Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. VI – n° 3La mythologie antique revisitéeUlysse à la dérive : de déviation...

La mythologie antique revisitée

Ulysse à la dérive : de déviations en faux-fuyants, un itinéraire élisabéthain

Wandering with Ulysses: Interpretative Deviations in Elizabethan Texts
Charlotte Coffin
p. 108-122

Résumé

From Antiquity onwards, the Ulysses myth has been subject to contradictory interpretations, depending on whether his cunning intelligence is seen to indicate wisdom or deceitfulness, and whether the stress is laid on the Greek’s sly speeches or on his painful travels. Yet Elizabethan texts paradoxically deviate from this rich tradition as they often present a much simpler version of the hero, where the phrase “wise Ulysses” excludes any attempt at critical investigation. This article offers a survey of a variety of texts and genres, in order to show how both allegorical interpretations and rhetorical exploitations of the myth tend to erase ambivalence, whereas Shakespeare’s Troilus and Cressida fully explores its suggestions of  the dangerous power of eloquence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le père d’Ulysse, Laerte, est petit-fils de Jupiter et donc neveu de Minerve. Quant à sa mère, Ant (...)

1Avec ses dix ans de tribulations marines et son don pour la circonlocution, Ulysse est aussi bien l’incarnation géographique que rhétorique des tours et détours. La correspondance thématique contient la promesse d’une articulation symbolique entre voyage et parole, entre errance maritime et contrôle langagier. Plus prometteuse encore est la dualité des interprétations du mythe depuis l’Antiquité. « Ulysse aux mille ruses » (polytropos) incarne tantôt la sagesse, tantôt la roublardise, conformément à la généalogie bipolaire qui l’apparente à Minerve par son père mais à Mercure par sa mère1… à moins qu’il ne soit le fils illégitime de Sisyphe, maître en fourberie :

  • 2  Ibid., 1406.

Double, Ulysse devient duplice. Le subtil fils de Laerte protégé d’Athéna, s’est changé en bâtard de Sisyphe, obéissant à l’instinct d’Hermès, dieu des voleurs.
Le contraste est violent, et il constitue le dynamisme du personnage littéraire d’Ulysse. Car, hormis chez Homère qui estompe délibérément le revers de la métis, la fortune du mythe d’Ulysse repose sur cette tension qui existe en permanence dans son caractère.2

  • 3  La définition de la mètis et de sa place dans le monde grec sont l’objet de l’ouvrage de Marcel Dé (...)
  • 4  Ibid., 8.

2L’ambiguïté repose sur l’interprétation de la mètis : qualité fondamentale dans la culture grecque, cette dernière recouvre aussi bien des savoirs et techniques que des pièges, des stratagèmes ou une forme de flair3. Sur une multitude de plans, elle représente « un même modèle quant à la façon dont les Grecs se sont représenté un certain type d’intelligence engagée dans la pratique, affrontée à des obstacles qu’il faut dominer en rusant pour obtenir le succès dans les domaines les plus divers de l’action »4. Capacité d’adaptation, polyvalence de l’intelligence dans une recherche d’efficacité pratique, la mètis se définit, comme le mythe, en termes de détours :

  • 5  Ibid., 12.

[…] pour atteindre directement son but, pour suivre sans dévier sa route à travers un monde fluctuant, oscillant sans cesse de côté et d’autre, il faut procéder soi-même en biaisant, se faire l’intelligence assez retorse et souple pour ployer en tout sens, la démarche assez « courbe » pour s’ouvrir vers toutes les directions à la fois […]5.

  • 6  Denis Kohler, « Ulysse », art. cité, 1405-1406.
  • 7  Voir Ovide, Les Métamorphoses, traduction Georges Lafaye, Paris : Les Belles Lettres, 1988, livre (...)
  • 8  Denis Kohler, « Ulysse », art. cité, 1408.

3Pareille souplesse se prête aux jugements les plus divers, au point que la mètis s’inverse de vertu en vice et réciproquement. L’antithèse se déploie terme à terme, entre habileté et combine, réserve et hypocrisie, inventivité et fourberie6 : des revirements interprétatifs qui invitent à chercher dans les réécritures élisabéthaines la trace d’une réflexion problématique sur l’intelligence, et plus encore sur le pouvoir de l’éloquence – dont Ovide fait l’arme suprême d’Ulysse7. Pourtant, mon fil directeur sera moins l’ambivalence du motif mythique, que l’effacement de cette ambivalence. « La Renaissance a manqué le rendez-vous qu’on eût pu attendre d’elle avec Ulysse dont l’ouverture et la plasticité faisaient pourtant un héros de type renaissant », écrit Denis Kohler8 : rendez-vous manqué, ou évidement délibéré du mythe ? On verra que l’univocité de bien des allusions reflète le choix pragmatique d’un discours adapté à l’écriture, qu’elle soit allégorique, théâtrale ou rhétorique.

  • 9  David Brumble, Classical Myths and Legends in the Middle Ages and Renaissance: A Dictionary of All (...)
  • 10  Au IIe siècle après J.C., Héraclite est le premier interprète allégorique d’Homère.
  • 11  David Brumble, Classical Myths and Legends in the Middle Ages and Renaissance, op. cit., 331.

4La première étape du parcours sera mythographique et allégorique, pour retracer en quelques jalons les pérégrinations d’Ulysse de l’Antiquité à la Renaissance. Dans Classical Myths and Legends in the Middle Ages and Renaissance : A Dictionary of Allegorical Meanings9, David Brumble souligne la dualité d’Ulysse dans l’Antiquité : le Grec serait condamné par Homère, qui lui préfère le vaillant Achille, et par Virgile, qui voit en lui l’ennemi numéro un des Troyens ; à l’inverse, Ovide en donnerait un portrait positif, comme Horace qui dans un but pédagogique en fait un modèle de sagesse. Mais le passage du littéraire au commentaire limite la liberté d’interprétation : Héraclite10 et les néo-platoniciens transforment l’Odyssée en un parcours spirituel où la sagesse est mise à l’épreuve des vices. La glose partiale se transforme en discours dominant : « On the whole, it was this favorable view of Ulysses that prevailed during the Middle Ages and the Renaissance »11.

  • 12  Denis Kohler, « Ulysse », art. cité, 1403.
  • 13  L’ambivalence s’inscrit parfois chez un même auteur, suivant les genres auxquels il s’applique : a (...)
  • 14  Don Cameron Allen, Mysteriously Meant : The Rediscovery of Pagan Symbolism and Allegorical Interpr (...)

5Ainsi balisé, l’itinéraire n’est pas reconnu de tous. D. Kohler estime au contraire que le héros d’Homère est « éminemment positif »12, tandis qu’à l’époque d’Héraclite s’affirmerait un « curieux divorce » entre un Ulysse fourbe dénigré par les textes littéraires, et sa version complémentaire célébrée par les ouvrages philosophiques13. Au sujet d’Ovide et de Virgile, les avis sont plus divergents encore. Si Don Cameron Allen14 juge comme D. Brumble qu’Ovide est favorable à Ulysse tandis que Virgile en donne une représentation « peu attrayante », Jonathan Bate argue en revanche que Shakespeare se fonde sur Ovide pour déstabiliser dans Troilus and Cressida (1602) la version héroïque d’Homère et Virgile :

  • 15  Jonathan Bate, Shakespeare and Ovid, Oxford : Clarendon Press, 1993, 109.

[T]he contention between Ajax and Ulysses for the arms of Achilles in Book Thirteen of the Metamorphoses reduces the stature of these two heroes almost to the point of parody – Ajax is a boasting « dolt and grossehead », « slye Ulysses » a slippery wordsmith « who dooth all his matters in the dark ». Ovid thus provides a precedent for Shakespeare’s debunking representation of them.15

  • 16  Heather James, Shakespeare’s Troy: Drama, Politics, and the Translation of Empire, Cambridge : Cam (...)
  • 17  Ibidem, 85-118.

6Il est rejoint par Heather James16, pour qui les Métamorphoses d’Ovide déconstruisent l’Énéide de Virgile par la trivialisation et la démystification. Shakespeare amplifierait alors les traits caricaturaux suggérés par Ovide, pour se démarquer des sources héroïques dont Virgile est l’archétype17.

  • 18  Denis Kohler, op. cit., 1409.

7En lui-même, le conflit critique est remarquable : si la confrontation des études brouille la dualité initiale, elle n’en affirme que plus vivement le caractère trouble de l’Ulysse classique. Lorsque D. Kohler parle de « la courbe changeante » de son « image de marque » et fait de lui « le plus “jugé”, contradictoirement, des héros mythiques grecs », le commentaire prend des résonances métacritiques18. Ses termes suggèrent à la fois une ambiguïté insaisissable et une polarité forte : car les critiques reviennent constamment aux mêmes « contradictions », entre positif et négatif, sagesse et fourberie. Si le caractère d’Ulysse dans le conte est ainsi réversible, les pôles sont plus marqués encore et les discours plus catégoriques lorsqu’il s’agit de l’interprétation allégorique, qui repose fortement sur l’opposition du vice et de la vertu. Les glossateurs, néo-platoniciens et autres, cherchent moins à déployer la subtilité du mythequ’à établir un pattern conforme à leur philosophie, un schéma d’interprétation clair pour une fable qui deviendra bientôt cliché.

  • 19 Ibid., 1408.
  • 20  Or la disparition ne peut s’expliquer par une méconnaissance des interprétations antérieures : «  (...)

8Une fois dépassée l’Antiquité, la contradiction s’efface alors progressivement, y compris entre les critiques. La tradition médiévale rapportée par D. Brumble est encore contestée par D. Kohler, qui voit dominer sur la période un Ulysse menteur et fourbe19. Mais sur la Renaissance, le consensus est d’autant plus frappant que les divergences précédentes étaient nombreuses. Pour tous les auteurs cités, la Renaissance donne d’Ulysse une vision positive, comme si s’évanouissaient avec le temps les incertitudes de la mètis20. D. Allen résume ainsi l’avis général, à savoir que l’allégorie héraclitéenne du voyageur vertueux devient le discours dominant :

  • 21  Ibid., 94.

The positive moral interpretations of Odysseus which the Renaissance inherited from Antiquity did much to stabilize the saintly status of the hero whose reputation had been dubious since the earliest times.21

9Je proposais comme axe directeur l’effacement de l’ambivalence ; un autre terme-clé pourrait être cette stabilisation du mythe, cette immobilisation paradoxale d’une fable aussi mouvementée dans sa thématique que dans son parcours critique. L’itinéraire conduit du multiple vers l’unique, de l’incertitude vers l’affirmation. Encore la stabilisation est-elle liée à un détour initial, au déplacement du littéraire au para-littéraire, de l’épopée et ses réécritures vers le genre mythographique et allégorique. Dans ce registre-là, les textes élisabéthains manifestent le consensus suggéré par la critique.

  • 22  John Frederick Nims (Ed.), Ovid’s Metamorphoses : The Arthur Golding Translation of 1567, Philadel (...)
  • 23  On comparera l’original et ses traductions, par Georges Lafaye en français (in Ovide, Les Métamorp (...)
  • 24  Arthur Golding, in John Frederick Nims (Ed.), Ovid’s Metamorphoses, op. cit., 412, vers 255-256. C (...)
  • 25  Ibidem, livre XIII, vers 464-466. C’est moi qui souligne.

10« Ulysses dooth expresse / The image of discretion, wit, and great advisednesse », écrit Arthur Golding dans l’épître qui accompagne sa traduction des Métamorphoses (1567)22. Au livre XIII, pourtant, le même Golding renforce les attaques d’Ajax contre Ulysse en ajoutant des adjectifs péjoratifs23. Mais l’épître allégorique fait d’Ulysse un emblème, et de son affrontement verbal avec Ajax pour remporter les armes d’Achille, un symbole limpide : « it sheweth playne that wisdome dooth prevayle / In all attempts and purposes when strength of hand dooth fayle »24. Le tour affirmatif contrebalance l’incertitude de l’épisode, qui s’achève en ces termes : « The Lords were moved with his woordes, and then appeared playne / The force that is in eloquence. The lerned man did gayne / The armour of the valeant »25. En reprenant l’adverbe « playne », Golding déplace l’enjeu du pouvoir ambigu de l’éloquence à celui sans conteste de la sagesse, et arase toute interrogation aussi bien éthique que rhétorique.

  • 26  George Sandys, Ovid’s Metamorphosis Englished, Mythologized, and Represented in Figures, Lincoln : (...)
  • 27  Jonathan Bate, Shakespeare and Ovid, op. cit., 27.
  • 28  « What else are Circes witchcrafts and enchauntments than the vyle / And filthy pleasures of the f (...)
  • 29  Sur Ulysse et les Sirènes, voir l’article de Harry Vredeveld, qui étudie la généalogie et la trans (...)
  • 30  Stephen Batman, The Golden Booke of the Leaden Goddes, London : Thomas Marshe, 1577, 15,  STC 1583 (...)

11George Sandys fait un choix comparable dans son commentaire des Métamorphoses (1632) : « In this contention for the Armor, that difference is arbitrated, how the courage of the mind, and strength of the body, is of lesse use in affaires of warre, then counsell and pollicy : the one personated in Ajax, and the other in Ulysses »26. Dans cet ouvrage qui récapitule un siècle d’exégèse mythographique27, Ulysse est devenu un cliché de l’opposition entre intelligence et brutalité. Selon le même mode binaire, le héros représente la vertu luttant contre les vices, et la résistance spirituelle aux tentations charnelles incarnées par Circé28, Calypso ou les Sirènes29. Le mythographe Stephen Batman assimile ces dernières à des prostituées (« their whorish illusions »)30 dont triomphe l’intelligence d’Ulysse. Au cas où le lecteur n’aurait pas compris, l’épisode intervient dans la présentation contrastée de Vertu et de Volupia, déesse du plaisir.

  • 31  Les citations en anglais proviennent de l’édition de référence des œuvres complètes d’Érasme, publ (...)

12L’allégorisation mythographique trouve encore sa place dans le De Copia d’Érasme (1512), texte destiné aux écoliers de Saint-Paul à Londres et réédité tout au long du siècle. Pour citer les fables à bon escient, l’auteur préconise d’y associer une préface explicative – où l’on voit encore le souci de limiter l’incertitude. Ainsi, « if one is putting forward the idea that a genuine reputation for courage can only be won by the man who has been tossed by misfortune and tested by all sorts of danger, after the sort of introduction I have indicated, he can bring in Ulysses as Homer depicts him »31. L’interprétation unique correspond à la tradition néo-platonicienne, appropriée à un enseignement fondé sur un contenu moral. L’exemple-type affirme un cliché en même temps qu’il y contribue. C’est ainsi que soixante ans plus tard l’exaltation d’Ulysse figure parmi les recommandations de Roger Ascham aux pères désireux d’envoyer leur fils en Italie :

  • 32  Roger Ascham, The Scholemaster, London : John Daye, 1570, 23. Literature Online, <http://lion.chad (...)

Yet, if a ientleman will nedes travell into Italie, he shall do well, to looke on the life, of the wisest traueler, that ever traueled thether […] and that is Vlysses in Homere. Vlysses, and his travell, I wishe our trauelers to looke vpon, not so much to feare them, with the great daungers, that he many tymes suffered, as to instruct them, with his excellent wisedome, which he alwayes and everywhere vsed.32

  • 33  Pour une étude approfondie du concept d’exemplarité à la Renaissance, voir Timothy Hampton, Writin (...)

13Devenue lieu commun, l’allégorie univoque s’adapte à un but tout prosaïque. L’extrait révèle le caractère exemplaire d’Ulysse, au sens fort du terme : la vertu dont il fait preuve exige des lecteurs qu’ils exercent en retour une force d’âme comparable33. L’exemple est aussi une demande d’action, de sorte que la moralisation est à la fois banalisée et réaffirmée.

14Ces quelques extraits montrent l’établissement d’un consensus interprétatif, une stabilisation du mythe qui s’adapte au fonctionnement du discours allégorique, où l’affirmation morale univoque prime sur l’exploration problématique. Dans ce cadre, Ulysse orateur disparaît au profit d’Ulysse voyageur, et l’éloquence douteuse cède le pas à une sagesse au-dessus de tout soupçon – une double manipulation que corrige l’écriture dramatique de Troilus and Cressida.


  

  • 34  Un repérage d’occurrences sur base de données suggère que nombre de pièces reprennent la notion d’ (...)
  • 35  3 Henry VI, 3.2.189. Toutes les citations de Shakespeare renvoient à l’édition Norton : Stephen Gr (...)

15Sans parcourir tout le théâtre élisabéthain34, on s’attachera ici à l’exemple shakespearien. Car si le dramaturge reçoit l’héritage allégorique, il s’écarte de la voie consensuelle et permet de relancer la réflexion sur l’ambivalence du mythe. La première mention d’Ulysse dans le corpus est significative : « [I’ll] Deceive more slyly than Ulysses could » (3.1.189)35, déclare Richard de Gloucester, futur Richard III, qui dévoile pour la première fois ses ambitions politiques – et régicides.

16Dans Troilus and Cressida, le Grec n’est plus une référence-cliché, mais un protagoniste. Shakespeare lui redonne alors son double caractère d’orateur et de manipulateur. Dès sa première apparition, le héros se livre à un long discours sur les raisons de la stagnation militaire : d’emblée, le combat s’efface par rapport au débat. Malgré son caractère général, ce célèbre degree speech a pour but concret de rejeter la faute sur Achille. Le langage d’Ulysse repose sur la circonlocution, et les détours se multiplient à mesure qu’il progresse. Plutôt que d’accuser directement Achille, il raconte les parodies de Patrocle, et met à profit la digression apparente pour susciter la colère de ses interlocuteurs. Au récit, Ulysse ajoute encore ses propres commentaires :

Sometime, great Agamemnon,
Thy topless reputation he puts on,
[…] And when he speaks
‘Tis like a chime a-mending, with terms unsquared
Which from the tongue of roaring Typhon dropped
Would seem hyperboles. (1.3.158-161)

17La narration souligne l’opposition entre la grandeur d’Agamemnon et le ridicule inconvenant de l’imitation. L’orateur expert critique la voix de l’autre, et complète l’exposé par une comparaison mythologique peu flatteuse. La joie d’Achille qui prétend reconnaître Agamemnon dans cette piètre parodie n’est qu’une insulte supplémentaire, soigneusement insérée dans le rapport d’Ulysse :

At this fusty stuff
The large Achilles on his pressed bed lolling
From his deep chest laughs out a loud applause,
Cries « Excellent ! ‘Tis Agamemnon just » (1.3.161-164).

18Nestor n’est pas mieux traité :

That’s done as near as the extremest ends
Of parallels, as like as Vulcan and his wife.
Yet god Achilles still cries, « Excellent!
‘Tis Nestor right ». (1.3.167-170).

19Le commentaire repose sur les mêmes astuces : Ulysse dénonce la maladresse du jeu pour souligner l’approbation d’Achille. Au passage, il compare implicitement Nestor à un dieu difforme et cocu. Le mythe se joint au commentaire pour humilier l’auditoire de manière détournée, avec de multiples décalages qui permettent au locuteur de ne porter aucune responsabilité : la fable constitue une expression indirecte, insérée dans une comparaison qui prend place dans le commentaire d’un événement rapporté. Ulysse s’abrite derrière un langage à plusieurs niveaux pour mieux contrôler ses compagnons. La manipulation s’affirme progressivement dans son vocabulaire, lorsqu’il décide de remodeler la réputation d’Ajax (« dress him up in voices », 1.3.375), et d’« employer » le guerrier (1.3.379) dont il deviendra le guide (« Shall I call you father ? », « Be ruled by him, Lord Ajax », 2.3.242-243). L’image finit par se littéraliser : « I will knead him ; I’ll make him supple » (2.3.209).

  • 36  « No, make a lott’ry, / And by device let blockish Ajax draw / The sort to fight with Hector » (1. (...)
  • 37  « All the commerce that you have had with Troy / As perfectly is ours as yours, my lord » (3.3.198 (...)
  • 38  Le texte indique que Nestor rapporte son corps (5.5.17), mais laisse libre la représentation du me (...)

20Aux manipulations oratoires de plus en plus explicites, correspondent des stratagèmes non moins déviants. Pour influencer Ajax, par exemple, Ulysse joue avec Agamemnon une scène retorse, où le chef des Grecs prétend envoyer Ajax prier Achille, tandis qu’Ulysse feint le scandale devant ce rôle indigne du grand guerrier (2.3.166-252). La ruse est encore liée à un projet de tirage au sort truqué, piège peu scrupuleux à l’initiative de l’orateur36. Enfin, les informations dont Ulysse dispose sur la vie privée d’Achille évoquent l’espionnage : bien que le Grec invoque l’impératif militaire37, il suggère l’existence d’un service de renseignements qui n’est pas sans rappeler le réseau de surveillance dirigé par Walsingham sous la reine Elisabeth. Lorsqu’il passe à l’action, Ulysse est donc aussi malhonnête qu’habile. Il bascule franchement du côté du traître lorsqu’il tue lui-même Patrocle pendant la bataille finale38, comme s’il n’avait pu se résoudre à son échec auprès d’Achille. Tel était le parti des représentations données au Swan Theatre, à Stratford-upon-Avon en janvier 1999. Face à un Ajax guerrier, en treillis et aux manières de brute, se dressait un Ulysse tout en paroles, vêtu comme un cadre d’entreprise aux façons d’aigrefin.

  • 39  Voir l’introduction de Walter Cohen, in Stephen Greenblatt et al. (Ed.), The Norton Shakespeare, o (...)
  • 40  J’ai souligné ici tous les éléments qui font tendre le détour – stratagème ou circonlocution – ver (...)

21La pièce se prête d’autant mieux à cette réappropriation fourbe que toute l’intrigue vise à déstabiliser la glorieuse épopée, tant en montrant des personnages caricaturaux qu’en effaçant la dimension militaire au profit du mythe amoureux, lui-même peu reluisant. La réécriture d’Ulysse n’est qu’un élément d’une subversion du mythe à grande échelle, dans une pièce dont les critiques se demandent encore s’il faut la décrire comme historique, comique, héroïque, tragique ou satirique, mais qui semble reposer sur le démantèlement des autorités classiques et médiévales39. La perturbation des rôles héroïques s’explique donc par le contexte. Il n’en est pas moins tentant de voir dans l’Ulysse shakespearien40 un emblème du travail que le théâtre fait sur le langage, en explorant le pouvoir de la persuasion et ses déviances manipulatrices. Ulysse serait presque l’archétype mythique d’un Iago, dans une pièce jouée un à deux ans plus tard. Le Grec est d’ailleurs témoin de la jalousie dévorante de Troilus, embusqué avec lui pour épier Cressida et Diomède : l’attitude est encore révélatrice des procédés détournés privilégiés par le personnage. En tout état de cause, Troilus and Cressida s’écarte du consensus véhiculé par les commentaires allégoriques, pour redonner à Ulysse son statut d’orateur et en problématiser la nature. L’exemple invite à rechercher une interrogation comparable au sein des traités de rhétorique, par excellence lieux de définition de l’éloquence.


  

  • 41  Quintilien, Institution Oratoire, traduction Jean Cousin, Paris : Les Belles Lettres, 1980, II.xv. (...)
  • 42  Quintilien, Institution Oratoire, op. cit., XII.x.64.
  • 43  C’est d’ailleurs Orphée, et non Ulysse, qui constitue la figure maîtresse de l’étude de Neil Rhode (...)

22Dès l’Antiquité, Quintilien s’inquiète des dérives de « l’art de persuader » et préconise l’ajout d’un complément qui garantira l’intégrité morale de l’orateur : la rhétorique est définie comme l’art de « persuader ce qu’il faut »41. Cependant, l’auteur considère Ulysse comme l’incarnation de « l’éloquence à son degré suprême » (« summam facundiam »)42. Héritière de Quintilien, la Renaissance se voit donc offrir deux pistes, entre l’utilisation d’Ulysse comme prétexte à une réflexion sur une éloquence à double tranchant, et sa célébration comme emblème de la perfection rhétorique. Or Ulysse n’est pas mentionné comme un orateur dangereux dans les traités élisabéthains, peut-être parce que leur objectif est de défendre la rhétorique. L’arasement du mythe correspondrait alors à une adaptation pragmatique aux buts recherchés. Ce qui est plus surprenant, c’est qu’Ulysse n’est pas non plus cité comme autorité en matière d’éloquence : dans cet espace totalement consacré au langage, le héros grec est étrangement dépouillé de son statut d’orateur43.

  • 44  Sir Philip Sidney, The Defence of Poesie, Londres : William Ponsorby, 1595, 21. Literature Online, (...)
  • 45  Ibid., 18.
  • 46  Ibid., 23.

23Prenons l’exemple du traité de Philip Sidney, The Defence of Poesie (1595). Trois passages montrent des opérations d’arasement, d’effacement et de déplacement du mythe, qui en suppriment tout potentiel critique. Sidney reprend la logique du « tout ou rien » qui caractérisait les textes allégoriques : « If the Poet do his part aright, he will shew you in Tantalus, Atreus, and such like, nothing that is not to be shunned ; in Cyrus, Aeneas, Vlisses, each thing to be followed »44. L’énoncé n’est pas de l’ordre du constat mais de l’injonction. Le mythe n’est pas un lieu d’ambivalence, mais d’absolu moral. La formule « each thing », faussement précise, en arase toutes les aspérités. Ainsi certains termes peuvent-ils jouer le rôle d’écran, comme le substantif « wisdom » dont Sidney fait la caractéristique d’Ulysse : « See whether wisdom and temperance in Vlisses and Diomedes […], euen to an ignorant man carry not an apparant shining »45. Déjà récurrente dans les textes allégoriques, la sagesse efface la multiplicité des activités du Grec. Le terme recouvre aussi bien les ruses de l’Iliade que les épreuves de l’Odyssée. Il unifie le mythe et le ramène à une origine intellectuelle : mais en se posant, en s’imposant dans ce registre, la sagesse évince l’éloquence et évide le mythe d’un de ses aspects principaux. Pour Sidney, enfin, Ulysse est davantage un voyageur qu’un orateur : c’est le déplacement du mythe, recentré sur un ouvrage (aux dépens de l’Iliade) et limité à l’interprétation héraclitéenne de l’Odyssée. Ulysse n’est plus que la vertu triomphant des obstacles : « Well may you see Vlisses  in a storme and in other hard plights, but they are but exercises of patience & magnanimitie, to make them shine the more in the neare following prosperitie »46. Ulysse voyageur l’emporte, dans les textes mêmes qui auraient tout intérêt à exploiter le héros du langage.

  • 47  Idem.

24Pourtant les allusions, pour mutilées qu’elles paraissent, répondent à des besoins précis. L’argument de Sidney est que la poésie instruit par le plaisir. La poésie illumine, et enlumine, une sagesse qui resterait lettre morte à l’état brut. Dans ce contexte, l’accumulation d’exemples prouve les vertus pédagogiques des fables (sagesse d’Ulysse, tempérance de Diomède, etc.). Parce que le ton est polémique, l’argument est moral : la vertu célébrée promeut la poésie. D’où la nécessité de l’arasement mythologique, dont les figures épurées prêteront à la fiction la double autorité de l’Antiquité et de la morale. Ulysse, voyageur patient, correspond donc à l’idée que « Poetrie euer sets vertue so out in her best cullours […] that one must needs be enamoured of her »47. Si le mythe est dépouillé de toute ambiguïté, c’est pour s’adapter au but poursuivi. Par ailleurs, la fable fonctionne en abyme : Ulysse est l’illustration dans un texte qui vante la puissance de l’image. Certes le mythe est réduit à l’exemple, mais l’argument confère à ce dernier un fort pouvoir d’incitation. Si Ulysse n’est pas le seul à être évoqué de la sorte, il pourrait être l’emblème de la manipulation : l’orateur habile disparaît derrière la moralisation apparente, mais ressurgit dans l’efficacité du discours.

  • 48  Thomas Wilson, The Arte of Rhetorique, Londres : John Kingston, 1560, livre III, 99. Literature On (...)
  • 49  Ibid., 99.

25On retrouve chez Thomas Wilson et William Vaughan un usage comparable de l’illustration mythologique. Dans The Arte of Rhetorique (1553/1560), le premier déclare : « For what other is the painfull trauail of Ulisses […] but a liuely picture of mannes miserie in this life »48. L’allégorie héraclitéenne est sans doute favorisée en anglais renaissant par la polyvalence du mot travail, qui désigne aussi bien le voyage (travel), que le labeur (travail). Si l’allusion rappelle les commentaires allégoriques, elle est cependant réappropriée dans le contexte rhétorique. D’une part, le rappel bref permet de privilégier le nombre et la diversité des références. D’autre part, l’illustration ainsi mise en série est étroitement associée à la défense de la copia : « The saiyng of Poetes, and all their fables, are not to bee forgotten, for by them we maie talke at large, and win men by perswasion »49. Les mythes sont les instruments efficaces d’une éloquence abondante, et par là persuasive. L’argument moral n’est alors qu’une précaution, une justification préliminaire au développement discursif qui est le véritable objectif.

  • 50  William Vaughan, « Of Poetry and the excellence thereof », 6, in The Golden-Grove, livre III, chap (...)
  • 51  William Vaughan, « Of Poetry and the excellence thereof », op. cit., 5.

26Vaughan reprend des termes identiques, dans un contexte légèrement différent : « By the painful trauel of Vlisses is portrayed the liuely picture of mans miseries », écrit-il dans un texte intitulé « Of Poetry and of the excellency thereof » (1600)50. Pour défendre la poésie, Vaughan affirme la vérité allégorique des fables : « Poets do speake that which is most true, and by their mysticall fables do decipher profound matters »51. L’enjeu est moins d’adhérer à l’interprétation policée d’Ulysse, que de défendre son nom en tant que fiction autorisée, et autorisant d’autres récits. Une fois de plus, le nombre des allusions favorise l’évidement du mythe, sa neutralisation apparente dans une formule conventionnelle ; mais en même temps le principe d’efficacité de l’accumulation lui donne un impact non négligeable. La fable est réadaptée à des fins proprement rhétoriques : l’allégorie instrumentalisée est mise au service à la fois d’une écriture, fondée sur l’abondance, et d’une argumentation. Si ces traités effacent Ulysse orateur, ils se servent néanmoins de son nom pour vanter la rhétorique : l’éloquence est bien l’objectif auquel on accède par des voies détournées, plutôt que par le symbole de l’orateur parfait.

  • 52  Érasme, De Copia Verborum ac Rerum, op. cit., 265. L’édition canadienne traduit « “Changeableness” (...)
  • 53  Érasme, Literary and Educational Writings 2, op. cit., 643. En latin : « Adducam et Vlyssem, quaml (...)

27Je terminerai avec Érasme, dont le De Copia, cité plus haut parmi les allégorisations simplificatrices du mythe d’Ulysse, réintroduit le personnage de façon très différente au moment d’illustrer le recueil de lieux communs que l’auteur veut faire adopter à ses lecteurs pour alimenter leurs propres textes. Pour donner une idée de ce cahier à faire soi-même, Érasme propose une rubrique à titre d’exemple, et entreprend de citer les figures représentatives de « inconstantia aut morum inaequalitas »52 – un choix qui n’est sûrement pas anodin. C’est là qu’avec Protée, Jupiter, Vertumne et bien d’autres, il cite le héros grec : « I shall bring in Ulysses, adopting different characters according to the circumstances »53. En quelques mots, Érasme restaure à Ulysse toute son ambiguïté. Non seulement il ne choisit pas entre habileté et fourberie, mais il évacue tout vocabulaire moral. L’inconstance n’est pas un défaut, mais elle est l’ambiguïté, l’oscillation elle-même. Parce qu’Érasme ne pose pas la question en termes moraux, la rubrique prend une dimension poétique. L’inconstance, c’est aussi la versatilité et la variété dont il fait ses principes d’écriture. Enfin dégagé de la dualité moralisante, le mythe d’Ulysse illustrerait alors la fécondité littéraire de l’adaptabilité. Il n’est toujours pas l’emblème de l’éloquence, mais devient celui de l’écriture.


  

28Conçu dès l’Antiquité comme un personnage ambigu, Ulysse dérive à la Renaissance vers des interprétations plus univoques, qui tendent à effacer le caractère déviant du mythe. Néanmoins, les trois genres évoqués (allégorique, théâtral et rhétorique) montrent trois réappropriations efficaces du mythe. L’allégorie morale simplifie pour clarifier et classifier : l’éloquence et la ruse, potentiellement déstabilisantes, disparaissent au profit de la sagesse. Dégagé de ces préoccupations explicatives, le théâtre shakespearien peut rendre au personnage son caractère retors, et repasser de l’errance vertueuse au détour linguistique et manipulateur. Les traités de rhétorique ne se saisissent pas de cet aspect, qui mettrait en danger leur propre défense de l’éloquence. Mais si les formules choisies effacent l’orateur pour reprendre les termes uniformisés du commentaire allégorique, elles restent investies d’une fonction pragmatique, dans la double promotion de la copia et de la fiction poétique. Le mythe d’Ulysse n’est pas seul à fonctionner ainsi, mais il revêt une qualité emblématique, comme si l’éloquence qu’il incarne restait, malgré les neutralisations apparentes, la vocation de la référence. À première vue évidée, la mètis d’Ulysse ressurgit entre les lignes : notre parcours n’efface pas les déviations, il les transfère du mythe à sa réutilisation. La mètis est celle de l’écriture et celle du mythe comme écriture, référence plastique apte à de multiples réappropriations.

Haut de page

Bibliographie

ALLEN Don Cameron, Mysteriously Meant : The Rediscovery of Pagan Symbolism and Allegorical Interpretation in the Renaissance, Baltimore, London : The Johns Hopkins Press, 1970.

ASCHAM Roger, The Scholemaster, London : John Daye, 1570. Literature Online, <http://lion.chadwyck.co.uk>, consulté le 31 août 2006.

BATE Jonathan, Shakespeare and Ovid, Oxford : Clarendon Press, 1993.

BATMAN Stephen, The Golden Booke of the Leaden Goddes, London : Thomas Marshe, 1577, STC 1583 in English Short Title Catalogue, London: The British Library, <http://www.estc.bl.uk>.

BRUMBLE David H. (Ed.), Classical Myths and Legends in the Middle Ages and Renaissance: A Dictionary of Allegorical Meanings, Westport, Connecticut : Greenwood Press, 1998.

DÉTIENNE Marcel et VERNANT Jean-Pierre, Les Ruses de l’intelligence : la mètis des Grecs, Paris : Flammarion, 1974.

ÉRASME, De Copia Verborum ac Rerum, in Opera Omnia Desiderii Erasmi Roterodami, ordre I tome VI, Amsterdam : North Holland, 1988; et Literary and Educational Writings 2 : De Copia / De Ratione Studii, in THOMPSON Craig R. (Ed.), Collected Works of Erasmus, tome 24, Toronto : U of Toronto P, 1978.

GREENBLATT Stephen et al. (Ed.), The Norton Shakespeare : Based on the Oxford Edition, New York, London : W. W. Norton and Company, 1997.

HAMPTON Timothy, Writing from History: The Rhetoric of Exemplarity in Renaissance Literature, Ithaca : Cornell U P, 1990.

JAMES Heather, Shakespeare’s Troy: Drama, Politics, and the Translation of Empire, Cambridge: Cambridge U P, 1997.

KOHLER Denis, « Ulysse », in BRUNEL Pierre (Dir.), Dictionnaire des mythes littéraires, Paris : Éditions du Rocher, 1988.

NIMS John Frederick (Ed.), Ovid’s Metamorphoses : The Arthur Golding Translation of 1567, Philadelphia : Paul Dry Books, 2000.

OVIDE, Les Métamorphoses, traduction Georges Lafaye, Paris : Les Belles Lettres, 1988.

QUINTILIEN, Institution Oratoire, traduction Jean Cousin, Paris : Les Belles Lettres, 1980.

RHODES Neil, The Power of Eloquence and English Renaissance Literature, New York, London : Harvester Wheatsheaf, 1992.

SANDYS George, Ovid’s Metamorphosis Englished, Mythologized, and Represented in Figures, Lincoln : University of Nebraska Press, 1970 [1632].

SIDNEY Sir Philip, The Defence of Poesie, London : William Ponsorby, 1595. Literature Online, <http://lion.chadwyck.co.uk>, consulté le 31 août 2006.

VAUGHAN William, « Of Poetry and the excellence thereof », inThe Golden-Grove, livre III, chapitre 42, London : Simon Stafford, 1600. Literature Online, <http://lion.chadwyck.co.uk>, consulté le 31 août 2006.

VREDEVELD Harry, « “Deaf as Ulysses to the Siren’s Song” : The Story of a Forgotten Topos », Renaissance Quarterly, vol. 54, n° 3, automne 2001, 846-882.

WILSON Thomas, The Arte of Rhetorique, London : John Kingston, 1560. Literature Online, <http://lion.chadwyck.co.uk>, consulté le 31 août 2006.

Haut de page

Notes

1  Le père d’Ulysse, Laerte, est petit-fils de Jupiter et donc neveu de Minerve. Quant à sa mère, Anticlée, elle est la fille d’Autolycus, descendant de Mercure et lui-même réputé pour ses escroqueries. Voir Denis Kohler, « Ulysse », in Pierre Brunel (Dir.), Dictionnaire des mythes littéraires, Paris : Éditions du Rocher, 1988, 1405.

2  Ibid., 1406.

3  La définition de la mètis et de sa place dans le monde grec sont l’objet de l’ouvrage de Marcel Détienne et Jean-Pierre Vernant, Les Ruses de l’intelligence : la mètis des Grecs, Paris : Flammarion, 1974.

4  Ibid., 8.

5  Ibid., 12.

6  Denis Kohler, « Ulysse », art. cité, 1405-1406.

7  Voir Ovide, Les Métamorphoses, traduction Georges Lafaye, Paris : Les Belles Lettres, 1988, livre XIII.

8  Denis Kohler, « Ulysse », art. cité, 1408.

9  David Brumble, Classical Myths and Legends in the Middle Ages and Renaissance: A Dictionary of Allegorical Meanings, Westport, Connecticut : Greenwood Press, 1998.

10  Au IIe siècle après J.C., Héraclite est le premier interprète allégorique d’Homère.

11  David Brumble, Classical Myths and Legends in the Middle Ages and Renaissance, op. cit., 331.

12  Denis Kohler, « Ulysse », art. cité, 1403.

13  L’ambivalence s’inscrit parfois chez un même auteur, suivant les genres auxquels il s’applique : ainsi, Les Troyennes de Sénèque s’opposent à ses Lettres à Lucilius.  Voir Denis Kohler, op. cit., 1407.

14  Don Cameron Allen, Mysteriously Meant : The Rediscovery of Pagan Symbolism and Allegorical Interpretation in the Renaissance, Baltimore, London : The Johns Hopkins Press, 1970, 94 et 298.

15  Jonathan Bate, Shakespeare and Ovid, Oxford : Clarendon Press, 1993, 109.

16  Heather James, Shakespeare’s Troy: Drama, Politics, and the Translation of Empire, Cambridge : Cambridge UP, 1997, 28-29.

17  Ibidem, 85-118.

18  Denis Kohler, op. cit., 1409.

19 Ibid., 1408.

20  Or la disparition ne peut s’expliquer par une méconnaissance des interprétations antérieures : «  The unattractive Ulysses of Virgil, Philostratus, and Dictys of Crete is not found in the hero presented by Boccaccio, Conti, and Sandys ; however, no Renaissance man of letters would be unaware of the dark side of Ulysses », Don Cameron Allen, Mysteriously Meant, op. cit., 296.

21  Ibid., 94.

22  John Frederick Nims (Ed.), Ovid’s Metamorphoses : The Arthur Golding Translation of 1567, Philadelphie : Paul Dry Books, 2000, 412, vers 248-249.

23  On comparera l’original et ses traductions, par Georges Lafaye en français (in Ovide, Les Métamorphoses, op. cit. ; l’édition étant bilingue, la référence du latin indique également où trouver le passage en français) et par Golding en anglais élisabéthain, John FrederickNims (Ed.), Ovid’s Metamorphoses, op. cit. L’utilisation de l’adjectif sly peut être perçue comme ambiguë, dans la mesure où le terme a depuis le XIIe siècle le double sens de wise (OED 1.a) et deceitful (OED 3.a). La situation d’énonciation, qui met ces mots dans la bouche d’un adversaire, impose cependant une interprétation négative. Voici trois exemples de traductions comparées :
- « Ille tamen vivit, quia non comitavit Ulixen » (Ovide, livre XIII, vers 55) / « Encore celui-là est-il vivant, parce qu’il n’a pas accompagné Ulysse » / « Yit liveth hee bycause hee is not still in companie with sly Ulisses » (Golding, livre XIII, vers 68)
- « nimium memor » (Ovide, livre XIII, vers 58) / « se souvenant trop bien » / « bearing (ah) too well in wicked mynd » (Golding, livre XIII, vers 72)
- « ubi nunc facundus Vlixes ? » (Ovide, livre XIII, vers 92) / « où est maintenant l’éloquent Ulysse ? » / « And where was slye Ulysses then with all his talk so smooth ? » (Golding, livre XIII, vers 115).

24  Arthur Golding, in John Frederick Nims (Ed.), Ovid’s Metamorphoses, op. cit., 412, vers 255-256. C’est moi qui souligne.

25  Ibidem, livre XIII, vers 464-466. C’est moi qui souligne.

26  George Sandys, Ovid’s Metamorphosis Englished, Mythologized, and Represented in Figures, Lincoln : University of Nebraska Press, 1970 [1632], 602.

27  Jonathan Bate, Shakespeare and Ovid, op. cit., 27.

28  « What else are Circes witchcrafts and enchauntments than the vyle / And filthy pleasures of the flesh which doo our soules defyle ? » [Golding in Nims (Ed.), Ovid’s Metamorphoses, op. cit., 413, vers 276-277].

29  Sur Ulysse et les Sirènes, voir l’article de Harry Vredeveld, qui étudie la généalogie et la transmission d’un détail non-homérique mais largement partagé à la Renaissance, selon lequel Ulysse se serait bouché les oreilles avec ses mains, et n’aurait donc pas entendu le chant magique. Harry Vredeveld, « “Deaf as Ulysses to the Siren’s Song”: The Story of a Forgotten Topos », Renaissance Quarterly, vol. 54, n° 3, automne 2001, 846-882.

30  Stephen Batman, The Golden Booke of the Leaden Goddes, London : Thomas Marshe, 1577, 15,  STC 1583, in English Short Title Catalogue, London: The British Library, <http://www.estc.bl.uk>. Dans la suite de cette étude, le titre sera indiqué sous la référence communément acceptée : STC.

31  Les citations en anglais proviennent de l’édition de référence des œuvres complètes d’Érasme, publiée au Canada. Érasme, Literary and Educational Writings 2 : De Copia / De Ratione Studii, in Craig R. Thompson (Ed.), Collected Works of Erasmus, tome 24, Toronto : U of Toronto P, 1978, 611. Pour l’original en latin, voir De Copia Verborum ac Rerum, in Opera Omnia Desiderii Erasmi Roterodami, ordre I tome VI, Amsterdam : North Holland, 1988, 235 : «  Item si quis proponat veram virtutis laudem non parari, nisi qui sit multis iactatus casibus variisque exercitus periculis, cum huiusmodi quam diximus praefatione, Vlyssem adducet Homericum ».

32  Roger Ascham, The Scholemaster, London : John Daye, 1570, 23. Literature Online, <http://lion.chadwyck.co.uk>, consulté le 31 août 2006.

33  Pour une étude approfondie du concept d’exemplarité à la Renaissance, voir Timothy Hampton, Writing from History : The Rhetoric of Exemplarity in Renaissance Literature, Ithaca : Cornell U P, 1990.

34  Un repérage d’occurrences sur base de données suggère que nombre de pièces reprennent la notion d’un Ulysse « sage », recouvrant de l’adjectif « wise » toutes les ambivalences potentielles dans des allusions brèves. Le traitement shakespearien n’est donc pas nécessairement représentatif : il est envisagé ici comme un cas particulier d’exploitation dramaturgique du mythe. Pour une étude de plus grande ampleur, je signale la thèse en cours de Sylvaine Bataille (sous la direction d’Yves Peyré, Université de Montpellier III), sur les réécritures des mythes homériques et sur le statut d’Homère dans la période élisabéthaine.

35  3 Henry VI, 3.2.189. Toutes les citations de Shakespeare renvoient à l’édition Norton : Stephen Greenblatt et al. (Ed.), The Norton Shakespeare : Based on the Oxford Edition, New York, London : W. W. Norton and Company, 1997.

36  « No, make a lott’ry, / And by device let blockish Ajax draw / The sort to fight with Hector » (1.3.367-369).

37  « All the commerce that you have had with Troy / As perfectly is ours as yours, my lord » (3.3.198-199).

38  Le texte indique que Nestor rapporte son corps (5.5.17), mais laisse libre la représentation du meurtre.

39  Voir l’introduction de Walter Cohen, in Stephen Greenblatt et al. (Ed.), The Norton Shakespeare, op. cit., 1825.

40  J’ai souligné ici tous les éléments qui font tendre le détour – stratagème ou circonlocution – vers la manipulation peu scrupuleuse. Pour autant, cette approche ne fait pas l’unanimité. Ainsi Allen estime-t-il que Shakespeare montre une image positive d’Ulysse, homme politique avisé, connaisseur des hommes, conforme au modèle épuré qu’en donne la Renaissance. Il oppose la réécriture shakespearienne à celle d’un Milton selon lui mieux au fait de la réputation trouble d’Ulysse dans la littérature classique, (Don Cameron Allen, Mysteriously Meant, op. cit., 295). De manière comparable, Denis Kohler énonce : « l’Ulysse de Troilus et Cressida, fin politique, grand orateur, intelligence supérieure, sensibilité préservée dans un monde de trahison et de brutalité, est sans conteste l’incarnation la plus accomplie et cohérente du mythe sous sa forme renaissante », Denis Kohler, op. cit., 1413.

41  Quintilien, Institution Oratoire, traduction Jean Cousin, Paris : Les Belles Lettres, 1980, II.xv.34.

42  Quintilien, Institution Oratoire, op. cit., XII.x.64.

43  C’est d’ailleurs Orphée, et non Ulysse, qui constitue la figure maîtresse de l’étude de Neil Rhodes sur l’éloquence élisabéthaine. Voir The Power of Eloquence and English Renaissance Literature, New York, London : Harvester Wheatsheaf, 1992.

44  Sir Philip Sidney, The Defence of Poesie, Londres : William Ponsorby, 1595, 21. Literature Online, <http://lion.chadwyck.co.uk>, consulté le 31 août 2006.

45  Ibid., 18.

46  Ibid., 23.

47  Idem.

48  Thomas Wilson, The Arte of Rhetorique, Londres : John Kingston, 1560, livre III, 99. Literature Online, <http://lion.chadwyck.co.uk>, consulté le 31 août 2006.

49  Ibid., 99.

50  William Vaughan, « Of Poetry and the excellence thereof », 6, in The Golden-Grove, livre III, chapitre 42, Londres : Simon Stafford, 1600. Literature Online, <http://lion.chadwyck.co.uk>, consulté le 31 août 2006. L’édition électronique sélectionne dans The Golden-Grove les chapitres consacrés à la rhétorique, à la poésie, au théâtre et à la grammaire.

51  William Vaughan, « Of Poetry and the excellence thereof », op. cit., 5.

52  Érasme, De Copia Verborum ac Rerum, op. cit., 265. L’édition canadienne traduit « “Changeableness” or “Irresolution” », (Literary and Educational Writings 2, op. cit., 642).

53  Érasme, Literary and Educational Writings 2, op. cit., 643. En latin : « Adducam et Vlyssem, quamlibet pro tempore personam gerentem », (De Copia Verborum ac Rerum, op. cit., 266).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Coffin, « Ulysse à la dérive : de déviations en faux-fuyants, un itinéraire élisabéthain »Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n° 3 | 2008, 108-122.

Référence électronique

Charlotte Coffin, « Ulysse à la dérive : de déviations en faux-fuyants, un itinéraire élisabéthain »Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n° 3 | 2008, mis en ligne le 04 juin 2009, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/lisa/382 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.382

Haut de page

Auteur

Charlotte Coffin

Dr (CORPUS, Amiens, France)
Ancienne élève de l’ENS Ulm, agrégée d’anglais, Charlotte Coffin est maître de conférences à l’Université Picardie-Jules Verne (Amiens). Elle a soutenu une thèse sur les clichés mythologiques dans le théâtre de Shakespeare et publié plusieurs articles sur Shakespeare et sur son contemporain le dramaturge Thomas Heywood. Elle s’intéresse actuellement aux liens entre mythe et théâtre ainsi qu’aux théories de la littérature entre 1580 et 1640.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search