Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. II - n°3Introduction

Texte intégral

1L’ouvrage collectif qui suit rassemble les communications données dans le cadre du colloque international « Opéra et société dans le monde anglophone », tenu en octobre 2003 à l’Université de Caen et organisé par l’Équipe de Recherche « Littérature et civilisation des pays de langue anglaise ». Ce colloque s’inscrivait dans une perspective résolument interdisciplinaire, puisqu’il rassemblait des anglicistes mais également des musicologues et spécialistes du théâtre. Une telle pluridisciplinarité était conditionnée par le sujet d’étude lui-même, si tant est que l’on considère cette entité hybride et composite qu’est l’opéra à la façon de Wagner, soit comme un Gesamtkunstwerk, une œuvre d’art totale au sein de laquelle fusionnent et tentent de s’harmoniser, dans un équilibre certes précaire et éminemment volatil, la musique, le drame, la poésie, la mimesis théâtrale – entre autres éléments.

2Cette essence interdisciplinaire de l’objet opéra prend un relief supplémentaire lorsqu’on rejette l’approche de l’ars gratia artis, lorsque l’on cesse de considérer l’œuvre d’art comme un en-soi détaché de toute contingence et de tout déterminisme afin d’envisager l’opéra en contexte, dans son contexte social, économique, bref, culturel, au sens le plus large de cet adjectif. D’ailleurs, peu de formes d’expression artistique sont aussi manifestement impliquées que l’opéra dans les conditions historiques et sociales présidant à leur développement. Il n’est que d’évoquer la multiplicité des forces qui doivent être convoquées pour que l’opéra advienne : ressource financières, souvent considérables, à mettre en œuvre, talents artistiques divers à conjuguer et à mettre à profit de manière coordonnée pour créer texte et musique et porter l’œuvre sur la scène, sans oublier les différents types de public qui s’approprient l’œuvre et l’utilisent pour satisfaire des besoins esthétiques mais également sociaux. De même que le bâtiment homonyme qui l’abrite et est souvent situé à un point stratégique de l’espace urbain, l’opéra proclame donc d’emblée l’importance du lien entre art et société.

3À cet égard, même si le genre opéra et la forme opéra ont considérablement évolué depuis leur création il y a précisément quatre siècles, l’opéra fut, dès le berceau, fortement influencé par le contexte qui le vit naître. C’est ainsi qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’opéra resta étroitement lié aux cours princières (mais le cas de l’Angleterre est plus complexe), l’un des vecteurs de l’ostentation et de la magnificence caractéristiques de la société de cour ; élément indispensable du theatre of greatness où se jouait la vie des rois et des grands, il resta longtemps le miroir des monarques et des élites aristocratiques détenant à la fois le pouvoir politique, économique et culturel.

4Dans leur diversité, les articles qui suivent reflètent les différentes directions de recherche et cadres de réflexion qui sont au cœur d’un champ scientifique de conception récente mais aujourd’hui en plein essor : la sociologie de l’opéra et, plus largement, la sociologie de la musique et des pratiques culturelles impliquant la musique. Cette discipline s’organise autour des deux axes suivants :

  • L’opéra en tant que forme artistique porteuse d’un message social, politique et/ou idéologique.
    Il s’agit de voir en quoi un opéra isolé ou un genre ou sous-genre lyrique spécifique est porteur d’un message social, surtout si celui-ci est véhiculé selon des modalités inhérentes au genre opéra. Plus généralement, les spécialistes adoptant cet axe de recherche s’interrogent sur la façon dont tel opéra – en particulier son livret, mais pas uniquement – est révélateur de la société et de la culture de l’époque et du lieu qui l’ont vu naître, dans la mesure où il se prête à la projection des idées, des conflits et des désirs caractérisant la société au sein de laquelle l’artiste accomplit son acte créatif.

  • L’opéra dans son contexte social : production et consommation.
    Ce second axe, concerne les dynamiques sociales, politiques, idéologiques et économiques qui influent sur la création lyrique et définissent le rapport de l’opéra au public. Sont étudiées en particulier les questions relatives à la production et à la consommation de l’art lyrique, son financement et le rôle du mécénat.

5Pour clore cette brève présentation, je souhaiterais formuler quelques remarques sur l’illustration qui se trouve au début du présent recueil. Il s’agit d’une gravure anonyme de 1763 représentant une émeute ayant eu lieu le 24 février à Covent Garden, lors d’une représentation de l’opéra anglais le plus célèbre de la seconde moitié du XVIIIe et le plus souvent représenté : Artaxerxes, d’après un livret de Métastase mis en musique par Arne. L’événement qui déclencha cette émeute est certes anecdotique mais hautement significatif si on le replace dans la perspective de notre thème « opéra et société » (il illustre d’ailleurs une interaction entre ces deux termes auquel on n’aurait peut-être pas songé d’emblée) : il s’agit de la décision prise par la direction du théâtre de mettre un terme à la réglementation permettant aux spectateurs arrivant en retard à la représentation de bénéficier d’une réduction de moitié du droit d’entrée.

6Cette image montre de façon exemplaire la perméabilité de la frontière entre la scène et le parterre, entre l’espace de la représentation et celui de la réalité, et donc, d’une certaine façon et par extrapolation, entre opéra et société. Une telle porosité est illustrée de façon à la fois très concrète et hautement symbolique par les membres du public mécontents, brandissant qui une épée, qui un bâton, et franchissant la barrière séparant le parterre et le proscenium afin de faire irruption dans l’espace de la représentation et menacer les chanteurs.

7Le lecteur est à présent invité à imiter ces spectateurs londoniens du XVIIIe siècle et à franchir – pacifiquement – la ligne de démarcation dans un sens comme dans l’autre, afin d’opérer d’incessants va-et-vient entre opéra et société dans le monde anglophone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Cervantes, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. II - n°3 | 2004, 1-3.

Référence électronique

Xavier Cervantes, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. II - n°3 | 2004, mis en ligne le 04 novembre 2009, consulté le 22 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2950 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.2950

Haut de page

Auteur

Xavier Cervantes

Dr. (Toulouse,-Le Mirail, France)
Xavier Cervantes est maître de conférences au département d’anglais de l’Université de Toulouse-Le Mirail. Il a rédigé plusieurs articles sur les rapports entre l’Angleterre et l’Italie, en particulier dans les domaines de la musique et de la peinture. Il a publié, comme auteur ou co-auteur, deux ouvrages sur l’Angleterre au XVIIIe siècle ; il a également co-dirigé un ouvrage sur la propagande en Grande-Bretagne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search