Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. I - n°1Emblèmes, rhétoriques et politiquesDe l’usure au pouvoir de l’argent...

Emblèmes, rhétoriques et politiques

De l’usure au pouvoir de l’argent : les métamorphoses d’un mythe antijuif à travers la caricature en Angleterre

From Usury to High Finance: The Metamorphosis of an AntiJewish Myth viewed through English Caricatures
Lucienne Germain
p. 75-84

Résumé

“Jewish Money Power”, the “Wandering Jew” and the “Blood Libel” (ritual murder) myths are the three pillars of the anti-Semitic iconography which developed during the Middle Ages. Throughout the centuries, their evolution has continuously reflected the beliefs and tastes of the various societies which have used them to stereotype Jewish otherness. Far from being exhaustive, the intent of this article, based on a limited number of caricatures, is to stress the changes which took place over the centuries in numerous and varied portrayals of the “Jewish Money Power”: from the Jew in his capacity as money lender to the Jew as stockbroker, to more contemporary images of the Jewish banker and international financier, monopolising high finance, insinuating himself in all fields and plotting to dominate and destroy the Christian world. Having explained the various transformations in context, this analysis of selected Jewish graphic portrayals will also highlight the constant use of physical features and characteristics that have contributed to creating a misleading image of the Jews and encouraged anti-Semitism.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le mythe de « l’usurier juif », associé à ceux du « Juif errant » et du « meurtre rituel », constitue le triptyque de base, bien connu, de l’iconographie antisémite qui se met en place au cours du Moyen Âge. À travers les siècles, ils vont se métamorphoser en s’adaptant à l’évolution des sociétés qui les utilisent pour caricaturer l’altérité juive. L’ambition de cet article n’est pas, on s’en doute, d’être exhaustif, d’autant qu’il se limite à la seule Angleterre et s’appuie sur un choix subjectif et très restreint d’images. Après avoir brièvement défini dans quel sens les différents termes –mythe, préjugés, stéréotypes, etc.– seront utilisés, cet article tentera de dégager, la mutation iconographique de « l’usurier juif » en « domination juive par l’argent », tout en soulignant l’importance du contexte socio-politique.

Terminologies

  • 1  Dictionnaire de la langue française, Paris, Larousse, 1968, p. 1216.
  • 2  Anthony S. R. Anstead, Miles Hewstone, eds., The Blackwell Encyclopaedia of Social Psychology, Oxf (...)
  • 3  Walter Lippmann, Public Opinion, New York, Macmillan, 1965, p. 96.

2Pris dans un sens récent, un mythe est« l’amplification et la déformation par l’imagination populaire d’un personnage, de faits historiques ou de phénomènes sociaux1 ». Cette définition de 1959, particulièrement large, englobe à la fois préjugés, stéréotypes et caricatures. Les préjugés, attitudes ou comportements négatifs à l’égard d’un groupe ou de ses membres, reposent à la fois sur une idée reçue et une généralisation erronée. Ils aboutissent, d’une part, au rejet de l’Autre, et, d’autre part, à la naissance de stéréotypes qui relèvent d’images reçues. Si la stéréotypie est souvent grossière, rigide et simpliste, elle induit néanmoins une recherche d’informations renforçant le stéréotype au détriment de celles qui le remettraient en cause2. De plus, pour se développer et se maintenir le stéréotype doit servir les besoins et les intérêts de certains groupes. Dans l’étude des rapports entre une société d’accueil et ses minorités, ethniques et/ou religieuses, il traduit selon Walter Lippmann un réflexe de défense du groupe majoritaire qui craint de voir ses valeurs et ses croyances mises en danger par l’intrusion d’une culture étrangère. Dès lors, le stéréotype s’identifie à « la forteresse de notre tradition » et permet de se « sentir à l’abri »3. La caricature, l’un des véhicules les plus populaires des préjugés et des stéréotypes, est un terme d’origine italienne caricare (charger), généralement réservé à des représentations peintes ou dessinées, voire sculptées. Les caricatures constituent un moyen de ridiculiser et de tourner en dérision des institutions, des faits politiques, sociaux ou religieux, ainsi que certains groupes ou classes sociales. Ce faisant, des portraits robots ou « portraits charges » (exagération des traits, des caractéristiques physiques, de l’habillement ou des manières) naissent et créent peu à peu un lieu de compréhension partagé. En effet, il suffit d’évoquer un titre ou une légende pour que l’image correspondante vienne à la mémoire, et réciproquement la présentation de telles images va immédiatement appeler un sens.

Origine du mythe

  • 4  Norman Cohn, Warrant for Genocide. The Myth of the Jewish World-conspiracy and the Protocols of th (...)

3Les origines du mythe du « Juif et l’argent », relèvent à la fois du religieux et du statut des Juifs au Moyen Âge. En effet, l’Évangile selon Saint Matthieu retrace la trahison de Judaspour « trente pièces d’argent » qui précède l’arrestation de Jésus et sa crucifixion. Tenus pour responsable du comportement de Judas, les Juifs sont qualifiés de « Peuple déicide ». Au cours du XIIIe siècle, le terme « judas », devient synonyme de traître, de meurtrier, de fourbe, et de corrompu en collusion avec le Diable. Or, Juif et Judas, ayant la même racine latine judaeus, les Juifs, petit à petit, sont identifiés à « des agents de Satan, des adorateurs du Diable, des démons sous formes humaines4 ».

  • 5  Paysan attaché à la terre.
  • 6  En Angleterre, le port de la cote de maille et du haubert leur est interdit, tout comme le port de (...)
  • 7  Cecil Roth, Histoire du Peuple Juif, Paris, Éditions de la Terre Retrouvée, 2ème édition, 1957, p. (...)

4D’un point de vue organisationnel, la société féodale n’offrait aucun débouché au non-Chrétien. Le Juif ne pouvait prétendre ni au statut de « vilain »5, car sauf en de très rares exceptions, interdiction lui était faite de posséder de la terre, ni à celui de soldat de métier6. De même, n’étant pas Chrétien, rendre ou recevoir un hommage lui était interdit. Ainsi, exclu de la société rurale, il était confiné dans les villes et les bourgs, où il espérait trouver une activité économique. Or, quasiment toute l’organisation médiévale du commerce reposait sur les Guildes Marchandes qui, dominant l’achat et la vente, avaient pour raison d’être de protéger les habitants du pays contre la concurrence étrangère. Ces Guildes exigeaient de tout nouveau membre, à titre de pré-requis, le serment sur l’Évangile. En outre, véritable corps social, elles organisaient souvent des activités religieuses, des offices corporatifs et des processions. Ainsi, les Juifs ne pouvaient travailler qu’au service de ceux qui acceptaient de les employer ou pour leurs coreligionnaires. Néanmoins, d’après Cecil Roth, « il existait une fonction économique à laquelle la société médiévale n’était pas préparée », celle de financier, de banquier ou de prêteur d’argent, « nécessaire à toute époque où prévaut une économie monétaire »7. Au Moyen Âge anglais, les Plantagenêts et leurs successeurs vont imposer aux Juifs ce créneau, sans autre discussion, d’autant que, de part leur statut, ils sont la propriété personnelle du Roi.

  • 8  Joseph R. Strayer, ed., Dictionary of the Middle Ages, vol. 12, New York, Charles Scriber’s sons, (...)

5Dès la fin du XIIe siècle, des violences s’exercent à l’encontre des Juifs, collecteurs de fonds et prêteurs sur gages au service du Roi. En 1215, sur les soixante deux articles de la Magna Carta, deux – les 10 et 11 - sont consacrés aux activités de « prêteur d’argent » des Juifs, soulignant, si nécessaire, l’importance de leur rôle dans la société. Cette même année, le quatrième Concile de Latran assimile les taux d’intérêts pratiqués à de l’usure, c’est-à-dire au fait d’acquérir un profit « sans travail, sans frais, ou sans risque »8, en d’autres termes à un péché mortel pour tout Chrétien – son âme étant mise en danger par cette activité. Forts du soutien moral des plus hautes autorités religieuses, les débiteurs des Juifs, toutes classes sociales confondues, essayent de récupérer leurs créances par la violence, souvent encouragés par les Barons hostiles au pouvoir royal. Parallèlement, la haine à l’encontre des prêteurs s’accroît régulièrement, permettant à la Couronne de prendre des mesures de plus en plus restrictives à leur égard.

  • 9  En 1281, Guillaume de Chartres associe l’usure à la notion de « Peuple déicide ». En bref, si les (...)
  • 10  Danièle Frison, Le Juif dans la tradition anglaise : Moyen Âge et Renaissance, La Garenne-Colombes (...)

6Jusqu’au début du XIIIe siècle, les Juifs, « Peuple Témoin », devaient d’une certaine façon être protégés ou tout au moins conservés, jusqu’au Jour du Jugement Dernier pour établir la vérité du Christianisme. Petit à petit, l’accent est mis sur leur damnation irréversible9, et dès lors, conciles et bulles pontificales vont s’attacher à établir des règles qui les isolent – port d’un vêtement ou d’un signe distinctif, interdiction pour les Chrétiens de cohabiter ou de prendre des repas avec eux, de recourir aux services de médecins juifs, etc. – et qui traduisent l’infériorité de leur condition, liée à l’argent, instrument de corruption et agent satanique. Le quatrième Concile de Latran, confirmant l’interdiction absolue faite aux Chrétiens de pratiquer le prêt à usure, est dans ce contexte le principal vecteur de la démonisation de l’usurier juif. C’est une quinzaine d’années plus tard, comme le souligne Danièle Frison dans son ouvrage, Le Juif dans la tradition anglaise : Moyen Âge et Renaissance, que pour la première fois,« l’argent apparaît sur l’image dans une caricature […] qui représente un groupe de Juifs de Norwich et qui se trouve en tête d’un document financier officiel de 1233 »10.

De l’usure au pouvoir de l’argent

  • 11  Exchequer of Receipts, Jew’s Roll n° 87, Hilary Term, 17, Henry III. Public Record Office, Londres (...)

7Dans la Caricature de Juifs de Norwich (1233, Fig. 1)11, présentée ci-dessus, tous les éléments du « portait charge » du Juif, du plus grossier au plus subtil, se trouvent réunis.

À gauche (voir, Fig. 1, Détail 1), le Juif encapuchonné présente une balance visiblement truquée, qui deviendra le symbole de l’usurier, d’autant qu’elle fait allusion à sa malhonnêteté, au « rognage des pièces » (coin-clipping), une pratique courante à l’époque. Remarquons au passage, la dérision dans le tracé des doigts de sa main gauche : au lieu de dire la vérité – même geste de la main droite, pour les personnages sacrés des Psautiers – ce Juif maléfique symbolise en fait le mensonge. Au fur et à mesure que l’on se déplace vers le centre de l’image, la dérision s’accentue. Dans le couple, mari et femme, l’homme affublé d’un chapeau pointu est ridiculisé, et montré du doigt avec insistance par le Diable, reconnaissable à ses grandes cornes et aux flammes en arrière plan.

8L’ensemble est dominé par le portrait caricaturé d’Isaac de Norwich, ceint d’une couronne, surmontée d’une croix, emblème de la royauté (voir Fig. 1, Détail 2).

Fig. 1, détail 2

Fig. 1, détail 2

Le lien entre l’argent, Isaac de Norwich, serviteur du Roi, et le Diable est évident. De plus, la symbolique de l’image est elle-même caustique. Sa forme triangulaire évoque les tympans d’églises au sommet desquels Dieu ou le Christ en Majesté sont représentés. Ici, Isaac remplace le Roi des Cieux, acte blasphématoire entre tous. Cette Caricature de Juifs de Norwich (1233) met en exergue les symboles habituels et familiers dans une perspective complètement inversée.

  • 12  Caricature représentant Hake, Juif de Norwich, Document financier datant de 1289. Collection Cecil (...)

9Le commerce de l’argent reste l’apanage des Juifs jusqu’au milieu du XIIIe siècle. Néanmoins, malgré l’assimilation de l’usure à l’hérésie réitérée par différents papes et Conciles, des Chrétiens venus de Cahors et de Lombardie se mettent à les concurrencer. Ancêtres des banquiers, ils s’investissent dans des prêts à grande échelle, cantonnant peu à peu les Juifs à des transactions limitées, puis aux prêts sur gages. Dès lors, ces derniers n’offrent que peu d’intérêt pour la Couronne et, dispositions restrictives et impôts exceptionnels se succèdent. Le Statutum de Judaïsmo d’Édouard Ier (1275) complète ces mesures en interdisant aux Juifs la pratique du prêt à intérêt. Pour compenser toute perte financière, la Couronne impose aux Juifs un impôt de capitation. Fortement appauvris, devenus financièrement inutiles et indésirables aux yeux de l’Église et du peuple, ils sont expulsés en 1290. Deux ans plus tôt, la caricature12 (Fig. 2), datée de 1289, moins riche, révèle que le portrait type du Juif au nez crochu, regard fourbe et bonnet pointu (imposé par le troisième et quatrième Concile de Latran pour ridiculiser les Juifs) est entré dans les mœurs et s’est banalisé.

  • 13  Frank Felsenstein, Sharon Liberman Mintz, The Jew as Other: A Century of English Caricatures, 1730 (...)
  • 14 I’ve Got de Monish, 14 février 1792, Londres, Carington Bowles.

10Au cours des trois cent cinquante ans qui suivent l’Expulsion, les îles Britanniques sont officiellement « vides » de Juifs. Pourtant, l’Angleterre a la triste particularité de connaître un « antisémitisme sans Juifs » dont on retrouve la trace au théâtre avec Le Juif de Malte de Marlowe (1589) et le Marchand de Venise de Shakespeare (1596). Certes, il y aurait beaucoup à dire sur les personnages mis en scène, et en particulier sur Shylock. Retenons simplement que Shylock, nom propre, devient, dans le vocabulaire courant, un nom commun pour désigner un personnage machiavélique, avare, assoiffé de sang et d’argent, l’usurier juif par excellence. La Réadmission des Juifs en Angleterre (1656) qui s’effectue sous Cromwell est accompagnée de nombreux débats. Mais, ce n’est qu’au XVIIIe siècle, siècle de la caricature, que l’on assiste à une prolifération de portraits juifs, « de deux à trois cents » entre 1730 et 1830 sur « près de trente mille caricatures publiées »13. Parmi celles-ci, I’ve got de Monish14 (1780, Fig. 3) reprend l’image du Juif prédateur nocturne, uniquement intéressé par l’argent, arme du « Démon », Demon déformé en De Monish, c’est-à-dire démoniaque, tout en étant associé à Money, l’argent.

Les caractéristiques physiques « typiques » du Juif sont omniprésentes – nez crochu, barbe, lèvres proéminentes, sourire fourbe et expression cauteleuse. La perruque, le manteau et la canne témoignent pour leur part d’une aisance financière, et donc de la place dans la société des riches Sépharades courtiers en bourse.

  • 15  Légende : “When Noblemen have lost Race horse, and all their Rino spent/ Then little Isaac draws t (...)

11En 1805, Thomas Rowlandson reprend l’un de ses thèmes favoris, celui qui associe les grandes familles anglaises aux débiteurs habituels de riches prêteurs ou usuriers Juifs, les money lenders. Dans Raising the Wind (Fig. 4) 15, un jeune noble anglais qui a beaucoup perdu aux courses, souhaite hypothéquer les titres de propriétés de sa famille auprès de deux prêteurs Juifs.

Les cadres accrochés au mur, en arrière plan, représentent la chute du jeune homme et la victoire de l’usurier juif symbolisé de façon traditionnelle par la balance et le chapeau pointu. En fait, Rowlandson traduit au travers de ces représentations, la peur de voir les Juifs acquérir des domaines, et donc de la terre, grâce à l’endettement endémique de nombreux aristocrates y compris des membres de la famille royale (tel le prince de Galles). Dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, cette menace est d’autant plus préoccupante que la possession de la terre donne un statut social et politique.

  • 16  Thomas Rowlandson, 1er janvier 1801, Londres.
  • 17 11th Commandment; Get all you can—keep what you get—give away Nothing, William Heath, mai 1830, Lon (...)

12Dans un autre registre et dans un décor beaucoup plus minimaliste, A Jew Broker16 (Fig. 5) et 11th Commandment; Get all you Can17 (Fig. 6) présentent des prêteurs sur gages apparemment moins prospères : manteau effrangé, bas plissés, absence de perruques, chapeau avachi.

  • 18  Par exemple, celle de Frank Felsenstein et Sharon Liberman Mintz, ibid, p. 10.

Le sentiment de menace, de danger, dégagé par ces personnages provient peut-être du fait qu’ils donnent l’impression d’être pauvres, mais compte tenu du portrait charge des usuriers, le sont-ils vraiment ? Il en ressort une sensation de fourberie, renforcée par l’apparence physique du premier et par la légende qui accompagne le second où il est question de garder par de vers soi, tout ce sur quoi on peut mettre la main. Notons que le prêteur sur gages (Fig. 5), se trouve à Duke’s Place, au centre du quartier juif de Londres, où s’élevait la Great Synagogue. Certaines interprétations iconographiques estiment que le couteau de Shylock et sa balance (pour peser la livre de chair d’Antonio) ont été remplacés par une canne et une paire de lunettes, mais [que] l’association reste implicite18. Dans la représentation du « Juif et l’argent », les trois caricatures suivantes (Fig. 7, Fig. 8, Fig. 9) illustrent le passage, de l’usurier au banquier. Désormais, le Juif efflanqué, souvent courbé, disparaît au bénéfice de personnages ronds, au ventre plein, signe extérieur de leur richesse.

  • 19  Le fondateur de la dynastie Rothschild en Angleterre (1777-1836) s’installe à Manchester en 1797, (...)

13Le portrait de Nathan Mayer Rothschild19 (non daté, Fig. 7), est de ce point de vue une caricature charnière : des éléments évoquent le colporteur – les deux chapeaux et le sac sur le dos – tandis que d’autres annoncent l’image du banquier obèse qui sait « conclure une affaire à son profit », même à l’étranger, ici en tirant avantage des dettes des Français (Napoléon). Le bond, caractéristique de l’usurier a disparu au profit des cours de la bourse, symbole du passage à la finance internationale. Dernier point, son profil n’est pas typé, probablement en raison de l’intégration des Rothschild dans les hautes sphères de la société anglaise et de l’air du temps, favorable à l’émancipation des nationaux non-Anglicans, y compris les Juifs. D’où un portrait de Juif qui certes, profite de l’évolution économique de la Grande-Bretagne, mais sans être diabolisé.

  • 20 How Much Longer?, The Blackshirt, n° 152, 21 mars 1936.

14Finance internationale et capitalisme se retrouvent de façon non équivoque dans How Much Longer ? (1936, Fig. 8) 20, publiée par l’organe de presse de la British Union of Fascists (BUF). Le malheureux ouvrier anglais porte sur son dos l’énorme fardeau du Roi de la livre, le banquier juif qui continue de s’engraisser à ses dépens, et malgré la Dépression. D’un point de vue iconographique, on notera : le nez, le regard, l’obésité du Juif, son sceptre en forme de serpent pour représenter la livre, allusion au Protocole des Sages de Sion et les décorations en forme de cornes sataniques médiévales qui constituent sa couronne. Désormais, il redevient leresponsable du malheur des autres, d’une modernité qui a mal tourné.

  • 21 The Master, The Blackshirt, n° 175, 20 septembre 1936.
  • 22  Sous le titre The Jewish Peril.

15Ce thème est complété dans The Master (Fig. 9) 21, où le Roi « juif » (typologie traditionnelle) est présenté sous sa véritable identité, celle d’un sauvage qui ne croît qu’en l’argent (sceptre). Au mépris de la démocratie et des droits individuels, il a acquis sa fortune par des moyens malhonnêtes (Loot, pillage ; Swag, butin), a enchaîné les politiques, des esclaves à son service qui le protègent de toutes les « intempéries » (ombrelle, parapluie), c’est-à-dire de toutes les attaques qui pourraient le mettre en danger. Quant à la presse quelle que soit son orientation, elle prête allégeance au Roi de façon, pour le moins, obséquieuse. À l’arrière-plan, le Juif colonisateur se réjouit de la scène, d’avoir atteint son but, celui de dominer toute la Nation. Ainsi la vraie nature du banquier juif se révèle : il est un facteur de corruption et de déstabilisation des Nations qui l’ont accueilli, son objectif caché étant de dominer le monde. On reconnaît là le thème du complot international décrit dans les Protocoles des Sages de Sion, que le Times introduit en Angleterre en 192022. Insidieusement, l’hypocrisie, la méchanceté et le manque de reconnaissance des Juifs sont évoqués.

  • 23 The Blackshirt, n° 150, 6 mars 1936.

16Dans une bande dessinée de The Blackshirt (Fig. 10) 23, le capitalisme du « gros » écrase le « petit » : un « petit » épicier anglais (George Small), heureux de vivre, est mené à la ruine par la concurrence déloyale et sauvage de deux Juifs étrangers, qui ne sont identifiables que par leurs noms, Kein et Kutz.

L’impression dégagée par ce document est celle d’une menace invisible, qui prend par surprise les innocents et finit par les éliminer. Les thèmes suivants sont sous-jacents : l’adhésion des Juifs au libéralisme économique (ils cassent les prix), leur cohésion pour se débarrasser des nationaux (ils s’associent pour être plus forts), et enfin la condamnation de la démocratie qui favorise l’injustice en autorisant la déchéance d’honnêtes travailleurs anglais.

17La dernière représentation, This is the Britain of the Old Parties est tirée du National Socialist, n° 7 (Fig. 11).

Quoique non datée, elle a probablement été publiée dans les années 1960. Au cours de la décennie suivante, sous le titre de Moneylanders über alles, elle figure régulièrement, dans sa totalité ou en partie, dans les publications du Front National,(telles que Spearhead). La pieuvre, utilisée pour la première fois en couverture des Protocoles des Sages de Sion, symbolise le complot juif international à l’encontre de toutes les Nations chrétiennes et leur domination (par le biais de tentacules) dans tous les domaines de la vie nationale : la finance, le commerce, l’industrie, etc.

18La représentation d’un Juif aux traits typiques en dompteur, armé d’un fouet, se terminant en forme de livre sterling, et qui porte un sac plein de pièces d’or, peut paraître archaïque dans la mesure où ses vêtements datent. En fait, cette caricature est la réplique de celle qu’Arnold White, antisémite notoire, avait publiée en 1919. L’argent des Juifs a corrompu la politique britannique au point de leur permettre de la dompter et de la dominer : ses responsables politiques sont à sa botte et lui lèchent les pieds. On reconnaît d’ailleurs à l’arrière plan, Lloyd George, le leader des libéraux.

19Ainsi du Moyen Âge au XXe siècle, la caricature du « Juif et l’argent » a subi une mutation iconographique qui correspond à la transformation de l’usurier en banquier, puis en grand financier international. Chacune de ces étapes s’inscrit dans une époque historique donnée, mais une certaine symbolique leur est commune, visant à illustrer l’altérité juive. Certes, au cours des siècles, le regard de l’Autre sur les Juifs a changé. Ainsi, le mythe du « Juif errant » a disparu tandis que celui du « meurtre rituel » n’est utilisé aujourd’hui que dans certains pays. De notre triptyque de départ seul le mythe du « Juif et l’argent », et sa représentation outrancière, ont survécu jusqu’à nos jours. Cette survivance traduit une constance et une pérennité des préjugés antisémites : aux yeux de certains, le Juif reste un facteur de corruption et de déstabilisation, animé d’une volonté de domination du monde par la manipulation financière. Ce mythe pour le moins pernicieux est toujours d’actualité, car si sa caricature a quasiment disparu des journaux nationaux dans les démocraties occidentales, elle est toujours utilisée dans les publications d’extrême droite. De même, elle est omniprésente sur les « sites de la haine » (hate sites) du web qui dépassaient les 3 000 visiteurs à la fin des années 1990, ce qui lui assure encore de beaux jours.

Haut de page

Notes

1  Dictionnaire de la langue française, Paris, Larousse, 1968, p. 1216.

2  Anthony S. R. Anstead, Miles Hewstone, eds., The Blackwell Encyclopaedia of Social Psychology, Oxford, Blackwell, 1995, p. 630.

3  Walter Lippmann, Public Opinion, New York, Macmillan, 1965, p. 96.

4  Norman Cohn, Warrant for Genocide. The Myth of the Jewish World-conspiracy and the Protocols of the Elders of Zion, New York, Harper and Row, 1966, p. 41.

5  Paysan attaché à la terre.

6  En Angleterre, le port de la cote de maille et du haubert leur est interdit, tout comme le port des armes. Ces interdictions seront réitérées et formalisées en 1181.

7  Cecil Roth, Histoire du Peuple Juif, Paris, Éditions de la Terre Retrouvée, 2ème édition, 1957, p. 235-236.

8  Joseph R. Strayer, ed., Dictionary of the Middle Ages, vol. 12, New York, Charles Scriber’s sons, 1989, p. 335.

9  En 1281, Guillaume de Chartres associe l’usure à la notion de « Peuple déicide ». En bref, si les Juifs sont damnés, pratiquer l’usure ne changera rien à leur sort.

10  Danièle Frison, Le Juif dans la tradition anglaise : Moyen Âge et Renaissance, La Garenne-Colombes, Éditions de l’Espace Européen, 1991, p. 142.

11  Exchequer of Receipts, Jew’s Roll n° 87, Hilary Term, 17, Henry III. Public Record Office, Londres. Ce document est consultable dans l’ouvrage de Danièle Fison (Figure 13), op.cit.

12  Caricature représentant Hake, Juif de Norwich, Document financier datant de 1289. Collection Cecil Roth, ms 270, Tel-Aviv.

13  Frank Felsenstein, Sharon Liberman Mintz, The Jew as Other: A Century of English Caricatures, 1730-1830, exposition, New York, Library of the Jewish Theological Seminary of America, 6 avril-31 juillet 1995, p. 7.

14 I’ve Got de Monish, 14 février 1792, Londres, Carington Bowles.

15  Légende : “When Noblemen have lost Race horse, and all their Rino spent/ Then little Isaac draws the Bond, and lends Cent for Cent”. À l’époque, Rino était un mot argotique utilisé par les aristocrates signifiant, l’argent frappé par le Roi. Raising the Wind, Thomas Rowlandson, 30 octobre 1805, Londres.

16  Thomas Rowlandson, 1er janvier 1801, Londres.

17 11th Commandment; Get all you can—keep what you get—give away Nothing, William Heath, mai 1830, Londres.

18  Par exemple, celle de Frank Felsenstein et Sharon Liberman Mintz, ibid, p. 10.

19  Le fondateur de la dynastie Rothschild en Angleterre (1777-1836) s’installe à Manchester en 1797, puis à Londres en 1803, date à laquelle il abandonne l’industrie textile pour se consacrer à la bourse.

20 How Much Longer?, The Blackshirt, n° 152, 21 mars 1936.

21 The Master, The Blackshirt, n° 175, 20 septembre 1936.

22  Sous le titre The Jewish Peril.

23 The Blackshirt, n° 150, 6 mars 1936.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig.1, détail 1
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 1, détail 2
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 2
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 3
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3120/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig.4
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3120/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 5
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3120/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 6
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3120/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 7
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3120/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 8
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3120/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 9
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3120/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 10
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3120/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 11
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/3120/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucienne Germain, « De l’usure au pouvoir de l’argent : les métamorphoses d’un mythe antijuif à travers la caricature en Angleterre »Revue LISA/LISA e-journal, Vol. I - n°1 | 2003, 75-84.

Référence électronique

Lucienne Germain, « De l’usure au pouvoir de l’argent : les métamorphoses d’un mythe antijuif à travers la caricature en Angleterre »Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. I - n°1 | 2003, mis en ligne le 19 novembre 2009, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lisa/3120 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.3120

Haut de page

Auteur

Lucienne Germain

Professor (Paris VII, France)
Lucienne Germain est Professeur à l’Institut d’Anglais des Pays Anglophones-Charles V de l’Université Paris 7-Denis Diderot. Elle a publié de nombreux articles et chapitres de livres sur l’Anglo-judaïsme. Elle est l’auteur d’un ouvrage : Réflexes identitaires et intégration : Les Juifs en Grande-Bretagne de 1830 à 1914, Honoré Champion, 2000.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search