Navigation – Plan du site
Rhétorique et Controverse

« Wolves in sheep’s clothing » : la rhétorique du combat chez Thomas Becon 

Wolves in sheep’s clothing’: The Rhetorics of Polemics in Thomas Becon’s Epistles
Christian Jérémie
p. 9-27

Résumé

This article deals with an aspect of the Church in 16th century England: what kind of supper is being prepared there behind whose backs — a double question related to a decisive period in the history of the English Church, the reign of Mary Tudor, on both sides of the Channel. One of the answers is provided in many dainty dishes, diligently prepared by the celebrated catechist and religious writer, Thomas Becon (1512-1567).
The first course in this gracious menu is the argument that the true Church of Christ is being subverted under Mary, that false Jezebel, whereas its proper foundations were prepared under Edward VI, the true Josiah. Becon’s argument is well seasoned with a fine distinction between the notions of sign and instrument: the death of the virtuous is the manifest token of God’s anger towards His beloved but unthankful children. The instrument of His anger is the return of papistry. Ergo, God’s elect are easily discernible.
Becon’s main course is a spicy roast of wild boar and other venison, by which he attacks one personal foe, namely Stephen Gardiner, the Bishop of Winchester. This is ‘the wolf that brast into the sheepfold, seeking whom he may devour’. The other side of papistry is Antichrist at work in his office behind closed doors, especially those of the Tower, from which Becon escaped and fled to Strasbourg. He took an active part in the Frankfurt controversy that was to lay the foundations of the Church of England, on the other side of the Channel. Becon’s continental des(s)ert was to join the art of the preacher to a man’s steadfastness in his faith in the face of danger, making his the motto: ‘Vive memor lethi’ (‘Live mindful of death’).

Haut de page

Texte intégral

vive memor lethi

1Voici en guise de mise en bouche, une série de questions susceptibles d’être servies au cours du festin de l’envers du décor. Qui fait la cuisine ? Qui tire les ficelles ? Qui place les décors dans les coulisses ? Qui est à l’œuvre, derrière ? Sans chercher à remettre du sel sur un plat déjà bien épicé, qu’est-ce qui est à l’œuvre derrière le discours qu’un tel ou un tel tient sur l’Église, par exemple ? En quoi l’œuvre d’un écrivain engagé révèle-t-elle l’envers de quel décor ? Quelles activités se déroulent-elles en cuisine ? Questions qui en appellent évidemment une autre, par contre-coup en quelque sorte : si l’envers est situé derrière le décor, qu’y a-t-il devant ? De quelle (s)cène l’envers est-il le décor ?

2Parmi les Réformateurs anglais de la première moitié du XVIe siècle, il en est un en particulier, Thomas Becon (1512-1567), contemporain de Jean Calvin (1509-1564), dont les écrits, œuvres de dévotion sereines voire lyriques, pamphlets vitriolés voire meurtriers, et tant d’autres, tout autant que les aventures, peuvent jeter une certaine lumière sur l’obscurité des coulisses, pour porter sur la scène des enjeux de l’Église en Angleterre une réponse qui, en vérité, est double. En effet, son œuvre, d’une part, contient un décor et son envers, qu’elle présente d’une certaine manière ; mais, d’autre part, elle se présente aussi comme un objet à voir, à prendre, à lire, comme un témoignage, comme une projection, comme un décor, dont l’envers reste à déterminer. Cette étude ne porte donc pas uniquement sur le décor dans l’œuvre, mais aussi sur le décor de l’œuvre, et c’est de l’envers de ces décors-là qu’il s’agit d’exposer la nature. Dans ce but, trois étapes semblent s’imposer : les deux premières concernent les textes, leur contenu argumentatif et rhétorique, par lesquels se profile l’envers satanique du décor religieux dénoncé dans l’œuvre de T. Becon, où l’on aperçoit la queue du loup. T. Becon ne fait-il pas partie, en effet, de ces écrivains confessionnels du XVIe siècle, qui révèlent ou dénoncent une vérité jusqu’ici cachée, occultée derrière son décor de sainteté, de fastes, de cérémonies, de processions, de pèlerinages, d’indulgences, de richesses et d’opulence coupables ? Or, T. Becon est-il le nom d’un écrivain seulement, dont l’œuvre témoigne de l’engagement, de l’adhésion profonde à la doctrine de l’Église d’Angleterre ? T. Becon, c’est aussi l’homme, engagé et pris dans la tourmente d’événements qu’il ne contrôlait pas et qui ont bien failli lui coûter la vie. C’est pourquoi la dernière étape de cette étude concerne cette période de la vie de T. Becon, brièvement, dont les vicissitudes témoignent à leur manière de l’avenir de l’Église d’Angleterre qui a pu se jouer en coulisses, derrière le décor des persécutions sur la scène de l’Église en Angleterre, dont certains écrits de T. Becon sont le reflet. Ces écrits sont les Épîtres que T. Becon rédige à l’attention de ses compatriotes restés en Angleterre pendant que lui était forcé à l’exil sur le continent, telles qu’on peut les lire dans la réédition, par la Johnson Reprint Corporation en 1968, de l’édition de la Parker Society des œuvres complètes de T. Becon, tome III, publiées en1843, à la pagination de laquelle cette étude se réfère.

L’argument

  • 1  “Edward the VI, that true Josias, that earnest destroyer of false religion, that fervent setter-up (...)

3Quelles sont donc ces Épîtres ? Il s’agit de deux textes adressés par T. Becon à la nation anglaise lors de son séjour forcé à Strasbourg, sous le règne de Marie Tudor ; la première, A Comfortable Epistle to the afflicted people of God, whiche suffer persecution for the testimonie of Christes Gospell (titre donné dans l’édition de ses œuvres complètes en 1563), composée à l’origine à Strasbourg, en 1554, sous le titre A confortable Epistle, too Goddes faythful people in Englande, wherein is declared the cause of takynge awaye the true Christen religion from them, & howe it maye be recouered and obtayned agayne ; et la deuxième, composée au même endroit et à la même date, An humble supplication vnto God, for the restoring of his holy vvorde, vnto the Churche of Englande, moste mete to be sayde in these our dayes, euen with teares, of euery true and faithful English hart. T. Becon a quarante-deux ans lorsqu’il écrit ces épîtres. Ce sont des œuvres de maturité. Ses idées sont alors bien arrêtées. Pour lui, il ne fait pas de doute que l’Église persécutée en Angleterre sous le règne de Marie est la vraie Église du Christ, celle dont le Seigneur lui-même avait fait la grâce au peuple de ses élus d’établir les fondements sous le règne d’Édouard VI, image même de ce Josias, qui avait promu le vrai royaume de Dieu en défendant les lettres et la vertu, comme l’écrit T. Becon dans le premier chapitre de son Épître1.

  • 2  “But be it known unto you, dear brethren, that this thing that hath happened unto us in this realm (...)

4L’argument qu’il cherche à mettre en place, et dont cette louange présente la première étape, c’est que le retour du papisme est le fruit du manque de ferveur et de reconnaissance vis-à-vis de Dieu. Le peuple qui avait bénéficié de l’établissement du royaume de Dieu grâce à Josias-Édouard n’a pas su rendre suffisamment grâce à Dieu pour tous ses bienfaits. Dans les lignes qui précèdent ce passage, T. Becon rappelait une série d’événements que l’Angleterre avait connus juste avant l’accession au pouvoir de Marie, ou plutôt, faudrait-il dire pour rendre justice à son argument, juste avant le retour du papisme. T. Becon veut y lire des signes avant-coureurs de la destruction imminente de la vraie religion2.

  • 3  “What shall I speak of that godly and mighty prince Edward, duke of Somerset, which in the time of (...)

5Quels sont donc ces signes, ces « unlucky chances » comme dit T. Becon tout en ménageant un suspens oratoire ? Ces événements malheureux survenus en Angleterre sont d’ordre politique. T. Becon les passe alors en revue3.

  • 4  Jean-Pierre Moreau, L’Angleterre des Tudors, 1485-1603, Paris : Ophrys-Ploton, 2000, 85.
  • 5  John Guy, Tudor England, Oxford : Oxford UP, 1988, 203.
  • 6  “The sudden taking away of those most goodly and virtuous young imps, the duke of Suffolk and his (...)

6Évidemment, l’envers du décor de cette rhétorique élogieuse, c’est que la manière de gouverner dont Somerset faisait preuve, plus en roi qu’en régent en s’entourant d’un petit cercle d’amis4, suscitait des jalousies, dont celle de son propre frère Thomas Seymour, courtisan de la future reine Élisabeth, ainsi que des intrigues, voire des révoltes issues de sa politique de restriction des enclosures, qui n’était pas du goût des grands propriétaires fonciers. Son éviction de la régence, et son meurtre, comme dit T. Becon, le présentent comme une victime innocente. En octobre 1549, une révolution de palais, une conspiration, vise à remplacer le Protecteur par Marie Tudor, qui ferait office de Régente. Les troupes qui avaient servi Somerset à mater les révoltes sont retournées contre lui, et John Dudley, comte de Warwick, prend le pouvoir, Somerset étant envoyé à la Tour, puis exécutéen janvier 1552. Ce que T. Becon ne dit pas, c’est que, si, à l’origine, les conspirateurs comme le comte d’Arundel et le comte de Southampton (Wriothesley) ont pu prendre prétexte des échecs politiques de Somerset pour mettre un terme à l’évolution religieuse de l’Angleterre vers le protestantisme auquel ils ne souscrivaient pas (d’où leur intention de placer Marie Tudor à la Régence malgré elle), au bout du compte, Warwick se retourne contre eux une fois au pouvoir et mène une politique favorable au protestantisme, même si cen’était pas forcément pourlui l’expression d’une profonde conviction religieuse, mais un souci d’entrer dans les bonnes grâces du Roi. En plus de cela5, Somerset aurait pris sous sa protection dans sa propre maison comme chapelains, trois Réformateurs dont il plaçait les ouvrages parmi ses préférés avec ceux de Luther, de Tyndale, Wyclif, Barnes, Bullinger et Frith, alors même qu’ils tombaient sous le coup des Six Articles d’Henri VIII. Ces trois Réformateurs étaient John Hooper, William Turner et Thomas Becon. En effet, T. Becon avait attiré l’intérêt de Lord Wentworth, cousin du Protecteur, et dédiait sa Governance of Virtue écrite fin 1543, qui connut six éditions de 1547 à 1607, à Lady Jane Seymour, la troisième fille de Somerset. On comprend mieux ainsi la place qu’occupe Somerset dans l’argumentation de T. Becon. Celui-ci, toutefois, ne se contente pas d’évoquer ce seul personnage6.

  • 7  “The death of these two most worthy and godly-learned men, I speak of M. Paulus Fagius, and of D. (...)

7Il mentionne également les deux fils de Charles Brandon, duc de Suffolk, et de la sœur d’Henri VIII, l’autre Marie Tudor. Si, après la mort d’Édouard VI, les deux princesses Élisabeth et Marie étaient d’une manière ou d’une autre exclues de la succession, comme Northumberland, le successeur de Somerset à la Régence, l’entendait, la couronne passait à la branche de Charles Brandon, et non pas à la fille d’Henri VIII, la catholique Marie Tudor. Et T. Becon continue sa liste avec Paul Fagius et Martin Bucer7.

8Paul Buccheim, plus connu sous le nom de Fagius, était un théologien protestant et hébraïsant, né à Saverne dans le Palatinat en 1504 et mort à Cambridge en 1549. Après divers travaux d’éditions d’ouvrages hébraïques sur le continent et de pastorale, à Strasbourg puis à Isny en Souabe, il est appelé par Thomas Cranmer en Angleterre avec Martin Bucer, et il occupe une chaire de théologie à Cambridge en 1549, l’année même de sa mort. Son corps fut déterré en 1557 puis brûlé sur ordre de la reine Marie. Martin Bucer est mort en 1551, lui aussi à Cambridge où il occupait égalementune chaire de théologie, et il a connu le même sort post mortem que son compagnon.

  • 8  “But, as I may pass over many other, and at the last come unto that which is most lamentable, and (...)

9Et enfin, conclut T. Becon en ayant respecté le bon ordre chronologique, la mort d’Édouard VI, ce prince très pieux et ce roi très chrétien, ce véritable Josias, ce destructeur déterminé de fausse religion, ce constructeur fervent de l’honneur de Dieu, ce patron très généreux des gens instruits dans la piété, ce digne défenseur des lettres et de la vertu, ce vivant et parfait miroir de vraie noblesse et de sincère piété, n’était-elle pas le signe certain de la calamité qui pèse sur le royaume d’Angleterre8 ?

10Tous ces événements, la mort du protecteur, des deux enfants, de Fagius, de Bucer et du roi Édouard, ont un point commun : la mort des justes. L’énoncé des signes sous forme de narratio à laquelle T. Becon se livre, de la mort de Somerset à celle du roi Édouard, est un pivot de son argumentation d’autant plus habile qu’il correspond à la vérité des faits historiques.

  • 9  “Who, considering these things (as I may speak nothing of the wickedness of these men which made t (...)

11Ce qui est extrêmement instructif, c’est le choix du mot « signe », « token, prognostication, sign »: pour T. Becon, toutes ces catastrophes sont bien des signes et non pas des instruments du courroux de Dieu. On aurait pu penser que Dieu, étant en colère contre les siens, les punit au moyen des catastrophes rapportées dans la narratio.  On pourrait croire, en effet, que Dieu s’est mis en colère justement parce que l’Angleterre avait établi une religion hérétique (le protestantisme). Non, dit T. Becon, il ne s’agit pas d’autre chose que de signes. Ces signes ne sont pas ce par quoi Dieu punit, mais ce par quoi Dieu avertit qu’il va punir. Dès lors, l’instrument de la colère de Dieu apparaît en pleine lumière. L’éviction ou la subversion de la vraie religion, la ré-introduction du papisme, est ce par quoi Dieu punit son peuple, ce qui, comme T. Becon le dit plus loin, n’a rien de surprenant, même si l’on met entre parenthèses la vie dissolue et les mœurs corrompues, la convoitise insatiable et la vanité intolérable des profiteurs de la parole de Dieu9.

  • 10  “What realm since the apostles’ time was ever so abundantly replenished with the knowledge of Chri (...)
  • 11  “Were not the people of old worthy to be overwhelmed with waters, which, being of righteous Noe so (...)

12T. Becon amplifie l’idée de l’ingratitude au moyen d’images bibliques, comme celle de la vigne (Isaïe, chapitre V) et de précédents empruntés à l’histoire biblique : l’histoire du Déluge, de Sodome, des Israélites contempteurs de la manne au désert, des Juifs vaincus par les Romains, parce qu’ils avaient refusé le règne de Christ10. Ces exempla permettent à T. Becon de se couvrir de l’autorité de l’Écriture, et de conclure en appliquant tout cela à la situation de l’Angleterre contemporaine11.

13On prend la mesure de l’éloquence dont T. Becon faisait preuve à la lecture de passages même aussi modestes que celui-ci, avec ses questions oratoires offrant un parallélisme structurel, la reproduction d’un adjectif attribut, « worthy, convenient, meet », à l’ironie réprobatrice, d’ailleurs à peine voilée ; des adjectifs épithètes caractérisants, appropriés au nom sur lequel ils portent, « righteous Noe, filthy Sodomites, abominable living, heavy wrath, fierce vengeance, vile flesh, &c., false rabbins, true prophets ») procédé connu sous le terme d’appositum ; des propositions relatives et participiales, « which, being so oft afore admonished, which, being afore told [...], when they, despising [...], &c., which would never [...], that would never [...] » ; voire des structures prosodiques de longue haleine, adaptées à la prose oratoire, produisant une sorte de lyrisme contenu, vraisemblablement caractéristique de la réprobation, les érotèses anaphoriques « Were not the people of old [...] &c., Were they not [...], Was it not [...] » dont l’emphase émotionnelle est renforcée par la congeries, l’effet d’accumulation des exempla bibliques, même si le texte, malgré sa verve oratoire et son écriture tout oralisante, n’offre pas dans le silence de la page, les effets de manche, les jeux sur les pauses, les silences et les tonalités, cette panoplie des orateurs rompus à la prédication devant les foules, comme c’était le cas de notre Réformateur.

14Les faux rabbins qui refusent de prêter l’oreille aux vrais prophètes de Dieu et qui les mettent à mort sont bien sûr les dirigeants ecclésiastiques de l’Église catholique ; et ceux qui sont condamnés à errer de par le vaste monde, comme les Juifs, sont les Réformateurs exilés sur le continent, éloignés de la terre d’abondance promise au peuple élu, c’est-à-dire, on l’aura reconnue, l’Angleterre.

15Le schéma argumentatif est donc clairement articulé en trois points au cours desquels se dessine l’idée que l’Angleterre est une terre promise, que le peuple anglais est un peuple élu, mais qu’il fait preuve d’ingratitude,« unthankfulness ». L’ingratitude est suivie des signes de la colère, suivis à leur tour et comme il se doit, de l’instrument de la punition qui n’est autre que le retour du papisme; les signes de la colère, ce sont les hasards malheureux de la politique du royaume, et l’ingratitude, c’est l’absence de reconnaissance du peuple devant les bienfaits de Dieu, c’est-à-dire, devant la grâce faite au peuple d’Angleterre, le peuple élu et aimé de Dieu, la grâce d’avoir vu s’installer la vraie religion.

La queue du loup

16C’est pourquoi, ce qui importe pour l’instant à ses yeux, c’est moins de définir avec précision les contours de certains dogmes proposés par les différentes confessions protestantes, contours déjà dessinés d’ailleurs par le Book of Common Prayer de Thomas Cranmer sous Édouard VI, que de lutter de toutes ses forces contre l’usurpateur, contre l’ennemi de la chrétienté et du christianisme, l’antéchrist lui-même, qui a supplanté la vraie Église établie en Angleterre par la fausse Église, réceptacle de toutes iniquités et de toutes hypocrisies.

17Dès lors, le ton ne peut pas être celui d’un débat théologique, mais celui d’une rhétorique agonistique du combat. Il s’agit d’éradiquer de la terre promise les mauvaises herbes semées par Satan dans le champ du Seigneur. Il s’agit de démasquer le diable et ses sbires qui se sont couverts d’habits de sainteté, de révéler au peuple leur vraie nature, de montrer les cornes du diable. T. Becon ne choisit donc pas une rhétorique qui procéderait argument par argument pour démontrer l’invalidité de la doctrine papiste, comme il l’appelle, il ne s’attaque pas dans ces épîtres à la doctrine, mais aux hypocrites, aux profiteurs, aux prélats et aux prêtres, aux personnes donc, installées par leur maître, Satan, à la tête d’une Église qui trompe le peuple d’Angleterre. Il lui faut donc montrer deux choses, d’abord que l’hypocrisie, la duperie et la tromperie sont à l’œuvre en coulisses, que c’est bien le diable qui tire les ficelles, bref que l’envers du décor de la sainteté prônée par l’Église du Pape, c’est le domaine de Satan, « that son of perdition, the father of all lying » d’une part, et d’autre part et dans la même foulée, il lui faut aussi montrer qui est responsable, quelle est la personne placée par Satan pour conduire le troupeau d’Israël en Angleterre sur un chemin qui ne mène qu’à la perdition, pour introduire au milieu des brebis les loups voraces et autres bêtes monstrueuses déguisées en habits sacerdotaux, en évêques, ces « wolves in sheep’s clothing », afin de mieux les tromper.

  • 12  “In this third volume, I say, as the time and manners of men justly required, I have somewhat more (...)

18Que Satan mène le bal, point n’était besoin d’attendre Gounod pour l’entendre: T. Becon le dit déjà dans tous ses écrits, et ces épîtres n’échappent pas à la règle. Dans sa préface à A Comfortable Epistle to the afflicted people of God, rédigée en 1563, « From Canterbury, October 6 », il indique que, dans un style familier, il attribue le malheur présent de l’Angleterre à son manque de reconnaissance envers les bienfaits de Dieu dans le passé, qu’il recommande pénitence, foi, bonnes œuvres, prières et patience, et qu’il fortifie le lecteur avec de nombreux exemples tirés des Écritures, montrant que le doigt de Dieu se fait sentir, même au cœur d’extrêmes difficultés, si l’homme veut retourner vers Lui. Mais le ton de la Supplication est plus amer, comme on peut lelire dans sa Préface Générale12.

  • 13  « Malheur aux bergers d’Israël, qui se paissaient eux-mêmes! Les bergers ne devaient-ils pas paîtr (...)

19Le diable, c’est celui qui tient le discours damnateur de perdition, celui des faux prophètes, des loups déguisés en moines ou en évêques, en habits de brebis, « wolves in sheep’s clothing », ces soi-disant pastoureaux ou pasteurs, prêtres ou pâtres, dont l’intérêt pour les moutons et les brebis est très suspect, et dont l’activité envers leurs ouailles n’est pas forcément désintéressée. Dans sa Supplication, T. Becon applique, par exemple, une citation d’Ezéchiel à leur sujet13.

  • 14  “But now the shepherds, yea, rather the wolves, which are brast into thy sheep-fold, and with viol (...)

20Un peu plus loin, il dénonce dans la même veine les faux pasteurs en habit de brebis qui se sont malicieusement introduits dans la bergerie du Seigneur14.Ce passage renvoie un écho douloureux de la situation, d’une part des Réformateurs anglais dispersés sur le continent et persécutés en Angleterre de 1553 à 1558, et d’autre part du peuple d’Angleterre privé de ses (bons) pasteurs, et donc en proie aux bêtes des champs – cesloups, déguisés en habit sacerdotal, c’est-à-dire répandant une doctrine trompeuse, « wolves in sheep’s clothing ».

21L’expression « wolves in sheep’s clothing »est très fréquente sous la plume de T. Becon, mais elle est vraisemblablement propriété commune de tous les Réformateurs anglais de cette époque. Un des sobriquets attribué aux évêques en Angleterre par les masses populaires était « mordeurs-de-brebis », un à-peu-près jouant sur les ressemblances phonétiques ou graphiques approximatives des deux mots anglais « bishop » (évêque) et « bite-sheep » (littéralement « mord-brebis ») selonun va-et-vient sémantique qui peut prendre un caractère comique ou critique, et produire dela dérision. Le déplacement ou le remplacement des voyelles [i] et [o] est un métagramme, superposant deux éléments linguistiques qui induitla dérision d’un double sens prétendument révélateur d’une duplicité. La duplicité, le faux-semblant, ne sont-ils pas l’apanage du démon ?

  • 15  “The devil in all ages “goeth about like a roaring lion, seeking whom he may devour,” (1 Peter v). (...)

22L’idée du diable trompeur entre ailleurs chez T. Becon dans des argumentaires plus doctrinaux et moins personnels, quand ils’en prend au fondement de la doctrine adverse, et non pas aux personnes représentatives de cette doctrine. Dans son Catechism en particulier, composé en 1559-1560, le démon est présenté comme le père de l’hérésie. En cela, T. Becon reste très orthodoxe évidemment d’un point de vue abstrait, et protestant, mais aussi très polémique d’un point de vue argumentatif. En effet, il n’est pas évident pour tout le monde que l’antéchrist soit le Pape15.

  • 16  “In the second tome I have comprehended all those works which I wrote under the godly reign of the (...)

23Deux œuvres sont plus particulièrement instructives de la pensée de T. Becon sur Satan. Il s’agit de The Acts of Christ and Anti-Christ, publiés dans le dernier tome de ses œuvres complètes et surtout The Dialogue between the Christian Knight and Satan, publié dans le deuxième tome, donc appartenant à ses écrits de la période édouardienne, comme il le dit lui-même dans sa préface générale à ses œuvres complètes16, mais les dates de composition de ces deux œuvres restent inconnues. T. Becon n’a pas le goût de la spéculation théologique pure; ses considérations sur Satan ne sont pas d’ordre théologique, il ne cherche pas à pénétrer les arcanes de la raison d’être du diable ou de sa nature profonde.  

  • 17  “It greatly rejoiceth me, most dear brethren, to hear of this your constancy and steadfastness in (...)

24Dans la lutte de T. Becon contre l’Église de Rome, le diable sert d’argument. L’antéchrist, c’est le Pape, ou plutôt, le Pape, c’est l’antéchrist. C’est par le Pape que Satan tire les ficelles et dirige le jeu de l’autre côté du décor. En cela, T. Becon n’écrit rien d’original, mais pose un postulat parfaitement orthodoxe dans la pensée protestante de l’époque, renforcé par quelques allitérations et assonances suggestives, et cela dès les premières lignes de sa Comfortable Epistle17.

  • 18  “The food wherewith they pasture thy sheep is the drowsy dreams and idle imaginations of antichris (...)

25Dans les Épîtres qu’il rédige en exil, l’accent est donc moins mis sur l’antéchrist que sur les papistes et leur Église. Et précisément, il tente de dénoncer parmi les chefs de l’Église catholique la personne qui à ses yeux est le plus responsable des malheurs actuels de l’Angleterre. Pour cela, il a recours au bestiaire. Or, parmi les loups dispensateurs des « drowsy dreams and idle imaginations of antichrist » s’est glissée une autre bête des champs que T. Becon ne se prive pas de montrer à la foule de ses lecteurs, tel un montreur d’ours dans les foires, spectacle dont le peuple était friand, comme on lesait. T. Becon plaît d’autant plus aux foules que le monstre qu’il offre en spectacle dans sa Supplication est un ours justement, et avec lui, viennent aussi parader cocatrix, lion rampant et autres dragons redoutables et effroyables18.

26On l’aura sans doute reconnu à la lecture du texte de T. Becon, ce dont il s’agit ici est le portrait fidèlement allégorique de Stephen Gardiner, agrémenté de tout un appareil rhétorique de la vindicte. Il accumuleles adjectifs dépréciatifs, soit sous forme de liste, ou synathrisme ou encore accumulatio « vile, stinking, abominable, devilish, blasphemous, and idolatrous », soit sous forme d’appositum, adjectifs uniques produisant l’effet d’être appropriés aux substantifs sur lesquels ils portent « Latin mumblings, dumb images, heathenish ceremonies, vain sights, apish toys ». Il utilise une figure qui lui est chère, lepolyptote en forme de chiasme, caractéristique du style de la polémique de l’époque (« their pestilent poisons and poisons full of pestilences »), tout cela agrémenté des figures de sonorités comme bien sûr l’allitération et l’assonance (« drowsy dreams, idle imaginations, pestilent and poisonful pastures »). Il fait, enfin, usage de l’appareil rhétorique de la vindicte qui procède aussi de l’effictio, c’est-à-dire la description des attributs physiques passés en revue : le visage, les yeux, les dents, la bouche, la langue, les lèvres, la gorge, l’haleine, le cœur, les mains, les pieds, en uneforme d’hypotypose qui distribue la description comme une déclinaison grammaticale et renforce l’impression d’exhaustivité au moyen de notations sensibles : les flammes, le venin, l’amertume, le poison, la bave écumante, le sang ; accrochantes : le blasphème, le sépulcre, le massacre, contribuant à l’énergie, à la vivacité plastique du discours. La technique rhétorique de T. Becon confine à l’art de l’éloquence.

  • 19  “This wolf, O Lord, is so arrogant haughty, and proud, seeing the government of the whole realm is (...)

27Pourquoi Stephen Gardiner ? La suite du passage offre quelques éclaircissements presque explicites, quand T. Becon écrit, à propos de ce personnage, de ce loup arrogant et hautain, que le gouvernement du royaume est placé entre ses mains, qu’il est très imbu de sa personne, de son intelligence, de sa culture et de sa politique19.

28Devant lui, nous dit T. Becon, sont traduits ceux qui refusent d’entrer dans l’Église du Pape, et qui sont alors soumis à toutes sortes de railleries et de sarcasmes, d’humiliations, d’outrages, avant d’être pourles uns envoyés en prison, à la Tour de Londres, à la prison du Fleet (du nom de l’affluent de la Tamise où était située la prison où l’on enfermait les gens pour dettes), à la prison de Southwark, égalementà Londres, qui dépendait du maréchal de la Maison Royale, d’où son nom de Marshalseas, pour les autres appelés à comparaître devant la Cour du Banc du Roi (the King’s Bench), d’autres encore envoyés aux Comptoirs, prisons municipales où l’on enfermait aussi les gens pour dettes et autres crimes ou délits, à la Tour des Lollards, à la prison de Newgate à Londres, et ailleurs.

  • 20  “Ah, Lord God! we dare not take upon us to judge any creature, for unto thee alone are the secrets (...)

29Quelques pages auparavant, T. Becon dressait déjà le portrait d’un ours, dans un passage où, écho avant-coureur des accents de la trompette embouchée par John Knox (en 1558), il déplorait que la couronne fût tombée en quenouille, manipulée par un certain ours, digne successeur d’Ananias, le mari de Saphira, qui avait caché pour son compte personnel et celui de sa femme une partie des biens qui devaient revenir à la communauté, (Actes des Apôtres, chapitre V), destructeur de la vigne du Seigneur, suppresseur de la vraie religion, et instigateur de la superstition papiste20.

30Lorsque Marie Tudor, restée fidèle à l’Église catholique, prit place sur le trône d’Angleterre, son intention n’était pas au départ de contraindre le parti protestant par la force, mais de l’amener par la persuasion à épouser sa cause, d’autant plus que l’empereur Charles Quint voulait éviter tout conflit religieux, nuisible à l’Église catholique, afin de promouvoir le mariage de son fils Philippe avec la reine d’Angleterre. Très rapidement toutefois, les évêques protestants les plus éminents furent arrêtés, comme Ridley, Coverdale et Hooper, et les évêques d’obédience catholique furent réinstallés dans leurs évêchés, après enquête, et d’autres furent reconnus comme titulaires de leur charge automatiquement. Ce fut le cas en particulier de l’évêque de Winchester, Stephen Gardiner, qui se voyait confier en outre la charge de Lord Chancellor, Chancelier du Royaume. C’est donc lui qui préside la Chambre des Lords et sert de porte-parole au souverain, si ce n’est pas l’inverse, et c’est à lui que peut s’appliquer le passage où T. Becon écrit : « the government of the whole realm is committed unto him ».

31L’envers du décor de la scène tragique que connaît l’Angleterre est donc entièrement placé entre les mains de Stephen Gardiner, digne capitaine de son seigneur Satan. T. Becon a réglé ses comptes. On a le sentiment qu’il règle presque des comptes personnels avec un ennemi personnel. À ce stade, la vie de l’homme, ses déboires et ses aventures, semblent entrer pour beaucoup dans son inspiration. Sa vindicte semble bien être dictée par son expérience personnelle.

Les coulisses

  • 21  “I, at that time being partaker of that exile and banishment, after long and that most miserable i (...)

32Au début, la reine compte sur ses prédicateurs pour convertir les protestants à l’Église catholique. Gilbert Bourn, archidiacre de Londres, prêche donc la conversion à Paul’s Cross le 13 août 1553. Sa prédication déplaît à l’auditoire et provoque un tumulte. Bourn est obligé de faire appel à John Bradford pour continuer la prédication à sa place, ce qui calme un peu les esprits. Bradford mène Bourn à l’écart du danger, puis reprend sa prédication l’après-midi. Qu’un Réformateur bien connu prenne la place d’un archidiacre catholique lors d’une prédication aussi importante ne convient pas aux autorités, et trois jours après, Bradford est enfermé à la Tour de Londres, en compagnie de deux autres prédicateurs considérés comme séditieux, Jean Véron, et Thomas Becon, qui avaient dû prendre part au tumulte du 13 août. L’agitation à Paul’s Cross, l’esplanade de la cathédrale Saint Paul à Londres où les grands sermons avaient lieu, n’a peut-être servi que de prétexte à l’emprisonnement de T. Becon, sapopularité lui donnait trop de pouvoir auprès de la population pour qu’on lui laisse la parole. À leurs premiers compagnons d’infortune à la Tour, Ridley, Sandys, Cox, devaient s’ajouter d’autres, par la suite, dont Latimer et Cranmer. Dès le 15 mars 1554, en application des Injonctions de la Reine, un certain nombre de verdicts de suspensions et de destitutions fut prononcé, ainsi que d’interdictions de cohabitation de religieux avec leurs épouses, ce qui concerne Thomas Becon. Il fait brièvement référence à cet épisode de sa vie dans sa préface de 1563 à l’édition de A Comfortable Epistle, adressée au nouvel évêque de Winchester sous Élisabeth, Robert Horne, qu’il avait connu pendant l’exil à Francfort, où Horne était à la tête du parti des épiscopaliens, les futurs anglicans, opposés aux réformés que menait Knox21.

33Le fait que T. Becon adresse sa préface à la personne qui occupe le siège épiscopal de Winchester est peut-être l’indice d’une revanche sur l’ancien occupant de ce même siège, Stephen Gardiner. Celui-ci était peut-être aussi la personne que T. Becon avait en tête lorsque, dans sa préface, il se disait sans cesse tourmenté par Satan et ses ministres. En effet, Gardiner tentait, par des visites et conversations répétées, de convertir les prisonniers. T. Becon a dû subir ce genre d’épreuve durant son séjour à la Tour, côtoyant Gardiner en personne, ce qui a pu l’inciter à rédiger le portrait du personnage dans les termes de l’effictio précédemment citée. T. Becon est malgré tout libéré de prison vers la fin du mois de mars 1554, Gardiner ayant préféré sans doute lui donner l’opportunité de quitter le pays plutôt que d’en faire un martyr, diraient les uns, une victime, diraient les autres. À moins qu’il ne se soit trompé de nom, comme le suggère Foxe, les incertitudes de l’orthographe aidant. T. Becon part alors pour Strasbourg.

  • 22  Christina H. Garret, The Marian Exiles, Cambridge : Cambridge U P, 1938, 27-28.
  • 23  Derrick S. Bayley, Thomas Becon and the Reformation of the Church in England, Edinburgh, London : (...)
  • 24  Derrick S. Bayley, Thomas Becon and the Reformation of the Church in England, op. cit., 80, note 3 (...)

34On trouve un important groupe d’exilés à Strasbourg : Sir John Cheke, Sir Peter Carew, Sir Thomas Wrothe, Sir Anthony Cooke, Sir Richard Morison, Dr. Sandys, Thomas Sampson, John Ponet et les banquiers Thomas Heton et John Abell, parmi d’autres22. Pierre Martyr et Pierre Alexandre arrivent à l’automne 1553 et au printemps 1554, puis un groupe important d’étudiants et autres réfugiés viennent les rejoindre. On ne sait pas quand T. Becon est arrivé à Strasbourg, mais son arrivée nefut pas sans quelqueimportance : William Cecil avait choisi Strasbourg comme quartier général pour lutter, par le moyen de la propagande politique, contre l’oppresseur qui avait ravi la couronne d’Angleterre. Or, T. Becon apportait un élément essentiel à cette lutte, par son expérience de propagandiste et sa valeur de pamphlétaire. Dès sa sortie de prison, et peut-être même avant, ses services avaient dû être sollicités pour défendre la cause protestante, et ses premiers contacts avaient dû le mettre sur le chemin de Strasbourg23. C’est là que T. Becon rédige ses deux Épîtres24.

  • 25  Colligan J. Hay, The Honourable William Whittingham of Chester, Chester and London, 1934.

35Entre temps, d’autres Anglais réfugiés à Francfort, sous la conduite de William Whittingham, décident d’organiser leur Église et leur culte selon une pratiquecalviniste25. Ils invitent les exilés de Strasbourg, Zurich, Duisbourg et Emden à les rejoindre. Ils élisent trois ministres du culte à la tête de la congrégation, dont Knox, à Genève. Ces agissements ne manquaient pas d’inquiéter les partisans de l’épiscopat et du deuxième Prayer Book d’Édouard VI. Aussi, à Strasbourg comme à Zurich, commença-t-on à prendre des mesures capables de contrebalancer le tour que prenaient les événements à Francfort. Strasbourg devait finir par rompre les négociations avec Francfort où fut créée une Église Réformée administrée par Knox.

36Aucune des lettres de Strasbourg à Francfort du 23 novembre et du 13 décembre 1554, ne porte la signature de T. Becon. Son nom n’apparaît pas non plus dans la liste des réfugiés anglais fournie par les autorités municipales du 28 décembre au duc de Wurtemberg. Pour quelle raison T. Becon, ainsi queCox, s’étaient-ils absentés de la ville cet hiver-là ? Ce départ paraît incompatible avec la tâche prioritaire de rédaction des pamphlets subversifs à laquelle T. Becon, avec Ponet et les autres, était occupé. Cox aurait été envoyé, en sus de Richard Chambers et Edmund Grindal, en mission diplomatique à Francfort en novembre, mission quiconsistait peut-être à tenir les autres communautés d’exilés informées des événements, en particulier à Zurich, et à préparer la ligne de conduite qu’il faudrait suivre en cas de rupture des négociations. Tout semble indiquer l’existence d’une assez vaste organisation dont le centre était Strasbourg et la tête Ponet peut-être lui-même, visant à consolider l’installation des exilés à la fois sur le plan politique et sur le plan liturgique, voire théologique. Quelque indice de l’activité en coulisse de Cox apparaît dans le peu de temps qu’il lui a fallu, après son arrivée à Francfort, pour solliciter l’aide de Horne, alors à Zurich. Le futur évêque de Winchester attendait cela sans doute avec impatience.

  • 26  David Laing (Ed.), The Works of John Knox, vol. IV, Edinburgh: James Thin, 1895, 46.

37Malgré tous les efforts de Cox et des autres, les négociations sont sans résultats. Strasbourg se décide à intervenir par la force. Le 13 mars 1554-55, Cox, arrogant, arrive à Francfort avec un groupe dans lequel se trouvait peut-être Thomas Becon. Ils essaient de mettre l’Église locale au pas. Le dimanche suivant, un des membres du groupe monte en chaire et lit la litanie, les partisans de Cox faisant les réponses. Knox réagit promptement, profite de son tour de prêcher cet après-midi-là, et leur reproche de troubler la paix de l’Église de Dieu. Suivent conférences et disputes, puis Cox insista sur la nécessité de retenir les versets et les répons au début des Matines, et Knox devint furieux26. Toute l’affaire est soumise à l’arbitrage des autorités de Francfort dans une Supplication en latin. Les deux partis, confiants en la chute de la tyrannie, et en leur prochain retour sur la scène anglaise, considèrent que la controverse n’est pas simple décor local, mais qu’elle concerne un décor beaucoup plus important, celui de la nation anglaise tout entière; il fallait donc décider du tour que devait prendre la future Church of England. Les autorités de Francfort leur ordonnent de se conformer à l’Église française, sous peine d’expulsion. Cox se déclare d’accord, pour gagner du temps.

  • 27  Original Letters Relative to the English Reformation, vol. II, Parker Society, Cambridge, 1846-184 (...)
  • 28  Ibid., 763.
  • 29  Pour tous ces événements, cf. E. Arber, A Brief Discourse of the Troubles at Frankfort, London, 19 (...)

38Knox fut obligé de quitter Francfort, à cause de certains passages de ses œuvres qui avaient inquiété les autorités de la ville. Il part le 26 mars 1555. Les autorités sanctionnent alors l’usage du Prayer Book. Cox triomphe donc. T. Becon aussi, sans doute, car il appose sa signature à une lettre à Calvin du 5 avril, où le parti du Prayer Book donne la version des événements du mois précédent craignant qu’une version qui leur soit préjudiciable ne les ait devancés à Genève27. T. Becon signe une autre lettre à Calvin comme « Minister of the Word of God », le 20 septembre28. Dans cette dernière lettre, il semble qu’il ait fait partie des membres nommés par le nouveau gouvernement ecclésiastique de Cox à la suite des événements de Francfort29.

  • 30  “That Becon could subscribe these letters shows that he had thrown in his lot with the moderate pa (...)

39T. Becon, donc, rejoint le parti modéré des Réformateurs et s’en tient aux décisions de 155230. Sa fonction de ministre, ou de prédicateur, de l’Église de Francfort montre que son engagement dans la politique ecclésiastique des exilés de Strasbourg et deZurich était bien connu. En tant qu’ancien chapelain de Cranmer, il devait avoir surtout du prestige auprès des exilés défendant la cause du Primat.

40Toutes ces aventures, même si elles restent entourées de mystère, dû en grande partie au manque d’informations officielles, témoignent du rôle que T. Becon a joué sur le continent dans l’établissement du dogme et des pratiques de ce qui allait devenir l’Église anglicane. C’est sur le continent que s’est joué l’avenir de l’Église anglicane. C’est sur le continent, parmi les partisans de Cox contre Knox, que s’est dessiné le visage, et que s’est monté le décor, de ce qui allait être l’Église d’Angleterre. C’est pourquoi l’envers du décor de l’Église d’Angleterre sont les événements de Strasbourg et de Francfort où Thomas Becon a joué son rôle, aussi bien comme homme d’église que comme homme de lettres.

Conclusion

41Si l’œuvre de T. Becon est bien un des décors littéraires et rhétoriques du drame de l’Église joué sur la scène anglaise, l’envers de ce décor-là, ce sont les vicissitudes de la vie de l’auteur pris dans la tourmente des persécutions en Angleterre et des conflits intra-religieux sur le continent. Pourchassé dans son propre pays, puis exilé sur le continent, il a lutté pour ses idées et a porté sa contribution à l’établissement du visage religieux de l’Angleterre tel qu’on le connaît encore aujourd’hui. Voilà pourquoi il fallait envisager l’envers du décor dans l’œuvre, et l’envers du décor de l’œuvre : l’inspiration de T. Becon dans les deux épîtres qu’il rédige sur le continent participent d’un esprit constructeur d’un édifice à venir. T. Becon participe à l’édifice de l’Église d’Angleterre en même temps qu’à l’édification des brebis du Seigneur. Cette participation se fait dans les coulisses de la rhétorique tout autant que dans celles de l’exil. Les techniques oratoires, à l’œuvre dans les épîtres, sont le moyen de révéler l’envers du décor de l’adversaire ; et en même temps, les enjeux ecclésiologiques des exilés sont le moyen de tracer dans les coulisses du continent les lignes directrices qui devaient paraître sur le décor de l’Angleterre, et qui sont encore aujourd’hui les éléments bien connus du paysage de l’Église anglicane.

42L’œuvre, et l’homme, donc. La force du destin et la sagesse de l’homme. Force et sagesse, les deux piliers du temple de l’éloquence chez T. Becon : force de la verve oratoire, sagesse de la sauvegarde de la vie dans l’espérance du salut. Quelle est la clé de voûte au-dessus de ces deux piliers ?

43Décor et envers. T. Becon dénonce une sainteté coupable. L’envers du décor serait-il par nature contradictoire, consubstantiellement oxymoronique ? Probablement pas dans tous les cas. Il reste que dans la controverse religieuse, comme dans toute forme d’affrontement entre deux camps opposés qui luttent l’un contrel’autre, on est en présence d’opposés, justement. Opposés, catholiques et protestants, en Angleterre comme en Europe à cette époque, le sont autant sur le terrain des champs de bataille que sur celui des discours dogmatiques. Les dogmes catholiques ou protestants sont-ils pour autant contraires ? Vont-ils en sens inverse l’un de l’autre ? Sont-ils contradictoires ? Ne reste-t-on pas avec l’un comme avec l’autre dans le même théâtre religieux, dans le même monde chrétien, tout comme on reste aussi bien en coulisses que sur scène, avec les décors, dans un même théâtre ? L’irénisme a pu être à la mode dans certains milieux au XVIe siècle. Et c’est peut-être encore le cas aujourd’hui, même si le terme à la mode est celui d’œcuménisme. C’est avec de l’encre que T. Becon combat sur le champ de bataille de la polémique anti-papiste, en cette première moitié du XVIe siècle. La révélation à laquelle procède T. Becon de l’envers du papisme est-elle écrite à l’encre de l’irénisme ? Non. Il n’y a pas d’irénisme chez T. Becon : le papisme n’est pas chrétien, mais anti-chrétien; cependant,T. Becon ne semble pas s’accorder non plus avec le parti plus radical ou réformé de J. Knox, sur le plan liturgique tout au moins. La clé de voûte semble donc bien être chez lui une conviction profonde dans la vérité du dogme protestant qu’il défend et qu’il tente d’exposer avec toute la force dont il est capable.

Haut de page

Bibliographie

AYRE John (Ed.), The Early Works of Thomas Becon, Cambridge: Parker Society [1844], New York, London: Johnson Reprint C, 1968.

AYRE John (Ed.), The Catechism of Thomas Becon, Cambridge: Parker Society [1844], New York, London: Johnson Reprint C, 1968.

AYRE John (Ed.), Prayers and Other Pieces of Thomas Becon, Cambridge : Parker Society [1844], New York, London: Johnson Reprint C, 1968.

ARBER E. (Ed.), A Brief Discourse of the Troubles at Frankfort, London, 1908.

BAYLEY Derrick S., Thomas Becon and the Reformation of the Church in England, Edinburgh, London : Oliver and Boyd, 1952.

COLLIGAN J. Hay, The Honourable William Whittingham of Chester, Chester, London, 1934.

DIXON Richard W., History of the Church of England, vols. I-IV, London : G. Routledge and Sons, 1878-1891.

GARRET Christina H., The Marian Exiles, Cambridge: Cambridge U P, 1938.

GUY John, Tudor England, Oxford : Oxford U P, 1988.

LAING David (Ed.), The Works of John Knox, Edinburgh: James Thin, 1855.

MOREAU Jean-Pierre, L’Angleterre des Tudors, 1485-1603, Paris : Ophrys-Ploton, 2000.

Original Letters Relative to the English Reformation, vol. II, Cambridge: Parker Society, 1846-1847.

SEGOND, Louis (Trad.), La Sainte Bible, Genève-Paris : Société Biblique de Genève, 1979.

SMYTH C. H., Cranmer and the Reformation under Edward VI, Cambridge, 1924.

Haut de page

Notes

1  “Edward the VI, that true Josias, that earnest destroyer of false religion, that fervent setter-up of God’s true honour, that most bounteous patron of the godly-learned, that most worthy maintainer of good letters and virtue, and that perfect and lively mirror of true nobility and sincere godliness”, John Ayre (Ed.), Prayers and Other Pieces of Thomas Becon, Cambridge: Parker Society [1844], New York, London : Johnson Reprint C, 1968, 206.

2  “But be it known unto you, dear brethren, that this thing that hath happened unto us in this realm of England (I mean the taking away of God’s true religion, and the thrusting in of papistry in the stead thereof, unto the great and unspeakable sorrow of all true Christian hearts) ought not to seem unto you new, strange, and unlooked for; but rather such a thing as hath hitherto many times been declared unto you by the preachers, and ye yourselves, godly considering the corrupt manners and unlucky chances of this realm, did right well the same aforesee and greatly lament. For divers, signs had we long before, besides the godly admonitions of the faithful preachers, which plainly declared unto us an utter subversion of the true Christian religion to be at hand, except it were prevented by hasty and hearty repentance”, John Ayre, op. cit., 205.

3  “What shall I speak of that godly and mighty prince Edward, duke of Somerset, which in the time of his protectorship did so banish idolatry out of this realm, and bring in again God’s true religion, that it was wonder so weighty a matter to be brought to pass in so short a time? Was not the ungentle handling of him, and the unrighteous thrusting him out of office, and afterward the cruel murdering of him, a man, yea, a mirror of true innocency and christian patience, an evident token of God’s anger against us?”, John Ayre, op. cit.,  205.

4  Jean-Pierre Moreau, L’Angleterre des Tudors, 1485-1603, Paris : Ophrys-Ploton, 2000, 85.

5  John Guy, Tudor England, Oxford : Oxford UP, 1988, 203.

6  “The sudden taking away of those most goodly and virtuous young imps, the duke of Suffolk and his brother, by the sweating sickness, was it not also a manifest token of God’s heavy displeasure towards us?”, John Ayre, op. cit., 205.

7  “The death of these two most worthy and godly-learned men, I speak of M. Paulus Fagius, and of D. Martin Bucer, was it not a sure prognostication some great mishap concerning Christian religion to be at hand?”, John Ayre, op. cit., 205.

8  “But, as I may pass over many other, and at the last come unto that which is most lamentable, and can never be remembered of any true English heart without large tears, I mean the death of our most godly prince and christian king, Edward the VI., that true Josias, that earnest destroyer of false religion, that fervent setter up of God’s true honour, that most bounteous patron of the godly-learned, that most worthy maintainer of good letters and virtue, and that perfect and lively mirror of true nobility and sincere godliness; was not the taking away of him (alas for sorrow!) a sure sign and an evident token that some great evil hanged over this realm of England?”, John Ayre, op. cit., 206.

9  “Who, considering these things (as I may speak nothing of the wickedness of these men which made the word of God a cloak of their naughtiness, of their insatiable covetousness, of their intolerable pride, of their voluptuous and wanton living, &c.), perceived not a shipwreck of the christian religion to be at hand, as it is (alas for pity!) come to pass at this day? All good men feared the decay of God’s true honour in this realm: that we feared, that hath chanced; how could it otherwise come to pass? God’s blessing was offered unto us; but we through our wicked and unthankful life refused it”, John Ayre, op. cit., 206.

10  “What realm since the apostles’ time was ever so abundantly replenished with the knowledge of Christ’s gospel, yea, and that in so few years, as this realm of England was? [...] God planted in this realm of England a pleasant and goodly vineyard, dressing and trimming it after the best manner, looking continually to have some worthy fruit thereof; but when in the stead of natural grapes it brought forth wild berries, unwholesome and unnatural, was it not worthy to be laid waste, to be trodden under foot, and to be devoured of wild beasts?”, John Ayre, op. cit., 206.

11  “Were not the people of old worthy to be overwhelmed with waters, which, being of righteous Noe so oft afore admonished, would not repent and make provision for the avoiding of that plague? Were not the filthy Sodomites worthy to be consumed with fire and brimstone from heaven, which, being afore told of their destruction, would not cease through their abominable living to provoke the heavy wrath and fierce vengeance of God against them? Were not the Israelites worthy to be plagued even unto the death, when they, despising, loathing, and abhorring manna, which came down from heaven, lusted after the vile flesh of the earth? Were not the Jews worthy to be led away miserable captives and wretched prisoners, to serve strange princes in foreign countries, which would not serve their Lord God in their own country, “a land that floweth with milk and honey?” Was it not convenient that the people of Juda should be oppressed, yea, destroyed, both they and their cities, of their enemies the Romans, which refused Jesus Christ, their true liege and sovereign Lord, to reign over them, and most cruelly put him to death? Were they not worthy to be seduced of a sort of false rabbins, as they are at this day, which would never give ear to the true prophets of God, but miserably killed them? Was it not also meet that they like vagabonds should wander throughout the world, without priesthood, kingdom, or commonweal, that would never truly serve him which before all other nations did choose them to be his peculiar people, giving them a land that floweth with the abundance of all things?”, John Ayre, op. cit., 206.

12  “In this third volume, I say, as the time and manners of men justly required, I have somewhat more sharped my pen in some places against antichrist and his Babylonical brood, than in my books heretofore made and published. [...] In fine, I have displayed the wicked kingdom of the son of perdition, and set it forth in his lively colours, that all men, if they be not obstinately blind, and willingly set themselves against the manifest truth of God’s word, may easily know antichrist, and beware of his wolfish whelps and of their pharisaical leaven”, in John Ayre (Ed.), The Early Works of Thomas Becon, Cambridge: Parker Society [1844], New York, London : Johnson Reprint C, 1968, 29-30.

13  « Malheur aux bergers d’Israël, qui se paissaient eux-mêmes! Les bergers ne devaient-ils pas paître le troupeau ? Vous avez mangé la graisse, vous vous êtes vêtus avec la laine, vous avez tué ce qui était gras, vous n’avez point fait paître les brebis. [...] vous n’avez pas ramené celle qui s’égarait, cherché celle qui était perdue, mais vous les avez dominées avec violence et dureté. Elles se sont dispersées, parce qu’elles n’avaient point de berger; elles sont devenues la proie de toutes les bêtes des champs, elles se sont dispersées », Ezechiel 34, Ancient Testament, La Sainte Bible, Louis Segond (Trad.), Genève-Paris : Société Biblique de Genève, 1979.

Ah, good Lord! how cometh it to pass that, whereas before thy sheep were fed with the comfortable meat of thy glorious gospel by the ministry of the godly-learned preachers, the faithful shepherds are driven away, and a rabble of ravening wolves are brast into the sheep-fold, which spare not the flock, but cruelly murder, not only their bodies by imprisoning, hanging, heading, and brenning them, but their souls also, by teaching them wicked and pestilent doctrine?”, John Ayre, op. cit., 227.

14  “But now the shepherds, yea, rather the wolves, which are brast into thy sheep-fold, and with violence have unjustly thrust out the faithful and fatherly pastors out of their cures, are lordly, cruel, blood-thirsty, malicious, and spiteful against thy sheep”, John Ayre, op. cit., 236-237.

15  “The devil in all ages “goeth about like a roaring lion, seeking whom he may devour,” (1 Peter v)..., and ceaseth not at all times to sow his weeds, tares, and cockle in the Lord’s field; (Matt. xiii) I mean, to plant heresies, wicked opinions, and corrupt and false doctrine in the hearts of men by his false prophets, which transfigure and change themselves into angels of light, that they may the more easily creep into the consciences of the people, and so deceive them”, Cat. 322.

16  “In the second tome I have comprehended all those works which I wrote under the godly reign of the most blessed and virtuous king Edward the Sixth”, John Ayre (Ed.), op. cit., 29.

17  “It greatly rejoiceth me, most dear brethren, to hear of this your constancy and steadfastness in believing and confessing the glorious gospel of our Saviour Jesus Christ, which, as the apostle saith, “is the power of God to save as many as believe;” (Rom. i) namely in these perilous and troublesome days, wherein we see so many start back and run away from the confession of God’s truth (which, when the weather was calm, they seemed constantly to profess), and follow the fond fantasies of men that speak not God’s word, but their own drowsy dreams and idle imaginations, brought into the church of Christ by subtile Satan and his marked merchants [...]”, John Ayre, op. cit., 205.

18  “The food wherewith they pasture thy sheep is the drowsy dreams and idle imaginations of antichrist. Instead of the preaching of thy lively word, they feed thy flock with Latin mumblings, with dumb images, with heathenish ceremonies, with vain sights, and such other apish toys. Instead of the ministration of the holy and blessed communion, they feed thy sheep with vile, stinking, abominable, devilish, blasphemous, and idolatrous masses. And unto these unwholesome and pestilent and poisonful pastures they drive the sheep, will they, nil they; and if any of thy flock refuse to come and to taste of those their pestilent poisons and poisons full of pestilences, him they accite to appear before that great wolf, whose face is like unto the she-bear that is robbed of her young ones, whose eyes continually burn with the unquenchable flames of the deadly cockatrice, whose teeth are like to the venomous toshes of the ramping lion, whose mouth is full of cursed speaking and bitterness, whose tongue speaketh extreme blasphemies against thee and thy holy Anointed, whose lips are full of deadly poison, whose throat is an open sepulchre, whose breath foameth and bloweth out threatening and slaughter against the disciples of the Lord, whose heart without ceasing imagineth wickedness, whose hands have a delight to be imbrued with the blood of saints, whose feet are swift to shed blood, whose whole man, both body and soul, goeth always up and down musing of mischief”, John Ayre, op. cit., 237.

19  “This wolf, O Lord, is so arrogant haughty, and proud, seeing the government of the whole realm is committed unto him, that he hath cast away all fear of thee. He maketh boast of his own wit, learning, and policy. “His ways are always filthy: thy judgements are far out of his sight: he defieth all his enemies. For he saith in his heart, Tush, I shall never be cast down: there shall no harm happen unto me.” “He sitteth lurking like a lion in his den, that he may privily murder the innocent, and suck his blood.” (Ps. x) When such, O Lord God, as will not obey their popish and devilish proceedings, are brought before that grievous wolf, they are miserably taunted, mocked, scorned, blasphemed, as thy dearly-beloved Son was in bishop Caiphas’s house, and afterward cruelly committed to prison, to the Tower, to the Fleet, to the Marshalseas, to the King’s Bench, to the Counters, to Lollards’ Tower, to Newgate, &c., where they are kept as sheep in a pinfold appointed to be slain”, John Ayre, op. cit., 237.

20  “Ah, Lord God! we dare not take upon us to judge any creature, for unto thee alone are the secrets of all our hearts known; but of this are we sure, that since she ruled (whether of her own disposition, or of the provocation of a certain wild boar, successor to Ananias, that white-daubed wall, we know not), thy vineyard is utterly rooted up and laid waste, thy true religion is banished, and popish superstition hath prevailed [...]”, John Ayre, op. cit., 228.

21  “I, at that time being partaker of that exile and banishment, after long and that most miserable imprisonment (as I may let pass my other afflictions wherewith I was daily accumbered, besides the deceitful assaults of Satan and of his ministers, wherewith I was without ceasing troubled and disquieted, not only outwardly, but also inwardly) [...]”, John Ayre, op. cit., 204.

22  Christina H. Garret, The Marian Exiles, Cambridge : Cambridge U P, 1938, 27-28.

23  Derrick S. Bayley, Thomas Becon and the Reformation of the Church in England, Edinburgh, London : Oliver and Boyd, 1952, 79-80; et Christina H. Garret, The Marian Exiles, op. cit., 27-29.

24  Derrick S. Bayley, Thomas Becon and the Reformation of the Church in England, op. cit., 80, note 3 ; Dixon pense que ces pamphlets, ainsi que d’autres, comme le Displaying of the Popish Mass, auraient été écrits avant la fuite sur le continent, mais cela ne semble pas correspondre avec les preuves internes ; voir Richard W. Dixon, History of the Church of England, vols. I-IV, London : G. Routledge and Sons, 1878-1891, vol. IV, 684. Il faut signaler tout de même que l’anonymat ou le pseudonyme sous lequel ces pamphlets circulaient ne facilite pas la tâche de savoir qui en étaient les auteurs, mais rend la confusion aisée. Voir C. H. Smyth, Cranmer and the Reformation under Edward VI, Cambridge, 1924, 7, qui confond la Humble Supplication de Becon avec la Supplicacyon to the Quenes Maiesty, anonyme. Quant à l’attitude de Becon vis-à-vis de la reine Marie et du « monstrous regiment of women », elle s’inscrit elle aussi dans une même fougue dénonciatrice. Becon embouchait déjà la trompette de John Knox, comme Ponet, Christopher Goodman, son compagnon d’exil à Strasbourg, qui eux, soufflaient encore plus fort, réveillant les échos de Bartholomew Traheron à Francfort. Becon a une préférence pour une note majeure dans la gamme des Réformateurs : si la reine Marie est femme, c’est qu’elle était destinée non pas à diriger les hommes mais à être dirigée par eux, comme on l’a vu plus haut.Il se trouve ainsi vingt-deux comparaisons entre Marie et Jézabel dans la  Supplication, c’est-à-dire environ la moitié du texte !

25  Colligan J. Hay, The Honourable William Whittingham of Chester, Chester and London, 1934.

26  David Laing (Ed.), The Works of John Knox, vol. IV, Edinburgh: James Thin, 1895, 46.

27  Original Letters Relative to the English Reformation, vol. II, Parker Society, Cambridge, 1846-1847, 753-58.

28  Ibid., 763.

29  Pour tous ces événements, cf. E. Arber, A Brief Discourse of the Troubles at Frankfort, London, 1908.

30  “That Becon could subscribe these letters shows that he had thrown in his lot with the moderate party of the English Reformation, and upheld the order of 1552”, D. S. Bayley, Thomas Becon and the Reformation, op. cit., 88.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Jérémie, « « Wolves in sheep’s clothing » : la rhétorique du combat chez Thomas Becon  », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n° 3 | 2008, 9-27.

Référence électronique

Christian Jérémie, « « Wolves in sheep’s clothing » : la rhétorique du combat chez Thomas Becon  », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n° 3 | 2008, mis en ligne le 03 juin 2009, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/366 ; DOI : 10.4000/lisa.366

Haut de page

Auteur

Christian Jérémie

Dr, (Saint Etienne, France)
Christian Jérémie est maître de conférences à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne. Ses domaines de recherches sont : Rhétorique et Réforme, Histoire des Idées de la Renaissance à l’Âge Classique dans les Iles Britanniques. Ses études portent sur le dialogue, l’éthique, la prière, le catéchisme et la rhétorique de la traduction. Il est membre de l’UMR-CNRS 5037, de l’Institut Claude Longeon, membre associé du CERHAC (équipe CRRCR) mais aussi membre de la SAES, de la Society for Reformation Studies, de la SFEE et de la SFDES.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals