peut lire : “ The wolf also shall dwell with the lamb, and the leopard shall lie down with the kid; and the calf and the young lion and the fatling together; and a little child shall lead them.
And the cow and the bear shall feed; their young ones shall lie down together; and the lion shall eat straw like the ox ”.
On voit néanmoins que c’est quand même un loup qui aurait dû figurer dans la fable de Kagan, même inspirée de la Bible.

19  Les néoconservateurs américains abhorrent le modèle européen de protection sociale. Voici ce qu’en dit Noam Chomsky : “ Also in the background is a long-standing U.S. hatred of the European social market system, which provides decent wages and working conditions and benefits. It’s very different from the U.S. system. And they don’t want that model to exist, because it’s a dangerous one. People get funny ideas. And it’s very explicitly stated that with the accession of Eastern European countries, with low wages and repression of labor and so on, it may help undermine the social and worker standards in Western Europe, and that would be a big benefit for the U.S. ”, “ Imperial Ambition An Interview with Noam Chomsky ” by David Barsamian, Monthly Review, May 2003.

20  Le Monde a publié le 15 mai 2003 un appel de nombreux signataires américains, dont Mme Albright et Zbigniew Brzezinski,  intitulé “ Pour le renouveau du partenariat transatlantique ”. Il s’agit de la version soft de la défense de l’hégémonie des Etats-Unis. De Zbigniew Brzezinski, on lira The Grand Chessboard, American Primacy and Its Geostrategic Imperatives.. A rapprocher du livre de Joseph Nye Jr, The Paradox of American Power, Why the World’s Only Superpower Can’t Go it Alone.

21  Un auteur de la même mouvance idéologique que Kagan, Sebastian Mallaby qui est britannique, n'hésite pas, dans un article intitulé "The Reluctant Imperialist" (Foreign Affairs, March/April 2002) à parler du "Rich Man's Burden" pour légitimer l'impérialisme américain.

22  Robert D. Kaplan, Warrior Politics.

23 Sur ce document on peut lire un autre extrait de l’interview donnée par Noam Chomsky : “ The doctrine, you recall, was that the United States would rule the world by force, and that if there is any challenge perceived to its domination, a challenge perceived in the distance, invented, imagined, whatever, then the U.S. will have the right to destroy that challenge before it becomes a threat. That’s preventive war, not preemptive war. ”, “ Imperial Ambition ”, op cit.

24  “ Americans are ‘cowboys’, Europeans love to say. And there is truth in this. The United States does act as an international sheriff, self-appointed perhaps but widely welcome nevertheless, trying to enforce some peace and justice in what Americans see as a lawless world where outlaws need to be deterred or destroyed, and often through the muzzle of a gun. Europe by this old West analogy is more like a saloonkeeper. Outlaws shoot sheriffs, not saloonkeepers ”. On se souvient que M. Bush avait également eu recours aux métaphores du Far West en disant que les Etats-Unis auraient Ben Laden “ dead or alive ”.

25  Richard Goldstein a parlé de “ Neo-Macho Man ” dans un article publié par The Nation daté du 24 Mars 2003. Il écrit ainsi : “ From Colin Powell dissing the French as cowards to Donald Rumsfeld raising his fists at the podium, the Bush Administration bristles with an almost cartoonish macho ”. Kagan participe de ce climat anti-féministe et anti-femmes même si son machisme doit être lu entre les lignes et dans ses métaphores.

26  Voir Timothy Garton Ash, “ Anti-Europeanism in America ”, New York Review of Books du 13 février 2003.

27  “ The Bush doctrine Unfolds ”, Weekly Standard, 4 mars 2002. Dans un article écrit en collaboration avec William Kristol, intitulé “ Merci, M. de Villepin ” publié le 3 février 2003 dans le Weekly Standard, Robert Kagan affirme que la France voulait protéger Saddam Hussein et empêcher toute intervention militaire. Après la guerre en Irak, alors que les fameuses armes de destruction massive n’ont toujours pas été trouvées, la rhétorique de MM. Kagan, Kristol, Rumsfeld et Bush se révèle être une manipulation.

28 “ Is America the New Roman Empire ”, The Globalist, 19 juin 2002. Le 28 mai 2003 le magazine Vanity Fair publiait un entretien avec M. Wolfowitz dont une phrase a été abondamment citée dans la presse : “ For bureaucratic reasons we settled on one issue, weapons of mass destruction, because it was the one reason everyone could agree on ” (cité par le Washington Post du 30 mai 2003). Paul Wolfowitz a fait remarquer que cette citation était tronquée. Il fallait citer : “ The truth is that for reasons that have a lot to do with the U.S. government bureaucracy we settled on the one issue that everyone could agree on, which was weapons of mass destruction, as the core reason ”, ce qui ne change pas l’admission du fait que ces armes de destruction massive étaient surtout des armes de propagande.

29  Mark Crispin Miller a montré dans son Bush Dyslexicon, Observations on a National Disorder que ces erreurs avaient un sens politique.

30  Il y a tout un débat pour savoir qui a effectivement inventé l’expression “ axis of evil ”. Frum aurait proposé “ axis of hatred ” et l’expression aurait ensuite été corrigée par Gerson et/ou M. Bush lui-même. Voir l’histoire de l’expression dans “ How I created the axis of evil ”, The Guardian, 28 janvier 2003.

31  “ George Bush raconte sa guerre ”, 27-28 Avril 2003. Sur l’évolution de la doctrine Bush, on pourra consulter le site suivant : http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/shows/iraq/etc/cron.html

32  L’expression est de Reinhold Niebuhr qui l’utilisait pour justifier la propagande des dirigeants vis-à-vis du peuple trop émotionnel pour comprendre la rationalité de la politique. Chomsky retrace l’histoire des relations publiques et de la propagande depuis la Creel Commission, puis Walter Lippmann jusqu’à nos jours. Voir : Media Control, The Spectacular Achievements of Propaganda ainsi que : Necessary Illusions, Thought Control in Democratic Societies.

33  Dans son ouvrage intitulé Does America Need a Foreign Policy ? Toward a Diplomacy for the Twenty-First Century, Henry Kissinger, évoquant les années 1990, écrit : “ A series of initiatives was undertaken unilaterally and made the subject of consultation—if at all—only after a decision had already been made. ” (p.49). Sous Reagan, la rhétorique de la lutte anti-terroriste était utilisée de façon fort proche de celle d’après le 11 septembre 2001.

34  Sur la transformation de la notion de souveraineté voir : John Ikenberry, “ America’s Imperial Ambition ”, Foreign Affairs, September/October 2002.

35  On peut suivre ce cheminement dans la pensée de Walter Russel Mead, Special Providence, American Foreign Policy and How It Changed the World.

36  Sur la présentation des relations internationales selon un modèle familial dans lequel les Etats-Unis sont le parent et l’Europe l’enfant ou l’adolescent, voir : “ Why America Thinks it Has to Run the World ”, Benjamin Schwarz, The Atlantic, Juin 1996. Le terme est repris du document Defense Planning Guidance. On pourra lire également “ A New Grand Strategy ” de Benjamin Schwarz et Christopher Layne dans The Atlantic, Janvier 2002.
Un certain nombre d’auteurs utilisent des métaphores sexistes renvoyant au rôle des hommes et des femmes et aux relations entre parents et enfants pour décrire les Américains comme les hommes ou les parents et les Européens comme les femmes ou les enfants. Voir Max Boot “ America acts the grown up ”, International Herald Tribune, 26 novembre 2002, (“ …les Européens, qui ont adopté l’attitude d’un adolescent ronchon de 16 ans envers ses parents. ”) et Walter Russell Mead “ The Case Against Europe ”, The Atlantic, Avril 2002, (“ Les espoirs des Européens s’organisent autour de comment jouer le rôle de Maman lorsque l’Amérique joue le rôle du Papa planétaire… ”).
The Economist du 17 mai 2003 écrit : “ A former American ambassador to Berlin describes Germany’s dispute over Iraq as ‘the opening shot of a new disloyal, confused and weak Germany. This is not a grown-up but a teenager screaming defiance at the father ”. Le désaccord est réinterprété en termes familiaux, les Etats-Unis sont un père fouettard et les autres des ados colériques, donc ils ont tort.

37  Voir, par exemple : “ U.S. Weakness and the Struggle for Hegemony ” d’Immanuel Wallerstein publié dans le Monthly Review de Juillet 2003. Emmanuel Todd dans son livre : Après l’empire; Essai sur la décomposition du système américain aborde le même sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Guerlain, « Robert Kagan, un « néo-conservateur » emblématique », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. II - n°6 | 2004, 112-127.

Référence électronique

Pierre Guerlain, « Robert Kagan, un « néo-conservateur » emblématique », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. II - n°6 | 2004, mis en ligne le 30 octobre 2009, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2867 ; DOI : 10.4000/lisa.2867

Haut de page

Auteur

Pierre Guerlain

Professeur (Paris X, France)
Pierre Guerlain est professeur de civilisation américaine à l’Université Paris X Nanterre, il enseigne également à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Il s’intéresse aux perceptions mutuelles des Français et des Américains ainsi qu’à l’analyse des discours politiques, notamment dans le domaine de la politique étrangère américaine. Il a publié un ouvrage intitulé Miroirs transatlantiques; la France et les Etats-Unis entre passions et indifférences, (L’Harmattan, 1996), contribué à de nombreux ouvrages collectifs en France, Grande-Bretagne, Allemagne et publié des articles dans les publications suivantes : Revue Française d’Etudes Américaines, Esprit, L’Homme et la Société, Interculture, Contemporary French Civilization, American Studies International (USA) French Cultural Studies (GB), Annales du Monde Anglophone. Il a coordonné un numéro de la revue électronique LISA sur l’enseignement supérieur dans les pays de langue anglaise consultable à l’adresse suivante : (http://www.unicaen.fr/mrsh/anglais/lisa/francais/publications.php?id=0021&num=002)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals