Navigation – Plan du site
Varia

La menace sans visage : Images de l’ennemi dans la presse britannique à la suite des attentats du 11 septembre 2001

The Making of the Enemy in the British Press in the Aftermath of 9/11
Pascale Villate-Compton
p. 163-178

Résumé

When President Bush, along with most of the English speaking media, talked about “war” in the aftermath of the World Trade Center attacks on 9/11/2001, he opened up the way for an array of representations of a multi-faceted enemy, which soon became a focus for fear. Any conflict carries with it the temptation to simplify. Despite repeated warnings against equating terrorists with the Muslim population, some sections of the British press have tended to generalise and to foster irrational fears. The cartoons and photographs of the daily British press in the three months after the attacks show that, often, beyond the precise identification of a culprit, the Other (the foreigner marked by a difference, the Muslim and his religious and cultural practices) ends up representing the enemy. Similarly, any extremist, from Osama Bin Laden to the imam of Finsbury Park mosque in London, becomes the spokesman for the entire Muslim community, a community that is silent and yet suspect.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

21st century, XXIe siècle

Index thématique et géographique :

culture, Grande-Bretagne, Great Britain, histoire, history, media, médias, société, society
Haut de page

Texte intégral

  • 1  On notera l’ironie : Darth Vader représente l’emblème du mal dans le premier film de la trilogie d (...)
  • 2  The Guardian, 13 septembre 2001.
  • 3  Bush a repris cette rhétorique au cours de son discours devant le Congrès du 29 janvier 2002 en év (...)

1Deux jours après les attentats du 11 septembre 2001, le dessinateur du Guardian, Steve Bell, publiait un diptyque de G. W. Bush, transformé en Darth Vader1 et annonçant : “This means war [] with abroad2. Ce dessin traduisait parfaitement le schéma déjà élaboré par le président à propos d’un pays en guerre contre l’Autre, peu importe lequel. L’effondrement du bloc soviétique avait privé les États-Unis d’un adversaire de poids, d’un ennemi à la fois dangereux et utile. Les attaques du 11 septembre 2001 ont permis de combler définitivement ce vide et donné l’occasion à G. W. Bush de se réapproprier un discours déjà bien rôdé avec Ronald Reagan et son empire du mal de l’époque, l’URSS. En réaction à l’atrocité, le président américain a parlé de “monumental struggle of Good versus Evil” ; il évoquait la notion de « croisade » ressuscitant ainsi, volontairement ou pas, les combats des chrétiens contre les musulmans datant de l’époque moyenâgeuse. Les bases du discours repris ensuite par les médias, et qui allaient dominer une grande partie de ce que l’on pouvait et entendre au cours des mois suivants, ont donc été posées d’emblée par Bush : la notion morale et manichéenne de lutte du Bien contre le Mal avec d’un côté les États-Unis, symboles du Bien, garants de la justice et de la démocratie, et de l’autre, “They“, source du Mal, associé, comme nous y invitait l’emploi du terme croisade, à une menace moyen-orientale, celle de l’Islam3. Les menaces extérieures, supposées ou réelles, cristallisent l’identité collective et encouragent les citoyens à se distinguer de l’ennemi. Les attaques du 11 septembre 2001, considérées par les États-Unis comme la première guerre du XXIe siècle, ont ravivé l’idée reçue d’un Islam fondamentalement différent, non seulement étranger mais imperméable à « nos valeurs », qui veut s’imposer par la conquête guerrière et le terrorisme. Le refus de définir l’ennemi au-delà de ces simples traits réducteurs légitime toute action politique visant à se débarrasser d’un opposant à qui toute humanité est niée.

  • 4  Voir par exemple : « Racial Abuse Grows Tenfold in Britain », The Independent on Sunday, 16 septem (...)
  • 5  Elizabeth Poole, Reporting Islam, Londres, I.B. Tauris, 2002, p. 19.

2Le danger que la perception d’un Islam violent, dangereux et monolithique rejaillisse sur les populations arabo-musulmanes des États-Unis et d’Europe a incité Tony Blair à mettre en garde contre tout amalgame entre terrorisme et Islam, afin d’éviter dérapages et chasses aux sorcières. La Grande-Bretagne, comme les États-Unis et d’autres pays européens, a connu une vague d’offensives physiques et verbales dirigées contre des musulmans4. La Grande-Bretagne est le troisième pays européen après la France et l’Allemagne par sa population musulmane estimée à environ 1,5 millions de personnes5. Cette immigration trouve ses origines dans le colonialisme et dans le besoin d’une main d’œuvre peu qualifiée et bon marché après la Deuxième Guerre mondiale. Face à l’importance de cette population, Tony Blair se devait de tenter de maintenir la cohésion du tissu communautaire.

  • 6  Quelques titres du 12 septembre 2001 : « Declaration of War », The Daily Express ; « War on the Wo (...)

3Les événements ne peuvent se dissocier de la façon dont ils sont à la fois relayés et construits par les médias. D’aucuns vont jusqu’à affirmer qu’ils n’ont d’existence que par leur présence dans les organes d’information. La presse nationale britannique a apporté sa propre contribution à la constitution d’une réalité post-11 septembre perçue en termes de terrorisme et de guerre. À la une des journaux du 12 septembre 2001, s’affiche le mot “war”, accompagné de “terror”, “doomsday,apocalypse6 . Parallèlement à cette vision apocalyptique de guerre totale, s’est posée la question de la responsabilité. Une guerre, certes, mais contre qui ? On se trouvait face à un nouveau type de conflit : pour la première fois des groupes aux contours flous déclaraient la guerre à l’état le plus puissant de la planète. Les États-Unis, et dans la foulée, le monde occidental, ne se trouvaient plus confrontés à un interlocuteur habituel, un état, mais à un véritable tissu mondial de violence, le terrorisme. La nouvelle menace était invisible, non localisable, dispersée et d’autant plus inquiétante ; l’ennemi avait frappé dans l’ombre et s’était enfui dans l’ombre. Face à ce péril insaisissable mais immédiatement associé à l’Islam radical, la presse britannique a tenté, dans ses représentations iconographiques, de le rendre tangible, de lui octroyer un, voire des visages.

  • 7  À savoir : The Guardian, The Independent, The Times, The Daily Telegraph, The Daily Mail, The Dail (...)
  • 8  7 octobre 2001 : début des bombardements américano-britanniques en Afghanistan ; 13 novembre 2001  (...)
  • 9  171 dessins ont été retenus. Ils se décomposent de la façon suivante : The Guardian : 39, The Dail (...)
  • 10  The Runnymede Trust, Islamophobia, A challenge for us all, Londres, The Runnymede Trust, 1997, p. (...)
  • 11   Stuart Hall, Representation, Londres, Sage, 1997, p. 258.

4La présente étude s’appuie sur l’analyse d’un corpus constitué des principaux quotidiens nationaux7 dans les mois qui ont directement suivi les attentats, entre le 12 septembre et le 31 décembre 2001, mois qui ont vu le déclenchement de l’attaque sur l’Afghanistan et la capitulation des Talibans8. Dans un premier temps, nous avons abordé l’ennemi tel qu’il est synthétisé dans les dessins de presse parus dans les pages de commentaires et d’éditoriaux9. Le dessin de presse, point de vue d’un dessinateur, simplifie, utilise des personnages types et est instantanément décrypté par le lecteur. Lorsqu’il prend pour cible une communauté, il permet d’installer une distance immédiate entre « nous » et « eux » car le rire fédère le public, le soude, renforce l’appartenance à une collectivité qui se moque de l’Autre. Sous le couvert de l’humour, le dessin de presse participe à la diffusion et au renforcement des stéréotypes. À leur propos, le rapport Islamophobia, A challenge for us all notait en 1997 : “Such images reflect and embody stereotypes in everyday conversation and culture and give the stereotypes greater currency and credibility, such that they become part of commonsense, something to take completely for granted. They are arguably all the more insidious for being funny, not to be taken too seriously. Many an honest and offensiveword is spoken in jest10. De plus, selon Stuart Hall, le stéréotype participe au maintien de l’ordre social symbolique et établit une frontière entre le « normal » et le « déviant ». Il renforce les liens du groupe tout en assurant sa conservation11. Ensuite, au-delà des dessins de presse, l’analyse aborde l’image de l’ennemi dans les photos des journaux populaires pendant la même période, photos censées, contrairement aux dessins, représenter une réalité objective. 

L’ennemi dans les dessins de presse

  • 12  « The Need for Dissent », The Guardian, 18 septembre 2001.
  • 13 The Daily Express, 18 septembre 2001.
  • 14 The Daily Telegraph, 26 octobre 2001.
  • 15 The Guardian, 21 septembre 2001.
  • 16 The Daily Telegraph, 11 octobre 2001.
  • 17 The Daily Telegraph, 22 octobre 2001.

5Dans les dessins, comme pour G. W. Bush, l’ennemi public n° 1, “Wanted dead or alive”, c’est d’abord Oussama Ben Laden : “If Bin Laden didn’t exist, it would be necessary to invent him [….]. Now he has become the personification of evil required to launch a crusade for good: the face behind the faceless terror” 12, nous dit le Guardian. L’ennemi a un visage, Ben Laden devient figure du Mal. Dans cette guerre asymétrique où l’on voit se déployer la force d’un empire contre un seul homme – Ben Laden entre dans la signalétique de guerre avec le portrait du chef et en tant que tel – occupe le devant de la scène. Son turban et sa barbe proclament son authenticité islamique, il devient le représentant de l’Islam. Il est le personnage le plus représenté dans les dessins de presse (il apparaît dans 45 d’entre eux) mais sa représentation revêt de multiples facettes. De cible monstrueuse13, à l’homme recherché du Far West, mort ou vif, il réussit à échapper à ses assaillants pour finir par regarder le lecteur de son sourire énigmatique à travers un lambeau d’affiche, témoin du passage du temps14. La plupart des dessins reprennent ce fameux sourire d’un Ben Laden calme, sûr de lui, christique. Il est l’ennemi présent parmi nous, comme dans le dessin de Steve Bell15 où, tel un caméléon, il se fond dans une foule aveugle, aux couleurs de la bannière étoilée et sur le pied de guerre, trop occupée à crier sa rage pour s’apercevoir qu’elle abrite l’ennemi tant recherché en son sein. Ben Laden est aussi représenté comme la figure emblématique qui peut rassembler les musulmans du monde entier et les piéger dans ses filets. Dans le Daily Telegraph, on le voit en araignée tissant sa toile au dessus du slogan “Muslims of the world unite” 16 ou encore à califourchon sur une fusée nommée “Fundamentalism” 17.

  • 18 The Guardian, 16 novembre 2001.
  • 19 The Times, 29 octobre 2001.
  • 20 The Times, 29 septembre 2001.

6Le côté manipulateur du riche Arabe à l’ego surdimensionné apparaît dans plusieurs dessins, notamment dans le Guardian où on le voit le micro à la main, dans les situations les plus incongrues, comme par exemple au milieu du désert à dos d’âne derrière un Taliban18, ou bien en technicien qui contrôle un écran géant de son visage filmé par les chaînes de télévision de l’Occident19. Les représentations les plus terrifiantes viennent sans doute du Times où la barbe et le turban de Ben Laden, les signes qui identifient son appartenance à l’Islam se transforment en un immense champignon nucléaire accompagné de la légende “One man’s dream. The world’s nightmare20. Dans un autre dessin, du même jour, le Times affiche une terreur exacerbée. Dans le dessin “Nature notes, Devil’s Boletus (Osama binladena)”, poussent des champignons fantastiques et effroyables qui, sous leur tête/turban révèlent le visage sanguinaire d’un Ben Laden aux dents longues, resserrées sur un poignard, multiplié à l’infini : “The spore proliferates wildly”, nous dit la légende.

  • 21 The Independent, 19 décembre 2001.

7La presse de qualité met plutôt en avant le côté terrifiant, énigmatique, manipulateur du personnage, l’élève à un statut mythique et ne trouve guère le temps de s’en moquer à quelques exceptions près, comme dans le dessin de l’Independent 21 où on le voit essayant de s’échapper déguisé en autruche avec un balai en guise de queue et un préservatif au bout du nez. Ici, le personnage n’a plus l’ampleur de la figure culte mais est désacralisé, ridiculisé.

  • 22 The Daily Express, 21 septembre 2001.
  • 23 The Daily Express, 27 novembre 2001.
  • 24  The Daily Mail, 13 septembre 2001.

8Quant à la presse populaire, le personnage de Ben Laden a surtout intéressé le Daily Express et le Sun. Dans le Daily Express, il est montré souvent de dos, tapi dans l’ombre, contrôlant tout et d’autant plus menaçant. Il est l’hôte indésirable dont les Talibans n’arrivent pas à se débarrasser22 et, comble de l’horreur, il arrive à se cloner lui-même et à se reproduire à l’infini23. Pour le Daily Mail, dans un dessin empreint d’un sentiment d’impuissance, devant New York masqué par la fumée des attentats, Ben Laden a gagné, pris la place de la Statue de la Liberté, le Coran et une bombe à la main24.

  • 25 The Sun, 9 octobre 2001.
  • 26 The Sun, 13 octobre 2001. Jo Moore, conseillère de Steven Byers, a tenté de profiter de l‘émoi caus (...)
  • 27 The Sun, 5 novembre 2001.
  • 28 The Daily Express, 19 novembre 2001.
  • 29  Dans cette période immédiatement post 11 septembre 2001, un autre personnage fait quelques apparit (...)
  • 30 The Times, 26 octobre 2001.

9Cependant et parallèlement, les journaux populaires s’approprient Ben Laden, le rendent plus familier et donc gomment son côté démoniaque en l’associant au quotidien des Britanniques : il fait des commentaires sur les Liberal Democrats, sur le leader du parti conservateur, Iain Duncan-Smith, pleure sur la baisse de ses actions RailTrack25, commente le scandale qui a touché le ministre des transports Steven Byers et son assistante, Jo Moore, en déclarant qu’il n’aimerait pas être à leur place26, part assister à la première du film de Harry Potter27, laisse un message “no more milk please” devant la grotte dont il s’est enfui28. Loin d’en faire un ennemi effroyable, un certain nombre de dessins de la presse populaire le font participer à l’actualité quotidienne britannique, le démystifient et le discréditent. Il perd sa dimension sérieuse et menaçante pour devenir un personnage comique et donc rassurer le lecteur qui ne peut que se sentir en terrain connu et ressentir un sentiment d’autosatisfaction face à ce personnage de vaudeville facile à maîtriser29. Comique ou effroyable, il n’en demeure pas moins l’ennemi. Le Times s’interroge sur la question essentielle de ce concept d’ennemi à géométrie variable. Dans le dessin faisant apparaître un triptyque de Yasser Arafat, Gerry Adams et de Ben Laden, les étiquettes “Bad” ont été rayées et remplacées par “Good” pour les deux premiers. Le troisième volet, par contre, montre un Ben Laden souriant sous son étiquette “Bad” non modifiée et déclarant : “Give it time…” 30. Le Times attire ainsi notre attention sur le fait que la construction de l’ennemi se fait aussi vite que celle de l’allié et vice versa. Nos ennemis d’hier se transforment en nos amis d’aujourd’hui, selon nos besoins, nous rappelle le quotidien.

  • 31 The Times, 22 septembre 2001.
  • 32 The Daily Telegraph, 18 septembre 2001.
  • 33 The Times, 31 décembre 2001.
  • 34 The Guardian, 22 novembre 2001.
  • 35 The Times, 19 septembre 2001.

10Si l’on suit un ordre allant du particulier au général dans la représentation de l’ennemi, les Talibans et les islamistes ont fait l’objet de dessins qui les associent souvent à des symboles d’extrémisme et de terreur dans la presse de qualité:  portant le turban, la barbe et le sabre à la main31, en génie terrifiant32, en monstres incontrôlables33, en tête de mort34, ils peuvent cacher Ben Laden dans leur immense turban et feindre l’innocence35.

  • 36 The Daily Express, 20 septembre 2001.
  • 37 The Daily Mail, 15 novembre 2001.
  • 38  The Daily Mail, 19 novembre 2001. Dans le premier volet de la série de livres Harry Potter, le hér (...)
  • 39 The Daily Mail, 9 octobre 2001.
  • 40 The Times, 17 septembre 2001.
  • 41  Quelques journaux grand format ont associé Taliban et Alliance du Nord, jugés aussi dangereux et s (...)

11Les journaux populaires, quant à eux, utilisent à nouveau le même procédé de dérision que pour Ben Laden, visant surtout à démontrer leur stupidité. Par exemple, un dessin du Daily Express les montre devant une carte de l’Afghanistan indiquant par un énorme signe “Bin Laden is not here36 ou le Daily Mail, dans le désert, en train d’interroger la fumée d’un feu de camp “How should we prepare ourselves, oh wise one? What plans do you think theAmericans have forourcountry?37. Ou alors, on les montre sur des balais, furieux que ceux-ci ne volent pas, un exemplaire de Harry Potter par terre38, ou inquiets eux aussi de la chute de leurs actions RailTrack39. Cet ennemi-là est arriéré, crédule, peureux et pitoyable. On en rit et on le méprise comme dans le dessin du Times où l’on voit un Taliban qui entre dans une enceinte militaire de l’Ouest avec une bombe A. La légende indique “The goat herds strike back. Backyard Starwars” (le “Star” de “Starwars” étant barré)40. L’ennemi, loin d’être un empire (le lecteur aura reconnu l’allusion au deuxième volet de « La Guerre des étoiles »), rassemble à peine quelques malheureux troupeaux de chèvres et ne peut inspirer que de la condescendance41.

  • 42  The Daily Mail, 20 septembre 2001.
  • 43 The Times, 12 octobre 2001.
  • 44 The Daily Express, 31 octobre 2001.

12Après les Talibans, tour à tour diabolisés et ridiculisés, certains journaux manifestent une inquiétude plus marquée vis-à-vis de la catégorie des musulmans vivant sur le sol britannique. Le Daily Mail va le plus loin dans une représentation ouvertement xénophobe et raciste de ce qu’il considère comme l’enclave ennemie dans le pays, une cinquième colonne de traîtres et de profiteurs. Il montre une manifestation à Londres dont on ne distingue qu’un seul personnage, se détachant dans la nuit, face à Big Ben (sans doute un autre symbole menacé), barbu, enturbanné, poing serré, vociférant sa haine et agitant une pancarte “Death to America and Britain42. La légende le qualifie de « PARASITE » et ajoute une définition de ce mot : “(Chambers English Dictionary): A creature which obtains food and physical protection from a host which never benefits from its presence. La Grande-Bretagne, qui pourtant n’a pas été touchée par les attentats, s’estime solidaire des États-Unis et en danger. D’autres journaux font état également d’une représentation de l’ennemi dans nos murs, qui profite du système. Le Times affiche la tête d’un musulman intégriste hébergé par la Grande-Bretagne à plusieurs étapes de sa vie et qui bénéficie de la lenteur du système judiciaire britannique43. Le Daily Express donne libre cours à cette phobie de “the enemy within” avec le dessin d’une ménagère anglaise stupéfaite de découvrir sa voisine revêtue d’une burka qui lui annonce qu’elle va suivre son mari parti se battre pour les Talibans44. Le message est clair : votre voisin est peut-être lui aussi un traître musulman, on découvre le danger là où on l’attend le moins.

13Mais, si l’adversaire, qu’il s’agisse de Ben Laden, des Talibans ou des Musulmans, est étranger, doublement étranger par la distance géographique et culturelle, certaines sections de la presse conservatrice, en parfait accord avec le discours de G. W. Bush “you are either with us or against us”, assimilent comme tel tout opposant à la guerre.

  • 45 The Sun, 21 septembre 2001.
  • 46 The Daily Telegraph, 22 septembre 2001.
  • 47  The Daily Telegraph, 26 septembre 2001.
  • 48  On peut remarquer que le Guardian et l’Indenpendent  sont les seuls journaux à avoir pris pour cib (...)

14Le Sun45 montre une manifestation d’Anglais illettrés brandissant poings et pancartes en soutien au terrorisme. On notera l’orthographe du panneau “legel ade for terrorists”. De façon un peu plus subtile, le Daily Telegraph transmet le même message en faisant apparaître un personnage narcissique occupé à contempler son visage dans le reflet d’une flaque de sang d’un homme mort à ses côtés, près d’une pancarte “Terrorists are people too46 ou dans ce même journal, Ben Laden dans un avion de tourisme qui sème des nuages : “Give peace a chance, say no to US bullies, end American genocide” et en légende “Loss of nerve gas attack47. Ainsi, on associe toute protestation contre la guerre à une manipulation de l’Islam radical, lui niant de la sorte rationalité ou bien-fondé. À l’Autre, facilement identifiable par ses attributs physiques et culturels, s’ajoute toute personne au sein de la société qui ose exprimer une différence d’opinion et mettre en danger la cohésion du groupe48. Mais si les dessins de presse ont donné forme à cet ennemi insaisissable en le diabolisant ou en le tournant en dérision, le choix des photos, opéré par la presse populaire, censées refléter une réalité objective et non un point de vue, nous présente l’image d’un ennemi vociférant, dangereux, haineux.

L’ennemi dans les photos de presse

  • 49 The Daily Express, 12 septembre 2001.
  • 50 The Daily Mail, 12 et 13 septembre 2001.

15Un processus de déshumanisation, de totalisation a réduit l’ennemi musulman à l’expression de sa haine supposée envers l’Occident. En généralisant la différence et dans ce cas, le soutien à Ben Laden, ce sont tous les membres de la communauté musulmane dans le monde et en Grande-Bretagne qui sont tombés sous le coup de l’accusation. Les journaux ont accordé une large place à des photos de Palestiniens fêtant les attaques dans les rues. Le Daily Express leur consacre deux pages de photos et de reportages sous les titres : “Arabs rejoice amidst revulsion worlwide”, “Civilisation stands united in condemnation but Moslems celebrate in streets at US’s grief49. Déclaration on ne peut plus explicite sur la civilisation occidentale unie contre la barbarie musulmane. Le Daily Mail montre aussi des photos de manifestants palestiniens proclamant leur joie devant les attentats et titre “Dancing with joy, the warrior race of fanatics born and bred to detest us in the West50. L’Autre prend ici une nouvelle dimension. Au-delà d’une figure inquiétante et menaçante, il a pour raison d’être de « nous détruire ». D’un point de vue politique, l’utilité de ce genre de message paraît évidente. Le lecteur est rassuré sur le bien-fondé de toute action militaire visant de telles foules.

  • 51 « Faces of Fury »,The Daily Mail, 18 septembre 2001 ; « Flames of Hate »,The Daily Mail, 20 septemb (...)
  • 52  Edward Saïd, Covering Islam, Londres, Vintage (1981), 1997, p. 48.
  • 53  À propos de ce genre de manifestation, Bernard Lewis, précurseur de Samuel Huntington et de l’idée (...)
  • 54  À ce sujet le Muslim Council of Great Britain notait : ”There are over 800 mosques in the UK and o (...)

16À ces manifestations de Palestiniens, s’ajoutent celles au Pakistan où l’on nous montre des visages haineux, enragés, accompagnés des mots “hatred”, “fury” qui reviennent comme une litanie lancinante51. Ils rappellent les foules de la révolution iranienne en marche contre les États-Unis en 1979. La distance, la qualité menaçante du spectacle réduisent l’Islam à ces foules déchaînées et hostiles qui le caractérisent52/53. Le message est récurrent : « la haine que nous vouent ces étrangers gangrène aussi notre pays ». Ils s’y sont infiltrés, vivent dans nos villes, profitent de notre système et de la liberté d’expression pour prêcher l’affrontement. Alors que la majorité des chefs religieux musulmans en Grande-Bretagne a condamné officiellement les attentats, une place disproportionnée est accordée à un ou deux dissidents qui les approuvent et à la poignée de jeunes britanniques musulmans partie rejoindre les Talibans54.

  • 55  The Daily Mail, 14 septembre 2001.
  • 56 The Daily Mail, 19 septembre 2001.
  • 57  Les mots de haine reviennent pour cet “enemy within. Le Daily Express du 3 octobre 2001 titre sur (...)
  • 58 The Daily Mail, 17 septembre 2001, “He was born and raised in Islington London, the heart of Tony B (...)

17Des pages entières du Daily Mail sont consacrées au Cheik Abu Hamza, imam de la mosquée de Finsbury Park, qui, avec son crochet à la place d’une main et son œil amoché offre une parfaite incarnation du Mal, qualifié de “Gloating ghoul” par lejournal55. Le Mal se trouve au cœur même de Londres : “In the heart of London, demands for a holy war” nous annonce le titre accompagnant la photo d’une femme voilée qui tient une pancarte proclamant l’innocence de Ben Laden56. Cet ennemi ne se contente pas de hurler et de crier sa haine, il nourrit la trahison au sein même du pays57. Les musulmans sont avant tout musulmans, leur religion prime sur leur nationalité, leur loyauté est contestée. Le Daily Mail choisit un témoignage pour illustrer ce point de vue : “I was born in Britain but I’m a Moslem first58. Selon un processus déjà démontré, qu’il soit britannique ou pas, un musulman finit par représenter l’ensemble des musulmans.

  • 59 The Daily Mail, 22 et 30 octobre 2001.
  • 60 The Daily Express, 27 octobre 2001.
  • 61 The Sun, 27 décembre 2001.

18Comme pour confirmer les pires craintes, les musulmans britanniques joignent les actes à la parole puisqu’ils partent lutter aux côtés des Talibans. À en croire les journaux, ils seraient une véritable armée mais les chiffres restent vagues : de quelques douzaines à environ 600 personnes prêtes à s’engager59. Le 30 octobre, le Daily Mail montre une manifestation clamant“Islam will dominate the world” sous le titre “Made in Britain”, le Daily Express parle de “Treason” en première page et annonce en éditorial : “Britons who fight for the Taliban are our enemy60. Et le Sun annonçait en fin d’année : “Britain has 300 Taliban schools61. Cependant, la mise en scène de l’ennemi diffère selon l’organe de presse. Malgré quelques efforts de rééquilibrage, le Daily Mail et le Daily Express font preuve de la xénophobie la plus exacerbée, soit par la dérision et la moquerie de leurs dessins, soit par l’importance accordée aux photos montrant des foules musulmanes déchaînées contre l’Occident ou des extrémistes sur le sol britannique.

  • 62  « Islam is not Evil Religion », The Sun, 13 septembre 2001.
  • 63 The Daily Mail, 17 septembre 2001.
  • 64 The Mirror, 26 septembre 2001.

19Le Mirror a essayé, malgré quelques dérapages, de ne pas appliquer ce cliché à l’ensemble de la communauté musulmane. Le Sun, quant à lui, n’a pas eu d’attitude linéaire, et s’est livré à des commentaires xénophobes mais en prenant soin dans un éditorial en double page de mettre en garde contre les généralisations dangereuses et ravageuses62. Deux couvertures de ces journaux synthétisent bien leurs différentes approches. Le Daily Mail avec sa une “At war for children like these63 montrant deux poupons bien roses, illustre une stratégie fréquemment utilisée de personnalisation de victimes (ici d’enfants de victimes) des attaques en provoquant une réaction affective d’identification chez le lecteur. Le Mirror, lui, se préoccupe des victimes de la guerre en Afghanistan. Le titre “Our war’s with them, not with them” accompagne deux photos d’enfants et de Talibans64. En faisant cette distinction, le journal compte sur l’élan d’attendrissement que va susciter l’innocence de ces autres victimes, oubliées de la guerre.

  • 65 The Daily Mail, 19 septembre 2001.
  • 66 The Daily Telegraph, 10 novembre 2001.
  • 67 The Daily Mail, 5 octobre 2001.
  • 68 The Daily Express, 3 décembre 2001.
  • 69  The Daily Mail, 27 décembre 2001. Le Daily Express du même jour parle également de “mob “.
  • 70 The Daily Express, 27 décembre 2001.

20L’amalgame terroriste/musulman a trouvé une dimension supplémentaire lorsqu’on a ajouté les demandeurs d’asile à la catégorie des entités menaçantes, à la fois dans les photos et dans les dessins. Les stéréotypes deviennent confus et s’entrelacent. « Musulman » devient synonyme de terroriste et de réfugié, une seule et même personne, telle que nous la livre le Daily Mail : “Asylum seeker who helped the hitmen65. Le Daily Telegraph s’en prend aux demandeurs d’asile qui arrivent en Angleterre et qui, face à un immeuble gouvernemental, découvrent un panneau qui stipule “no wife beating66. Une fois de plus la culture de tout le groupe est définie par l’excès d’un petit nombre. Le Daily Mail fait revivre un des vieux fantasmes qui veut que les réfugiés vivent dans le luxe et consacre deux pages de photos à “Five star asylum suites. Unveiled: the new detentioncentre withlibrary, gym and even prayer mats67. Il est rejoint dans cette campagne par le Daily Express qui s’inquiète à la une : “Bin Laden terror gang on way here. Exclusive: fanatics infiltrate asylum camp it is virtually impossible to spot terrorists from genuine refugees68. Voilà bien la frayeur du Daily Express qui mène une campagne assidue en la matière : tous ces étrangers se ressemblent, on ne peut distinguer les bons des mauvais et, en conséquence, ils sont tous mauvais et potentiellement dangereux. D’ailleurs, ne méritent-ils pas d’être appelés “mob” ? “The mob spills on the tracks”, nous dit le Daily Mail 69. Le Daily Express renchérit et évoque l’ultime frayeur des Britanniques : “Biggest invasion yet70. Le voilà l’ennemi du royaume, l’envahisseur qui déferle sur ses côtes grâce à ce conduit traître venant du continent.

Le contexte britannique

  • 71  Cité dans « Ignorance, Misunderstanding and Fear », The Guardian, 12 décembre 2001.
  • 72 « Hot City Reaches Burning Point »,The Observer, 30 juin 2002.
  • 73  Chiffres cités dans « Race in Britain: The Facts », The Observer, 15 juillet 2001.
  • 74  À propos de ce sondage, le Guardian faisait remarquer qu’il n’avait pas été mené par un institut d (...)

21Les médias n’opèrent pas dans une sphère indépendante et close. Leur discours se nourrit de la réalité sociale, politique, économique, culturelle tout en l’alimentant par un processus constant de vases communicants. Cette stigmatisation de l’Autre se produit dans un contexte de poudrière où les tensions raciales sont déjà exacerbées. Quelques mois avant les attentats du 11 septembre, plusieurs villes du Nord de l’Angleterre à forte population musulmane, notamment Bradford, Oldham et Burnley avaient été le théâtre d’émeutes raciales et de violence (au printemps et au début de l’été). Avant ces émeutes, un rapport de la municipalité de Bradford avait déjà souligné que la situation se détériorait : “with communities increasingly isolated along racial, cultural and religious lines and segregated schools fuelling divisions”. Tandis qu’un rapport de la municipalité d’Oldham remarquait : “Pakistanis, Bengladeshis and whites simply do not meet one another to any significant degree and this has led to ignorance, misunderstanding and fear71. Contrairement à ce que croient beaucoup, les « Asians » ne bénéficient pas d’un traitement de faveur mais pourtant cette perception n’entraîne que ressentiment et cloisonnement. L’Observer remarquait récemment : “The old myth of favouritism for Asians has created a festering resentment on poor white estates72. Le Policy Studies Institute note que plus de 80% des personnes d’origine pakistanaise ou bangladaise vivent avec un revenu en dessous de la moyenne nationale alors que le chiffre équivalent est de 20% pour les blancs. Les personnes de la même origine ont deux fois et demi plus de chance d’être au chômage que les blancs et, lorsqu’ils ont du travail, reçoivent seulement deux tiers du salaire moyen des blancs. En outre, 42,3% des foyers de ces minorités vivent dans des logements insalubres et trop exigus73. La loyauté des musulmans n’était pas seulement remise en cause dans les commentaires de la presse. (On a vu la place accordée aux vociférations de quelques leaders religieux marginaux extrémistes). Le Sunday Times a voulu prouver, par une démonstration chiffrée, le soutien de la population musulmane dans son ensemble en publiant les résultats d’un sondage révélant le soutien de 4 musulmans sur 10 aux Talibans74.

  • 75 « Britain is again White », The Guardian, 18 février 2002.
  • 76 News of the World, 5 mars 1989, cité dans Chris Searle, Racism and the Sun, Londres, CPBF, 1989, p. (...)

22Dans ce contexte de débat public sur la loyauté des musulmans, le Home Secretary, David Blunkett annonçait fin octobre 2001 une série de mesures visant à enseigner aux immigrants les valeurs britanniques en mettant l’accent sur la connaissance de la langue anglaise, des cours d’instruction civique, des examens d’anglais et un serment de loyauté. À propos de ces mesures, David Blunkett déclarait lui-même : “We have norms of acceptability. And those who come into our home—for this is what it is—should accept these norms just as we would if we wentelsewhere75. Le ministre fait ainsi écho aux déclarations, certes plus crues dans la forme mais similaires sur le fond, du News of the World à propos de l’affaire Rushdie en 1989 : “Newcomers are only welcome if they become genuine Britishers and don’t stuff their aliencultures downour throats76. Le discours du Home Secretary s’intègre au débat public relayé par la presse selon lequel l’intégration doit se faire au détriment des caractéristiques culturelles. L’Autre ne devient acceptable que lorsque les signes de son altérité et donc sa visibilité disparaissent.

  • 77  Edward Saïd, Covering Islam, Londres, Vintage (1981), 1997, p. xi.
  • 78  The Runnymede Trust, Islamophobia, A challenge for us all, Londres, The Runnymede Trust, 1997, p. (...)

23La mise à l’index dont sont victimes les musulmans britanniques, si elle s’est avérée être exacerbée pendant les périodes de conflit armé, relève pourtant d’un problème de fond bien antérieur au 11 septembre 2001. Dans la préface de la nouvelle édition de son livre Covering Islam, paru en 1997, Edward Saïd notait : “In the 15 years since Covering Islam appeared there has been intense focus on Muslims and Islam in the American and Western media, most of it characterized by a more highly exaggerated stereotyping and belligerent hostility than what I had previously described in my book77. De la même façon, la même année, le rapport Islamophobia, A challenge for us all du Runnymede Trust en Grande-Bretagne notait : “The word ‘Islamophobia’ has been coined because there is a new reality which needs naming: anti-Muslim prejudice has grown so considerably and so rapidly in recent years that a new item in the vocabulary is needed so itcan be identified and acted against78. Ce rapport, dans son chapitre sur les médias portait une attention particulière aux dessins et relevait les stéréotypes de l’Arabe les plus courants (Arabe et musulman étant souvent confondus) : primitif, ridicule, rustre, concupiscent, menaçant, effrayant, violent et fonda-mentalement mauvais. Le « musulman » était aussi déjà représenté comme une enclave ennemie dans le pays.

24La représentation stéréotypée des musulmans dans les médias britanniques fait appel à des perceptions négatives séculaires liées à la peur de l’Autre. Le contexte international aidant, depuis une trentaine d’années, la fréquence de ces images et leur complexité, avec une constante négative, a augmenté. La presse britannique, dans son ensemble docile en temps de guerre, n’a écouté Tony Blair que partiellement quand il a exhorté la population et les médias à ne pas confondre Islam et terrorisme. Cela se reflète dans les choix de dessins, de photos mais également dans les commentaires des éditoriaux et des chroniqueurs qui, sous prétexte d’exprimer leur opinion personnelle, ont laissé libre cours à toutes sortes de généralisations  sur l’Islam.

25En 1990, l’Irak avait envahi un pays lointain et la guerre du Golfe avait donné lieu à toute une panoplie de clichés sur les musulmans et les Arabes. Dans les réactions qui succédèrent aux attentats de 2001, la presse a trouvé une nouvelle figure du Mal : à Saddam Hussein, s’est substitué le mythe de Ben Laden. Il n’en demeure pas moins que, depuis, devant l’obstination de Ben Laden à rester dans l’ombre, Saddam Hussein a fait un retour fracassant en tête de liste de “America’s Most Wanted”. Ben Laden, l’ennemi invisible et aux multiples visages, par la persistance de ses attributs islamiques, le turban et la barbe, en est venu à représenter l’Islam. Le rapprochement n’a pas tardé à se faire entre un criminel, identifié mais introuvable, et les peuples musulmans associés à cet acte terroriste et criminel par leur foi commune.

  • 79  Edward Saïd, Covering Islam, Londres, Vintage (1981), 1997, p. xii.

26En 2001, comme en 1991, il semble que l’on puisse dire sur les musulmans ce que l’on n’oserait pas prononcer sur d’autres : “Malicious generalisations about Islam have become the last acceptable form of denigration of foreign cultures in the West. What is said about the Muslim mind or character or religion or culture as a whole cannot be said in mainstream discussion about Africans, Jews, other Orientals or Asians79. Le discours dominant tel qu’il apparaît à la suite des attentats du 11 septembre 2001 renforce, dans sa représentation de l’ennemi, l’image d’un Islam à la fois Autre et inférieur. La presse a contribué à la légitimation des préjugés ambiants contre les musulmans mais a aussi souligné la « supériorité socio-culturelle de l’Occident ». Ainsi, l’affirmation de l’identité collective se fait par la négation de l’Autre. Le clivage « eux/nous » offre au lecteur le reflet rassurant de sa supériorité, de son bon droit, et dans la foulée l’effraie par l’accent mis sur la présence d’une menace intérieure, frayeur collective qui fédère et consolide le groupe ainsi préparé à soutenir toute action visant à assurer sa pérennité, qu’elle soit d’ordre national ou international.

  • 80  Les chiffres élevés de diffusion de la presse britannique sont également, à ce titre, un facteur i (...)

27Les émeutes du Nord de l’Angleterre en 2001 ont révélé pour beaucoup une population aliénée et négligée, en marge de la société britannique. La presse, par ses processus de sélection et de construction, participe à la formation de l’opinion publique80, non seulement par ses articles, ses titres, ses unes, ses éditoriaux mais aussi par ses choix de documents iconographiques. Dans leurs réactions aux attentats du 11 septembre, les journaux britanniques, ponctuellement ou régulièrement, n’ont pas véritablement rempli une fonction de cohésion sociale. Ils ont, au contraire, contribué au cloisonnement des communautés, à l’in-compréhension, au mépris et à la méfiance. Le lecteur britannique aura sans doute retenu que « l’ennemi », s’il se terre au fond d’une grotte au milieu du désert, peut aussi demeurer dans sa propre ville.

Haut de page

Notes

1  On notera l’ironie : Darth Vader représente l’emblème du mal dans le premier film de la trilogie de « La Guerre des étoiles » de Georges Lucas en 1977.

2  The Guardian, 13 septembre 2001.

3  Bush a repris cette rhétorique au cours de son discours devant le Congrès du 29 janvier 2002 en évoquant « l’axe du mal » qui menace la paix du monde (c’est-à-dire l’Irak, l’Iran et la Corée du Nord).

4  Voir par exemple : « Racial Abuse Grows Tenfold in Britain », The Independent on Sunday, 16 septembre 2001 ; « Racists Seek Revenge around the World », The Times, 19 septembre 2001 ; « A Bad Time to be an Asian in Britain », The Times, 27 septembre 2001.

5  Elizabeth Poole, Reporting Islam, Londres, I.B. Tauris, 2002, p. 19.

6  Quelques titres du 12 septembre 2001 : « Declaration of War », The Daily Express ; « War on the World », The Mirror ; « A Declaration of War », The Guardian ;« War Comes to America »,The Times ; « War on America », The Daily Telegraph.

7  À savoir : The Guardian, The Independent, The Times, The Daily Telegraph, The Daily Mail, The Daily Express, The Mirror, The Sun.

8  7 octobre 2001 : début des bombardements américano-britanniques en Afghanistan ; 13 novembre 2001 : libération de Kaboul ; 7 décembre 2001 : reddition de Kandahar, ultime bastion des Talibans.

9  171 dessins ont été retenus. Ils se décomposent de la façon suivante : The Guardian : 39, The Daily Telegraph : 31, The Independent : 29, The Times : 24, The Daily Express : 24, The Daily Mail : 12, The Sun ; 8, The Mirror : 4.

10  The Runnymede Trust, Islamophobia, A challenge for us all, Londres, The Runnymede Trust, 1997, p. 21.

11   Stuart Hall, Representation, Londres, Sage, 1997, p. 258.

12  « The Need for Dissent », The Guardian, 18 septembre 2001.

13 The Daily Express, 18 septembre 2001.

14 The Daily Telegraph, 26 octobre 2001.

15 The Guardian, 21 septembre 2001.

16 The Daily Telegraph, 11 octobre 2001.

17 The Daily Telegraph, 22 octobre 2001.

18 The Guardian, 16 novembre 2001.

19 The Times, 29 octobre 2001.

20 The Times, 29 septembre 2001.

21 The Independent, 19 décembre 2001.

22 The Daily Express, 21 septembre 2001.

23 The Daily Express, 27 novembre 2001.

24  The Daily Mail, 13 septembre 2001.

25 The Sun, 9 octobre 2001.

26 The Sun, 13 octobre 2001. Jo Moore, conseillère de Steven Byers, a tenté de profiter de l‘émoi causé par les attentats en suggérant à ce dernier d’annoncer les mauvaises nouvelles concernant la société RailTrack à un moment où elles passeraient inaperçues.

27 The Sun, 5 novembre 2001.

28 The Daily Express, 19 novembre 2001.

29  Dans cette période immédiatement post 11 septembre 2001, un autre personnage fait quelques apparitions. Il s’agit de Saddam Hussein qui fait l’objet de 5 dessins (dans le Times, le Daily Telegraph, le Daily Express et le Daily Mail). Cependant, on peut s’étonner de la présence même de sa représentation puisque rien ne le liait aux attentats aussitôt imputés à Oussama Ben Laden.

30 The Times, 26 octobre 2001.

31 The Times, 22 septembre 2001.

32 The Daily Telegraph, 18 septembre 2001.

33 The Times, 31 décembre 2001.

34 The Guardian, 22 novembre 2001.

35 The Times, 19 septembre 2001.

36 The Daily Express, 20 septembre 2001.

37 The Daily Mail, 15 novembre 2001.

38  The Daily Mail, 19 novembre 2001. Dans le premier volet de la série de livres Harry Potter, le héros apprend à voler sur un balai.

39 The Daily Mail, 9 octobre 2001.

40 The Times, 17 septembre 2001.

41  Quelques journaux grand format ont associé Taliban et Alliance du Nord, jugés aussi dangereux et sanguinaires les uns que les autres. Il s’agit du Times, du Guardian et de l’Independent.

42  The Daily Mail, 20 septembre 2001.

43 The Times, 12 octobre 2001.

44 The Daily Express, 31 octobre 2001.

45 The Sun, 21 septembre 2001.

46 The Daily Telegraph, 22 septembre 2001.

47  The Daily Telegraph, 26 septembre 2001.

48  On peut remarquer que le Guardian et l’Indenpendent  sont les seuls journaux à avoir pris pour cible régulière G. W. Bush et Tony Blair représentés comme des cowboys irresponsables, ayant besoin de leur dose de fusées pour survivre. Dans ce tandem, Tony Blair est le petit pantin à la solde de Bush.

49 The Daily Express, 12 septembre 2001.

50 The Daily Mail, 12 et 13 septembre 2001.

51 « Faces of Fury »,The Daily Mail, 18 septembre 2001 ; « Flames of Hate »,The Daily Mail, 20 septembre 2001 ; « Sea of Burning Hatred »,The Daily Mail, 22 septembre 2001 ; « Hatred onthe Mount »,The Daily Mail, 20 octobre 2001 ; « Symbols of Hate, Flames of Fury », The Daily Express, 27 septembre 2001 ; « Barrage of Hatred Unleashed »,The Daily Express, 9 octobre 2001 ; « Flames of Hatred »,The Mirror, 8 novembre 2001.

52  Edward Saïd, Covering Islam, Londres, Vintage (1981), 1997, p. 48.

53  À propos de ce genre de manifestation, Bernard Lewis, précurseur de Samuel Huntington et de l’idée de l’affrontement de deux civilisations, écrivait : “  ‘They’ are as doomed to rage and irrationalism as ‘we’ are to the enjoyment of our rationalism and cultural supremacy”. (cité dans E. Saïd, idem, p. xxxiii).

54  À ce sujet le Muslim Council of Great Britain notait : ”There are over 800 mosques in the UK and only one of them is run by a known radical. Yet, this one mosque (Finsbury Park) seems to get more coverage than all the rest put together . The situation is akin to taking a member of the racist BNP and saying his views arerepresentative of ordinary Britons”, <htt://www.mcb.org.uk>, Muslim Council of Great Britain, « Intolerance Masking asConscientious Liberalism », MCB news archive, 20 novembre 2001.

55  The Daily Mail, 14 septembre 2001.

56 The Daily Mail, 19 septembre 2001.

57  Les mots de haine reviennent pour cet “enemy within. Le Daily Express du 3 octobre 2001 titre sur deux pages : « Religious Hatred Fanatics Face Jail ». La légende qui accompagne la photo d’un homme masqué indique : “islamic fundamentalists vented their anger and waved placards in London last month”. D’ailleurs, le Mirror du 17 septembre titre en pleine page “Enemy within” à propos d’un autre extrémiste, le cheik Omar Bakri.

58 The Daily Mail, 17 septembre 2001, “He was born and raised in Islington London, the heart of Tony Blair’sNew Labour []. Nationality means nothing.

59 The Daily Mail, 22 et 30 octobre 2001.

60 The Daily Express, 27 octobre 2001.

61 The Sun, 27 décembre 2001.

62  « Islam is not Evil Religion », The Sun, 13 septembre 2001.

63 The Daily Mail, 17 septembre 2001.

64 The Mirror, 26 septembre 2001.

65 The Daily Mail, 19 septembre 2001.

66 The Daily Telegraph, 10 novembre 2001.

67 The Daily Mail, 5 octobre 2001.

68 The Daily Express, 3 décembre 2001.

69  The Daily Mail, 27 décembre 2001. Le Daily Express du même jour parle également de “mob “.

70 The Daily Express, 27 décembre 2001.

71  Cité dans « Ignorance, Misunderstanding and Fear », The Guardian, 12 décembre 2001.

72 « Hot City Reaches Burning Point »,The Observer, 30 juin 2002.

73  Chiffres cités dans « Race in Britain: The Facts », The Observer, 15 juillet 2001.

74  À propos de ce sondage, le Guardian faisait remarquer qu’il n’avait pas été mené par un institut de sondage mais par le Sunday Times lui-même à la sortie de mosquées : “It has about as much validity as the Guardian sending its staff to stand outside Catholic churches on Sunday mornings to ask them what they think of the peace process or the monarchy and then presenting it as ‘Catholic opinion’. Nonetheless its ‘findings’ haveinformed many an ill-informed column,« The Right to be British », The Guardian, 12 novembre 2001.

75 « Britain is again White », The Guardian, 18 février 2002.

76 News of the World, 5 mars 1989, cité dans Chris Searle, Racism and the Sun, Londres, CPBF, 1989, p. 85.

77  Edward Saïd, Covering Islam, Londres, Vintage (1981), 1997, p. xi.

78  The Runnymede Trust, Islamophobia, A challenge for us all, Londres, The Runnymede Trust, 1997, p. 4.

79  Edward Saïd, Covering Islam, Londres, Vintage (1981), 1997, p. xii.

80  Les chiffres élevés de diffusion de la presse britannique sont également, à ce titre, un facteur important à prendre en compte : The Sun : 3,4 M, The Mirror : 2,1 M, The Daily Mail :2,3 M, The Daily Express : 0,9 M, The Daily Telegraph : 0,9 M, The Times : 658 614, The Guardian : 387 813, The Independent : 193 854, (source : Audit Bureau of Circulation, juin 2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Villate-Compton, « La menace sans visage : Images de l’ennemi dans la presse britannique à la suite des attentats du 11 septembre 2001 », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. I - n°1 | 2003, 163-178.

Référence électronique

Pascale Villate-Compton, « La menace sans visage : Images de l’ennemi dans la presse britannique à la suite des attentats du 11 septembre 2001 », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. I - n°1 | 2003, mis en ligne le 19 novembre 2009, consulté le 12 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/3133 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.3133

Haut de page

Auteur

Pascale Villate-Compton

Dr (Bordeaux, F)
Pascale Villate-Compton est maître de conférences à l’IUT Information-Communication I, Université de Bordeaux III. Ses travaux de recherche portent sur les médias britanniques contemporains.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals