Navigation – Plan du site
Propager des histoires ou des Histoires ?

Peur, mensonges et propagande : la presse britannique et les demandeurs d’asile

Fear, Lies and Propaganda: The British Press and Asylum Seekers
Pascale Villate-Compton
p. 214-232

Résumé

At a time when the integration of ethnic communities in Europe has become a burning issue, the case of Great Britain and the role played by its national press is particularly interesting. The British press, with its high circulation figures, is amongst the most virulent in Europe. For a number of years, the question of immigration and asylum seekers has been a recurring theme in its pages which are characterized by their complete lack of neutrality and an accompanying unwillingness to provide the necessary information for an informed debate on the subject. Several studies have underlined the systematically defamatory nature of the media’s coverage of the problems of immigration and asylum seekers since 1999 in which a blatantly propagandist approach has had a direct impact on both public opinion and political decisions.

Haut de page

Texte intégral

1La question de l’immigration et de la demande d’asile a pris une place prépondérante dans la presse britannique ces dernières années. Il suffit de lire au hasard un exemplaire du Daily Express, Daily Mail ou du Sun pour avoir toutes les chances de trouver un article, commentaire ou dessin s’y rapportant, une couverture d’une ampleur étonnante, aux titres chocs, aux commentaires acérés tels que :

  • 1 The Daily Express, 17 décembre 2002.
  • 2 The Daily Express, 19 mai 2003.
  • 3 The Sun, 8 mai 2003.

LUXURY LIFE OF ASYLUM SEEKERS 1
ASYLUM: TIDAL WAVE OF CRIME
2
ASYLUM TEARING UK APART
3

Un arrière-plan xénophobe

2La virulence de ces gros titres, vue du continent, peut surprendre. Elle n’a néanmoins rien de nouveau et se situe dans la lignée des réactions Outre-Manche à l’encontre des étrangers depuis, semble-t-il, l’époque élisabéthaine, puis à l’arrivée des Huguenots. La reine Elizabeth I elle-même se plaignait qu’il y avait « trop de noirs en Angleterre »4 et ordonna une série d’expulsions. De même, les Juifs installés en Angleterre depuis 1066 ne purent exercer ouvertement leur religion qu’à partir de Cromwell, tout en restant l’objet de discriminations. C’est à partir de la fin du XVIIe siècle, que l’on commença à utiliser le mot « réfugié » pour désigner les Huguenots, protestants français persécutés, qui trouvèrent refuge en Angleterre mais qui durent faire face aussi à l’animosité des autochtones5.

  • 6  Lionel Morrison, “Negative media coverage—the same old story, Amnesty International, 14 février 2 (...)
  • 7 Idem.

3Juifs et Irlandais venus en plus grand nombre dans la deuxième moitié du XIXe siècle subirent également les réactions réprobatrices de la presse à l’époque. Lionel Morrison cite un article du Daily Mail  en 1900 qui décrivait la fuite des Juifs de Russie en des termes méprisants6. Ce même journal titrait pendant la période d’augmentation du nombre de réfugiés juifs en 1938-1939 “Aliens pouring into Britain” tandis que le Daily Express s’inquiétait “Just now there is a big influx of foreign Jews in Britain. They are overrunning the country7.

4Les vagues d’immigration plus récentes, à partir des années 1950, en provenance d’anciennes colonies antillaises, africaines et du sous-continent indien, n’ont pas été accueillies plus favorablement et ont donné lieu à des incidents racistes d’une certaine violence. Tout nouvel afflux a provoqué des manifestations d’hostilité et les nouveaux arrivants ont été comparés de façon défavorable aux précédents, considérés installés et intégrés dans la société.

5Dans les années 1960 et 1970, les classes politiques et journalistiques ont, à souhait, développé les mêmes images qu’aujourd’hui de menace et d’invasion :

  • 8 Idem.

The imagery of threat, of floods, of asylum seeker terrorism, crime and of dirty and infected hordes of aliens which was apparent in 1938 and was developed to the state of the art by journalists, politicians and cabinet ministers in the late 60’s and 70’s, and is now used so eloquently and brutally,  is once more brought forth8.

  • 9  Lionel Morrison, “Negative media coverage—the same old story”, op. cit.
  • 10 The Daily Telegraph, 6 mai 1976.
  • 11 The Daily Mirror, 6 mai 1976.
  • 12  “World in Action”, Granada Television, 30 janvier 1978, cité dans Zig Layton-Henry, The Politics o (...)

6Lorsque Enoch Powell fit son discours “Rivers of Blood” en 1968, il choqua le pays et fut de sorte contraint de démissionner, mais il avait légitimé publiquement un sentiment latent partagé par beaucoup et relayé régulièrement par la presse au cours des années 1970. En février 1971, le Daily Express déclarait dans son éditorial du 12 février que 200 000 Asiatiques vivant en Afrique de l’Est et détenteurs d’un passeport britannique risquaient de débarquer. Pendant un mois, la presse se lança dans les conjectures les plus pessimistes de “floods”, “tides”, “stampedes”9. En 1976, les journaux se saisirent de deux faits divers mettant en exergue les éléments capitaux de conflit : immigration, couleur de peau et familles nombreuses qui profitaient de l’État-providence. Il s’en suivit une campagne en mai 1976 comme en témoignent les titres “Invasion of Asians forces borough to call for help”10 ou “New flood of Asians to Britain11. Lorsque deux ans plus tard, Margaret Thatcher annonça à l’émission “World in Action” en janvier 1978“Some people have felt swamped by immigrants”, elle s’adressait à une opinion publique largement préparée par la presse et prête à la suivre sur la voie du discours anti-immigration. Ainsi, avant son intervention, c’est 9% de téléspectateurs qui estimaient qu’il y avait trop d’immigrants, ils étaient 21% après12.

7Cependant, pendant les années qui suivirent, et malgré plusieurs épisodes d’incidents ou d’émeutes, comme celles survenues à Brixton en 1981, de façon générale, le concept d’une société multiculturelle s’est imposé à la société britannique, c’est-à-dire d’une société où chaque culture peut s’exprimer, se développer librement et côtoyer les autres. Et pourtant, une nouvelle menace commençait à se profiler pire que toutes celles qu’avait connues auparavant la Grande-Bretagne, celle-ci n’avait pas d’origine géographique précise, sinon celle de toutes les zones de conflit de la planète : l’invasion des demandeurs d’asile.

  • 13 Home Office Statistical Bulletin, issue 19/93, 15 juillet 1993.
  • 14  « Niveaux et tendances de l’asile dans les pays industrialisés en 2205 », UNHCR, mars 2006, <www.U (...)
  • 15  Idem.
  • 16  En 2005 le Pakistan et l’Iran étaient les principaux pays d’asile. À la fin de 2005, ces deux pays (...)
  • 17  “Briefing on immigration and asylum”, Commission for Racial Equality (CRE), consultable sur le sit (...)
  • 18  Cette période coïncide avec l’augmentation du nombre de demandes jusqu’en 2004. Pour plus de détai (...)

8Les demandes d’asile en Europe sont en augmentation constante depuis le début des années 1970. En Grande-Bretagne, elles ont progressé régulièrement de 4000 par an au milieu des années 198013 pour atteindre 103 000 en 2002. Depuis, les demandes ont nettement chuté : en 2003, on n’en comptait plus que 49 400 et en 2005, 30 50014. La multiplication des zones de conflits explique le nombre croissant de personnes déplacées dans le monde. Le United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR) estime à plus de 20,8 millions le nombre de réfugiés, demandeurs d’asile et autres individus relevant de sa compétence15. La plupart se dirigent vers d’autres pays en voie de développement proches. Ainsi, le Pakistan a accueilli plus d’un million de réfugiés afghans16. En Europe, la France et l’Allemagne constituent les principaux pays d’accueil. Pourtant, à en croire la presse britannique, les hordes étrangères ciblent toutes en priorité la Grande-Bretagne, cet eldorado de la planète. En 2004, les personnes y cherchant refuge venaient principalement d’Iran, du Pakistan, de Somalie, de Chine, du Zimbabwe, d’Afghanistan et d’Irak17. On peut situer le début de la crise assez précisément en 1999 avec l’établissement par la Croix Rouge du camp de réfugiés de Sangatte près de Calais dont la proximité avait fortement irrité les journaux locaux du Kent et les tabloïds nationaux18.

9Une fois la boîte de pandore des demandeurs d’asile ouverte, la presse s’est engouffrée dans la brèche, et jusqu’en 2005, a mené sans relâche une campagne contre eux. Mais si son intensité a diminué depuis 2005, la question de l’immigration continue à préoccuper les tabloïds et à nourrir les unes, les pages d’actualités et de commentaires. Car il est effectivement question aussi bien de demandeurs d’asile que d’immigrants, termes devenus interchangeables alors qu’ils n’évoquent pas des situations semblables.

  • 19  Convention des Nations Unies relative au statut des réfugiés, 1951, art 1 A (2).
  • 20  “An asylum seeker is someone who has applied for asylum and is waiting for a decision as to whethe (...)
  • 21  Les “États n’appliqueront pas de sanctions pénales du fait de leur entrée ou de leur séjours irrég (...)
  • 22  Sur la différence entre réfugié et migrant économique, le UNHCR donne l’explication suivante : « E (...)

10 Le terme de demandeur d’asile renvoie pourtant à la Convention des Nations Unies de 1951 sur le statut des réfugiés. Un réfugié est une personne qui « craint avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques »19. La Convention autorise les réfugiés à demander asile et à ne pas être déporté. Un demandeur d’asile20 ne peut être considéré comme étant en situation d’illégalité s’il n’a pas les papiers nécessaires ou s’il a payé des trafiquants pour le faire entrer dans le pays. La question de sa légalité ne se pose qu’à la fin de la procédure de demande d’asile21. Par contre, un immigrant désigne toute personne ayant quitté un pays étranger de son plein gré et qui vient s’installer provisoirement ou définitivement en Grande-Bretagne22. Comme nous le verrons plus loin, les journaux populaires se soucient peu des différences de définitions entre ces vocables.

La presse vue de près, 1999-2005

  • 23  Article 19, What’s the story?Results from research into media coverage of refugees and asylum seek (...)

11La véhémence et l’ampleur de la campagne contre les demandeurs d’asile depuis 1999 ont ému différents organismes et suscité plusieurs rapports approfondis entre 1999 et 2005. Il s’agit de ceux d’Article 19, de l’Information Centre about Asylum and Refugees (ICAR), de la Commission for Racial Equality (CRE) et de l’Institute for Public Policy Research (IPPR)23. Ces études, s’appuyant sur des échantillons prélevés à différents moments, nous donnent des informations sur la pérennité de certaines conclusions et permettent d’obtenir une vision diachronique sur une période de six années.

Inexactitudes et abus des termes employés

12L’une des principales constatations concerne la terminologie utilisée. Elle fait l’objet de la première remarque émise par l’étude d’Article 19 :

  • 24  Article 19, Ibid., 9.

Media reporting of the asylum seeker issue is characterized by the inaccurate and provocative use of language to describe those entering the country to seek asylum24.

  • 25   Idem, 50. Voir aussi Pascale Villate-Compton, « La menace sans visage : images de l’ennemi dans l (...)

13Il a été dénombré pas moins de 51 dénominations différentes pour faire référence aux demandeurs d’asile et aux réfugiés. Par ailleurs, la notion de faux demandeurs et d’illégalité est sans doute la plus présente avec la multiplicité de formules telles “illegal asylum seeker”, “bogus asylum seeker”, “illegal refugee”. La presse spécule constamment sur leur authenticité et les soupçonne au mieux d’avoir des motivations économiques, et au pire, des activités criminelles ou terroristes25.

  • 26  Article 19, 9, 12 ; ICAR , 35 ; CRE, 54 et Greenslade (IPPR).
  • 27  Ces mots apparaissent 14 fois dans la période étudiée par ICAR d’août à septembre 2003, ICAR, 35.
  • 28  Idem.
  • 29  Article 19, 51.
  • 30  Idem.

14Le constat de l’utilisation d’un langage péjoratif mettant en doute l’honnêteté des réfugiés est présent dans toutes les études26.  On y attire l’attention sur les termes les plus fréquemment employés dans les titres : “arrested, jailed, guilty”27 tandis que le corps des articles fait apparaître les termes de “scrounger, sponger, fraudster, robbing the system… criminal, violent, mob, horde, riot, rampage, disorder, etc.28. L’emploi d’un tel langage est susceptible de déclencher une réaction relevant de l’émotion plutôt que de la raison et de rendre plus difficile toute appréciation de la situation. C’est un langage non seulement trompeur, péjoratif et inapproprié mais qui a aussi pour effet de déshumaniser les hommes, femmes et enfants demandeurs d’asile. Certains journaux en parlent même comme s’il s’agissait de marchandises : “First consignment of immigrants” dans le Daily Mail ou “First batch” dans le Daily Telegraph29. La presse n’hésite pas non plus à employer un vocabulaire usant de références et de métaphores militaires. Cela a été le cas en particulier pendant l’épisode de Sangatte. Le Daily Express a évoqué des “legions of young men… looking like a rag tag army of conscripts”. Le Daily Mail écrivait à propos du premier car, en provenance de Sangatte, rempli d’Irakiens et d’Afghans : “Once the German army had positioned giant guns here to lob shells across the channel. Yesterday, the French sent us asylum seekers30.

Statistiques et sources

  • 31  Article 19, 17 : “The battle for public opinion was focused on this issue.
  • 32  CRE, 32.
  • 33  Idem.

15Dans la logique d’une représentation des demandeurs d’asile en tant que facteur de menace, les journaux s’appuient sur des chiffres censés être révélateurs de leur entrée massive. Les statistiques alimentent l’un des moteurs principaux du débat sur la demande d’asile et lui donnent un vernis de légitimité. En 2003, elles ont été à l’origine de deux articles hebdomadaires et ont constitué un élément capital dans la bataille pour l’opinion publique31. Les chiffres concernent le nombre d’arrivées et le coût engendré pour le pays, mais dans plus de la moitié des articles, la source est soit absente, soit trop vague pour être vérifiable comme en témoigne  l’utilisation de formules comme “official statistics say”32. Quand les journaux sont dans l’ignorance, ils spéculent sur l’arrivée de “thousands of thousands”33, millions” et, ce faisant, continuent de développer un climat d’anxiété sur les possibilités d’accueil d’un si grand nombre d’étrangers. Il en découle le débat qu’induisent les cartes d’identité, sur le droit d’accès aux services publics et même la fermeture des frontières. Article 19 considère :

  • 34  Article 19, 19.

This is a legitimate debate but one in which imagined numbers have been cynically employed to support particular editorial lines at the cost of providing information to the public34.

Photos et illustrations

16Avec les gros titres, les photos constituent les éléments formels principaux de la construction du débat sur les réfugiés. Si la première impression éprouvée par le lecteur est celle de l’arrivée ininterrompue d’un grand nombre d’entre eux, la représentation donnée de ces derniers est immanquablement celle d’hommes jeunes, mal habillés, en fuite et anonymes. La répétition de photos très similaires d’un journal à l’autre ne peut que renforcer l’image du demandeur d’asile comme une personne menaçante, hors la loi et dangereuse, image déjà distillée dans les titres et articles :

  • 35  Sur 82 photos de l’échantillon étudié, 52 montraient des demandeurs d’asile de façon menaçante, au (...)

The collective body of images […] overwhelmingly placed the emphasis of the coverage, both visually and verbally, on the communication of risk and fear35.

Les coupables

  • 36  Roy Greenslade, Seeking Scapegoats,op. cit., 21.
  • 37  Audit Bureau of Circulation, février 2005.

17La presse britannique ne participe pas en bloc à cette campagne, seuls les tabloïds y contribuent sans surprise : en tête le Daily Express, le Daily Mail, le Sun et leurs homologues du dimanche, ainsi que le Daily Star. Pendant les différentes périodes relevées, la question a été évoquée jusqu’à sept jours sur sept avec parfois plusieurs articles le même jour. Ainsi, sur une durée de 31 jours en 2003, le Daily Express a présenté 22 articles à la une sur la question36. Les tabloïds, dans leur grande majorité, font donc campagne contre les demandeurs d’asile à l’exception du Daily Mirror moins intéressé par la question. Sa politique semble être d’ignorer le débat plutôt que d’y contribuer de façon positive. La Grande-Bretagne se  trouve donc dans une situation où quatre quotidiens populaires (Daily Mail, Daily Express, Sun et Daily Star) diffusent plus de 7,5 millions d’exemplaires chaque jour pour un lectorat estimé à environ 22 millions de personnes : 1/3 de la population est donc quotidiennement soumise à un virulent discours sur des demandeurs d’asile. Le Daily Mirror avec un tirage de 1,7 millions d’exemplaires ne peut apporter une controverse de poids au sein du lectorat populaire. Quant aux journaux de qualité, le Times et le Daily Telegraph (environ 1,6 millions d’exemplaires à eux deux), ils ne véhiculent pas de message favorable. Les seuls à le faire, le Guardian et l’Independent, affichent les plus faibles performances de la presse nationale, à eux deux 630 000 exemplaires37.

Swan Bake

18Dans le traitement médiatique quotidien de la question des demandes d’asile, une affaire se démarque : celle connue sous le nom de “Swan Bake”, gros titre à la une dans la plus pure tradition du Sun, elle se distingue par son côté grotesque et démesuré. Le 4 juillet 2003, le Sun a consacré sa première page à une « information publiée en exclusivité » sous le titre :

SWAN BAKE: ASYLUM SEEKERS STEAL THE QUEEN’S BIRDS FOR BARBECUES

L’article commençait ainsi :

Callous asylum seekers are barbecuing the Queen’s swans, the Sun can reveal. East European poachers lure the protected royal birds into baited traps, an official Metropolitan Police report says.

  • 38  Le sujet était d’autant plus sensible que la seule personne à avoir le droit de tuer un cygne est (...)
  • 39  Apparemment, une personne, non identifiée, aurait vu un homme pousser un cygne dans un caddy de su (...)

19Sur la base de témoignages anonymes, le reportage continuait à détailler les accusations : la police avait pris sur le fait un gang d’Europe de l’Est sur le point de rôtir les cygnes de Sa Majesté. Deux cygnes morts furent également trouvés près d’un lac, prêts à être dévorés. Cette découverte venait confirmer la crainte qu’il s’agissait de méfaits commis de façon régulière. L’article dépeint les demandeurs d’asile comme des barbares, prêts à se jeter sur un animal protégé et laisse supposer au lecteur que, pour un Européen de l’Est, il s’agit d’une pratique normale. Les conséquences sont aisées à deviner : les demandeurs d’asile se trouvent encore une fois mis à l’index de la société38 : comment peut-on tolérer que des gens aux pratiques si sauvages soient autorisés à rester en Grande-Bretagne ? Swan Bake a largement débordé du lectorat du Sun pour devenir une véritable rumeur publique. Et pourtant, toute cette affaire ne reposait que sur des on-dit. Il s’est avéré que l’article n’avait aucun fondement, le rapport de la police mentionné par le journal n’existait pas, aucune arrestation n’avait été faite, personne n’avait été pris en flagrant délit d’attaque d’oiseau royal. L’histoire était entièrement fabriquée39.

La Press Complaints Commission (PCC)

  • 40  Le 5 juillet 2003, le Sun titrait : “Now they’re after our fish”, un nouvel article sans fondement (...)
  • 41  Dans le nouveau code de 2004, c’est l’article 12 qui concerne la discrimination et précise la noti (...)

20Face à de telles calomnies, mensonges, exagérations, débordements, détournements de faits et de chiffres commis jour après jour, semaine après semaine, que fait l’instance de régulation de la presse, la PCC, garante de sa déontologie et de sa bonne conduite ? Des articles comme Swan Bake40, de même que la plupart des publications sur les demandeurs d’asile vont à l’encontre du code de déontologie signé par l’ensemble de la presse nationale en novembre 1989 qui stipule, entre autres, que l’on doit éviter toute référence inutile à la race, couleur de peau et religion. Ils s’opposent également au Code de Pratique de la PCC, censé lier les journaux, et qui, dans son article 13 se rapportant à la discrimination, annonce : “The press should avoid prejudicial, or pejorative references to a person’s race, colour, religion”41. Des plaintes ont été déposées par RAM (Refugees Asylum Seekers and Media project) à propos de Swan Bake. Au bout de plusieurs mois au cours desquels la PCC a transmis des lettres de plaignants au Sun et vice versa, après avoir refusé à plusieurs reprises de présenter un rectificatif, la PCC a publié une déclaration le 17 novembre 2003 :

In this instance, the commission noted that the newspaper was unable to provide any evidence for the story which to its readers would appear to be a factual account42.

  • 43  Roy Greenslade, “Whose side is the PCC on?”, The Guardian, 16 février 2004.
  • 44  Julian Petley, “A lethal cocktail: racism, the press and the PCC”, Free press n°134, mai-juin 2003
  • 45 Idem.
  • 46  Roy Greenslade, Seeking Scapegoats, op. cit., 32.

21Pourtant, la PCC a refusé d’accepter le rectificatif rédigé par RAM et a laissé le Sun formuler une vague “clarification”  dans laquelle le journal admet l’absence de preuves pour cet incident relaté sur la base d’allégations anonymes. Le 6 décembre 2003, le Sun se résigna à cette “clarification”, page 41, cinq mois après l’article pleine page à la une du 4 juillet. Cinq mois pendant lesquels la rumeur des demandeurs d’asile mangeurs de cygnes n’avait fait que s’amplifier. La réaction de la PCC dans l’affaire Swan Bake, qualifiée de “glorified postal service, passing letters backwards and forwards”43 est caractéristique. Une analyse portant sur sept années de jugements a relevé que, pendant la période 1993-2000, les plaintes à propos de discrimination étaient passées de 1,7% du total à 10,6% en 2000. Parmi celles retenues, aucune ne concernait l’origine ethnique44. L’inaction de la PCC s’est poursuivie en 2002, année où 17,9% des doléances dénonçaient la discrimination (une augmentation par rapport aux 13,5% de l’année précédente). Le rapport de la PCC notait que cela pouvait avoir un lien avec “the continuing reporting of debate about issues relating to asylum seekers and refugees”45. Cependant, aucun des griefs ne fut retenu46.

  • 47  19,8% en 2003.
  • 48  Roy Greenslade, “Dead meat”, TheGuardian, 1 décembre 2003.

22Le 23 octobre 2003, la PCC a publié “Refugees and asylum seekers guidance from the PCC” dans lequel la commission déclare que le nombre de plaintes visant la discrimination est en hausse47. Elle rappelle aux journalistes qu’il faut respecter la terminologie adéquate : un demandeur d’asile ne peut par définition être considéré comme étant en situation illégale, sauf s’il reste dans le pays après avoir essuyé un refus d’y demeurer. La PCC y reprend également l’article 13 de son code au sujet des allusions à la race d’une personne et l’article 1 sur le devoir d’exactitude et de véracité. Mais la tentative de la PCC de stopper l’utilisation de “bogus” ou “illegal” a été vaine. Moins d’une semaine après la publication de ce guide, le News of the World faisait référence à “Bogus asylum seekers”48.

23Un cas plus récent, en 2005, montre la continuité de la politique de la PCC en matière de race, d’immigration et de demandeurs d’asile. Le 27 juillet 2005, à la suite des attentats du 7 juillet à Londres, le Daily Express titrait : “BOMBERS ARE ALL SPONGEING ASYLUM SEEKERS”, et le reportage débutait de cette façon :

The suicide bombers who tried to murder scores of Britons were asylum seekers who raked in more than £4000 in state handouts, it emerged yesterday.

  • 49  The Mediawise Trust, “PCC confidential?”, Bulletin n°115, 21/11/05 consulté sur <www.mediawise.org (...)
  • 50  Refugees Asylum-Seekers and Media (RAM), “Journalists speak out—A grubby exercise in excusing the (...)
  • 51 Idem.

24Il n’était fondé sur aucune réalité : les suspects n’étaient pas des demandeurs d’asile, l’un avait la nationalité britannique et l’autre, en Grande-Bretagne depuis l’âge de onze ans, détenait un permis de séjour permanent. Aucune des plaintes émises (une vingtaine) à propos de la véracité des allégations ne fut retenue par la PCC sous prétexte qu’aucune d’entre elles n’émanait des deux hommes cités (l’un était en fuite, l’autre en garde à vue)49. La PCC se borna à reconnaître “the inflammatory tone of the article” et déclara que le titre à la une “Bombers are all spongeing asylum seekers” exprimait un point de vue. Pourtant son code demande aux journaux de distinguer entre commentaire, conjecture et fait… Cette décision a été condamnée de toutes parts. Le président de CPBF (Campaign for Press and Broadcasting Freedom) l’a appelée : “a grubby exercise in excusing the inexcusable”, le directeur de Mediawise : “extraordinary decision” et Roy Greenslade dans le Daily Telegraph : “Astonishingly convoluted”50. Pour Rosie Keane, membre du parlement écossais, au-delà de l’inexactitude des faits, l’article constituait une incitation à la haine raciale51.

25Le plus fréquemment, il est reproché à la PCC de protéger les individus sans mettre de frein aux commentaires émis sur d’autres nations ou peuples. En effet, son objectif n’est pas de garantir la protection des groupes mais seulement des personnes :

The code does not prohibit discriminatory references to groups of people. To do so would, arguably, interfere with a basic principle of freedom of expression. The code was designed to protect the individuals, which it does in its current form52.

En outre, le mode de fonctionnement de la commission n’est sans doute pas étranger aux choix opérés : elle est financée par les journaux eux-mêmes et il lui semble parfois difficile de faire preuve d’indépendance vis-à-vis de ses bailleurs de fonds. Situation encore plus délicate lorsque le rédacteur en chef d’un journal mis en cause fait lui-même partie de la commission, comme ce fut le cas pour le Daily Express et son rédacteur en chef, Peter Hill.

Opinion publique et demandeurs d’asile

  • 53  Article 19, 13.

26De nombreuses recherches universitaires, en particulier celles du Glasgow Media Group ont souligné le rôle que jouaient les médias dans l’amorce et l’influence des tendances dans l’opinion publique53. De façon générale, on peut établir une corrélation directe entre les campagnes médiatiques ayant pour cible les demandeurs d’asile et leur impact sur l’opinion publique.

  • 54  90% des personnes interrogées estimaient que les noirs et les asiatiques étaient victimes de racis (...)
  • 55  Idem.

27Au cours des années 1980, les British Social Attitudes Surveys ont fait le constat d’une hostilité toute particulière pour les minorités ethniques identifiables par la couleur de leur peau54. Ces résultats furent confirmés au cours des années 1990 malgré “a clear softening of attitudes towards Asian and West African settlers”55. Cependant, on observe un glissement depuis les années 2000. En effet, de plus en plus, les membres de communautés ethniques établies depuis longtemps en Grande-Bretagne semblent perçus comme faisant partie intégrante de la société multiculturelle. Par contre, alors que les communautés anciennes sont désormais relativement bien acceptées, une forte opposition se manifeste envers les nouveaux immigrés et particulièrement les demandeurs d’asile. Chose intéressante et tout à fait nouvelle, la couleur de la peau n’est plus le facteur déterminant à l’origine du préjugé. Le seul statut de demandeur d’asile/nouvel immigrant (associés sans distinction) suffit à le déclencher : l’Européen de l’Est tout comme l’Africain font désormais l’objet de la même aversion.

28Les sondages effectués depuis l’intensification de la campagne sur les demandeurs d’asile traduisent la montée de la question de l’immigration au rang des principales préoccupations des Britanniques. Ben Page, directeur du Mori Social Research Institute, a souligné en 2004 le changement survenu dans l’opinion publique depuis 1999 :

  • 56  Ben Page, “The second death of liberal England ?, 1er septembre 2004, consulté sur le site <www.i (...)

The last five years have seen a seismic shift in public attitudes which one can see every time one opens a tabloid. For decades concern about race, immigration and asylum was seen as a national issue by only around 5% of people. Since the late 1990s, however, it has soared up the public’s agenda. Today immigration and asylum is consistently seen as one of the top three issues facing Britain—only terrorism/Iraq and the NHS and education are seen as more pressing56.

29En effet, le baromètre “The most important issues facing Britain”, disponible depuis 1974, révèle que l’immigration et les relations avec les minorités ethniques n’obtenaient qu’un score minime, voire inexistant tout au long des années 1980 et 1990. Par contre, l’immigration a commencé à devenir une préoccupation à partir de 2000 (avec des scores avoisinant 12-17%). À partir de 2002, on observe des chiffres nettement plus élevés de façon continue, souvent autour de 30%. Ces chiffres se maintiennent jusqu’en 2006, de 28% à 41% en mai 200657.

  • 58  Roy Greenslade, Seeking Scapegoats, op. cit., 29.

30Dans son analyse de la représentation des demandeurs d’asile, Roy Greenslade a noté qu’avant les attaques incessantes dans la presse, l’opinion publique n’était pas mobilisée contre les demandeurs d’asile. La campagne de stigmatisation de la période 1999-2005 a eu pour effet de légitimer l’hostilité du public qui s’est reportée sur les réfugiés, le groupe le plus nouveau, sans origine géographique définie et sans défense58.

  • 59  Forward Maisokwadzo, “UK media coverage of asylum seekers”, discours du 14 juin 2004, <www.mediawi (...)

31Non seulement ces campagnes alertent l’opinion publique et entretiennent l’intérêt porté au sujet mais elles pèsent directement sur la sécurité des personnes concernées : selon Scotland Yard, les articles négatifs conduisent à une augmentation des violences contre les réfugiés59.

Discours politique et législation

  • 60  M. McCombs, “News influence on our picture of the world”, in J. Bryant and D. Zillman (eds.), Medi (...)

32Les premières recherches sur la fonction d’agenda setting des médias (établissement d’un ordre du jour) ont conclu que ces derniers exerçaient une forte influence sur la façon dont les gens percevaient la réalité. Pour McCombs60, cette capacité de structurer et d’organiser le monde constitue l’effet le plus important des médias. Selon lui, la presse réussit moins à déterminer ce qu’il faut penser que ce à quoi il faut penser. Cependant, le cas du traitement des demandeurs d’asile indique que la presse est allée au-delà de l’établissement d’un ordre du jour pour diffuser un discours propagandiste.

  • 61  “Orchestrating hysteria”, The Guardian Weekly, 27 avril 2000.
  • 62  Le Daily Mail en février 2001 n’hésitait pas à affirmer que sous Tony Blair le pays abriterait 14 (...)
  • 63  “The motivation for the government’s toughness has nothing to do with economics and everything to (...)
  • 64  “New Britons to pledge loyalty in local ceremonies”, The Guardian Weekly, 31 juillet 2003.
  • 65  Siobhan Holohan, “New Labour, Multiculturalism and the Media in Britain”, in Elizabeth Poole (ed.) (...)
  • 66  Cité dans “Philips attacks aylum coverage ‘scandal’, MediaGuardian, 30/09/03, consulté sur le sit (...)
  • 67  Cité dans “Immigration: Party Policies” et “Analysis: Labour’s migration battle”, BBC News, 08/02/ (...)
  • 68  “The ground work has already been laid by the press: the fear, resentment and anger whipped up by (...)

33Au cours des dernières années, la classe politique, de gauche comme de droite, a exploité un terrain favorable, préparé par les tabloïds et confirmé par les nombreux sondages effectués, en prenant des positions fermes sur la question de l’asile et de l’immigration (les deux étant devenus indissociables dans les tabloïds et jusque dans les textes de loi). Le New Labour élu en 1997 affichait des idées moins défavorables que les conservateurs mais dès les élections locales de 2000, la question des demandeurs d’asile a dominé le débat dans une querelle entre les deux partis, se rendant chacun responsable du nombre élevé d’immigrés clandestins dans le pays. William Hague, leader du Parti Conservateur en 2000, a annoncé son intention de faire des demandeurs d’asile un des thèmes principaux de sa campagne électorale de 200161. Le Parti Travailliste a réagi à ce discours en décidant d’adopter une attitude sans complaisance quant aux faux demandeurs d’asile62. Ce glissement du New Labour vers une plus grande fermeté63 s’est poursuivi, notamment avec la nomination de David Blunkett au poste de Home Secretary après l’élection de mai 2001 ; David Blunkett a présidé à l’élaboration de deux lois sur l’immigration et la nationalité en 2002 et 2004, il a introduit les cérémonies de citoyenneté et lancé l’idée des tests de citoyenneté mis en place en novembre 200564. Pour Siobhan Holohan, il s’agit d’une régression vers l’idée d’une identité nationale forte évocatrice d’Enoch Powell et de la théorie de l’assimilation65. David Blunkett a prolongé ce discours de rigueur et renforcé celui des tabloïds lorsqu’en 2003 il a déclaré que le Royaume-Uni devait se ressaisir sinon l’immigration clandestine créerait une sous-société qui nuirait aux droits syndicaux et au salaire minimum66. Le durcissement de l’attitude de New Labour a continué à se manifester pendant la campagne électorale de 2005, pendant laquelle l’immigration a figuré en tête des débats, avec la publication du document “Controlling our borders: making migration work for Britain”, document qui prônait le renforcement des critères d’admission souligné par des déclarations comme celle de Tony Blair où il affirmait “People are worried rightly because there are abuses to the immigration and asylum system67 68. Il est difficile de penser que ce genre de remarque n’a aucun lien avec la récurrence dans la presse des allusions à la faiblesse du gouvernement face à une crise croissante.

  • 69  Dans son éditorial du 14 mars 2006, le journal écrivait : “We have warned repeatedly of the danger (...)
  • 70  On peut aussi lire dans le Daily Telegraph: “Unchecked immigration is putting Britons out of work”(...)

34En l’absence de recherches systématiques sur l’année 2006, des journaux relevés de façon aléatoire témoignent, néanmoins, de la persistance du thème chez certains tabloïds : le 14 mars, par exemple, le Daily Express titrait à la une “Lock up failed asylum seekers69 et le Sun renchérissait “UK immigration in chaos and it’s getting worse”. Quelques jours plus tôt, le 10 mars 2006, le Daily Express titrait page 9 “Murder, rape and robbery spree of an illegal migrant” et le Daily Mail, à son tour, page 9 “This killer strolled into Britain through our open borders70. Au mois d’août 2006, ce dernier écrivait dans son éditorial :

  • 71  Editorial, The Daily Mail, 21 août 2006, 12.

It will take more than mere words to convince voters when this administration has encouraged the biggest surge in immigration in our history without consultation and without considering the impact on employment, public services and community harmony. This government doesn’t deserve to be trusted71.

  • 72  On peut y ajouter la sélection du Refugee Council sur “Press Myths en 2005-2006 qui montre bien l (...)

35Ces quelques exemples nous montrent clairement qu’en 2006, la question de l’asile et de l’immigration n’a pas quitté les pages des tabloïds72.

  • 73  “Romanians and Bulgarians to face immigration curbs”, The Guardian Weekly, 25 août 2006.
  • 74  Pour le Guardian Weekly, on peut l’expliquer ainsi : “The critics also claim that Britain has been (...)

36John Reid, le successeur de David Blunkett au Home Office a remarqué un durcissement de l’opinion publique à ce sujet, couplé à de nouvelles attaques des conservateurs, ce qui justifie selon lui de nouvelles mesures restrictives73 avec notamment l’introduction de permis de travail pour les ressortissants bulgares et roumains dès lors qu’ils feront partie de l’UE en janvier 2007. Il ne s’agit pas de demandes d’asile mais, comme nous l’avons signalé, les termes utilisés à mauvais escient aboutissent à une confusion générale et à un amalgame total de populations qui n’ont de point commun que celui de venir d’ailleurs. La démonstration de fermeté du gouvernement en septembre 2006 avec l’expulsion médiatisée de 32 Irakiens à qui on avait refusé le droit d’asile74 a valu à Tony Blair les louanges du Sun dans son éditorial du 6 septembre, tout à la gloire du Premier Ministre : “He wants to sort out immigration…. If you really love Labour, leave Tony Blair to do the job”. Les immigrés clandestins et demandeurs d’asile constituent un instrument de communication très utile pour le gouvernement qui peut ainsi flatter une partie de l’électorat au racisme latent sans attaquer aucune minorité en particulier. Le problème devient administratif et non racial.

  • 75  Trevor Philips, le président de CRE a, à ce propos, noté que depuis son rachat par Richard Desmond (...)

37Les médias sont des acteurs politiques à part entière plutôt que les instruments d’une grossière propagande gouvernementale. Ils cherchent à promouvoir leur propre ordre du jour dans la bataille de l’opinion publique et du lectorat. Propagande pour un certain type de société et marketing se mêlent : les unes aux gros titres incendiaires ont un impact direct sur les ventes75 et, à terme, jouent un rôle dans les prises de décision législatives (à ce titre, le Daily Mail mérite une mention spéciale pour son succès financier et son influence politique). Ils flattent une opinion publique prédisposée à chercher un bouc émissaire aux problèmes de la société britannique et en publiant des articles polémiques calomniant les demandeurs d’asile, ils amplifient encore plus ces préjugés tout en les légitimant.

Campagne ou propagande ?

  • 76  Roy Greenslade, Seeking Scapegoats, op. cit., Julian Petley, “A lethal cocktail: racism, the press (...)

38Le terme de propagande apparaît sous la plume de plusieurs journalistes et universitaires76 pour qualifier la couverture de la question des demandeurs d’asile dans la presse populaire. Outre la déformation des faits, leur sélection contestable, les chiffres fantaisistes, les formulations polémiques, etc., deux éléments apparentent cette campagne à un type de discours propagandiste :

    • 77  Julian Petley, “Still no redress from the PCC”, in Elizabeth Poole op. cit., 53-62.

    dans la plupart des journaux populaires, la distinction entre éditorial et information est devenue très confuse, voire inexistante. De nombreux articles à la une du Daily Mail ou du Daily Express,par exemple, se lisent comme des éditoriaux, surtout parmi ceux qui concernent l’immigration77. Dans ce cas, il est clair que les journaux ne disent pas au lecteur à quoi il faut penser mais ce qu’il faut penser et que le but devient le modelage de l’opinion ;

  • le deuxième élément, au-delà du langage incendiaire employé, est celui de la répétition incessante. Grâce à elle, le message parvient au lecteur le plus occasionnel et ne quitte jamais la sphère publique.

Ce schéma est particulièrement pertinent dans le cas des réfugiés car la population n’en a qu’une expérience directe et personnelle limitée. Les journaux sont donc une source d’information importante qui contribue à entretenir un climat d’anxiété générale.

39La presse populaire britannique a toujours tenu des propos corrosifs au sujet de nouveaux immigrés mais la période 1999-2005 est inégalée par la durée et l’intensité de la campagne. Elle a eu pour effet de placer l’immigration au cœur des préoccupations des Britanniques, d’influencer le débat politique et de prendre à parti un gouvernement qui n’a eu de cesse de démontrer sa fermeté par le biais de voter pas moins de quatre textes de lois entre 1999 et 2006.

  • 78  Rupert Murdoch, propriétaire du Sun et du News of the World, la soutient, ce qui explique peut-êtr (...)

40La notion de demande d’asile, terme légal spécifique renvoyant à un préjudice reconnu et visant à protéger les gens de régimes extrémistes, a progressivement été criminalisée et associée à une immigration clandestine et illégale, à une immigration pour raisons économiques, et donc, à la tromperie, au mensonge et à l’abus du système. Les demandeurs d’asile, groupe hétérogène, sans langue, pays ou histoire communs deviennent « l’autre » idéal dans une société qui se définit non pas à partir de ce qu’elle est mais plutôt par rapport à ce qu’elle n’est pas. Si le réfugié n’existait pas, il aurait fallu sans doute l’inventer pour souder la société britannique et lui donner une cohésion face à l’indésirable étranger. Le demandeur d’asile/immigré a réussi à fédérer pensée conservatrice et pensée du New Labour et à dépasser les clivages politiques évidents : tous s’accordent dans leur détermination à le repousser alors que dans la logique de la mondialisation et du libre mouvement des marchandises et des capitaux, la main d’œuvre ne devrait pas trouver d’entrave à ses déplacements78.

41Au-delà de la stigmatisation du demandeur d’asile, se profile une remise en question plus profonde de la société britannique. Avec l’amalgame « demandeurs d’asile et immigrés », on assiste à une remise en cause de toute forme d’immigration et, parallèlement, à une critique de plus en plus fréquente de la société multiculturelle. Le chapitre est sans doute loin d’être clos.

Haut de page

Bibliographie

Greenslade Roy, “Whose side is the PCC on?”, The Guardian, 16 février 2004.

Greenslade Roy, Seeking scapegoats, The coverage of asylum in the UK press, Asylum and Migration Working Paper 5, Londres: Institute for Public Policy Research, mai 2005.

Holohan Siobhan, “New Labour, Multiculturalism and the Media in Britain”, in Elizabeth Poole (ed.), Muslims and the News Media, Londres : I. B. Tauris, 2006, 13-23.

Layton-Henry Zig, The Politics ofImmigration, Oxford: Blackwell, 1992.

McCombs M., “News influence on our picture of the world”, in J. Bryant and D. Zillman (eds.), Mediaeffects: advances in theory and research, Hove: Lawrene Erlbaum, 1994, 1-15.

Medic Nick, “Making a meal of a myth”, juin 2004, <www.presswise.org.uk>, consulté le 10 juin 2006.

Morrison Lionel, “Negative media coverage—the same old story, Amnesty International, 14 février 2004, consulté sur <www.mediawise>, 7 juillet 2006.

Petley Julian, “A lethal cocktail: racism, the press and the PCC”, Free press n°134, mai-juin 2003.

Petley Julian, “Still no redress from the PCC”, in Elizabeth Poole, Muslims and the News Media, Londres : I. B. Tauris, 2006,53-62.

Snow Tony, “Immigrants—They keep coming”, <www.channel4.com/culture/microsites/O/origination/>, consulté le 7 juillet 2006.

Villate-Compton Pascale, « La menace sans visage : images de l’ennemi dans la presse britannique à la suite des attentats du 11 septembre 2001 », La Revue LISA/LISA e-journal, Vol. I, n°1, 2003, 163-178.

Winder Robert, Bloody Foreigners, Londres: Abacus, 2005.

Haut de page

Notes

1 The Daily Express, 17 décembre 2002.

2 The Daily Express, 19 mai 2003.

3 The Sun, 8 mai 2003.

4  Tony Snow, “Immigrants—They keep coming”, <www.channel4.com/culture/microsites/O/origination/>, consulté le 7 juillet 2006.

5  Des affiches hostiles furent placardées et des manifestations contre l’immigration eurent lieu en 1593. Roy Greenslade, Seeking scapegoats, The coverage of asylum in the UK press, Asylum and Migration Working Paper 5, Londres : Institute for Public Policy Research, mai 2005, 9.

6  Lionel Morrison, “Negative media coverage—the same old story, Amnesty International, 14 février 2004, consulté sur <www.mediawise.org.uk>, 7 juillet 2006.

7 Idem.

8 Idem.

9  Lionel Morrison, “Negative media coverage—the same old story”, op. cit.

10 The Daily Telegraph, 6 mai 1976.

11 The Daily Mirror, 6 mai 1976.

12  “World in Action”, Granada Television, 30 janvier 1978, cité dans Zig Layton-Henry, The Politics ofImmigration, Oxford : Blackwell, 1992, 104.

13 Home Office Statistical Bulletin, issue 19/93, 15 juillet 1993.

14  « Niveaux et tendances de l’asile dans les pays industrialisés en 2205 », UNHCR, mars 2006, <www.UNHCR.ORG/STATISTICS>, consulté en octobre 2006.

15  Idem.

16  En 2005 le Pakistan et l’Iran étaient les principaux pays d’asile. À la fin de 2005, ces deux pays, à eux deux, hébergeaient un réfugié sur cinq (21%) dans le monde : « Réfugiés – Tendances mondiales en 2005 », UNHCR, 9 juin 2006, 3.

17  “Briefing on immigration and asylum”, Commission for Racial Equality (CRE), consultable sur le site <www.cre.gov.uk>.

18  Cette période coïncide avec l’augmentation du nombre de demandes jusqu’en 2004. Pour plus de détails, voir Robert Winder, Bloody Foreigners, Londres : Abacus, 2005 [2004], 424-425 et Forward Maisokwadzo, “UK media coverage of Asylum Seekers and Refugees”, discours du 14 juin 2004 donné dans le cadre de Refugee Week, consulté sur le site <www.mediawise.org.uk>,  le 30 juin 2006.

19  Convention des Nations Unies relative au statut des réfugiés, 1951, art 1 A (2).

20  “An asylum seeker is someone who has applied for asylum and is waiting for a decision as to whether or not they are a refugee”, consulté sur <www.unhcr.org.uk/info/faqs_links>, le 10 septembre 2006.

21  Les “États n’appliqueront pas de sanctions pénales du fait de leur entrée ou de leur séjours irréguliers aux réfugiés.” Convention des Nations Unies, 1951, art 31.

22  Sur la différence entre réfugié et migrant économique, le UNHCR donne l’explication suivante : « En principe le migrant économique quitte son pays de son plein gré, en quête de conditions de vie meilleures et, s’il choisit d’y retourner, il continue de jouir de la protection de son gouvernement. Le réfugié, lui, est contraint de s’enfuir de son pays pour échapper à la persécution et ne peut pas y retourner en toute sécurité tant que cette menace demeure », consulté sur <www.unhcr.fr/cgi-bin/texis/vtx>, le 10 septembre 2006.

23  Article 19, What’s the story?Results from research into media coverage of refugees and asylum seekers in the UK, Londres : Article 19, 2003.
ICAR, Media Image, Community Impact: assessing the impact of media and political images of refugees and asylum seekers on community relations in London, Londres : Information Centre about Asylum-seekers and Refugees (ICAR), 2004.
CRE, Attitudes towards Asylum Seekers, Refugees and other Immigrants, Londres :  Commission for Racial Equality (CRE), 2004.
Roy Greenslade, Seeking Scapegoats, The coverage of asylum in the UK press, Asylum and Migration Working Paper 5, Londres : Institute for Public Policy Research (IPPR), 2005.

24  Article 19, Ibid., 9.

25   Idem, 50. Voir aussi Pascale Villate-Compton, « La menace sans visage : images de l’ennemi dans la presse britannique à la suite des attentats du 11 septembre 2001 », La Revue LISA/LISA e-journal, Vol. I, n°1, 2003, 174.

26  Article 19, 9, 12 ; ICAR , 35 ; CRE, 54 et Greenslade (IPPR).

27  Ces mots apparaissent 14 fois dans la période étudiée par ICAR d’août à septembre 2003, ICAR, 35.

28  Idem.

29  Article 19, 51.

30  Idem.

31  Article 19, 17 : “The battle for public opinion was focused on this issue.

32  CRE, 32.

33  Idem.

34  Article 19, 19.

35  Sur 82 photos de l’échantillon étudié, 52 montraient des demandeurs d’asile de façon menaçante, aucune photo ne montrait les réfugiés avec leur famille ou dans des situations de la vie quotidienne, seulement quatre montraient des femmes. Article 19, 22.

36  Roy Greenslade, Seeking Scapegoats,op. cit., 21.

37  Audit Bureau of Circulation, février 2005.

38  Le sujet était d’autant plus sensible que la seule personne à avoir le droit de tuer un cygne est la Reine elle-même et qu’attaquer un privilège de la Reine en revient à attaquer le monarque lui-même.

39  Apparemment, une personne, non identifiée, aurait vu un homme pousser un cygne dans un caddy de supermarché, mais cela ne pouvait être vérifié.

40  Le 5 juillet 2003, le Sun titrait : “Now they’re after our fish”, un nouvel article sans fondement, sinon celui de la rumeur. Le 21 août 2003, le Daily Star faisait sa une sur “Asylum seekers eat our donkeys” mettant en cause des Somaliens sous le soi-disant prétexte que la viande d’âne est très recherchée en Afrique de l’Est. La police n’avait pas identifié les coupables mais pourtant le Daily Star mettait en cause toute une communauté sans aucune preuve.

41  Dans le nouveau code de 2004, c’est l’article 12 qui concerne la discrimination et précise la notion d’individu qu’il protège : “The press must avoid prejudicial or pejorative reference to an individual’s race, colour, religion, gender, sexual orientation or to any physical or mental illness or disability”, <www.pcc.org.uk>.

42  Nick Medic, “Making a meal of a myth”, juin 2004, <www.presswise.org.uk>,  consulté le 10 juin 2006.

43  Roy Greenslade, “Whose side is the PCC on?”, The Guardian, 16 février 2004.

44  Julian Petley, “A lethal cocktail: racism, the press and the PCC”, Free press n°134, mai-juin 2003.

45 Idem.

46  Roy Greenslade, Seeking Scapegoats, op. cit., 32.

47  19,8% en 2003.

48  Roy Greenslade, “Dead meat”, TheGuardian, 1 décembre 2003.

49  The Mediawise Trust, “PCC confidential?”, Bulletin n°115, 21/11/05 consulté sur <www.mediawise.org.uk/print>,  le 8 juillet 2006.

50  Refugees Asylum-Seekers and Media (RAM), “Journalists speak out—A grubby exercise in excusing the inexcusable”, RAM Bulletin 5/12/2005 consulté sur <www.ramproject.org.uk/bulletins>, le 7 juillet 2006.

51 Idem.

52  <www.pcc.org.uk/faqs/index.html>, consulté le 15 septembre 2006.

53  Article 19, 13.

54  90% des personnes interrogées estimaient que les noirs et les asiatiques étaient victimes de racisme, 30% se jugeaient eux-mêmes racistes et 60% souhaitaient que moins de noirs et d’indo-pakistanais s’installent en Grande-Bretagne. CRE, 11.

55  Idem.

56  Ben Page, “The second death of liberal England ?, 1er septembre 2004, consulté sur le site <www.ipsos-mori.com/publications>, le 7 octobre 2006.

57  “MORI political monitor”, consulté sur le site <www.mori.com/polls/trends/issues>, le 7 octobre 2006.

58  Roy Greenslade, Seeking Scapegoats, op. cit., 29.

59  Forward Maisokwadzo, “UK media coverage of asylum seekers”, discours du 14 juin 2004, <www.mediawise.org.uk>.

60  M. McCombs, “News influence on our picture of the world”, in J. Bryant and D. Zillman (eds.), Mediaeffects: advances in theory and research, Hove : Lawrene Erlbaum, 1994, 1-15.

61  “Orchestrating hysteria”, The Guardian Weekly, 27 avril 2000.

62  Le Daily Mail en février 2001 n’hésitait pas à affirmer que sous Tony Blair le pays abriterait 14 millions d’immigrés (Forward Maisokwadzo, op.cit.).

63  “The motivation for the government’s toughness has nothing to do with economics and everything to do with appeasing the Daily Mail”, “Comment”, The Guardian Weekly, 6 juin 2002.

64  “New Britons to pledge loyalty in local ceremonies”, The Guardian Weekly, 31 juillet 2003.

65  Siobhan Holohan, “New Labour, Multiculturalism and the Media in Britain”, in Elizabeth Poole (ed.), Muslims and the News Media, Londres : I. B. Tauris, 2006, 13-23.

66  Cité dans “Philips attacks aylum coverage ‘scandal’, MediaGuardian, 30/09/03, consulté sur le site <www.media.guardian.co.uk>, le 5 juillet 2006.

67  Cité dans “Immigration: Party Policies” et “Analysis: Labour’s migration battle”, BBC News, 08/02/2005 et 15/02/2005, consulté sur <www.newsvote.bbc.co.uk>, le 5 juillet 2006.

68  “The ground work has already been laid by the press: the fear, resentment and anger whipped up by tabloids has pushed the issue so far up the political agenda that only health ranks higher among public concerns […].  Il précise que, sur une période de six mois jusqu’à février 2004, 1509 articles ont été publiés dans les tabloïds et 1250 dans la presse de qualité. Herman Ouseley, “Forget this phoney debate, we need to confront racism”, The Guardian, 10 avril 2004.

69  Dans son éditorial du 14 mars 2006, le journal écrivait : “We have warned repeatedly of the danger posed by Labour’s loss of control of our borders”.

70  On peut aussi lire dans le Daily Telegraph: “Unchecked immigration is putting Britons out of work”, “Comment”, 18 août 2006.

71  Editorial, The Daily Mail, 21 août 2006, 12.

72  On peut y ajouter la sélection du Refugee Council sur “Press Myths en 2005-2006 qui montre bien la perpétration de mensonges et rétablit les faits et les chiffres confirmés. Consultable sur <www.refugeecouncil.org.uk/news/>.

73  “Romanians and Bulgarians to face immigration curbs”, The Guardian Weekly, 25 août 2006.

74  Pour le Guardian Weekly, on peut l’expliquer ainsi : “The critics also claim that Britain has been soft touch […] It is this argument and the miserably xenophobic results of repeated opinion polls which has caused ministers to rethink policy”, in “Permits to cut flow of East Europeans”, TheGuardianWeekly, 8 septembre 2006. La fermeté du gouvernement s’est manifestée dans l’augmentation du nombre des expulsions : 4330 expulsions ont eu lieu pendant le premier trimestre de 2006, soit une augmentation de 19% par rapport au dernier trimestre de 2005 : “Rush to become British citizens”, The Guardian Weekly, 2 juin 2006.

75  Trevor Philips, le président de CRE a, à ce propos, noté que depuis son rachat par Richard Desmond, le Daily Expressput on 50 000 sales every time it led on the issue”, “Philips attacks asylum coverage ‘scandal’”, MediaGuardian, 30 septembre 2003.

76  Roy Greenslade, Seeking Scapegoats, op. cit., Julian Petley, “A lethal cocktail: racism, the press and the PCC”, Free Press, n°134, mai-juin 2003.

77  Julian Petley, “Still no redress from the PCC”, in Elizabeth Poole op. cit., 53-62.

78  Rupert Murdoch, propriétaire du Sun et du News of the World, la soutient, ce qui explique peut-être que le Sun soit légèrement moins véhément que le Daily Mail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Villate-Compton, « Peur, mensonges et propagande : la presse britannique et les demandeurs d’asile  », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n°1 | 2008, 214-232.

Référence électronique

Pascale Villate-Compton, « Peur, mensonges et propagande : la presse britannique et les demandeurs d’asile  », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n°1 | 2008, mis en ligne le 27 août 2009, consulté le 09 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/511 ; DOI : 10.4000/lisa.511

Haut de page

Auteur

Pascale Villate-Compton

Dr., (Bordeaux, France)
Pascale Villate-Compton est maître de conférences à l’IUT Information Communication, Université de Bordeaux III. Ses travaux de recherche portent sur les médias britanniques contemporains.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals