Navigation – Plan du site
Les États-Unis et leurs universités

La Bob Jones University : hier et aujourd’hui

Bob Jones University : Past and Present
Mokhtar Ben Barka
p. 111-126

Résumé

This article examines the separatist beliefs and practices at Bob Jones University. Firstly, it shows that despite the recent changes, this institution still represents the old face of fundamentalist higher education. Secondly, this essay focuses on the controversy around Republican candidate George W. Bush’s appearance at Bob Jones University.

Haut de page

Texte intégral

1Bien que connue depuis longtemps pour son sectarisme, son ultra-conservatisme politique et religieux ainsi que ses pratiques discriminatoires, la Bob Jones University (BJU) n’a jamais fait autant parler d’elle que lors des élections présidentielles de 2000. En effet, le candidat républicain George W. Bush, en campagne électorale en Caroline du Sud, y a prononcé, le 2 février 2000, un discours où il n’a évoqué ni les pratiques racistes de l’université ni l’anti-catholicisme affiché de la famille Jones. Cela n’a pas manqué de déclencher un véritable déluge de critiques et de protestations de la part de ses adversaires tant démocrates que républicains. Si bien que pendant quelques semaines, cet épisode est devenu l’un des thèmes forts de la campagne électorale. La polémique a pris beaucoup d’ampleur au point que George W. Bush s’est vu obligé de présenter des excuses à la communauté catholique et que l’actuel président de la BJU, Bob Jones, troisième du nom, a décidé, quelques jours plus tard, de suspendre le règlement qui, depuis de nombreuses années, interdit aux étudiants de races différentes de se courtiser au sein de l’université.

  • 1 Mark Taylor Dalhouse, An Island in the Lake of Fire. Bob Jones University, Fundamentalism, and the (...)

2Afin de saisir au mieux la spécificité de cette université qui, à ses débuts, s’était auto-désignée “the world’s most unusual university1, une analyse de ses origines, de ses caractéristiques et de son évolution sera effectuée avant d’aborder les divers aspects de la polémique suscitée par la visite de George W. Bush à la BJU.

Permanence et changements

3Comme son nom l’indique, la BJU est l’œuvre de la dynastie des Jones, dont la marque est, depuis trois générations, singulièrement forte. Par conséquent, la spécificité de cet établissement, son mode de fonctionnement et l’état d’esprit qui y prévaut ne sauraient être compris que par référence à l’idéologie préconisée successivement par Bob Jones père (1883-1968), le fondateur ; Bob Jones fils (1911-1997), l’ancien chancelier ; et Bob Jones troisième du nom (né en 1931), l’actuel président. Fondé en 1927 à Panama City, dans le nord-ouest de la Floride, le Bob Jones college est transféré en 1933 à Cleveland, dans le Tennessee. Face à l’augmentation constante des effectifs, le prédicateur méthodiste Bob Jones père décide en 1947 de s’établir à Greenville, en Caroline du Sud, où il construit un campus sur plus de cent hectares. Par la même occasion, le college est transformé en université. Au fil des ans, la BJU s’est considérablement agrandie aussi bien en taille qu’en effectifs : le nombre des inscrits est passé de 88 étudiants, en 1927, à près de 5 000 étudiants américains, en 2000, (provenant pratiquement de tous les États) et étrangers (représentant une quarantaine de nationalités)2. En tout, l’université emploie plus de six cents personnes, enseignants, agents administratifs et agents techniques compris.

4La BJU a plusieurs composantes : un institut des sciences et des arts, une faculté de théologie, une école des beaux-arts, une école normale, une école de commerce et une faculté de sciences appliquées. À cela s’ajoutent un séminaire, un centre d’enseignement par correspondance, un centre de formation permanente et une université d’été. Jouxtant les constructions qui abritent les facultés se dressent les Bob Jones University Museum & Galleries, où l’on trouve une riche collection d’œuvres de peintres européens, essentiellement italiens (Giovanni Francesco Barbien, Pompeo Batoni, Carlo Maratta, Guido Reno) mais aussi flamands (Peter Paul Rubens, Cornelis Van Haarlem, Gerard Van Honthorst) et espagnols (José de Ribera, Francisco de Zurbaran)3. L’université possède également une immense bibliothèque ultra-moderne (J. S. Mack Library) qui compte plus de 228 000 volumes et 1 050 titres de périodiques, une station radio (WBJU), une maison d’édition (Bob Jones University Press) et un hôpital d’une capacité de quatre-vingts lits (William J. Barge Memorial Hospital).

  • 4 Comme le fait remarquer Mark Taylor Dalhouse, “The Joneses are, of course, products of their heirs (...)
  • 5 Cela s’est traduit, entre autres, par la campagne contre l’enseignement des théories de l’évolution (...)
  • 6 Ceci est extrait du guide des études de la BJU.
  • 7 Bob Jones fils, cité par Mark Taylor Dalhouse, op.cit., 130.
  • 8 Quentin Schultze, “The Two Faces of Fundamentalist Higher Education”, in Martin E. Marty & R. Scott (...)
  • 9 Mark Taylor Dalhouse, op. cit., 140.
  • 10 http://www.bju.edu/response.html, consulté le 10 mai 2002.
  • 11 Quentin Schultze, op. cit., 498.
  • 12 Affichée sur le site Web de l’université, cette déclaration le confirme bien : “BJU stands without (...)

5Depuis sa création dans les années vingt, période marquée par le durcissement des positions fondamentalistes face au modernisme scientifique4, et en particulier les théories de l’évolution5, la BJU s’était donné pour mission de faire triompher la foi chrétienne (ou plutôt la foi fondamentaliste), en faisant front contre “all atheistic, agnostic, and humanistic attacks upon the Scripture6, attaques dont les auteurs étaient considérés comme les ennemis de Dieu et de l’Amérique. Pour Bob Jones père, l’enseignement ne pouvait avoir de vocation que théologique. En 1949, Bob Jones fils déclarait : “We need Christians who go out into the midst of the world to face the problems of the world for Jesus Christ7. Rien de surprenant, puisque, comme le rappelle Quentin Schultze, “in the eyes ofold-style fundamentalists, universities are religious first and educational second8. Convaincu que les chrétiens “are in an armed conflict with evil and need to be trained for battle9, l’actuel président – Bob Jones troisième du nom – fait de la promotion de la foi et des valeurs chrétiennes sa priorité. Dans une lettre ouverte, datée du 3 mars 2000 et intitulée “A Letter to the Nation from Bob Jones University”, il rappelle que son université est “first and foremost, a traditional Bible-Believing Christian place10. Il apparaît donc qu’aujourd’hui comme jadis, la BJU s’inscrit dans une démarche fondamentaliste militante sous-tendue par une vision du monde manichéenne et séparatiste. Ainsi que le précise Quentin Schultze, “in the background at BJU were always the four central tenets of American fundamentalism: separatism, biblical inerrancy, premillennialism, andevangelism11. À ce titre, la BJU est représentative de la culture sudiste, qui a toujours été fortement imprégnée des vieilles valeurs morales et de la religion d’autrefois (old-time religion)12.

  • 13 C. W. Whiteman, “Separatism”, in Daniel G. Reid (ed.), Dictionary of Christianity in America, Downe (...)
  • 14 En s’adressant aux Corinthiens, l’apôtre Paul dit : « Ne formez pas avec les incroyants un attelage (...)
  • 15 Dans l’Épître de Paul aux Romains, l’apôtre Paul dit : « Je vous exhorte, frères à prendre garde à (...)
  • 16 Dans la première Épître de Paul à Timothée, on peut lire ceci : « Si quelqu’un enseigne autrement e (...)
  • 17 Bob Jones II, Cornbread and Caviar, Greenville, South Carolina, Bob Jones University Press, 1985, 2 (...)

6Qu’est-ce que le séparatisme ? Issu de la controverse autour de l’évolutionnisme qui opposa, dans les années vingt, les fondamentalistes (les «  anti-modernistes ») aux dénominations mainline, dites « libérales » (les « modernistes »), le séparatisme est un appel à la « séparation » d’avec celles-ci, taxées d’apostasie en raison de leur acceptation de la théorie de l’évolution 13. La légitimité de leur rejet du libéralisme théologique, qu’ils jugeaient contraire à l’orthodoxie chrétienne, les fondamentalistes la puisaient dans une interprétation littérale de quelques versets bibliques, tels que 2 Co 6 :14-18,14 Rm 16 :17-1815 et 1 Tm 6 :3-5,16 qui ordonneraient la mise à l’écart des infidèles et des apostats. Dans un ouvrage intitulé Cornbread and Caviar, Bob Jones fils écrit : “scriptural teaching on separation [is] the very foundation and basis of a fundamental [i.e. fundamentalist]witness and testimony17.

7Il s’agit là d’une première vague de séparatisme (first-order separatism) qui sera suivie, dans les années cinquante et soixante, d’une deuxième vague (second-order separatism), ponctuée par le schisme entre fondamentalistes et « néo-évangéliques ». En effet, à partir des années quarante, on voit la communauté fondamentaliste se diviser en deux parties : d’un côté, les « durs » qui, persuadés à l’instar de Carl McIntire d’être les vrais défenseurs de l’orthodoxie chrétienne, n’hésitent pas à s’attaquer à tous ceux qui ne pensent pas comme eux, de l’autre, les « modérés », tels que Harold J. Ockenga, Carl F. Henry et Billy Graham, qui se distinguent par leur tolérance et leur ouverture d’esprit. Désormais, le séparatisme concerne tous ceux, fondamentalistes compris, qui coopéreraient avec les défenseurs du libéralisme théologique, ou qui tout simplement approuveraient l’idéologie libérale. Étant donné que Billy Graham s’est associé à des « libéraux » pour sa croisade d’évangélisation, commettant ainsi une grave compromission, Bob Jones décida de rompre officiellement les liens avec lui et avec les néo-évangéliques. À ces derniers qu’il plaçait sous la même enseigne que les protestants de tendance libérale, Bob Jones reprochait leurs aspirations œcuméniques, perçues comme un véritable danger pour la foi chrétienne. Il estimait en effet que tout effort de rapprochement, et en particulier d’unité organique entre les Églises, ne pouvait qu’aboutir à une tyrannie universelle de type marxiste.

  • 18 Bob Jones fils cité par Walter H. Capps, The New Religious Right. Piety, Patriotism, and Politics, (...)
  • 19 Idem.

8Il est enfin une troisième – et dernière – vague de séparatisme (third-order separatism)– qui date du début des années quatre-vingts. Impulsée par l’émergence de la droite religieuse, cette vague est une réaction contre l’initiative prise par certains télévangélistes, comme Jerry Falwell et Pat Robertson, visant à former une vaste coalition inter-confessionnelle. Parce que le pasteur baptiste Jerry Falwell a ouvert les rangs de son lobby politico-religieux, la Moral Majority, à des catholiques, à des juifs et à des mormons, Bob Jones fils n’a pas hésité à le qualifier de “most dangerous man in America as far as Biblical Christianity is concerned18. Du même souffle, il appela tous les chrétiens à tourner “their back upon the MoralMajority and seek the soul-satisfying contentment of being a scriptural minority19. Au fond, les Jones se veulent les seuls défenseurs de la foi chrétienne.

  • 20 Il existe du rock chrétien, de la soul chrétienne, du country chrétien et même du rap chrétien.

9Sous-tendu par une vue rigoriste de l’éthique, faite surtout de non-mondanité, le séparatisme des Jones se traduit par un code de conduite des plus stricts que tout étudiant doit avoir signé, avant même d’être admis. La consommation d’alcool, le cinéma, la danse, le bizutage, le jazz, la musique rock, les jeux de cartes et du hasard sont interdits dans cette université. En contre-partie, les loisirs « sains », tels que le sport ou la musique « chrétienne »20 sont vivement recommandés. L’assiduité aux offices y est obligatoire. En plus du culte dominical, les étudiants doivent assister tous les jours à l’office du soir. Du point de vue vestimentaire, les habits du dimanche sont exigés pour assister aux cours. Enfin, aucun étudiant ne peut quitter le campus sans l’accord préalable de ses parents. L’on remarquera qu’en s’efforçant de protéger leurs étudiants contre les effets de la modernité, notamment en les obligeant à renoncer à la mode séculière sous toutes ses formes, les Jones les préparent néanmoins à s’insérer dans le monde professionnel séculier qui, en règle générale, valorise une telle rigueur, surtout sur le plan vestimentaire.

  • 21 Chiffres donnés par Quentin Schultze, op. cit., 501.

10Afin de se préserver de l’influence du monde extérieur, l’université prend la précaution de ne recruter que ceux qui partagent ses convictions politiques et religieuses. Le choix des futurs employés se fonde sur leur attachement aux valeurs morales traditionnelles et surtout sur leur loyauté aux Jones, plutôt que sur leurs compétences. Pour être recruté, tout enseignant doit préalablement faire sa « profession de foi » et jurer fidélité aux Jones. Il en va de même des étudiants qui, une fois leur candidature acceptée, doivent signer sur l’honneur leur croyance en Jésus-Christ. C’est généralement parmi ses anciens étudiants que la BJU sélectionne son personnel, qu’ils soient enseignants, agents administratifs ou agents techniques. En 1990, 75 % des 322 enseignants y avaient fait leurs études ; et 14 % de ceux du troisième cycle étaient titulaires d’un doctorat21. Il convient d’ajouter que ce genre de relation incestueuse n’est pas spécifique à la BJU ; il s’observe en fait dans toutes les universités confessionnelles.

11Alors que le règlement de l’université interdit aux étudiants d’aller au cinéma et au théâtre, considérés comme des loisirs « mondains » et donc honnis, les Jones mettent en avant les cours d’art dramatique et de production cinématographique comme étant les disciplines phares de leur établissement. Il s’agit d’enseignements portant sur les techniques de la mise en scène, de tournage et de prise de son, le maquillage, l’habillage, l’éclairage. Le but recherché étant, à l’évidence, d’attirer le plus possible d’étudiants. À en juger par la taille de la population estudiantine en constante progression, les efforts des Jones donnent des résultats satisfaisants.

12À l’aide des moyens techniques ultra-modernes dont elle dispose, la BJU produit des films d’inspiration évangélique appelés “Unusual Films”, dont certains, comme Wine of Morning, The Flying Angel, Red Runs the River, Sheffey, All in one Package, ont été primés que ce soit à l’échelle locale ou nationale. Ayant reçu les prix du meilleur film, du meilleur acteur et du meilleur réalisateur de la part de la National Evangelical Film Foundation, Wine of Morning fut choisi, en 1951, pour représenter les États-Unis à l’International Congress of Motion Picture and Television, qui s’était tenu à Cannes22. Compte tenu de la bonne qualité de ses productions et le haut niveau des enseignements portant sur le cinéma, la BJU est, depuis de nombreuses années, dans le peloton de tête du classement établi par la Society of Motion Picture and Television Engineers, rivalisant en cela avec les prestigieuses universités publiques de Californie, comme UCLA ou la University of Southern California.

13Les Jones sont connus pour leur passion du théâtre et de l’art baroque. Acteur Shakespearien de grande renommée, Bob Jones fils avait effectué plusieurs tournées aux États-Unis et en Europe. Dans les années trente, il avait reçu une proposition de la part des Warner Brothers pour tourner un bout d’essai, mais il avait refusé. Régulièrement, l’université accueille des troupes de théâtre et des chanteurs d’opéra de renommée internationale. L’autre source de fierté des Jones, c’est évidemment le musée d’art, dont il est question plus haut. Pour eux, l’art sous toutes ses formes est un moyen efficace pour s’affirmer en tant que chrétien et une arme redoutable pour gagner la bataille contre l’immoralité.

14À la différence de bien d’autres universités fondamentalistes, telles que la Liberty University, Regent University ou encore Oral Roberts University, la BJU n’a pas obtenu la reconnaissance des diplômes qu’elle délivre, en raison même de son refus de se conformer aux exigences des associations d’accréditation, telles que la Transnational Association of Christian Colleges and Schools ou la Southern Association of Colleges and Schools. Tout comme son grand-père puis son père, le président actuel persiste à rejeter l’accréditation par des « instances non séparatistes » qu’il assimile à une compromission avec la modernité : “accrediting associations will not approve our educational process if it does not include the worship of their gods. All education is brainwashing. We wash with the pure water of God’s Word, and they wash with the polluted waters of the NewAge23. Toutefois, ce que Bob Jones omet de dire, c’est que son université ne titularise jamais ou très rarement. D’autre part, la liberté d’enseignement (academic freedom) y est un vain mot. Quant au personnel enseignant, administratif et technique, il n’est jamais payé selon ses compétences, mais en fonction de ses « besoins personnels », évalués et fixés d’une manière arbitraire par les Jones. Enfin, le licenciement y est monnaie courante. De telles pratiques, si fréquentes soient-elles dans les universités privées et en particulier les institutions confessionnelles d’éducation supérieure, sont pour le moins discutables. Ce qui laisse donc à penser que si Bob Jones refuse tout lien avec d’autres institutions, ce n’est pas par conviction religieuse comme il l’affirme, mais tout simplement parce qu’il n’accepte pas que l’on s’immisce dans les affaires de son université et encore moins qu’on l’oblige à renoncer à certaines de ses pratiques ancestrales. Il reste à savoir pourquoi les étudiants acceptent de faire leurs études à la BJU, alors que les diplômes qu’elle délivre ne sont pas reconnus par les autres universités. Cela s’explique principalement par deux facteurs : l’un financier, à savoir le coût des études peu élevé – comme on le verra plus loin – et l’autre socio-moral, c’est-à-dire la recherche d’un environnement qui soit propice au développement de la foi et qui, en même temps, offre une formation solide24.

  • 25 Aux États-Unis, tous les États ont toujours exempté les Églises des impôts sur la propriété et les (...)
  • 26 Bob Jones University versus United States, 103 S. Ct. 2017 (1983).
  • 27 Il y a une dizaine d’années, les droits d’inscription s’élevaient à 1 650 dollars par semestre, aux (...)
  • 28 Le salaire d’un enseignant à la Bob Jones University équivaut au tiers de celui d’un enseignant dan (...)

15Dans l’arrêt Green versus Connally de 1971, la Cour suprême des États-Unis décida de refuser l’exonération fiscale à toutes les écoles privées de l’État du Massachusetts pratiquant la ségrégation raciale, et ordonna, par la même occasion, au fisc (Internal Revenue Service) d’appliquer cette mesure à tous les établissements privés ségrégationnistes du pays25. La BJU n’y échappa pas, bien qu’elle commençât à admettre des étudiants noirs à partir de 1975. S’ensuivit un bras de fer juridique, qui se solda en 1983 par la défaite de la BJU. En plus, les Jones avaient dû payer plus de 800 000 dollars de frais de procédure. La décision de la Cour suprême était nette : en raison même du règlement interne interdisant les rendez-vous galants entre étudiants de races différentes, la BJU n’avait plus le droit à l’exonération fiscale26. Cette décision n’eut aucun effet sur les droits d’inscription qui, aujourd’hui encore, restent en-deçà de ce que font payer les universités d’État27. Outre les droits d’inscription, l’université compte sur l’esprit de solidarité qui unit étudiants, enseignants et personnel administratif et technique, mais aussi sur la loyauté des anciens étudiants que les Jones sollicitent régulièrement28. La BJU bénéficie également des largesses de plusieurs hommes d’affaires fondamentalistes, tels que Tom Phillips, Wayne Booth. Le réseau des amis des Jones comporte enfin nombre d’hommes politiques, comme le sénateur ultra-conservateur Jesse Helms et l’actuel ministre de la justice John Ashcroft, tous deux étant docteurs honoris causa de la BJU.

  • 29 Mark Taylor Dalhouse, op. cit., 130.

16Au fil du temps, la BJU a connu une évolution de taille. Bien que sa vocation première soit d’ordre théologique, cette université ne s’en tient pas qu’aux exigences de la foi. Pour l’actuel président, le croyant ne doit pas se couper du monde, mais essayer de le transformer. S’il condamne la modernité à cause de ses effets sur la foi chrétienne, il ne se prive pas de se servir des moyens audiovisuels les plus sophistiqués, qui sont avant tout des produits de cette même modernité. Être à la fois en phase et en rupture avec la modernité n’a rien de paradoxal aux yeux des Jones. “Unlike theAmish, who chose complete withdrawal”, commente Mark T. Dalhouse, “the Joneses instead chose to walk the tightrope of condemning modern society while being modern themselves in every way except theologically29. L’objectif des Jones est au fond clair : ils veulent vaincre la modernité par ses propres armes, ce qui relève, sans doute, de la gageure.

  • 30 Quentin Schultze, op. cit., 493.

17À côté des divers enseignements à caractère théologique, la BJU propose des formations professionnelles, telles que la médecine, la comptabilité, le journalisme, le droit, la gestion des entreprises. Au total, les étudiants ont le choix entre cent quatre-vingts modules (toutes les disciplines et tous les cycles confondus). Bob Jones est persuadé que la promotion de l’excellence est indispensable à la pérennité et à la prospérité de son université, sans pour autant négliger les fondements de la foi. Il importe de préciser que ce changement vient en réponse aux attentes de beaucoup de parents qui veulent la meilleure éducation possible pour leurs enfants, une éducation de qualité qui doit se dérouler dans un environnement religieux, de façon à ce qu’ils ne perdent pas leurs âmes. Donner satisfaction aux parents et conquérir le public le plus large possible sont deux impératifs auxquels les Jones tiennent plus que jamais. C’est d’ailleurs dans cette perspective que l’appellation “the world’s most unusual university” choisie par Bob Jones père est aujourd’hui remplacée par une autre plus attirante : “the opportunity place”. C’est un signe qui ne trompe pas : “the strident militancy and intolerance of earlier fundamentalism has given way to a remarkably open-minded attitude toward learning, teaching, and education at the college and university levels30.

18Au contraire de son grand-père qui affirmait que les chrétiens devaient être dans ce monde mais pas de ce monde, l’actuel président fait preuve davantage d’accommodement ; il s’évertue à concilier les revendications pluralistes de la modernité et les impératifs moraux et doctrinaux de la foi fondamentaliste. Ce faisant, l’université parvient à attirer aussi bien les fondamentalistes que les non-fondamentalistes. Que faut-il y voir ? Ces changements augurent-ils la fin du séparatisme et l’entrée dans le mainstream ? Ils s’inscrivent plutôt dans une logique de marché : c’est la volonté de gagner de l’argent, notamment en attirant le plus grand nombre possible d’étudiants, qui, nous semble-t-il, conduit les Jones à faire preuve de flexibilité. Il faut savoir que la concurrence entre les universités confessionnelles et les universités « séculières », d’une part et entre les quelque neuf cents universités et colleges d’obédience évangélique et fondamentaliste que compte actuellement les États-Unis, d’autre part, se fait de plus en plus rude.

  • 31 George M. Marsden, Fundamentalism and American Culture. The Shaping of Twentieth-CenturyEvangelical (...)
  • 32 George M. Marsden, op.cit,, 67.
  • 33 Développé par le philosophe écossais du XVIIIe siècle, Thomas Reid, le réalisme écossais (Scottish (...)
  • 34 George M. Marsden, op. cit., 119.

19Face au monde moderne, la BJU affiche une attitude qui mêle résistance et accommodement. Cette ambivalence, qui a son origine dans le fondamentalisme, peut se comprendre à l’aide des travaux de l’historien George M. Marsden, et notamment son ouvrage Fundamentalism and American Culture, où il met l’accent sur la tendance qu’a le fondamentalisme “to identify sometimes with the ‘establishment’ and sometimes with the ‘outsiders’31. L’historien explique par ailleurs que l’individualisme, le manichéisme et la “radical separation between the converted and unconverted32, qui caractérisent le fondamentalisme, puisent leurs fondements dans le revivalisme, et qu’avant d’être connu pour son anti-intellectualisme, le fondamentalisme était attaché à la méthode inductive et au « réalisme écossais »33. Du calvinisme et de l’évangélisme, le fondamentalisme a hérité le respect pour l’effort intellectuel, “so long as intellectual endeavors were for God’s glory”, précise George M. Marsden34. Il est clair que cet héritage, en raison de sa nature hétéroclite, ne peut engendrer que des tensions.

La visite de George W. Bush et ses implications

20La visite de George W. Bush suscite bien des interrogations : pourquoi s’est-il rendu à la BJU ? Comment celle-ci a-t-elle justifié ses pratiques discriminatoires ? Pourquoi a-t-elle décidé de suspendre le règlement concernant les rendez-vous galants ?

21Ayant été battu par son rival républicain John McCain dans le New Hampshire, George W. Bush est arrivé en Caroline du Sud avec la ferme intention de prendre sa revanche, en s’attirant les voix des fondamentalistes et des conservateurs, qui occupent l’aile droite du Parti républicain. Cette visite, qui est donc une manœuvre électorale évidente, n’est pas une nouveauté. Comme le rappelle l’actuel président dans sa lettre ouverte du 3 mars 2000, son université “ha[s] welcomed officeholders and conservative candidates from the Republican party virtually since the school was founded more than 73 years ago35. Après G. W. Bush, c’était au tour d’Alan Keyes et de Pat Buchanan, autres candidats à l’investiture du Parti républicain, d’être reçus par les Jones. S’il en est ainsi, pourquoi la visite de G. W. Bush a-t-elle alors provoqué autant de remous ? Au gré de ses adversaires, tant républicains que démocrates, le candidat Bush aurait dû condamner publiquement le racisme et l’anti-catholicisme des Jones. Son silence était, selon ses détracteurs, moralement impardonnable. À peine le discours de George W. Bush terminé, John McCain lança une offensive téléphonique auprès des électeurs catholiques visant à discréditer G. W. Bush pour son présumé appui aux thèses des Jones. Autre réaction significative : le sénateur démocrate du New Jersey, Bob Torricelli, et cinquante cinq autres parlementaires démocrates ont soumis au Congrès une résolution contre les Jones, mais elle est restée sans suite.

22Au début, George W. Bush n’avait pas jugé utile de s’en expliquer et encore moins de présenter des excuses, mais devant l’ampleur de la polémique et pour démentir les accusations faites par McCain contre lui, il adressa le 25 février 2000 une lettre à l’archevêque de New York, le Cardinal John J. O’Connor. Puis, dans une conférence de presse qu’il donna le 27 février il se dit désolé de n’avoir pas condamné dans son discours l’intolérance religieuse et la discrimination raciale pratiquées à la BJU. Pour rassurer les catholiques, il ne se contenta pas d’affirmer qu’il ne souscrit nullement aux thèses de cette université, mais insista en plus sur le fait que son frère Jep et l’épouse de celui-ci sont catholiques.36 L’enjeu était de taille : il craignait que l’électorat catholique ne vote pas pour lui. Et pour se racheter, il assista, le 26 mai 2000, à la convention annuelle de la Catholic Association. Le 11 août 2000, il visita l’université catholique de Portland, dans l’État de l’Oregon. Les démocrates donnèrent à ses visites le nom de George Bush/Bob Jones Redemption Tour. L’on remarque cependant qu’à aucun moment, Bush n’a condamné les dirigeants de la BJU ; il n’a pas exprimé le moindre regret d’y être allé, non plus.

23Les Jones sont notoirement connus pour leur anti-catholicisme. Les exemples abondent. Mais il suffit de rappeler que Bob Jones père s’était illustré à la fois par son soutien à la Prohibition et par ses attaques contre le candidat catholique Al Smith lors des élections présidentielles de 1928. À l’occasion d’un rassemblement organisé en 1982 dans l’Iowa par la Saylorville Baptist Church, Bob Jones fils dit : “I believe some of the World Council of Churches and the Pope arein conscious service to the Antichrist […] All the popes are demon-possessed37. En 1987, lors de la visite de Jean-Paul II en Caroline du Sud, le même Bob Jones a déclaré qu’il préférait parler au diable en personne que de rencontrer le Pape, qu’il a qualifié d’“antichrist and a man of sin”. Cela n’empêche pas l’actuel président, qui n’est pas à un paradoxe près, d’affirmer dans sa lettre ouverte que “our faculty, staff and students do not hate Roman catholicswe love them in Christ38. Pour faire taire ses critiques le président de la BJU n’hésite pas à faire remarquer que son fils (Bob Jones quatrième du nom), aujourd’hui journaliste au magazine ultra-conservateur, The World, a obtenu une maîtrise d’histoire de l’université catholique de Notre Dame, située dans l’Indiana. À ce sujet, une question mérite d’être posée : Pourquoi le fils de l’actuel président n’a-t-il pas fait ses études dans l’université familiale, dont les Jones et leurs partisans ne cessent de vanter les mérites ?

24Comment les Jones expliquent-ils leur opposition aux rendez-vous galants entre étudiants de races différentes, et d’une manière générale, au mélange des races ? En même temps qu’ils se défendent d’être racistes (“We are not racists in any shape, form or fashion”)39, ils continuent à s’opposer à toute idée d’un monde “unipolaire” et culturellement uniforme. Pour se justifier, ils invoquent la Bible, qui, selon eux, indique clairement que Dieu tenait à ce que les races soient différenciées et les peuples dispersés (Genèse 10 & 11). Si Dieu avait empêché les humains de construire Babel, notamment grâce à la multiplicité des langues – source de confusion –, c’était parce qu’il s’opposait à la création d’un « monde à gouvernement unique » (one-world government)40. Conformément à la volonté divine, explique le site de l’université, les Jones s’opposent à la création d’une seule communauté, ayant une seule et unique religion, une seule économie et un seul gouvernement.

  • 41 “Bob Jones University Drops Interracial Dating Ban”, Christianity Today,http://www.christianitytoda (...)
  • 42 “Bob Jones Rules”, Christianity Today, 24 avril 2000, 41.

25Se rendant enfin compte que son université rencontre son impasse, l’actuel président annonce le 3 mars 2000, au cours de l’émission Larry King Live sur CNN, la levée de l’interdiction des rendez-vous galants entre étudiants de races différentes41. Pour quelles raisons ? La réputation faite par les médias à son université qui la taxe, à tort, dit-il, d’intolérance et d’obscurantisme, a non seulement porté préjudice à ses étudiants mais aussi discrédité l’Église et la communauté des croyants. Et d’ajouter : “I don’t want to hurt the church of Jesus Christ42. Mais comme il a été dit plus haut, cet assouplissement est principalement motivé par des raisons financières. Les temps sont durs et nul n’y échappe. Alors, il faut s’adapter pour pouvoir s’en sortir.

Conclusion

26La BJU a connu de grands changements : après plusieurs décennies de résistance, les Jones ont fini par céder aux exigences de la société moderne, en s’y adaptant. La rhétorique de l’actuel président est en grande partie débarrassée du radicalisme qui caractérisait le discours de Bob Jones père. Il n’est donc pas surprenant si la BJU bénéficie aujourd’hui d’une image plus positive que par le passé. Beaucoup reste cependant à faire : certaines pratiques sont d’un autre âge, sans oublier la question de l’accréditation.

27L’un des atouts majeurs de la BJU, c’est qu’elle propose des prix hautement compétitifs ; d’où l’afflux des étudiants, tant américains qu’étrangers. À en croire Bob Jones troisième du nom, la plupart des diplômés de son université occupent des postes-clés dans les domaines des affaires, de l’enseignement et de la politique aussi bien à l’échelon local que national : “Our graduates are in demand throughout the business, educational and professional worlds. They occupy high positions in state and federal government, both elected and appointed43. Mais cette déclaration ne reflète pas la réalité. Selon Mark Taylor Dalhouse, la plupart des anciens étudiants de la BJU travaillent soit en tant qu’enseignants ou en tant qu’agents administratifs dans des institutions confessionnelles (dites « chrétiennes ») d’éducation secondaire et supérieure, quand ils ne sont pas pasteurs ou missionnaires44.

28Sur le plan strictement universitaire, il n’est pas certain que la BJU mérite le titre d’université, et ce, malgré l’intérêt que les Jones portent aux arts et à la culture. D’abord, une grande importance est encore donnée à la formation de pasteurs et de prédicateurs laïques ; et près d’un quart des diplômes sont délivrés en études religieuses. D’autre part, la recherche y est très peu développée, voire marginale ; la lourdeur de la charge d’enseignement qui reste prioritaire y est pour beaucoup.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

“Bob Jones’s Dating Tips”, The New York Times, 5 mars 2000, 5.

“Bob Jones Rules”, Christianity Today, 24 avril 2000, 41.

“Bob Jones University Drops Interracial Dating Ban”, Christianity Today,http://www.christianitytoday.com/ct/2000/110/53.0.html, consulté le 10 mai 2002.

“Bush Denies Accusations of Anti-Catholicism”, America,http://www.finarticles.com/cf_0/m1321/8_182/60028046/print.jhtml, consulté le 2 septembre 2002.

“Bush Rues Failure to Attack Bigotry in Visit to College”, The New York Times,http://nytimes.com/library/politics/camp/022800wh-gop-bush, consulté le 10 octobre 2002.

CAPPS Walter H., The New Religious Right. Piety, Patriotism, and Politics, Columbia, South Carolina, University of South Carolina Press, 1994.

DALHOUSE Mark Taylor, An Island in the Lake of Fire. Bob Jones University, Fundamentalism, and the Separatist Movement, Athens and London, University of Georgia Press, 1996.

“DNC Reports Bush-Bob Jones: Follows up BJU Visit With Talk to Catholic Press Association”, PR Newswire, http://findarticles.com/cf_0/m4PRN/2000_May_26/62441186/print.jhtml, consulté le 2 septembre 2002.

FURNISS Norman F., The Fundamentalist Controversy, 1918-1931, Handem, Connecticut, Archon Books, 1963.

“Interracial Dating Ban to End at Bob Jones University”, The New York Times,http://www.nytimes.com/library/national/030400bobjones-edu.html, consulté le 10 mai 2002.

JONES II Bob, Cornbread and Caviar, Greenville, South Carolina, Bob Jones University Press, 1985.

LARSON Edward J., Trial and Error. The American Controversy Over Creation and Evolution, London & New York, Oxford University Press, 2002.

MARSDEN George M., Fundamentalism and American Culture. The Shaping ofTwentieth-Century Evangelicalism: 1870-1925, Oxford, Oxford University Press, 1980.

McLOUGHLIN William G., “The Illusions and Dangers of the New Christian Right”, Foundations, vol. 25, n° 2, avril-juin 1982, 128-143.

ROBERTSON Pat, The New World Order, Dallas, Word Publishing, 1991.

ROGERS Jack, Claiming the Center. Churches andConflicting Worldviews, Louisville, Kentucky, Westminster John Knox Press, 1995.

SCHULTZE Quentin, “The Two Faces of Fundamentalist Higher Education”, in Martin E. MARTY & R. Scott APPLEBY (eds), Fundamentalisms and Society. Reclaiming the Sciences, the Family, and Education, Chicago and London, University of Chicago Press, 1991.

WHITEMAN C. W., “Separatism”, in Daniel G. REID (ed.), Dictionary of Christianity in America, Downers, Grove, Illinois, Intervarsity Press, 1990.

“Why Christian Colleges Are Booming”, Christianity Today,http://www.christianitytoday.com/ct/9t5/9t5026.html, consulté le 22 juillet 2002.

Sites Internet

http://www.bju.edu, consulté le 31 octobre 2002.

http://www.bju.edu/response.html, consulté le 10 mai 2002.

http://www.bju.edu/bjmg/art_gallery/pages/artists.html, consulté le 31 octobre 2002.

http://216.239.51.100/search?q=cache:VZ37O5gmy0C:www.bju.edu/academics/pops, consulté le 31 octobre 2002.

Haut de page

Notes

1 Mark Taylor Dalhouse, An Island in the Lake of Fire. Bob Jones University, Fundamentalism, and the Separatist Movement, Athens and London, University of Georgia Press, 1996, 6, 9, 13, 87.

2 http://www.bju.edu/response.html, consulté le 10 mai 2002.

3 http://www.bju.edu/bjmg/art_gallery/pages/artists.html, consulté le 31 octobre 2002.

4 Comme le fait remarquer Mark Taylor Dalhouse, “The Joneses are, of course, products of their heirs to the fundamentalist-modernist controversy that raged in the American church in the 1920s. That battle, waged by conservatives against the onslaught of modernism, gave Protestants like the Bob Joneses not only an absolutist theological worldview but an abiding taste for battle as well”, op. cit., 2.

5 Cela s’est traduit, entre autres, par la campagne contre l’enseignement des théories de l’évolution dans les écoles publiques, campagne qui atteignit son point culminant en 1925 à l’occasion du fameux « procès Scopes ». Voir Norman F. Furniss, The Fundamentalist Controversy, 1918-1931, Handem, Connecticut, Archon Books, 1963. Edward J. Larson, Trial and Error. The American Controversy Over Creation and Evolution, London & New York, Oxford University Press, 2002.

6 Ceci est extrait du guide des études de la BJU.

7 Bob Jones fils, cité par Mark Taylor Dalhouse, op.cit., 130.

8 Quentin Schultze, “The Two Faces of Fundamentalist Higher Education”, in Martin E. Marty & R. Scott Appleby (eds), Fundamentalism and Society. Reclaiming the Sciences, the Family, and Education, Chicago and London, University of Chicago Press, 1991, 504.

9 Mark Taylor Dalhouse, op. cit., 140.

10 http://www.bju.edu/response.html, consulté le 10 mai 2002.

11 Quentin Schultze, op. cit., 498.

12 Affichée sur le site Web de l’université, cette déclaration le confirme bien : “BJU stands without apology for the old-time religion and the absolute authority of the Bible”, http://www.bju.edu, consulté le 31 octobre 2002.

13 C. W. Whiteman, “Separatism”, in Daniel G. Reid (ed.), Dictionary of Christianity in America, Downers, Grove, Illinois, Intervarsity Press, 1990, 1074.

14 En s’adressant aux Corinthiens, l’apôtre Paul dit : « Ne formez pas avec les incroyants un attelage disparate. Car quelle association y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? Ou quelle communion entre la lumière et les ténèbres. Et quel accord entre Christ et Béllal ? Quelle part le croyant a-t-il avec le non-croyant ? » (2 Co 6 :14-15).

15 Dans l’Épître de Paul aux Romains, l’apôtre Paul dit : « Je vous exhorte, frères à prendre garde à ceux qui causent des divisions et des scandales, contrairement à l’enseignement que vous avez reçu. Éloignez-vous d’eux » (Rm 16 :17).

16 Dans la première Épître de Paul à Timothée, on peut lire ceci : « Si quelqu’un enseigne autrement et ne marche pas selon les saines paroles de notre Seigneur Jésus-Christ, et selon la doctrine conforme à la piété, il est enflé d’orgueil, il ne sait rien ; il a la maladie des discussions et des disputes des mots. De là naissent l’envie, la discorde, les calomnies, les mauvais soupçons » (1 Tm 6 :3-4).

17 Bob Jones II, Cornbread and Caviar, Greenville, South Carolina, Bob Jones University Press, 1985, 203-204.

18 Bob Jones fils cité par Walter H. Capps, The New Religious Right. Piety, Patriotism, and Politics, Columbia, South Carolina, University of South Carolina Press, 1994, 90.

19 Idem.

20 Il existe du rock chrétien, de la soul chrétienne, du country chrétien et même du rap chrétien.

21 Chiffres donnés par Quentin Schultze, op. cit., 501.

22 http://216.239.51.100/search?q=cache:VZ37O5gmy0C:www.bju.edu/academics/pops, consulté le 31 octobre 2002.

23 Bob Jones troisième du nom cité par Mark Taylor Dalhouse, op. cit., 4.

24 Voir “Why Christian Colleges Are Booming”, Christianity Today,http://www.christianitytoday.com/ct/9t5/9t5026.html, consulté le 22 juillet 2002.

25 Aux États-Unis, tous les États ont toujours exempté les Églises des impôts sur la propriété et les revenus des Églises n’ont jamais été soumis à l’impôt fédéral depuis sa création.

26 Bob Jones University versus United States, 103 S. Ct. 2017 (1983).

27 Il y a une dizaine d’années, les droits d’inscription s’élevaient à 1 650 dollars par semestre, auxquels s’ajoutaient 1 590 dollars – par semestre – pour le logement. Voir Quentin Schultze, op. cit., 503. Si l’on prend comme critère de jugement les droits demandés par les universités publiques (entre 6 000 et 12 000 dollars), la BJU reste très abordable.

28 Le salaire d’un enseignant à la Bob Jones University équivaut au tiers de celui d’un enseignant dans une université d’État.

29 Mark Taylor Dalhouse, op. cit., 130.

30 Quentin Schultze, op. cit., 493.

31 George M. Marsden, Fundamentalism and American Culture. The Shaping of Twentieth-CenturyEvangelicalism : 1870-1925, London & New York, Oxford University Press, 1980, 6.

32 George M. Marsden, op.cit,, 67.

33 Développé par le philosophe écossais du XVIIIe siècle, Thomas Reid, le réalisme écossais (Scottish Common Sense Realism) faisait appel au sens commun afin de saisir, dans un premier temps, les informations empiriques offertes par la réalité et de procéder ensuite, par induction, à des généralisations. Cette approche empirique était intimement liée à la méthode inductive, dont l’initiateur était le philosophe anglais du XVIIe siècle, Francis Bacon, et selon laquelle la théorie et les hypothèses, n’étant que pure spéculation sans rapport avec la réalité, ne pouvaient aucunement conduire à la compréhension du monde. Voir Jack Rogers, Claiming the Center. Churches andConflicting Worldviews, Louisville, Kentucky, Westminster John Knox Press, 1995, 87-109.

34 George M. Marsden, op. cit., 119.

35 http://www.bju.edu/response.html, consulté le 10 mai 2002.

36 “Bush Rues Failure to Attack Bigotry in Visit to College”, The New York Times,http://nytimes.com/library/politics/camp/022800wh-gop-bush, consulté le 10 octobre 2002.“Bush Denies Accusations of Anti-Catholicism”, America,http://www.findarticles.com/cf_0/m1321/8_182/60028046/print.jhtml, consulté le 2 septembre 2002.

37 Bob Jones fils cité dans “DNC Reports Bush-Bob Jones: Follows up BJU Visit With Talk to Catholic Press Association”, PR Newswire, http://findarticles.com/cf_0/m4PRN/2000_May_26/62441186/print.jhtml, consulté le 2 septembre 2002.

38 http://www.bju.edu/response.html, consulté le 10 mai 2002.

39 http://www.bju.edu/response.html, consulté le 10 mai 2002.

40 C’est aussi le point de vue de tous les ténors de la droite religieuse. Pour eux, comme pour bon nombre de croyants, le mythe de Babel était le signe d’une imperfection marquant à jamais l’humanité. Voir Pat Robertson, The New World Order, Dallas, Word Publishing, 1991.

41 “Bob Jones University Drops Interracial Dating Ban”, Christianity Today,http://www.christianitytoday.com/ct/2000/110/53.0.html, consulté le 10 mai 2002.“Interracial Dating Ban to End at Bob Jones University”, New York Times,http://www.nytimes.com/library/national/030400bobjones-edu.html, consulté le 10 mai 2002.

42 “Bob Jones Rules”, Christianity Today, 24 avril 2000, 41.

43 http://www.bju.edu/response.html, consulté le 10 mai 2002.

44 Mark Taylor Dalhouse, op. cit., 150-151.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mokhtar Ben Barka, « La Bob Jones University : hier et aujourd’hui », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. II - n°1 | 2004, 111-126.

Référence électronique

Mokhtar Ben Barka, « La Bob Jones University : hier et aujourd’hui », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. II - n°1 | 2004, mis en ligne le 18 novembre 2009, consulté le 06 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/3079 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.3079

Haut de page

Auteur

Mokhtar Ben Barka

Professor, (Angers, France)
Mokhtar Ben Barka is professor of American civilization at the University of Angers (France). His main fields of research are religion and politics in the United States. He has published two books and a large number of articles.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals