Navigation – Plan du site
Monstrueuse étrangeté

Étrange ou ennemi ? Typologie de l’étranger, construction identitaire et circonvolutions du discours dans l’Angleterre des XVIe et XVIIe siècles

Monster or Enemy? Types of Strangers, Construction of National Identity, and the Meanderings of Discourse in 16th and 17th century England
Michèle Vignaux
p. 67-79

Résumé

Taking Bacon’s and Coke’s definitions of strangers in the Case of the Post-Nati (1605) as a starting point, this article examines the implications of defining English citizens as subjects owing allegiance to the King of England by looking at the various types of allegiance (which may be implicit or explicit, geographically or temporally limited or unlimited). It concludes that the one unbridgeable chasm was with perpetual enemies, that is with infidels, rather than with strangers as such. Ironically, the monstrosities of Mandevillian lore resurfaced with the discovery of the “fourth continent” when in the face of economic “necessity” Christian discourse was trapped into labelling as monstrous, and denying humanity to, those strangers who were to be used as slaves.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  William Shakespeare, Othello, Michael Neill (Ed.), Oxford: Oxford UP, 2006.

Her father loved me, oft invited me,
Still questioned me the story of my life […]
Wherein I spoke […]
Of being taken by the insolent foe
And sold to slavery; of my redemption thence,
And portance in my travailous history […]
And of the Cannibals that each other eat,
The Anthropophagi, and men whose heads
Do grow beneath their shoulders. This to hear
Would Desdemona seriously incline; […]
My story being done, […]
She swore ‘in faith ‘twas strange, ‘twas passing strange […]
This only is the witchcraft I have used
1. (1.3.128-169).

1Le célèbre discours par lequel Othello rend compte de la séduction de Desdemona et justifie leurs épousailles furtives frappe d’emblée par la diversité de statuts possibles pour l’étranger : de l’étranger ami, que l’on honore de l’hospitalité, au sorcier, créature qui a des accointances avec le diable, en passant par l’ennemi, l’esclave, ou encore le monstre à la limite de l’inhumain, dans sa double version inquiétante (représentée par les Cannibales et les Anthropophages) ou pittoresque (suggérée par le souvenir mandevillien des Acéphales). Sont également évoquées, de manière plus allusive, les distinctions entre païens, infidèles et chrétiens. Cet éventail, d’ailleurs non exhaustif, donne un aperçu de la complexité du rapport dialectique qui unit les perceptions en miroir de l’étranger et du national, bien loin de se réduire à la seule dimension de l’étrangeté suggérée par la proximité sémantique. En cette période de transition qu’est le début de l’époque moderne, caractérisée par une instabilité des notions, l’élaboration des définitions fait appel à des critères multiples, et procède autant par différenciation et exclusion que par assimilation et intégration. Nous voudrions nous intéresser ici aux diverses formes que revêt ce rapport dialectique en Angleterre, dans le double contexte de la construction des États-nations européens et de la découverte du nouveau monde et des débuts de la colonisation.


  

  • 2 The Works of Edmund Spenser: A Variorum Edition, Edwin Greenlaw et al. (Ed.), 11 vol., Baltimore: J (...)
  • 3  Cf. Richard Helgerson, op. cit., 295, qui note par ailleurs « a shift of primary loyalty from king (...)
  • 4  Sur ces questions, voir William S. Maltby, The Black legend in England: the development of anti-Sp (...)
  • 5  Voir R. Helgerson, Forms of Nationhood, 69 et plus largement le chapitre 2, ainsi que J.G.A. Pococ (...)

2Dans le sillage des bouleversements introduits par les réformes religieuses, qui mettaient fin à l’unité de la Chrétienté médiévale, on assiste, un peu partout en Europe, à l’émergence des États-nations et à l’élaboration de nouvelles communautés fondées sur le sentiment d’appartenance à une nation, dont la définition passait par un certain nombre d’aspects, au premier rang desquels figurait une langue commune. À l’instar du groupe de la Pléiade en France, Spenser appelait de ses vœux la création d’un « kingdom of our own language »2, inséparable d’une littérature nationale en langue vernaculaire qui pût rivaliser en dignité avec les modèles antiques, tout particulièrement l’épopée. On sait le rôle que devait jouer la traduction dans le développement des langues nationales, avec pour l’Angleterre, la production de ce monument qu’était appelé à devenir la Bible du roi Jacques. La conscience nationale émergente se nourrissait aussi d’un nouveau rapport à l’histoire, dans lequel l’intérêt pour les aspects dynastiques recule au profit de la dimension géographique du territoire, ce qui se traduit par un recul des chroniques au profit des chorographies3. Parallèlement, les Principal Navigations of the English Nation de Richard Hakluyt contribuaient largement à façonner l’identité de l’Angleterre comme une nation d’explorateurs des mers et constituaient en même temps un puissant vecteur de la légende noire opposant Anglais et Espagnols4. Ce qui nous conduit à une autre dimension de l’histoire, capitale pour la définition de l’identité nationale : le sentiment d’une continuité entre le passé et le présent telle qu’elle s’incarnait dans un régime de droit et de gouvernement, et dans la pérennité des institutions, c’est-à-dire, pour l’Angleterre, la common law et l’Ancienne Constitution, garantes du dominium politicum et regale, selon la formule de Sir John Fortescue dans son De Laudibus Legum Angliæ (1470), par opposition au modèle continental de dominium regale5. Cette question allait revêtir une acuité particulière lors de l’accession au trône d’Angleterre, en 1603, de Jacques VI d’Écosse, qui malgré tous ses efforts ne parvint pas à unir les deux royaumes dans sa personne : une telle union, en effet, impliquait l’uniformité du culte, du gouvernement et des lois, ce qui suscita une opposition farouche dans les rangs du Parlement anglais, et les deux royaumes demeurèrent distincts pendant encore plus d’un siècle, jusqu’à l’Acte d’Union de 1707.

  • 6  Pour les détails de cette affaire, voir Richard Marienstras, Le Proche et le Lointain, Paris : Édi (...)

3À défaut de pouvoir réaliser l’union pleine et entière de ses deux royaumes, Jacques Ier s’efforça d’obtenir que ses sujets écossais nés après son accession au trône d’Angleterre fussent déclarés anglais, et que les autres fussent naturalisés. S’étant heurté à un nouveau refus du Parlement en 1606, il chercha à contourner cet obstacle par la voie juridique l’année suivante à l’occasion d’une affaire singulière, restée dans les Annales sous le nom d’affaire Calvin, du nom d’un certain Robert Colvill (ou Colvin, ou Calvin), né à Édimbourg en 1605, au nom duquel on acheta en 1607 un lopin de terre à Shoreditch, en Angleterre; puis on intenta un procès à deux personnes censées l’avoir dépossédé de ce bien6.

  • 7  Cf. Sir Thomas Smith, De Republica Anglorum, London, 1583, III.8: « all lande, even that which is (...)

4Cette affaire d’apparence quelque peu anecdotique avait en réalité une portée beaucoup plus large, dont témoigne l’embarras des juges du Middlesex, qui la portèrent devant la Cour du banc du roi, dont les juges la soumirent à leur tour à la Cour de l’échiquier. En effet, dans un pays où la propriété foncière était, plus qu’ailleurs sur le continent, de nature féodale et où toute tenure dérivait, en dernière instance, du monarque7, la qualité de propriétaire foncier était indissociable de celle de sujet national, et les étrangers ne pouvaient hériter de terres en Angleterre, ni plaider dans une affaire d’héritage foncier. Il fallait donc avant tout dans cette affaire déterminer si ledit Robert Calvin devait être considéré comme Anglais ou Écossais.

  • 8  Voir en annexe des extraits de ces textes.
  • 9  S’il est muni d’un sauf-conduit, il bénéficie cependant d’une protection, à titre exceptionnel, qu (...)

5Les plus grands juristes de l’époque s’employèrent à clarifier les notions de sujet national et d’étranger ; deux d’entre eux, Francis Bacon et Edward Coke, élaborèrent des définitions systématiques qui, si elles se rejoignent sur l’essentiel, mettent chacune l’accent sur des aspects complémentaires, et dont nous allons esquisser une synthèse8. La définition de Bacon se présente sous la forme d’un continuum de quatre statuts principaux, déterminés en fonction d’un critère objectif, extérieur aux individus — l’allégeance à un souverain. Bacon aborde la question du point de vue des droits attachés à chaque statut, en partant du plus éloigné — l’étranger né dans l’allégeance d’un prince ennemi, qui ne bénéficie d’aucun droit ni d’aucune protection ordinaire de la loi anglaise9 — pour arriver jusqu’au plus proche — le sujet « naturel » (natural born subject) dans sa pleine et entière capacité juridique. Entre ces deux extrêmes, figurent les deux statuts intermédiaires d’étranger ami (i.e. né dans l’allégeance d’un prince ami, allié, ou du moins qui n’est pas en guerre contre le souverain anglais), qui bénéficie de la protection de la loi à titre temporaire et relativement à des biens mobiliers et à des actions personnelles, et de naturalisé (denizen). La naturalisation s’obtient par une charte royale, et confère une capacité juridique pleine et entière — y compris le droit d’acquérir des biens immobiliers et de les transmettre à ses héritiers — mais limitée dans le temps, à savoir à partir de la date de naturalisation, et au bénéfice d’héritiers nés après la naturalisation.

  • 10  « […] it is strongly to be inferred […] that the law, in that operation, respecteth only the king’ (...)

6Remarquons toutefois que, quoi qu’en dise Bacon, qui refuse toute distinction supplémentaire au sein de la catégorie des « natural born subjects », ces termes portent la trace d’une certaine ambiguïté, suggérée par Bacon lui-même, puisqu’il mentionne deux modes d’accession à ce statut : par la naissance ou par un Acte du Parlement. La définition de Coke, qui aborde la question par le biais de l’allégeance, permet de comprendre ce que recouvre cette ambiguïté — une différence dans la nature de l’allégeance : naturelle, absolue, implicite, antérieure à tout serment dans le premier cas ; légale et explicite (sous la forme d’un serment) dans le second cas. On mesure la puissance du parlement (c’est-à-dire, rappelons-le, le roi et les deux chambres) à son pouvoir de conférer la qualité de sujet naturel (subditus natus), tandis que la seule volonté royale ne peut accorder que la qualité de denizen ou subditus datus, quoique Bacon, tout en insistant sur la nécessaire distinction entre denizen et natural born subject, semble vouloir minimiser le pouvoir du parlement en le réduisant à un rôle d’enregistrement, dans la mesure où ce qui est en jeu est la relation d’allégeance à la personne du monarque10.

  • 11 Ibid., 664-665.
  • 12  Ania Loomba, “Outsiders in Shakespeare’s England”, in Margreta de Grazia et Stanley Wells (Ed.), T (...)
  • 13  Sur cette question, voir Laura Yungblut, Strangers Settled Amongst Us. Policies, perceptions and t (...)

7Bacon et Coke s’accordent sur le fait que, à l’exception de la forme due par l’étranger ami, purement liée à sa présence sur le sol anglais et précisément qualifiée de locale, l’allégeance n’est ni géographiquement ni temporellement circonscrite. Mais contrairement à Bacon, Coke admet que l’étranger ami puisse se porter acquéreur de sa maison d’habitation, conclusion qu’il présente comme relevant du bon sens, mais qui était susceptible de poser des problèmes au moment de la transmission aux générations suivantes. Toutefois, en cette période d’ouverture des horizons, les choses étaient en train d’évoluer, comme le suggère la remarque de Bacon selon laquelle « […] it is not much to make a subject naturalized by the law of England : it should suffice, either place or parents », disposition qu’il présente comme un signe de générosité d’une nation digne de bâtir un empire, ajoutant : « [f]or look, and you shall find that such kind of estates have been ever liberal in point of naturalization : whereas merchant-like and envious states have been otherwise11 ». Mais si l’Angleterre était prête à accueillir en son sein, et à reconnaître comme sujets naturels, à la fois les enfants d’étrangers nés sur son sol et les enfants nés à l’étranger de parents anglais sans adjonction de sang étranger, il reste que, comme le souligne à juste titre Ania Loomba, ces tentatives de définition soulevaient autant de questions qu’elles n’en résolvaient. Les arguments avancés en faveur de l’intégration des Écossais au sein de la nation anglaise ouvraient la voie à l’intégration d’autres populations telles que les juifs, les Maures, ou les indigènes d’Amérique12. Sans doute Coke était-il conscient de ces enjeux puisqu’il introduit une distinction supplémentaire au sein de la catégorie des étrangers ennemis, entre les ennemis temporaires (sujets d’un prince en guerre contre l’Angleterre) et les ennemis perpétuels (i.e. les infidèles), à quoi s’ajoutent les étrangers qui bénéficient d’une autorisation spéciale (specialiter permissus), par quoi on peut comprendre ceux qui sont porteurs d’un sauf-conduit, à moins qu’il ne s’agisse d’une catégorie à part entière, susceptible d’inclure les réfugiés, tels que les sujets protestants d’un prince catholique en période de guerre entre les deux pays13.


  

  • 14  Émile Benveniste, Vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris : Éditions de Minuit, 2 vol (...)
  • 15  Voir, par exemple, Nabil I. Matar, « ’Turning Turk’: Conversion to Islam in English Renaissance Th (...)

8Quoi qu’il en soit, on remarquera qu’aucune définition juridique n’a recours à la notion par trop floue d’étrangeté. On notera également l’absence de lien, dans le discours d’Othello, entre l’étrangeté et le statut d’esclave. C’est que, comme l’explique Émile Benveniste, qui souligne les connexions étroites entre les notions d’ennemi et d’étranger dans les langues et dans les civilisations indo-européennes anciennes, point n’était besoin de recourir à la notion d’étrangeté, puisque l’étranger était a priori un ennemi, et un esclave potentiel, du seul fait de la dure loi de la guerre14. Cette pratique perdurait d’ailleurs dans l’Empire ottoman en plein XVIIe siècle, comme en témoignent de nombreux récits15 et les condamnations auxquelles elle donnait lieu dans l’Europe chrétienne, à l’image de celle de Sir Thomas Smith dans son De Republica Anglorum, Livre III, chapitre 8, intitulé « Of bondage and bondmen » :

  • 16  Sir Thomas Smith, De Republica Anglorum, éd. Citée, 138.

This perswasion I say of Christians not to make nor keepe his brother in Christ, serfe, bond and underling for ever unto him, as a beast rather than as a man, and the humanitie which the Christian religion doth teache, hath engendered through Realmes not neere to Turkes and Barbarians, a doubt, a conscience and scruple to have servants and bondmen16.

  • 17 Ibid., 135.

9Opposant explicitement les statuts des esclaves romains et des serfs dans la France et dans l’Angleterre du Moyen Âge, Smith en attribue la différence à l’influence de la religion chrétienne qui, sans avoir le pouvoir d’abolir les lois existantes, s’est néanmoins efforcée d’adoucir la condition servile, en vertu de l’égalité qui fait de tous les chrétiens les serviteurs de Dieu et du Christ (« the Christian religion […] maketh us all in Christ brethren, and in respect of God and Christ conservos »17). Il définit la condition de serf en relation avec un mode de tenure de la terre, et l’explique par une nécessité supérieure liée à la mise en valeur des terres, ce qui lui permet d’établir une distinction entre la condition des personnes, qui demeure libre en ce sens que nul n’est attaché à une autre personne, et la servitude constituée par les conditions liées à une tenure :

[…] necessitie on both sides, of the one to have helpe, on the other to have service, hath kept a figure or fashion thereof [of bondage]. So that some would not have bondmen, but adscripticij glebæ, and villaines appendantes to the ground, and for that service and that the countrie being evill, unwholsome, and otherwise barren, should not be desolate.

10Et s’il admet « This tenure is called also in our lawe, villaine, bonde, or servile tenure », c’est pour ajouter aussitôt :

  • 18 Ibid., 138.

yet to consider more deepely all lande, even that which is called most free lande, hath a bondage annexed unto it […in that] the lande doeth bring a certaine kinde of servitude to the possessor. For no man holdeth land simply free in Englande, but he or she that holdeth the Crowne of Englande: all others holde their land in fee, […] till it come to the Prince and him that holdeth the Crowne18

passant ainsi insensiblement de la notion de servitude à celle de service, d’origine féodale, manifestée par l’hommage du vassal à son suzerain.

  • 19 Ibid., 140-141.
  • 20  Sur la notion de service, voir David Evett, Discourses of Service in Shakespeare’s England, New Yo (...)
  • 21  Cf. A. L. Beier, Masterless men: the vagrancy problem in England : 1560-1640, London: Methuen, 198 (...)

11Ayant affirmé « leaving the possession and lande, all the obligation of servitude and service is gone », Smith ajoute cependant dès le paragraphe suivant : « An other kinde of servitude or bondage is used in Englande for necessitie thereof, which is called apprenticehoode » mais, nuance-t-il aussitôt, « this is but by covenaunt, and for a time », avant de comparer cette relation à celle d’un disciple et de son maître19. Cette présentation en continuum des statuts de serf et d’apprenti souligne le caractère structurant de la notion de service pour l’ensemble de cette société, où même le monarque était, in fine, le serviteur de Dieu20. Dans ce contexte, où la notion de service constituait en quelque sorte le plus petit dénominateur commun, consubstantiel à la qualité de sujet, l’homme sans maître était proprement impensable21.

  • 22  Ainsi, par exemple, du Poor Relief Act de 1576 (18 Eliz.I, c.3) : « An Act for the setting of the (...)

12Ce qui nous conduit à un autre aspect de l’étranger, plus volontiers exprimé par les termes foreign(er) ou abroad, désignant une réalité qui commençait à la paroisse voisine, et plus sociologique que géographique. Que l’on songe au chapitre de L’Utopie de Thomas More, intitulé « Of their Journeying or Travelling abroad… », où l’on apprend que tout déplacement vers une autre ville est soumis à autorisation des autorités locales, facile à obtenir mais néanmoins indispensable ; quant aux déplacements à l’intérieur du territoire d’une ville, s’ils ne sont limités que par l’autorisation paternelle ou le consentement de l’épouse, ils ne sont cependant pas tout à fait libres. La géographie de l’île, qui fait qu’aucune ville n’est située à plus d’une journée de marche de la ville voisine, jointe à l’obligation d’apporter sa contribution au travail, où que l’on se trouve, avant l’heure du déjeuner, sont destinées à éloigner le spectre tant redouté du vagabond, du pauvre réduit au nomadisme et à la mendicité, ou encore de l’homme sans maître, autant de figures d’étrangers de l’intérieur, dont la hantise se retrouve dans toutes les lois sur la pauvreté, aux titres éloquents22.


  

  • 23  Françoise Minelle, Représenter le monde, Paris : Presses Pocket, 1992, 29.

13Si la qualité de sujet, seul invariant sur ce terrain mouvant, est capitale, en revanche, les définitions juridiques du statut d’étranger, on l’a vu, ne font nullement appel à la notion d’étrangeté évoquée par les créatures à la frontière de l’humain et de l’inhumain issues du folklore mandevillien. Ces créatures suscitèrent un regain d’intérêt lors de la découverte du nouveau monde, qui allait bouleverser les conceptions trinitaires héritées de « l’âge théologique », pour reprendre l’expression de Françoise Minelle23, et soulever des questions inattendues sur l’essence de l’humain. En effet, la division tripartite des mappemondes médiévales, qui faisait des habitants de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique les descendants des trois fils de Noé, s’accommodait mal de l’apparition de ce quatrième continent et de ses habitants : quel statut leur accorder dans l’économie de la révélation chrétienne? S’il s’agissait de semi-hominidés, on pouvait sans état d’âme les utiliser comme esclaves ; mais il en allait tout autrement s’il s’agissait d’êtres humains, dotés d’une âme et bénéficiant de la rédemption du Christ. Le refus de l’esclavage dans le monde chrétien avait son revers : par une étrange perversion du discours, le christianisme n’avait d’autre recours que le déni d’humanité pour justifier la « nécessité » économique de l’esclavage. La question allait agiter la chrétienté jusqu’à la controverse de Valladolid et à sa résolution, en 1551, au bénéfice des Indiens. Mais cette résolution, en forme de pirouette, puisqu’elle substituait à la main d’œuvre indigène la main d’œuvre africaine (qui offrait en outre l’avantage d’être plus robuste), ne pouvait être que provisoire. Les débats ne varieront guère durant les siècles suivants : on retrouve des arguments identiques à propos des Noirs en pleine époque des Lumières, jusqu’à l’abolition de l’esclavage en 1807 dans l’Empire britannique et en 1848 dans les colonies françaises.

Haut de page

Bibliographie

BACON Francis, « The Case of the Post-Nati of Scotland », in Spedding James, Ellis R. L. & D. D. Heath (Ed.), Works, 14 vol., London : Longman, 1857-74 ; vol. 7, 1872,  641-679.

Beier A. L., Masterless men:  the vagrancy problem in England: 1560-1640, London : Methuen, 1985.

Benveniste Émile, Vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris : Éditions de Minuit, 2 vol., vol. 1, 1969.

COKE Sir Edward, « The Case of the Postnati, or of the Union of the Realm of Scotland with England; Trin. 6 James I. A.D. 1608 », in Howell Thomas Baily (Ed.), A Complete collection of state trials…, 34 vol., London : London, 1809-28; vol. II, 1816, col. 559-696.

Drouet Pascale, Le vagabond dans l’Angleterre de Shakespeare: ou l’art de contrefaire à la ville et à la scène, Paris : L’Harmattan, 2003.

Elliott John Huxtable, Empires of the Atlantic World: Britain and Spain in America 1492-1830, New Haven, CT: Yale UP, 2007.

Evett David, Discourses of Service in Shakespeare’s England, New York and Houndmills, Basingstoke: Palgrave, Macmillan, 2005.

Helgerson Richard, Forms of Nationhood. The Elizabethan Writing of England, Chicago and London: U of Chicago P, 1992.

____________________, « Writing empire and nation », in Kinney Arthur F. (Ed.), The Cambridge Companion to English Renaissance Literature 1500-1600, Cambridge: Cambridge UP, 2000.

Lisak Catherine, « La Trahison dans les deux tétralogies de William Shakespeare », Thèse de Doctorat, Université Paris 7, 1999.

Loomba Ania, « Outsiders in Shakespeare’s England », in de Grazia Margreta & Stanley Wells, (Ed.), The Cambridge Companion to Shakespeare, Cambridge: Cambridge UP, 2001.

Maltby William S., The Black legend in England: the development of anti-Spanish sentiment, 1558-1660, Durham, N.C.: Duke UP, 1971.

Marienstras Richard, Le Proche et le Lointain, Paris : Éditions de Minuit, 1981.

Matar Nabil I., « ’Turning Turk’ : Conversion to Islam in English Renaissance Thought », Durham University Journal, 86, 1994.

Minelle Françoise, Représenter le monde, Paris : Presses Pocket, 1992.

Pocock J.G.A., The Ancient Constitution and the Feudal Law, Cambridge: Cambridge UP, 1987 [1957].

Smith Lacey Baldwin, Treason in Tudor England: Politics and Paranoia, Princeton: Princeton UP, 1986.

Smith Sir Thomas, De Republica Anglorum (1583), Mary Dewar (Ed.), Cambridge: Cambridge UP, 1982.

Vitkus Daniel J., « ’Turning Turk’ in Othello : The Conversion and Damnation of the Moor », Shakespeare Quarterly, 48.2, 1997.

Yungblut Laura, Strangers Settled Amongst Us. Policies, perceptions and the presence of aliens in Elizabethan England, London and New York: Routledge, 1996.

Haut de page

Annexe

Francis Bacon

Naturalization is best discerned in the degrees whereby the law doth mount and ascend thereunto […]. The degrees are four.

The first degree of persons, as to this purpose, that the law takes knowledge of, is an alien enemy; that is such a one as is born under the obeisance of a prince or state that is in hostility with the king of England. To this person the law giveth no benefit or protection at all; […] Nevertheless, this admitteth a distinction. For if he come with safeconduct otherwise it is: for then he may not be violated, either in person or goods. But yet he must fetch his justice at the fountain-head, for […] he can have no remedy in any of the king’s courts; but he must complain himself before the king’s privy council: there he shall have a proceeding summary from hour to hour, the cause shall be determined by natural equity, and not by rules of law; and the decree of the council shall be executed by aid of the chancery […]

The second person is an alien friend, that is, such a one as is born under the obeisance of such a king or state as is confederate with the king of England, or at least not in war with him. […] the law doth indue him but with a transitory benefit, that is, of moveable goods and personal actions. But for freehold, or lease, or actions real or mixt, he is not enabled, except it be in auter droit […]

The third person is a denizen, using the word properly, (for sometimes it is confounded with a natural born subject): This is one that is but subditus insitivus, or adoptivus, and is never by birth, but only by the king’s charter, and by no other means come he never so young into the realm, or stay he never so long. Mansion or habitation will not indenize him, no, nor swearing obedience to the king in a leet [cour domaniale], which doth in-law the subject; but only, as I said, the king’s grace and gift. To this person the law giveth an ability and capacity abridged, not in matter, but in time. And as there was a time when he was no subject, so the law doth not acknowledge him before that time. For if he purchase freehold after his denization, he may take it; but if he have purchased any before, he shall not hold it; so if he have children after, they shall inherit; but if he have any before, they shall not inherit. So he is but priviledged a parte post, as the schoolmen say, and not a parte ante.

The fourth and last degree is a natural born subject, which is evermore by birth, or by act of parliament; and he is complete and entire. For in the law of England, there is nil ultra; there is no more subtle division between these  (647-649).

[…] it is not much to make a subject naturalized by the law of England: it should suffice, either place or parents. If he be born in England it is no matter though his parents be Spaniards, or what you will: on the other side , if he be born of English parents, it skilleth not though he be born in Spain, or in any other place of the world. In such sort doth the law of England open her lap to receive in people to be naturalized; which indeed sheweth the wisdom and excellent composition of our law, and that it is the law of a warlike and a magnanimous nation fit for empire. For look, and you shall find that such kind of estates have been ever liberal in point of naturalization: whereas merchant-like and envious states have been otherwise (664-665).

« The Case of the Post-Nati of Scotland », in James Spedding, R. L. Ellis & D. D. Heath (Ed.), Works, 14 vol., London : Longman, 1857-74; vol. 7, 1872, 641-679.

Edward Coke

There is found in the law four kinds of ligeances; the first is, ligeantia naturalis, absoluta, pura et indefinita and this originally is due by nature and by birth-right, and is called alta ligeantia, and he that oweth this is called subditus natus. The second is called ligeantia acquisita not by nature but by acquisition or denization, being called a denizen, or rather donaizon, because he is subditus datus. The third is ligeantia localis, wrought by the law, and that is when an alien that is in amity cometh into England; because as long as he is within England, he is within the king’s protection; therefore so long as he is here, he oweth unto the king a local obedience or ligeance […]. The fourth is a legal obedience, or ligeance which is called legal, because the municipal laws have prescribed the order and form of it; and this to be done upon oath at the town of leet […] (col. 615).

Every man is either alienigena, an alien born, or subditus, a subject born. Every alien is either a friend that is in league &c or an enemy that is in open war &c. Every alien enemy is either pro tempore, temporary or for a time, or perpetuus, perpetual, or specialiter permissus, permitted especially. Every subject is either natus, born, or datus, given or made […]  alien friends cannot acquire, or get nor maintain any action, real or personal, for any land or house, unless the house be for their necessary habitation. For if they should be disabled to acquire and maintain these things, it were in effect to deny unto them trade and traffick, which is the life of every island (col. 637-638).

« The Case of the Postnati, or of the Union of the Realm of Scotland with England; Trin. 6 James I. A.D. 1608 », in Thomas Baily Howell (Ed.), A Complete collection of state trials…, 34 vol., London: Longman, 1809-28 ; vol. II, 1816, col. 559-696.

Haut de page

Notes

1  William Shakespeare, Othello, Michael Neill (Ed.), Oxford: Oxford UP, 2006.

2 The Works of Edmund Spenser: A Variorum Edition, Edwin Greenlaw et al. (Ed.), 11 vol., Baltimore: Johns Hopkins Press, 1932-57, 10.16, cité par Richard Helgerson dans Forms of Nationhood. The Elizabethan Writing of England, Chicago and London: U of Chicago P, 1992, 25, ouvrage très documenté dont les paragraphes qui suivent s’inspirent largement.

3  Cf. Richard Helgerson, op. cit., 295, qui note par ailleurs « a shift of primary loyalty from king to country, from the dynastic state to the land-based nation », « Writing Empire and Nation », in Arthur F. Kinney (Ed.), The Cambridge Companion to English Renaissance Literature 1500-1600, 2000, 325.

4  Sur ces questions, voir William S. Maltby, The Black legend in England: the development of anti-Spanish sentiment, 1558-1660, Durham, N.C.: Duke UP, 1971, ainsi que John Huxtable Elliott, Empires of the Atlantic World: Britain and Spain in America 1492-1830, New Haven, CT: Yale UP, 2007.

5  Voir R. Helgerson, Forms of Nationhood, 69 et plus largement le chapitre 2, ainsi que J.G.A. Pocock, The Ancient Constitution and the Feudal Law, Cambridge: Cambridge UP, 1987, [1957].

6  Pour les détails de cette affaire, voir Richard Marienstras, Le Proche et le Lointain, Paris : Éditions de Minuit, 1981, ch. 5: « L’affaire Calvin et le statut des étrangers sous Jacques Ier d’Angleterre », 147-185. James Spedding, éditeur scientifique des œuvres de Bacon, suggère que, malgré les dénégations répétées de ce dernier, l’affaire semble bien avoir été suscitée par la Couronne.

7  Cf. Sir Thomas Smith, De Republica Anglorum, London, 1583, III.8: « all lande, even that which is called most free lande, hath a bondage annexed unto it […in that] the lande doeth bring a certaine kinde of servitude to the possessor. For no man holdeth land simply free in Englande, but he or she that holdeth the Crowne of Englande: all others holde their land in fee, […] till it come to the Prince and him that holdeth the Crowne », Mary Dewar (Ed.), Cambridge: Cambridge UP, 1982, 138.

8  Voir en annexe des extraits de ces textes.

9  S’il est muni d’un sauf-conduit, il bénéficie cependant d’une protection, à titre exceptionnel, qu’il doit aller chercher à la source (fountain-head), auprès du roi lui-même et du Conseil privé, selon les règles de l’equity, et dont l’exécution revient au tribunal de la Chancellerie.

10  « […] it is strongly to be inferred […] that the law, in that operation, respecteth only the king’s person, without respect of subjection to law or parliament », « The Case of the Post-Nati of Scotland », éd. citée en annexe, 650.

11 Ibid., 664-665.

12  Ania Loomba, “Outsiders in Shakespeare’s England”, in Margreta de Grazia et Stanley Wells (Ed.), The Cambridge Companion to Shakespeare, Cambridge: Cambridge UP, 2001, 150.

13  Sur cette question, voir Laura Yungblut, Strangers Settled Amongst Us. Policies, perceptions and the presence of aliens in Elizabethan England, London and New York : Routledge, 1996. Je remercie Ton Hoenselaars, professeur associé à l’Université d’Utrecht, pour cette référence.

14  Émile Benveniste, Vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris : Éditions de Minuit, 2 vol.; vol. 1 (1969), III.5 : « L’esclave, l’étranger », 355-361.

15  Voir, par exemple, Nabil I. Matar, « ’Turning Turk’: Conversion to Islam in English Renaissance Thought », Durham University Journal 86, 1994, ou Daniel J. Vitkus, « ’Turning Turk’ in Othello : The Conversion and Damnation of the Moor », Shakespeare Quarterly 48.2, 1997.

16  Sir Thomas Smith, De Republica Anglorum, éd. Citée, 138.

17 Ibid., 135.

18 Ibid., 138.

19 Ibid., 140-141.

20  Sur la notion de service, voir David Evett, Discourses of Service in Shakespeare’s England, New York and Houndmills, Basingstoke: Palgrave, Macmillan, 2005.

21  Cf. A. L. Beier, Masterless men: the vagrancy problem in England : 1560-1640, London: Methuen, 1985.

22  Ainsi, par exemple, du Poor Relief Act de 1576 (18 Eliz.I, c.3) : « An Act for the setting of the Poor on Work, and for the avoiding of Idleness » ou encore du Beggars Act de 1598(39 Eliz. I, c.4) : « An Act for punishment of Rogues, Vagabonds, and Sturdy Beggars », qui révèle que la catégorie de vagabond était susceptible d’inclure les acteurs de théâtre ou soupçonnés de se faire passer pour tels ; d’où l’injonction faite aux comédiens de jouer sous la protection-parrainage d’un mécène-garant aristocrate et, sous Jacques Ier, royal ou princier. Sur le vagabond, voir Pascale Drouet, Le vagabond dans l’Angleterre de Shakespeare: ou l’art de contrefaire à la ville et à la scène, Paris : L’Harmattan, 2003. Tout aussi impensable était la figure diabolique du traître, serviteur de deux maîtres, voire le converti, toujours suspect de fidélité à son ancienne foi ; ou encore ces figures du mal absolu qui relevaient du mystère de l’iniquité, telles que Iago, l’ennemi intérieur, ou encore Macbeth, comme étranger à lui-même. Sur la trahison, voir Lacey Baldwin Smith, Treason in Tudor England: Politics and Paranoia (Princeton UP, 1986) et Catherine Lisak, « La Trahison dans les deux tétralogies de William Shakespeare », (thèse de Doctorat effectuée sous la direction de Richard Marienstras et Dominique Goy-Blanquet, soutenue en 1999).

23  Françoise Minelle, Représenter le monde, Paris : Presses Pocket, 1992, 29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Vignaux, « Étrange ou ennemi ? Typologie de l’étranger, construction identitaire et circonvolutions du discours dans l’Angleterre des XVIe et XVIIe siècles », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n° 3 | 2008, 67-79.

Référence électronique

Michèle Vignaux, « Étrange ou ennemi ? Typologie de l’étranger, construction identitaire et circonvolutions du discours dans l’Angleterre des XVIe et XVIIe siècles », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n° 3 | 2008, mis en ligne le 03 juin 2009, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/376 ; DOI : 10.4000/lisa.376

Haut de page

Auteur

Michèle Vignaux

Dr, (Sud d’Amériques, Versailles St Quentin, France)
Ancienne élève de l’ENS Ulm, agrégée d’anglais, Michèle Vignaux est maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l’Université Versailles-St Quentin. Elle est notamment l’auteur d’un ouvrage d’introduction à Shakespeare (Paris : Hachette, 1998), de L’Invention de la responsabilité : la deuxième tétralogie de Shakespeare (Paris : Presses de l’Ecole Normale Supérieure, 1995), et d’une étude sur « L’héroïsme dans Henry V », in P. Sauzeau, M. Vignaux, F. Bercegol (Dir.), L’héroïsme, Paris, Belin, 2000, ainsi que de nombreux articles, principalement dans les domaines de l’histoire des idées, de la philosophie morale et politique et des représentations.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals