Navigation – Plan du site
Introduction

Introduction

Introduction
Martine Azuelos et Christine Zumello
p. 1-7

Texte intégral

1Dans l’imaginaire collectif, aux États-Unis comme en France et dans le reste du monde, les années Bush resteront sans doute associées aux attentats du 11 septembre 2001 et à la guerre contre le terrorisme lancée par l’Amérique pour y répondre. Dans le débat public, cette question aura, pendant la majeure partie des deux mandats de George W. Bush, relégué tous les autres sujets au second plan – du moins avant que la crise des subprimes, déclenchée à l’été 2007, ne touche, par effet de contagion, le monde de la finance, puis l’ensemble de l’économie américaine avant de s’étendre à l’économie mondiale dans les derniers mois de cette présidence. Les années Bush constituent un lourd héritage pour Barack Obama, élu à l’issue d’une campagne dans laquelle les enjeux socio-économiques auront largement déterminé le choix des électeurs. Il semblait donc important de revenir sur un bilan socio-économique qui avait été relégué au second plan pendant des années et qui, soudain, retrouvait le devant de la scène.

2Le retour en force de l’intervention publique dans la vie économique que traduisent les mesures adoptées à la fin des années Bush ne constitue pas l’un des moindres paradoxes d’une présidence qui avait cherché à s’inscrire largement dans la continuité des années Reagan. Les douze textes réunis ici ne traitent toutefois pas exclusivement de la politique « de l’administration Bush », si tant est qu’une telle notion puisse avoir un sens : aux États-Unis, l’élaboration de la politique économique obéit à des règles complexes et résulte d’initiatives prises conjointement par l’administration, le Congrès, la Fed., les gouvernements des États fédérés et les municipalités. L’ambition est ici à la fois plus limitée – car les différents volets de la politique économique ne seront pas traités de façon exhaustive – et plus large, puisque ce volume vise à cerner la spécificité de ce moment de l’histoire récente des États-Unis. Spécificité au regard de la performance économique intérieure, mais aussi de l’évolution du débat sur des questions sociales ou sociétales fortement liées à l’économie, et au regard, enfin, des relations économiques extérieures des États-Unis.

3Le volume s’ouvre sur une première partie qui, après avoir analysé la performance de l’économie américaine du point de vue macro-économique, étudie les différentes facettes de la crise financière qui constitue la toile de fond des derniers mois de la présidence Bush. La période étudiée (20 janvier 2001 - 20 janvier 2009), a en fait débuté comme elle s’est terminée : par une récession dont l’origine est à rechercher dans un emballement de la croissance dans la période immédiatement antérieure. Avec l’éclatement de la bulle internet en 2000, l’euphorie de la « nouvelle économie » avait pris fin en 2000-2001. Sept ans plus tard, l’éclatement d’une bulle immobilière conduit à la crise des subprimes, qui ouvre elle-même la voie à une crise bancaire, bientôt suivie d’une crise financière – voire systémique – qui éclate au grand jour en septembre 2008 et atteint une ampleur inédite aux États-Unis depuis 1929. Les effets de ces trois chocs sur l’économie réelle ne se fontpas attendre et, au moment où George W. Bush achève son mandat, les États-Unis sont plongés dans la crise économique la plus grave qu’ils aient eu à subir depuis les années noires de la Grande Dépression des années 1930. Pourtant, entre la fin 2001 et la fin de l’année 2007, l’économie américaine avait connu six années de croissance que bon nombre de pays développés lui enviaient. En effet, comme le rappelle Frédéric Lambert, cette expansion fut plus forte que dans les autres économies du G7, grâce notamment à une croissance plus élevée de la productivité et à une politique monétaire accommodante. Cette phase s’est néanmoins accompagnée d’un certain nombre de déséquilibres qui pesaient sur la situation dans les derniers mois de la présidence et expliquent largement le marasme dans lequel étaient plongés les États-Unis lors de l’entrée en fonctions de Barack Obama.

4À ces déséquilibres macro-économiques est venue s’ajouter, dès le premier mandat de G.W. Bush, une série de scandales qui ont marqué le monde de l’entreprise et de la finance et ont conduit à un certain nombre de réformes sur lesquelles revient Régine Hollander. Ainsi la loi Sarbanes-Oxley (2002), qui visait à accroître les contrôles financiers et à prévenir la fraude, s’accompagna de la mise en place d’un dispositif répressif destiné à redonner confiance aux petits investisseurs. Elle eut cependant des effets pervers sur l’activité des marchés financiers, décourageant les introductions en bourse sur la place de New York et incitant les entreprises à sortir de la cote, au point qu’au bout de quelques années des voix commençaient à s’élever pour réclamer une déréglementation qui rendrait la place de New York plus attractive. Ces voix se turent toutefois temporairement quand la tourmente de septembre 2008 eut englouti les institutions les plus prestigieuses de Wall Street. Les régulateurs réoccupèrent alors le devant de la scène et le risque fut nationalisé, punissant le contribuable américain d’un crime dont il devenait injustement comptable.

5La question de l’évaluation et l’anticipation du risque est ainsi l’une des questions fondamentales que pose cette crise et, comme le souligne Christine Zumello, le plus grave de ces risques est celui qui peut mener le système financier et économique au naufrage, comme les événements des années 2007 et 2008 en apportent l’illustration. Les conditions de la mise en danger du système suite à des prises de risque ou une absence de contrôle rigoureux du risque posent aussi la question de l’équilibre entre la sphère financière et la sphère politique. Ainsi, l’absence de contrôle rigoureux du risque pendant la majeure partie des années Bush a conduit à un spectaculaire retour en force du politique dans les tout derniers mois de la présidence.

6Quel écho ces évolutions économiques ont-elles trouvé dans la société américaine, quels effets y ont-elles suscité ? La réponse à ces questions est l’objet de la deuxième partie, tout entière centrée sur des thématiques sociales ou sociétales fortement liées à l’économique. Un premier phénomène retient l’attention de Gerald Friedman : face aux scandales qui ont entaché le monde des affaires et aux soubresauts qu’a connus le capitalisme financier pendant les années Bush, face aussi à l’hostilité d’une administration qui tentait d’utiliser contre lui les pouvoirs que lui confèrent les institutions, le monde du travail est resté particulièrement atone et le déclin syndical s’est poursuivi. Les inégalités sociales et la pauvreté se sont aussi accrues pendant les années Bush, le bilan de la politique sociale mise en œuvre à l’initiative de l’administration apparaissant assez mitigé, notamment au regard du discours sur le « conservatisme compatissant » mis en avant par le candidat Bush pendant sa campagne de 2000. La mise en œuvre du programme relatif aux Faith-Based Initiatives (FBI) qu’étudie Taoufik Djebali, en fournit une bonne illustration, tout comme les débats sur l’affirmative action, sur lesquels se penche Marie-Christine Pauwels. L’opinion publique se radicalisait, percevant de plus en plus fréquemment ces programmes comme une série d’avantages indûment octroyés à un certain nombre de « privilégiés ». Ainsi, l’offensive contre l’affirmative action s’est renforcée même si, malgré son hostilité de principe, l’administration Bush n’a pris aucune mesure concrète pour en démanteler les fondements. Dans un tout autre domaine, celui du changement climatique, cette même administration a aussi fait preuve d’un engagement limité, notamment dans les débats internationaux. Mais, comme le souligne Cynthia Ghorra-Gobin, cette position n’a pas pour autant réduit les capacités de mobilisation des États et des villes qui ont été, dans ce domaine, à l’origine d’initiatives marquantes. Ces initiatives locales se retrouvent dans le débat concernant l’immigration, où la politique de l’administration Bush a été fortement contrainte par l’évolution de l’opinion publique et par une configuration politique complexe. Si, comme le rappelle Laurence Gervais, le poids démographique et économique des immigrés a continué de s’accroître, le 11 septembre a changé la donne et la crainte de laisser entrer des terroristes potentiels parmi les candidats à l’immigration, conjuguée à la multiplicité des acteurs pesant dans le débat, notamment au Congrès, a finalement fait échouer les tentatives de réforme de l’administration.

7La troisième partie analyse l’évolution des relations des États-Unis avec leurs principaux partenaires économiques. Elle s’ouvre sur un bilan critique de la politique commerciale mise en œuvre pendant les années Bush. Le bilan dressé par Jean-Baptiste Velut dégage les lignes de rupture et de continuité avec les années Clinton, notamment au regard des perspectives idéologiques et des ambitions politiques des deux présidents, et met l’accent sur les nouvelles données du contexte politique et économique des années 2000. Pour le Canada, qui dépend principalement des États-Unis pour son commerce extérieur (70-80 %), l’évolution des échanges commerciaux est une dimension majeure du bilan des années Bush. Michaël Lambert-Racine, Pierre Martin et François Vaillancourt étudient la période qui s’amorce au lendemain des attentats terroristes du 11 septembre 2001 et la replacent dans le contexte plus large de la libéralisation des échanges entre le Canada et les États-Unis intervenue depuis 1989 (ALE, puis ALENA). Ils s’interrogent notamment sur les effets des politiques américaines de sécurité adoptées à la suite de ces événements, qui ont semblé reléguer le partenariat économique de la région au second plan. Une étude économétrique les conduit à conclure que le resserrement des contrôles à la frontière des États-Unis a représenté l’équivalent d’un tarif douanier sur les exportations vers ce pays et un fardeau non négligeable pour les entreprises canadiennes.

8Le bilan des années Bush est également mitigé en ce qui concerne les relations des États-Unis avec l’Amérique latine. Alors que l’élection de George B. Bush à la présidence des États-Unis avait laissé augurer une relance du processus d’intégration économique à l’échelle du continent, l’analyse de l’évolution des échanges commerciaux et des mouvements de capitaux entre les États-Unis et leurs voisins du Sud met en évidence une progression en trompe-l’œil de ces flux, qui suggère un désintérêt relatif des États-Unis pour leur traditionnelle arrière-cour. Cette nouvelle donne s’explique largement, pour Martine Azuelos, par l’évolution du cadre géopolitique et géoéconomique dans laquelle s’inscrivent ces relations à partir de 2001. Dans ce contexte, les relations entre les États-Unis et la Chine ont au contraire été caractérisées par une interdépendance accrue, tant au niveau des échanges qu’au niveau des flux financiers. Si le déficit de la balance commerciale et les droits de la propriété intellectuelle faisaient déjà débat pendant la présidence de Bill Clinton, les questions financières (valeur du renminbi et avoirs chinois en bons du Trésor) ont elles aussi occupé le devant de la scène pendant les années Bush. Mais, ici aussi, le 11 septembre a modifié les priorités immédiates de Washington, et du fait de l’interdépendance accrue entre les deux acteurs, la « dissuasion économique » est rapidement apparue comme la seule stratégie réaliste que les États-Unis pouvaient adopter vis-à-vis de Pékin.

9Au total, donc, si l’année 2001, année où George W. Bush entre en fonctions, peut apparaître comme un tournant, fermant la page de l’éphémère « fin de l’histoire » et propulsant les États-Unis (et le monde avec eux) dans une ère nouvelle, le poids joué par l’administration Bush dans l’émergence de cette nouvelle configuration semble singulièrement modeste. La nouvelle donne apparaît en effet résulter soit de décisions prises par les États-Unis avant l’investiture de leur quarante-troisième président, soit de chocs externes. Ainsi, la récession qui frappe les États-Unis dès le mois de janvier a été induite par l’éclatement de la bulle internet au printemps 2000. Les attaques terroristes du 11 septembre prennent pour cible les tours jumelles du World Trade Center et le bâtiment du Pentagone, emblèmes d’une puissance économique et militaire qui, depuis l’effondrement du bloc soviétique dix ans auparavant, apparaît alors sans partage. L’entrée de la Chine dans l’OMC en novembre de la même année, enfin, a été rendue possible par la normalisation des relations commerciales des États-Unis avec ce pays, actée par un vote du Congrès quatre mois avant la fin du mandat de Bill Clinton. C’est cette accession qui, stimulant une envolée de ses exportations, lui permet de connaître une croissance intérieure avoisinant les 10 % annuels pendant les six années suivantes et de devenir un acteur de tout premier ordre sur la scène financière internationale.

10Face à cette nouvelle donne que l’administration Bush reçoit, en quelque sorte, en héritage, les années qui suivent ont-elles correspondu, dans le domaine économique et social, à des orientations spécifiques ? Sur le plan macro-économique, le gonflement du déficit budgétaire, conjugué à une politique monétaire accommodante, aura certainement contribué à alimenter la bulle immobilière qui éclate en 2007 et l’on peut percevoir, ici, une rupture avec l’assainissement des finances publiques réalisé sous l’administration Clinton. Toutefois, la contagion de cette crise immobilière au monde de la banque et de la finance est en grande partie imputable au cadre réglementaire insuffisamment contraignant dans lequel les agents économiques opérant sur ces différents marchés ont pu développer leurs activités, ainsi qu’à une insuffisante prise en compte du risque que comportaient leurs opérations. Or, que l’on songe à la facilité avec laquelle les établissements de crédit américains ont pu accorder des prêts à des clients fort peu solvables sans être le moins du monde freinés par leurs autorités de tutelle ; à l’absence de mise en place de contrôle prudentiel de la titrisation ; ou encore à l’abolition du cloisonnement étanche entre les commercial banking et investment banking qu’avait instauré, à la suite de la crise de 1929, la loi Glass-Steagall, force est de constater que le mal était fait, pour ainsi dire, avant le début des années Bush. De 2001 à 2008, on aura tout simplement continué à laisser faire ce qui était déjà permis auparavant, sans que d’initiatives majeures ne voient le jour, en dehors sans doute du vote de la loi Sabanes-Oxley (2002).

11Le bilan socio-économique des années Bush est donc paradoxal à plus d’un titre. Paradoxal, tout d’abord, par le tableau contrasté que l’on peut en dresser. Paradoxal, aussi, en ce sens que l’empreinte du président au nom duquel ces années resteront associées ne se sera guère fait sentir qu’en creux. Trop confiant qu’il était en la capacité des marchés à s’autoréguler, trop mobilisé par la lutte contre le terrorisme, George W. Bush n’aura finalement été capable d’impulser aucune réforme économique ou sociale marquante. Pourtant, ses années de présidence lèguent un lourd passif à son successeur, ainsi qu’aux citoyens américains et à ceux d’une grande partie du monde. La prise en compte de ce bilan est ainsi l’une des clés qui permet de comprendre la politique économique et sociale menée par Barack Obama, mais aussi des ajustements et restructurations auxquels le monde de la finance, tout comme les entreprises opérant dans l’économie « réelle », sont contraints, tant aux États-Unis qu’en dehors de leurs frontières. La crise née sur le sol américain pendant les années Bush est en effet la première crise que traverse l’économie mondialisée. Elle pourrait bien conduire, aux États-Unis comme ailleurs, à une refondation qu’appelait Barack Obama dans son discours d’investiture :

That we are in the midst of crisis is now well understood. Our nation is at war against a far-reaching network of violence and hatred. Our economy is badly weakened, a consequence of greed and irresponsibility on the part of some, but also our collective failure to make hard choices and prepare the nation for a new age. Homes have been lost, jobs shed, businesses shuttered. Our health care is too costly, our schools fail too many—and each day brings further evidence that the ways we use energy strengthen our adversaries and threaten our planet. […]
Starting today, we must pick ourselves up, dust ourselves off, and begin again the work of remaking America.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Azuelos et Christine Zumello, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VIII - n°1 | -1, 1-7.

Référence électronique

Martine Azuelos et Christine Zumello, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VIII - n°1 | 2010, mis en ligne le 04 mars 2010, consulté le 06 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/3321 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.3321

Haut de page

Auteurs

Martine Azuelos

Martine Azuelos est professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III et y dirige le Centre d’études sur la vie économique des pays anglo-saxons (CERVEPAS, EA 4399). Son enseignement, tout comme ses recherches actuelles, portent sur l’évolution contemporaine de l’économie américaine et de l’économie britannique. Elle s’intéresse plus particulièrement au rôle de ces économies dans le processus de mondialisation et d’intégration économique régionale, ainsi qu’à leur performance en matière d’entreprenariat et d’innovation. Auteur de nombreux articles et de L'économie du Royaume-Uni et des États-Unis depuis la fin des années 70 (Paris, Presses Universitaires de France, 1994), elle a coordonné la publication de sept ouvrages collectifs et du numéro 1 du volume IV de la Revue LISA « Les économies anglo-saxonnes et l’innovation : ressorts, enjeux, influences » (2006) – .

Articles du même auteur

Christine Zumello

Christine Zumello est maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Ses recherches portent sur le système électoral américain et sur les liens entre marchés financiers et démocratie aux États-Unis. Elle a notamment co-édité L’Entrepreneur et la dynamique anglo-saxonne (Economica, 2003) et Égalité – Inégalité(s) dans les Amériques (Éditions de l’Institut des Amériques/La Documentation Française, 2008).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals