Navigation – Plan du site
L'Empire
11

Cadrage, décadrage et recadrage dans Baa Baa Black Sheep : A Jungle Tale de David Malouf et Michael Berkeley

Patrimonial Deconstruction and Reconstruction in David Malouf and Michael Berkeley’s Baa Baa Black Sheep : A Jungle Tale
Jean-Philippe Heberlé
p. 164-178

Résumés

Cet article porte sur Baa Baa Black Sheep: A Jungle Tale, le premier opéra de Michael Berkeley. Créé au Everyman Theatre de Cheltenham le 3 juillet 1993 sous la direction de Paul Daniel, cette œuvre est le fruit de la collaboration entre le compositeur britannique et l’écrivain australien David Malouf. Le livret de Malouf se fonde sur deux récits de Rudyard Kipling : la nouvelle autobiographique “Baa, Baa, Black Sheep” auquel l’opéra doit son nom et The Jungle Books. Après m’être intéressé aux premières transpositions musicales de The Jungle books, je montre comment Malouf utilise la nouvelle pour encadrer –au sens littéral du terme – des éléments extraits de The Jungle Books. Le but de Berkeley et de Malouf est de déconstruire les adaptations et réécritures du célèbre ouvrage de l’écrivain anglais qui ont précédé leur opéra en ancrant leur propre réécriture autour de l’identité et de l’hybridité, deux thèmes centraux dans le livre de Kipling ainsi que dans la littérature coloniale et postcoloniale. Contrairement aux reprises ou réappropriations de l’histoire par Disney et Baden Powell, qui pourraient nous faire penser, à tort, que l’ouvrage ne s’adresse qu’aux enfants, l’opéra de Malouf et de Berkeley vise donc avant tout un public d’adultes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  David Malouf, né à Brisbane de parents libanais et britannique, est romancier, poète, dramaturge e (...)

1Commande du festival international de musique de Cheltenham, Baa Baa Black Sheep: A Jungle Tale est le premier opéra de Michael Berkeley (né en 1948), fils du compositeur anglais Lennox Berkeley (1903-1989). Il fut créé au EverymanTheatre de Cheltenham le 3 juillet 1993 sous la direction de Paul Daniel. Comme Jane Eyre, son second opéra, Baa Baa Black Sheep: A Jungle Tale est le fruit de la collaboration entre le compositeur britannique et l’écrivain australien David Malouf (né en 1934)1. En choisissant David Malouf, Michael Berkeley décide de travailler avec un écrivain qui a déjà l’habitude de collaborer avec un compositeur puisque Malouf est l’auteur des livrets de deux opéras de son compatriote Richard Meale : Voss (1986), d’après le roman éponyme de Patrick White, et Mer de Glace (1991), d’après son propre roman Fly Away Peter (1982). En revanche, pour l’écriture du livret de son troisième opéra, For You, dont la première eut lieu le 28 octobre 2008 au Linbury Studio Theatre de l’opéra de Covent Garden à Londres, M. Berkeley travailla avec Ian Mc Ewan, l’écrivain anglais avec lequel il avait déjà collaboré pour l’oratorio pacifiste or Shall We Die ? en 1983. Le livret de Baa Baa Black Sheep: A Jungle Tale se fonde sur deux textes de Rudyard Kipling : The Jungle Books et « Baa, Baa, Black Sheep », une nouvelle fortement autobiographique figurant dans le recueil Wee Willie Winkie and Other Stories, publié pour la première fois en 1888. Quelle est la place réellement laissée aux écrits de Kipling ? Dans quelle mesure l’opéra se présente comme une réflexion sur les tensions entre le centre (L’Angleterre) et la périphérie (l’Empire britannique) ? Comment musicalement la tension entre différents langages musicaux s’opère-t-elle ? Cependant, avant d’aborder ces questions, j’aimerais commencer par un bref aperçu historique et générique des différentes reprises de l’ouvrage de The Jungle Books (Le Livre de la jungle) afin de mettre en perspective et de mieux comprendre les enjeux de la reprise opératique de Berkeley et de Malouf.

Les transpositions de The Jungle Books avant l’opéra de Berkeley et Malouf

  • 2  J’étudierai la composition de l’ouvrage plus loin en abordant les reprises musicales savantes de T (...)
  • 3  “And certainly no reading is stronger, strikes more tenacious roots than [The Jungle Books] ; in t (...)
  • 4  Je n’aborderai pas les comédies musicales comme The Jungle Book (de Gerald Castle & de Michael Vig (...)

2The Jungle Books, qui se compose de nouvelles réunies dans The Jungle Book (Le Livre de la Jungle) et dans The Second Jungle Book (Le Second Livre de la Jungle2), a déjà fait l’objet de nombreuses reprises, en particulier au cinéma. Aucune de ces adaptations cinématographiques ne s’est révélée, à ce jour, réellement satisfaisante et aucune n’a réussi à égaler le livre de Kipling. La plus connue de ces reprises et, sans doute, celle qui a contribué le plus à la notoriété de l’ouvrage, est le film d’animation de Walt Disney sorti en 1967. La version de Disney n’a plus grand-chose à voir avec l’hypotexte, bien que les personnages principaux soient présents ; le public visé étant avant tout un public familial, il s’agit surtout de le divertir. L’histoire y apparaît très aseptisée et grotesque pour reprendre le qualificatif de Daniel Karlin3; on ne montre ni la mort ni la violence et le sang n’est jamais versé. En outre, la bande son du film est très « américaine » et ne suggère qu’à de très rares moments l’univers de la jungle indienne telle qu’elle apparaît dans le livre. En effet, les chansons sont nombreuses et rappellent fortement l’univers de la comédie musicale ou du jazz « New Orleans », comme c’est le cas pour « The Bare Necessities » ou « I Wanna Be Like You » par exemple. Cette dernière est interprétée par l’acteur, chanteur et trompettiste de jazz américain blanc d’origine sicilienne Louis Prima. En 2003, les studios Disney créeront également une suite qui reprend l’intrigue là où elle s’arrêtait dans le film de 1967. Cette suite n’est toujours pas fidèle au roman. Elle s’en éloigne même encore davantage puisqu’elle raconte la vie de Mowgli après son retour ultime chez les hommes. Bien que reprenant toujours les personnages du livre, les scénaristes ont imaginé un scénario dans lequel Shere Kahn cherche toujours à se venger de Mowgli alors que dans l’ouvrage de Kipling, il est mort depuis longtemps au moment où se déroulent ces nouveaux événements. Comme dans la version de 1967, les problématiques importantes que sont l’identité, l’étrangeté, l’autre, l’animalité en l’Homme ainsi que le rapport des civilisations entre elles ne sont pas abordées. Ainsi donc, la plus célèbre reprise cinématographique n’est guère satisfaisante, même si elle a contribué à populariser l’œuvre de Kipling. Qu’en est-il des adaptations musicales4 et, plus particulièrement, de Baa Baa Black Sheep: A Jungle Tale de Berkeley et Malouf.

3Cette œuvre n’est pas la première adaptation musicale savante de The Jungle Books. La plus connue de ces adaptations est sans doute celle du compositeur français Charles Koechlin (1867-1950). Il ne s’agit pas d’un opéra mais d’un cycle composé de trois poèmes et de quatre poèmes symphoniques. L’écriture y est fortement modale, une des caractéristiques de l’écriture de  Koechlin avec la polytonalité. En 1899, peu de temps après la traduction et la parution de l’ouvrage en français (traduction de Louis Fabulet et Robert d’Humières), Koechlin commence par composer les Trois Poèmes de l’opus 18. Il s’agit de « Berceuse phoque » pour mezzo-soprano et chœur (mise en musique du poème ouvrant la nouvelle « The White Seal » / « Le Phoque Blanc »), de « Chanson de nuit dans la jungle » pour mezzo-soprano et chœur (mise en musique du poème ouvrant la nouvelle « Mowgli’s Brothers » / « Les Frères de Mowgli ») et de « Chant de Kala Nag » pour ténor et chœur (mise en musique du poème ouvrant la nouvelle « Toomai of the Elephants » / « Toomai des éléphants »). La composition de ces poèmes est achevée en 1904. Dès 1908, il s’atèle à la composition des poèmes symphoniques en commençant par La Course de Printemps op. 95 (1908-27), d’après la nouvelle éponyme. Les autres poèmes symphoniques sont : La Méditation de Purun Bhagat op.159 (1936), La Loi de la jungle, op. 175 (1939-1940) et Les Bandar-Log,  op. 176 (1939-1940).

4Certains titres du cycle de Koechlin montrent que, contrairement aux scénaristes des adaptations cinématographiques et à Malouf dans Baa Baa Black Sheep: A Jungle Tale, le compositeur français ne s’intéresse pas seulement aux épisodes relatifs à Mowgli ; il utilise également pour l’un des poèmes (« Berceuse phoque ») et pour l’un des poèmes symphoniques (« La Méditation de Purun Bhagat ») d’autres épisodes de l’ouvrage de Kipling. Cela me conduit, avant de m’intéresser à la manière dont Malouf va décadrer et recadrer The Jungle Books et « Baa Baa Black Sheep » dans Baa Baa Black Sheep: A Jungle Tale, à étudier la composition et la structure du livre de Kipling.

La structure de l’ouvrage de Kipling

  • 5  “All the stories were first published separately in magazines in the United States, Britain, or bo (...)
  • 6  En 1897, pour une édition postérieure, Kipling regroupe les histoires de Mowgli dans un premier re (...)

5The Jungle Books est en fait le recueil de plusieurs nouvelles écrites par  Kipling lors de son séjour aux Etats-Unis (1892-1896) et publiées dans différents magazines américains et britanniques. Certaines nouvelles furent publiées dans les deux pays, d’autres dans un seul uniquement5. Kipling les publie en deux fois. D’abord en 1894, dans un premier recueil intitulé The Jungle Book, puis en 18956 dans un second : The Second Jungle Book. Les nouvelles (ou épisodes) de ces deux recueils peuvent être réparties en deux catégories. On trouve huit nouvelles consacrées à Mowgli et sept autres sans rapport entre elles et sans rapport avec Mowgli. Bien que ces sept autres nouvelles n’aient narrativement aucun rapport avec celles de Mowgli, des échos thématiques peuvent néanmoins exister avec ces dernières pour contribuer à l’unité des deux recueils. Les histoires de Mowgli n’apparaissent pas dans un ordre narratif chronologique, mais dans l’ordre dans lequel Kipling les a écrites. Trois de ces nouvelles sont dans The Jungle Book. Avec ces trois nouvelles, en particulier la première et la seconde, les grandes lignes des aventures de Mowgli sont narrées, de sa découverte par les loups jusqu’à son départ de la jungle et son retour à la civilisation. Les autres viennent apporter des précisions ou d’autres développements. Par exemple, les événements de la seconde nouvelle de The Jungle Book se déroulent quelque part au milieu du premier épisode. Au début de chaque nouvelle, hormis pour la première et la seconde, le lecteur est très guidé par les commentaires méta-fictionnels du narrateur qui visent à restituer le nouvel épisode dans la chronologie des événements. Le texte est ainsi parsemé d’interventions du narrateur, comme le montrent ces trois exemples : « All that is told here happened some time before Mowgli was turned out of the Seeonee wolf-pack, or revenged himself on Shere Kahn the tiger » (« Kaa’s Hunting »/ « La Chasse de Kaa ») ; « If you have read the other stories about Mowgli […] » (« How Fear Came »/ « Comment vint la crainte ») ;  « You will remember, if you have read the tales in the first Jungle Book […] » (« Letting in the Jungle »/« La Descente de la jungle »).

6C’est donc parce que les nouvelles n’ont pas été écrites dans un ordre chronologique que le lecteur trouve ces commentaires. On notera avec intérêt, à moins que cela ne soit le fruit du hasard, que Koechlin commença par mettre en musique trois des nouvelles du premier recueil, Les Trois poèmes, dans un ordre ne respectant pas la chronologie de l’ouvrage de Kipling, avant de s’atteler aux poèmes symphoniques. En effet, le premier poème symphonique composé, La Course du printemps, opus 95, est chez Kipling le dernier épisode relatant les aventures de Mowgli. La chronologie du cycle du compositeur français ne fut rétablie qu’une fois la composition du cycle terminée.

  • 7  Rudyard Kipling, Something of Myself, London: Macmillan, 1937.

7Si j’insiste sur la chronologie dans The Jungle Books, c’est que l’une des premières tâches de Malouf lors de l’écriture de son livret fut de rétablir la chronologie des événements. De surcroît, nous verrons que, contrairement à  Koechlin, l’écrivain australien va utiliser uniquement les histoires de Mowgli : quatre, voire cinq, parmi les huit. Il va mettre certaines d’entre elles en parallèle avec la nouvelle « Baa Baa Black Sheep », nouvelle contemporaine des aventures de Mowgli puisque Kipling la publia en 1895 dans Wee Willie Winkie and Other Stories. Cette nouvelle qui donne son titre principal à l’opéra de Berkeley et de Malouf est une nouvelle que l’on peut qualifier d’autofictionnelle puisqu’elle narre, sous forme de récit fictif, l’arrivée et la vie de Kipling et de sa sœur Alice en Angleterre, à l’âge de cinq/six ans pour lui et à l’âge de trois ans pour elle, après que leurs parents ont décidé de les envoyer en métropole. Dans son autobiographie, Something of Myself7, publiée un an après sa mort, Kipling, se souvient avec une certaine horreur de ses six années passées près de Portsmouth à Downe Lodge chez le Capitaine Halloway et sa femme. Ce sentiment d’horreur est très palpable dans la nouvelle puisque Punch (Kipling) est victime des brimades de Auntirosa (Mrs Halloway) et de son fils Harry, surtout après la mort de Uncle Harry, le seul personnage qui traitait Punch avec bienveillance et humanité. La nouvelle montre en toile de fond le conflit existant entre deux civilisations/cultures ainsi que l’antagonisme entre deux classes sociales différentes.

La question de l’identité chez Kipling

8L’une des questions principales, que l’on retrouve dans l’œuvre de Kipling et en particulier dans The Jungle Books, est celle de l’identité. En effet, Punch, plus que Judy (Alice Kipling) qui est trop jeune (dans la nouvelle) pour avoir le mal du pays, ne trouve plus ses repères dans cette Angleterre victorienne. Ce sentiment exprimé par Punch est repris par Malouf au début de la scène 2 de l’acte 1 de l’opéra :

Punch

I want our own people.

I want Meetal!

I want to go home.

(Auntirosa prevents Mother from comforting him by putting her hand on Mother’s arm.)

Auntirosa

But this is your home now, my dear.

You’re in England.

Isn’t England home, my dear?

9Judy, qui est bien plus âgée que son double dans la nouvelle, soulève ce problème identitaire, bien que se sentant plus anglaise que son frère :

Judy

[…]

Remember, remember – we’re English.

Punch

Are we, Judy?

Judy

Of course we are.

Don’t you know anything?

  • 8  On notera que le titre français ne permet pas de rendre compte de la polysémie contenue dans « rem (...)

10La question d’Auntirosa (« L’Angleterre n’est-elle pas ton chez-toi, mon chéri ? ») et l’affirmation de Judy (« Nous sommes Anglais ») abordent l’une des grandes questions des études coloniales et post-coloniales : le problème de l’identité lorsque l’on est le « produit » de plusieurs cultures. Cette question est donc présente dans les écrits de R. Kipling, dans « Baa Baa Black Sheep » mais aussi dans The Jungle Books, comme nous le rappelle à plusieurs reprises Daniel Karlin dans son introduction de l’ouvrage paru chez Penguin pour la première fois en 1987 : « Mowgli [...] is neither Man nor Wolf » ou encore « Mowgli’s double identity ». Cette question de l’identité si présente dans The Jungle Books explique l’intérêt que porte Malouf à l’ouvrage le plus célèbre de Kipling. En effet, l’écrivain australien post-colonial s’intéresse particulièrement à ce genre de problématique, mais aussi à la différence des cultures, à leur hybridité ainsi qu’à la possibilité (ou à l’impossibilité) de les faire coexister ensemble, autant de questions qu’il aborde dans cet opéra mais aussi dans son roman le plus célèbre, écrit à la même époque : Remembering Babylon (1993), traduit en français par Je me souviens de Babylone8.

11The Jungle Books, sans doute inspiré des histoires d’enfants sauvages, qu’elles soient mythologiques (comme celle de Romus et Romulus) ou réelles (comme celle de Kaspar Hauser qui apparut sur une place de Nüremberg en 1828), est l’une des sources intertextuelles de Remembering Babylon. En effet, il s’agit de l’histoire d’un enfant élevé par d’autres personnes que ses « semblables ». Ici, il ne s’agit pas de loups, mais d’aborigènes. Je rappelle brièvement l’intrigue. Les événements se déroulent au milieu du XIXe siècle. Il s’agit de l’histoire d’un jeune marin anglais, Gemmy Fairley, qui, après le naufrage de son navire, est recueilli et élevé par des aborigènes. Seize années plus tard, il revient à la « civilisation » et est recueilli par la famille McIvor. Cette « créature de l’entre-deux » (« in-between creature »), comme il est nommé au début du roman, est cependant rejetée par les autres habitants du village qui prennent peur en voyant ce blanc élevé par des aborigènes, puisque cela remet en question leurs certitudes ontologiques. En effet, l’Homme semble être au minimum le produit de son éducation, de sa culture. Gemmy en est le témoin vivant puisque, né anglais et d’abord éduqué en Angleterre, il se comporte également comme un aborigène de par l’« autre » éducation qu’il a reçue. On perçoit donc bien les liens thématiques qui unissent l’ouvrage de Malouf et celui de Kipling. Ainsi, Malouf, comme la plupart des auteurs post-coloniaux, pose la question de l’identité, de l’étrangeté, de l’autre, de la culture, de la hiérarchie des cultures ainsi que de leur coexistence.

12Ces questions se posent également chez un auteur « colonialiste » comme Kipling. Mowgli, comme Punch dans une moindre mesure, est le produit de deux cultures, d’où la double identité de ces personnages. Le multiculturalisme de Punch et de Judy se trouve peut-être déjà indiqué par leur nom qui fait bien sûr référence au célèbre théâtre de marionnettes anglais. Ce théâtre, cependant, n’est qu’un des nombreux avatars de la commedia dell’arte, importé en Angleterre à la fin du XVIIe lors de laRestauration. Kipling semble donc vouloir indiquer d’emblée à quel point l’anglicité ne peut se définir sans faire référence aux emprunts à d’autres cultures. Ces différentes cultures, et plus particulièrement celles issues de l’Empire britannique, contribuent à définir non seulement le patrimoine culturel britannique mais l’identité britannique, même si cela n’est pas propre au Royaume-Uni puisque ces questions demeurent centrales pour toutes les anciennes puissances coloniales.

La structure du livret de Malouf

  • 9  On notera le jeux de mot ironique avec le titre du roman A Passage to India de E. M. Forster qui d (...)

13Malouf s’intéresse donc particulièrement à ce genre de questions. Les deux textes de R. Kipling lui permettent à nouveau de les aborder. Il va donc les mettre en dialogue pour montrer comment ils se répondent, mais aussi pour pousser plus loin sa réflexion à travers ce que Kipling laisse déjà entendre sur l’identité et le choc des cultures. Je vais d’abord aborder la manière dont Malouf structure son livret. Comme l’indique le titre principal de l’opéra, la nouvelle « Baa Baa Black Sheep » constitue le cœur du livret et sert de cadre général à l’histoire. Chacune des trois parties de la nouvelle (« First Bag », « Second Bag » et « Third Bag ») est respectivement ventilée, peu ou prou, dans chacun des trois actes. Seule l’annonce de sa propre mort par Uncle Harry (Captain dans l’opéra) est déplacée dans le premier acte, alors qu’elle aurait dû se produire, si Malouf avait suivi la nouvelle, dans le second. Le premier acte narre donc le départ des Indes de Punch et de Judy (scène 1 : « A Passage from India 9»), puis leur arrivée et leurs premières expériences chez Auntirosa et Uncle Harry (scène 2 : « In the House of Desolation ») ; le second narre la mort de Uncle Harry (scène 3 : « A Death in the House ») ; enfin le troisième acte raconte la vie de souffre-douleur de Punch après la mort de Uncle Harry (Scène 1 : « Black Sheep ») ainsi que le retour de ses parents cinq années plus tard (Scène 4 : « The Return »). On l’aura compris les scènes des différents actes que je n’ai pas citées sont celles où Malouf va utiliser certains épisodes de The Jungle Books. Avant de voir la manière dont il opère pour recadrer ces épisodes au milieu des épisodes de « Baa Baa Black Sheep » dans le livret, j’aimerais souligner les principaux changements effectués par Malouf entre la nouvelle et sa réécriture opératique. La principale différence est signifiée, comme je l’ai déjà souligné, par l’âge de Punch et de Judy. Au début de la nouvelle, Punch a cinq ans et Judy trois ans. Le jeune âge de Judy l’empêche d’avoir une quelconque nostalgie pour sa vie en Inde. Dans l’opéra, Punch est le plus jeune et Judy est la plus âgée, comme l’indiquent la didascalie du prélude de l’acte 1 (« Downstage is a boy four or five years younger than Judy ») et leur mère lorsque, scène 1, acte 1, elle précise l’âge qu’auront ses deux enfants à son retour (« Punch will be ten. Judy will be a woman »). Ce changement contribue sans doute à universaliser les thèmes de la nouvelle pour ne pas la limiter à une évocation fictionnelle des souvenirs de jeunesse de Kipling, mais peut-être faut-il aussi y voir un commentaire métafictionnel sur la réécriture : la réécriture est une tension entre l’hypotexte et l’hypertexte et non une simple répétition du premier par le second. Cependant, il me semble que cette altération est justifiée en premier lieu par des nécessités dramatiques. En effet, les réflexions de Judy tout au long du livret, en particulier celles relatives à l’identité, ne peuvent qu’être le fruit d’une personne d’âge mûr. Il aurait été par conséquent peu crédible de faire prononcer de telles paroles par une fillette de trois ans. Autre modification d’importance, celle du comportement de Punch. Si Punch est un rebelle dans « Baa Baa Black Sheep », il ne se comporte jamais comme un tigre. Pourtant, c’est ainsi qu’il agit à la scène 2 de l’acte 1 : « Punch looks as if he is about to speak, then crouches like a tiger ». Ce type de comportement annonce la prochaine transformation imaginaire de Punch en Mowgli.

  • 10  Voir Edward W. Said, Orientalism: Western Conceptions of the Orient (1978), London: Penguin Books, (...)
  • 11  Tableau de correspondance personnages/tessitures associées établi par l’auteur de cet article.

14Les épisodes de The Jungle Books repris dans l’opéra sont le fruit de l’imagination du jeune garçon, sans doute stimulée par ses lectures. En effet, Punch est décrit dans la nouvelle comme un grand lecteur, ce qui a le don d’énerver Auntirosa qui, socialement complexée, perçoit cet acte comme une manière pour lui de se mettre en avant et de fanfaronner. L’Inde est une Inde imaginaire qui est le fruit de l’imagination d’un occidental, bien qu’il ait vécu en Inde. Il s’agit sans doute pour Malouf d’exprimer ici de façon métaphorique ou métafictionnelle une vision occidentalisée/anglicisée de l’Inde10. En effet, l’Inde de Kipling, bien que l’écrivain soit anglo-indien, est présentée à travers une vision idéalisée, réécrite, revisitée et coloniale dans The Jungle Books. Cette vision coloniale apparaît dans le rôle dévolu aux anglais qui apparaissent comme des protecteurs. Mowgli ne conseille-t-il pas à ses parents d’aller se placer sous la protection des Anglais lorsqu’il les libère du village où ils étaient retenus prisonniers ? En outre, sans doute parce qu’il ne fallait pas mettre en question la supériorité civilisatrice du peuple anglais, l’homme (Mowgli) élevé par les loups n’est ni anglais, ni anglo-indien, mais indien. L’action de The Jungle Books se déroule dans le nord de l’Inde, lieu où Kipling n’est jamais allé. Punch utilise le fruit de son imagination pour échapper à la dure réalité de Downe Lodge. Pour lui c’est une échappatoire où il peut reprendre son destin en main car chacun des personnages de Baa Baa Black Sheep: A Jungle Tale est identifié à un personnage, voire à deux personnages de The Jungle Books, comme le montre ce tableau récapitulatif11 :

Personnages de

Baa Baa Black Sheep

Leur double dans

The Jungle Books

Tessitures des chanteurs

Punch

Mowgli

voix de garçon et baryton (pour Mowgli jeune homme)

Judy

Grey Wolf

mezzo-soprano

Mother

Mother Wolf & Messua

soprano

Father

Father Wolf & Messua’s Husband

baryton

Captain

Akela

baryton-basse

Auntirosa

Baldeo  (Chasseur)

contralto

Harry

Shere Kahn

ténor

15L’identité multiple des personnages met donc en abyme la question de l’identité dans l’opéra.

Identité et hybridité dans le livret de l’opéra

16À l’Acte 1, les deux nouvelles faisant l’objet d’une réécriture sont « Mowgli’s Brothers » / « Les frères de Mowgli » pour la scène 3 (« At the Council Rock ») et « Kaa’s Hunting » / « La chasse de Kaa » pour la scène 4 (« The Education of Mowgli »). A l’Acte 2, Malouf reprend à nouveau « Mowgli’s Brothers » / « Les frères de Mowgli » pour la scène 1 (« The Ways of Man ») et utilise « Tiger-Tiger ! » pour la scène 4 (« In the Village »). Il s’agit des trois nouvelles consacrées à Mowgli dans The Jungle Book. A l’acte 3, il reprend deux nouvelles de The Second Jungle Book « Letting in the Jungle » pour la scène 2 – scène qui combine la mort de Shere Kahn, qui se trouve dans l’épisode « Tiger-Tiger ! » de The Jungle Book, et l’épisode éponyme « Letting in the Jungle » – et « The Spring Running » pour la scène 3 (« The Spring Running »). Le titre respectif de chacune de ces deux dernières scènes est celui des deux dernières nouvelles de The Second Jungle Book. Bien que leurs titres soient empruntés au recueil de Kipling, les événements sont légèrement modifiés par rapport à la manière dont ils se déroulent dans celui-ci. Dans « Letting in the Jungle », par exemple, la mort de Shere Kahn ne se produit pas de la même manière que dans la nouvelle pour des nécessités dramatiques ; en effet, la mort de Shere Kahn symbolise la vengeance de Punch envers Harry, son bourreau. En dépit de ces quelques différences, le choix de Malouf d’utiliser les mêmes titres que ceux des deux dernières nouvelles de The Second Jungle Book montre bien que l’écrivain australien cherche à inscrire sa réécriture de The Jungle Books dans le respect de l’ouvrage de Kipling, contrairement à certaines réécritures antérieures. Toute son entreprise, conjuguée à celle de Berkeley, vise à recadrer sa réécriture de l’ouvrage de Kipling dans le cadre offert par l’hypotexte après tant de décadrages malheureux. Comme Koechlin, Berkeley et Malouf cherchent à respecter l’œuvre et à la réhabiliter auprès d’un public d’adultes.

17Ce qui transparaît clairement dans le recueil de Kipling, c’est le refus d’opposer les cultures de manière manichéenne. A l’image du village des parents de Mowgli, la jungle est un lieu où règnent autant la violence et la trahison que l’amitié et l’entraide. Le fait que les animaux soient dotés de raison, se comportent comme des humains et soient capables d’édicter des règles de vie (« The Law of the Jungle » / « La loi de la jungle ») relativise la supériorité des hommes, en particulier celle de ceux qui vivent près de la jungle puisqu’ils peuvent se révéler au moins aussi sauvages que les animaux qui la peuplent. Le comportement de Auntirosa et de Harry dans « Baa Baa Black Sheep » vient en contrepoint réaffirmer ce constat et illustrer les propos de Bagheera au moment où Mowgli décide de retourner vivre chez les hommes à la fin de l’opéra :

Bagheera

In the cage my life began

well I know the ways of man –

man-cub bewares the man-cub’s breed.

Feed them silence when they seek

help of thine to hunt the weak.

Morning mist and twilight clear,

serve him, wardens of the deer.

18Cette relativité des cultures les unes par rapport aux autres et le refus de les opposer de manière manichéenne est l’un des grands mérites de Kipling dans The Jungle Books quel que soit le jugement que l’on puisse porter sur l’homme (George Orwell, par exemple, le voyait comme un chantre de l’impérialisme britannique). La reprise par Malouf des deux récits de Kipling dans le livret de Baa Baa Black Sheep : A Jungle Tale et leur mise en dialogue contribuent sans doute à souligner que l’écrivain anglo-indien était en fait un individu plus complexe. Le livret de Malouf met donc l’accent sur cette complexité ainsi que sur les questions liées à l’identité et à l’hybridité.

19Le choix du genre opéra pour traiter de la question de l’hybridité se révèle très approprié puisque ce genre est hybride par excellence, plus particulièrement à travers l’alliance des mots et de la musique. Le rôle de la musique dans Baa Baa Black Sheep: A Jungle Tale est de souligner ce qu’exprime le livret tant pour les personnages que pour l’action, plus particulièrement à travers la coexistence de différents styles et langages musicaux.

L’hybridité musicale dans la partition de Berkeley

20Le caractère typiquement anglais de la musique n’est pas ce qui frappe l’auditeur à la première écoute. Au contraire, il semble qu’à la scène 1 de l’acte 1 Berkeley se plaise à déconstruire, à travers la citation parodique et grinçante de la comptine Baa Baa Black Sheep  qui a donné son titre à la nouvelle de Kipling, le seul élément musical que l’on peut qualifier de typiquement britannique. En effet, les cuivres dissonants que l’on entend à la fin de la citation de la comptine semblent exprimer autant le caractère maléfique de Harry qu’une négation du caractère purement anglais de la musique de l’opéra. Par conséquent, l’opéra ne semble pas chercher, du moins musicalement, à s’inscrire dans le patrimoine anglais.

21Si l’on s’intéresse au langage musical, Baa Baa Black Sheep: A Jungle Tale conjugue principalement trois différents langages musicaux : l’atonalité, la modalité et la tonalité. L’atonalité est principalement associée au chant des personnages négatifs de l’opéra (Auntirosa et Harry), alors que la modalité est réservée à la fois à la musique de la jungle (« jungle music ») mais aussi, parfois, aux personnages qui possèdent une double identité. Tel est le cas, par exemple, de la musique accompagnant le chant de la mère de Punch et de Judy lorsqu’elle quitte ses enfants à la fin de la scène 1 de l’acte 1. Si le langage atonal est réservé aux ennemis de Mowgli, le langage tonal est utilisé pour les personnages positifs de l’opéra, c’est-à-dire pour les amis de Mowgli (Captain, Akela, Bagheera, Ka et Baloo). L’opposition entre les deux langages souligne musicalement et symboliquement le clivage entre ennemis et amis de Mowgli. Cependant, le symbolisme musical du langage tonal n’apparaît pas uniquement en opposition par rapport au langage tonal ; il sert également à unifier les deux textes de Kipling et à souligner les parallélismes qui existent entre eux, comme l’illustre encore plus particulièrement la similarité entre le langage utilisé pour le chant des amis de Punch et celui employé pour Mowgli. Non seulement le langage est similaire, mais les mélodies des uns et des autres sont très proches, voire identiques, ce qui contribue à souligner encore davantage leur amitié pour Punch ou Mowgli, mais aussi à mettre l’accent sur le caractère unificateur de l’art musical. Non seulement la musique est unificatrice mais l’opéra de Berkeley, à l’instar de ce que Malouf cherche à faire dans ses romans et dans ce livret, réussit à faire coexister les contraires à travers l’emploi de langages musicaux différents. Il semble que l’opéra, grâce à son caractère composite, soit le véhicule idéal pour exprimer cette coexistence des langages musicaux et des cultures musicales. Cette coexistence de styles différents n’est sans doute jamais mieux exprimée que dans le chant mélodieux des amis de Punch et de Mowgli. Si j’ai déjà mis l’accent sur le caractère tonal et mélodieux de cette musique, je n’ai pas précisé à quel point elle me semble aussi conjuguer différents styles de musique tonale (comédie musicale, bel canto, etc.), comme pour mieux souligner la perméabilité des styles et des cultures. Le caractère « comédie musicale » de cette mélodie signifie sans doute que Berkeley cherche à faire référence tout autant aux comédies musicales qui reprennent The Jungle Books qu’à l’emploi de ce genre dans Le Livre de la Jungle de Disney, non pour leur rendre hommage, mais pour les décadrer et les recadrer dans une œuvre qui cherche à s’inscrire dans le cadre original que constitue l’hypotexte de Kipling. La référence à ces versions qui sortent de ce cadre original, en particulier la référence aux versions filmiques, apparaît sans doute à travers une musique qui fait irrémédiablement penser à de la musique de film, scène 4, acte 2, lorsque Mowgli et Grey Wolf dansent ensemble au clair de lune. Baa Baa Black Sheep: A Jungle Tale est en quelque sorte une éponge musicale qui rassemble les différents styles qui ont donné lieu à des reprises de The Jungle Books pour mieux les mettre à distance par rapport à l’entreprise de Berkeley et Malouf. Cette entreprise cherche donc à recadrer l’ouvrage de Kipling en l’inscrivant plus dans la sphère d’une réflexion sur l’identité et l’hybridité culturelles que dans celle du divertissement pour enfant.

22Au total, Berkeley et Malouf réussissent à recadrer l’ouvrage de Kipling sur les questions coloniales essentielles posées dans cet ouvrage : l’identité et l’hybridité culturelles. Si Kipling est un auteur colonial, Malouf est un auteur post-colonial d’où sa volonté de recadrer l’ouvrage sur ces questions, après tant de décadrages malheureux. Pour recadrer The Jungle Books dans la sphère de l’adulte et pour mettre l’accent sur les questions coloniales que posent l’ouvrage, Malouf utilise comme écrin une nouvelle autofictionnelle de Kipling où ces questions apparaissent comme en écho à celles posées par The Jungle Books. Dans le livret, le problème de l’identité est particulièrement souligné par le choix du librettiste de donner une double identité à ses personnages en associant un personnage de la nouvelle de Kipling à un personnage de The Jungle Books. Le rôle du compositeur va consister à renforcer les liens entre les deux textes par toute une série de parallèles musicaux. Par l’intermédiaire de la musique, Berkeley va souligner son attachement à recadrer The Jungle Books sur ces questions en parodiant, déconstruisant ou anoblissant les différents styles musicaux utilisés dans certaines reprises antérieures de l’ouvrage de Kipling. En intégrant ces différents styles (musique américaine – jazz et comédie musicale –, bel canto italien, etc.), il souligne également l’hybridité de l’opéra anglais, de manière générale, mais aussi l’hybridité de l’opéra post-moderne, puisque tous deux puisent leurs influences dans divers traditions et patrimoines.

Haut de page

Bibliographie

BERKELEY Michael, Baa Baa Black Sheep: A Jungle Tale. English Northern Philharmonia. Chorus of Opera North, Paul Daniel (cond.), CDs, Chandos 10186(2), Chandos Records Ltd, 2004.

KIPLING Rudyard, The Jungle Books (1894-95), London : Penguin Books, 1987.

KIPLING Rudyard, Wee Willie Winkie and Other Stories (1988),London : Penguin Books, 1989.

MALOUF David, Remembering Babylon (1993), London : Vintage, 1994.

SAID Edward W., Orientalism: Western Conceptions of the Orient (1978), London : Penguin Books, 2003.

Haut de page

Notes

1  David Malouf, né à Brisbane de parents libanais et britannique, est romancier, poète, dramaturge et librettiste. Son roman le plus célèbre s’intitule : Remembering Babylon (1993).

2  J’étudierai la composition de l’ouvrage plus loin en abordant les reprises musicales savantes de The Jungle Books.

3  “And certainly no reading is stronger, strikes more tenacious roots than [The Jungle Books] ; in the case of the Mowgli stories, for me, unspoiled by the preposterous versions peddled successfully by Baden-Powell and Disney”. Daniel Karlin, “Introduction,” Rudyard Kipling, The Jungle Books, London: Penguin, 1987, 8.

4  Je n’aborderai pas les comédies musicales comme The Jungle Book (de Gerald Castle & de Michael Vigilant) ou Le Livre de la jungle (de Bernard Poli) pour ne prendre que les deux plus récentes.

5  “All the stories were first published separately in magazines in the United States, Britain, or both, sometimes with different titles, or without accompanying verses”. Daniel Karlin, op. cit., 28.

6  En 1897, pour une édition postérieure, Kipling regroupe les histoires de Mowgli dans un premier recueil, puis les autres dans un second.

7  Rudyard Kipling, Something of Myself, London: Macmillan, 1937.

8  On notera que le titre français ne permet pas de rendre compte de la polysémie contenue dans « remembering ». En effet, avec le titre français on perd l’idée de retrouver une unité, une coexistence perdue, car « remember » souligne l’idée de remettre ensemble, de faire coexister différentes cultures. L’unité perdue demeure néanmoins suggérée par Babylone qui fait, bien sûr, référence à l’épisode biblique de la tour de Babel où Dieu multiplie les langues afin que les hommes ne se comprennent plus (voir Genèse, chapitre 11, versets 1 à 9).

9  On notera le jeux de mot ironique avec le titre du roman A Passage to India de E. M. Forster qui dresse l’amer constat de l’impossibilité de l’amitié  entre l’anglais Fielding et l’indien Aziz.

10  Voir Edward W. Said, Orientalism: Western Conceptions of the Orient (1978), London: Penguin Books, 2003. Dans ce livre, Said montre comment la vision de l’Orient des Occidentaux (il s’agit plus du Proche-Orient et du Moyen-Orient que de l’Orient) est déformée par un ethnocentrisme occidental.

11  Tableau de correspondance personnages/tessitures associées établi par l’auteur de cet article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IX - n°2, 2011

Référence électronique

Jean-Philippe Heberlé, « Cadrage, décadrage et recadrage dans Baa Baa Black Sheep : A Jungle Tale de David Malouf et Michael Berkeley », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IX - n°2 | 2011, document 11, mis en ligne le 14 novembre 2011, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lisa/4431 ; DOI : 10.4000/lisa.4431

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Heberlé

Jean-Philippe Héberlé est Professeur de littérature et civilisation britanniques à l’Université Paul-Verlaine Metz. Ses recherches portent sur les relations entre musique et littérature, musique et société ainsi que musique et histoire des idées au Royaume-Uni. Il est l’auteur de nombreux articles portant, principalement, sur l’opéra anglais aux XXe et XXIe siècles. Parmi ses dernières publications figure un ouvrage paru aux Presses Universitaires de Nancy en 2010 et codirigé avec Claudine Armand et Pierre Degott : Créatures et créateurs de Prométhée.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals