Navigation – Plan du site
Études de cas

From Parody to Rewriting: Margaret Mitchell’s GoneWith the Wind (1936) vs Alice Randall’s The Wind Done Gone (2001)

De la parodie à la réécriture : Margaret Mitchell’s Gone With the Wind (1936) vs Alice Randall’s The Wind Done Gone  (2001)
Isabelle Roblin
p. 119-131

Résumé

When after many difficulties, Alice Randall published The Wind Done Gone, the question of the very nature of the novel came to the foreground, from a constitutional as well as a literary standpoint: was it a parodic re-writing of Margaret Mitchell’s Gone With the Wind, and as such protected by the First Amendment; or was it just a “steal” of famous characters and situations, and as such submitted to the strict laws of copyright? The analysis of the various literary devices used by the author will show the subversive nature of the hypertext, which goes beyond simple parody.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

XXe siècle, 20th century

Index thématique et géographique :

littérature, société, Grande-Bretagne, literature, society, Great Britain
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Byron Z. Wolf, « Chasing the Wind », 25 mai 2001, <http://www.abcnews.com>.
  • 2 Houghton Mifflin, Information About Suntrust Bank vs. Houghton Mifflin Company : « The Wind Done Go (...)
  • 3 William Safire, « Frankly, My Dear... », The New York Times on the Web, 14 mai 2001, <http://www.ny (...)
  • 4 Al Neuharth, « Is “Wind Done Gone” a parody or a steal ? », USA Today, 22 juin 2001, <http://www.us (...)

1Lorsqu’en avril 2001, à la demande des héritiers de Margaret Mitchell, un juge d’Atlanta interdit la publication de The Wind Done Gone, le premier roman d’Alice Randall, le débat juridique et idéologique fit rage entre d’un côté les défenseurs des droits d’auteur et de la propriété intellectuelle et de l’autre les inconditionnels de la liberté d’expression garantie par le Premier Amendement à la Constitution des États-Unis (« Congress shall make no law [...] abridging the freedom of speech, or of the press »).  Le fond du problème était clair : il s’agissait de déterminer «  whether the new book amounts to artistic satire or an unauthorized sequel that plagiarizes the original »1. Le roman d’Alice Randall est-il une parodie, et dans ce cas protégé par le premier amendement, car la parodie est « the classic speech of protest for oppressed peoples [...] fi[ting] within the American tradition articulated by Supreme Court Justices Holmes and Brandies that the cure for objectionable speech is more speech »2 comme l’affirment ses nombreux et prestigieux défenseurs (parmi lequels Ben Bagdikian, John Berendt, Linda Hutcheon, Harper Lee, Arthur Schlesinger et Toni Morrison) ou bien n’est-ce qu’un « rip-off of Margaret Mitchell’s intellectual property – stealing her characters and scenes in an unauthorized sequel to Gone With the Wind »3 comme le soutiennent les avocats des héritiers de Margaret Mitchell ? En mai 2001, après un mois d’intenses discussions, la cour d’appel de Géorgie décida que le roman était bien une parodie et donc couvert par le Premier Amendement, que sa publication ne constituait pas une violation des droits d’auteur de la famille Mitchell et annula la décision de la cour d’Atlanta. Ce débat était clos et le roman, publié en juin, connut un succès immédiat grâce à la publicité qui avait entourée l’affaire. Cependant, la question brutalement posée à l’époque par Al Neuharth dans USA Today – « Is The Wind Done Gone a parody or a steal ? »4 – mérite d’être étudiée en détails car elle peut en fait s’appliquer à toute œuvre qui s’inspire ouvertement d’une autre par le jeu de l’intertextualité, ou en d’autres termes, toute ré-écriture.

  • 5 Dan Gillmor, « Copyright tempest over “The Wind Done Gone” is outrageous », 25 avril 2001, <http:// (...)
  • 6 William Safire, « Frankly, My Dear...», op. cit.
  • 7  SiliconValley.com, op. cit.
  • 8 « Eldred vs. Ashcroft challenged the Constitutionality of the CTEA’s (Copyright Term Extension Act)(...)

2Mais avant de tenter de répondre à cette question, il convient de replacer l’affaire The Wind Done Gone vs Gone With the Wind dans son contexte spécifiquement américain. Tout d’abord, il peut sembler curieux que le roman de Margaret Mitchell, publié en 1936, ne fût pas encore tombé dans le domaine public en 2001. En fait la durée des « copyright laws » a été récemment étendue aux États-Unis : avant 1998,  la durée des droits d’auteur couvraient la vie de l’artiste, à laquelle s’ajoutaient cinquante années, avant de tomber dans le domaine public ; mais depuis 1998, le Sonny Bono Copyright Term Extension Act l’a allongée à la vie de l’artiste plus soixante-dix ans, cette période étant étendue à quatre-vingt-quinze ans pour les entreprises détentrices de droits d’auteur (Disney, par exemple). La constitutionnalité de cet Acte du Congrès est actuellement remise en cause : en effet à l’origine, la Constitution des États-Unis (Article 1, section 8), dit que le Congrès a pour obligation « to promote the progress of science and useful arts, by securing for limited times to authors and inventors the exclusive right to their respective writings and discoveries » (c’est moi qui souligne) et en 1790 les droits d’auteur n’étaient valables que quatorze ans, avec la possibilité d’un renouvellement de quatorze autres années5. Les prolongations successives de la durée des droits d’auteur et de la propriété intellectuelle sont considérées par un certain nombre d’Américains comme favorisant les grands groupes de média aux dépens de la liberté de création des artistes : comme le célèbre journaliste américain William Safire l’écrivit dans le New York Times,   « the moguls induced Representative Bono to begin to deny the public free access for another generation »6 ; critique formulée d’une manière encore plus directe sur un site internet : « the Walt Disney Co. has more clout with Congress than you do »7. L’affaire a été portée devant la Cour Suprême des États-Unis, qui a décidé en février 2002 de considérer la question, et devrait donc statuer dans le courant de l’année 20038.

  • 9 Yvette Auriac, « Un procès misérable ? », Centre Régional de Documentation Pédagogique du Languedoc (...)
  • 10 Byron Z. Wolf, « Chasing the Wind », op. cit.
  • 11 Ibidem.

3Grâce à – ou à cause de – cette nouvelle loi, Gone With the Wind ne tombera dans le domaine public qu’en 2031. Jusqu’à cette date, les droits d’auteur du roman sont exclusivement détenus par les héritiers de Margaret Mitchell (elle-même décédée en 1949), très stricts sur ce point. Si le film de 1939 avec Clark Gable et Vivien Leigh a bien été tourné avec l’accord de Margaret Mitchell et en collaboration avec elle, d’innombrables poursuites judiciaires ont été engagées par ses héritiers contre les diverses tentatives de ré-utiliser le roman, y compris à l’étranger : en 1987 par exemple ils assignèrent Régine Desforges en justice pour La Bicyclette bleue (l’auteur avait d’ailleurs elle-même annoncé l’emprunt de la trame de Gone With the Wind) avant d’être déboutés en 19959. A ce jour une seule suite a été autorisée (Scarlett, par Alexandra Ripley, en 1992) ainsi qu’une série télévisée, mais  « the trustees made sure they did not tread on the nostalgic South that Mitchell created»10. Pat Conroy, un écrivain du sud des États-Unis (auteur de The Prince of Tides, 1986), pourtant agréé par les neveux de Mitchell, a quant à lui renoncé à poursuivre devant les exigences des héritiers, qui refusaient que le thème de l’homosexualité ou celui des relations inter-raciales  fussent inclus dans la suite car  « such themes would mar the mystique of Gone With the Wind »11. Or ces deux thèmes sont explicitement traités dans The Wind Done Gone, le deuxième étant à la base même du roman.

  • 12 Julie Hilden, « “Gone With the Wind” versus “The Wind Done Gone” : Parody, Copyright, African-Ameri (...)
  • 13 Bernard Dupriez, Gradus. Les procédés littéraires, Ottawa : 10/18, 1980, 331.

4C’est pourquoi, pour échapper aux poursuites, The Wind Done Gone se présente d’emblée non pas comme une suite, mais comme une parodie de Gone With the Wind : «  The Unauthorized Parody » ; « A provocative literary parody that explodes the mythology perpetrated by a Southern classic », peut-on en effet lire sur la couverture du roman, ce qui le replace dans une tradition bien établie de la littérature anglophone : citons pour mémoire le Shamela de Henry Fielding (1741), où l’auteur ridiculise le Pamela de Richardson et avec lequel, dans une certaine mesure, The Wind Done Gone a quelques liens de parenté. La notion juridique de parodie a été définie par la Cour Suprême des États-Unis comme  « the use of some elements of a prior author’s composition to create a new one that, at least in part, comments on that author’s works»12. L’idée de commentaire de l’œuvre d’origine est capitale. Pour le Gradus, le dictionnaire des procédés littéraires, la parodie est « l’imitation consciente et volontaire, soit du fond, soit de la forme, dans une intention moqueuse ou simplement comique »13. The Penguin Dictionary of Literary Terms and Literary Theory insiste également sur l’aspect satirique de la parodie littéraire, et y ajoute une dimension pédagogique :

  • 14 J. A. Cuddon, The Penguin Dictionary of Literary Terms and Literary Theory, London : Penguin, 1991, (...)

The imitative use of the words, style, attitude, tone and ideas of an author in such a way as to make them ridiculous. This is usually achieved by exaggerating certain traits, using more or less the same technique as the cartoon caricaturist. In fact, a kind of satirical mimicry. As a branch of satire its purpose may be corrective as well as derisive14,

dimension qui est reprise et amplifiée par le Grolier :

  • 15 Article «  parody  », 1996 Grolier Multimedia Encyclopedia..

Parody is the artful and subversive use of mimicry to expose pretension or falsity in the original that it imitates... Parody is a literary technique often used to mock the characteristic styles of writers and make their work seem ludicrous [...] Parody usually intends to deflate its victim but also has more complex, creative purposes that it shares with pastiche. The literary parodist is characteristically ironical, addressing a skeptical, knowledgeable audience15.

5The Wind Done Gone se présente bien comme un commentaire satirique à but pédagogique de Gone With the Wind. Pour ses défenseurs,

  • 16 «  Letter of Support  » by American writers, scholars, entertainers, and citizens of the United Sta (...)

The discussion of the painful legacy of slavery is ongoing among American citizens across the nation. Because of the extraordinary popularity of Gone With the Wind and its unique mythic status, Mitchell’s novel has become a prime source of knowledge about plantation life for much of mainstream America. Now is the time for the American public to hear another perspective on this legend. We feel it is urgent for the public to engage a full discussion of the important issues raised by Ms. Randall’s satiric commentary on the characters and events that have become so well known through the vehicle of Gone With the Wind16.

  • 17 Patti Embry-Tautenhan, « Toni Morrison and Major Associations Join Leading Authors and Scholars in (...)

6Le roman d’Alice Randall propose certainement un autre point de vue sur les personnages et les principaux événements de Gone With the Wind. Un autre point de vue narratif d’abord : alors que Gone With the Wind est un récit de facture classique à la troisième personne, The Wind Done Gone, comme le fait remarquer Toni Morrison,  « is written in the form of a diary discovered among the papers of a deceased woman – a form with precedents much older than the novel genre. The diary form demands the first-person point of view, completely unlike the narrative voice and point of view of Gone With the Wind»17.

  • 18 Byron Z. Wolf, op. cit.
  • 19 Alice Randall, The Wind Done Gone, New York : Houghton Mifflin, 2001, 158.
  • 20 C’est déjà ainsi que Scarlett la surnomme au début de Gone With the Wind : « that stupid little foo (...)
  • 21 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 46.
  • 22 Ibidem, 101.
  • 23 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 3.
  • 24 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 1.
  • 25 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 1037.
  • 26 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 208.
  • 27 Ibidem, 55.

7L’histoire est racontée par Cynara, la fille de l’Irlandais  « Planter » – Gerald O’Hara dans Gone With the Wind – et de la Mammy noire de la famille, et donc la demi-sœur de Scarlett, qui est désignée dans le roman comme « Other ». Une bonne partie des personnages du roman d’origine se retrouvent dans The Wind Done Gone. C’est d’ailleurs l’un des reproches formulés par les héritiers de Margaret Mitchell : pour eux,  « Randall essentially copied fifteen characters, even though she renames them »18. Cependant, l’intention parodique de l’auteur est manifeste dans la manière dont les noms des personnages principaux de Gone With the Wind sont transformés : ainsi Rhett Butler, qui est d’abord désigné par son initiale  « R », devient à la fin du roman  Debt Chauffeur (« That’s my name for him now »19) ; Melanie Wilkes est  Mealy Mouth20 ; Ashley Wilkes est  Dreamy Gentleman ; Miss Pittypat Hamilton, la tante de Melanie, est Miss Pattypit21 ; India, l’ennemie jurée de Scarlett, est métamorphosée en China22 ; quant à Pork, l’esclave-en-chef des O’Hara, il devient Garlic. Le nom de Belle Watling, la tenancière de maison close, est anglicisé en Beauty. Cependant c’est le nom de la plantation des O’Hara qui est le plus ridiculisé, puisque Tara devient Tata. Sur le plan stylistique, l’incipit et l’excipit du roman d’origine sont également parodiés : alors qu’au début de Gone With the Wind, « Scarlett O’Hara was not beautiful, but men seldom realized it when caught by her charm »23, dans The Wind Done Gone, « She was not beautiful, but men seldom recognized this, caught up in the cloud of commotion and scent in which she moved »24 ; et le célèbre « After all, tomorrow is another day »25 est transformé à la fin de The Wind Done Gone: « For all those we love for whom tomorrow will not be another day, we send the sweet prayer of resting in peace »26. En ce qui concerne les autres noms, l’aspect pédagogique et militant l’emporte cependant sur l’aspect satirique : c’est par exemple le cas de « Twelve Oaks », la plantation des Wilkes dans Gone With the Wind. La narratrice de The Wind Done Gone prétend ne pas se souvenir du nom qui a été donné au domaine par ses propriétaires et affirme que le véritable nom de la plantation est « Twelve Slaves Strong As Trees » : « There were twelve columns across the front of that slave-built house. They stood for the original twelve dark men who cleared the land. And the lines, the flutes, on those columns stood for the stripes on those slaves’ backs. They didn’t know any of that, but we did »27.

  • 28 Ibid., 26.
  • 29 Pour en savoir plus sur cette affaire, consulter, par exemple, Kenneth Davis, Don’t Know Much About (...)
  • 30 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., respectivement, 192, 125 et 90.

8Ce côté militant se retrouve également dans les personnages mineurs, qui n’existent pas nécessairement dans Gone With the Wind. Ainsi la cuisinière de Cynara s’appelle-t-elle Portia Dred : « She chose the name from the stories I told her, from the books in my library »28. Portia est bien sûr une allusion à l’héroïne du Merchant of Venice de Shakespeare, mais Dred réfère à la décision de la Cour Suprême de 1857 dans l’affaire Dred Scott v. Sandford, où les juges déclarèrent qu’un Noir, qu’il fût esclave ou homme libre, ne pouvait pas être considéré comme citoyen américain au sens où l’entendait la Constitution et en conséquence ne pouvait pas intenter de procès devant une cour fédérale29. Ce mélange culturel est fréquent dans le The Wind Done Gone, où la narratrice, esclave affranchie, cite aussi bien Dickens que Molière ou les Sonnets de Shakespeare30 (« I will not to the marriage of true minds admit impediments »), contrastant ainsi explicitement l’étendue de ses connaissances littéraires et l’inculture notoire de sa demi-sœur Scarlett O’Hara dans le roman d’origine.

  • 31 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 1032.
  • 32 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 20.

9Même si la revendication parodique de The Wind Done Gone est pleinement justifiée, aussi bien sur le plan juridique que littéraire, l’ensemble de l’œuvre ne se limite cependant pas à cela. C’est aussi chronologiquement la suite du roman d’origine : en effet Gone With the Wind débute en avril 1861, au tout début de la guerre de Sécession, et se termine en 1873 alors que Scarlett a vingt-huit ans (à la question de Rhett « How old are you, my dear ? », Scarlett répond « Twenty-eight »31) et The Wind Done Gone commence précisément le 25 mai 1873, le jour du vingt-huitième anniversaire de la narratrice, qui a donc le même âge que sa demi-sœur Scarlett, exactement un mois après la fin de Gone With the Wind (« That was just a month ago », dit Cynara au début de The Wind Done Gone32). De nouveaux personnages, réels (Frederick Douglass) ou imaginaires (« The Congressman ») apparaissent, et Cynara vit de nombreuses aventures à Washington, New Orleans... Cependant cette suite est aussi à la fois une ré-interprétation et une ré-écriture des principaux événements de Gone With the Wind, relatés du point de vue extrêmement critique de l’esclave. C’est d’ailleurs ce qu’ont bien vu les héritiers de Margaret Mitchell, qui ont fait insérer de manière tout à fait inhabituelle sur la page de l’ouvrage où sont traditionnellement notées toutes les informations techniques concernant l’œuvre (date de publication, catalogue de la Bibliothèque du Congrès, copyright, etc.), l’avertissement suivant : « This novel is the author’s critique of and reaction to the world described in Margaret’s Mitchell Gone With the Wind. It is not authorized by the Stephens Mitchell Trusts, and no sponsorship or endorsement by the Mitchell Trusts is implied ».

  • 33 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 1035.

10Les exemples de ré-écritures directes d’épisodes bien connus de Gone With the Wind abondent. Pour n’en citer qu’un seul, prenons la scène du célèbre  « My dear I don’t give a damn », qui fit scandale à l’époque, entre Rhett et Scarlett à la fin de Gone With the Wind33, et qui est revue ainsi The Wind Done Gone

  • 34 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 20.

But the walls have ears, and her maid told my maid, and my maid told me, that Other had run back from Mealy Mouth’s deathbed to find R. already packed. That she had declared her love and pleaded with him. That he had cursed her but called her my darling or dear, but he told her he didn’t give a tinker’s damn what happened to her. When he walked out, she sat down on the stairs and cried. Then she ran home to my mother34.

  • 35 Ibidem, 46.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid., 204.
  • 38 Ibid., 63.
  • 39 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 57.
  • 40 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 53.
  • 41 Ibidem, 63.

11Cependant la ré-écriture va plus loin encore. Les héros de Gone With the Wind sont passablement égratignés : Scarlett/Other est hystérique ; Rhett/Debt Butler,  vieillissant et pitoyable ; Ashley/Dreamy Gentleman est homosexuel et a eu une liaison avec le frère aîné de Melanie et le frère de Prissy/Miss Priss35 ; quant à Melanie/Mealy Mouth, c’est une meurtrière qui n’hésite pas à sacrifier le bébé de Dilcey et de Garlic pour que son propre fils survive, et qui donne l’ordre que le frère de Prissy/Miss Priss, l’un des amants d’Ashley, soit  « whipped up dead »36 pour cacher l’homosexualité d’Ashley  « because something he said about a time he had had with Dreamy Gentleman »37. Ce sont en fait les esclaves qui sont les véritables maîtres du domaine, en secret au début (« Garlic pulled the string, and Planter danced like a bandy-legged Irish marionette »38), ouvertement à la fin puisque, à la mort de Other, Garlic rachète la plantation grâce à l’héritage de Cynara. De plus, loin d’être aveuglément fidèles à la famille O’Hara, ils n’hésitent pas à éliminer ceux qui sont ressentis comme une menace, même potentielle. Ainsi trois fils O’Hara morts en bas âge sont mentionnés dans Gone With the Wind : « Then followed three little boys, each of whom died before he had learned to walk – three little boys who now lay under the twisted cedars in the burying ground a hundred yards from the house, beneath three stones, each bearing the name of “Gerald O’Hara, Jr” »39. The Wind Gone Done reprend cette information, mais en apportant une précision supplémentaire : c’est Mammy, loin d’être comme le pensent les Blancs « the loyal old servant who, Christ-like, sacrificed herself for others », qui a commis les trois infanticides, comme l’apprend Cynara lors de l’enterrement de sa mere 40: « “Your Mama killed those boys soon as they were born.” “Why would she do that ?” “What would we a done with a sober white man on this place ?” »41.

  • 42 Ibid., 46. Pourtant, dans Gone With the Wind, Prissy n’est pas présente quand Melanie meurt en couc (...)
  • 43 Ibid., 43-44.

12De plus Miss Priss venge la mort de ses frères, l’amant d’Ashley et le bébé supplanté par le fils d’Ashley et de Melanie, en causant à son tour la mort de Melanie : « Miss Priss was there both times Mealy Mouth gave birth, the time she died, and the time she almost died »42, et aussi : « Don’t I understand why Miss Priss killed Mealy Mouth ? Don’t I remember Garlic’s wife with Mealy Mouth and Dreamy Gentleman’s Harvard going brat at her breast ? Miss Priss lost two brothers to that woman »43.

  • 44 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 521.
  • 45 Allusion transparente mais passablement anachronique à la chanson de Billie Holiday, « Strange Frui (...)
  • 46 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 83.

13Nous sommes bien loin de l’Oncle Tom... Cependant, d’une manière assez paradoxale, les points de vue des deux romans se rapprochent parfois, notamment au sujet des conséquences catastrophiques de l’après-guerre civile sur la société du sud des États-Unis et notamment les relations entre ex-maîtres et ex-esclaves. Ainsi, alors que le narrateur de Gone With the Wind constate que « the scourge of war had been followed by the worst scourge of Reconstruction »44, dans The Wind Done Gone l’héroïne remarque : « They’re hanging black men all through the trees. Strange fruit grow in the Southern night45.  It’s the boil of Reconstruction, whites killing blacks. They didn’t kill us as often, leastways not directly, when they owned us »46.

  • 47 Patti Embry-Tautenhan, op. cit.
  • 48 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 42.
  • 49 Ibidem, 418.
  • 50 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 518.
  • 51 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 124.
  • 52 Ibidem, 203.

14Comme l’a bien vu Toni Morrison, « what Miss Randall’s book does is imagine and occupy narrative spaces and silences never once touched upon nor conceived of in Mrs. Mitchell’s novel... »47. L’histoire d’Ellen, la mère de Scarlett, et de son cousin Philippe, est typique de cette manière de remplir les blancs laissés par l’hypotexte. Dans Gone With the Wind, Ellen Roblillard accepte d’épouser Gerald O’Hara car son père refuse qu’elle se marie avec l’homme qu’elle aime, son cousin Philippe : « For when Philippe, with his snapping eyes and his wild ways, left Savannah forever, he took with him all the glow that was in Ellen’s heart and left for the bandy-legged little Irishman who married her only a gentle shell »48. Philippe disparaît mais Ellen continue à l’aimer en secret. En mourant c’est son cousin qu’elle appelle, comme le raconte Dilcey à Scarlett : « [Miss Ellen] set right up in bed and cry out loud, time and again, “Feeleep ! Feeleep !” I ain’ never heerd so sech name but it wuz a name and she wuz callin’ him »49. La question que se pose Scarlett – « Philippe – who was he and what had he been to Mother that she died calling him ? »50– trouve une réponse dans The Wind Done Gone. En effet, en lisant les lettres d’amour des cousins, soigneusement conservées par Ellen, Cynara découvre le secret de famille des Robillard : dans une de ses dernières lettres, Ellen apprend à Philippe ce que lui a révélé sa mère : « Our great-grandmother [...] was a Negresse »51. Si les parents d’Ellen refusent qu’elle épouse Philippe, c’est parce que les cousins, tout en étant apparemment blancs, ont tous les deux du sang noir, et risquent donc d’avoir des enfants noirs... À la fin de The Wind Done Gone, la situation est complètement inversée : Cynara, elle-même mulâtre, craint que son fils ne soit pas assez noir de peau : «  He came into the world so pale, his mother fretted for days over his little Moses crib, praying for a little dark to come in »52. La Négritude chère à Leopold Senghor, loin d’être honteuse et cachée, est ainsi devenue pour l’héroïne de The Wind Done Gone objet de fierté et de revendication.

15The Wind Done Gone est sans conteste une ré-écriture contemporaine, parodique et militante, de Gone With the Wind. À ce titre, c’est un roman intéressant, agréable à lire et estimable. Mais est-ce un grand roman ? Comme beaucoup de ré-écritures, comparé à l’original, il est en fait peu crédible, tant sur le plan stylistique (le langage pseudo-fin du XIXe siècle de l’héroïne ne « sonne » pas juste) que sur celui de la cohérence psychologique de certains personnages (Lady, en particulier, n’est pas du tout en phase avec la Ellen de Gone With the Wind). En tant que parodie, malheureusement, « it cannot transcend that which it seeks to overturn », comme le fait remarquer Claire Davis avant de continuer :

If Randall came to bury Scarlett, not to praise her, she has done neither. Gone With the Wind still remains at the center of The Wind Done Gone. And if Cynara manages to break free from Other, Randall cannot break free from Margaret Mitchell. [...] It is curious that in Randall’s attempt to move us away from the land created by Margaret Mitchell she brings us closer to it. Cynara may have left Atlanta at the end of the novel, but Randall’s readers are still back at Tara53.

  • 54 Christian Gutleben, Nostalgic Postmodernism. The Victorian Tradition and the Contemporary British N (...)
  • 55 Ibidem, 66.
  • 56 J’emprunte à Christian Gutleben le titre du premier chapitre de la troisième partie de son ouvrage.

16Enfin, même si de nombreux passages de Gone With the Wind sont indéniablement choquants pour le lecteur contemporain, ce que Christian Gutleben a écrit dans son ouvrage sur les romans britanniques « rétro-victoriens » contemporains peut également s’appliquer ici au domaine américain : « the emphasis on the ill-treatment of women, homosexuals or the lower classes is not all shocking or seditious today ; on the contrary, it is precisely what the general public wants to read »54. Gutleben continue plus loin : « This emphasis on the social and sexual harms of the past can be read positively as the expression of a sense of historical injustice, it can also be construed cynically as the compliance with the hegemony of the politically correct »55. Il semble bien qu’Alice Randall soit sincère dans sa dénonciation de la société esclavagiste exaltée par Gone With the Wind, mais il n’en reste pas moins que la « tyrannie du politiquement correct »56 peut entraîner a contrario chez le lecteur contemporain une certaine méfiance vis-à-vis de ce genre de romans.

Haut de page

Bibliographie

CUDDON J. A. The Penguin Dictionary of Literary Terms and Literary Theory, Harmondsworth : Penguin, 1991.

DAVIS Kenneth C. Don’t Know Much About History, New York : Avon Books, 1995.

DUPRIEZ Bernard, Gradus. Les procédés littéraires, Ottawa : 10/18, 1980.

GUTLEBEN Christian, Nostalgic Postmodernism. The Victorian Tradition and the Contemporary British Novel, Amsterdam and New York : Rodopi, 2002.

MITCHELL Margaret, Gone With the Wind, New York : Macmillan, 1936.

RANDALL Alice, The Wind Done Gone, New York : Houghton Mifflin, 2001.

Articles et sites internet (consultés entre février et avril 2002)

AURIAC Yvette, « Un procès misérable ? », Centre Régional de Documentation Pédagogique du Languedoc-Roussillon <http://www.ac-montpellier.fr/crdp/services/arts_culture/docs/victor_hugo.htm>.

DAVIS Claire, « Review: “The Wind GoneDone”, a mild breeze », 29 juin 2001, <http://www.cnn.com/2001/SHOWBIZ/books/06/29/review.wind.gone.done/index.html>.

EMBRY-TAUTENHAN Patti, « Toni Morrison and Major Associations Join Leading Authors and Scholars in Opposition to Mitchell Trust’s Efforts to Prevent Book Publication »,<http://www.thewinddonegone.com/april16pr.html>.

HILDEN Julie, « “Gone With the Wind” versus “The Wind Done Gone” : Parody, Copyright, African-Americans, And the First Amendment », 30 avril 2001, <http://writ.news.findlaw.com>.

HOHMAN Kimberley, « Frankly, My Dear, It’s a Parody », <http://racerelations.about.com/library/weekly/aa051401a.htm>.

HOUGHTON MIFFLIN, « Information About Suntrust Bank vs. Houghton Mifflin Company : “The Wind Done Gone : Questions and Answers about the dispute” », <http://www.thewinddonegone.com/>.

NEUHART Al, « Is “Wind Done Gone” a parody or a steal ?», USA Today, 22 juin 2001, <http://www.usatoday.com/news/comment/columnists/neuharth/2001-06-22-neuharth.htm>.

PUBLIC KNOWLEDGE, <http://www.publicknowledge.org/content/legislation/legislation-sonny-bono>.

SAFIRE William, « Frankly, My Dear... », The New York Times on the Web, 14 mai 2001, <http://www.nytimes.com/2001/05/14/opinion/14SAFIhtml>.

GILLMOR Dan, « Copyright tempest over “The Wind Done Gone” is outrageous », 25 avril 2001, <http://www.siliconvalley.com>.

WOLF Z. Byron, « Chasing the Wind », <http://www.abcnews.com>, 25 mai 2001.

Haut de page

Notes

1 Byron Z. Wolf, « Chasing the Wind », 25 mai 2001, <http://www.abcnews.com>.

2 Houghton Mifflin, Information About Suntrust Bank vs. Houghton Mifflin Company : « The Wind Done Gone : Questions and Answers about the dispute », <http://www.thewinddonegone.com/qandas.html>.

3 William Safire, « Frankly, My Dear... », The New York Times on the Web, 14 mai 2001, <http://www.nytimes.com/2001/05/14/opinion/14SAFI.html>.

4 Al Neuharth, « Is “Wind Done Gone” a parody or a steal ? », USA Today, 22 juin 2001, <http://www.usatoday.com/news/comment/columnists/neuharth/2001-06-22-neuharth.htm>.

5 Dan Gillmor, « Copyright tempest over “The Wind Done Gone” is outrageous », 25 avril 2001, <http://www.siliconvalley.com>.

6 William Safire, « Frankly, My Dear...», op. cit.

7  SiliconValley.com, op. cit.

8 « Eldred vs. Ashcroft challenged the Constitutionality of the CTEA’s (Copyright Term Extension Act) retroactive and prospective copyright extension. On January 15, 2003, a majority of the Court determined that Congress has significant leeway when setting the terms of copyright and ruled that the CTEA did not violate the Constitution » (Public Knowledge, <http://www.publicknowledge.org/content/legislation/legislation-sonny-bono>).

9 Yvette Auriac, « Un procès misérable ? », Centre Régional de Documentation Pédagogique du Languedoc-Roussillon, <http://www.ac-montpellier.fr/crdp/services/arts_culture/docs/victor_hugo.htm>.

10 Byron Z. Wolf, « Chasing the Wind », op. cit.

11 Ibidem.

12 Julie Hilden, « “Gone With the Wind” versus “The Wind Done Gone” : Parody, Copyright, African-Americans, And the First Amendment », <http://writ.news.findlaw.com>.

13 Bernard Dupriez, Gradus. Les procédés littéraires, Ottawa : 10/18, 1980, 331.

14 J. A. Cuddon, The Penguin Dictionary of Literary Terms and Literary Theory, London : Penguin, 1991, 682.

15 Article «  parody  », 1996 Grolier Multimedia Encyclopedia..

16 «  Letter of Support  » by American writers, scholars, entertainers, and citizens of the United States, <http://www.thewinddonegone.com/letter.html>.

17 Patti Embry-Tautenhan, « Toni Morrison and Major Associations Join Leading Authors and Scholars in Opposition to Mitchell Trust’s Efforts to Prevent Book Publication », <http://www.thewinddonegone.com/april16pr.html>.

18 Byron Z. Wolf, op. cit.

19 Alice Randall, The Wind Done Gone, New York : Houghton Mifflin, 2001, 158.

20 C’est déjà ainsi que Scarlett la surnomme au début de Gone With the Wind : « that stupid little fool who can’t open her mouth except to say “Yes” or “No” and raise a passel of mealy-mouthed brats just like her » (Margaret Mitchell, Gone With the Wind, New York : Macmillan, 1936, 117).

21 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 46.

22 Ibidem, 101.

23 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 3.

24 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 1.

25 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 1037.

26 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 208.

27 Ibidem, 55.

28 Ibid., 26.

29 Pour en savoir plus sur cette affaire, consulter, par exemple, Kenneth Davis, Don’t Know Much About History, New York : Avon Books, 1995, 157-158.

30 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., respectivement, 192, 125 et 90.

31 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 1032.

32 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 20.

33 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 1035.

34 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 20.

35 Ibidem, 46.

36 Ibid.

37 Ibid., 204.

38 Ibid., 63.

39 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 57.

40 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 53.

41 Ibidem, 63.

42 Ibid., 46. Pourtant, dans Gone With the Wind, Prissy n’est pas présente quand Melanie meurt en couches (Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 1018).

43 Ibid., 43-44.

44 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 521.

45 Allusion transparente mais passablement anachronique à la chanson de Billie Holiday, « Strange Fruit » (1939).

46 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 83.

47 Patti Embry-Tautenhan, op. cit.

48 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 42.

49 Ibidem, 418.

50 Margaret Mitchell, Gone With the Wind, op. cit., 518.

51 Alice Randall, The Wind Done Gone, op. cit., 124.

52 Ibidem, 203.

53 Claire Davis, « Review : The Wind Done Gone, a mild breeze », 29 juin 2001, <http://www.cnn.com/2001/SHOWBIZ/books/06/29/review.wind.gone.done/index.html>.

54 Christian Gutleben, Nostalgic Postmodernism. The Victorian Tradition and the Contemporary British Novel, Amsterdam and New York : Rodopi, 2002, 11.

55 Ibidem, 66.

56 J’emprunte à Christian Gutleben le titre du premier chapitre de la troisième partie de son ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Roblin, « From Parody to Rewriting: Margaret Mitchell’s GoneWith the Wind (1936) vs Alice Randall’s The Wind Done Gone (2001) », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. II - n°5 | 2004, 119-131.

Référence électronique

Isabelle Roblin, « From Parody to Rewriting: Margaret Mitchell’s GoneWith the Wind (1936) vs Alice Randall’s The Wind Done Gone (2001) », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. II - n°5 | 2004, mis en ligne le 02 novembre 2009, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2911 ; DOI : 10.4000/lisa.2911

Haut de page

Auteur

Isabelle Roblin

Dr. (Boulogne, France)
Isabelle Roblin is a senior lecturer at the Université du Littoral-Côte d’Opale, France, where she teaches courses in contemporary British and American literature. She wrote her thesis on “Kinship in Graham Swift’s works (1976-1992)” and her current field of research is the rewriting of classics, both British and American, by contemporary novelists.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals