Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. I - n°1Emblèmes, rhétoriques et politiquesJohn Bull’s Adventures in the Fis...

Emblèmes, rhétoriques et politiques

John Bull’s Adventures in the Fiscal Wonderland : Rhétorique graphique et propagande politique dans la controverse fiscale 1903-1910

John Bull’s Adventures in the Fiscal Wonderland: Pictorial Rhetoric and Political Propaganda during the Fiscal Controversy 1903-1910
Philippe Vervaecke
p. 24-41

Résumé

This article deals with the pictorial propaganda produced by protectionist and free-trade pressure groups between 1903 and 1910. The Tariff Reform controversy, which opposed Liberals and Conservatives during the Edwardian era, has been extensively covered, but the massive use of pictorial propaganda by both sides has been largely neglected as a historical source. The article first focuses on the fears expressed by many Edwardian observers about the advent of pictorial propaganda, often seen by them as the intrusion of irrationality into politics. It then delineates the rhetoric displayed by protectionist and free-trade pictorial propaganda and the consistency of their respective viewpoints of British society and of the international context. It finally claims that pictorial propaganda, far from subverting democracy and politics, sought to uphold established norms of rational, manly and independent citizenship.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour une synthèse récente de la question, voir Anthony Howe, “Cobden Redivivus: Free Trade and the (...)
  • 2  Sur l’élection de 1906, voir Douglas Irwin, “The Political Economy of Free Trade: Voting in the Br (...)
  • 3  Voir Anthony Howe, op.cit., p. 231 et p. 270.
  • 4  Voir Miles Taylor, “John Bull and the Iconography of Public Opinion in England c. 1712-1929”, Past (...)

1La bataille que se livrent libre-échangistes et protectionnistes au cours de l’époque édouardienne est bien connue1. Le défi lancé par Chamberlain en 1903 à l’orthodoxie cobdénienne a fait l’objet de multiples analyses, ainsi que les élections de 1906 et de 1910, où ces considérations économiques ont joué un si grand rôle2. Mais si les contours du débat fiscal et ses répercussions électorales ont été maintes fois définis, l’utilisation de l’image par les protectionnistes et les libre-échangistes n’a pas encore fait l’objet d’une analyse systématique. Certes, Anthony Howe signale l’importance de la propagande visuelle déployée par les factions rivales, mais il ne s’attarde pas sur la question3. Autre exception à ce silence historiographique, Miles Taylor s’est quant à lui intéressé à la figure de John Bull telle que protectionnistes et libre-échangistes s’en emparent, mais il limite son propos à cette seule métaphore de l’opinion publique, et sa démarche s’inscrit dans un cadre chronologique plus vaste, dans lequel il définit les diverses manifestations (politiques, publicitaires, symboliques) du personnage de John Bull4.

  • 5  Joseph Schumpeter, Impérialismes et classes sociales, Paris, Minuit, 1972, p. 48-53.
  • 6  Pour ce type de lecture, qui associe la propagande protectionniste à la corruption politique, voir (...)

2Sinon, les historiens qui se sont penchés sur la question ont plutôt eu à cœur de dénoncer la manière dont Joseph Chamberlain emploie « l’impérialisme comme slogan »5. D’après Schumpeter, Chamberlain, lorsqu’il brandit sa vision impériale et protectionniste, manipule les masses qui se détournent ainsi de leurs authentiques préoccupations immédiates et matérielles, l’irrationnel du sentiment national prenant le pas sur la fièvre des luttes sociales. Dans cette perspective, la Réforme Fiscale opère comme un subterfuge, et les énormes moyens que les protectionnistes investissent en propagande reflètent une corruption du champ politique par les groupes d’intérêt économique soucieux de bénéficier de tarifs douaniers accrus6. La défiance vis-à-vis des desseins des associés conservateurs et libéraux-unionistes de Chamberlain et de leurs efforts massifs de propagande a conduit l’historiographie britannique à négliger le contenu même des arguments, picturaux ou textuels, que font valoir les protectionnistes, et à ignorer la propagande tout aussi active à laquelle se livrent ceux qui sont restés fidèles au libre-échange.

  • 7  Pour ce travail, on est parvenu à rassembler près de 200 affiches, dessins de pamphlets ou de trac (...)
  • 8  Pour une analyse quantitative de la propagande diffusée par la Tariff Reform League (TRL) et la Fr (...)

3Plusieurs facteurs militent en faveur d’une analyse du volumineux corpus iconographique7 produit par la Tariff Reform League (TRL), qui dès 1903 regroupe les protectionnistes, et la Free Trade Union (FTU), que les partisans du libre-échange fondent la même année en réaction à la croisade de Chamberlain. Jusqu’à présent, les historiens de la période ont surtout été soucieux de définir ce corpus en termes quantitatifs8. C’est pourquoi il paraît fondé de s’orienter vers une analyse qualitative et de se demander comment libre-échangistes et protectionnistes ont plaidé leur cause en image. Ce différend ne se cantonne pas à une simple question de fiscalité, mais englobe tout un ensemble de considérations économiques, stratégiques et sociales relatives au devenir du pays. Comme l’a noté John Ramsden :

  • 9  Anthony Seldon (interviewer), John Ramsden, “The Influence of Ideas on the Modern Conservative Par (...)

Tariff reform raised, as few political issues do, all the key elements of international and domestic policy at once. After all, it was meant to deal with the serious problems of British agriculture, the problems in part of British industry; it washed over into social policy, with the question of whether social reform could be funded out of non-redistributed taxation; and of course it was meant to influence the future direction of the British Empire. It is extremely rare for any political issue to unite that range and combination of interests, in a way that everybody on either side of the argument saw as being a high-salience, once-for-all political battle9.

  • 10  Anthony Howe, op.cit., p. 1.
  • 11  Sur le nombre croissant de cérémonies civiques à caractère historique et commémoratif, voir Roland (...)
  • 12  Cobden – sous forme de statues publiques (à Manchester, Verviers, Camden, Salford entre autres loc (...)
  • 13  Un dessin de Linley Sambourne montre Chamberlain en garnement étourdi qui s’apprête imprudemment à (...)

4Aux questions matérielles que fait surgir la controverse fiscale, il faut ajouter les répercussions symboliques du débat. Épisodiquement et infructueusement contesté, le libre-échange reste une valeur dominante dans le champ politique, comme l’a compris Salisbury, qui a mis sous l’éteignoir les velléités protectionnistes de certains conservateurs. Idole du panthéon libéral, le personnage de Cobden incarne le socle libre-échangiste du parti, qui en garantit l’unité par delà les divisions internes autour des questions impériales, confessionnelles ou sociales. Pour autant, ni Cobden ni le libre-échange ne sont à interpréter exclusivement comme des symboles partisans. Howe classe en effet le libre-échange aux côtés du protestantisme et de l’impérialisme au rang des caractéristiques distinctives de l’état britannique10. Sur le plan international, ce particularisme britannique est d’autant plus en évidence qu’il s’oppose au protectionnisme d’État alors pratiqué en Allemagne, en France, aux États-Unis ou en Russie. En termes iconographiques, cette étroite association entre libre-échange et identité nationale britannique, est signifiée par le personnage de John Bull, qui, petit commerçant replet qu’il est devenu à l’époque édouardienne, fonctionne souvent – mais pas exclusivement – comme une métaphore de la prospérité britannique sous le règne du libre-échange (contrairement à ses représentations décharnées à l’époque de la protection et de la misère des années 1840). Quant à Richard Cobden, dans une période qui correspond d’après Hobsbawm à une production de masse de la tradition, il acquiert, à l’instar il est vrai d’autres figures historiques, le statut de héros national11. En 1904, le centenaire de la naissance de Cobden donne lieu à des célébrations multiples, qui témoignent de la vitalité du culte qu’on continue de lui vouer en Grande-Bretagne12. En 1903, Joseph Chamberlain s’attaque donc à la fois à la Statue du Commandeur en la personne de Cobden, et à un principe fondateur du système politique britannique. Cette entreprise iconoclaste va initialement susciter la réaction amusée de la presse bourgeoise, et les dessins de Punch, organe de l’opinion respectable s’il en est,dépeignent la croisade protectionniste de Chamberlain comme une aventure absurde et donquichottesque13.

5Plusieurs questions vont guider notre analyse de la foisonnante iconographie produite par partisans et détracteurs de Chamberlain. En premier lieu, il faut repérer les figures d’identité et d’altérité, d’exaltation et de dérision que font surgir ces documents. Dans cette guerre de propagande, par quels procédés visuels les deux organisations politiques rivales valident-elles leurs propres arguments économiques ? De même, comment dénoncent-elles ceux du camp opposé ? Sur quelle vision de l’ordre social s’appuient leurs choix fiscaux, économiques et sociaux ? Comment l’Empire britannique et son avenir dans le contexte international de l’époque se trouvent-ils représentés par l’une et l’autre des deux factions ? De plus, dans le contexte édouardien, la diffusion massive de l’image à des fins politiques ne s’est pas effectuée sans soulever certaines interrogations. Cette inflation iconographique était en effet loin de faire l’unanimité, et de nombreux observateurs déploraient ce qu’ils jugeaient constituer une dérive démagogique du débat politique. Associée à l’inculture, l’image et sa diffusion massive auprès des classes populaires en particulier se trouvaient fréquemment interprétées comme l’intrusion de l’irrationnel dans le champ politique, comme en atteste la scène suivante, croquée à l’époque dans un quartier populaire :

  • 14  Charles Frederick Gurney Masterman, The Condition of England, Londres, Methuen, 1909, p. 128-129, (...)

Wagon loads of pictorial illustration wedged their way through the coagulated masses of South London, now lit with fierce glare of torches, now disguised as an illuminated fire-engine pumping truth upon Liberal mendacities; now loaded with slum children, looking, it must be confessed, exceedingly happy and healthy, but dolorously labelled ‘Victims of the Public-house Monopoly’. Hysteria, as in all such deliriums, was never far away; women shrieked aloud at meetings, and had to be removed; madnessfell upon a boy of twelve, and he stood on the top of a barrel, talking Tariff Reform14.

6Dans cette description apocalyptique, ce renversement carnavalesque des processus politiques légitimes, l’image et son cortège ravalent le débat politique au rang de délire collectif. La menace que fait peser l’image sur le champ politique est d’ordre social car elle simplifierait et déformerait le débat politique auprès des masses.

7Francis Carruthers Gould, ou plutôt F. C. G. pour employer son nom de plume, caricaturiste de renom dont les dessins furent utilisés en 1906 et en 1910 par le parti libéral, reconnaissait lui aussi, et non sans inquiétude, que l’image avait acquis une importance nouvelle dans le combat politique. En tant que dessinateur, Gould reste circonspect quant aux raisons qui favorisent l’utilisation électorale de l’affiche :

  • 15  Francis Carruthers Gould, Manuscript Autobiography, vol. 16, f. 386, House of Lords Record Office.

Undoubtedly there is a large portion of the public which is more susceptible to impressions conveyed in pictorial form than the more subtle appeals to the intellect involved in reading and digesting statements, statistics and arguments. One of the reasons why pictures play so large a part in political propaganda today is that the multiplicity of newspapers and magazines of all kinds for the millions has induced an appetite for scrappy reading, so that a political cartoon which tells its story, or propounds its arguments simply and directly, saves the trouble of that close reading which is necessary for the clear understanding of varying and often complicated political problems15.

  • 16  Sur la place centrale de la tribune dans la culture de la vie publique victorienne et édouardienne (...)
  • 17  On connaît bien les présupposés culturels qui légitiment les limites du droit de vote. Fondés sur (...)

8Le regard soupçonneux et patricien, que portent les contemporains des événements sur l’image politique et son appropriation par les classes populaires, traduit le malaise des classes dominantes à l’égard de la participation des classes populaires au débat politique. Or, à mes yeux, ce malaise infléchit la forme même de ce nouveau vecteur de communication politique. En effet, au-delà de la figuration graphique des arguments avancés par l’une ou l’autre des deux factions, notre corpus d’images de propagande semble déployer un discours sous-jacent sur la figure légitime du citoyen et sur la place de l’image dans le champ politique. Bien souvent en effet, les images produites par les libre-échangistes comme par les protectionnistes se présentent comme un méta-discours sur l’image et le citoyen. L’iconographie politique met en forme sa propre réception par le public et établit une inter-iconicité des affiches et tracts entre eux. En cela, l’image de propagande véhicule sa propre légitimation (en tant qu’outil efficace d’éducation) car elle s’assigne la fonction narrative d’argument politique. De plus, afin de contrevenir au déficit de légitimité qui l’entoure dans ce nouveau rôle qu’on lui octroie, l’image reprend à son compte les normes culturelles qui organisent la vie publique édouardienne, à savoir la primauté de la rhétorique verbale16 et le postulat d’un électeur rationnel, informé et indépendant17. En épousant ainsi la conception dominante de la participation politique, l’image combat le stigmate social et culturel qui lui est apposé. En ce sens, l’image tend à se naturaliser dans le champ politique, en reconnaissant d’un même mouvement sa puissance d’évocation autonome et son allégeance aux codes culturels qui régissent la prise de parole dans l’espace public.

Exaltation et dérision : ordre social et international dans la propagande libre-échangiste et protectionniste 1903-1910

9Les deux notions d’exaltation et de dérision offrent un angle pertinent d’interprétation du corpus iconographique, car elles impliquent que la rhétorique graphique déployée à l’occasion de cette campagne de propagande s’est organisée autour de figures d’identité et d’altérité propres à rallier les électeurs à l’une ou l’autre des deux politiques fiscales. La première figure qu’il convient d’analyser, c’est celle de John Bull, incarnation du consensus fiscal en Grande-Bretagne. Son utilisation par les protectionnistes s’avère d’emblée problématique, car il s’agit pour eux de s’approprier le symbole même de ce qu’ils combattent. La manière dont la propagande visuelle de la TRL s’affranchit de cette aporie iconographique, c’est en remettant à l’ordre du jour une incarnation obsolète du personnage. Jusqu’aux années 1840, on représentait volontiers John Bull en tant que victime chétive d’une fiscalité inique, qui favorisait indûment les riches propriétaires terriens et pénalisait la population dans son ensemble. John Bull fonctionnait donc comme un élément de la rhétorique radicale, qui dénonçait l’ancienne corruption des élites et d’un pouvoir enclin à garantir aux nantis les avantages matériels que lui offrait le protectionnisme. Après 1846, John Bull affiche un tour de taille plus avantageux, et en vient à représenter la vigilance de l’opinion publique vis-à-vis de tout dérapage fiscal ou budgétaire. Figure partisane jusque là, John Bull acquiert de plus en plus le statut d’arbitre des querelles politiques, incarnant ainsi dans la deuxième moitié du siècle le consensus fiscal établi après 1846.

10Dans un tel contexte, les protectionnistes choisissent de ressusciter un John Bull martyrisé. Dans l’iconographie protectionniste, John Bull est pénalisé par le caractère contraignant du libre-échange, qui fait de lui la proie de la concurrence étrangère, qui ne s’embarrasse pas de scrupules libéraux pour priver l’économie britannique de ses débouchés.

  • 18  Tariff Points and Tariff Pictures, TRL, Londres, c.1905, Pamphlet Collection MP 395 – HF (42)/21, (...)

Fig. 1 – The Rising Tide18

Fig. 1 – The Rising Tide18
  • 19  L’intérêt que portent les partisans de Chamberlain aux milieux populaires se manifeste par la créa (...)

Pour autant, les protectionnistes ne se cantonnent pas à recourir au seul élément d’identification que constitue John Bull. Bien conscients que l’attachement traditionnel des classes laborieuses au libre-échange est le principal obstacle à leurs desseins, les protectionnistes vont s’attacher à inverser cette tendance en axant leur rhétorique iconographique en direction des milieux ouvriers, industriels ou agricoles19. Pour ce faire, ils vont employer une autre figure, celle du working man, réduit au chômage par la concurrence étrangère. D’ailleurs, dans la propagande protectionniste, l’atelier et l’usine sont les lieux de prédilection où vient s’inscrire l’image. Il s’agit pour les protectionnistes de promouvoir une conception de l’électeur en tant que producteur, et non en tant que consommateur, en créant un patriotisme ouvrier où l’ennemi n’est pas le capitaliste britannique, mais son homologue étranger, qui se soustrait aux règles du fair play économique en protégeant son marché domestique derrière des barrières douanières.

11En termes narratifs et iconographiques, la propagande protectionniste joue donc essentiellement sur la peur du déclin britannique en exaltant le caractère libérateur du protectionnisme, qui en affranchissant le pays du fétichisme cobdénien devient la seule politique à même d’enrayer la spirale du déclin et de rendre son rang à la Grande-Bretagne.

  • 20  La légende de ce dessin est « British Workman : “Well, I’ve been through that ‘Free Trade’ Street, (...)

Fig. 2 – Turn to the Right20

Fig. 2 – Turn to the Right20

Ainsi, l’iconographie protectionniste contraste l’affaiblissement économique et militaire du pays avec la prospérité américaine et la puissance navale allemande, l’une comme l’autre acquises au moyen de barrières douanières.

12La propagande protectionniste promet un avenir misérable aux classes populaires si ces dernières rejettent la thérapeutique protectionniste. La dégradation du contexte économique entre 1906 et 1910 rend d’ailleurs de plus en plus présentes les perspectives catastrophistes dressées par la Tariff Reform League. Souvent, l’ouvrier protectionniste prend John Bull à parti, comme pour éveiller une  classe moyenne repue (personnifiée par John Bull) insensible aux difficultés de la condition ouvrière.

  • 21  La légende de ce dessin est « John Bull :Well, my man, what’s the matter now?” ; British Workman(...)

Fig. 3 – “Found Out21

Fig. 3 – “Found Out” 21
  • 22  À ce titre, les protectionnistes opèrent une inversion du stigmate social et politique associé aux (...)

La TRL entend ainsi dénoncer la classe moyenne qui, en raison de ses dividendes, ne souffre pas des aléas de la conjoncture économique. La propagande protectionniste produit donc bien un discours qui repose sur les divisions sociales, et peut représenter la réforme fiscale comme le plus sûr moyen d’œuvrer au bien-être collectif, d’autant que Chamberlain laisse entendre que l’objet ultime des réformes fiscales qu’il défend est de financer des retraites pour les personnes âgées. Par contre, le libre-échange est dépeint comme le signe de l’indifférence des plus aisés à l’égard des travailleurs, corrélat d’une certaine forme de laissez-faire propre aux libéraux. Ainsi, dans l’imagerie protectionniste, les libre-échangistes se contentent d’œuvrer au bien-être ouvrier par le biais d’organisations d’aide à l’émigration22.

  • 23  La légende de ce dessin est « “The War Office have arranged for 10,000 Reservists to go to the Col (...)

Fig. 4 – Leave or Starve23

Fig. 4 – Leave or Starve23

13Outre le capitaliste allemand, américain ou russe, l’autre figure d’altérité que brandissent les protectionnistes, c’est la cinquième colonne, juive et cosmopolite, qui dans le pays même travaille à la destruction de l’appareil industriel britannique. Le Cobden Club est ainsi dépeint comme une coalition rassemblant des personnages exotiques peu solidaires du sort de la classe ouvrière locale.

  • 24  « Election posters on Free Trade and Protection », Coll. Misc 519, Archive Reading Room, LSE.

Fig. 5 – A Free TradeForecast24

Fig. 5 – A Free TradeForecast24
  • 25  Depuis le milieu des années 1970, les ligues patriotiques d’avant-guerre ont fait l’objet d’une at (...)
  • 26  Sur la droite radicale édouardienne, voir Eric Green, “Radical Conservatism: The Electoral Genesis (...)
  • 27  David Cannadine, Ornamentalism: How the British Saw their Empire, Oxford, Oxford University Press, (...)
  • 28  Sur l’utilisation politique – et polémique – de la thématique impériale, voir Andrew Thompson, “Th (...)

De cette manière, la propagande de la TRL s’appuie sur un ressort xénophobe qu’on retrouve dans les débats sur l’immigration ou sur l’impréparation militaire et navale du pays. La Tariff Reform League répercute ainsi dans le cadre du débat fiscal le discours d’autres groupes de pression patriotiques et impérialistes tels que la Navy League, l’Imperial Federation League ou la Victoria League25. Elle synthétise les revendications éparses de la droite radicale26 en vouant son programme fiscal à raffermir l’unité de l’Empire et à augmenter les crédits disponibles pour la défense du pays, et ce par un impôt dont devrait s’acquitter l’importateur étranger (TAX THE FOREIGNER, comme le clament les affiches textuelles de la TRL) et dont profiterait le travailleur britannique (BRITISH WORK FOR BRITISH WORKERS). Pourtant, à observer les images produites par la TRL, on s’étonne que la mystique impériale y ait si peu de place. L’Empire, comme le montre David Cannadine, fait pourtant pleinement partie de l’univers visuel et symbolique des Britanniques27. Cette discrétion de la dimension impériale dans la propagande protectionniste est sans doute liée à deux facteurs. Le premier est d’ordre pratique : malgré les pressions de Chamberlain, les colonies comme l’Australie ou le Canada voient peu d’intérêt à se joindre à un Zollverein impérial. Le second est d’ordre symbolique et politique. Le discours impérial, qui a valu aux conservateurs leur victoire de 1900 lors de l’élection kaki, est entre temps devenu polémique, suite à la Guerre des Boers (dans laquelle Chamberlain a été personnellement impliqué)28.

14Face aux cautionary tales produites par les protectionnistes pour alerter l’opinion sur les dangers du libre-échange, la Free Trade Union va répondre par une rhétorique graphique double, qui consiste à exalter la prospérité britannique acquise sous le régime libéral et à tourner en dérision l’absurdité des propositions fiscales de Chamberlain. Alors que la TRL utilise la figure du producteur, la FTU s’appuie sur celle du consommateur, ouvrier lui aussi. De même, lorsque la TRL dénonce l’indifférence des classes moyennes et supérieures à l’égard des classes populaires, la FTU s’emploie à contrer le populisme protectionniste en montrant son vrai visage, celui des accapareurs endimanchés qui vont exploiter le peuple en lui faisant supporter seul le poids des finances nationales. Si le protectionnisme dénonce le caractère déloyal de la concurrence étrangère, les libre-échangistes n’abandonnent pas à leurs opposants le langage du fair play : selon eux, c’est la fiscalité sur la consommation qui serait injuste, car elle toucherait indifféremment riches et pauvres, hommes, femmes et enfants. Dans l’imagerie protectionniste, les produits étrangers s’empilent sur les quais, multitudes métaphoriques  qui promettent l’ensevelissement de l’industrie et de l’agriculture britannique. Les libre-échangistes s’emparent eux aussi de cette thématique de la prolifération, mais chez eux elle est le fait d’une fiscalité envahissante qui annexe l’espace domestique par le fisc ou d’une meute de gredins monopolistes prêts à dépouiller une enfant.

  • 29 Free Trade Cartoon Blocks, FTU, Londres, n.d., Pamphlet Collection, HF/D 225, LSE.

Fig. 6 – Protection Steals from the Cupboard of the Poor 29

Fig. 6 – Protection Steals from the Cupboard of the Poor 29

La menace, pour les libre-échangistes, ne se situe donc pas à l’étranger, mais au cœur des arguments protectionnistes. Dans l’iconographie libre-échangiste, l’étranger est d’ailleurs représenté sous un jour moins avantageux que chez les protectionnistes. Le plus souvent, l’étranger est un mendiant, un miséreux qui en est réduit à adopter les régimes alimentaires les plus discutables.

  • 30 Free Trade Cartoon Blocks, FTU. Idem.

Fig. 7 – A Horse Meat Shop in France, Versailles30

Fig. 7 – A Horse Meat Shop in France, Versailles30

L’étranger, qu’il soit allemand ou américain, est courbé sous le poids des impôts indirects, et sa posture évoque d’ailleurs celle du John Bull radical mentionné précédemment, ce John Bull des années 1840 qui ne s’est pas encore libéré du fardeau des lois sur le blé.

  • 31  La légende de ce dessin est « John Bull :So you can’t make the Foreigner pay for all?” ; German (...)

Fig. 8 – An Object Lesson in Tariff Reform. Germany’s New Taxes31

Fig. 8 – An Object Lesson in Tariff Reform. Germany’s New Taxes31
  • 32  Charles Geake et F. C. G., John Bull’s Adventures in the Fiscal Wonderland, Londres, Methuen, 1904 (...)
  • 33  F. C. G., Cartoons of the Campaign 1895, Londres, Westminster Gazette, 1895, p. 22.
  • 34 Westminster Gazette, 20 mai 1897.
  • 35 Westminster Gazette, 24 janvier 1896.
  • 36 Westminster Gazette, 4 mai 1896.

15Mais l’arme plus volontiers employée par les libre-échangistes est celle de la dérision. Chamberlain est le premier à en faire les frais. Dans les affiches qu’il dessine pour les libéraux comme dans ses chroniques politiques humoristiques, le dessinateur Francis Carruthers Gould interprète les statistiques économiques avancées par Chamberlain comme autant d’énigmes absurdes. Dans un pastiche de Lewis Carroll intitulé John Bull’s Adventures in the Fiscal Wonderland, Gould adapte les dessins de Tenniel et choisit de faire de Chamberlain tantôt un Jabberwocky menaçant, tantôt un Chapelier Fou, dont les propositions protectionnistes et les statistiques alarmistes sur le déclin de la puissance commerciale et industrielle du pays sont associées au nonsense. C’est pourquoi Gould dédie son livre à Carroll, “the one man who, if he had only been alive, could have made head or tail of Mr Chamberlain’s figures32. En 1903, Chamberlain est déjà une des cibles favorites de Gould depuis longtemps. Mais après 1903, les apparitions de Chamberlain se font plus nombreuses encore dans les caricatures de Gould, publiées dans la Westminster Gazette et Picture Politics, et dans les ouvrages illustrés qu’il publie avec Saki et Henry Lucy. Pendant une période de treize ans, de 1895 à 1908, sur les dix ouvrages de Gould recensés par la British Library, on totalise 372 dessins, et Chamberlain figure sur près de soixante-dix d’entre eux, soit près d’un dessin sur cinq. Tour à tour incarné sous forme d’illusionniste33, de contorsionniste34, de commis-voyageur35, de caméléon36, Chamberlain est associé d’une manière ou d’une autre à la thématique de la manipulation, de l’illusion et de la duperie.

  • 37  Punch, 22 juin 1904.
  • 38  Punch, 30 novembre 1904.
  • 39  Punch, 29 novembre 1905.
  • 40  Punch, 13 janvier 1904.
  • 41  Punch, 30 septembre 1903.
  • 42  Même si dans la caricature sur Disraeli, la thématique shylockienne, orientale et anti-sémite rest (...)
  • 43  F. C. G., Cartoons of the Campaign 1895, Londres, Westminster Gazette, 1895, p. 45 ; F. C. G., The (...)
  • 44  Sur l’impopularité de Chamberlain dans l’opinion radicale, libérale ou conservatrice, voir Robert (...)

16D’autres dessinateurs que Gould caricaturent Chamberlain en s’appuyant sur la même image de manipulateur et de saltimbanque de la politique. E. Linley Sambourne et Bernard Partridge, les deux principaux dessinateurs de Punch, à l’époque, représentent souvent Chamberlain comme un hypnotiseur37, un monstre de freak show38, un patron de cirque ambulant39, un homme-orchestre40, un ventriloquiste41. Sur 69 numéros du journal satirique, entre mai 1903 (date du premier discours public de Chamberlain en faveur d’une révision des arrangements fiscaux du pays) et janvier 1906 (le mois où ont lieu les élections parlementaires suivantes), on recense 26 dessins représentant Chamberlain, et 12 de ces planches le montrent dans le contexte du monde du spectacle. Avant lui, seul Benjamin Disraeli avait été aussi régulièrement dénoncé comme un bateleur de la politique42, et ce n’est d’ailleurs pas fortuit si Gould à deux reprises caricature Chamberlain en réincarnation de Dizzy43. La carrière de Pushful Joe (ou Chamberlain), caméléon politique, se prête à ce type de dénigrement. Radical dans les années 1870, libéral jusque 1886, puis libéral unioniste, et enfin Tory lorsqu’il entre dans le gouvernement Salisbury de 1895, le passé politique du personnage est tortueux. Les revirements successifs de Chamberlain lui valent une réputation d’impulsif, l’inimitié des radicaux et des libéraux, ses premiers alliés, et la méfiance de ses nouveaux associés unionistes44.

17La caricature édouardienne, libérale et patricienne dans le cas de Gould, ou conservatrice et modérée dans le cas de Punch, concourt sur la personnalité publique de Chamberlain, qu’elle associe volontiers à la manipulation. Ceci ne manque pas d’accentuer la suspicion qui entoure la propagande iconographique massive dont se sert Chamberlain, souvent dénigrée comme autant de mensonges picturaux. Pourtant, dans les remarques qui suivent à propos du statut que s’accorde l’image et sur la relation qu’elle pose au citoyen, il ne s’agit pas de trancher sur la question de la vérité des arguments avancés par l’un ou l’autre des deux camps, mais plutôt de montrer comment la propagande iconographique (protectionniste et libre-échangiste) se donne à voir non pas comme une innovation subversive, mais en fait comme un véhicule d’éducation à la citoyenneté légitime.

Statut de l’image et figure légitime du citoyen

18L’image n’est pas une nouvelle venue dans le champ politique, puisque depuis les années 1840, Punch et d’autres magazines illustrés chroniquent en image le jeu politique victorien. Et déjà lors de l’élection de 1900, les partis politiques avaient largement utilisé la propagande picturale. Ce qui change par contre lors de la première décennie du siècle, c’est l’apparition de l’image comme support explicitement politique et partisan, sous forme de propagande illustrée. L’affiche non plus n’est pas un support politique nouveau, mais jusqu’aux années 1880, l’affiche politique est essentiellement textuelle. Ce n’est que lentement au cours des années 1890, puis de manière plus marquée aux élections de 1900, que tracts, affiches et pamphlets illustrés apparaissent. Lors des élections de 1906 et 1910 intervient pour la première fois la diffusion massive de cet outil de propagande.

19En 1900, en préface à un recueil d’affiches dessinées par lui-même, F. C. Gould, l’un des caricaturistes de presse les plus abondamment employés par le parti libéral, est amené à saluer ce nouvel usage de l’image :

  • 45  F. C. Gould, The Khaki Campaign. Westminster Cartoons. General Election, 1900, Londres, Westminste (...)

The fact that both sides have made so large a use of pictorial attacks, arguments and appeals, shows that the picture has come to have a practical value in political warfare. Although intended to influence the public mind, we venture to think that they are none of them offensive to our political opponents, or out of harmony with the ethics of fair fighting45.

20Ce faisant, Gould insiste aussi sur le caractère respectable et respectueux de son œuvre de propagandiste envers les règles politiques – une image partisane dont s’excuse Gould dans ses mémoires. Gould persiste par ailleurs à appeler ses dessins des cartoons, même lorsqu’ils sont reproduits comme affiches. Le mot n’est pas anodin pour un dessinateur qui considère Tenniel comme son modèle. Gould revendique ainsi une certaine déférence à l’égard des codes de bonne conduite politique. En cela, Gould atteste de la suspicion qui entoure l’image et l’affiche comme véhicule de communication politique. Plus généralement, à l’époque édouardienne, de nombreux observateurs de la société et de l’évolution politique du pays s’inquiètent de l’existence de diverses formes de propagande, qui nourrissent les instincts nationalistes, impérialistes et martiaux de la population. On pourrait citer l’exemple de J. A. Hobson, le penseur libéral, qui s’inquiète de l’utilisation de l’école comme instrument de propagande impériale, ou celui d’un autre intellectuel et politicien libéral, L. T. Hobhouse, qui publie Democracy and Reaction, un réquisitoire pessimiste sur l’évolution de la démocratie britannique. L’image et la propagande menacent par ailleurs de supplanter le discours public, rituel autour duquel d’après Joseph Meisel s’est progressivement organisée la vie politique britannique à l’époque victorienne. En effet, que ce soit dans l’iconographie protectionniste ou libre-échangiste, on remarque que l’image n’est pas neutre par rapport à ces questions. On évoquera donc ici par quels procédés iconographiques l’image légitime son usage dans un contexte politique.

  • 46  James Thompson, “Pictorial Lies: political propaganda in Britain, 1880-1914”, communication présen (...)

21James Thompson, qui a analysé un corpus rassemblant l’ensemble de la production iconographique des partis et organisations politiques entre 1880 et 1914, remarque que la thématique publicitaire est très rarement transposée à l’iconographie politique46. Dans le corpus thématiquement et chronologiquement plus restreint qu’il nous a été possible de consulter, on est étonné de l’absence de référents liés à la publicité, qui appartient pourtant à l’environnement visuel quotidien des édouardiens, et dont l’utilisation aurait été justifiée dans un débat portant en partie sur la consommation. Le seul exemple de référence au domaine publicitaire est d’ailleurs à mettre au compte de la FTU, qui dépeint un John Bull se délectant d’un thé impérial bon marché. Sinon, très souvent, l’image célèbre son pouvoir d’évocation en mettant en scène la réception de l’affiche par le passant, dont la réaction est systématiquement de corroborer au discours (visuel ou textuel) de l’affiche. L’image met en scène son efficacité en tant qu’instrument de conviction, de conversion, mais aussi de dénonciation de la propagande adverse. Certaines images de propagande reprennent à leur compte la thématique de la manipulation par le camp opposé, mais ceci magnifie dans un même mouvement la fonction du document iconographique comme leurre et comme rétablissement d’une vérité mise à mal par la propagande adverse. En cela, certaines images produites par la FTU ou la TRL signalent les limites de la propagande, dont le bon sens populaire déjoue les mensonges. Les affiches et les tracts illustrés restent donc très largement tributaires des supports légitimes de la communication politique : le discours, le texte, l’écrit. Le visuel n’entre pas en compétition avec l’écrit, il en magnifie la portée et la diffusion en mettant en scène le citoyen ouvrier comme lecteur de discours sur affiches. En ce sens, les images attestent d’une construction du citoyen qui perpétue le modèle culturellement dominant de l’électeur instruit et rationnel. Les images diffusées par les protectionnistes et les libre-échangistes renforcent aussi les présupposés sexuels qui sous-tendent la participation politique. Le discours de propagande des libre-échangistes et des protectionnistes s’adresse essentiellement à un public masculin et envisage très peu un point de vue féminin sur la question. De plus, comme les propagandistes des deux bords attachent beaucoup d’importance à la représentation du monde du travail et de la controverse politique, ces choix de rhétorique iconographique contribuent à escamoter un peu plus les femmes du débat public. Lorsque des femmes sont représentées, comme dans quelques cas au sein de la propagande libre-échangiste, on ne les montre jamais situées dans le monde de travail, ou occupées à prendre part au débat. Au contraire, leurs rares apparitions renforcent leur caractère d’assujetties politiques, puisqu’elles y ont le statut de victime domestique de l’oppression fiscale, que l’électeur – masculin – est sommé de protéger.

  • 47  J’ai relevé de nombreux procès d’invalidation électorale où l’utilisation de cocardes et de banniè (...)
  • 48  Sur le caractère consensuel, festif et communautaire des rites civiques victoriens, voir Frank O’G (...)

22Si l’image de propagande donne à voir sa réception par le public, il est intéressant de noter qu’elle le fait en représentant rarement une foule confrontée à l’affiche, mais plutôt un individu isolé. La réception individualisée du discours iconographique que met en avant la propagande libre-échangiste et protectionniste est signe d’un authentique décalage dans la diffusion du discours politique. Dans le champ politique, l’image de propagande ne se veut pas uniquement prise de parole dans l’espace public et collectif, comme c’est le cas de l’affiche, qui investit de plus en plus de vitrines de magasins, de devantures de maisons et de murs d’usines. À ce titre, elle est différente d’autres symboles partisans comme les bannières et les cocardes qu’on utilise encore très largement au début du XXe siècle. Le visuel en politique ne se réduit pas en effet à l’image de propagande, et à l’époque édouardienne, on note la persistance d’une symbolique politique traditionnelle, que représentent bannières, couleurs, drapeaux et cocardes, qui font l’objet d’une réglementation stricte dans le droit électoral47. Ce type de code visuel est en quelque sorte un reliquat du vote communautaire, collectif, unanimiste, festif48. Ces symboles ont pour fonction d’afficher la force collective des individus qui les brandissent, et ils s’inscrivent dans un rituel électoral bien établi. Ils participent d’un rapport consensuel à la politique, où les communautés locales font valoir l’unanimité en leur sein. Il en va autrement pour l’image de propagande, qui instaure un rapport différent au politique, un rapport individualisé où l’électeur déchiffre seul le message véhiculé par l’image, en dehors des allégeances politiques collectives, propres à son milieu. Matériellement, les images sont souvent des documents à usage privé (qu’on pense aux cartes postales et aux tracts, aux affiches de format réduit que diffusent les deux organisations rivales). Un manuel, publié à l’époque, à l’usage des agents électoraux et des militants politiques, recommande d’ailleurs de privilégier une diffusion domestique de la propagande :

  • 49  Robert Geoffrey Ellis, Practical Notes on Parliamentary Elections in the United Kingdom, Londres, (...)

The custom of plastering every inch of available space is fast being given up as expensive without being effective. […] The post is often a better medium for reaching electors than posters. Many electors like the postman to call 49.

23En un sens donc, l’affiche et l’iconographie politique invitent à une individuation du vote, et à la dissolution de liens collectifs habituels au profit de calculs rationnels et informés sur l’offre politique. Le recours croissant des appareils politiques à l’image atteste ainsi d’une transition du citoyen-groupe au citoyen-individu éclairé et individualisé au nom de son intérêt économique.

24Enfin, on peut s’interroger sur les raisons symboliques qui ont favorisé les libre-échangistes et qui ont contribué à l’échec des protectionnistes. En termes politiques, le peu d’attrait que l’électorat manifeste pour la réforme fiscale atteste de la persistance d’une vision gladstonienne des finances publiques, qui associe libre-échange et moralité publique, protectionnisme et injustice sociale. Comme le fait remarquer F. C. Gould, le souvenir des années 1840, période de misère et d’injustice, restait vivace dans les esprits :

  • 50  Francis Carruthers Gould, Manuscript Autobiography, vol. 10, f. 319, House of Lords Record Office.

In county districts, I fancy the anti Free Trade campaign never got much hold, for in every village there were old men and women still living who remembered the days of Protection, and told others about what the conditions of rural life were then50.

25Cet attachement au consensus fiscal élaboré à partir de 1846 se manifeste dans la propagande illustrée des libre-échangistes, comme en atteste un dernier exemple.

  • 51  Liberal Publication Department, prospectus 2324 ; Free Trade and Protection, Box 5 ; John Johnson (...)

Fig. 9 – The Will-O’-The-Wisp51

Fig. 9 – The Will-O’-The-Wisp51
  • 52  Jane Cobden-Unwin, The Hungry Forties: Life under the Bread Tax, Londres, Fischer and Unwin, 1904.
  • 53  Martin Wiener, English Culture and the Decline of the Industrial Spirit, 1850-1980, Harmondsworth, (...)

L’héritage de 1846 reste symboliquement central dans l’espace politique édouardien, comme le montre aussi le succès de l’ouvrage que la fille de Cobden consacre aux années 1840, où elle invente l’expression qui fera florès, “the hungry forties52. En termes culturels, l’échec de la TRL montrerait les limites d’une construction de l’intérêt public dépendante d’une figuration industrielle de la société. En effet, même si la TRL tente de convaincre les agriculteurs des mérites de la préférence impériale, elle attache plus d’importance encore aux électeurs des zones industrielles, auxquels elle promet emploi et Empire. En ce sens, l’échec de Chamberlain et des conservateurs confirmerait l’hypothèse de Wiener selon laquelle l’Angleterre aurait entretenu une relation distante avec son industrie, du fait d’une prédisposition culturelle, largement partagée à travers le spectre politique, à minimiser le caractère industriel du pays53.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Punch, 1903-1910

F. C. Gould, Manuscript Autobiography, House of Lords Record Office

Free Trade Union (FTU) :

Photographic Reproductions of our brilliantly coloured picture and word posters. A Marvel of Cheapness, Effectiveness and Durability. Assorted Sizes suitable for Counties or Boroughs, FTU, Londres, n. d.(LSE, Pamphlet Collection, HF/B118)

Free Trade Cartoon Blocks, FTU, Londres, n. d. (LSE, Pamphlet Collection, HF/D225)

Tariff Reform League (TRL) :

Fiscal Facts. Every Picture Tells its own tales. 64 Cartoons dealing with “Free Trade” and Tariff Reform, TRL, Londres, n. d. (LSE, Pamphlet Collection, HF (42)/E 12)

Anti-free trade leaflets and cartoons, TRL, Londres, [c.1905?]  (LSE, Pamphlet Collection, MICROFILM M PAMPHLETS 399, HF(42)/127)

Tariff reform, by pen and pencil, TRL, Londres, [1903], (LSE, Pamphlet Collection, MICROFILM M (PAMPHLETS 384), HF/125

[Postcards], TRL, Londres, [c.1909?], (LES, Pamphlet Collection, MICROFILM M (PAMPHLETS 399), HF(42)/123)

Tariff points and tariff pictures, TRL, Londres, [c.1905], (LSE, Pamphlet Collection, MICROFILM M (PAMPHLETS 395), HF(42)/21)

Haut de page

Notes

1  Pour une synthèse récente de la question, voir Anthony Howe, “Cobden Redivivus: Free Trade and the Edwardians, 1903-1910”, in Free Trade and Liberal England, 1846-1946, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 230-273.

2  Sur l’élection de 1906, voir Douglas Irwin, “The Political Economy of Free Trade: Voting in the British General Election of 1906”, Journal of Law and Economics, 37 (1994), p. 75-108 ; pour les élections de 1910, voir Neal Blewett, The Peers, the Parties, and the People: The British General Elections of 1910, Londres, Macmillan, 1972.

3  Voir Anthony Howe, op.cit., p. 231 et p. 270.

4  Voir Miles Taylor, “John Bull and the Iconography of Public Opinion in England c. 1712-1929”, Past and Present, 134 (février 1992), p. 103-128.

5  Joseph Schumpeter, Impérialismes et classes sociales, Paris, Minuit, 1972, p. 48-53.

6  Pour ce type de lecture, qui associe la propagande protectionniste à la corruption politique, voir Frans Coetzee, “Pressure Groups, Tory Businessmen and the Aura of Political Corruption before the First World War”, Historical Journal, 29, 4 (1986), p. 833-852 ; Andrew Marrison, “Businessmen, Industries and Tariff Reform in Great Britain, 1903-1930”, Business History, 25 (juillet 1983), p. 148-178.

7  Pour ce travail, on est parvenu à rassembler près de 200 affiches, dessins de pamphlets ou de tracts, ou cartes postales. La plupart étaient localisés à la London School of Economics, soit dans la Pamphlet Collection, soit en salle d’archives, sous la cote Coll. Misc. 519. À la Bodleian, il a été possible de consulter la John Johnson Collection, qui est très riche en political ephemera sur le libre-échange et le protectionnisme. Le décompte n’est pas exhaustif, puisque la bibliothèque universitaire de Cambridge recèle d’autres fonds d’iconographie politique édouardienne, qui n’ont pas pu être pris en compte ici. À noter que la multiplication des types de supports atteste de la vitalité du marché de l’image politique, qui se segmente aussi en termes de publics visés, puisque certains des tracts – illustrés ou non – sont spécifiquement destinés à tel ou tel secteur industriel. Voir la bibliographie en fin de document pour les références précises des documents iconographiques consultés.

8  Pour une analyse quantitative de la propagande diffusée par la Tariff Reform League (TRL) et la Free Trade Union (FTU), voir Bernard Semmel, Imperialism and Social Reform, Londres, Ashgate, 1983, p. 113. En 1906, la TRL avait diffusé 1 603 000 brochures, pamphlets et affiches ; en 1907, 3 225 000 ; entre janvier 1909 et la première élection de 1910, le chiffre atteint 53 millions de documents produits. Les chiffres pour la FTU sont comparables, même si les libre-échangistes dénonçaient publiquement les « millions de la League » contre lesquels ils assuraient ne pas pouvoir faire jeu égal. Le budget des deux organisations était en fait très proche. Pour des précisions statistiques sur les finances des deux mouvements, voir Frans Coetzee, “Pressure Groups, Tory Businessmen and the Aura of Political Corruption before the First World War”, Historical Journal, 29, 4 (1986), p. 838-846.

9  Anthony Seldon (interviewer), John Ramsden, “The Influence of Ideas on the Modern Conservative Party”, Contemporary British History, 10 (1996) 1, p. 171.

10  Anthony Howe, op.cit., p. 1.

11  Sur le nombre croissant de cérémonies civiques à caractère historique et commémoratif, voir Roland Quinault, “The Cult of the Centenary”, Historical Research, 71 (octobre 1998), p. 303-323.

12  Cobden – sous forme de statues publiques (à Manchester, Verviers, Camden, Salford entre autres localités), de statuettes décoratives, de photographies ou d’imprimés – est un symbole culturel central au sein de l’iconographie populaire. Sur le culte de Cobden, voir A. Howe, op.cit., p. 142-143.

13  Un dessin de Linley Sambourne montre Chamberlain en garnement étourdi qui s’apprête imprudemment à immoler l’oie blanche du libre-échange. La légende du cartoon en question souligne le caractère autodestructeur du geste : “Meddlesome Joe and the Goose that lays the golden eggs”, Punch, 27 mai 1903.

14  Charles Frederick Gurney Masterman, The Condition of England, Londres, Methuen, 1909, p. 128-129, cité dans Ross McKibbin, The Ideologies of Class. Social Relations in Britain, 1880-1950, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 11-12.

15  Francis Carruthers Gould, Manuscript Autobiography, vol. 16, f. 386, House of Lords Record Office.

16  Sur la place centrale de la tribune dans la culture de la vie publique victorienne et édouardienne, voir l’ouvrage de Joseph Meisel, Public Speech and the Culture of Public Life in the Age of Gladstone, New York, Columbia University Press, 2001. À noter que Meisel reconnaît toutefois que la popularité du discours public s’amenuise au début du siècle.

17  On connaît bien les présupposés culturels qui légitiment les limites du droit de vote. Fondés sur la notion d’indépendance (intellectuelle autant qu’économique), ils concourent à façonner un modèle de citoyenneté qui exclut femmes et indigents et assimile le processus de politisation à un travail d’éducation.

18  Tariff Points and Tariff Pictures, TRL, Londres, c.1905, Pamphlet Collection MP 395 – HF (42)/21, London School of Economics (LSE).

19  L’intérêt que portent les partisans de Chamberlain aux milieux populaires se manifeste par la création de la Trade Union Tariff Reform Association, organisation dépendant de la TRL et chargée de diffuser la propagande auprès du public syndical. Voir Kenneth Brown, “The Trade Union Tariff Reform Association, 1904-1913”, Journal of British Studies, 9 (1970), p. 141-153.

20  La légende de ce dessin est « British Workman : “Well, I’ve been through that ‘Free Trade’ Street, and there’s no work there. I’ll give the right road a trial now” ». E. Huskinson, Fiscal Facts, Every Picture Tells its own tales. 64 Cartoons dealing with ‘Free Trade’ and Tariff Reform. TRL, Londres, n.d. Pamphlet Collection HF (42)/ E12, LSE.

21  La légende de ce dessin est « John Bull :Well, my man, what’s the matter now?” ; British Workman : “Matter, guv’nor! I wants to find the chap as told me this at the last election.’E’ll begin to want protection then!” ». E. Huskinson, Fiscal Facts, Every Picture Tells its own tales. 64 Cartoons dealing with ‘Free Trade’ and Tariff Reform. TRL, Londres, n.d. Pamphlet Collection HF (42)/ E12, LSE.

22  À ce titre, les protectionnistes opèrent une inversion du stigmate social et politique associé aux organisations d’aide à l’émigration, souvent mises sur pied par des grandes dames de l’establishment conservateur, qui voyaient dans l’émigration le moyen de renforcer l’unité de l’Empire et d’apaiser les luttes sociales. Sur le rôle des élites conservatrices dans les sociétés d’aide à l’émigration, voir l’ouvrage de Julia Bush, Edwardian Ladies and Imperial Power, New York, Cassell Academic, 2000.

23  La légende de ce dessin est « “The War Office have arranged for 10,000 Reservists to go to the Colonies as settlers in order to relieve the unemployment in this country.” – British Workman : “I left my job to fight my country, and now you drive me to a protected colonyfor work.” ; Mrs Free Trade Party : “Well, you see, I can’t upset them foreign gentlemen, poor dears, by giving you Tariff Reform” ». E. Huskinson, Fiscal Facts, Every Picture Tells its own tales. 64 Cartoons dealing with ‘Free Trade’ and Tariff Reform. TRL, Londres, n.d. Pamphlet Collection HF (42)/ E12, LSE.

24  « Election posters on Free Trade and Protection », Coll. Misc 519, Archive Reading Room, LSE.

25  Depuis le milieu des années 1970, les ligues patriotiques d’avant-guerre ont fait l’objet d’une attention assidue de la part des historiens britanniques. Pour une présentation synthétique, voir le premier défrichage effectué par John MacKenzie, “Imperial Propaganda Societies and Imperial Studies”, in John MacKenzie (ed.), Propaganda and Empire. The Manipulation of British Public Opinion, 1880-1960, Manchester, University Press, Manchester, 1984, p. 147-172. La dernière étude monographique en date a porté sur la Victoria League. Voir Eliza Riedi, “Women, Gender, and the Promotion of Empire: The Victoria League, 1901-1914”, Historical Journal, 45, 3 (2002), p. 569-599.

26  Sur la droite radicale édouardienne, voir Eric Green, “Radical Conservatism: The Electoral Genesis of Tariff Reform”, The Historical Journal¸ 28, 3 (1985), p. 667-692. Sur les luttes fratricides, et centrées sur la question fiscale, qui opposent droite radicale et conservatisme libéral, voir Larry Witherell, “Political Cannibalism Among Edwardian Conservatives: Henry Page Croft, the Confederacy and the Campaign for East Hertfordshire, 1906-1910”, Twentieth Century British History, 8, 1 (1997), p. 1-26.

27  David Cannadine, Ornamentalism: How the British Saw their Empire, Oxford, Oxford University Press, 2002.

28  Sur l’utilisation politique – et polémique – de la thématique impériale, voir Andrew Thompson, “The Language of Imperialism and the Meanings of Empire: Imperial Discourse in British Politics, 1895-1914”, Journal of British Studies, 36 (April 1997), p. 147-177.

29 Free Trade Cartoon Blocks, FTU, Londres, n.d., Pamphlet Collection, HF/D 225, LSE.

30 Free Trade Cartoon Blocks, FTU. Idem.

31  La légende de ce dessin est « John Bull :So you can’t make the Foreigner pay for all?” ; German Citizen : “Do you thinkI should carry this lot if I could?Free Trade Cartoon Blocks, FTU. Idem.

32  Charles Geake et F. C. G., John Bull’s Adventures in the Fiscal Wonderland, Londres, Methuen, 1904, p. vii.

33  F. C. G., Cartoons of the Campaign 1895, Londres, Westminster Gazette, 1895, p. 22.

34 Westminster Gazette, 20 mai 1897.

35 Westminster Gazette, 24 janvier 1896.

36 Westminster Gazette, 4 mai 1896.

37  Punch, 22 juin 1904.

38  Punch, 30 novembre 1904.

39  Punch, 29 novembre 1905.

40  Punch, 13 janvier 1904.

41  Punch, 30 septembre 1903.

42  Même si dans la caricature sur Disraeli, la thématique shylockienne, orientale et anti-sémite reste plus abondante que celle de l’illusionnisme, d’après Anthony Wohl,  “ ’Dizzi-Ben-Dizzi’: Disraeli as Alien”, Journal of British Studies, 34 (July 1995), p. 375-411.

43  F. C. G., Cartoons of the Campaign 1895, Londres, Westminster Gazette, 1895, p. 45 ; F. C. G., The Westminster Cartoons.N° 2, Londres, Westminster Gazette, 1896, p. 33.

44  Sur l’impopularité de Chamberlain dans l’opinion radicale, libérale ou conservatrice, voir Robert Leach, Turncoats. Changing Party Allegiance by British Politicians, Dartmouth, Aldershot, 1995, p. 55-84.

45  F. C. Gould, The Khaki Campaign. Westminster Cartoons. General Election, 1900, Londres, Westminster Gazette, 1900, p. i.

46  James Thompson, “Pictorial Lies: political propaganda in Britain, 1880-1914”, communication présentée lors du colloque « Images de dérision, images d’exaltation », Lille III, octobre 2002.

47  J’ai relevé de nombreux procès d’invalidation électorale où l’utilisation de cocardes et de bannières, entre autres signes distinctifs, par les partisans des accusés rentrait dans l’argumentaire des plaignants. Voir Edward Loughlin O’Malley and Henry Hardcastle, eds., Reports of the decisions of the judges for the trial of election petitions in Great Britain and Ireland, pursuant to the Parliamentary Elections Act, 1868, Londres, Stevens and Haynes, 1893, p. 67.

48  Sur le caractère consensuel, festif et communautaire des rites civiques victoriens, voir Frank O’Gorman “Campaign Rituals and Ceremonies: The Social Meaning of Elections in England 1780-1860”, Past and Present, 135, October 1991, p. 79-115. Les bannières en particulier jouissent d’une popularité qui ne se dément pas au début du siècle. Pour quelques exemples des nombreuses bannières utilisées par les suffragettes, voir Lisa Tickner, The Spectacle of Women. Imagery of the Suffrage Campaign, 1907-1914, Londres, Chatto and Windus, 1987, annexes, planche xiv.

49  Robert Geoffrey Ellis, Practical Notes on Parliamentary Elections in the United Kingdom, Londres, William Green and Sons, 1905, p. 25.

50  Francis Carruthers Gould, Manuscript Autobiography, vol. 10, f. 319, House of Lords Record Office.

51  Liberal Publication Department, prospectus 2324 ; Free Trade and Protection, Box 5 ; John Johnson Collection, Bodleian Library.

52  Jane Cobden-Unwin, The Hungry Forties: Life under the Bread Tax, Londres, Fischer and Unwin, 1904.

53  Martin Wiener, English Culture and the Decline of the Industrial Spirit, 1850-1980, Harmondsworth, Penguin, 1985, p. 99.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – The Rising Tide18
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 2 – Turn to the Right20
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3115/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 3 – “Found Out21
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3115/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 4 – Leave or Starve23
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3115/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 5 – A Free TradeForecast24
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3115/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 6 – Protection Steals from the Cupboard of the Poor 29
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3115/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 7 – A Horse Meat Shop in France, Versailles30
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3115/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 8 – An Object Lesson in Tariff Reform. Germany’s New Taxes31
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3115/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 9 – The Will-O’-The-Wisp51
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3115/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Vervaecke, « John Bull’s Adventures in the Fiscal Wonderland : Rhétorique graphique et propagande politique dans la controverse fiscale 1903-1910 »Revue LISA/LISA e-journal, Vol. I - n°1 | 2003, 24-41.

Référence électronique

Philippe Vervaecke, « John Bull’s Adventures in the Fiscal Wonderland : Rhétorique graphique et propagande politique dans la controverse fiscale 1903-1910 »Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. I - n°1 | 2003, mis en ligne le 19 novembre 2009, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lisa/3115 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.3115

Haut de page

Auteur

Philippe Vervaecke

(Lille III, F)
Philippe Vervaecke, agrégé d’anglais et ancien élève de l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, enseigne à l’Université Charles de Gaulle, Lille III.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search