Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. II - n°4Introduction

Texte intégral

1Ce numéro de La Revue LISA/LISA e-journal se concentre sur la valeur et l’authenticité du témoignage historique lorsqu’il est véhiculé par une forme littéraire subjective, qu’il s’agisse du témoignage autobiographique né de l’expérience vécue ou bien de l’interprétation subjectivée du témoignage par la fiction littéraire.

  • 1  Nous emploierons donc toujours cet adjectif entre guillemets.

2Le champ scientifique que cette thématique se propose de couvrir est celui des études culturelles américaines des XIXe et XXe siècles directement en lien avec les écritures dites « minoritaires ». Cette formulation est d’ailleurs contestable puisqu’il s’agit là d’une traduction hâtive de l’anglais « minority » utilisé dans sa forme adjectivale. Plutôt que d’écritures « minoritaires »1, nous traiterons donc plus exactement des écritures – au sens d’expressions artistiques – issues des minorités. Dans ce domaine, plus encore que dans n’importe quel autre, la mémoire et le témoignage individuels sont les seuls garants de la permanence d’un savoir historique qui permet la protection et la perpétuation d’une identité culturelle.

3Dans un premier temps, et pour se concentrer sur le XIXe siècle américain, il sera intéressant de voir comment la voix « minoritaire » qui s’exprime directement sous l’impulsion des traumatismes de l’histoire vécue peut être relayée – ou bien trahie, et il sera important de démontrer comment et pourquoi – par la voix fictionnelle d’une tierce personne. Par le biais de l’analyse comparée, il sera probant de voir en particulier – mais il ne s’agit là que d’un exemple – dans quelle mesure les récits d’esclaves, lorsqu’ils sont utilisés comme base fictionnelle d’écrits abolitionnistes, peuvent offrir une piste d’observation de ce jeu croisé entre témoignage authentique et témoignage « rapporté ». Nous pourrons également songer aux textes biographiques ou autobiographiques de certains chefs indiens témoignant directement de la situation indienne à la fin du XIXe siècle et à l’interprétation qui en a été faite par des tiers « recueillant » leur voix afin de produire des « biographies » écrites, de type autobiographique. Traversée du regard et de la voix de l’Autre (ex. Black Elk Speaks, étudié dans ce numéro par Alan R. Velie), cette voix « rapportée » devenue écrit, a-t-elle la même valeur de témoignage que la voix directe ? Y a-t-il manipulation possible de cette voix primordiale ?

4Cette thématique du témoignage « minoritaire » – et, une fois encore, le terme même devra être mis en perspective – direct ou indirect se poursuit au XXe siècle dans le cadre d’une réappropriation par les écrivains issus des minorités du souvenir de leurs ancêtres. Ainsi la fiction devient pour bien des auteurs noirs américains ou amérindiens, par exemple, un medium idéal de communication et de transmission d’une mémoire ancienne ainsi préservée. À nouveau, le rapport intime entre « témoignage direct » et « témoignage indirect » entre en action, mais avec de tout autres enjeux qui peuvent être, en particulier dans les communautés afro–américaines et amérindiennes, la survie de la mémoire ancestrale (mémoire de l’Afrique, mémoire de l’esclavage, mémoire de la tribu, tradition orale, etc.). Il s’agira de démontrer, ce à quoi s’emploient les auteurs regroupés dans ce volume, les mécanismes qui régissent, là encore, le passage de la mémoire de l’origine au témoignage contemporain et les modes littéraires employés pour préserver les patrimoines culturels concernés. Il sera également intéressant de s’attarder sur l’expression artistique des minorités historiquement plus récentes et liées à la conquête et à l’annexion de nouveaux territoires ou bien encore à l’immigration, comme la communauté « chicana ».

5Les articles qui constituent ce numéro sur l’expression artistique des minorités aux États-Unis sont extrêmement variés et riches d’apports scientifiques nouveaux. Les chercheurs ayant contribué à cette réflexion – qui n’en est encore qu’à ses débuts puisqu’elle ne demande qu’à s’élargir aux minorités religieuses, sexuelles ou plus largement encore « sociales » – sont européens, africains, américains. Ces approches multiples et internationales convergent toutes vers le même centre : l’importance vitale de la notion de témoignage pour toute communauté vivant en marge d’un groupe dominant. Les minorités envisagées dans le présent numéro sont principalement ethniques (les articles traitent entre autres sujets des communautés amérindienne, afro-américaine et chicana…) et l’ensemble de ces travaux renvoie des États-Unis l’image tout à fait moderne et réaliste d’une mosaïque culturelle bouillonnante et vivante. Très souvent, et l’on ne peut dire qu’il s’agit là d’un hasard, ces textes-témoignages – sources primaires – ont été écrits par des femmes, issues des minorités ou bien les observant de l’extérieur avec intérêt et compassion. Quelle que soit l’origine sociale ou ethnique des femmes qui s’expriment alors, la voix qui s’élève est celle de la « minorité des femmes » – « minorité » en englobant bien d’autres – vivant dans un monde éminemment masculin, conquérant et misogyne.

  • 2  Yves-Charles Granjeat, « Les Littératures hispaniques aux États-Unis », Les Littératures des minor (...)

6Lors du recensement de 2000, les États-Unis affichaient le découpage ethnique suivant : 75,1% de Blancs, 12,5% de Latinos, 12,3% de Noirs, 3,6% d’Asiatiques et 0,9% d’Amérindiens2. Les minorités ethniques représentent donc un fort pourcentage de la population globale mais il n’en demeure pas moins vrai que malgré une progression démographique importante dans l’ensemble de ces communautés, appartenir à une minorité ethnique reste – et ce malgré le système de discrimination positive mis en place – un marquage négatif d’un point de vue culturel et social. L’intégration n’est jamais allée de soi aux États-Unis et continue à être un problème national. Tous les travaux regroupés dans ce volume soulignent combien cette « mise à la marge » forcée a, au cours des deux derniers siècles, redynamisé les arts, et en particulier la littérature, issus des minorités aux États-Unis. Ce numéro s’érige donc, à travers une série d’exemples tout à fait significatifs, en un hommage à ces artistes, vivant ou ayant vécu aux États-Unis, en démocratie ou dans les fers. Ces pages, modestes et respectueuses du texte et de la création de l’Autre, forment comme un hymne à leur courage et à leur créativité. Elles semblent signifier que la notion même de « minoritaire » ne peut être envisagée que dans un cadre « démographique » – et même à cet égard, elle est d’ailleurs en pleine évolution – et qu’elle devrait disparaître de notre vocabulaire critique tant les œuvres et les parcours évoqués sont émouvants et humainement enrichissants. Universels, ces témoignages ne sont en rien « moins » importants, « moins » fondamentaux, ou « moins » canoniques que l’ensemble des expressions artistiques dites mainstream.

7Ce volume se conclura par une partie VARIA, qui est une tribune libre où sont présentés des intervenants de la vie politique ou scientifique du monde anglo-saxon, sous la forme d’interviews exclusives ou bien d’analyse synthétique d’une œuvre. Ainsi, nous pourrons entendre les voix de Michael D. Higgins, premier homme politique travailliste Ministre de la Culture en Irlande de 1993 à 1998 et de Colm O’ Briain, son conseiller durant cette période clé, tous deux interviewés par Alexandra Dilys-Slaby. Nous découvrirons également la poésie, neuve et atypique, de Mary Kennan Herbert grâce à Jennifer Kilgore.

8Tous nos remerciements vont donc aux collègues qui ont ainsi permis la constitution de cet ensemble harmonieux. Ces remerciements s’adressent tout particulièrement à un magnifique écrivain, qui ayant découvert La Revue LISA grâce à une collègue américaine de l’Université de Los Angeles, a accepté de se joindre à nous pour, à son tour, « témoigner ». Francophile, fervent défenseur des valeurs démocrates, brillant chroniqueur, Russell Banks est en effet parmi nous dans ce volume. Par amitié, il nous fait la grâce de nous accorder un entretien exclusif afin de nous exposer ses conceptions sur la liberté, l’identité et la mémoire et d’évoquer avec la chercheuse américaine Kimberly Rae Connor l’origine de certaines de ses créations. Il définit ainsi avec clarté et force la valeur du témoignage dans la construction de l’identité américaine. Refermons la parenthèse de nos réflexions par la définition que nous offre Russell Banks de ce qu’est la véritable littérature et de ce vers quoi elle devrait idéalement tendre :

That creation of mythology is something I think most American writers have abandoned, that responsibility, that high ambition. The Beat generation of writers was the last generation of American writers who had that high ambition for themselves. It is the same ambition Poe, Hawthorne, Melville, Whitman, and Twain had. Now it is individualistic, not in a selfish and egoistic way, but there is no group identity or belief that you can change the world if you hang together. I don’t think we have that sense of being able to change the world. I think we have to get there. The idea of creating myth or a national or a people’s identity is a grander thing than what most writers are doing now. […] Those phrases wouldn’t have sounded ridiculous in the past and they don’t sound ridiculous in Joyce’s mouth. You know, when Hawthorne says he wants to create an American literature that is truly American. When Melville says he wants to find a metaphor that defines everything. When Whitman sets out to create an American mythos. This is grandiose, but it is necessary.

Haut de page

Notes

1  Nous emploierons donc toujours cet adjectif entre guillemets.

2  Yves-Charles Granjeat, « Les Littératures hispaniques aux États-Unis », Les Littératures des minorités aux États-Unis, Éditions du temps, 2003, 141.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Garrait-Bourrier, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. II - n°4 | 2004, 1-4.

Référence électronique

Anne Garrait-Bourrier, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. II - n°4 | 2004, mis en ligne le 03 novembre 2009, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2917 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.2917

Haut de page

Auteur

Anne Garrait-Bourrier

Dr. (Clermont-Ferrand, France)
Anne Garrait-Bourrier est maître de conférences à l’Université Blaise Pascal de Clermont II où elle enseigne la littérature américaine du XIXe siècle. Spécialiste d’études culturelles américaines et de littérature amérindienne, elle a publié L’Esclavage aux États-Unis, du déracinement à l’identité, collection Les Essentiels Ellipses, 2001 ; Les Indiens aux États-Unis: renaissance d’une culture, en collaboration avec Monique Vénuat, Les Essentiels, Ellipses, 2002 ; Écriture(s) de la guerre aux États-Unis, des années 1850 aux années 1970, ouvrage collectif co-dirigé par Patricia Godi-Tkatchouk, Collection Textes du CRLMC, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2003.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search