Navigation – Plan du site
Aspects de l’enseignement supérieur en Grande-Bretagne

L’Enseignement supérieur britannique en 2002 : incertaine démocratisation

Higher Education in Britain Today : Uncertain Democratization
Jean-Noël Evanno
p. 3-21

Résumé

The New Labour government consistently hypes up its aim to have 50% of young people participate in higher education by the end of the next decade. The last time student numbers soared was from 1988 to 1994, but several obstacles now seem to stand in the way of this project. The abolition of grants and the introduction of fees put many potential candidates off entering higher education. Students often have to resort to having jobs—at least part-time—so as to finance their studies. Nevertheless, many of them now run up considerable debts. Therefore, even as most potential recruits from the middle-class are entering higher education establishments, the less favoured classes are still reluctant to take the plunge—even though they have been encouraged for some years now to participate in larger numbers. What seems to act as a powerful brake on the expansion and the democratisation of the sector is the very structure of society—with deep-seated socio-economic inequalities—just as much as the contradictions between some of the policies now implemented.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  9 étudiants par enseignant en 1980, 13 en 1990, 18 aujourd’hui – autant que dans le secteur second (...)

1Depuis les années 1960, l’élargissement du secteur de l’enseignement supérieur britannique n’a jamais répondu à un plan d’ensemble ordonné ni consensuel ; plutôt, il s’est opéré par à-coups, au gré des choix idéologiques et budgétaires souvent antagonistes des gouvernements successifs. Malgré d’abondantes péripéties, la Grande-Bretagne a fini par combler un retard d’abord considérable sur la plupart des nations occidentales. En 1965, juste avant la première flambée des effectifs, les universités n’accueillaient que 400 000 étudiants ; ils sont aujourd’hui 1,8 million. Au lieu de 13% il y a seulement vingt ans, c’est 41% d’une classe d’âge qui se hisse aujourd’hui au niveau de l’enseignement supérieur. Ce raz-de-marée emporte depuis lors de profonds bouleversements dans les structures et dans la marche d’un système devenu pour beaucoup méconnaissable. Il peut sembler, en raccourci, que s’est effectuée la transition d’un système élitiste séculaire, selon l’archétype d’Oxbridge, à une université de masse, plus proche des modèles de l’Amérique du nord et de l’Europe continentale. Certains signes paraissent d’ailleurs l’attester : la quasi-disparition des tutorials réservés à une poignée d’étudiants, l’explosion du nombre moyen d’étudiants par enseignant1, ou encore la dégringolade du montant du financement public par tête, peuvent sembler la part du feu de la démocratisation.

2Pourtant, de profondes inégalités demeurent. Si les femmes ont rattrapé, puis doublé les hommes parmi les étudiants, la sous-représentation des classes populaires, et celle des minorités ethniques, reste très marquée. En outre, l’expansion du système semble aujourd’hui en panne. La dernière lame de fond est survenue entre 1988 et 1994, où les effectifs se sont élevés de 67%. Les cinq années suivantes n’ont vu qu’un accroissement de 6%. En janvier 1989, c’est Kenneth Baker, le ministre de l’éducation de Mme Thatcher, qui prophétisait un début de massification du système : l’accession d’un tiers d’une classe d’âge à l’enseignement supérieur en l’an 2000. C’est fait, et même un peu plus. En 2000, Anthony Blair se fait augure à son tour : 50% des jeunes gens de 18 à 30 ans atteindront ce niveau d’ici 2010. Faux prophète, simple utopiste, ou visionnaire bâtisseur ? C’est, en tout cas, à l’aune de cette projection que sera menée cette étude de la situation contemporaine du secteur de l’enseignement supérieur outre-Manche, et des politiques que l’on y met en œuvre.

Les nouveaux dispositifs : mode d’emploi

  • 2  Dispositions entérinées par le Teaching and Higher Education Act 1998.

3L’arrivée des nouveaux travaillistes au gouvernement en 1997 coïncide avec la publication du rapport de la commission Dearing, mise sur pied un an plus tôt, avec l’aval des trois grands partis, par un gouvernement conservateur en mal de projets et d’imagination, qui balance sur les orientations à donner à sa politique de l’enseignement supérieur. Un seul objectif semble assuré : l’ouverture du secteur doit se poursuivre. Mais il y a une condition. Le coût des études devra être supporté, pour partie, par ceux qui en sont présentés comme les premiers bénéficiaires : les étudiants eux-mêmes. Le gouvernement travailliste dévoile donc en juillet 1997, trois mois seulement après les élections qui le portent au pouvoir, l’instauration de frais d’inscription dans les établissements du supérieur, et la disparition progressive des bourses – achevée dès la rentrée 1999 –, remplacées par le recours généralisé à l’emprunt2.

  • 3 Via la Student Loans Company.

4Ces dispositifs ne sont pas parfaitement inédits : ici comme ailleurs, les nouveaux travaillistes suivent les brisées de leurs prédécesseurs. Alarmés par les coûts entraînés par l’arrivée d’un flux massif d’étudiants, les conservateurs avaient, depuis 1990, bloqué le montant des bourses et introduit un système de prêts. Leur parité théorique s’est progressivement dissoute dans l’inflation, qui a vu l’emprunt prendre une importance croissante. Cependant les bourses représentaient encore en 1997 un apport non négligeable – à hauteur, hors de Londres, de 1 755 livres annuelles. L’équipe d’Anthony Blair, à contre-pied des recommandations plus circonspectes du rapport Dearing, les remplace donc intégralement par un emprunt sans intérêt, subventionné par l’État3, qui s’élève pour cette rentrée 2002 à un maximum annuel de 3 905 livres en province, 4 815 livres à Londres. 75% de ces montants sont accessibles à l’ensemble des étudiants ; pour avoir droit à tout ou partie des 25% restants, les étudiants doivent justifier de la modicité des revenus familiaux. Le remboursement des sommes empruntées débute lorsque les revenus de l’ancien étudiant dépassent 10 000 livres par an.

5Aussi considérable cette nouveauté soit-elle, l’introduction de frais d’inscription la relègue, dans les débats, au second plan. C’est que l’on enterre pour la première fois le principe de la gratuité des études supérieures. Ces fees représentent à peu près 25% du coût moyen de la formation. Ils atteignent un montant maximum de 1 100 livres par mois à la rentrée 2002. Ils sont soumis à l’examen des ressources parentales, et progressifs, de sorte qu’aujourd’hui, 35% des étudiants en acquittent l’intégralité, et 20% une partie, tandis que 45% en sont exemptés.

  • 4  Voir, par exemple, “Going to University pays off”, 29 novembre 1999, et “Degree 'worth £15,000 a y (...)

6Si déconcertante, sans doute, apparaît la contradiction avec le mutisme du candidat Blair, pendant la campagne de 1997, sur le thème des fees et des grants, autant qu’avec la tradition de gratuité de l’Université britannique et les axiomes travaillistes passés, que s’échafaude alors dans le discours officiel une défense que l’on voudrait irréfutable. Une première série d’arguments postule l’indispensable responsabilisation des étudiants, qui doit être garantie par leur mutation en consommateurs. Il s’agit d’abord d’enrayer l’aggravation budgétivore du taux d’abandon des études – le dropping out –, lié à l’accueil de publics nouveaux. Il faut ensuite invoquer le caractère d’investissement que revêtent les études supérieures, et proclamer leur forte rentabilité. Les dettes provisoires désormais encourues par les étudiants sont à mettre en regard, selon les rapports officiels que l’on voit alors proliférer, des 15 000 livres annuelles de revenus supplémentaires que leur vaudra en moyenne la possession d’un diplôme du supérieur en milieu de carrière – 400 000 livres sur la durée d’une vie –, ou encore d’un risque de chômage réduit au moins de moitié4.

  • 5  Elaboré par la National Skills Task Force.

7L’argument majeur du gouvernement Blair reste que ces dispositions conditionnent le dégel des effectifs – la nécessaire reprise de l’ouverture du secteur. Elle doit d’abord répondre à des impératifs économiques. Ainsi l’objectif de 50% de « participation » à l’enseignement supérieur sacralisé par Anthony Blair et son équipe ne devrait-il rien, malgré un scepticisme répandu, à un coup de dé, au goût des nombres ronds, ni à une quelconque esthétique d’inspiration publicitaire : le gouvernement l’étaie notamment d’un rapport officiel5 qui prévoit la création de 1,7 millions d’emplois requérant un diplôme supérieur dans les dix prochaines années – chiffre qui ne représenterait pas moins de 80% de l’ensemble des créations d’emploi sur la même période.

Quelles répercussions ?

  • 6  Par exemple, Natwest Money Matters, 14 août 2001, “Debt fears deter students”, “Press Room”, <http (...)
  • 7  UCAS, Universities and Colleges Admissions Service, <http://www.ucas.ac.uk/>

8Les enquêtes font apparaître sans équivoque le souhait d’une immense majorité de jeunes en fin d’études secondaires (autour de 90% d’entre eux) de poursuivre des études supérieures6. La demande est là, massive. Pourtant elle ne trouve plus de traduction directe dans l’inscription dans le secteur supérieur. L’entrée en vigueur des nouvelles dispositions coïncide en effet avec un début de reflux des candidats. En 2000, par exemple, dans l’ensemble du Royaume-Uni, l’inscription des moins de 21 ans reculait de 1,5% par rapport à la rentrée précédente, celle des 21-24 ans de 0,4%, et celle des plus de 25 ans de non moins de 5,4%. Toutefois, le courant semble aujourd’hui s’inverser à nouveau. L’organisation responsable des admissions7 annonce en juin 2002 un accroissement des candidatures de l’ordre de 2%. Mais ce chiffre global dissimule une forte disparité des sources. La proportion des étudiants anglais ne progresse que de 0,5% ; en Écosse, où le Parlement a voté en 2000 l’ajournement du paiement des fees à l’exercice d’un emploi, l’accroissement atteint en revanche 5,5%. Mais l’essentiel de l’élévation globale découle de l’afflux massif, observé depuis quelques années, d’étudiants étrangers, majoritairement non-Européens, dont le nombre s’élève cette année de 20%. Ce sont les Chinois qui en forment désormais le plus gros contingent ; ils sont aujourd’hui dix fois plus nombreux qu’en 1999 – presque 20 000. On observe également d’importantes augmentations du nombre d’étudiants en provenance de Hong Kong, de Malaisie, d’Inde, du Pakistan et du Nigeria. Ensemble, les étudiants étrangers représentent désormais 12% des inscrits dans les établissements supérieurs britanniques. Mais ces effectifs sont sans rapport avec l’objectif des 50% du gouvernement, qui paraît quasiment inatteignable : au lieu de 0,9% d’accroissement des inscriptions de l’ensemble des Britanniques cette année, il faudrait pour y parvenir une hausse continue de l’ordre de 3% annuels.

  • 8  Voir, par exemple,  “Student debt 'threat to wider access' ”, BBC News, 11 mai 2001, et “Universit (...)
  • 9 Natwest Money Matters, 14 août 2001, op cit.
  • 10  “Debt fears push more students to wait a year”, BBC News, 1 juin 2001.

9Faut-il imputer le ralentissement des inscriptions britanniques à la nouvelle donne financière – d’où surgirait une contradiction irréductible entre les objectifs déclarés du gouvernement et les moyens mis en œuvre ? C’est, en Grande-Bretagne, l’une des controverses les plus répandues du moment. L’équipe d’Anthony Blair y répond par la négative avec un aplomb qui semble devoir lui tenir lieu d’argument suffisant. Les signes ne manquent pourtant pas pour le confirmer. D’abord les chiffres de l’Écosse et ceux du Pays de Galles, dont l’Assemblée a voté au début de cette année la réintroduction des bourses. Les déclarations publiques de bon nombre d’universitaires – dont des présidents d’université –, viennent ensuite8, ou encore les multiples enquêtes réalisées auprès des lycéens, qui montrent que l’absence d’actualisation de leurs ambitions universitaires dérive le plus souvent de la crainte de l’endettement. Selon l’une d’entre elles, les sixth formers – les élèves de terminale – sont 20%, en 1998, à hésiter sur la poursuite de leurs études du fait de l’existence des fees ; la proportion atteint non moins de 39% l’année suivante, et 44% en 20019. Ces hésitations ne restent pas sans effets : le phénomène des gap years, notamment, où l’on recule l’inscription dans le supérieur à la sortie du secondaire, prend très vite de l’ampleur. En l’espace d’une seule année, entre 2000 et 2001 – selon la même enquête –, la proportion des élèves qui projettent cette interruption de leurs études passe de 21 à 30% ; la part de ceux qui s’y estiment poussés par la nécessité d’épargner ainsi pour l’Université, en exerçant une activité salariée, de 31 à 48%. Les services universitaires le confirment : 30 300 nouveaux diplômés du secondaire sollicitent un sursis d’inscription d’un an en 2001 – 11,5% de plus que l’année précédente10.

  • 11  “Graduate Debt Rockets To £10,000 a Year Says New NatWest Survey—£6,700 Increase Since 1999,22 av (...)
  • 12  Barclays Graduate Survey 2001, Barclays Press Release, 24 juillet 2001. “Barclays Newsroom”, <http (...)
  • 13  Voir “Students' deepening debt burden”,BBC News,20 décembre 2000.
  • 14  MORI, The Student Living Report 2002, <http://www.mori.com/polls/2001/unite.shtml>

10Ces atermoiements ne puisent en rien dans l’irrationnel. Il suffit aux candidats potentiels de regarder autour d’eux. La dette des étudiants connaît depuis quelques années une aggravation continue. Une étude réalisée par Natwest indique que l’endettement moyen en fin d’études, en 2001, s’élève à 10 000 livres – contre 6 700 en 199911. Une autre enquête12 parvient à un chiffre comparable : la dette de l’ensemble des étudiants en 2001 atteindrait une moyenne de 5 961 livres ; selon celle-ci, ce niveau représente une hausse de 550% par rapport à 1992. Cette année-là, un tiers des étudiants étaient endettés ; ils seraient 95% à l’être aujourd’hui. Les statistiques du gouvernement lui-même font apparaître la ligne de partage des eaux – partant, la mécanique qui lie à ces chiffres les dispositions financières qu’il a introduites : l’endettement des étudiants en 1995-1996 est trois fois inférieur à ce qu’il atteint en 1998-199913 – avant même, pourtant, la complète disparition des bourses. Plus récemment : une enquête MORI indique que l’endettement des étudiants s’est accru de 26% entre la rentrée 2000 et la rentrée 200114.

  • 15  “Students in debt consider bankruptcy”, BBC News, 11 juillet 2002.

11Quelles sont les réponses des étudiants à ce nouveau phénomène ? Certains, d’abord, qui en sont déjà victimes, tentent de tourner l’obstacle en jouant d’expédients prévus pour d’autres qu’eux. L’état de faillite, dont les règles légales doivent être assouplies début 2003, n’est-il pas accessible aux individus aussi bien qu’aux entreprises ? Alors, calculent certains, ne vaut-il pas de risquer la liquidation de ses maigres biens, et d’être tenu pour failli l’espace d’une année, en échange de l’apurement de son passif15 ?

12D’autres stratégies relèvent moins de l’anecdote – pour autant que la combine que l’on vient d’évoquer ne se généralise jamais. L’une d’elles, c’est de ne plus quitter le domicile familial – et la tendance est franche. D’autant que le mouvement croissant de privatisation des cités universitaires – où l’on trouvait une forte densité d’étudiants aux revenus modestes – débouche sur l’augmentation des tarifs qu’elles-mêmes pratiquent, et sur une paradoxale gentrification. L’effet essentiel, le plus fâcheux sans doute, de cette sédentarisation chez les parents, c’est, pour les étudiants qui y sont contraints, le resserrement, en termes géographiques, du choix de leurs études.

  • 16  Voir, par exemple, “Students Spend Less On Booze And More Time At Work”, 19 septembre 2001, “Press (...)
  • 17  National Institute of Social and Economic Research. “Term-time working 'hits poor students’”, BBC (...)
  • 18  “Hard-up students 'turn to vice’”, BBC News, 29 avril 2001.

13Le recours grandissant aux « petits boulots » reste, en la matière, la plus frappante des nouveautés. Sur ce sujet comme sur beaucoup d’autres, des enquêtes d’origines très diverses présentent une remarquable concordance : de 43% à 50% des étudiants exerceraient une activité salariée pendant l’année universitaire 2001-2002 – contre environ un quart d’entre eux un an plus tôt seulement – à raison d’une vingtaine d’heures de travail hebdomadaire en moyenne16. Il s’observe là, sans doute, le début d’une convergence entre l’expérience britannique et la situation américaine. Le gouvernement, notamment par la voix de Margaret Hodge, le ministre délégué à l’enseignement supérieur, refuse d’y voir une menace contre ses projets. Pourtant, de profondes inégalités sociales et géographiques apparaissent : seuls 25% des étudiants inscrits dans les institutions universitaires les plus prestigieuses recourent à un petit boulot ; ils ne sont pas moins de 60% dans les établissements les moins réputés17. Les étudiants sont 38% dans ce cas au Pays de Galles, mais 64% dans le nord-est de l’Angleterre. D’évidence, être étudiant à temps plein – et pouvoir se concentrer sur son travail – est devenu une forme de privilège. N’en déplaise aux représentants du gouvernement, les jobs occupés par les étudiants n’ont en règle générale aucun rapport avec leurs cursus – ils ne valent pas une ligne sur un curriculum vitae. Le plus souvent, il s’agit de manutention, de plonge ou de ménages. Plus souvent qu’avant, aussi, des étudiants se tournent vers des activités illicites – notamment la prostitution. Tant elles saisissent, on a peine, sur ce chapitre, à donner crédit aux enquêtes et aux statistiques dont on dispose. Des chercheurs de l’Université de Westminster estiment que 3 à 4% des étudiants recourraient à la prostitution. Un syndicat étudiant évalue à 60% la proportion d’étudiantes parmi les prostituées de Leeds. Là, des exploitants de maisons closes ciblent directement les campus pour le recrutement de leur « personnel ». Et l’on voit dans les journaux locaux des offres d’emploi d’escort-girls ou de masseuses destinées spécifiquement aux étudiantes. La directrice de la clinique londonienne qui traite le plus grand nombre de prostituées – en moyenne 2 000 par an – souligne que ses services « constatent l’accroissement constant, depuis 3 ou 4 ans, du nombre d’étudiants qui travaillent dans l’industrie du sexe pour payer leurs études »18.

  • 19  Le gouvernement refuse pourtant d’y voir l’effet de l’aggravation de la situation financière des é (...)
  • 20  Pour les chiffres de l’ensemble des universités britanniques, voir “University drop-out rates”, BB (...)
  • 21  Voir, sur le site du National Union of Students, “Thousands priced out”, 31 janvier 2001 et “Price (...)

14Les difficultés financières constituent à l’évidence l’un des motifs essentiels qui portent une part grandissante des étudiants à l’abandon des études – dans un pays qui était jusqu’ici largement préservé de ce phénomène19. Même s’il reste l’un des plus faibles au monde – avec celui du Japon –, le taux de dropping out britannique atteint désormais, en moyenne, 16% – au lieu d’environ 10% en 1995. Là encore, on observe de considérables variations. Une quarantaine d’établissements connaisse un taux d’abandon bien supérieur : 33%, par exemple, aux universités de Thames Valley et de South Bank, 41% à la University of North London, qui recrutent largement dans les milieux moins favorisés20. Une nouveauté analogue, enfin, consiste dans l’exclusion des étudiants qui manquent à s’acquitter des frais d’inscription. Il n’existe pas de chiffres nationaux qui refléteraient précisément l’ampleur de l’affaire. Cependant, l’expérience de certains établissements, en la matière, semble éloquente : c’est pour ce motif que la University of Central England a exclu 197 étudiants en 2000, Sheffield Hallam 200, et la University of North London plusieurs centaines. En janvier 2001, la University of the West of England envoie 2 400 lettres menaçant d’exclusion des étudiants mauvais payeurs21.

Inégalités

  • 22  Sur ces notions, voir André Robert, Système éducatif et réformes, Nathan, Paris, 1993, 220-244.

15Face à l’ensemble de ces phénomènes, le seul objectif de l’élargissement du secteur peut déjà paraître bien problématique. Or, le gouvernement proclame souvent la concomitance d’un second projet, qui ne relève plus de la seule « démographisation » de l’enseignement supérieur – qui désigne un simple accroissement numérique –, mais d’une véritable démocratisation – d’une représentation accrue de certaines catégories qui donnerait de leur poids relatif dans la population une image plus exacte22. L’une des perspectives, en réalité, n’est pas exclusive de l’autre : c’est la conjugaison de la quantité et de la « qualité » qui fonde l’authenticité de la démocratisation. L’élargissement du secteur, l’histoire de l’enseignement supérieur britannique l’atteste, n’est pas un gage suffisant de démocratisation. Aujourd’hui même, il semble bien que la source de recrues potentielles en provenance des couches favorisées de la population ne soit pas tout à fait tarie. Il arrive d’ailleurs que le souci d’une authentique démocratisation, pour le gouvernement, semble secondaire : ce qui commande cette ouverture, entend-on régulièrement alléguer – et l’on retrouve des thèmes chers aux nouveaux travaillistes –, ce n’est pas une volonté dogmatique d’engineering social, mais la double nécessité pragmatique de ne plus perdre pied dans la course à l’éducation et à la productivité du travail disputée entre nations concurrentes, et de hisser la formation au niveau des besoins à venir de l’économie.

  • 23  “Universities ‘failing the poor’”, BBC News, 10 mai 2000.
  • 24  “I make no apology for stating that too many doors still remain closed in Britain to people with t (...)
  • 25  “The exclusive privilege of the few”, “Poor 'left out' of university drive”, BBC News, 17 juin 200 (...)

16La massification, dans le discours officiel, est toutefois le plus souvent présentée comme indissociable d’une nécessaire démocratisation. Et l’on entend, depuis quelques années, les représentants du gouvernement regretter publiquement la sous-représentation des classes sociales défavorisées dans l’enseignement supérieur. En 2000, David Blunkett – alors ministre de l’éducation –, clame qu’« il n’est plus acceptable à l’aube de ce nouveau siècle » que certaines universités continuent de trouver plus de la moitié de leurs recrues dans les établissements secondaires privés23. La même année, le Premier ministre adjoint, John Prescott, s’exprime ainsi en réaction à l’élitisme d’Oxbridge : « Je le dis sans détour : en Grande-Bretagne, trop de portes restent fermées à des gens qui possèdent toutes les compétences requises mais n’ont pas l’origine sociale qu’il faudrait »24. En 2002, Estelle Morris, le nouveau ministre de tutelle, affirme que « l’excellence » s’est trop longtemps confondue avec « le privilège exclusif d’une élite »25.

  • 26  Cette statistique – comme d’autres utilisées plus bas – provient d’un rapport du National Audit Of (...)
  • 27  Étude citée dans “Poor ‘left out’ of university drive”, BBC News, 17 juin 2002.

17Une étude diachronique confirme aisément ces constats. Depuis 10 ans, la proportion de jeunes inscrits dans l’enseignement supérieur issus de la catégorie sociale V – soit de la plus basse sur l’échelle adoptée par bon nombre des études de la population, correspondant aux travailleurs manuels peu ou non qualifiés –, a certes plus que doublé, passant de 6 à 14% ; mais la participation a connu une progression analogue dans l’ensemble des classes sociales, de sorte que la part des plus pauvres est restée la même26. Autre chiffre éloquent, qui montre un progrès fort médiocre : seuls 2,44% des étudiants de premier cycle provenaient de quartiers composés essentiellement de logements sociaux en 1994 ; ils ne représentent encore que 2,9% d’entre eux en 1999. Si le regard s’étend vers un passé plus lointain, le spectacle reste similaire. Ce sont des études menées à la London School of Economics qui l’établissent : l’expansion du secteur supérieur depuis le milieu des années 1970 a bénéficié en réalité davantage aux classes moyennes qu’à la classe ouvrière. Le phénomène global de la mobilité sociale, d’ailleurs, aurait décru depuis une quarantaine d’années27. Le tableau contemporain ne réserve donc aucune surprise. Deux données suffiraient presque à le résumer : 86% des jeunes issus des catégories défavorisées n’entrent jamais dans le secteur. Réciproquement, 85% des étudiants proviennent des catégories socioprofessionnelles I à III. L’enseignement supérieur demeure, selon un oxymore quasi proverbial en Grande-Bretagne, « un système universel pour les classes moyennes » – « l’image inversée de la société », selon la formule employée par Pierre Bourdieu en 1970 à propos de la conjoncture française.

Les ressorts des inégalités

  • 28  Calculs réalisés d’après des diagrammes présentés dans Education in the UK, Facts and Figures, Don (...)

18Une conjonction de facteurs en constitue la source. Il s’en trouve d’abord en amont de l’enseignement supérieur. 55% des jeunes issus de la catégorie sociale V quittent l’école sans aucune qualification en 1995, 89% d’entre eux sans A-Level, le viatique traditionnel pour la poursuite des études au-delà du secondaire. Issus des professions libérales, ils ne sont alors que, respectivement, 2% et 11% dans ces situations28. Le parcours scolaire des enfants moins favorisés n’a donc souvent pour se déployer que l’espace d’un cul-de-sac.

  • 29  From Elitism to Inclusion, Committee of Vice-Chancellors and Principals, novembre 1998, Universiti (...)
  • 30  “Laura Spence don blames families”, BBC News, 25 avril 2001.
  • 31  “Background, not potential, is having an undue influence on people's life chances”, BBC News, 14 j (...)

19Mais il n’y a déjà là qu’une cause secondaire, elle-même conséquente à d’autres, proprement structurelles : « Le problème a ses racines dans la persistance de la pauvreté et du dénuement dans la société, sur lesquels le système éducatif n’a pas prise », lit-on dans le rapport From Elitism to Inclusion publié par la Conférence des présidents d’universités en 199829. Le directeur d’un college d’Oxford accusé d’élitisme par le Chancelier de l’Échiquier recourt pour sa défense à un argument similaire : pour commencer, proclame-t-il, il faudrait pour garantir l’égalité d’accès des catégories moins favorisées « assurer à leurs pères un emploi », réduire les disparités de revenus, améliorer les programmes à la télévision, et lutter contre la violence et l’usage de la drogue30. N’est-ce pas encore un raisonnement analogue, et pareillement réaliste, qui anime d’ailleurs les représentants du gouvernement eux-mêmes dans certaines de leurs déclarations ? « L’origine sociale, plutôt que le potentiel, exerce une influence injustifiée sur la réussite dans la vie »31, déplore par exemple Margaret Hodge.

  • 32 National Audit Office, “Widening participation in higher education in England”, 18 janvier 2002, 12

20Également immédiats, les motifs pécuniaires qui ont directement trait aux dépenses encourues par un étudiant. Nous avons évoqué les effets de la disparition des bourses – plus encore que ceux de l’introduction des fees, auxquels les moins fortunés ne sont pas soumis. Il faut aussi signaler que les étudiants plus favorisés reçoivent en moyenne de leurs familles 1 375 livres par an ; les moins favorisés, 160 – pour atteindre un niveau d’endettement sensiblement identique après une année d’étude. Cela explique en partie que la crainte de l’endettement concerne au premier chef les seconds – et l’impatience ou la nécessité d’exercer une activité salariée. En outre, ceux-là, qui allèguent souvent qu’un diplôme du supérieur ne leur garantira pas un emploi, n’ignorent pas – même s’ils peuvent le surestimer – un phénomène qu’attestent les enquêtes : la rentabilité professionnelle et sociale d’un diplôme est moindre lorsque son détenteur est issu des classes populaires : les jeunes gens issus de la catégorie sociale V gagnent 7% de moins que leurs homologues issus de la classe I trois ans après l’obtention du même diplôme32.

  • 33  Sur ces notions, voir Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, La Reproduction, Paris : Éditions d (...)
  • 34  “Opportunity for whom ? ”, The Guardian, 17 décembre 2001, <http://education.guardian.co.uk>.

21Cette problématique rentabilisation du titre universitaire renvoie à l’importance du « carnet d’adresses » ; plus largement, à la notion de l’héritage culturel – que ne suffit pas à neutraliser la seule détention du diplôme33. On observe, en Grande-Bretagne comme ailleurs, que le niveau des aspirations d’un individu, qui est fonction de représentations étroitement tributaires du capital culturel, s’ajuste aux chances objectives de réalisation d’un projet scolaire et professionnel. Les études supérieures constituent pour une majorité de jeunes issus des classes populaires un au-delà des représentations et des aspirations. C’est ce que certains sociologues appellent « l’auto-limitation des ambitions ». L’un des effets directs en est la distribution géographique des recrues du secteur supérieur. Il existe en Grande-Bretagne des friches où 5% des jeunes vont à l’Université, aussi bien que des terres dont 70% des occupants ont cet avantage. En termes régionaux, le nord-est de l’Angleterre est le moins fertile : il n’envoie que 25% de ses jeunes dans l’enseignement supérieur. Au niveau national, parmi la faible proportion d’élèves des classes populaires qui parviennent à décrocher deux A-Levels, 71% seulement poursuivent leur parcours vers le supérieur – contre 86% de leurs homologues mieux pourvus34.

  • 35  “Leak fuels Oxford admissions row”, BBC News, 26 mai 2000.

22Face à l’univers culturel de certaines des potentielles recrues, se dresse, inhospitalier ou même antagonique, celui des institutions d’enseignement supérieur. Il ne faut pas y voir le seul effet des structures mentales ou des représentations culturelles de certaines catégories : l’hermétisme en est souvent bien réel. Il se manifeste par exemple, en 2000, par un cas dont se saisissent les médias et certains membres du gouvernement, et qui devient vite « l’affaire Laura Spence ». Cette jeune fille, élève d’une comprehensive ordinaire de province, se voit refuser une place à Magdalen College, à Oxford, où elle voulait étudier la médecine. Le jury d’admission la juge en effet « brillante », mais dénuée d’une confiance en soi suffisante, « comme beaucoup d’élèves des comprehensives »35. Seulement voilà : peu de temps après, elle obtient une place à Harvard pour étudier la biochimie, assortie d’une bourse de l’université américaine – d’un montant de 65 000 livres –, comme en recueillent une dizaine de Britanniques seulement. Cette histoire reçoit d’ailleurs assez de publicité pour ne pas rester sans effets : pour la première fois depuis 10 ans, fin 2000, Oxford voit décliner les candidatures à l’inscription en provenance des établissements secondaires publics. Ce développement trahit la latence des préventions et des réticences de certaines catégories sociales à l’égard d’un univers qui semble profondément étranger.

  • 36  “There is an institutional elitism which pervades the higher education system”. Margaret Hodge, “‘(...)
  • 37  Ces chiffres proviennent du ministère. “Eleven top universities accused of state bias”, BBC News, (...)
  • 38  “Laura Spence don blames families”, BBC News, 25 avril 2001.
  • 39  Bristol, Edinburgh, Nottingham, St Andrews, Durham, Imperial College London, et la London School o (...)
  • 40  “Cracking the code of inequality”, The Guardian, 7 décembre 1999.

23Ces relations sont d’ailleurs symétriques. « Il existe un élitisme institutionnel qui imprègne l’ensemble du système d’enseignement supérieur », souligne le ministre lui-même36. Si elle pense aux universités les plus réputées, les faits lui donnent raison. En 2000, les 32 745 élèves qui obtenaient 3 A-Levels avec la note la plus élevée (« A ») étaient inscrits à 72% dans le secteur public, à 28% dans le privé37. Mais ces chiffres se reflètent bien mal dans l’admission dans un grand nombre d’établissements du supérieur : pris ensemble, les 19 les plus renommés (ceux qui forment le « Russel Group ») recrutaient la même année 53% de leurs nouveaux étudiants dans le public, et 47% d’entre eux dans le privé38. D’autres données confirment celle-là. La moitié des élèves du privé qui obtiennent les résultats mentionnés plus haut sont recrutés à Oxford et à Cambridge, mais à peine un tiers de ceux qui viennent du public. 80% des étudiants de première année inscrits à Oxbridge en 1997-1998 provenaient des deux catégories sociales les plus élevées. En dehors d’Oxbridge, au moins sept institutions y avaient recruté plus de 70% de leurs freshers39. Ce phénomène trouve également une traduction géographique : en 1999, toutes les 25 institutions – moins une – qui recrutent le moins parmi les classes populaires se situent dans le sud de l’Angleterre ; celles qui présentent une situation inverse se trouvent presque exclusivement dans le nord du pays, ainsi qu’en Écosse et au Pays de Galles40.

  • 41  Notamment, en 2002, par le National Audit Office.
  • 42  Voir par exemple “Oxbridge interviews ‘rude and agressive’”, 8 décembre 2001,<http://www.telegraph (...)
  • 43  Voir “Damned by elitism”, The Guardian, 26 juin 2001.
  • 44  “Minister launches new campaign to tackle elitist colleges”, The Guardian, 13 janvier 2002.

24Les motifs s’en expliquent. La plupart ont trait aux préventions déjà évoquées. D’abord, les candidatures mêmes émanant des élèves du public sont souvent beaucoup moins nombreuses dans les établissements réputés, en proportion, que celles qui viennent du privé. Ensuite, ces institutions possèdent avec nombre d’écoles secondaires privées une « relation spéciale », souvent fort ancienne, qui débouche fréquemment sur une forme de favoritisme à leur égard. Enfin, les universités en question procèdent souvent à un tamisage d’une nature telle qu’il retient surtout les candidats venant du privé. Les procédures d’admission qui y ont cours sont d’ailleurs souvent mises en cause, y compris par l’autorité41, depuis quelques années. Des enquêtes ont montré que les jurys y adoptent souvent une attitude intimidante, voire agressive, forcément impropre à recruter en nombre des élèves du secteur public et de certaines catégories socioculturelles42. Comme l’illustre « l’affaire Laura Spence », ils privilégient des aptitudes qui ressortissent essentiellement au capital culturel des classes sociales favorisées. Reste, enfin, à évoquer le rôle non négligeable que peuvent tenir parfois les accointances personnelles d’une part, d’autre part la méconnaissance, au mieux, au pire le mépris, où des universitaires qui ne l’ont pas fréquenté peuvent tenir le système secondaire d’enseignement public – quand ceux-ci ne s’enferment pas, comme une enquête universitaire montre que c’est souvent le cas, dans d’inébranlables stéréotypes culturels, ou dans le rejet pur et simple de l’idée d’une ouverture du secteur43. C’est d’ailleurs l’un des thèmes du « lâchage » dont se plaignent certains enseignants de la part des autorités : le ministre lui-même, en janvier dernier, n’hésite pas à déplorer que le secteur lui évoque souvent « une tour d’ivoire »44.

Difficile réparation

25Les origines de la situation contemporaine forment donc ensemble un faisceau tellement serré qu’il semble devoir laisser libres bien peu d’issues – peu de latitude à un gouvernement, aussi résolu serait-il à promouvoir la démocratisation du système.

26L’équipe d’Anthony Blair bénéficie toutefois de certains relais. Souvent à son instigation, parfois sans l’avoir attendu, nombre des établissements universitaires eux-mêmes, depuis quelques années, mettent en application des politiques d’ouverture vers des publics nouveaux. Ainsi des partenariats entre certaines universités, toujours plus nombreuses, et des établissements secondaires voisins. Ils sont surtout destinés à familiariser les élèves avec le monde de l’enseignement supérieur, et à distinguer ceux d’entre eux qui semblent assez prometteurs pour faire un jour de bonnes recrues. Ces entreprises sont fortement encouragées par les autorités universitaires nationales, ainsi que par le ministère de tutelle. En 2000, David Blunkett exhorte ainsi les universités à suivre l’exemple de leurs homologues américaines qui, dans le cadre de programmes baptisés « gear up », en œuvre depuis 1998, prennent comme sous leur égide des écoles situées dans des quartiers défavorisés et établissent avec elle des relations privilégiées.

27Ainsi également des summer schools, qui elles aussi se multiplient. Elles sont souvent parrainées par le Sutton Trust, fondé en 1997 par l’homme d’affaires philanthrope Peter Lampl, dont l’ambition est de favoriser l’accession aux études supérieures de jeunes gens brillants issus de milieux populaires. Leur objectif est similaire : repérer ces élèves, leur permettre de s’informer, et de s’apprivoiser à l’idée de l’Université. Elles vont parfois plus loin. L’Université de Newcastle, par exemple, offre aux élèves qui passent avec succès des examens à l’issue des cours estivaux qui leur sont destinés des « unités de valeur » – des credits – qui viendront éventuellement, le jour où leur candidature sera examinée, suppléer les résultats qu’ils obtiendront aux A-Levels.

28D’autres universités se mettent à offrir des bourses, selon le modèle américain, pour appâter ces mêmes publics. C’est notamment le cas d’Oxford, après qu’elle a subi les assauts de Gordon Brown qui la taxait d’élitisme. En juin 2001, elle annonce la mise en place à la rentrée 2002 de bourses d’une valeur de 2 000 livres – on n’en est tout de même pas aux 65 000 livres que Harvard octroie à Laura Spence –, attribuées chaque année à 400 étudiants issus de familles dont les revenus annuels ne dépassent pas 20 000 livres. Ces bursaries voient le jour, là aussi, sous le patronage caritatif d’un généreux donateur privé.

29Certaines institutions recourent aussi à de simples astuces publicitaires. En 1998, Cambridge faisait parvenir aux écoles publiques environnantes un poster montrant la photo de 14 de ses étudiants provenant de ce type d’établissement. « Mettez-vous sur la photo ! » (« Put yourself in the picture ! »), disait la légende. Au début de cette année, Cambridge et Oxford s’associaient pour tenir plusieurs meetings, à l’intention des élèves de terminale, dans des parcs publics de plusieurs grandes villes.

  • 45  “Lower entry standards revealed at universities”, The Telegraph, 11 janvier 2002, <http://www.tele (...)
  • 46  “University to admit disadvantaged pupils”, BBC News, 14 septembre 1999.

30Une nouveauté moins anecdotique, cependant, qui ne relève cette fois ni de la charité ni d’un simple palliatif sans prise sur la production des inégalités, consiste dans l’assouplissement – ou l’adaptation – des critères d’admission de certaines institutions. C’est le cas, par exemple, de l’Université de Newcastle, que l’on vient d’évoquer. L’Université de Bristol a introduit des pratiques similaires : la candidature de lycéens dont les résultats sont moins bons, mais d’origine populaire, pourra être préférée à celles d’élèves plus doués, mais plus nantis45. Ces politiques, qui ressortissent à une forme de discrimination positive, s’attirent très vite les foudres des organisations d’établissements secondaires privés, qui crient au scandale46. Elles invoquent des statistiques qui mettent en relation l’augmentation des recrutements effectués sur de telles bases et l’aggravation du taux d’abandon des études. Le lien existe bel et bien, même si elles en exagèrent l’importance.

31Toutefois, il faut bien voir que les universités qui ont recours à l’une ou l’autre de ces pratiques ne sont pas seulement motivées par des préoccupations égalitaires ou philanthropiques. Le financement des institutions est aujourd’hui étroitement tributaire du nombre de leurs recrues. Pour elles, devenues aussi des entreprises, soumises par force au marché de l’enseignement supérieur, un étudiant, brillant ou non, issu de tel milieu ou de tel autre, est d’abord un client. Plusieurs d’entre elles, tel le Royal Holloway College à Londres, s’octroient les services de personnels dont la fonction est précisément d’assurer le recrutement d’élèves issus des classes populaires – et en escomptent explicitement des bénéfices.

32Pourquoi ? D’abord, sans doute, parce que l’une des politiques mises en place par le gouvernement, cette fois – au-delà de ses exhortations et de ses anathèmes –, consiste dans l’attribution aux établissements supérieurs d’une prime conditionnée au recrutement de ce type de jeunes gens. L’apparition de cette « poor premium » – ou « postcode premium », compte tenu de l’origine géographique assez homogène de ces candidats – est applaudie par les autorités universitaires. Celles-ci constatent pourtant que la prime du gouvernement, qui ne revient qu’à accroître de 5 à 10% le financement accordé dans ces conditions, reste bien en deçà du surcoût réel – de l’ordre de 35% – que représente la rétention et l’éducation même de ces publics.

33Le gouvernement fait aussi porter ses efforts sur un autre objectif, qui conditionne aussi bien la démocratisation du secteur que sa simple expansion. Il s’agit de la lutte contre l’abandon des études dès la fin de la scolarité obligatoire. Si les vannes de l’enseignement supérieur se rouvrent, encore faut-il qu’en amont les réservoirs soient pleins. Or, dès ce niveau, le dropping-out, depuis quelques années, paraît s’aggraver. En 2000, le gouvernement, conscient déjà qu’il y avait péril en la demeure, réagit en lançant une campagne publicitaire itinérante (le « Kevin’s crew Roadshow ») conçue pour prévenir les jeunes des inconvénients potentiels d’un parcours scolaire tronqué47. Il n’y suffit pas : la chute se confirme. Alors les nouveaux travaillistes projettent l’extension d’un programme testé depuis 1999 dans plusieurs zones pilote : l’octroi d’une somme d’argent pouvant atteindre 40 livres hebdomadaires à des élèves issus de milieux modestes en échange de la prolongation de leurs études après l’âge de 16 ans48. Les expériences le montrent : la pêche, sans être miraculeuse, n’est pas trop mauvaise. En moyenne, 5% de jeunes supplémentaires restent dans le système éducatif.

  • 49  “Call to lower grades for University, BBC News, 12 avril 2002.

34Pour étendre le secteur supérieur, le gouvernement prétend aussi diversifier les voies qui en permettent l’accès, et y mettre en place une signalisation bien visible. En 1991 apparaissaient les General National Vocational Qualifications, qui mettaient fin au monopole des A-Levels comme sésame pour l’accès aux études supérieures. Et l’on voit en avril dernier Margaret Hodge, qui cherche à promouvoir ces diplômes et le principe même de ce type de passerelles, proclamer ses doutes sur l’efficacité des A-Levels comme instrument de mesure des compétences et du potentiel, et encourager les institutions à ne pas en faire une aune obsessive49.

35D’autres stratégies, enfin, relèvent davantage des « gimmicks » dont usent certaines universités elles-mêmes. Un autre roadshow, par exemple, parrainé par le mannequin Naomi Campbell, un footballeur de l’équipe nationale anglaise, et un DJ connu des jeunes, et qui prend pour slogan « Ne laissez pas l’avenir au hasard ». Ou bien un logiciel, offert aux universités en 1999, censé les aider à mieux discerner les zones à cibler en priorité dans leurs bassins de recrutement.

36Pour finir, le ministère concède des bourses spécifiques destinées à des étudiants dont la faiblesse des ressources le justifie. Cependant, les programmes en question forment un maquis, où l’étudiant sans boussole – c’est souvent le cas de l’étudiant démuni – se fourvoie aisément, au point souvent d’y tout bonnement renoncer. En outre, leur montant ne dépasse jamais le tiers des bourses dont ils auraient pu bénéficier avant que le même gouvernement ne les abolisse.

37Surtout, l’ensemble des dispositifs que l’on vient de répertorier évoque de simples palliatifs. Ils vont à contre-courant de politiques de grande ampleur mises en œuvre simultanément. Il s’agit, d’un mot – car elles suffiraient à une étude à part entière –, du renforcement de la hiérarchisation entre les établissements d’enseignement supérieur, et de l’assèchement du financement public, qu’ils subissent plus ou moins gravement. Les modes d’attribution des subventions publiques, la mise en concurrence directe des établissements, ainsi que la probable autorisation prochaine des « top-up fees » dans certaines institutions, favorisent les universités les plus prestigieuses, au détriment des universités nouvelles – les anciens polytechnics –, qui furent pourtant les moteurs de la croissance survenue au cours de la dernière décennie, et qui sont les plus à même de soutenir l’expansion du secteur aussi bien qu’une relative démocratisation. Ainsi se creuse l’écart entre les grands types d’établissements, leur financement, leurs missions et leurs publics, au risque d’accentuer la réalité d’une université à deux vitesses.

  • 50  “Universities need £5bn repairs'”, BBC News, 13 juin 2002.

38D’autre part, donc, et enfin, il faut évoquer la disette de financement public – liée à la volonté des conservateurs, puis des nouveaux travaillistes, de réduire les dépenses publiques, et de développer les liens entre le secteur privé et le public, et les investissements du premier dans le second. Depuis 1989, les subventions allouées aux établissements pour chacun de leurs étudiants ont chuté de 37%. La moitié des établissements supérieurs sont dans le rouge. Les autorités universitaires calculent cette année qu’il leur faudrait 5 milliards de livres pour assurer seulement la sécurité d’un parc immobilier souvent délabré et son adéquation aux besoins contemporains50. Quant à recruter les 17 000 enseignants nécessaires à l’ouverture du secteur dans les proportions évoquées par le gouvernement, à consentir aux personnels déjà en poste des salaires comparables à la moyenne européenne ou à réduire la proportion d’élèves par enseignant.

En conclusion

39À l’heure qu’il est, l’enseignement supérieur britannique attend encore les conclusions d’un rapport commandé par le gouvernement en octobre 2001, dont la publication fut plusieurs fois annoncée, puis repoussée. Les représentants du gouvernement en promettent désormais, pour la rentrée 2003, plutôt que la simple évaluation des nouvelles dispositions financières touchant les étudiants qui devait en être le thème, de profondes réorganisations sous le signe du marché. Ces atermoiements, cette valse-hésitation durable reflètent la discordance des discours, des objectifs et des pratiques.

40Il semble contradictoire, par exemple, de souhaiter l’accroissement des effectifs globaux, tout en autorisant le libre jeu du marché à se solder par la fermeture de certains établissements – tandis qu’il faudrait à d’autres pour s’agrandir, au risque d’y perdre à leur tour leur attrait, bien plus que les sept années qui restent au gouvernement pour atteindre son objectif ; de condamner l’élitisme du secteur, et prêcher la démocratisation, tout en désengageant l’État, en encourageant l’investissement du secteur privé, et en créant les conditions d’une mise en concurrence des institutions forcément génératrice d’une hiérarchisation accrue ; de prétendre vouloir se plier à l’arbitrage exclusif du marché, tout en souhaitant, comme par dogmatisme, imprimer au système certaines grandes orientations – tel le développement de filières courtes, vite professionnalisantes, moins coûteuses. De solliciter les jeunes pour qu’ils poursuivent leurs études, tout en ayant multiplié par deux le coût de ces études en l’espace de cinq ans.

41Au-delà même du système éducatif, ces contradictions renvoient à la confusion des idées des nouveaux travaillistes, aux profondes dissensions en leur sein – puisque nombreux sont ceux, à gauche du parti, qui souhaitent notamment la réintroduction des bourses et l’abolition des fees –, aux tensions qui divisent des segments de leur électorat aux intérêts souvent divergents, et à l’abandon de certains principes – de certaines valeurs – naguère directeurs, au profit de l’adoption d’axiomes dont on constate partout qu’ils ne garantissent nullement la démocratisation, ni la liberté de choix, ni même, souvent, une navigation assurée.

Haut de page

Notes

1  9 étudiants par enseignant en 1980, 13 en 1990, 18 aujourd’hui – autant que dans le secteur secondaire.

2  Dispositions entérinées par le Teaching and Higher Education Act 1998.

3 Via la Student Loans Company.

4  Voir, par exemple, “Going to University pays off”, 29 novembre 1999, et “Degree 'worth £15,000 a year by middle age'”, 27 juin 2002, BBC News, <http://news.bbc.co.uk/1/hi/education>

5  Elaboré par la National Skills Task Force.

6  Par exemple, Natwest Money Matters, 14 août 2001, “Debt fears deter students”, “Press Room”, <http://www.natwest.com>,  ou le sondage MORI “Most Young People Want To Go On To University”, <http://www.mori.com/polls/2002/sutton.shtml>

7  UCAS, Universities and Colleges Admissions Service, <http://www.ucas.ac.uk/>

8  Voir, par exemple,  “Student debt 'threat to wider access' ”, BBC News, 11 mai 2001, et “Universities worry over student debt”, BBC News, 3 juin 2001.

9 Natwest Money Matters, 14 août 2001, op cit.

10  “Debt fears push more students to wait a year”, BBC News, 1 juin 2001.

11  “Graduate Debt Rockets To £10,000 a Year Says New NatWest Survey—£6,700 Increase Since 1999,22 avril 2002, <http://www.natwest.com>, “Press Room”.

12  Barclays Graduate Survey 2001, Barclays Press Release, 24 juillet 2001. “Barclays Newsroom”, <http://www.barclays.co.uk/>.

13  Voir “Students' deepening debt burden”,BBC News,20 décembre 2000.

14  MORI, The Student Living Report 2002, <http://www.mori.com/polls/2001/unite.shtml>

15  “Students in debt consider bankruptcy”, BBC News, 11 juillet 2002.

16  Voir, par exemple, “Students Spend Less On Booze And More Time At Work”, 19 septembre 2001, “Press Room”,  <http://www.natwest.com>.

17  National Institute of Social and Economic Research. “Term-time working 'hits poor students’”, BBC News, 12 octobre 2001.

18  “Hard-up students 'turn to vice’”, BBC News, 29 avril 2001.

19  Le gouvernement refuse pourtant d’y voir l’effet de l’aggravation de la situation financière des étudiants. Voir  “Student poverty 'not causing dropouts'”, BBC News, 2 février 2001.

20  Pour les chiffres de l’ensemble des universités britanniques, voir “University drop-out rates”, BBC News, 19 décembre 2001.

21  Voir, sur le site du National Union of Students, “Thousands priced out”, 31 janvier 2001 et “Priced out of education”, 2 mai 2001. <http://www.nusonline.co.uk>

22  Sur ces notions, voir André Robert, Système éducatif et réformes, Nathan, Paris, 1993, 220-244.

23  “Universities ‘failing the poor’”, BBC News, 10 mai 2000.

24  “I make no apology for stating that too many doors still remain closed in Britain to people with the right talents but the wrong background”, The Independent, 4 juin 2000.

25  “The exclusive privilege of the few”, “Poor 'left out' of university drive”, BBC News, 17 juin 2002.

26  Cette statistique – comme d’autres utilisées plus bas – provient d’un rapport du National Audit Office, “Widening participation in higher education in England”, 18 janvier 2002, 8.

27  Étude citée dans “Poor ‘left out’ of university drive”, BBC News, 17 juin 2002.

28  Calculs réalisés d’après des diagrammes présentés dans Education in the UK, Facts and Figures, Donald Mackinnon et June Statham, Londres, Hodder and Stoughton 1999, 185.

29  From Elitism to Inclusion, Committee of Vice-Chancellors and Principals, novembre 1998, Universities UK Publications Department, p. 8.

30  “Laura Spence don blames families”, BBC News, 25 avril 2001.

31  “Background, not potential, is having an undue influence on people's life chances”, BBC News, 14 janvier 2002.

32 National Audit Office, “Widening participation in higher education in England”, 18 janvier 2002, 12.

33  Sur ces notions, voir Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, La Reproduction, Paris : Éditions de Minuit, 1970.

34  “Opportunity for whom ? ”, The Guardian, 17 décembre 2001, <http://education.guardian.co.uk>.

35  “Leak fuels Oxford admissions row”, BBC News, 26 mai 2000.

36  “There is an institutional elitism which pervades the higher education system”. Margaret Hodge, “‘Elitist’ system deters surdents”, BBC News, 28 juin 2002.

37  Ces chiffres proviennent du ministère. “Eleven top universities accused of state bias”, BBC News, 10 juin 2000.

38  “Laura Spence don blames families”, BBC News, 25 avril 2001.

39  Bristol, Edinburgh, Nottingham, St Andrews, Durham, Imperial College London, et la London School of Economics. “A class apart ? ”, The Guardian, 21 novembre 1999.

40  “Cracking the code of inequality”, The Guardian, 7 décembre 1999.

41  Notamment, en 2002, par le National Audit Office.

42  Voir par exemple “Oxbridge interviews ‘rude and agressive’”, 8 décembre 2001,<http://www.telegraph.co.uk>

43  Voir “Damned by elitism”, The Guardian, 26 juin 2001.

44  “Minister launches new campaign to tackle elitist colleges”, The Guardian, 13 janvier 2002.

45  “Lower entry standards revealed at universities”, The Telegraph, 11 janvier 2002, <http://www.telegraph.co.uk>

46  “University to admit disadvantaged pupils”, BBC News, 14 septembre 1999.

47  Voir “Don't quit school, says Kevin”, BBC News, 10 août 2000.

48  On peut consulter le site Internet du ministère, à l’adresse <http://www.dfes.gov.uk/a-z/atozindex.html>, “Education Maintenance Allowances”.

49  “Call to lower grades for University, BBC News, 12 avril 2002.

50  “Universities need £5bn repairs'”, BBC News, 13 juin 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Evanno, « L’Enseignement supérieur britannique en 2002 : incertaine démocratisation », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. II - n°1 | 2004, 3-21.

Référence électronique

Jean-Noël Evanno, « L’Enseignement supérieur britannique en 2002 : incertaine démocratisation », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. II - n°1 | 2004, mis en ligne le 18 novembre 2009, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/2999 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.2999

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Evanno

Dr. (Lorient, France)
Jean-Noël Evanno teaches British studies and translation at Université de Bretagne-Sud, Lorient (France). He works mostly on the English education system past and present. He is the author of numerous articles about education in England and the editor of Les nouveaux travaillistes et l’éducation: La « troisième voie » mise à l’essai (Presses Universitaires de Rennes, 2001).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals