Navigation – Plan du site
Études de cas

Nice Work de David Lodge : Un « Condition of England novel » des années 1980 ?

Nice Work: A « Condition of England novel » of the 1980s?
Armelle Parey
p. 107-118

Résumé

In Nice Work, David Lodge appropriates the model of the « condition-of-England novel » which he transposes into the 1980s. More than a mere transposition, Nice Work turns out to be an open rewriting of the Victorian novels quoted in epigraphs since the text, with its comical aspect and its auto-reflexive dimension, distances itself from realism. Far from being innocent, this rewriting considers critically the Thatcher era as well as contemporary literary theory and gives a discerning homage to Victorian novels.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

20th century, XXe siècle

Index thématique et géographique :

Grande-Bretagne, Great Britain, literature, littérature, société, society
Haut de page

Texte intégral

  • 1  David Lodge, Nice Work, Harmondsworth : Penguin Books, 1989.
  • 2  Dans sa critique pour le journal américain The New York Times Book Review, Joel Connaroe présente (...)

1Nice Work1(1988) semble être considéré comme le troisième volet de la trilogie universitaire de David Lodge, après Changing Places (1975)et Small World (1984)2. Cependant, il se distingue de ces deux romans par la large place accordée au monde de l’entreprise et au contexte social. Certes, l’université est présente par le biais de Robyn Penrose mais ce personnage est victime de coupes budgétaires et ne dispose que d’un poste temporaire. En outre, le temps d’un « shadow scheme » dans le cadre de l’année de l’industrie, la jeune universitaire doit s’immerger dans un monde bien différent du sien, représenté par l’autre protagoniste, Vic Wilcox, qui dirige une entreprise dans la zone industrielle de Rummidge et dont les préoccupations portent sur la productivité de ses employés et sur son chiffre d’affaire.

2Résolument inscrit dans le monde contemporain – l’histoire débute un matin du mois de janvier 1986 – Nice Work est néanmoins ponctué d’extraits de romans victoriens qui figurent en épigraphe. On note l’homogénéité des textes convoqués par Lodge dans son roman : Sybil ; or, the Two Nations (1845) de Benjamin Disraeli et Felix Holt, the Radical (1866) de George Eliot puis, cités à deux reprises en début de partie, Shirley (1848) de Charlotte Brontë, North and South (1855) d’Elizabeth Gaskell et Hard Times (1854) de Charles Dickens. Tous se rangent sous l’étiquette de « Condition of England novel » ou « industrial novel » qui rassemble ces romans initiés par les écrits de Thomas Carlyle, notamment son essai intitulé « Chartism » (1839) qui s’intéressent à des individus pris dans la tourmente sociale.

  • 3 James Acheson, « The Small Worlds of Malcolm Bradbury and DavidLodge » in James Acheson (dir.), The (...)

3Cette co-présence de textes – ceux du XIXe siècle et celui du XXe siècle – fait dire à James Acheson que ce roman de Lodge « offers itself as a contemporary version of the industrial (or « condition of England ») novel of the 1840s »3, notamment parce qu’il reprend l’intrigue de North and South d’Elizabeth Gaskell. Mais s’agit-il d’une « simple » transposition ou y a-t-il « réécriture » dans cette lignée postmoderniste qui consiste en une reprise critique de la tradition ? Nous tenterons de répondre à cette question en étudiant le rôle de cette forme explicite de l’intertextualité qu’est la citation apparaissant dans les épigraphes, puis sous quelle forme on retrouve dans Nice Work les deux éléments sous-jacents, sinon explicitement apparents, dans les textes cités : la pratique littéraire du réalisme et le contenu ou l’intérêt social.

4Les épigraphes qui émaillent Nice Work semblent placer ostensiblement le roman dans la lignée de romans « industriels », mais si Lodge reprend la tradition de l’épigraphe, il en fait un usage particulier. Au nombre de huit, les épigraphes apparaissent à deux endroits. D’abord, elles sont en tête de l’ensemble du roman : c’est le cas de l’extrait de Sybil; or, The Two Nations (1845) de Benjamin Disraeli et de la préface à Felix Holt (1866) de George Eliot qui lancent le propos du roman. Ensuite, elles préfacent chacune des six parties, comportant chacune de deux à quatre chapitres, du roman et elles sont alors mises en valeur typographiquement : chacune figure seule sur une page.

  • 4  Gérard Genette, Seuils, Paris : Seuil, 1987, 146.

5On remarque que ces citations rythment l’intrigue de Nice Work sur laquelle elles renseignent le lecteur. L’épigraphe a ici, selon les termes de Gérard Genette, la fonction de « commentaire du texte, dont elle précise ou souligne indirectement la signification »4. Ainsi, le « prelude to Shirley » évoque la teneur réaliste de l’atmosphère du monde qui va être décrit dans Nice Work. Puis, le dialogue entre Mrs Thornton et Margaret Hale, extrait de North and South, représente la rencontre peu fructueuse entre deux personnalités issues de deux mondes différents, quand le désintérêt de l’un répond à ce qui fait la fierté de l’autre, donnant un avant-goût de la confrontation entre Vic Wilcox et Robyn Penrose. Ensuite, les mots de Sleary, le directeur du cirque de Hard Times, préfacent la présentation des personnages de Nice Work en dehors de leur travail. Un second extrait de North and South – un dialogue entre Margaret Hale et Mr Thornton – montre l’intérêt naissant entre les deux personnages pour leurs univers : il préfigure le changement d’attitude de Robyn et de Vic l’un envers l’autre. L’apologie de Gradgrind dans Hard Times illustre le moment où la rationalité cède la place aux sentiments, comme un avant-goût de la décision de Robyn d’accompagner Vic à Francfort et d’avoir des relations sexuelles avec lui. Finalement, un second extrait de Shirley proclame la conclusion de l’histoire.

6Cependant, il n’y a pas de phénomène de redondance entre les citations et le texte de Lodge car il y a appropriation des premières. On peut considérer que toute épigraphe (ou citation) correspond à un détournement de texte dans la mesure où sont isolés, extraits de leur contexte des mots originellement placés dans un ensemble donné. En les isolant, l’épigrapheur effectue un premier détournement et un second a lieu quand cette citation est rapprochée d’un nouveau contexte qui lui confère un sens autre. L’effet est alors double : un regard nouveau est porté sur le texte original tandis qu’il invite le lecteur à envisager le second texte d’une façon particulière.

7Ainsi, dans Nice Work, au sens original de la citation vient se greffer celui produit par le texte de Lodge, par le contexte dans lequel est placé le premier texte, par l’usage qui en est fait. L’appropriation qui est en jeu ici donne lieu non seulement à une réévaluation du texte liminaire mais aussi à celle des relations entre les deux textes, du jeu entre les épigraphes et le texte de Lodge : les épigraphes invitent le lecteur dans une direction, elles orientent sa lecture qui est sous-tendue par le texte cité et finalement, cette lecture renvoie à l’épigraphe et l’on mesure alors l’écart parcouru. En effet, tout en se réclamant d’une tradition, en prétendant superposer Nice Work aux passages victoriens cités, Lodge instaure un décalage, adaptant et déformant ainsi la signification première des citations victoriennes.

8Prenons l’exemple de Shirley de Charlotte Brontë qui ouvre la première partie de Nice Work. Il s’agit du deuxième paragraphe du roman de Brontë et correspond à une sorte d’avertissement :

If you think [...] that anything like a romance is preparing for you, reader, you were never more mistaken. Do you anticipate sentiment, and poetry, and reverie ? Do you expect passion, and stimulus, and melodrama ? Calm your expectations, reduce them to a lowly standard. Something real, cool and solid lies before you ; something unromantic as Monday morning, when all who have work wake with the consciousness that they must rise and betake themselves thereto.

9Replacée en exergue à Nice Work, la fonction d’avertissement reste la même mais dans leur nouveau contexte, les mots de la romancière victorienne sont maintenant destinés à évoquer l’atmosphère de la première partie de Nice Work. Cette transposition globale se double d’une autre au cours de laquelle les éléments de la citation sont repris point par point, presque mot pour mot, mais ils prennent alors un nouveau sens.

  • 5  David Lodge, Nice Work, op. cit., 13.

10Par exemple, au mot « passion » répond la description de relations totalement dépourvues de ce sentiment, celles de Vic avec sa femme et celles de Robyn avec Charles. Vic se tourne pour se rendormir vers « the warm plump body of his wife » et l’issue de ce mouvement laisse deviner bien peu de sentiment amoureux : « Startled, but still asleep, drugged with Valium, Marjorie swivels to face him. Their noses and foreheads bump against each other ; there is a sudden flurry of limbs, an absurd pantomime struggle. Marjorie puts up her fists like a pugilist, groans and pushes him away »5.

  • 6 Ibidem, 54.
  • 7 Ibid., 16.

11Quant à la relation entre Robyn et Charles, faite de séparations et de retrouvailles motivées par leur aspect pratique, « hard to describe. Not a marriage, and yet more like a marriage than many marriages: domesticated, familiar, faithful »6, elle est, de toute façon, elle aussi dénuée de passion. De plus, les pensées des personnages sont effectivement exemptes de « reverie » et du romantisme impliqué par le mot : « Vic frowns in the mirror above the hand basin, thinking again of last month accounts, the quarterly forecast, the annual review... »7. Qui plus est, la promesse de réalisme faite avec « Something real, cool and solid lies before you », après la négation de « romance » et de « poetry », s’accomplit dans la présentation d’une suite de faits dont les horaires sont scrupuleusement précisés, accompagnant les personnages pas à pas, de leur lit à leur lieu de travail.

  • 8 Ibid., 13.
  • 9 Ibid., 41.

12En outre, la dernière proposition de la citation de Shirley introduit littéralement la situation qui ouvre le roman de Lodge. On note un enchaînement parfait entre la seconde partie de la dernière phrase – « something unromantic as Monday morning, when all who have work wake with the consciousness that they must rise and betake themselves thereto » et la première page de Nice Work : « Monday, January 13th, 1986. Victor Wilcox lies awake, in the dark bedroom, waiting for his quartz alarm clock to bleep. It is set to do this at 6.45 »8. Le réveil de Robyn fait lui aussi écho aux mots de Charlotte Brontë : « Robyn invariably sleeps until woken. Then worries rush into her consciousness »9.

  • 10 Ibid., 13.

13Le décalage, inhérent à toute insertion d’épigraphe, est donc pour Lodge l’occasion d’un jeu qui fonctionne d’une part grâce à l’exacerbation des idées évoquées dans la citation et, d’autre part, grâce à une transposition temporelle. Dès les premières phrases de Nice Work, Lodge met l’accent sur le changement d’époque en précisant l’année durant laquelle se déroule son histoire et en dotant certains détails, comme « his quartz clock » équipée d’un « digital display »10, des signes de la modernité.

14Les chapitres fonctionnent comme une représentation et une interprétation aussi exactes que frauduleuses de l’extrait de Shirley. De ce détournement, de cette confrontation entre la citation et son interprétation émane une partie de l’humour présent dans Nice Work. En effet, en prenant connaissance de la première partie, le lecteur sourit bien plus que ne le promettent le ton et le contenu de l’épigraphe.

  • 11 Cecil Jenkins, « Realism and the Novel Form » in D. A. Williams (dir.), The Monster in the Mirror, (...)

15Extraits de romans dans lesquels les personnages sont ancrés dans une société décrite en détail sans faire abstraction de la misère et de ses aspects sordides, dont les dysfonctionnements sont montrés sans retenue, les textes liminaires évoquent la tradition réaliste à laquelle Lodge se montre apparemment fidèle quand il use de subterfuges classiques pour établir l’illusion du réel. Ainsi, les deux premiers chapitres sont consacrés à la présentation des protagonistes : leur physique, leur lieu d’habitation, leur emploi, leur passé, c’est-à-dire tous les éléments habituels donnés pour créer l’illusion de la réalité, basée sur « the tacit assumption that a human life is more truthfully presented in terms of the individual’s milieu, of the particularity of social situation and historical circumstance »11.

16Cependant, ici encore il y a détournement car certaines techniques de l’écriture réaliste sont exagérées, ce qui alerte le lecteur sur la présence de l’artifice. Par exemple, comme dans les romans réalistes, les objets permettent de définir les personnages mais en reprenant le même type d’objet (le réveil, le journal, la voiture), ouvertement connoté différemment selon les codes culturels attribués aux personnages, Lodge exacerbe l’effet de réel jusqu’à le détruire.

  • 12  David Lodge, Nice Work, op. cit., 39.

17En outre, le narrateur commet quelques intrusions en levant le voile sur sa situation d’écriture. Par exemple, après la présentation du personnage masculin dans le premier chapitre, le second débute par : « And there, for the time being, let us leave Vic Wilcox, while we travel back an hour or two in time, a few miles in space, to meet a very different character. A character who, rather awkwardly for me, doesn’t herself believe in the concept of character »12. La première phrase affiche l’omniscience du narrateur, du type de celles des narrateurs victoriens, mettant en exergue sa connaissance de tous les faits, quels que soient le personnage, le lieu et le moment. La deuxième phrase est remarquable par sa rupture avec la première. On note la reprise du mot « character » qui apparaît à la fin de la première phrase et au début de la seconde. Il fonctionne ici comme une sorte de pivot marquant le passage d’un état à un autre car il recouvre un sens différent dans chaque emploi. Dans le premier cas, il désigne une personnalité, un ensemble de qualités possédées par une personne alors que dans le second cas, il désigne un personnage de roman. D’une phrase à l’autre, le narrateur bascule d’un mode traditionnel à celui de la métafiction quand il souligne, d’une part, sa situation d’écriture (« for me ») et, d’autre part, l’aspect fictif du personnage, rompant ainsi l’illusion réaliste.

  • 13  Au sujet du schéma de la comédie dans Nice Work, voir Christian Gutleben,« Un tout petit monde », (...)
  • 14 David Lodge et Malcolm Bradbury, « “Laughing Matter” : The Comic Novel in English », Moderna Sprak, (...)

18La dimension comique de Nice Work contribue à rompre avec le réalisme suggéré par les épigraphes. Nous avons vu, avec le premier extrait de Shirley, que Lodge fait parfois un usage humoristique des épigraphes. On retrouve également certains ressorts comiques traditionnels comme le quiproquo (en raison d’une mauvaise orthographe, Vic se méprend sur le sexe de Robyn et attend un homme) et la confrontation de deux personnages que tout oppose mais qui sont obligés de se fréquenter. Figure aussi dans ce roman un procédé comique déjà utilisé dans Changing Places : la répétition, avec des variantes appropriées, de mêmes actions effectuées par des protagonistes différents. Ainsi, malgré son sujet sombre et ses références littéraires affichées qui renvoient à un ton sérieux, Nice Work comporte néanmoins une touche appuyée de comédie13, ce qui comme le sait fort bien Lodge14, nuit au projet réaliste.

  • 15  David Lodge, Nice Work, op. cit., 293.
  • 16 Ibidem, 79.
  • 17 Ibid., 83.

19Le texte acquiert également une dimension autoréflexive par le biais de Robyn. Avec ce personnage adepte du déconstructionnisme, la problème de l’écriture et de la représentation occupe une large place dans le roman puisque Robyn, dans ses conversations avec Vic15, remet en question la référentialité du langage. De plus, Robyn est spécialiste du roman industriel et ses cours permettent également d’expliciter les références au lecteur. Ainsi, il ne peut manquer de remarquer que son histoire fait écho à celle de Margaret Hale16. Lodge invite son lecteur à remarquer le jeu de réécriture auquel il se livre notamment à la fin du roman. Dans l’un de ses cours, Robyn déclare : « all the Victorian novelist could offer as a solution to the problems of industrial capitalism were: a legacy, a marriage, emigration or death »17. Or qu’arrive-t-il à ce personnage quelque trois cents pages plus tard ? l’arrivée inattendue d’argent sous forme d’héritage d’un oncle d’Australie (ce personnage très secondaire, mentionné au début du roman, est finalement doté d’une importance capitale), l’alléchante offre d’emploi de Morris Zapp aux États-Unis, la proposition finalement émise par Philip Swallow donnant la possibilité de rester à l’université de Rummidge et l’offre de mariage de Charles à l’héroïne.

  • 18  James Acheson, « The Small Worlds of Malcolm Bradbury and DavidLodge », op.  cit, 90.
  • 19  Christian Gutleben, « La tradition victorienne à l’heure du postmodernisme », Études Anglaises, T. (...)

20Des critiques voient dans la fin de Nice Work la marque de la désuétude du roman de Lodge puisque comme Margaret Hale avec Thornton, Robyn utilise cet héritage pour voler au secours de Vic. Ainsi James Acheson déclare : « Rather than suggest he knows how to solve these problems, Lodge ends the novel as artificially as any Victorian »18 et selon Christian Gutleben, avec l’utilisation de dei ex machina pour aboutir à une fin heureuse, « ni altéré ni subverti, le modèle est imité, décalqué »19. Effectivement, on reconnaît à la fin de Nice Work les artifices victoriens et notamment la conclusion de North and South, à la différence que Robyn n’est toujours pas amoureuse de Vic et ne l’épouse pas. Il semble cependant utile de nuancer ces jugements. D’une part, il faut noter que Lodge joue avec, plus qu’il n’adopte ces solutions miraculeuses : Robyn choisit finalement de rester à Rummidge, ce qui correspond à son ambition de départ et le roman ne dispose pas d’un réel « happy end » dans la mesure où le narrateur insiste sur la précarité des solutions proposées. D’autre part, cette surenchère de résolutions victoriennes apparaît comme une parodie (parce que le comique sert la critique) de la fin romanesque traditionnelle telle que l’énonce Robyn, à laquelle toutes les propositions d’emploi, d’émigration et de mariage sont faites en l’espace de quarante-huit heures.

  • 20 Margaret Rose, Parody : Ancient, Modern and Postmodern, Cambridge : Cambridge University Press, 199 (...)

21L’accumulation de dei ex machina à la fin du roman, ainsi que la référence avouée au roman d’Elizabeth Gaskell, apportent une dimension métafictionnelle parce que toutes deux rappellent le roman à son état de fiction, soulignent l’artifice et invitent le lecteur à prendre conscience de l’ironie de la situation. C’est bien parce que la réécriture dans Nice Work est dépourvue d’innocence, parce qu’elle instaure un jeu, parce qu’elle renvoie au texte que ce roman est un exemple de parodie postmoderne, contenant les notions de métafiction et de comique, définies par Margaret Rose20.

22L’ambivalence de Nice Work est en fait annoncée par l’usage des épigraphes à la valeur ambiguë. En effet, les textes cités évoquent la tradition réaliste à laquelle le romancier se montre plus ou moins fidèle. Mais dans le même temps, ces épigraphes renvoient à des textes qui, le lecteur s’en rend vite compte, constituent l’hypotexte de Nice Work. Lodge corrompt ainsi l’idée des réalistes selon laquelle le roman et l’art en général doivent s’inspirer du monde réel et le représenter. Ce n’est pas le réel que Lodge écrit mais le textuel qu’il réécrit.

23L’humour présent dans Nice Work n’est pas subversif dans le sens où il ne tourne en dérision ni le genre auquel il se réfère, ni le sujet abordé. Comme les romanciers victoriens cités en épigraphe, Lodge a l’ambition de décrire une situation sociale difficile par le biais de personnages que tout oppose, et s’il fait jaillir le comique de la confrontation entre les deux mondes parallèles que sont l’industrie et l’université représentés par Vic et Robyn, notamment dans leur différence de vocabulaire, le ton de la comédie ne nuit pas au sérieux de leur opposition, ni au propos tenu.

  • 21  David Lodge, Nice Work, op. cit., 115.
  • 22 Ibidem, 115-6.

24Politiquement, les personnages représentent deux tendances opposées. Ainsi, par exemple, tandis que la jeune universitaire manifeste pour la liberté de pensée qui passe par la sécurité de l’emploi, le chef d’entreprise ne conçoit qu’avec difficulté l’idée même de sécurité de l’emploi21. Aucun des deux personnages, ni les idées qu’ils représentent, ne sont exempts de critique acérée. Les opinions divergentes s’affrontent et sont critiquées au cours d’échanges entre les protagonistes. Ainsi, lors de la première rencontre entre les personnages, Robyn dénonce l’obsession de Vic pour l’argent aux dépens d’autres valeurs, tandis que Vic démontre l’inconsistance des solutions proposées par Robyn22. Chacun représente une culture particulière dont sont montrées les naïvetés, les difficultés et les contradictions.

  • 23 Ibid., 32-4.
  • 24 Ibid., 30-1.
  • 25 Ibid., 353.

25Les divers problèmes de l’industrie et de l’université, ainsi que l’ambiance politique et sociale générale de l’époque, sont longuement évoqués. La peur du chômage hante Vic comme ses ouvriers, Robyn comme ses étudiants. Nice Work est temporellement ancré dans le monde contemporain mais ce monde a des résonances victoriennes. Quand Lodge décrit un quartier de Rummidge pour présenter la situation économique et sociale de années 198023, ces descriptions de la ville évoquent immanquablement les villes du Nord de l’Angleterre précédemment décrites par Elizabeth Gaskell et Charles Dickens. Le narrateur fait d’ailleurs explicitement référence à une description de la région par Carlyle et Dickens24. De même, on relève également un écho victorien fort distinct lorsque Philip Swallow emploie l’expression « self-help »25 pour résumer le contexte économique ambiant, expression qui servit de titre à l’ouvrage fort apprécié des Victoriens rédigé par Samuel Smiles. Un lien de plus est alors établi entre l’ère victorienne et l’ère des années 1980 dominées par Margaret Thatcher. Nice Work est en effet un commentaire ironique sur la Dame de Fer et son gouvernement prônant un retour aux valeurs victoriennes.

  • 26 Ibid., 181.
  • 27 Ibid., 310-3.

26Un personnage secondaire, Debbie, petite amie du frère de Robyn, emblématise la « réussite à la Thatcher » (calquée sur le « self-help » victorien) face aux deux institutions traditionnelles incarnées par Vic et Robyn. En effet, d’origine modeste mais performant dans son domaine, le personnage s’est rapidement hissé en haut de l’échelle sociale et est devenu extrêmement riche. Ce modèle thatchérien est critiqué dans le roman qui insiste sur l’aspect inculte du personnage comme sur la stérilité de son travail. Avec ce personnage et celui de Basil, le frère de Robyn, le roman fait une incursion dans le monde de la finance aux salaires très élevés, où les études sont considérées comme une perte de temps : Basil explique à sa sœur que Debbie est mieux rémunérée que lui parce qu’elle a commencé à travailler à seize ans alors qu’il est allé à l’université26. Quand Charles décide d’abandonner son poste d’enseignant à l’université pour travailler lui aussi à la City, Lodge nous renvoie, une fois de plus, de façon parodique à North and South, mêlant les différents reniements de l’église d’Angleterre par le père puis par le frère de Margaret Hale, mais aussi à une réalité économique et sociale (celle des coupes budgétaires dans le secteur public et des syndicats affaiblis et effrayés27).

  • 28 Ibid., 384.

27Lodge décrit la Grande-Bretagne des années 1980 mais renvoie aussi à celle décrite par les romanciers du siècle précédent. L’alternance d’un cours de Robyn et d’une séance de travail de Vic, au chapitre 3 de la première partie, n’est pas seulement ludique : Nice Work est une « étude » romanesque de la société telle que Thatcher la préconise. Ce qui est intéressant ici, c’est le fait que la société thatchérienne est renvoyée à son modèle, celui des « Victorian values », non pas par le biais de textes politiques, mais par celui des représentations littéraires contemporaines, citées et commentées dans le roman de Lodge. On peut alors interpréter l’absence de date des romans cités en épigraphes comme une façon symbolique de ne pas les reléguer dans le passé mais d’affirmer leur pertinence toujours actuelle. Le roman s’achève en effet sur une ultime description du campus qui reprend l’idée annoncée au tout début par l’extrait de Sybil et illustrée tout au long de Nice Work, celle des deux mondes coexistant sans se connaître28.

28Lodge fait état dans Nice Work de la situation sociale de la Grande-Bretagne des années 1980, mais il le fait en se référant ouvertement à des textes victoriens dont il se réclame et se détache en même temps, comme le montrent, entre autres, le détournement des épigraphes et de certaines techniques de narration, les différents modes de représentation ainsi que la dimension comique ajoutée.

29Lodge affiche ainsi sa réécriture des « condition of England novels » comme telle, problématisant ainsi la question de l’héritage littéraire qu’il ne nie pas. Il s’inscrit alors dans la tendance postmoderniste qui trouve sa propre voix en n’écrivant pas contre mais avec le passé, avec ce qui a déjà été écrit.

  • 29  Roland Barthes, S/Z, Paris : Seuil, 1970, 10.

30Mais la particularité de Nice Work est que, d’une part il est « lisible », au sens littéral du terme, débarrassé des connotations négatives que lui associe Roland Barthes29, et que d’autre part, il ne tourne pas en dérision les romans victoriens. Avec ce roman, Lodge présente sa version postmoderniste de ce qu’il appelle

  • 30  David Lodge et Malcolm Bradbury, « “Laughing Matter” : The Comic Novel in English », op. cit., 5.

that wonderful Victorian synthesis, the classic Victorian novel, through which great writers could address the whole nation. There was no highbrow / lowbrow division of fiction in those days, nor was there a distinction between fiction which is entertaining and fiction which is good for you; because George Eliot and Dickens were both30.

Haut de page

Bibliographie

ACHESON James, « The Small Worlds of Malcolm Bradbury and David Lodge » in ACHESON James, The British and Irish Novel since 1960, London : Macmillan, 1991, 78-92.

BARTHES Roland, S/Z, Paris : Seuil, 1970.

CONNAROE Joel, Review of Nice Work, The New York Times Book Review, 23 July 1989, 1, 20.

GENETTE Gérard, Seuils, Paris : Seuil, 1987.

GUTLEBEN Christian, « La tradition victorienne à l’heure du postmodernisme : John Fowles, David Lodge, A. S. Byatt », Études anglaises, vol. 51, n°2, 1998, 167-178.

GUTLEBEN Christian,  « Un tout petit monde », le roman universitaire anglais, 1954-1994, Strasbourg : Presses Universitaires de Strasbourg, 1996.

JENKINS Cecil, « Realism and the Novel Form » in WILLIAMS D.A. (ed.), The Monster in the Mirror, Studies in Nineteenth Century Realism, Oxford: Oxford University Press, 1978, 1-16.

LODGE David, Nice Work, Harmondsworth: Penguin Books, 1988.

LODGE David et BRADBURY Malcolm, « “Laughing Matter”: The Comic Novel in English », Moderna Sprak, vol. 86, n°1, 1992, 1-10.

ROSE Margaret, Parody : Ancient, Modern and Postmodern, Cambridge: Cambridge University Press, 1993.

Haut de page

Notes

1  David Lodge, Nice Work, Harmondsworth : Penguin Books, 1989.

2  Dans sa critique pour le journal américain The New York Times Book Review, Joel Connaroe présente les trois romans en même temps (voir Joel Connaroe, Review of Nice Work, The New York Times Book Review, 23 July 1989, 1-20). De plus, en 1993, Penguin a publié une réédition des trois romans dans le même coffret sous le titre collectif de A David Lodge Trilogy.

3 James Acheson, « The Small Worlds of Malcolm Bradbury and DavidLodge » in James Acheson (dir.), The British and Irish Novel since 1960, London : Macmillan, 1991, 89.

4  Gérard Genette, Seuils, Paris : Seuil, 1987, 146.

5  David Lodge, Nice Work, op. cit., 13.

6 Ibidem, 54.

7 Ibid., 16.

8 Ibid., 13.

9 Ibid., 41.

10 Ibid., 13.

11 Cecil Jenkins, « Realism and the Novel Form » in D. A. Williams (dir.), The Monster in the Mirror, Studies in Nineteenth Century Realism, Oxford : Oxford University Press, 1978, 5-6.

12  David Lodge, Nice Work, op. cit., 39.

13  Au sujet du schéma de la comédie dans Nice Work, voir Christian Gutleben,« Un tout petit monde », le roman universitaire anglais, 1954-1994, Strasbourg : Presses Universitaires de Strasbourg, 1996, 162.

14 David Lodge et Malcolm Bradbury, « “Laughing Matter” : The Comic Novel in English », Moderna Sprak, vol. 86, n°1, 1992, 3.

15  David Lodge, Nice Work, op. cit., 293.

16 Ibidem, 79.

17 Ibid., 83.

18  James Acheson, « The Small Worlds of Malcolm Bradbury and DavidLodge », op.  cit, 90.

19  Christian Gutleben, « La tradition victorienne à l’heure du postmodernisme », Études Anglaises, T.51, n°2 1998, 171.

20 Margaret Rose, Parody : Ancient, Modern and Postmodern, Cambridge : Cambridge University Press, 1993, 257.

21  David Lodge, Nice Work, op. cit., 115.

22 Ibidem, 115-6.

23 Ibid., 32-4.

24 Ibid., 30-1.

25 Ibid., 353.

26 Ibid., 181.

27 Ibid., 310-3.

28 Ibid., 384.

29  Roland Barthes, S/Z, Paris : Seuil, 1970, 10.

30  David Lodge et Malcolm Bradbury, « “Laughing Matter” : The Comic Novel in English », op. cit., 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armelle Parey, « Nice Work de David Lodge : Un « Condition of England novel » des années 1980 ? », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. II - n°5 | 2004, 107-118.

Référence électronique

Armelle Parey, « Nice Work de David Lodge : Un « Condition of England novel » des années 1980 ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. II - n°5 | 2004, mis en ligne le 02 novembre 2009, consulté le 27 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2910 ; DOI : 10.4000/lisa.2910

Haut de page

Auteur

Armelle Parey

Dr. (Caen, France)
Armelle Parey is a lecturer at the University of Caen, France. She wrote her thesis on representations of the Victorian era in a selection of post-war British novels. Her current field of research is the contemporary British novel.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals