Navigation – Plan du site
La mythologie antique revisitée

L’héroïsme au féminin : réécriture des codes dans Pamphilia to Amphilanthus de Lady Mary Wroth

Rewriting Codes: Lady Mary Wroth’s Pamphilia to Amphilanthus
Pascal Caillet
p. 167-181

Résumé

Lady Mary Wroth (c.1587-c.1651/53) was probably the most important woman writer of her time. Daughter of poet Robert Sidney, niece to Philip Sidney and his sister the Countess of Pembroke, she was notably the author of the first Petrarchan sonnet sequence staging a female voice written by an Englishwoman, Pamphilia to Amphilanthus (1621). Following Philip Sidney’s manner in Astrophil and Stella, Mary Wroth’s sequence consists in 103 sonnets and songs representing the canzoniere addressed by Pamphilia to her lover Amphilanthus. Because of the considerable influence of her family on the literary production of their time, Mary Wroth’s works in prose as well as verse have often been compared to those of her father and aunt, but most of all to those of her uncle. The interplay between their works is vast and complex. This article aims at studying the play on the names of the protagonists of Pamphilia toAmphilanthus in relation to Philip Sidney’s and Robert Sidney’s poems, so as to illustrate the possible intertextual relationships which may be at work between these three poets.

Haut de page

Texte intégral

« What’s in a name ? »
W. Shakespeare, Romeo and Juliet, 2.2.85

  • 1  Astrophil and Stella de Sidneyfut composé vers 1582 et publié en 1591, Delia de Daniel en 1592, Am (...)

1Lady Mary Wroth (c.1587-c.1651/53) est issue d’une prestigieuse famille de mécènes et de poètes : fille de Robert Sidney, comte de Leicester, nièce de Philip Sidney et de Mary Sidney Herbert, comtesse de Pembroke — à qui elle doit d’ailleurs très certainement son prénom —, elle est également la cousine de William Herbert, troisième comte de Pembroke, avec lequel elle eut deux enfants illégitimes. Mary Wroth occupe une place particulière parmi les femmes de lettres du début de l’époque moderne puisqu’elle fut la première anglaise à composerun drame pastoral, Love’s Victory (vraisemblablement dans les années 1620) et un roman à clé pastoral, The Countess of Montgomery’s Urania, publié en 1621. C’est en annexe de ce texte que fut aussi publié Pamphilia to Amphilanthus, un recueil de sonnets composé dans la veine pétrarquiste mais mettant en scène une voix féminine, ce qui constituait également une première pour une poétesse anglaise à une date pourtant tardive pour un tel recueil, puisqu’elle se situe quelque vingt-cinq ans après la grande vogue des sonnettistes anglais1.

  • 2  Évoquant Pamphilia to Amphilanthus, Marion Wynne-Davies souligne ces diverses influences familiale (...)
  • 3  Voir Marion Wynne-Davies (Ed.),  op. cit., 362-363.
  • 4  Voir le frontispice de l’édition de The Countess of Montgomery’s Urania (1621), in Josephine A. Ro (...)

2Commentateurs et critiques ont très tôt insisté sur l’influence qu’a pu exercer l’ascendance Sidney sur Mary Wroth2, dont l’œuvre fut parfois taxée d’imitation voire de plagiat3. Mary Wroth elle-même revendiqua cet héritage familial : lors de la publication de Urania, elle choisit de placer son œuvre sous l’autorité de la prestigieuse famille Sidney dans son ensemble, comme en témoigne le frontispice de l’édition de 1621 dont le titre proclame fièrement la généalogie de l’auteur : The Countesse of Mountgomeries Urania. Written by the right honorable the Lady Mary Wroath. Daughter to the right Noble Robert Earle of Leicester. And Neece to the ever famous, and resnowned Sr. Phillips Sidney knight and to the most excele[n]t Lady Mary Countesse of Pembroke late deceased4.

  • 5  George Chapman, The Iliads of Homer, London : N. Butler, 1611, STC 13634, sig. Gg4v, cité dans Jos (...)
  • 6  « An Elegie-&-Epistle Consolatorie, against immoderate sorrow for th’immature Decease of Sr Willia (...)
  • 7  Voir, par exemple, le commentaire de Ben Jonson sur le mariage de Mary et Robert Wroth : « my Lady (...)

3Si Mary Wroth fut louée par nombre de ses contemporains pour ses vertus et qualités de femme de lettres, elle le fut aussi en tant que membre de la famille Sidney. Ainsi, c’est en s’inspirant de l’imagerie d’Astrophil and Stella que George Chapman, dans un poème d’introduction à sa traduction d’Homère (1611), fait l’éloge de Lady Mary, la décrivant comme la nouvelle étoile de la galaxie Sidney, « The Happy Starre discovered in our Sydneian Asterisme »5. De même, dans une élégie sur la mort du frère de Lady Mary6, publiée dans Lachrimae Lachrimarum (1613), Joshua Sylvester fait référence à Lady Mary par le biais du jeu de mot commun worth/Wroth7 et de l’anagramme AL-WORTH/LA.Wroth (pour Lady Wroth), la décrivant comme le renouveau de la veine poétique de son oncle Philippe :

  • 8  Joshua Sylvester, Lachrimae Lachrimarum, London : H. Lownes, 1613, STC 23578, sig. H2, cité dans J (...)

Although I knowe None, but a Sidney’s Muse
Worthy to sing a Sidney’s Worthyness:
None but Your Owne *AL-WORTH Sidnëides       Anagram, *La. Wroth
In whom, her Uncle’s noble Veine renewes(l.1-4)8

Enfin, Ben Jonson, dans la dédicace de The Alchemist (1610), « To the Lady, Most Deserving Her Name, and Blood : Mary, Lady Wroth », souligne la confiance qu’il porte au jugement de Lady Mary, notamment parce qu’elle est une Sidney :

  • 9  Ben Jonson, The Alchemist, Douglas Brown (Ed.), London : Ernest Benn, New York : Norton, 1978 [196 (...)

Madam,
In the age of sacrifices, the truth of religion was not in the greatness, and fat of the offerings, but in the devotion, and zeal of the sacrificers: else, what would a handful of gums have done in the sight of a hecatomb? Or, how might I appear at this altar, except with those affections, that no less love the light and witness, than they have the conscience of your virtue? If what I offer bear an acceptable odour, and hold the first strength, it is your value of it, which remembers, where, when, and to whom it was kindled. Otherwise, as the times are, there comes rarely forth that thing, so full of authority, or example, but by assiduity and custom, grows less, and loses. This, yet, safe in your judgment (which is a Sidney’s) is less forbidden to speak more; lest it talk, or look like one of the ambitious faces of the time: who, the more they paint, are the less themselves.
                Your Ladyship’s true honourer,
                              Ben Jonson.9

  • 10  Pour Margaret Anne McLaren, l’appartenance à la famille Sidney a aussi largement contribué à maint (...)

4Cette autorité familiale est toutefois à double tranchant car elle peut être à l’origine des reproches les plus acerbes10, comme en témoigne une fameuse lettre de Sir Edward Denny qui, s’étant reconnu sous les traits d’un personnage de Urania, se lança dans une série de sévères diatribes à l’encontre de Mary Wroth, lui conseillant vivement de prendre plutôt exemple sur sa famille en matière de choix littéraires :

  • 11  « Sir Edward Denny to Lady Mary Wroth » (Feb. 26th 1621/22), HMC, Salisbury (Cecil), XXII, 161, in(...)

[...] But lett your Ladyship take what course yt shall please you with me, this shalbee myne with you [that] to ever wish you well and pray that you may repent you of so many ill spent yeares of so vaine a book and that you may redeeme the tym with writing as large a volume of heavenly layes and holy love as you have of lascivious tales and amorous toyes that at the last you may followe the rare, and pious example of your vertuous and learned Aunt, who translated so many godly books and especially the holly psalmes of David, that no doubt now shee sings in the quier of Heaven those devine meditations which shee so sweetly tuned heer belowe, and which being left to us heer on earth will begett hir dayly more and more glory in heaven as others by [whome] <them> shalbe enlightened, who as so many trophies shall appeare to her further exaltation in gods favour, with which prayer for you I end and rest
Your most wellwishing frend
Edward Denny [...]11.

En appelant ainsi Mary Wroth à suivre l’exemple de la très pieuse comtesse de Pembroke, Denny ne fait que l’enjoindre, pour le salut de son âme, de s’en tenir aux genres alors jugés convenables pour les femmes souhaitant absolument prendre la plume : traduction, dédicace, épitaphe et correspondance, sur des sujets religieux ou domestiques de surcroît.

  • 12  Voir notamment Margaret P. Hannay, « “Your vertuous and learned Aunt”: The Countess of Pembroke as (...)
  • 13  Il s’agit essentiellement de traductions : traductions des Psaumes, bien sûr, mais aussi de Du Ple (...)
  • 14  Astrophil and Stella se compose de 108 sonnets et 11 chansons, soit 119 poèmes en tout.
  • 15  La version du recueil retenue ici est celle de l’édition établie par Josephine A. Roberts dans The (...)
  • 16  Toutes les références aux poèmes de Philip Sidney sont faites à l’édition suivante : Katherine Dun (...)

5L’influence exercée par la comtesse de Pembroke sur sa nièce a été largement commentée12 ; toutefois, les œuvres de Mary Sidney Herbert qui ont été conservées présentent, vis-à-vis de celles de Mary Wroth, un intérêt comparatif moindre, du moins d’un point de vue formel13. Le rapprochement avec l’œuvre de Philip Sidney paraît quant à lui s’imposer naturellement : tout comme Urania rappelle Arcadia par son titre comme par le genre et la forme choisis, Pamphilia to Amphilanthus évoque de toute évidence Astrophil and Stella. Pamphilia to Amphilanthus est composé, à la manière d’Astrophil and Stella, d’un ensemble de sonnets (83) et de chansons (20), en tout 103 poèmes dans la version publiée avec Urania14 au nombre desquels on trouve une « couronne » de quatorze sonnets, « A Crowne of Sonetts dedicated to Love » (P77-90)15. Les poèmes représentent le chansonnier composé par Pamphilia, célébrée pour sa constance, à l’adresse de son inconstant amant Amphilanthus, tous deux étant non seulement deux personnages de Urania mais également les émanations littéraires du couple bien réel formé par Mary Wroth et son cousin William Herbert. Le recueil se concentre sur l’exploration des sentiments et des conflits intérieurs de Pamphilia, amoureuse mélancolique et malheureuse, et exprime les difficultés pour cette femme de la première modernité à s’accommoder avec ses sentiments. Le recueil de Mary Wroth est ainsi très largement dominé par les ténèbres et la mélancolie, se rapprochant davantage de ce point de vue des poèmes sur l’absence de la dernière partie d’Astrophil and Stella (à partir du sonnet 87, « When I was forced from Stella, ever dear »)16. L’un des exemples les plus emblématiques est très certainement le sonnet 37 (P43) de Pamphilia to Amphilanthus :

Night, welcome art thou to my mind detrest
Darke, heavy, sad, yett nott more sad than I
Never could’st thou find fitter company
For thine owne humor then I thus oprest.

If thou beest dark, my wrongs still unredrest
Saw never light, nor smalest bliss can spy ;
If heavy, joy from mee too fast doth hy
And care outgoes my hope of quiett rest,

Then now in freindship joine with haples mee,
Who ame as sad, and dark as thou canst bee
Hating all pleasure, or delight of lyfe ;

Silence, and griefe, with thee I best doe love
And from you three, I know I can nott move,
Then lett us live companions without strife.

  • 17  Sur l’importance des ténèbres dans le recueil, voir Pascal Caillet, « La poétique des ténèbres dan (...)

Avec Mary Wroth, l’accent est mis sur l’aliénation de l’amante qui résulte d’un sentiment amoureux vécu comme une véritable malédiction, et sur les tourments intérieurs qui en découlent : le crépuscule et la nuit, l’ombre et les ténèbres hantent l’expression de la persona, à l’exception notable des quatorze poèmes qui forment la « couronne de sonnets » marquée par un changement de conception de l’amour – vers une vision plus spirituelle, néoplatonicienne de l’amour – qui s’accompagne d’un réseau d’images centrées sur la lumière17.

  • 18  Voir J. A. Roberts (Ed.), The Poems of Lady Mary Wroth, op. cit., 8.
  • 19  C’est ce que souligne P. J. Croft : « One way of expressing the difference between the brothers’ s (...)

6Si l’héritage de Philip Sidney paraît manifeste, il convient néanmoins aussi de prendre en considération l’influence qu’ont pu exercer les poèmes du père de Mary Wroth, Robert Sidney. Découvert en 1973, le « carnet » manuscrit (notebook) de cet homme d’État et poète mineur contient un recueil, sans titre, de poèmes variés, soit, pour la partie formant un ensemble cohérent, 35 sonnets, 18 chansons, 5 pièces pastorales et une élégie constituant une séquence de poésie amoureuse empreinte de pétrarquisme, vraisemblablement composée avant 159618. L’ensemble est aussi conçu à la manière d’Astrophil and Stella dont on trouve également de nombreux échos, la différence essentielle entre les deux recueils tenant en particulier à la conception de l’amour, Sir Robert développant une vision néoplatonicienne, et plus exactement ficinienne, du sentiment amoureux19.

  • 20  Sur ce point, voir les notes critiques incluses dans les éditions établies respectivement par J. A (...)
  • 21  

7Ressemblances et dissemblances sont nombreuses en micro comme en macro contexte entre les trois poètes20, en raison du genre des trois recueils. On peut mentionner, au rang des similitudes liées au traitement du lyrisme amoureux, outre le choix de la forme du recueil, la veine pastorale (avec ses chansons de bergers et de bergères), la présence dans Pamphilia to Amphilanthus d’un Cupidon anacréontique – une représentation devenue assez courante dans la poésie amoureuse anglaise sous l’impulsion d’Astrophil and Stella –, l’importance des yeux et du regard chez les trois auteurs, les appels lancés alternativement à la nuit et au jour, mais aussi à l’absence21, au temps et à l’espoir, et au « trois compagnons », nuit, silence et chagrin  que l’on retrouve aussi bien dans Pamphilia to Amphilanthus (voir le sonnet 37/P43 cité plus haut), que dans Astrophil and Stella (sonnet 96) :

Thought, with good cause thou lik’st so well the night,
Since kind or chance gives both one livery:
Both sadly black, both blackly darkened be,
Night barred from sun, thou from thy own sun’s light.
Silence in both displays his sullen might;
Slow heaviness in both holds one degree,
That full of doubts, thou of perplexity;
Thy tears express night’s native moisture right.
In both a mazeful solitariness:
In night, of sprites, the gastly powers stir;
In thee, or sprites or sprited ghastliness,
But, but, alas, night’s side the odds hath, far,
For that at length yet doth invite some rest,
Thou, though still tired, yet still dost it detest.

  • 22  Jeff Masten, « “Shall I turne blabb?”: Circulation, Gender, and Subjectivity in Mary Wroth’s Sonne (...)
  • 23  Voir les vers 73 à 100 pour les paroles de Stella.

8La différence la plus évidente, et la plus souvent évoquée, tient quant à elle au fait que Pamphilia to Amphilantus, décrit comme « [a] woman’s privatization of the Petrarchan genre »22, propose l’expression d’une voix féminine dans un contexte pétrarquiste privilégiant une expression masculine. En effet, une voix féminine n’est entendue que dans un seul poème chez Philip Sidney (la chanson 8, « In a grove most rich of shade, / Where birds wanton music made »23) comme chez Robert Sidney, dont la chanson 6 met en scène un dialogue entre une dame et un pèlerin.

9Les relations qui s’établissent entre les trois recueils sont multiples et complexes ; une étude de grande ampleur serait nécessaire pour en rendre compte de manière exhaustive. J’ai choisi d’étudier plus particulièrement ci-dessous le jeu sur les noms des protagonistes de Pamphilia to Amphilanthus, réels et fictifs, en relation avec les recueils de Philip Sidney et de Robert Wroth, afin d’élucider les éventuelles relations intertextuelles susceptibles d’être établies entre ces trois poètes.

  • 24  J. A. Roberts (Ed.), The Poems of Lady Mary Wroth, op. cit., 42.

10La critique a souvent insisté sur le fait que Mary Wroth, en choisissant son titre, avait vraisemblablement voulu faire référence à l’œuvre de son oncle, si ce n’est la copier, parce que ce titre est formé par le nom des deux protagonistes. On retrouverait donc chez Mary Wroth un jeu sur l’onomastique similaire à celui que l’on observe pour Astrophil and Stella. De plus, souligne Josephine A. Roberts, « [i]n identifying the central figure in her collection, Lady Mary Wroth followed Sidney’s Astrophil and Stella by choosing a name of Greek derivation »24. En effet, on sait que le nom Astrophil,construit à partir du grec phil/philein qui signifie aimer, a pour sens « celui qui aime l’étoile ». De plus, phil est également le diminutif du prénom de l’auteur, Philip, dont Astrophil est la persona poétique. Stella est en revanche un mot latin signifiant « étoile ». Il apparaît toutefois à l’étude que le titre du recueil de Mary Wroth, dont l’élaboration est plus complexe que ne le suggère Roberts, dépasse le cadre restreint de l’imitation ou de la référence intertextuelle familiale et appelle une analyse plus approfondie.

  • 25 Ibid., 42-43.

11Le nom Pamphilia, formé sur le grec, peut être rendu en français par « aimée de tous » de même que par « qui aime tous », bien que, dans Urania, Mary Wroth elle-même lui donne le sens de « all-loving » (donc plus proche de « qui est tout amour » et « qui aime totalement »), une ambiguïté qui peut suggérer une certaine complexité de la relation de la persona au sentiment amoureux. Pamphilia pourrait également faire référence à Pamphila, prolifique et célèbre poétesse grecque, contemporaine de Néron25, et dont l’œuvre est désormais réduite à un court fragment de son Histoire, ce qui placerait la persona dans la tradition des grandes poétesses antiques.

  • 26  « He was, and is, […] and truly doth hee make good his name, that signifieth the lover of two ». T (...)

12Amphilanthus signifie « qui en aime deux » (« lover of two ») selon le sens donné à ce nom dans Urania26. Si la formation du nom Pamphilia ne soulève guère de difficulté, celle d’Amphilanthus est plus complexe puisqu’il s’agit d’un nom doublement codé, construit sur un mélange du latin ambo (« les deux ») et du grec philein auquel a été adjointe une terminaison latine, donnant ainsi philantis (terminaison du participe présent latin), transformé à son tour en philanthus afin de respecter la forme latine des prénoms masculins. Toutefois, à la différence de Pamphilia, dont le nom semble déjà refléter la complexité du sentiment amoureux, Amphilanthus ne suscite pas d’ambiguïté par son nom qui semble ne devoir signifier qu’une seule chose : l’inconstance de l’amant.

13La relation qui s’établit dans le titre entre le nom des protagonistes de la relation amoureuse dépeinte par chacun des recueils présente également une différence significative : d’une part, une coordination des deux noms qui suggère une relation non hiérarchisée entre les deux protagonistes (Astrophil and Stella), et paraît les mettre sur un même plan – dans le titre seulement comme nous l’avons vu – dans une relation d’addition ou d’opposition ; d’autre part, la forme de l’adresse qui, en indiquant la destination des poèmes, souligne l’appropriation de la parole et de l’action par la persona (Pamphilia to Amphilanthus). D’ailleurs, Amphilanthus ne s’exprime à aucun moment dans le recueil de Lady Mary. À cela, s’ajoute naturellement dans Pamphilia to Amphilanthus une inversion de l’ordre homme-poète/femme-être aimé, conséquence nécessaire du renversement des genres effectué par Mary Wroth dans sa réappropriation des codes – jusqu’alors masculins en Angleterre – de la poésie amoureuse d’inspiration pétrarquiste.

14Par ailleurs, les deux noms Pamphilia et Amphilanthus ont en commun la racine phil/philein. Cette racine commune évoque, d’une part, la relation qui unit les deux personnages, fondée sur l’amour (bien qu’il ne soit pas vraiment réciproque), et, d’autre part, le lien de parenté qui unit Mary Wroth / Pamphilia, William Herbert / Amphilanthus et Philip Sidney / Astrophil aussi bien que le gentilhomme-poète mélancolique Philisides de The Old Arcadia, autre émanation poétique de Philip Sidney. Chacun porte ainsi la trace de sa parenté, poétique ou réelle, avec ce dernier.

  • 27 The Countess of Montgomery’s Urania, 1.3I, Ibid., 499-505.
  • 28 The Old Arcadia, « The Fourth Eclogues », in Katherine Duncan-Jones (Ed.), op. cit., 126-128. Voir (...)

15Cette interprétation des stratégies de l’onomastique ne saurait paraître forcée : que l’on songe à nouveau aux jeux sur les noms de Wroth et de Sidney dans les commentaires cités plus haut, à ceux que l’on observe dans l’œuvre de Philip Sidney, et surtout à la récurrence de ce genre de jeux de mots et d’identités dans l’ensemble de l’œuvre de Mary Wroth, comme, par exemple, dans l’histoire et la complainte de Lindamira (« Lindamira’s Complaint»)27 dont le nom est fondé sur une anagramme fautive de « Lady Mary » et fait aussi très probablement allusion à la série de poèmes adressés à la nymphe Mira dans The Old Arcadia de Philip Sidney28.

16Toutefois, au-delà de l’intertexte familial, le titre du recueil de Lady Mary rappelle égalementles Héroïdes d’Ovide. La connaissance qu’avait Mary Wroth des œuvres d’Ovide a été maintes fois évoquée. Accessibles en latin dès le milieu du XVe siècle, les Héroïdes furent traduites en anglais en 1567 sous le titre Heroical Epistles par George Turberville. Si la forme poétique est différente, la forme de l’adresse (Pamphilia to Amphilanthus) et la situation – voire le ton – de la persona rappelle les Héroïdes, recueil constitué de lettres, qui sont en fait plutôt des monologues, de femmes pour la plupart (dix-huit sur vingt-et-une), notamment grecques, de la légende ou de l’histoire. Ces élégies, qui dramatisent les plaintes d’amantes malheureuses et abandonnées, sont adressées à un être aimé absent, mort ou dédaigneux : Pénélope à Ulysse, Ariane à Thésée, Sapho à Phaon. Dès le titre de l’ouvrage, Mary Wroth s’inscrit ainsi dans la tradition prestigieuse d’Ovide et place sa persona, confrontée au sentiment qu’elle éprouve pour un amant infidèle, dans la lignée d’amantes célèbres. Elle reprend et dépasse ainsi la tradition de son oncle pour se placer aussi bien dans celle d’Ovide que des poétesses antiques.

  • 29 Maurice Scève,Délie, Objet de plus haute vertu (1544), dizain LIX, l. 9. Françoise Charpentier (Ed. (...)

17Le jeu sur les noms s’étend par delà le titre au corps du recueil par le biais de ce que Maurice Scève appelle « surnom louable »29 (un nom imaginé, un surnom, un pseudonyme, généralement symbolique, employé par le poète pour désigner l’être aimé, qu’il soit réel ou fictif), mais également par le biais des noms codés (embedded names) pour faire référence aux protagonistes réels de la relation, et en particulier à l’être aimé. On trouve bien entendu ces procédés de référence chez Pétrarque avec les nombreux jeux sur le nom de Laure. On les retrouve aussi dans Astrophil and Stella avec le nom des amants et l’allusion à l’identité réelle de Stella (Penelope Rich) dans les « Rich » sonnets.

  • 30  P. J. Croft (Ed.), 90-91.

18Si le recueil de Sir Robert Sidney ne porte pas de titre, probablement en raison de sa forme inachevée, et que nombre de poèmes s’intéressent à une forme idéale d’amour ou de beauté plutôt qu’à une personne réelle, l’être aimé est mentionné à plusieurs reprises sous le nom de Charys (élégie 16, sonnet 28, chansons 20 et 21), et de Lysa (Pastorale 7), tandis que le berger amoureux de la même Pastorale 7 s’appelle Rosis, une allusion possible à Robertus Sidneius selon l’éditeur des textes30 :

1 Lysa, sweet nymph, did sit
Where an ungentle wind
To her fair face an open way did find :
As her hair did hit
Her smiling beams she threw
As if her eyes would warm the cold that blew.

2 Rosis, poor shepherd lad,
That thought a flowery field
He saw to rage of winter’s blast to yield,
Or else a garden, clad
In April’s livery fair,
Have daintiest colours nipped with frosty air,

3 Sat where he thought he best
Might keep away the cold,
And with glad arms her body dear did fold :
[…]
(Pastoral 7, l. 1-15).

19Par ailleurs, la chanson 6 de Sir Robert, qui met en scène le dialogue de la Dame et du Pèlerin, fait vraisemblablement référence à l’épouse de Robert Sidney et mère de Lady Mary Wroth, Barbara Gamage. C’est ce que suggère une allusion à la rivière Medway, située près de son lieu de résidence :

[…]
Tell the lady that doth rest
Near Medway’s sandy bed
He that in her sight lived blest
Absent, accursed is dead.
[…]
(Song 6, l. 73-76)

  • 31  Ibid., 90.

20De plus, ces vers se situent au milieu de ce poème qui, selon un premier ordonnancement envisagé par l’auteur, aurait dû se trouver au centre même du recueil31, ce qui place l’allusion à une position stratégique signifiante – le cœur de l’ouvrage – et révèle probablement ainsi l’identité de l’être aimé.

  • 32  Voir, par exemple, à ce sujet l’introduction de J. A. Roberts (Ed.), The Poems of Lady Mary Wroth, (...)

21En ce qui concerne Mary Wroth, on a longtemps pensé que Pamphilia to Amphilanthus ne présentait aucune allusion à l’identité réelle des amants, et surtout de celui qui se cache derrière le masque d’Amphilanthus32. Pourtant, une lecture plus attentive a pu révéler plusieurs occurrences possibles de noms codés dans les poèmes. On trouve ainsi des allusions de la poétesse à son propre nom par le biais du jeu de mots Wroth/worth, qui se prononçaient peut-être de manière équivalente à cette époque, comme dans l’exemple bien connu de la Chanson 5, dont le vers 17 paraît aussi devoir être compris comme « A worthy love butt Wroth pretends » :

Blame thy self, and nott my folly,
Time gave time butt to be holly ;
True love such ends best loveth,
Unworthy love doth seeke for ends
A worthy love butt worth pretends
Nor other thoughts it proveth :
(P35, l. 13-18).

22On trouve une autre allusion possible, bien que plus subtile, à l’identité de l’amant au début du sonnet 26/P30, dans lequel Pamphilia, avouant que son cœur n’est plus à elle, réclame en échange celui de l’être aimé, renouant ainsi avec la tradition de l’échange des cœurs entre amants :

Butt if you will bee kind, and just indeed,
Send mee your hart which in mines place shall feed
On faithfull love to your devotion bound ;
(P30, l. 9-11).

  • 33  On ne peut évidemment s’empêcher de penser ici aux « Will » sonnets de Shakespeare, dans lesquels (...)

Le premier vers de cette citation, mis en relief par sa position au début du premier tercet, peut vraisemblablement se comprendre « if you, Will, be kind » en allusion au prénom de William Herbert, l’inconstant cousin et amant de Lady Mary, auquel elle demande dans ce sonnet une réciprocité des sentiments33.

23Enfin, une allusion du même type paraît très probable à la fin de la première partie du recueil, juste avant la signature de la persona adjointe immédiatement à la suite de ce sonnet 48 (P55) :

How like a fire doth Love increase in mee,
The longer that itt lasts the stronger still,
The greater purer, brighter; and doth fill
No eye with wunder more, then hopes still bee

Bred in my brest, when fires of Love are free
To use that part to theyr best pleasing will,
And now impossible itt is to kill
The heat so great wher Love his strength doth see.

Mine eyes can scarce sustaine the flames my hart
Doth trust in them my passions to impart,
And languishingly strive to show my love ;

My breath nott able is to breathe least part
Of that increasing fuell of my smart;
Yet love I will, till I but ashes prove.
Pamphilia.

Encodé dans le dernier vers, qui précède l’unique signature de la persona dans le recueil, le prénom de William Herbert apparaît à nouveau, juste avant la césure qui, par la courte pause qu’elle entraîne, le met en valeur en l’isolant partiellement du reste du vers : « Yet love I will » peut en effet aussi être entendu « Yet love I Will », à la fin de ce poème dans lequel Pamphilia avoue et admet le sentiment qui la dévore.

  • 34 The Countess of Montgomery’s Urania, I, i, in Josephine A. Roberts (Ed.), The First Part of The Cou (...)

24Les occurrences du nom de l’amant codé dans le texte des poèmes demeurent assez rares et discrètes chez Wroth, et sont parfois encore sujettes à conjecture. Cette discrétion semble être le signe d’une réelle volonté de dissimulation, comme si les clés de Pamphilia to Amphilanthus ne devaient pas être si faciles à trouver, sauf pour un cercle d’intimes, ce qui pourrait s’expliquer par la situation de la poétesse, assez inconfortable socialement, vu les liens qui l’unissaient à son cousin William Herbert. Ce goût de la dissimulation et de la discrétion ne serait guère surprenant de la part de celle à laquelle Pamphilia, « the most silent and discreetly retir’d of any Princesse »34, prête sa voix.


  

  • 35  Voir Barbara Kiefer Lewalski, op. cit., 252.
  • 36  À ce propos, voir Ann Rosalind Jones, « Designing Women : The Self as Spectacle in Mary Wroth and (...)
  • 37 Marion Wynne-Davies, op. cit., 362.

25Cette brève étude comparative de l’onomastique dans la poésie de Mary Wroth souligne les interactions que l’on peut observer dans la « galaxie Sidney ». Toutefois, ces interactions, comme le jeu sur les noms le suggère, ne se limitent certainement pas à une imitation des œuvres de Philip Sidney par les autres membres de cette famille de poètes. Chez Mary Wroth, cette tradition familiale se manifeste comme une scène sur laquelle s’exprime une voix féminine individuelle. La poétesse dépasse le cadre de la tradition familiale pour rejoindre, toujours à sa manière propre, les héroïnes et poétesses antiques mais aussi Pétrarque (notamment le Pétrarque des Trionfi), Ovide, qui est sa source principale du point de vue classique, et, bien qu’il n’existe apparemment aucune preuve qu’elle les ait lues35, les grandes poétesses du continent, telles la lyonnaise Louise Labé ou les italiennes Gaspara Stampa et Veronica Franco36. Comme le remarque Marion Wynne-Davies « [i]t is perhaps this very complex interweaving of tradition (the Sidneian inheritance) with fresh and unique insights (as a woman author) that endows her poetry with the rich individualism and vibrancy of language that characterizes the most powerful poetry of the period »37.

Haut de page

Bibliographie

Caillet Pascal, « La poétique des ténèbres dans Pamphilia to Amphilanthus de Mary Wroth », in Armel Dubois-Nayt, Pascal Caillet et Jean-Claude Mailhol (Dir.), L’Écriture et les femmes en Grande-Bretagne (1540-1640) : Le mythe et la plume. Actes du colloque de l’Université de Valenciennes (17-18 novembre 2005). À paraître aux PU de Valenciennes en 2008.

Cerasano S. P. and Marion Wynne-Davies (Eds.), Readings in Renaissance Women’s Drama : Criticism, History, and Performance 1594-1998, London and New York : Routledge, 1998.

Croft P. J. (Ed.), The Poems of Robert Sidney, Oxford: Clarendon, 1984.

Duncan-Jones Katherine (Ed.), Sir Philip Sidney: The Major Works, Oxford : Oxford UP, 2002 [1989].

FIENBERG Nona, « Mary Wroth and the Invention of Female Poetic Subjectivity”, in Naomi J. Miller and Gary F. Waller (Eds.), Reading Mary Wroth: Representing Alternatives in Early Modern England, Knoxville : U of Tennessee P, 1991, 175-190.

Hannay Margaret P., « “Your vertuous and learned Aunt”: The Countess of Pembroke as a Mentor to Mary Wroth », in Naomi J. Miller and Gary F. Waller (Eds.), Reading Mary Wroth: Representing Alternatives in Early Modern England, Knoxville : U of Tennessee P, 1991, 15-34.

Jones Ann Rosalind, « Designing Women : The Self as Spectacle in Mary Wroth and Veronica Franco » », in Naomi J. Miller and Gary F. Waller (Eds.), Reading Mary Wroth : Representing Alternatives in Early Modern England, Knoxville : U of Tennessee P, 1991, 135-153.

Jonson Ben, The Alchemist, Douglas Brown (Ed.), London : Ernest Benn, New York : Norton, 1978 [1966].

Lewalski Barbara Kiefer, Writing Women in Jacobean England, Cambridge, Mass. : Harvard UP, 1993.

Masten Jeff, « “Shall I turne blabb?” : Circulation, Gender, and Subjectivity in Mary Wroth’s Sonnets », in Naomi J. Miller and Gary F. Waller (Eds.), Reading Mary Wroth : Representing Alternatives in Early Modern England, Knoxville : U of Tennessee P, 1991, 67-87.

McLaren Margaret Anne, « An unknown continent: Lady Mary Wroth’s forgotten pastoral drama, “Loves Victorie” », in S. P. Cerasano and Marion Wynne-Davies (Eds.), 219-233.

Roberts Josephine A. (Ed.), The Poems of Lady Mary Wroth, Baton Rouge: Louisiana State UP, 1992 [1983]

RobertsJosephine A. (Ed.),The First Part of The Countess of Montgomery’s Urania by Lady Mary Wroth, Tempe, Arizona: Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies, 2005 [1995].

SCÈVE Maurice, Délie, Objet de plus haute vertu, 1544, Françoise Charpentier (Ed.), Paris : Gallimard, 1984.

Waller Gary F., « Mary Wroth and the Sidney Family Romance : Gender Construction in Early Modern England », in Naomi J. Miller and Gary F. Waller (Eds.), Reading Mary Wroth : Representing Alternatives in Early Modern England, Knoxville : U of Tennessee P, 1991, 35-63.

Wynne-Davies Marion (Ed.), Women Poets of the Renaissance, New-York : Routledge, 1999 [1998].

Haut de page

Notes

1  Astrophil and Stella de Sidneyfut composé vers 1582 et publié en 1591, Delia de Daniel en 1592, Amoretti de Spenser en 1595 ; Idea’s Mirrour de Drayton, publié en 1594, paraît sous une forme remaniée, Idea,en 1619. Le recueil de sonnets de Shakespeare fut, quant à lui, publié très tardivement, en 1609.

2  Évoquant Pamphilia to Amphilanthus, Marion Wynne-Davies souligne ces diverses influences familiales : « the influence of Philip Sidney’s Astrophil and Stella, Robert Sidney’s Neoplatonism and Mary Sidney’s Calvinism are all apparent ». Marion Wynne-Davies (Ed.), Women Poets of the Renaissance, New-York : Routledge, 1999 [1998], 362. Voir également Barbara Kiefer Lewalski, « Revising Genres and Claiming the Women’s Part : Mary Wroth’s Œuvre », in Writing Women in Jacobean England, Cambridge, Mass. : Harvard UP, 1993, 243-307.

3  Voir Marion Wynne-Davies (Ed.),  op. cit., 362-363.

4  Voir le frontispice de l’édition de The Countess of Montgomery’s Urania (1621), in Josephine A. Roberts, The First Part of The Countess of Montgomery’s Urania by Lady Mary Wroth, Tempe, Arizona : Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies, 2005 [1995], civ.

5  George Chapman, The Iliads of Homer, London : N. Butler, 1611, STC 13634, sig. Gg4v, cité dans Josephine A. Roberts (Ed.), The Poems of Lady Mary Wroth, Baton Rouge : Louisiana State UP, 1992 [1983], 18.

6  « An Elegie-&-Epistle Consolatorie, against immoderate sorrow for th’immature Decease of Sr William Sidney Knight, Sonne and Heire apparant to The Right Honorable, Robert, Lord Sidney, L. Vi-Count Lisle ».

7  Voir, par exemple, le commentaire de Ben Jonson sur le mariage de Mary et Robert Wroth : « my Lady Wroth is unworthily maried on a Jealous husband », in Barbara Kiefer Lewalski, op. cit., 245.

8  Joshua Sylvester, Lachrimae Lachrimarum, London : H. Lownes, 1613, STC 23578, sig. H2, cité dans J. A. Roberts (Ed.), The Poems of Lady Mary Wroth, op. cit.,18-19.

9  Ben Jonson, The Alchemist, Douglas Brown (Ed.), London : Ernest Benn, New York : Norton, 1978 [1966].

10  Pour Margaret Anne McLaren, l’appartenance à la famille Sidney a aussi largement contribué à maintenir l’œuvre de Mary Wroth si longtemps dans l’ombre : « Lady Wroth’s obscurity, like her father’s, was due to unflattering comparison of her work with that of Sir Philip Sidney and the Countess of Pembroke, as well as to the lack of significance generally attached to works of art below the first rank ». Margaret Anne McLaren, « An unknown continent: Lady Mary Wroth’s forgotten pastoral drama, “Loves Victorie” », in S. P. Cerasano and Marion Wynne-Davies (Ed.), Readings in Renaissance Women’s Drama : Criticism, History, and Performance 1594-1998, London et New York : Routledge, 1998, 219-233 : 220.

11  « Sir Edward Denny to Lady Mary Wroth » (Feb. 26th 1621/22), HMC, Salisbury (Cecil), XXII, 161, in J. A. Roberts (Ed.), The Poems of Lady Mary Wroth, op. cit.,239.

12  Voir notamment Margaret P. Hannay, « “Your vertuous and learned Aunt”: The Countess of Pembroke as a Mentor to Mary Wroth », in Naomi J. Miller and Gary F. Waller (Ed.), Reading Mary Wroth: Representing Alternatives in Early Modern England, Knoxville: U of Tennessee P, 1991, 15-34. Voir également Gary F. Waller, « Mary Wroth and the Sidney Family Romance: Gender Construction in Early Modern England », in N. J. Miller and G. F. Waller (Eds.), op. cit.,35-63.

13  Il s’agit essentiellement de traductions : traductions des Psaumes, bien sûr, mais aussi de Du Plessis Mornay, de Garnier et de Pétrarque. Je tiens toutefois à nuancer cette affirmation dans le sens où les choix de traductions de Mary Sidney, notamment dans les traductions de Pétrarque, ont certainement eu une influence sur l’écriture de Lady Mary. Sur ce point, voir B. K. Lewalski, op. cit., 252, et Nona Fienberg, « Mary Wroth and the Invention of Female Poetic Subjectivity », in N. J. Miller and G. F. Waller (Eds.), op. cit.,175-190.

14  Astrophil and Stella se compose de 108 sonnets et 11 chansons, soit 119 poèmes en tout.

15  La version du recueil retenue ici est celle de l’édition établie par Josephine A. Roberts dans The Poems of Lady Mary Wroth, op. cit. Toutes les références aux poèmes de Mary Wroth sont faites à cet ouvrage. Chaque poème de Pamphilia to Amphilanthus y est accompagné d’un numéro précédé de la lettre P, indépendant de la numérotation de l’édition originale de 1621.

16  Toutes les références aux poèmes de Philip Sidney sont faites à l’édition suivante : Katherine Duncan-Jones (Ed.), Sir Philip Sidney : The Major Works, Oxford : Oxford UP, 2002 [1989]. Voir le sonnet 89 d’Astrophil and Stella, « Now that of absence the most irksome night / With darkest shade doth over come my day » (l. 1-2), dans lequel le poète ne se satisfait ni du jour ni de la nuit pour apaiser ses tourments, une thématique que l’on retrouve dans le sonnet 12 (P13) de Pamphilia to Amphilanthus, « Cloy’d with the torments of a tedious night / I wish for day ; which come, I hope for joy » (l. 1-2).

17  Sur l’importance des ténèbres dans le recueil, voir Pascal Caillet, « La poétique des ténèbres dans Pamphilia to Amphilanthus de Mary Wroth », in Armel Dubois-Nayt, Pascal Caillet et Jean-Claude Mailhol (Dir.), L’Écriture et les femmes en Grande-Bretagne (1540-1640) : Le mythe et la plume. Actes du colloque de l’Université de Valenciennes (17-18 novembre 2005). À paraître aux PU de Valenciennes.

18  Voir J. A. Roberts (Ed.), The Poems of Lady Mary Wroth, op. cit., 8.

19  C’est ce que souligne P. J. Croft : « One way of expressing the difference between the brothers’ sequences would be to say that while poet-lover Philip continually deserts Ficino’s teaching and gives way to sexual desire – continually plays truant from the Neoplatonic textbook – poet-lover Robert attends closely to it ». P. J. Croft (Ed.), The Poems of Robert Sidney, Oxford : Clarendon, 1984, 57. Toutes les citations des poèmes de Robert Sidney sont issues de cette édition.

20  Sur ce point, voir les notes critiques incluses dans les éditions établies respectivement par J. A. Roberts (Ed.), The Poems of Lady Mary Wroth, op. cit., et P. J. Croft (Ed.), op. cit., en particulier les pages 342 à 345.

21  

22  Jeff Masten, « “Shall I turne blabb?”: Circulation, Gender, and Subjectivity in Mary Wroth’s Sonnets », in N. J. Miller and G. F. Waller (Eds.), op. cit.,67-87 : 76.

23  Voir les vers 73 à 100 pour les paroles de Stella.

24  J. A. Roberts (Ed.), The Poems of Lady Mary Wroth, op. cit., 42.

25 Ibid., 42-43.

26  « He was, and is, […] and truly doth hee make good his name, that signifieth the lover of two ». The Countess of Montgomery’s Urania, 1.2, in Josephine A. Roberts (Ed.), The First Part of The Countess of Montgomery’s Urania by Lady Mary Wroth, op. cit., 300.

27 The Countess of Montgomery’s Urania, 1.3I, Ibid., 499-505.

28 The Old Arcadia, « The Fourth Eclogues », in Katherine Duncan-Jones (Ed.), op. cit., 126-128. Voir également les pages 123 à 126 pour l’évocation de Mira.

29 Maurice Scève,Délie, Objet de plus haute vertu (1544), dizain LIX, l. 9. Françoise Charpentier (Ed.), Paris : Gallimard, 1984.

30  P. J. Croft (Ed.), 90-91.

31  Ibid., 90.

32  Voir, par exemple, à ce sujet l’introduction de J. A. Roberts (Ed.), The Poems of Lady Mary Wroth, op. cit., 43 et la note14, page 115, dans le même ouvrage.

33  On ne peut évidemment s’empêcher de penser ici aux « Will » sonnets de Shakespeare, dans lesquels le poète joue avec le diminutif de son prénom.

34 The Countess of Montgomery’s Urania, I, i, in Josephine A. Roberts (Ed.), The First Part of The Countess of Montgomery’s Urania by Lady Mary Wroth, op. cit., 61.

35  Voir Barbara Kiefer Lewalski, op. cit., 252.

36  À ce propos, voir Ann Rosalind Jones, « Designing Women : The Self as Spectacle in Mary Wroth and Veronica Franco » », in N. J. Miller and G. F. Waller (Eds.), op. cit.,135-153.

37 Marion Wynne-Davies, op. cit., 362.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Caillet, « L’héroïsme au féminin : réécriture des codes dans Pamphilia to Amphilanthus de Lady Mary Wroth », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n° 3 | 2008, 167-181.

Référence électronique

Pascal Caillet, « L’héroïsme au féminin : réécriture des codes dans Pamphilia to Amphilanthus de Lady Mary Wroth », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n° 3 | 2008, mis en ligne le 04 juin 2009, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/390 ; DOI : 10.4000/lisa.390

Haut de page

Auteur

Pascal Caillet

Dr, (Marseille, France)
Agrégé d’anglais, docteur en littérature anglaise, Pascal Caillet enseigne l’anglais en Classes Préparatoires au Lycée Thiers de Marseille. Rattaché au LERMA (EA853, Université de Provence – Aix-Marseille 1), ses recherches portent sur la littérature anglaise des XVIe et XVIIe siècles, et en particulier sur la littérature religieuse. Il a publié plusieurs articles sur les sermons de John Donne, sur le sermon comme littérature et sur la poésie de Lady Mary Wroth.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals