Navigation – Plan du site
Rhétorique et Controverse

La controverse sur l’archiprêtre, ou les catholiques élisabéthains dans les coulisses de la clandestinité

The Archpriest Controversy: Elizabethan Catholics behind the Scene
Sandra Jusdado-Mollmann
p. 28-39

Résumé

The most divided communities ordinarily choose to unite in the face of a powerful enemy. But when a community is ordered by the same religious ideology, when it has been forced into clandestinity, and when its very survival is at stake, this strategy seems all the more appropriate. Such is the logic that should have determined the choices of Elizabethan Catholics. But strangely enough, they did not opt for this strategy. The aim of this article is to analyse the fracture that divided the clandestine Roman Catholic clergy during the reign of Elizabeth I and which came out in the open under the name of “the archpriest controversy”. We will analyse the causes, the unfolding and the outcome of this internal scission. We will demonstrate that, contrary to what might have been expected, not only was this controversy — and the divisions it provoked within the persecuted community — the very element that ensured the survival of Catholicism in England, but it also brought about the advent of a specifically English form of Catholicism.

Haut de page

Texte intégral

1Si, comme l’a écrit Shakespeare, « All the world’s a stage », alors cette grande dame qu’est l’Histoire peut à juste titre être qualifiée de dramaturge inégalée. Elle a, en effet, produit les intrigues les plus passionnantes, les personnages les plus ciselés, les rebondissements les plus inattendus. Dans le cadre de cet article, j’évoquerai un véritable spectacle qui, quoique méconnu et clos depuis plus de quatre siècles, garde toute sa modernité. Pour y assister, il faut que les spectateurs opèrent un déplacement original : ils doivent passer de l’auditorium aux coulisses. Une sorte de « festival off » en somme. Le « festival in » offre pourtant une affiche prestigieuse : sur scène, on voit Elisabeth Ière, jeune reine protestante, fermer résolument la porte au catholicisme et fonder son autorité sur la Réforme qu’elle met en place, on la voit aux prises avec la papauté ainsi qu’avec « sa Majesté très catholique », le roi d’Espagne; on assiste à des empoisonnements, à des projets de déposition, d’assassinats, on distingue même des navires de guerre espagnols à l’horizon.

2Cependant, celui qui nous intéresse se déroule en coulisse : c’est le spectacle de l’ombre, de la clandestinité. Force est de constater qu’il n’a rien à envier au précédent. Toutes les représentations, même les plus minimalistes en terme de décor, renoncent-elles jamais aux coulisses ? Non, car il s’agit d’un espace nécessaire. C’est là que le spectacle prend sa source. C’est également là que les êtres bouillonnent de vie, d’énergie et de créativité. C’est un espace gorgé d’agitation avant la scène dont le seuil, une fois franchi, ordonne l’action et transforme des êtres bien réels en personnages fictifs. En effet, on est encore soi-même en coulisse. Cet envers du décor s’impose donc comme celui du vrai, de l’authentique.

  • 1  Sandra Jusdado-Mollmann, « L’Obéissance chez les catholiques anglais : la ‘Controverse sur l’Archi (...)

3Quel est donc ce spectacle ? Il s’agit d’une polémique connue sous le nom de « controverse sur l’archiprêtre », et dont le corpus est composé d’une bonne vingtaine d’œuvres1. Elle divisa le clergé missionnaire catholique de 1598 à 1603 en deux factions ennemies : celle de l’archiprêtre et des jésuites d’une part, et celle de quelques prêtres séculiers, les « Appelants », d’autre part. C’est sur ces derniers que cette discussion sera centrée car leur philosophie politique a profondément transformé la nature du catholicisme en Angleterre pour en faire un catholicisme spécifiquement anglais. La controverse à laquelle ils participent pourrait sembler mineure mais Elisabeth Ière d’Angleterre, Philippe II d’Espagne, Henri IV de France et le pape ont eu les yeux rivés sur son déroulement.

4Pour mieux saisir le caractère novateur de la pensée appelante, il conviendra dans un premier temps de décrire la communauté catholique anglaise, car c’est à cette communauté plongée dans la clandestinité que les Appelants appartiennent. Nous tenterons d’abord de la circonscrire en évoquant sa composition, son organisation et sa gestion de la persécution orchestrée par l’État. Nous nous concentrerons ensuite sur la controverse per se. Nous tenterons d’expliquer son avènement, décrirons brièvement son déroulement et l’importance qu’elle a très rapidement prise. C’est à ce stade que nos acteurs en coulisse monteront sur la scène politique de leur temps dans l’espoir d’apporter quelques modifications à la pièce qui se joue de l’autre côté du rideau.

5Enfin, nous constaterons que la controverse dépasse très vite sa dimension ecclésiologique : la double allégeance, à laquelle les catholiques anglais sont soumis, produit un écartèlement psychologique si douloureux qu’il devient nécessaire pour eux de repenser le lien qu’ils entretiennent avec leur souveraine et le pontife romain. C’est dans les coulisses de la controverse qu’ils trouvent un espace privilégié de réflexion sur ces questions philosophico-politiques.

Lumières sur l’envers du décor : la communauté catholique clandestine

6La configuration de la communauté catholique anglaise résulte de la bataille entre deux réformes aussi simultanées qu’antagonistes : reléguée au rang de groupuscule minoritaire et clandestin par la Réforme protestante, la communauté catholique doit sa survie au dynamisme insufflé par la Réforme catholique.

Composition

  • 2  Voir Alexandra Walsham, Church Papists: Catholicism, Conformity, and Confessional polemic in early (...)

7Le catholicisme élisabéthain est polymorphe : outre les « récusants » qui refusent obstinément d’assister au culte officiel, et les church papists, ces catholiques conformistes qui se rendent régulièrement ou occasionnellement à l’office anglican, il existe une diversité inhérente à l’adversité dans laquelle les catholiques anglais évoluent. On se conforme à des degrés divers et pour diverses raisons, parfois d’ailleurs pour protéger le noyau récusant clandestin. L’historiographie récente a mis au jour des liens très étroits entre le conformisme et le séparatisme. Il faut donc veiller à se garder des classifications à l’emporte pièce, de cette taxinomie dangereuse qui, pour simplifier le fait historique, le trahit en niant la complexité du parcours individuel2.

8D’un point de vue social, deux types de catholicisme coexistent : tout d’abord, un catholicisme populaire, solidement ancré dans les mentalités, au nord et à l’ouest de l’Angleterre. On y trouve des aubergistes, des maçons, des pécheurs, par exemple, qui utilisent leur profession pour promouvoir les intérêts catholiques. Parallèlement, un catholicisme dit « seigneurial » se développe. Il fait la part belle aux femmes qui forment 60% de la population récusante et quijouent un rôle-clé dans la survie du catholicisme car, du fait de la clandestinité, celui-ci est souvent qualifié de « household catholicism ». Selon le schéma le plus répandu, le chef de famille assiste occasionnellement à l’office anglican afin de protéger les siens de poursuites et de privations, tandis que sa femme se retire de la paroisse et veille à l’éducation spirituelle de sa maisonnée.

9Il n’existe pas de chiffres précis indiquant l’évolution numérique du catholicisme en Angleterre entre 1520 où tous les Anglais (à quelques exceptions près) sont catholiques, et 1750 ou tous les Anglais (à quelques exceptions près) sont protestants. Une chose est néanmoins avérée : c’est sous le règne d’Elisabeth que se produit le glissement le plus marqué lorsque l’Église catholique passe du statut d’Église officielle à celui de minorité opprimée. Le catholicisme anglais après avoir été déstabilisé pendant une décennie par une conjoncture politique défavorable, reprend de la vigueur dans les années 1570.

10Paradoxalement, le réseau clandestin récusant est plus aisément observable pour l’historien moderne que le catholicisme masqué des church papists. En effet, la clandestinité dans laquelle les récusants œuvrent les transforme en menace politique et les particularise aux yeux du gouvernement. En conséquence, la machine gouvernementale met tout en œuvre pour les dénombrer, les identifier et pour les arrêter. Ainsi, pour ce qui est des récusants, certains historiens, tels John Bossy, affirment qu’ils seraient passés de 0 en 1570 à 40 000 en 1603.

11Enfin, notons que la communauté catholique anglaise a des ramifications en Europe car de nombreux catholiques éminents se sont exilés à l’accession d’Elisabeth. Ceux-là aussi font partie intégrante de la communauté catholique anglaise.

Organisation : la mission

  • 3  Léon Halkin, « La formation du clergé catholique après le concile de Trente », Miscellanea Histori (...)
  • 4   Sandra Jusdado-Mollmann, op. cit., 109-13.

12Comment ces 40 000 récusants sont-ils organisés ? Comment pratiquent-ils leur culte ? Il convient de rappeler que le catholicisme est une religion dans laquelle le prêtre occupe une place centrale : il n’est pas de véritable catholicisme sans messe, sans confession, sans communion, autant de pratiques qui nécessitent la direction d’un prêtre. Le concile de Trente a d’ailleurs revalorisé la fonction pastorale et celle-ci est d’autant plus nécessaire que l’Angleterre est devenue terre de mission3. Dans ce contexte de renouveau catholique, on assiste à la création de nombreux séminaires destinés à la formation des prêtres, et les Anglais en exil sont formés en vue d’un retour pour raviver la flamme catholique. Les premiers prêtres missionnaires arrivent clandestinement en Angleterre en 15744. En tout, ce sont environ quatre centsprêtres qui œuvrent en Angleterre. Parmi ceux-là, on trouve quelques prêtres ordonnés sous Marie ayant refusé de se conformer, des prêtres séculiers ainsi que quelques jésuites. Certains sont itinérants et sillonnent le pays pour officier auprès de catholiques socialement défavorisés, mais la plupart d’entre eux occupent les fonctions de chapelains privés dans la demeure de quelque riche.

  • 5  Christopher Haigh, « The Continuity of Catholicism in the English Reformation », in Christopher Ha (...)

13Des problèmes d’ordre logistique limitent l’efficacité de la mission. Si la quinzaine de missionnaires jésuites jouit de la direction d’un supérieur, Henry Garnet, plus de trois centsprêtres séculiers sont, en revanche, très souvent isolés du reste de leurs confrères. Aucune instance supérieure ne centralise les informations, ni ne coordonne leurs efforts. Il en résulte une mauvaise répartition des effectifs : une surreprésentation des prêtres dans des régions déjà bien pourvues, et une pénurie dans les régions nécessitant leurs services5. Ainsi, le catholicisme clandestin s’apparente davantage à une succession de foyers récusants qu’à un véritable réseau organisé. Les prêtres séculiers sont conscients qu’il est nécessaire de palier ces carences organisationnelles pour accroître l’efficacité de la mission.

Gestion de la persécution

14La simple présence d’une communauté catholique en Angleterre constitue une infraction à la législation élisabéthaine. En outre, la radicalisation de la politique internationale provoque un durcissement de la législation anti-catholique édictée par le gouvernement anglais. En 1571, 1581, 1585 puis en 1593, le parlement vote plusieurs batteries de lois anti-catholiques infligeant aux contrevenants amendes, confiscations de biens, peines d’emprisonnement, voire peines capitales.

  • 6  John Gerard, The Autobiography of an Elizabethan, Philip Caraman (Ed.), London : Longmans, 1956, 5 (...)

15Tous sont visés, laïcs et clercs, mais ces derniers sont la cible privilégiée du gouvernement en raison du rôle stratégique qu’ils jouent auprès des fidèles. Ils courent un danger permanent : ils sont traqués par les poursuivants, également connus sous le nom de « priest-hunters », qui s’infiltrent dans les communautés et encouragent à la délation. C’est la raison pour laquelle la communauté récusante est, en général, repliée sur elle-même et délocalisée à la campagne autour d’une famille issue de l’aristocratie. Pour raisons de sécurité, des messes clandestines y sont célébrées dans des pièces situées à l’étage, dans des greniers. Dans la même veine, les demeures catholiques sont pourvues de « priest-holes », ces cachettes astucieusement aménagées pour permettre aux prêtres de s’y dissimuler en cas de fouilles prolongées6.

  • 7  Cf. Sandra Jusdado-Mollmann, op. cit., 131-132.

16Mais ces mesures de sécurité ne sont pas infaillibles. En 1577, Cuthbert Maine est le premier prêtre exécuté. En tout, 125 prêtres, soit un quart des prêtres missionnaires, et 63 laïcs dont 3 femmes seront exécutés7. Ce chiffre n’inclut pas les catholiques morts dans les prisons insalubres d’Angleterre, ni ceux qui survivent aux tortures et aux privations qui leur sont infligées.

17Cultuellement, géographiquement et socialement hétéroclite, la communauté catholique présente sur le sol anglais peut être définie comme formée d’un noyau dur de récusants entouré par une nébuleuse rassemblant différents niveaux de conformisme religieux. À la fin du règne d’Elisabeth, les récusants ne forment plus que 2% de la population. Tous les acteurs de la controverse en font partieet se trouvent emprisonnés à cause de leur foi.

La controverse per se

Son avènement

18La controverse n’apparaît pas inopinément. Des signes avant-coureurs nous permettent d’expliquer son avènement. L’un d’entre eux est la rivalité qui se développe dans tous les pays de la chrétienté entre jésuiteset prêtres séculiers. Rappelons que le clergé séculier est celui qui agit dans le siècle, qui a pour responsabilité la direction spirituelle des âmes. Il a la charge d’une paroisse, par exemple. Du fait de la réforme catholique, ces prêtres reçoivent à l’époque une formation de qualité. Les jésuites, quant à eux, sont des prêtres réguliers. Ils sont soumis à une règle, celle du fondateur de la Compagnie de Jésus, Ignace de Loyola. Or, contrairement à la plupart des autres ordres, les jésuites œuvrent aussi dans le siècle : ils sont engagés dans des activités pastorales et assument également des responsabilités en matière d’enseignement.

19Le problème résulte donc du fait que les jésuites « chassent » sur les terres du clergé séculier. Ils jouissent d’une réputation d’excellence et deviennent les confesseurs des plus grands princes. Très vite, ils se distinguent par la qualité et l’efficacité de leur ministère au détriment des séculiers dont le sacerdoce semble passablement déprécié aux yeux des laïcs. Les jésuites s’attirent l’inimitié des autres acteurs de la réforme catholique. Cette rivalité essaime partout en Europe et n’épargne pas les collèges anglais de formation des prêtres missionnaires qui, rappelons-le, accueillent des étudiants séculiers et réguliers. Des années de dissensions s’ensuivent pendant lesquelles les deux partis se cristallisent autour de représentations négatives de l’autre camp. Les jésuites sont représentés sous les traits de calculateurs hypocrites tandis que les prêtres séculiers sont dépeints comme des individus rebelles et indisciplinés. Envoyés sur le sol anglais, les prêtres missionnaires emportent avec eux leurs réticences.

20Conscients des problèmes organisationnels de la mission, les prêtres séculiers fondent une association visant à améliorer l’entraide et la coopération et envisagent surtout la nomination d’un ou deux évêques à leur tête qui serait chargé d’assurer la coordination de la mission. C’est dans ce contexte que la controverse éclate.

Son déroulement

  • 8  Cf. Michael Carrafiello, Robert Parsons and English Catholicism, 1580-1610, London : Associated U (...)

21Tout d’abord,il faut présenter Robert Parsons. Le célèbre jésuite s’impose, à la mort d’Allen, comme le personnage le plus influent de la communauté catholique en exil. Il est le premier missionnaire jésuite avec Campion à être envoyé en Angleterre en 1581. Il quitte définitivement le royaume lorsque son compagnon est exécuté. Depuis Rome et Madrid, il œuvre inlassablement pour la restauration du catholicisme en Angleterre. Il ne peut accepter le caractère permanent de l’établissement du protestantisme sur sa terre natale et encourage la politique activiste de l’Église contre Elisabeth8. Au moment de la controverse, en 1598, tous les complots et tentatives de déposition orchestrée par Parsons avec le soutien du roi d’Espagne et de la papauté se sont soldés par des échecs. Après des décennies de vains efforts, Parsons n’a pas perdu l’espoir. Il sait que le temps fait son ouvrage et qu’il aura raison d’Elisabeth.

  • 9  Sandra Jusdado, « A Discourse Concerning a Successor to Queen Elizabeth – Written in her life time (...)

22C’est la raison pour laquelle Parsons adopte une stratégie sensiblement différente. Il ne s’agit plus d’éliminer Elisabeth, mais d’assurer une succession catholique au trône d’Angleterre. Outre sa Conference dans laquelle il défend les prétentions de l’Infante d’Espagne, il prend des mesures plus pratiques pour assurer la concrétisation de ses projets. En effet, Parsons sait qu’il aura besoin du soutien de tous les prêtres séculiers présents sur le sol anglais qui devront encourager les laïcs anglais à défendre les droits de la princesse espagnole9.

23Parsons ne voit pas d’un bon œil les velléités d’organisation des prêtres séculiers et use de son influence pour régler le problème à son avantage : il orchestre la nomination de George Blackwell, prêtre séculier fervent admirateur des jésuites, au poste d’« archiprêtre ». Cette fonction est hybride : Blackwell reçoit des pouvoirs quasi-discrétionnaires, presque exclusivement punitifs, sur le clergé missionnaire séculier uniquement, mais doit en référer au supérieur jésuite pour toute affaire d’importance. Cette dernière clause est évidemment gardée secrète.

24Cette nomination éveille la suspicion d’une trentaine de prêtres qui y voient l’empreinte de Parsons. Ils refusent de reconnaître cette autorité jusqu’à ce qu’elle soit dûment établie par le bref papal nécessaire. Blackwell ne leur reconnaît pas le droit de douter de son autorité ; il les taxe de schismatiques, de rebelles. Il les menace, les prive de subsides, appelle les laïcs au boycott et multiplie les sanctions telles les suspenses, par exemple. Il leur interdit également de se défendre des accusations portées contre eux. Ceci marque le début d’une querelle fratricide entre les jésuites et ces prêtres missionnaires séculiers connus sous le nom d’Appelants en raison des trois appels qu’ils interjettent auprès du pape pour révoquer l’archiprêtre et obtenir la nomination d’un évêque.

25C’est à ce stade, en 1601, que les Appelants prennent la plume pour défendre leur position contre Blackwell. L’intensification des débats provoque une mutation de la nature des dissensions. Fondamentalement ecclésiologiques au début, elles se transforment en querelle aux accents politiques de plus en plus marqués. Les deux camps assurent la promotion de deux idéologies antagonistes : les jésuites sont pro-espagnols et militent pour une intervention militaire de Philippe II contre l’Angleterre réformée, tandis que les prêtres appelants, nationalistes, refusent toute ingérence étrangère, fut-elle romaine, dans les affaires politiques de leur nation.

26Les dissensions prennent des proportions qui ne permettent plus à la reine de l’ignorer. Il y a tant de bruit en coulisse qu’Elisabeth en personne les appelle sur scène. Les Appelants, conscients du poids politique de la controverse, offrent des informations au gouvernement qui, trop heureux d’attiser les querelles, leur montre des documents interceptés prouvant l’implication de Parsons et de certains jésuites dans des complots contre la reine. Ceci marque le début d’une collaboration des plus surprenantes. Elisabeth leur promet que son conseil privé soutiendra leur procédure d’appel dont le but est d’obtenir le retrait de Blackwell et l’instauration d’un pouvoir vraiment épiscopal, ainsi que l’obligation de séparer la mission religieuse de touteaction politique. Les quatre émissaires appelants sont donc libérés de prison, et se voient accorder un mois pour rassembler les fonds nécessaires au voyage. Avec l’autorisation de la reine, Bancroft, évêque de Londres, met au service des Appelants les presses londoniennes.

Son issue

27D’appel en appel, les Appelants finiront par avoir gain de cause, sans que l’archiprêtre ne soit révoqué. Notons que leur troisième appel rassemblera soixante-dix signatures. L’idéologie appelante progresse donc parmi les missionnaires anglais. Le système archipresbytéral sera maintenu jusqu’en 1621. C’est alors que le bien nommé William Bishop, ancien prêtre appelant, sera nommé aux fonctions d’évêque in partibus gentium, c’est-à-dire, en pays païen. Il s’agit là du triomphe final des Appelants.

28La coopération entre le gouvernement élisabéthain et cette poignée de prêtres hors-la-loi relève de l’aberration politique. Le but des Appelants est de rappeler à ces géants de l’Histoire que leurs décisions politiques ont une influence sur la vie des catholiques anglais et qu’en les écartelant métaphoriquement, ils ont rendu leurs sujets plus forts, en faisant émerger la notion de conscience individuelle.

Les enjeux de la controverse

  • 10  Jean-Pierre Moreau, Rome ou l’Angleterre ? Les réactions politiques des catholiques anglais au mom (...)

29Sur la scène, les deux grands personnages que sont Elisabeth et Clément VIII se disputent l’allégeance des catholiques anglais, chacun revendiquant une autorité absolue – à la fois spirituelle et temporelle – sur eux et faisant du loyalisme politique et/ou de l’orthodoxie religieuse deux impératifs irréconciliables. Les catholiques anglais sont acculés au même choix que leurs prédécesseurs sous Henri VIII : Rome ou l’Angleterre ?10

30Cette double allégeance imposée produit un écartèlement psychologique si douloureux qu’il devient nécessaire pour eux de repenser le lien qu’ils entretiennent avec ces deux instances. Porte-parole d’une majorité de laïcs, les Appelants élaborent une philosophie politique tout à fait originale qui fait la part belle à la notion de conscience individuelle. Rejetant l’alternative imposée, les Appelants postulent qu’il est désormais possible de les faire coexister et créent une nouvelle dialectique entre les pouvoirs spirituel et temporel. Ils affirment : « Rome et l’Angleterre » !

31Si Parsons considère Elisabeth comme une usurpatrice hérétique dont il faut se débarrasser par tous les moyens, la grande majorité des catholiques anglais n’estpas de cet avis. Attachés à leur religion autant qu’à leur patrie, les Appelants décident d’élaborer une philosophie politique originale : contrairement à Parsons qui soutient que Dieu a placé les deux ordres de souveraineté sous la direction du pape, les Appelants soulignent la nette distinction établie par Dieu entre les deux sphères.

32La rupture épistémologique est totale. En séparant l’ordre séculier de l’ordre religieux, les Appelants disjoignent ce que tous leurs interlocuteurs (les jésuites, l’Eglise, et Elisabeth elle-même) considèrent comme un tout insécable. Puisque le chaos résulte du non-respect de la frontière qui les sépare, il incombe à l’individu de les distinguer. Cette doctrine de la séparation des sphères permet aux Appelants de concilier obéissance politique envers la reine en dépit des trois bulles papales ordonnant sa déposition, et obéissance religieuse au pape en dépit des revendications spirituelles d’Elisabeth sur l’ensemble de ses sujets. Les Appelants reconnaissent leur pleine sujétion à ces deux instances, chacune jouissant d’une autorité absolue dans sa propre sphère. Ainsi la controverse nous offre un spectacle pour le moins original : des personnages mineurs rappellent aux grands acteurs de l’histoire les limites de leurs empires respectifs.

33Il faut souligner l’originalité, l’autonomie et le pragmatisme de la pensée appelante. Il faut également souligner son courage car, refusant de céder à la peur de châtiments spirituels ou temporels, les Appelants usent de leur raison pour se frayer un chemin vers la liberté individuelle.

Conclusion

34La controverse nous offre une vision plus claire de l’envers du décor. Si elle est le produit de dissensions antérieures, elle a néanmoins obligé les Appelants à présenter un front uni, à former un groupe solidaire et idéologiquement soudé. Ils ont dû clarifier leur position sur des thèmes aussi divers que le pouvoir du pontife romain in temporalibus, l’obéissance due au souverain temporel, ou encore la place de la religion dans la succession. Ils ont condamné toute forme de résistance politique chez les catholiques et ont œuvré à la réalisation de leur véritable objectif : obtenir de l’État un certain degré de tolérance religieuse.

35En dépit de sa brièveté, la controverse laisse de profondes empreintes sur le catholicisme anglais. Sur un plan pratique, elle signale la fin de la domination jésuite sur la mission. Avec le temps, la plupart des membres du parti appelant s’imposent comme des figures majeures du réseau catholique anglais tant en Angleterre que sur le continent. Vingt ans plus tard, certains d’entre eux jouissent de positions privilégiées et peuvent, semble-t-il, se flatter d’un passé anti-jésuite de bon aloi, même à Rome.

36La communauté catholique récusante malmenée par ses deux souverains, reléguée dans l’ombre de la clandestinité et exclue de la scène politique, est donc parvenue, grâce à une poignée de prêtres missionnaires, à changer le scénario qui se jouait sur la scène principale et qui tendait à l’éradication du catholicisme en Angleterre.

37En effet, la controverse a finalement donné lieu à une affirmation identitaire forte. Elle constitue un tournant qui transformera le catholicisme en Angleterre en catholicisme distinct de tous les autres, un catholicisme spécifique à l’Angleterre, un catholicisme anglais. La théologie politique originale du parti appelant, sa stratégie de rapprochement du gouvernement, le loyalisme qu’il professe ainsi que la tolérance qu’il recherche s’imposent comme des caractéristiques du catholicisme anglais. La controverse finit par unifier et consolider la position de la communauté catholique en Angleterre.

Haut de page

Bibliographie

CARRAFIELLO Michael, Robert Parsons and English Catholicism, 1580-1610, London: Associated U P, 1998.

GERARD John, The Autobiography of an Elizabethan, Philip Caraman (Ed.), London: Longmans, 1956.

HAIGH Christopher, « The Continuity of Catholicism in the English Reformation », in Christopher Haig (Ed.), The English Reformation Revised, Cambridge: Cambridge UP, 1987.

HALKIN Léon, « La formation du clergé catholique après le concile de Trente », in Derek Baker (Ed.), Miscellanea Historiae Ecclesiasticae III, Louvain : PU de Louvain, 1970.

HODGETTS Michael, « Elizabethan Priest-Holes I – V », in Recusant History, vol. 11-14, 1972-1977, Catholic Record Society.

JUSDADO Sandra, « A Discourse Concerning a Successor to Queen Elizabeth – Written in her life time » [Anon.], in Jean-Christophe Mayer (Ed.), Breaking the Silence on the Succession – A Sourcebook of Manuscripts and Rare Elizabethan Texts (c. 1587-1603), Montpellier : Université Montpellier III - Paul Valéry, 2003, 125-56.

JUSDADO-MOLLMANN Sandra, « L’Obéissance chez les catholiques anglais : la ‘Controverse sur l’Archiprêtre’  ou la naissance d’un catholicisme spécifiquement anglais », Thèse de doctorat inédite, Université Montpellier III – Paul Valéry, 2005.

MOREAU Jean-Pierre, Rome ou l’Angleterre ? Les réactions politiques des catholiques anglais au moment du schisme (1529-1553), Paris : PUF, 1984.

QUESTIER Michael, Conversion, Politics and Religion, 1580-1625, Cambridge : Cambridge UP, 1996.

WALSHAM Alexandra, Church Papists: Catholicism, Conformity, and Confessional Polemic in Early Modern England, Woodbridge: The Boydell Press, 1999 [1993].

Haut de page

Notes

1  Sandra Jusdado-Mollmann, « L’Obéissance chez les catholiques anglais : la ‘Controverse sur l’Archiprêtre’ ou la naissance d’un catholicisme spécifiquement anglais », Thèse de doctorat inédite, Université Montpellier III-Paul Valéry, 2005.

2  Voir Alexandra Walsham, Church Papists: Catholicism, Conformity, and Confessional polemic in early modern England, Woodbridge: The Boydell Press, 1999 [1993]. Voir également, Michael Questier, Conversion, Politics and Religion, 1580-1625, Cambridge: Cambridge UP, 1996, 2-3.

3  Léon Halkin, « La formation du clergé catholique après le concile de Trente », Miscellanea Historiae Ecclesiasticae III, Derek Baker (Ed.),  Louvain : PU de Louvain, 1970, 114-123.

4   Sandra Jusdado-Mollmann, op. cit., 109-13.

5  Christopher Haigh, « The Continuity of Catholicism in the English Reformation », in Christopher Haig (Ed.), The English Reformation Revised, Cambridge: Cambridge UP, 1987, 57-58.

6  John Gerard, The Autobiography of an Elizabethan, Philip Caraman (Ed.), London : Longmans, 1956, 58-63. Voir également l’étude en cinq parties réalisée par Michael Hodgetts « Elizabethan Priest-Holes I – V », in Recusant History, vol. 11, n°6, 1972, 279-298; vol. 12, n°3, 1973, 99-119; vol. 12, n°4, 1974, 171-197; vol. 13, 1975, 18-55; vol. 13, n°4, 1976, 254-279.

7  Cf. Sandra Jusdado-Mollmann, op. cit., 131-132.

8  Cf. Michael Carrafiello, Robert Parsons and English Catholicism, 1580-1610, London : Associated U P, 1998.

9  Sandra Jusdado, « A Discourse Concerning a Successor to Queen Elizabeth – Written in her life time » [Anon.], in Jean-Christophe Mayer (Ed.), Breaking the Silence on the Succession – A Sourcebook of Manuscripts and Rare Elizabethan Texts (c. 1587-1603), Montpellier : Université Paul Valéry, Montpellier III, 2003, 125-56.

10  Jean-Pierre Moreau, Rome ou l’Angleterre ? Les réactions politiques des catholiques anglais au moment du schisme (1529-1553), Paris : PUF, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Jusdado-Mollmann, « La controverse sur l’archiprêtre, ou les catholiques élisabéthains dans les coulisses de la clandestinité », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n° 3 | 2008, 28-39.

Référence électronique

Sandra Jusdado-Mollmann, « La controverse sur l’archiprêtre, ou les catholiques élisabéthains dans les coulisses de la clandestinité », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n° 3 | 2008, mis en ligne le 03 juin 2009, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/368 ; DOI : 10.4000/lisa.368

Haut de page

Auteur

Sandra Jusdado-Mollmann

Dr, (IRCL, Université Paul Valéry-Montpellier III, France)
Particulièrement intéressée par le fait religieux en Grande-Bretagne, Sandra Jusdado-Mollmann s’est concentrée sur les catholiques sous le règne d’Elisabeth Ière. Ses travaux de recherche doctorale, menés au sein de l’université Montpellier III portent sur une controverse qui donna lieu à une thèse intitulée : « L’obéissance chez les catholiques anglais : ‘la controverse sur l’archiprêtre’ (1598-1603) ou la naissance d’un catholicisme spécifiquement anglais », (mars 2005).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals