Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. I - n°1Emblèmes, rhétoriques et politiquesBritannia : Grandeur et infortune...

Emblèmes, rhétoriques et politiques

Britannia : Grandeur et infortune d’une allégorie nationale dans l’univers du cartoon britannique 1842-1999

Britannia: Greatness and Misfortune of a National Symbol in the World of British Cartoons 1842-1999
Gilbert Millat
p. 4-23

Résumé

Britannia, sometimes accompanied by the emblematic British Lion, has long been personifying justice, liberty, and the British Empire on coins and stamps as well as in graphic satire. Originally of Roman origin, she became the visual representation of Britain after being revived in the sixteenth century. This article is based on the analysis of over four hundred cartoons featuring this symbol. It argues that between 1860 and the 1950s, Britannia striking a solemn pose, that of the Græco-Roman goddess created by Tenniel, exalted Victorian greatness and the early twentieth century great power twice victorious in the World Wars. On the other hand, since the inter-war years, Low and his followers had been challenging this supposedly immutable image. They turned her into a definitely helpless and obsolete symbol whose identity was sometimes usurped by such anti-heroes as Colonel Blimp. Finally, from the 1960s, in a context of continuous British decline and growing permissiveness, cartoonists increasingly followed the example of the old masters of 18th century caricature and early Punch cartoonists, even though aggressiveness and vulgarity have remained much less explicit.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Un pays, la « Bretagne », qu’Éole évoque en ces termes à l’acte V du King Arthur de Henry Purcell (...)
  • 2  Peter Mellini et Roy T. Matthews, “John Bull and his Family”, History Today, vol. 37, mai 1987, p. (...)
  • 3  Peter Berkowitz et Peter Macdonald, « Le pouvoir impérial : l’Empire britannique dans les dessins (...)
  • 4  Ibidem, p. 32.
  • 5  David Scott, “Marianne and Britannia—Confronting national icons”, L’image, n° 2, Paris, 1996, p. 1 (...)
  • 6  Ibidem, p. 152.
  • 7  Voir Michel Jouve, L’âge d’or de la caricature anglaise, Paris, Presses de la Fondation Nationale (...)
  • 8  Ce carrosse est actuellement exposé dans la Public Gallery et a été utilisé pour le jubilé de la r (...)

1Britannia fut tout d’abord, le nom latin de l’Angleterre et du Pays de Galles jusqu’aux invasions saxonnes des Ve et VIe siècles1. En outre, comme le rappellent Peter Mellini et Roy T. Matthews, la figure emblématique de Britannia paraît initialement au revers d’une pièce de monnaie romaine émise entre 119 et 122, sous le règne de l’empereur Hadrien2. Ironie de l’histoire ou illustration de la rivalité mimétique entre deux empires, la future protectrice d’un royaume d’Angleterre, dont elle exaltera longtemps la puissance, commémore, à cette époque, la défaite des habitants des îles Britanniques face aux Romains. Après le départ de ces envahisseurs, on perd sa trace jusqu’au XVIe siècle. Lorsqu’elle reparaît, soit dans des livres, soit dans des masques donnés à la cour de Jacques Ier et de Charles Ier, son image est, à quelques variantes près, définitivement fixée : une déesse d’inspiration gréco-romaine, vêtue d’une toge, assise de trois quarts sur la gauche, elle tient une lance dans la main droite tandis que son avant-bras gauche repose sur son bouclier. Britannia, est alors, ainsi que le confirment Peter Berkowitz et Peter MacDonald, une allégorie aux origines aussi anciennes que multiples. Issue à la fois de l’antiquité classique et de la tradition britannique de personnages héroïques tels que Boadicée, reine guerrière des Bretons qui mena la résistance contre les Romains, et la Dame du lac de la légende du Roi Arthur, elle pallie l’absence d’un vrai personnage fondateur3. Une synthèse s’opère entre ces divers éléments à l’époque d’Élisabeth Ière dont le règne a vu l’émergence de l’Etat et de l’Empire, ainsi que l’avènement de la suprématie navale britannique. Britannia se voit remaniée en déesse de la mer notamment pour souligner l’analogie entre l’Empire romain et l’Empire britannique qu’elle représente vers la fin du XVIIe siècle. Et ces deux auteurs de noter: « Elle entre dans le domaine public pour la première fois en 1672 sous la forme d’une tête qui orne la pièce d’un penny »4. Au siècle suivant, le poème de James Thompson “Rule Britannia” mis en musique vers 1740, exalte la fierté nationale dans son célèbre refrain : “Rule Britannia! Britannia rules the waves: Britons never will be slaves”. Cette chanson devient si populaire qu’elle représente un second hymne national, « la Marseillaise des Anglais » selon David Scott5. Pendant le règne de Georges III, le trident de Neptune se substitue à sa lance et elle arbore un casque de légionnaire romain. Jusqu’au XXe siècle, Britannia continue à figurer sur des pièces de monnaie. Ainsi, depuis 1970, elle orne le côté pile de la pièce de cinquante pence. Elle apparaît pour la première fois sur une série de timbres d’un prix élevé émis en 1912 où elle figure pendant les vingt-cinq années suivantes. Cette double association avec la livre sterling et cet autre emblème du nationalisme, que constitue le timbre-poste, lui confère un statut de protectrice de la valeur de la monnaie britannique et de l’Empire6. Elle a alors un rôle analogue à celui qu’elle incarne comme symbole du bon gouvernement et des justes institutions du royaume, en particulier dans la satire graphique où on la rencontre très tôt7. Cette symbolique est, par exemple, à l’œuvre sur l’un des panneaux historiés qui ornent The Speaker’s State Coach, un carrosse construit à l’intention de Guillaume III en 1698, ultérieurement offert par la reine Anne au Speaker de la Chambre des communes8.

  • 9  Cesare Ripa, Iconologie où les principales choses qui peuvent tomber dans la pensée touchant les v (...)
  • 10  M. Jouve confirme cette interprétation : il voit dans l’image originelle de Britannia une divinité (...)

2Outre la référence à l’antiquité grecque et romaine, la représentation anthropomorphe de Britannia renvoie probablement à une tradition iconographique dont Cesare Ripa avait proposé une codification systématique dès 1593. En feuilletant la traduction française de ce traité, on constate que les figures dont Britannia semble se rapprocher le plus sont principalement : l’amour vers sa patrie (sic), la force, la noblesse, la raison d’État, la concorde militaire et la force d’esprit et de corps. La plupart de ces emblèmes évoquent la déesse Pallas, une guerrière casquée, portant cuirasse, cimeterre, épée ou lance et bouclier. En outre, la noblesse représentée par C. Ripa tient une petite image de Minerve dans une main. Or, cette dernière tient elle-même une lance dans la main gauche et un bouclier dans la main droite9. Rappelons que Pallas est le surnom d’Athéna, déesse grecque, figure guerrière également déesse de la raison ; quant à Minerve, les Romains identifient cette déesse avec l’Athéna grecque10.

Caricatures et cartoons de Britannia

  • 11  Ibidem, p. 256 ; sur l’acception britannique du terme caricature et sur les différences avec la ca (...)
  • 12  S’agissant de W. Hogarth, en particulier sa série de quatre tableaux intitulés “An Election”, on p (...)
  • 13  M. Jouve, op.cit., p. 256-258 ; par ailleurs, le paragraphe ci-dessus est adapté des mêmes pages.

3S’agissant de la caricature anglaise des quatre dernières décennies du XVIIIe siècle, Britannia incarne « la justice et le véritable esprit de la Constitution » et elle « demeure longtemps très abstraite », pareille à une statue11. Cette allégorie protectrice s’humanise grâce à la conception d’une Britannia mère, tour à tour mère nourricière idéale ou marâtre tyrannique ou encore noble veuve drapée de noir ruisselant de larmes. La divinité tutélaire descend de son piédestal. On exploite la féminité de cette allégorie en soulignant sa fragilité analogue à celle du système politique de la nation. Dans la détresse, Britannia aura besoin d’être secourue. Dans l’esprit des caricaturistes, les Anglais ne doivent pas s’abandonner au sentiment trompeur que l’esprit de la nation serait invulnérable. On relève même des allégories de la nation avilie dans la prostitution qui évoquent les orgies dépeintes par William Hogarth ou Thomas Rowlandson12. Sur le plan de la rhétorique graphique, Britannia devient d’autant plus dérisoire que les satiristes lui appliquent les procédés de caricature plus souvent réservés aux personnages, à l’image d’un James Gillray. Cependant, « dans l’ensemble, ce type de caricature reste minoritaire » : Britannia inspire essentiellement le respect13. Bref, si l’invulnérabilité de Britannia n’est jamais remise en cause dans l’ordre numismatique, elle paraît relativement plus fragile dans le domaine de la caricature. À la pérennité de sa fonction d’exaltation de la puissance britannique à travers la monnaie, s’oppose le caractère aléatoire de son statut dans le registre de la satire graphique où l’icône déchue s’expose à sombrer dans le dérisoire.

  • 14  Kenneth Baker, The Prime Ministers—An Irreverent Political History in Cartoons, London, Thames and (...)
  • 15  Une xylographie est une gravure imprimée à partir d’un dessin en relief réalisé sur une planche de (...)
  • 16  K. Baker, op. cit., p. 13 ; à ce sujet, le romancier victorien W. M. Thackeray se réjouissait beau (...)

4Après 1815, l’iconographie du XIXe siècle proscrit la violence et le goût de la sexualité explicite caractéristiques du siècle précédent. Plus de personnages qui défèquent, qui urinent, et a fortiori plus de scènes de fornication14. Ce tournant s’explique, d’abord, par l’évolution des conditions de production des images – exit la gravure vendue seule ou, plus rarement, rassemblée en volumes, chez un marchand/éditeur. À partir de 1820, journaux et pamphlets comportent des xylographies à caractère politique et causent la perte des boutiques d’art traditionnelles15. En effet, les rédacteurs en chef ne souhaitent pas choquer leurs lecteurs, d’autant que ces derniers désirent préserver leurs épouses et leurs enfants de la grossièreté et de la vulgarité. La bienséance victorienne n’épargne nullement les milieux de l’édition. Jusqu’en 1914, la nouvelle moralité bourgeoise contraint donc les dessinateurs de presse à respecter les hommes politiques : on critique leurs programmes et leurs jugements mais on leur épargne le ridicule. Comme l’indique Kenneth Baker : « L’insulte agressive disparut des dessins de presse »16. Dans son autobiographie, David Low semble déplorer cet affadissement du genre :

  • 17  David Low, Low’s Autobiography, London, Michael Joseph, 1956, p. 90.

The original ribald rowdy fun of the old masters, Gillray and Rowlandson had been considerably watered down : Leech, Tenniel, Sambourne and Partridge had rubbed the rough places off the genuine article and substituted dignity and grace for strength and power in political caricature. So that one no longer laughed—if one laughed—from the stomach but from the front teeth17.

  • 18  “Substance and Shadow”, cartoon n° 1, Punch, Vol. V, juillet-décembre 1843, p. 23 ; initialement, (...)
  • 19  David Low définit ainsi la spécificité du portrait dans les dessins de presse : “Usually the portr (...)

5Enfin, du point de vue terminologique, rappelons qu’à partir de 1843, le vocable cartoon s’applique définitivement aux satires graphiques précédemment appelées caricatures. John Leech, alors la signature la plus prestigieuse de Punch, utilise ce terme pour la première fois dans ce magazine18. On réserve désormais le terme caricature à un portrait déformé19.

  • 20  P. Berkowitz et P. Macdonald, ibidem, p. 31.
  • 21  Précisons qu’il n’existe qu’un “Chief Cartoonist” alors que plusieurs “Junior Cartoonists” se rela (...)
  • 22  Sur les rivaux de Punch au XIXe siècle, voir notamment F. C. Burnand, “ ‘Mr Punch’, His Predecesso (...)
  • 23  Selon des chiffres fournis par la Punch Library ( <Punch.Library@harrods.com> ), entre juillet 1841, date de sa création, et </Punch> (...)

6À ses débuts, Punch (1841-1992), l’homologue londonien du Charivari parisien, se distingue par un ton radical voire subversif, hostile aux catholiques, aux juifs et aux privilèges. Cette version initiale cède progressivement la place à un magazine respectable visant un public bourgeois et cultivé20. Chaque livraison hebdomadaire propose de nombreuses illustrations et deux dessins qui commentent l’actualité politique. Dans le sommaire, on présente les premières comme des “pictures and sketches” tandis qu’on qualifie les seconds de cartoons. Ces derniers occupent une page entière, située face à la rubrique des commentaires politiques. Le “Chief Cartoonist ” réalise le premier tandis que le second est dévolu au “Junior Cartoonist21. Après le décès de J. Leech en 1864, deux “Chief Cartoonists” marqueront Punch de leur empreinte. D’une part, John Tenniel, qui occupe ce poste jusqu’en 1900 et qui avait débuté à Punch dès 1851. D’autre part, Bernard Partridge, qui succède lui-même à Edward Linley Sambourne, exercera son art de 1910 à 1945. Leurs deux carrières représentent donc plus de huit décennies de création de dessins de presse. Punch n’a pas le monopole de la publication de cartoons mais, d’une part, ses concurrents ne jouissent pas de sa pérennité et, d’autre part, l’hebdomadaire, créé en 1841, reste le modèle que l’on imite ou que l’on parodie et dont on rêve d’égaler le succès22. Si Punch a des rivaux, sa domination reste incontestée. Au demeurant son tirage augmente fortement de 1900 à la fin des années 1940 et il ne commence à perdre des lecteurs qu’à partir de la fin des années 1950 – autrement dit, la concurrence de la presse quotidienne qui emploie les services des dessinateurs tels que William Kerridge Haselden, Percy Fearon alias Poy, George Strube et David Low ne limite en rien son rayonnement23.

7Les concurrents les plus redoutables de la version britannique du Charivari apparaissent à la fin de l’ère victorienne : il s’agit des quotidiens copieusement illustrés de la presse populaire. Rappelons les dates de naissance de trois géants : le Daily Mail voit le jour en 1896, le Daily Express en 1900, le Daily Mirror paraît à partir de 1903. Très vite leurs propriétaires s’assurent les services de dessinateurs, en effet les cartoons constituent un argument de vente non négligeable. Ainsi W. Haselden exercera-t-il ses talents au Daily Mirror de 1904 à 1940. Les tirages de ces quotidiens ne deviennent massifs qu’à partir de l’entre-deux-guerres. Leur essor permet à deux figures incontournables de l’histoire du dessin de presse britannique d’asseoir leur réputation. En premier lieu, le plus populaire, G. Strube, lié par contrat à Lord Beaverbrook, propriétaire du Daily Express, de 1918 à 1948. En second lieu, le plus talentueux, D. Low, que ce même “Press Lord” réussit à embaucher, à grands frais, en 1927. Leur rupture sera consommée en 1950. Après la Deuxième Guerre mondiale, de nombreux quotidiens, dont le très distingué Times, imitent leurs prédécesseurs. Aussi, malgré le déclin de Punch qui s’accélère dans les années 1960, une multitude de cartoons paraissent chaque jour. L’art du dessin de presse se perpétue, d’autant plus que les dessinateurs de talent ne manquent pas. Nombre d’entre eux ont débuté à Punch, un prestigieux tremplin pendant plus d’un siècle.

  • 24  Une liste des dessinateurs et des publications figure en annexe ; dans les années 1840 et 1850, pl (...)
  • 25  J’exprime ma gratitude à l’égard de Nick Hiley et Jane Newton, respectivement Directeur et Directr (...)

8Cette étude se réfère à l’analyse de plus de quatre cents œuvres que la figure de Britannia honore de sa présence. Ces dessins, réalisés par trente-sept « cartoonistes » , entre 1842 et 1999, proviennent de vingt-et-une publications24. Le nombre de cartoons par dessinateur et par journal varie de un à plusieurs dizaines pour les signatures prestigieuses telles que J. Tenniel, B. Partridge, D. Low, G. Strube, Victor Weisz alias Vicky, Michael Cummings, Nicholas Garland, John Jensen, pour ne citer qu’eux. S’agissant de Punch, il a été procédé à un dépouillement exhaustif. En revanche, en ce qui concerne les autres organes de presse, quotidiens et plus rarement hebdomadaires, on a puisé dans les ressources actuellement disponibles de la base de données iconographiques du Centre for the Study of Cartoons and Caricature de l’Université du Kent à Cantorbéry25. On peut néanmoins affirmer que tous les grands noms du dessin de presse politique des quatre dernières décennies du XXe siècle sont représentés dans ce corpus.

  • 26  On l’y rencontre pour la première fois en 1842.

9Afin d’épargner au lecteur une fastidieuse comptabilité, limitons-nous à quelques données chiffrées. On dénombre cent dix-sept occurrences de Britannia avant la Première Guerre mondiale, dont huit sur dix de 1863 à 1914. Dans sa décennie la plus faste, 1863-1872, elle apparaît , en moyenne, dans un numéro de Punch sur deux26. La nomination de J. Tenniel au poste de “Chief Cartoonist”, en 1864, n’y est, à l’évidence, pas étrangère. Vingt-trois dessins paraissent pendant la Grande Guerre ; Britannia est essentiellement « mobilisée » entre le début des hostilités et 1916.

Fig. 1 – Partridge, After Ten Years, Punch, 22 avril 1914

Fig. 1 – Partridge, After Ten Years, Punch, 22 avril 1914
  • 27  Et avec elle, disparaissent ses comparses allégoriques : Hibernia, Caledonia, Columbia, Germania, (...)
  • 28  On compte moins de dix cartoons de Britannia dans le Punch de la seconde moitié du XXe siècle.
  • 29  Il va sans dire, qu’ils demeurent, peu ou prou, tributaires des décisions de leur rédacteur en che (...)

10Dans les années 1920 et 1930, un total de quatre-vingt-douze cartoons se répartit à peu près également entre les deux décennies. Un dessin sur trois est publié dans Punch. Pendant le deuxième conflit mondial, Britannia entre seize fois en scène, dont quatorze fois de septembre 1939 à fin 1942. À noter que le décès de B. Partridge, en 1945, marque un tournant dans l’odyssée séculaire de Britannia : à de rarissimes exceptions près, elle disparaît des pages de Punch27. Quotidiens et, plus rarement, hebdomadaires à grand tirage auront désormais la primeur de ses apparitions28. De la fin des années 1940 à 1999, on rencontre cent soixante cinq fois l’illustre allégorie, dont cinquante-six fois dans la dernière décennie, soit environ une image sur trois. À part les années 1960, où l’on relève trente-neuf occurrences, la distribution décennale des cartoons s’avère régulière. À l’inverse, sur l’ensemble de la période étudiée, Britannia se manifeste de manière très erratique. Sa fréquence dans les cartoons peut s’accroître en corrélation avec certains « grands » événements, tels que les guerres ou certaines dates marquantes de l’histoire constitutionnelle britannique, telles que les réformes du droit de vote. Néanmoins, in fine, elle varie surtout au gré de l’inspiration et de l’humeur des dessinateurs de presse. Elle est fonction de leur réaction aux derniers développements de l’actualité nationale et internationale29.

  • 30  Ce qui conduirait à relativiser la thèse avancée par Mellini et Matthews selon lesquels il y aurai (...)
  • 31  On ne s’intéressera pas ici au social cartoon traditionnellement distinct du political cartoon.

11Au delà de cette dimension quantitative, c’est bien la pérennité de Britannia qu’il importe de souligner d’emblée30. Quel membre de la confrérie des « journalistes graphiques », selon la formule de Martin Rowson, n’a jamais croqué Britannia, cette « figure imposée » de tout apprentissage et a fortiori de toute carrière de dessinateur de presse ? Par ailleurs, gardons-nous d’oublier que l’on considère ici exclusivement les œuvres publiées. Combien d’esquisses ou de dessins de Britannia, jugés médiocres par leurs auteurs ou refusés par les rédacteurs en chef, dorment-ils dans les archives des uns et des autres ? De même qu’à l’orée du XXIe siècle, on la trouve toujours sur le côté pile de la pièce de cinquante pence, Britannia gratifie les journaux de sa présence discrète mais persistante. D’ailleurs, cette discrétion relative résulte en partie d’un simple constat : les cibles favorites des « cartoonistes » sont les hommes politiques en vue du moment. Ces derniers tiennent donc logiquement la vedette, le plus souvent à leurs dépens. Britannia, quant à elle, accède à l’empyrée du dessin de presse politique des dernières décennies de l’ère victorienne, sans pour autant échapper au ridicule durant la plus grande partie du XXe siècle31.

Un stéréotype chasse l’autre

12Les représentations de l’allégorie de la Grande-Bretagne que les dessinateurs de presse réalisent au fil des décennies se résument principalement à deux stéréotypes. Occasionnellement encline à la compassion, plus généralement figure de l’autorité ou incarnation de la puissance militaire et navale britannique, alternativement gardienne de l’Empire ou ambassadrice du Royaume-Uni, tantôt commémorant les victoires nationales, tantôt pleurant les revers ou la perte d’un grand homme, une Britannia sublime, issue de Punch,domine ce champ iconographique entre 1860 et la fin des années quarante qui marque son crépuscule.

Fig. 2 – Partridge, In Honour of the British Navy—To commemorate the surrender of the German Fleet (détail), Punch, 27 novembre 1918

Fig. 2 – Partridge, In Honour of the British Navy—To commemorate the surrender of the German Fleet (détail), Punch, 27 novembre 1918

13Précisons que son statut d’image d’exaltation n’exclut pas le recours tout à fait ponctuel à des touches humoristiques. Tandis qu’elle règne sans partage pendant la Première Guerre mondiale, elle subit, à partir des années 1920 et 1930, la concurrence d’une Britannia antinomique qui fait florès dans les quotidiens de la presse à grand tirage. Commune sinon vulgaire, souvent sénile, au mieux vulnérable, au pire infirme, emblème d’une puissance nostalgique de sa grandeur et dont le déclin se confirme, en dépit de gesticulations illusoires, allégorie dévaluée à l’instar de la livre sterling, toujours victime de l’incurie des hommes politiques, elle est à maintes reprises reléguée au magasin des accessoires : il s’agit de la version grotesque de Britannia. On constate, au demeurant, que cette Britannia pitoyable s’inspire notamment d’esquisses déjà présentes dans les livraisons de Punch publiées de 1842 à 1860. Mais le propos est nettement plus virulent et les traits se font plus acerbes. Non seulement les apparitions de Britannia sublime se raréfient après la Deuxième Guerre mondiale, mais à partir de 1950, on ne trouve plus aucune trace de ce stéréotype. Comme si cette icône avait été définitivement balayée par une déferlante de son antithèse dans l’ordre de la dérision qui va désormais occuper seule le devant de la scène médiatique, et à laquelle bien peu d’avanies seront épargnées. Les dessinateurs qui accèdent à la notoriété à partir des années 1950, Vicky, M. Cummings et tous leurs successeurs emboîtent le pas à J. Leech, mais surtout à D. Low et à G. Strube. Aucun ne perpétue la tradition de J. Tenniel, E. Linley Sambourne et B. Partridge. Un protocole iconographique chasse l’autre. De surcroît, on renoue de plus en plus explicitement avec la rhétorique graphique de l’âge d’or de la caricature anglaise, à savoir la fin du XVIIIe siècle.

14Deux séries de critères permettent de distinguer Britannia grotesque de son édifiante homonyme. La première concerne leurs morphologies respectives, leurs postures ainsi que leurs attributs guerriers, qui sont autant de métaphores de l’état de santé du Royaume-Uni. Considérons la Britannia croquée par J. Tenniel () et ses émules, E. Linley Sambourne et B. Partridge.

Fig. 3 – Tenniel, Waiting For An Answer, Punch, 14 décembre 1861

Fig. 3 – Tenniel, Waiting For An Answer, Punch, 14 décembre 1861
32BritanniaBritanniaUnionJack
  • 33  Le lecteur pourra consulter d’innombrables exemples de cette version de Britannia sur la base de d (...)

15Dès ses premières ébauches, Britannia grotesque rompt avec les codes dominants. Edward Tennyson Reed, D. Low et G. Strube ouvrent à nouveau la boîte de Pandore où sommeillaient les procédés traditionnels de la caricature33. Cette transgression délibérée permettra à leurs rejetons turbulents qui grandiront dans le climat de permissivité des années 1960 de s’affranchir de quasiment toutes les contraintes. Dans les trois décennies qui suivent la Première Guerre mondiale, Britannia sublime est traitée avec insolence. Mais certains tabous subsistent : on sait jusqu’où ne pas dessiner trop loin. Au besoin, les propriétaires de journaux et les rédacteurs en chef se chargent de rappeler les contrevenants à l’ordre. Il n’en demeure pas moins que la représentation idéalisée de Britannia va être battue en brèche. Après 1918 et encore bien davantage après 1950, l’inaltérable déesse subit du temps l’irréparable outrage. En outre, son intégrité morphologique est menacée ; voici sa silhouette exposée aux bouffonneries graphiques, les lignes se relâchent, les traits s’alourdissent, les uns après les autres, les hommes politiques lui dérobent sa panoplie d’icônes périmées. Fatal détournement de légitimité, en effet, ces orgueilleux mortels corrompent à jamais l’image de la déesse. Britannia polymorphe et enlaidie descend de son piédestal et échoue dans une arène où la facétie fait rage : place aux déguisements et aux métamorphoses. Casque, bouclier et trident sont autant d’accessoires promis à des usages inattendus, autant de vecteurs polyvalents de l’ironie. D. Low fait, par exemple, de Britannia une matrone à double menton, portant lorgnon et dont le bouclier se réduit à un minuscule sac à main. Le ton une fois donné, M. Cummings, Vicky, J. Jensen et leurs confrères du dernier quart du XXe siècle tels que N. Garland, Steve Bell et Chris Riddell, ne feront qu’accentuer cette déchéance physique. À peine quelques dessins de Leslie Gilbert Illingworth et de Arthur Stuart Michael Shepard, les uns chargés de réminiscences poétiques des récits de Lewis Carroll, les autres inspirés de la géométrie dynamique de l’Art déco, lui auront-ils ménagé un éphémère refuge.

16La seconde série de caractères distinctifs entre les variantes grotesque et sublime de cette allégorie concerne les décors où elles évoluent, les fonctions qu’elles remplissent et le type de relations qu’elles entretiennent avec les personnages qu’elles côtoient.

Fig. 4 – Tenniel, Farewell To Garibaldi, Punch, 30 avril 1864

Fig. 4 – Tenniel, Farewell To Garibaldi, Punch, 30 avril 1864
  • 34  Low semble ironiser sur ce procédé récurrent en perchant Britannia au sommet d’un piédestal qui oc (...)

Outre les monuments aux morts, les cimetières et les mausolées, Britannia protocolaire affectionne les bâtiments officiels où elle reçoit chefs d’État et diplomates et décerne blâmes et lauriers. Elle habite les ambassades, les ministères, les salles de réception ou de bal, les salons cossus, accessoirement les bibliothèques et les galeries de peinture. Ailleurs, Britannia figure l’élément central d’un mémorial ou d’une statue, parfois équestre, le cas échéant émergeant des flots ou, plus rarement, les survolant telle une métaphore de la RAF34. Britannia triumphans célèbre les victoires militaires et participe en bonne place aux célébrations des jubilés successifs de la reine Victoria. Britannia dolorosa console veuves et orphelins et porte le deuil des grands disparus. On l’installe plus fréquemment, en extérieur, avec le ciel et la mer pour tout arrière-plan ou sur fond de champ de bataille. La convention du cadrage en contre-plongée magnifie sa présence. Quand elle n’est pas à bord d’un navire de guerre, appuyée sur un canon, la flotte se profile à l’horizon. Sur un débarcadère, une plage, une falaise ou un rocher, elle devise avec Neptune.

Fig. 5 – Tenniel, Neptune’s Warning, Punch, 30 octobre 1875)

Fig. 5 – Tenniel, Neptune’s Warning, Punch, 30 octobre 1875)
  • 35  Par exemple, en recyclant l’Union Jack en tablier de ménagère ; Partridge, Punch, 20/03/1901.

17Collines et montagnes sont autant de socles sur lesquels elle s’arrête. Des jardins idylliques, des pastiches de bas-reliefs ou de décorations de vases grecs confortent son ancrage dans l’antiquité. J. Tenniel et B. Partridge mélangent allégorie et réalisme, une infinie minutie du détail est réservée aux animaux comme aux végétaux. Si cette version de Britannia ne manifeste aucune défiance à l’égard de Neptune, elle garde ses distances avec les hommes politiques. En fait, soit elle traite d’égal à égal avec eux, soit elle les réprimande, soit elle arbitre leurs différends, en particulier dans des cartoons où l’on peint une Britannia « domestique », sorte de bourgeoise victorienne guindée qui règne sur son intérieur et sur sa progéniture. Cependant, en dépit d’un naturalisme apparent, ces images prennent, elles aussi, une valeur allégorique ; conflits et tensions sont, par exemple, systématiquement transposés sur le terrain diplomatique. On s’autorise un brin d’humour aux dépens de cette dame d’âge mûr en tenue de ville35. Entre 1860 et 1945, dans les dessins politiques de Punch, Britannia permet de décocher des flèches à l’endroit des ministres de sa majesté, en revanche, sa personne n’est jamais en butte à la moquerie.

  • 36  Incidemment, Partridge réalise un dessin par semaine, contre cinq à six pour Strube et quatre pour (...)
  • 37  Ne circule-t-elle pas en side-car ?, Low, The Evening Standard, 04/09/1934.
  • 38  Ibidem, 10/05/1932.  
  • 39  Low, The Evening Standard, 21/10/1939.  
  • 40  Strube, The Daily Express, 27/02/1929 ; cette loi, votée en 1914, organise la censure et certaines (...)
  • 41  Vicky, The Evening Standard, 10/11/1961.

18Foin des images macabres, des cérémonies funèbres et du commerce avec Neptune, lorsque paraît Britannia grotesque. Oubliés, les espaces éthérés sur lesquels régnait une créature irréelle. Place à l’irrévérence, à l’insolence des contours, au renouvellement des procédés. Plus de perspectives, plus de dégradés savants, quasiment aucun modelé, des lignes sobres, un style tout de fluidité. On s’affranchit des contraintes de la vraisemblance ; chez D. Low et G. Strube, la dérision fait plutôt dans le sommaire36, mais au service d’une incessante inventivité des compositions et d’innombrables novations s’agissant du rapport entre texte et image. Dans la seconde partie du siècle, d’autres manières de dessiner fleurissent. Rares sont cependant les « cartoonistes » qui ne reconnaissent pas leur dette à l’égard de ces précurseurs de ce que l’on appellera la « ligne claire ». Britannia connaît la jungle des villes, les embouteillages de la capitale, le défilé du Lord-maire de Londres, l’insolence des garçonnes, l’inconfort d’un modeste logis, la naissance de la politique spectacle aux relents démagogiques37. Elle subit la promiscuité des ténors libéraux, conservateurs et travaillistes, lesquels ne se privent pas d’usurper son identité, de Lloyd George à Margaret Thatcher ou Tony Blair. Ne la voit-on pas serrer la main de D. Low en personne38? Un dessinateur qui n’hésite pas à la grimer en colonel Blimp, ce parangon de chauvinisme, ce concentré d’idiotie suffisante, ce stakhanoviste de l’ineptie, dont l’étroitesse d’esprit ne connaît pas de bornes39. De même, Strube la campe en “Dora”, détestable mégère, allégorie honnie s’il en fût : son nom évoque en effet le Defence of the Realm Act de sinistre réputation40. Les générations suivantes de « cartoonistes » s’engouffrent dans la brèche et ménageront encore moins Britannia, victime et risée du personnel politique, maîtresse de plus d’un Premier ministre. Des genoux de Neptune à ceux du Général de Gaulle dînant aux « Folies de Paris », quelle déchéance ! De surcroît, dans ce pastiche de Toulouse-Lautrec, Vicky donne à cette Britannia dissolue les traits d’un Harold Macmillan lascif41. On voit désormais en elle soit une invalide que l’on malmène, soit une dévergondée que l’on raille. Comme son langage, ses mœurs laissent à désirer. Tout aussi frappante est la déconfiture de l’allégorie ornant la pièce d’un penny. Avant les années 1920, on ne traite pas la monnaie nationale à la légère. Une fois son statut de devise de référence remis en cause dans l’économie internationale, elle-même devient objet de raillerie. Aussi, tout au long du siècle, pièces et billets sont-ils autant de motifs où les dessinateurs donnent libre cours à leurs sarcasmes. L’effritement de l’image de Britannia sera notamment rythmé par les dévaluations de la livre sterling dont elle était censée garantir la valeur. Sans compter la litanie des difficultés économiques et les aléas de la politique étrangère.

La culture politique britannique au miroir de Britannia

  • 42  Au XXe siècle, l’art du dessin de presse s’inscrit en rupture avec la « répression frustrante » qu (...)

19On peut considérer l’opposition de style entre Britannia sublime et Britannia grotesque comme la manifestation de divergences de vues radicales entre les créateurs des deux versions de cette allégorie nationale. En premier lieu, un conflit semble se nouer entre académisme et créativité. Zélateurs et persifleurs n’entretiennent pas tout à fait le même rapport à la liberté de création. Les premiers obéissent à un « cahier des charges » sémiologique beaucoup plus astreignant que les seconds. Leur figuration de l’allégorie doit, d’une part, se conformer aux canons esthétiques de l’antiquité, d’autre part, s’inscrire dans les limites de la bienséance victorienne dont Punch devient un rempart42. Cependant, il convient de ne pas exagérer la latitude dont bénéficieraient les iconoclastes. Nombre d’interdits demeurent jusqu’aux années 1960. Dans ces conditions, l’autocensure se conjugue avec la vigilance de rédacteurs en chefs sourcilleux. Quand bien même la dérision de Britannia n’enferme pas les « cartoonistes » dans un carcan aussi étriqué que sa glorification, elle leur impose un code de bonne conduite. Une contrainte dont un D. Low s’affranchit largement lorsqu’il fait endosser ses oripeaux par le colonel Blimp, personnage inventé de toutes pièces et qui impose progressivement sa propre image. Le poids de ces contraintes pourrait être une explication plausible de la rareté relative des incursions de Britannia dans l’art du dessin de presse au XXe siècle.

  • 43  M. Bryant, op. cit., p. 136.
  • 44  C’est la thèse notamment soutenue par C. Seymour-Ure d’une conception cyclique du temps de l’histo (...)
  • 45  Ibidem, p. 268.

20Ensuite, les tenants de chaque version de cette institution iconographique divergent quant à leur appréciation de la tradition de la satire graphique nationale. Les uns s’inscrivent en faux contre ses prétendus excès : sexualité débridée, scatologie, férocité des charges contre les hommes politiques, voire diffamation grotesque. Leur projet s’inscrit dans ce jugement de Charles Dickens sur J. Leech : “Always the drawings of a gentleman”43. Les autres aspirent à renouer avec les grands ancêtres du XVIIIe siècle, dont ils se considèrent comme les continuateurs44. Quoique plus allusive dans les cartoons de la première moitié du XXe siècle que dans les gravures d’un J. Gillray, la dérision reprend ses droits. Pour résumer l’itinéraire de notre héroïne, citons l’élégante formule de Michel Jouve : « Britannia sort des allées nobles du jardin des arts, pour s’avancer à l’aventure dans les sentiers ténébreux et parfois un peu bourbeux des sous-boisde la caricature »45. Et la voilà à nouveau exposée aux débordements graphiques que l’on sait. Deux conceptions s’affrontent pendant trois décennies avant le basculement final des années 1950 et 1960. Une rhétorique déférente accumule les références à la sculpture, à la littérature et à la culture classiques. Mais surtout, la composition de ces cartoons cultive invariablement l’analogie avec une scène de théâtre ou, dans une moindre mesure, avec la grandiloquence des reconstitutions historiques et des cérémonies, en particulier funèbres.

  • 46  Au demeurant, ni Low, ni Strube ne sont incapables de produire des cartoons exaltant la grandeur n (...)
  • 47  David Low, British Cartoonists, Caricaturists and Comic Artists, London, William Collins, 1942,p. (...)
  • 48  Voir Miles Taylor, “John Bull and the Iconography of Public Opinion in England 1712-1929”, Past an (...)

21D’autres dessinateurs, rangés sous la bannière de l’irrespect, pratiquent une dérision active dont les figures récurrentes seraient l’instrumentalisation, la soumission, ou, dans le pire des cas, l’avilissement de Britannia46. Cet art inventif explore des voies nouvelles et enrichit son propre langage. Ses figures de proue prennent un malin plaisir à parodier un certain académisme. Il se réfère volontiers au music-hall, au cirque, au cinéma puis à la télévision, à la bande dessinée, et puise aux sources de la peinture et de la satire graphique, y compris celle des débuts de Punch. L’avènement de la presse populaire à grand tirage et du suffrage universel fragilise ce pilier de la culture politique victorienne que l’on désigne du concept de déférence. En vertu duquel, dans les dessins de presse, les Premiers ministres étaient toujours représentés sous les traits d’hommes d’État. Ce que D. Low commentait ainsi, s’agissant des œuvres de J. Tenniel : “He gave the statesmen, whatever their politics, a stern unbending appearance which was no doubt gratifying to them, if tiresome for their critics47. Après la Première Guerre mondiale, de nouveaux rapports s’instaurent entre l’opinion publique et les représentants du pouvoir. John Bull est progressivement marginalisé48. Britannia subsiste mais au prix de moult mauvais traitements.

  • 49  Sur ce sujet on peut notamment se reporter aux actes du colloque de Pau « Discours de déclin et de (...)
  • 50  Voir, par exemple, Low, The Star, 28/07/1927. Le dessin s’intitule : “Rule Britannia/Columbia, Bri (...)
  • 51  Partridge, Punch, 02/12/1931.

22En troisième lieu, à partir des années 1960, Britannia bénéficie du triste privilège de l’âge : le regard rétrospectif. Or la perte de son prestige, pour ne pas dire son naufrage, lui apparaît en pleine lumière. Certes, les discours sur le déclin supposé et redouté du Royaume-Uni remontent au moins au XIXe siècle49. Jusqu’aux années 1940, les deux stéréotypes de Britannia véhiculent des messages divergeants : ses hagiographes nient l’affaiblissement, ses détracteurs le soulignent50. Il est, par exemple, significatif que la variante sublime de Britannia brille par son absence dans les dessins illustrant le débat sur l’abandon du libre-échange, au début des années 1930, hormis l’inévitable exception qui confirme la règle, alors que B. Partridge ne publie pas moins de trente-quatre dessins la mettant en scène dans l’entre-deux-guerres51. Une explication simple s’impose : cette allégorie de la grandeur nationale paraîtrait déplacée dans ce contexte. On ne saurait célébrer la vulnérabilité manifeste de la Grande-Bretagne, héraut du libre-échange depuis 1846, sauf à pratiquer un humour noir à cent lieues du style et des idées du “Chief Cartoonist” de Punch Magazine. Mais qui pourrait encore se bercer d’illusions après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, notamment synonyme de décolonisation, et a fortiori après le fiasco de Suez ? À grande puissance sûre d’elle-même et dominatrice, allégorie sublime, à royaume conscient de l’accélération de son déclin, allégorie grotesque, pour recourir à un oxymore. Afin d’illustrer ce point, attardons-nous sur une œuvre de la main de B. Partridge, datée du 22 mars 1911.

Fig. 6 – A Little-Navy Exhibit, Punch

Fig. 6 – A Little-Navy Exhibit, Punch
  • 52  En 1846, Leech avait dessiné une Britannia voûtée sous le poids des ans, armée d’un trident aux de (...)
  • 53  Cummings, The Daily Express, 24/07/1963 et 05/10/1969 ; Jensen, The Sunday Telegraph, 05/05/1973.

23Dans cet exercice de style, le dessinateur d’ordinaire prolixe en représentations exaltantes de Britannia nous propose ce qu’il désigne lui-même dans son sous-titre de : “Design For A Figure Of Britannia, As Certain People Would Like To See Her”52. À qui renvoie l’expression “certain people” ? Aux puissances rivales de la Grande-Bretagne, dont la montée en puissance s’affirme dans le contexte de course aux armements caractéristique des années précédant la Grande Guerre ? Plus probablement aux ennemis de l’intérieur, les libéraux partisans de la réduction des dépenses militaires, comme l’indique un commentaire accompagnant la légende, entre parenthèses. Avec sa minutie coutumière, notamment le soin apporté à la figuration des ombres, il campe une créature squelettique au visage flasque. L’œil fatigué derrière de petites lunettes fixe vaguement l’horizon, son chignon est surmonté d’un casque ridiculement petit et dont le cimier part en lambeaux. Perchée au bord d’une falaise, les pieds dans des bottines usagées, elle semble flotter dans une toge rapiécée qui accentue la déformation de son dos ; à son bras gauche un bouclier fissuré et ébréché, à son bras droit un trident dont le manche est brisé à la moitié et dont les dents ornées de toiles d’araignées sont mouchetées. À ses côtés, se tient un vieux lion efflanqué. B. Partridge se rend-il compte qu’il élabore nolens, volens, un prototype inusable de la version grotesque de Britannia dont ses confrères des générations suivantes vont abondamment s’inspirer ? Rien ne permet de le penser. Quelle que soit l’appartenance politique des dessinateurs et des organes de presse qui les emploient, de nombreuses Britannia valétudinaires vont jalonner la seconde moitié du XXe siècle. Trois dispositifs graphiques signés de M. Cummings et J. Jensen illustrent de manière particulièrement saisissante la confrontation des deux images de Britannia. Dans les trois cas, à une version « classique » ou moderne, mais digne et respectable, s’oppose une image décrépite ou dégradée de l’allégorie53 : non seulement Britannia telle que les dessinateurs unanimes la représentent alors, mais aussi telle qu’elle se voit elle-même. Le cauchemar de B. Partridge devenu réalité, en pire, puisqu’à la déliquescence physique s’ajoute la dépravation des mœurs que son cartoon édouardien n’anticipait pas.

24Britannia exalte l’enracinement dans une tradition picturale et la continuité d’une culture politique. Après avoir honoré de sa présence obstinée, quoique discrète, l’univers impitoyable de la satire graphique du XVIIIe siècle, elle inspira les héritiers des deux siècles suivants. Tandis que s’éloignent les rivages où la protectrice allégorique de l’Empire Britannique avait connu son heure de gloire, on parierait cependant volontiers sur le caractère indestructible ou plutôt insubmersible de cette figure tutélaire de l’art du dessin de presse. Certes, Britannia y apparaît constamment dérisoire depuis les années 1950. N’importe, puisque dans son havre numismatique, au revers de la pièce de cinquante pence, elle trône toujours majestueusement, assise de trois-quarts, casque sur la tête, trident en main, avant-bras droit reposant sur son bouclier, le lion britannique à ses pieds. Elle a même recouvré le rameau d’olivier qu’elle portait déjà dans la main gauche sous le règne de Charles II. Il émane de son visage juvénile une sérénité que maintes dévaluations n’ont en rien altéré. Surgit alors cette interrogation : Britannia sublime survivrait-elle au passage de la Grande-Bretagne à l’euro ?

Haut de page

Annexe

Dessinateurs et publications

Les premières dates indiquent la naissance et, le cas échéant, la mort des dessinateurs. Les secondes indiquent, le plus souvent, l’année à partir de laquelle ils dessinent pour un périodique donné appartenant au présent corpus, éventuellement l’année où cette activité s’interrompt. Il faut néanmoins préciser que nombre de dessinateurs publient fréquemment leurs cartoons dans plusieurs journaux, le cas échéant, dans plusieurs pays anglophones.

1/ 1842-1913

HASELDEN, William Kerridge (1872-1953), The Daily Mirror : 1904-1940

HENNING, Archibald Samuel ( -1864), Punch :1841-1864

LEECH, John (1817–1864), Punch :1841-1864

MORGAN, Matthew Somerville (1839-1890), The Tomahawk : 1867-1869

PARTRIDGE, Sir J. Bernard (1861-1945), Punch : 1891-1945

RAVEN HILL, Leonard (1867-1942), Punch : 1896-1935

REED, Edward Tennyson (1860-1933), Punch : 1889-1912

SAMBOURNE, Edward Linley (1845-1910, Punch : 1871-1910

TENNIEL, John (1820-1914), Punch : 1851-1901

THOMPSON, J. Gordon ( -1893), Fun : 1870-1878 et 1890-1893

2/ 1914-1939

LOW, Sir David Alexander Cecil (1891-1963), The Star : 1919-septembre 1927 ; The Evening Standard : octobre 1927-1950

MILLS, Arthur Wallis (1878-1940), Punch : 1905-1939

REYNOLDS, Frank (1876-1953),Punch : 1906-1948

SHEPARD, Ernest Howard (1879-1976 ), Punch : 1907-1958

STRUBE, Sidney Conrad ‘George’, (1892-1956), The Daily Express : 1918-1948

TOWNSEND, Frederick Henry Linton Jehne (1868-1920), Punch :1896-1920

3/ 1940-1999

BELL, Steve (1951- ), The Guardian : 1981-

BROOKES, Peter (1943- ), The Times : 1982-

BROWN, Dave (1957- ), TheIndependent : 1998-

CALMAN, Mel (1931-1994), The Times : 1979-1994

CUMMINGS, Arthur Stuart Michael (1919-1997), The Daily Express : 1949-1990

FAWKES, Walter Ernest alias Trog (1924- ), The Sunday Telegraph : 1996-

GARLAND, Nicholas (1935- ), The Sunday Telegraph : 1966- ; The Daily Telegraph : 1966-1986, The Independent : 1986-1991

GASKILL, David Thomas (1939- ), The Sun : 1996-

GRIFFIN, Charles (1946- ), The Daily Express : 1996-1998

HORNER, Arthur Wakefield (1916- ), The New Statesman : 1966-1971 ; The Times Higher Education Supplement

ILLINGWORTH, Leslie Gilbert (1902-1979), Punch : 1927-1969

JENSEN, John (1930- ), The Sunday Telegraph, The Spectator : 1961-

LEE, Joseph (1901-1975), The Evening News : 1934-1966

LOW, Sir David – cf supra – The Daily Herald : 1950-1953 ; The Manchester Guardian : 1953-1963

MANSBRIDGE, Norman Arthur, (1911-1993), Punch 1937-1993

McMURTRY, Stanley alias Mac (1936- ), The Daily Mail : 1971-

PRIESTLEY, Christopher (1958- ), The Independent 1983-

RIDDELL, Chris (1962- ), The Observer : 1990-

RUSHTON, William George (1937–1996), The Sunday Telegraph

SCHRANK, Peter (1952- ), TheIndependent on Sunday : 1995 -

WEISZ Victor, alias Vicky (1913-1966), TheDaily Mirror : 1954-1958 ; The Evening Standard :1958-1966

WILLSON, Richard David (1939- ), The Times : 1971–

Haut de page

Notes

1  Un pays, la « Bretagne », qu’Éole évoque en ces termes à l’acte V du King Arthur de Henry Purcell : « O vous, frères impétueux des cieux, / Dont le souffle a déchaîné la mer, / Retirez-vous et laissez la Bretagne émerger / Triomphante, au dessus des flots / Calme, sereine et impavide, / Doit apparaître la Reine des Iles » ; l’auteur du livret est John Dryden ; la première de King Arthur eut lieu à Londres en juin 1691 ; pour mémoire, l’Irlande portait le nom de Hibernia, l’Écosse celui de Caledonia, tandis qu’Armorica désignait la Bretagne actuelle ; Hibernia comme Caledonia sont également les noms des allégories de l’Irlande et de l’Écosse.

2  Peter Mellini et Roy T. Matthews, “John Bull and his Family”, History Today, vol. 37, mai 1987, p. 17-23.

3  Peter Berkowitz et Peter Macdonald, « Le pouvoir impérial : l’Empire britannique dans les dessins de Punch (1918-1939) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, Paris, BDIC, n° 28, 1992, p. 32 ; Boadicée ou Boudicca, reine des Icènes (1er siècle), déclencha une révolte contre les Romains (60) et, vaincue par Paulinus Suetonius, s’empoisonna.

4  Ibidem, p. 32.

5  David Scott, “Marianne and Britannia—Confronting national icons”, L’image, n° 2, Paris, 1996, p. 151.

6  Ibidem, p. 152.

7  Voir Michel Jouve, L’âge d’or de la caricature anglaise, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1983, p. 257.

8  Ce carrosse est actuellement exposé dans la Public Gallery et a été utilisé pour le jubilé de la reine Victoria en 1879 ainsi que pour le couronnement de nombreux souverains, dont Élisabeth II ; comme dans de nombreuses représentations en couleurs, le bouclier de Britannia y est peint aux couleurs du drapeau national.

9  Cesare Ripa, Iconologie où les principales choses qui peuvent tomber dans la pensée touchant les vices et les vertus sont représentées sous diverses figures, Paris, Guillemot, 1644, p. 12, p. 73, p. 121 (Première partie), p. 59, p. 65 (Seconde partie).  

10  M. Jouve confirme cette interprétation : il voit dans l’image originelle de Britannia une divinité rappelant Minerve. M. Jouve, op. cit., p. 257.

11  Ibidem, p. 256 ; sur l’acception britannique du terme caricature et sur les différences avec la caricature d’école italienne, ibid., p. 168.

12  S’agissant de W. Hogarth, en particulier sa série de quatre tableaux intitulés “An Election”, on peut se reporter à David Bindman, David Ekserdjian and Will Palin, eds, Hogarth’s Election Entertainment, London, Apollo Magazine, 2001.

13  M. Jouve, op.cit., p. 256-258 ; par ailleurs, le paragraphe ci-dessus est adapté des mêmes pages.

14  Kenneth Baker, The Prime Ministers—An Irreverent Political History in Cartoons, London, Thames and Hudson, 1995, p. 56.

15  Une xylographie est une gravure imprimée à partir d’un dessin en relief réalisé sur une planche de bois.

16  K. Baker, op. cit., p. 13 ; à ce sujet, le romancier victorien W. M. Thackeray se réjouissait beaucoup de la disparition des calomnies et de la vulgarité passées : “We have washed, combed, clothed and taught the rogue good manners”, écrivait-il en 1854, in Mark Bryant et Simon Heneage, Dictionary of British Cartoonists and Caricaturists 1730-1980, London, Scolar Press, 1994, p. 216 ; ce point de vue est partagé par John Jensen qui évoque le tournant survenu dans la carrière et le style de George Cruikshank dans les années 1840 ; voir John Jensen, “The End of the Line” in A Sense of Permanence, Canterbury, The Centre for the Study of Cartoons and Caricature, 1997, p. 14-15.

17  David Low, Low’s Autobiography, London, Michael Joseph, 1956, p. 90.

18  “Substance and Shadow”, cartoon n° 1, Punch, Vol. V, juillet-décembre 1843, p. 23 ; initialement, de 1841 à 1843, on désigne ces œuvres des termes political sketches ou pencillings – outre Punch, on assista à une augmentation du nombre de magazines qui publiaient des cartoons ; citons, par exemple, Judy, Fun, The Tomahawk, Will-o’the-Wisp et Funny Folk.

19  David Low définit ainsi la spécificité du portrait dans les dessins de presse : “Usually the portraits in cartoons are little more than symbols not necessarily bearing any likeness to the persons they stand for” ; David Low, Ye Madde Designer, London, The Studio Limited, 1935, p. 41 ; ce portrait se réduit parfois à ce que Low qualifie de “tabs of identity”, des signes étiquettes ; enfin, Low distingue nettement la caricature du cartoon : “It is not essential and it is, in fact, exceptional, for cartoonists to be also personal caricaturists” ; ibidem, p. 18.

20  P. Berkowitz et P. Macdonald, ibidem, p. 31.

21  Précisons qu’il n’existe qu’un “Chief Cartoonist” alors que plusieurs “Junior Cartoonists” se relaient ; par ailleurs, ces dessins sont de format approximatif A4 ; exceptionnellement, le “Chief Cartoonist” bénéficie de deux pages lui permettant de réaliser une œuvre de format approximatif A3.

22  Sur les rivaux de Punch au XIXe siècle, voir notamment F. C. Burnand, “ ‘Mr Punch’, His Predecessors and Contemporaries”, The Pall Mall Magazine, vol. XXIX, 1903, p. 390-397 ; A. Sullivan, ed., Victorian Comic Journals in British Literary Magazines, London, Greenwood Press, 1984 ; D. J. Gray, A List of Comic Periodicals Published in Great Britain, 1800-1900, Victorian Periodicals Newsletter, n° 15, mars 1972, p. 2-39.

23  Selon des chiffres fournis par la Punch Library ( <Punch.Library@harrods.com> ), entre juillet 1841, date de sa création, et 1885, son tirage passe de 5 000 à 50 000 exemplaires ; ce chiffre double au début des années 1910 et évolue ensuite de la façon suivante : 1913, 120 000 exemplaires ; 1914, 144 000 ex. ; 1915, 150 000 ex. ; 1948, 176 000 ex. ; une baisse du tirage s’amorce de 1958 à 1968, 115 000 ex. ; la baisse se poursuit en 1978, 85 000 ex. ; 1988, 60 000 ex. ; 1990, 32 000 ex.

24  Une liste des dessinateurs et des publications figure en annexe ; dans les années 1840 et 1850, plusieurs cartoons ne sont pas signés, seul leur style permet de les attribuer à tel ou tel dessinateur ; à partir des années 1860, les cartoons sont généralement signés ; Matt Morgan principal dessinateur de l’éphémère The Tomahawk signe ses dessins en noir et blanc avec un petit tomahawk ; en revanche, il écrit son nom en toutes lettres sur ses dessins colorés uniformément en ocre jaune, vert, rose ou bleu pastel.  

25  J’exprime ma gratitude à l’égard de Nick Hiley et Jane Newton, respectivement Directeur et Directrice-adjointe du Centre for the Study of Cartoons and Caricature de l’Université du Kent à Cantorbéry pour leur accueil sympathique, leurs conseils judicieux et leur aide précieuse, dont j’ai notamment bénéficié en août 2002. Je remercie également Brigitte, responsable de la Punch Library and Archive à Londres, où j’ai reçu un accueil chaleureux en mai 2002 ; on peut consulter la base de données iconographiques du Cartoon Centre à cette adresse : <http://library.ukc.ac.uk/cartoons> consulté en août 2002 ; cet outil exceptionnel s’enrichit sans cesse de nouvelles références.

26  On l’y rencontre pour la première fois en 1842.

27  Et avec elle, disparaissent ses comparses allégoriques : Hibernia, Caledonia, Columbia, Germania, Europa, London, France, Paris, etc. ; a contrario, la variante grotesque de Britannia « orne », par exemple, la couverture, signée de Jensen, de Punch daté du 19/11/1974.

28  On compte moins de dix cartoons de Britannia dans le Punch de la seconde moitié du XXe siècle.

29  Il va sans dire, qu’ils demeurent, peu ou prou, tributaires des décisions de leur rédacteur en chef.

30  Ce qui conduirait à relativiser la thèse avancée par Mellini et Matthews selon lesquels il y aurait eu une identification de Britannia à Victoria. Peter Mellini et Roy T. Matthews, “From Britannia to Maggie”, History Today, vol. 38, septembre 1988, p. 17 ; à consulter le supplément copieusement illustré de dessins de Punch daté du 30 janvier 1901 (vol. CXX, p. 73-103) et publié lors de la mort de cette souveraine, on constate qu’elle est tout à fait reconnaissable dans tous les cartoons et que Tenniel, par exemple, la représente parfois en présence de Britannia, sans qu’aucune confusion entre les deux ne soit possible.

31  On ne s’intéressera pas ici au social cartoon traditionnellement distinct du political cartoon.

32  À l’inverse des caricatures de la fin du XVIIIe siècle où Britannia est selon M. Jouve « représentée par une statue : image figée, morte, traitée comme telle à l’intérieur d’une scène animée, dans les cartoons de Punch, 1860-1945, elle est statue parmi les statues » ; M. Jouve, op.cit., p. 256 ; depuis 1902, on peut admirer une imposante statue de Boadicée, œuvre de Thomas Thornycroft, à l’extrémité du Westminter Bridge, en face du parlement de Londres ; elle est en tous points conforme à certains cartoons édifiants de Tenniel ou de Partridge.

33  Le lecteur pourra consulter d’innombrables exemples de cette version de Britannia sur la base de données iconographiques du Cartoon Centre de l’Université du Kent, <http://library.ukc.ac.uk/cartoons>.

34  Low semble ironiser sur ce procédé récurrent en perchant Britannia au sommet d’un piédestal qui occupe les trois-quarts de son dessin ; The Bulletin, 09/12/1915.

35  Par exemple, en recyclant l’Union Jack en tablier de ménagère ; Partridge, Punch, 20/03/1901.

36  Incidemment, Partridge réalise un dessin par semaine, contre cinq à six pour Strube et quatre pour Low.

37  Ne circule-t-elle pas en side-car ?, Low, The Evening Standard, 04/09/1934.

38  Ibidem, 10/05/1932.  

39  Low, The Evening Standard, 21/10/1939.  

40  Strube, The Daily Express, 27/02/1929 ; cette loi, votée en 1914, organise la censure et certaines atteintes aux libertés.

41  Vicky, The Evening Standard, 10/11/1961.

42  Au XXe siècle, l’art du dessin de presse s’inscrit en rupture avec la « répression frustrante » qu’il avait subie au XIXe siècle ; M. Jouve, op.cit., p. 208.

43  M. Bryant, op. cit., p. 136.

44  C’est la thèse notamment soutenue par C. Seymour-Ure d’une conception cyclique du temps de l’histoire de la satire graphique et du cartoon britannique : le XXe siècle marque un retour aux valeurs et à certaines techniques qui avaient cours au XVIIIe ; Colin Seymour-Ure, “What Future for the British Political Cartoon? ”, Journalism Studies, vol. 2,n° 3, 2001, p. 351 ; un point de vue que partage M. Jouve, op. cit., p. 255.

45  Ibidem, p. 268.

46  Au demeurant, ni Low, ni Strube ne sont incapables de produire des cartoons exaltant la grandeur nationale et l’héroïsme, par exemple, en temps de guerre ; s’agissant du premier, voir Angus Calder, The Myth of the Blitz, London, Pimlico, 1992, p. 31, p. 88, p. 120, p. 180, et Low ! The Twentieth Century’s Greatest Cartoonist, London, BBC History Magazine, 2002, p. 59-64.  

47  David Low, British Cartoonists, Caricaturists and Comic Artists, London, William Collins, 1942,p. 20.

48  Voir Miles Taylor, “John Bull and the Iconography of Public Opinion in England 1712-1929”, Past and Present, n° 134, février 1992, p. 93-128, et Gilbert Millat, « John Citizen, le lion et la licorne », dans G. Millat (dir.), Approches iconographiques de la civilisation britanniqueImages de conflits, conflits d’images, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, p. 59-66.

49  Sur ce sujet on peut notamment se reporter aux actes du colloque de Pau « Discours de déclin et de renouveau », <http://www.univ-pau.fr/ps/revuePS2>

50  Voir, par exemple, Low, The Star, 28/07/1927. Le dessin s’intitule : “Rule Britannia/Columbia, Britannia/Columbia Rules The Waves!”.

51  Partridge, Punch, 02/12/1931.

52  En 1846, Leech avait dessiné une Britannia voûtée sous le poids des ans, armée d’un trident aux dents émoussées ; peut-on considérer le cartoon de Partridge comme une version revue et exagérée de l’œuvre de Leech ? On peut s’interroger sur ce point ; néanmoins, dans le dessin de Leech la figure de Britannia en grand-mère se justifiait plus banalement par sa confrontation avec le Président des États-Unis ; ce dernier représente un pays jeune par opposition à la (grand-)mère patrie.

53  Cummings, The Daily Express, 24/07/1963 et 05/10/1969 ; Jensen, The Sunday Telegraph, 05/05/1973.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Partridge, After Ten Years, Punch, 22 avril 1914
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Fig. 2 – Partridge, In Honour of the British Navy—To commemorate the surrender of the German Fleet (détail), Punch, 27 novembre 1918
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3109/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Titre Fig. 3 – Tenniel, Waiting For An Answer, Punch, 14 décembre 1861
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3109/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 4 – Tenniel, Farewell To Garibaldi, Punch, 30 avril 1864
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3109/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 5 – Tenniel, Neptune’s Warning, Punch, 30 octobre 1875)
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3109/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Fig. 6 – A Little-Navy Exhibit, Punch
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3109/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Millat, « Britannia : Grandeur et infortune d’une allégorie nationale dans l’univers du cartoon britannique 1842-1999 »Revue LISA/LISA e-journal, Vol. I - n°1 | 2003, 4-23.

Référence électronique

Gilbert Millat, « Britannia : Grandeur et infortune d’une allégorie nationale dans l’univers du cartoon britannique 1842-1999 »Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. I - n°1 | 2003, mis en ligne le 19 novembre 2009, consulté le 27 septembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/lisa/3109 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.3109

Haut de page

Auteur

Gilbert Millat

Dr Gilbert Millat (Lille III, F)
Gilbert Millat est maître de conférences à l’Université Charles de Gaulle, Lille III. Sa thèse « Double regard sur la Grande-Bretagne de l’entre-deux-guerres – Étude comparative des manuels d’histoire de l’enseignement secondaire britannique et français publiés de 1946 à 1988 » est diffusée par les Presses Universitaires du Septentrion. Ses recherches actuelles et autres publications portent sur le dessin de presse britannique des XIXe et XXe siècles. Il est l’auteur de plusieurs articles et a dirigé Approches iconographiques de la civilisation britannique, Presses Universitaires de Rennes, 2002.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search