Navigation – Plan du site

Éléments pour une étymologie culturelle de la censure dans l’aire anglophone, du XVIe au XXIe siècle

Elements for a Cultural Etymology of Censorship in English-Speaking Countries, from the 16th to the 21st Century
Delphine Lemonnier-Texier

Résumés

Les difficultés épistémologiques de l’étude de la censure sont répertoriées par la critique et résultent de la diversité des cas de censure ainsi que de celle de ses contextes idéologiques et culturels. Une difficulté s’ajoute lorsque l’on s’attache à l’étude du XVIe et du XVIIe siècle anglais, car on risque de projeter des conceptions contemporaines de la liberté d’expression sur une période où la régulation de la parole était considérée comme essentielle à la préservation du bon fonctionnement de la société. Cet article propose donc de tracer un certain nombre de perspectives critiques permettant de définir la spécificité de l’aire culturelle anglophone à partir des deux phénomènes antithétiques de la première modernité anglaise (bibliolâtrie/idolâtrie et biblioclasme/iconoclasme) pour montrer comment en découlent la conception de la censure et son fonctionnement dans les pays anglophones jusqu’à l’époque contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 The concept “cultural etymology” is borrowed from James Simpson in Under the Hammer. Iconoclasm in (...)

1Le champ d’application des études de la censure est immense : histoire religieuse, philosophie, droit, littérature, arts, et la diversité des cas engendre une profusion des typologies. L’objet d’étude, bien que défini de façon stricte par un certain nombre de règles, semble néanmoins intangible en raison du périmètre à l’intérieur duquel la censure s’exerce. C’est particulièrement le cas lorsqu’on se place dans une perspective diachronique1.

  • 2 Yves-Charles Zarka, « Foucault et l’idée d’une histoire de la subjectivité : le moment moderne », A (...)
  • 3 Michel Foucault, Dits et écrits, I, 1954-1975, Paris : Gallimard, 2001, 1625 : « Car, si le pouvoir (...)
  • 4 Ibidem, § 21. Judith Butler effectue une analyse voisine en soulignant l’impact de la définition d (...)

2Comme le rappelle son étymologie latine, la censure ne saurait être dissociée de son contexte politique et des modalités juridiques de son application. Elle se déploie selon la nature et la temporalité du rapport qu’elle entretient avec les objets qu’elle régule, et qui permet de définir ses différents types : censure a priori (imprimatur) et prescriptive, censure a posteriori (index) et répressive, censure extérieure au processus de création et de production ou bien émanant de l’artiste ou de l’auteur lui-même (autocensure), qui choisit ou non de se conformer aux prescriptions et aux interdits édictés. Elle est donc indissociable du dialogue entre individu et société, et de la dialectique d’inclusion/exclusion qu’ils entretiennent. Elle met en jeu les notions d’autorité, d’auteur, de public et de réception, catégories dont les contours, aux XVIe et XVIIe siècles, diffèrent sensiblement d’aujourd’hui, et dont la perception, à l’époque contemporaine, a elle-même subi des évolutions. Pour s’en convaincre, il suffit de voir la manière dont Michel Foucault a souhaité, à partir de son cours au Collège de France, infléchir sa pensée vers une philosophie de la subjectivité, privilégiant le couple sujet/vérité au détriment du couple pouvoir/savoir2. Dans cette nouvelle optique, la censure n’est plus tant instrument d’oppression, mode de contrôle du corps social et remède aux maux qui l’affligent, exercé par un pouvoir « assimilable à un gros sur-moi3 », pour reprendre les termes de Foucault, que l’une des modalités selon lesquelles le sujet, « mobile, divers et multiple […] se constitue en fonction de ses rapports à lui-même et aux autres4 ». Ce que l’on voit se dessiner dans cette perspective, c’est un paysage culturel des XVIe et XVIIe siècles anglais plus nuancé, plus ambigu et plus riche que ne le laisseraient penser les modèles analytiques de la censure fondés sur un schéma oppressif qui s’inspire de certaines situations contemporaines. C’est au prix de ce travail d’historicisation et de contextualisation culturelle que l’on peut espérer mettre au jour quelques vestiges permettant de reconstituer la place véritable de la censure dans les mentalités. À partir de là – et de là seulement – peut- on mesurer l’impact de la pratique censoriale sur la création littéraire et artistique dans l’aire anglophone où l’on sait l’importance prise, aux XVIIe et XVIIIe siècles, par les notions de droits et de libertés individuels dans la conscience politique. C’est en effet l’Angleterre élisabéthaine et jacobéenne qui est le creuset dans lequel se sont façonnées cette conscience politique et l’identité culturelle anglophone. L’analyse des manifestations de la censure y est donc essentielle.

3La tâche est immense, et elle apparaît d’autant plus démesurée que l’on élargit la perspective. Autant d’épisodes de censure, autant de cas particuliers, sachant que la rareté des traces laissées par la plupart des actes de censure oblige à poser un certain nombre d’hypothèses, qu’il s’avère parfois impossible au chercheur de vérifier.

  • 5 Foucault définit, dans « Le Sujet et le pouvoir », l’État moderne comme une combinaison complexe de (...)

4La (ré)solution de cette apparente aporie réside probablement dans une redéfinition du périmètre d’étude et des outils d’analyse : plutôt que de partir de la censure, érigée en manifestation essentielle et autonome, analysable de la même manière quel que soit le support artistique utilisé, indépendamment de l’aire culturelle considérée, c’est en examinant le faisceau de croyances autour de la régulation de la parole que l’on peut parvenir à esquisser le paysage culturel dans lequel la censure – qu’il faudrait alors plutôt définir comme épiphénomène – prend racine dans l’aire anglophone. Un paysage spécifique, du fait de sa situation unique du point de vue religieux et politique, des théories fondant la croyance en l’existence de liens intimes entre individu et corps social5, et où la notion de représentation se confond souvent avec celle de présentation, l’objet – qu’il soit image ou texte, icône ou livre – étant au centre d’une idolâtrie qui n’a d’égale que la violence de ceux qui la condamnent.

Iconoclasme et biblioclasme : les racines de la censure en Angleterre

  • 6 L’expression est empruntée à Carla Mazzio dans “Sins of the Tongue in Early Modern England”, Modern (...)
  • 7 Jonathan Gil Harris, Foreign Bodies and the Body Politic. Discourses of Social Pathology in Early M (...)

5Par-delà ces questions méthodologiques générales liées à l’étude de la censure se pose la question de la spécificité culturelle de l’aire anglophone, et de son impact sur le développement et les formes prises par la censure. Le XVIe siècle anglais est l’époque de l’affirmation d’une identité nationale distincte de la culture et des traditions du continent européen, qui se situe dans un contexte de méfiance à l’encontre des péchés de la langue6, des discours non régulés et de leur diffusion à grande échelle rendue possible par les progrès de l’imprimerie. Le discours sur le corps social cristallise toutes sortes d’angoisses liées à la figure de l’étranger, et préconise pour lutter contre cette figure menaçante présentée comme une pathologie du corps social, une série de remèdes, comme l’a montré Jonathan Gil Harris7. Ce sont ces définitions du corps social, de ses pathologies et de ses remèdes, qui sous-tendent les justifications contemporaines de la censure dans l’aire anglophone, au nom du devoir de protection du public (lecteurs ou spectateurs) dont se réclame le législateur.

  • 8 Voir J. Simpson, op. cit., 57-60.
  • 9 Ibidem, 48-59, et Sarah Stanbury, “The Vivacity of Images: St Katherine, Knighton’s Lollards, and t (...)
  • 10 Voir, par exemple, Lee Palmer Wandel, Voracious Idols and Violent Hands. Iconoclasm in Reformation, (...)
  • 11 Voir J. Simpson, op. cit., 67-68.

6C’est également au XVIe siècle que se déchaîne en Angleterre la fureur iconoclaste qui dénonce l’idolâtrie à l’égard des images et des statues déjà mise en cause par John Lollard au XIVe siècle, bien avant la Réforme8. Pour comprendre les racines de l’iconoclasme, il faut se souvenir de l’étendue des pouvoirs attribués à l’image dans les croyances et les pratiques d’idolâtrie : on la traite comme si elle était vivante, on lui attribue même des manifestations propres aux vivants, la capacité à suer, à verser des larmes, à saigner, voire à se mouvoir9. Si l’iconoclasme se développe dans tous les pays marqués par la Réforme10, la spécificité de l’iconoclasme anglais est la manière dont il est étroitement lié au discours sur l’identité nationale et la préservation de la nation. Il devient un instrument de purification du corps social anglais, un garant de la prospérité de la nation, comme le montre l’homélie sur l’idolâtrie présente dans l’édition de 1563 du Book of Homilies, qui propose une vision de l’histoire au fil de l’alternance entre idolâtrie et iconoclasme, la première conduisant à la faillite d’une nation, la seconde garantissant sa prospérité11.

  • 12 Brian Cummings, “Iconoclasm and Bibliophobia”, in Images, Idolatry and Iconoclasm in Late Medieval (...)
  • 13 Ibidem, 204-205.

7Comme le démontre Brian Cummings, pour cerner toute la portée des tensions entre idolâtrie et iconoclasme en Angleterre, il faut prendre en compte également le phénomène de bibliolâtrie et de biblioclasme qui s’y développe en parallèle12. À propos des études sur la censure à cette époque, Cummings souligne qu’elles se cantonnent à des questions de contenus des livres, laissant de côté toute la dimension matérielle de l’objet, qui est traité par les biblioclastes comme l’image par les iconoclastes : le livre est mutilé, en partie oblitéré, et il est parfois brûlé. Il relève les périodes d’intense bibliophobie en Angleterre au XVIe siècle, le début des années 1520, le début des années 1530, le début des années 1540 et le milieu des années 1550, et note qu’elles alternent systématiquement avec les vagues d’iconoclasme. Cela lui permet de démontrer ensuite la manière dont les deux phénomènes sont dialectiquement liés. Il rapporte ainsi la manière dont, sous le règne d’Edouard VI, les images sont recouvertes de peinture, puis de texte, alors que leur cadre est conservé, manifestant le triomphe d’un mode verbal sur un mode pictural dans le combat acharné qu’ils mènent l’un contre l’autre13.

8Tout le rapport à l’image et au livre dans la culture anglophone est marqué par l’héritage de cette dialectique et les métaphores d’animation de l’objet (image ou livre) qui en découlent. L’Aeropagitica de Milton, texte fondateur s’il en est, contient ainsi cette image du livre doué de vie et de la capacité d’engendrement :

  • 14 John Milton, Aeropagitica, en ligne. <http://www.dartmouth.edu/~milton/reading_room/
    areopagitica/, (...)

Books are not absolutely dead things, but doe contain a potencie of life in them to be as active as that soule was whose progeny they are; nay they do preserve as in a violl the purest efficacie and extraction of that living intellect that bred them. I know they are as lively, and as vigorously productive, as those fabulous Dragons teeth; and being sown up and down, may chance to spring up armed men14.

  • 15 Debora Shuger, Censorship and Cultural Sensibility. The Regulation of Language in Tudor-Stuart Engl (...)
  • 16 Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir », in Dits et écrits, op. cit., 229.
  • 17 Ibidem, 231.
  • 18 Idem.

9Les tensions religieuses extrêmes qui parcourent l’Angleterre du XVIe siècle exacerbent donc les phénomènes d’antagonisme entre ces deux modes de représentation, l’image et le livre, ainsi que leur sacralisation, et constituent le creuset dans lequel la conception moderne de la censure dans l’aire anglophone prend naissance. Avec le développement de l’imprimerie, la nécessité de réguler la production et la diffusion des écrits et la reproduction des images se fait sentir aussi bien dans la sphère catholique que protestante. En Angleterre, elle découle de la volonté de prévenir l’hérésie et l’iniuria (délit à l’encontre d’un individu ou du corps social, dans le droit romain qui prévaut dans l’univers anglais). Cette volonté d’éviter l’iniuria constitue, selon Debora Shuger, l’une des spécificités de la censure en Angleterre et la raison de son infléchissement vers la prévention de la diffamation bien davantage que dans celle de l’hérésie15. L’imbrication des sphères privée et publique que révèle cette attention portée à la diffamation en Angleterre à partir de la seconde moitié du XVIe siècle souligne à quel point ce processus de régulation de la parole est au cœur de ce que Foucault appelle l’objectivation du sujet : « Il y a deux sens au mot ‘sujet’ : sujet soumis à l’autre par le contrôle et la dépendance, et sujet attaché à sa propre identité par la conscience ou la connaissance de soi16 ».  La violence faite aux images ou aux livres relève de la relation de violence telle que la définit Foucault : « une relation de violence agit sur un corps, sur des choses : elle force, elle plie, elle brise, elle détruit17 », tandis que l’action sur l’auteur, l’artiste, relève de la relation de pouvoir : « une relation de pouvoir s’articule sur deux éléments qui lui sont indispensables [...] : que ‘l’autre’ (celui sur lequel elle s’exerce) soit bien reconnu et maintenu jusqu’au bout comme sujet d’action ; et que s’ouvre, devant la relation de pouvoir, tout un champ de réponses, réactions, effets, inventions possibles18 ».

Nouvelles perspectives critiques : historicisation des études sur la censure et redéfinition de la censure comme relation de pouvoir

  • 19 Cyndia Susan Clegg, Press Censorship in Elizabethan England, Cambridge : Cambridge UP, 1997 et Pres (...)
  • 20 Ibidem, 19.

10Le problème principal des études sur la censure en Angleterre aux XVIe et XVIIe siècles réside dans le risque d’interpréter un phénomène directement lié à son contexte culturel spécifique en ne tenant pas suffisamment compte de cette donnée contextuelle, voire en projetant sur la période de la première modernité des schémas postérieurs, notamment ceux hérités des Lumières. Cyndia Clegg dans Press Censorship in Elizabethan England, puis dans Press Censorship in Jacobean England, a souligné la nécessité de sortir du schéma binaire répression/subversion, ainsi que de l’opposition entre état autoritaire et individu assoiffé de liberté, conception héritée des Lumières, qui est aux antipodes de l’univers élisabéthain et jacobéen19. Elle a montré comment la censure exercée par Jacques 1er visait à construire une fiction de la figure du monarque participant de la même volonté de mettre en scène une certaine image que les masques de Cour, au sein d’une société encore très marquée par la conception organique du corps social auquel la censure est préconisée comme remède afin que soient préservés sa cohésion et son bon fonctionnement. Les chiffres permettent de mesurer l’impact véritable de la censure: entre 1603 et 1625, ce sont moins de 1% des ouvrages qui ont été visés par des tentatives d’interdiction d’une partie ou de l’ensemble de leur contenu20.

  • 21 D. Shuger, op. cit., 1-4. Le texte de Milton est écrit en réaction au Licensing Order de 1643 qui s (...)
  • 22 Ibidem, 5.

11Debora Shuger va dans le même sens que C. Clegg lorsqu’elle met en question le statut de la défense ardente de la liberté de publier que fait Milton dans son Aeropagitica au moment où Milton publie cet essai. Faut-il voir dans ce texte le reflet d’une aspiration collective incontestable à l’affranchissement de l’imprimé de toute censure a priori ? Ou bien faut-il tempérer cette lecture en prenant en compte le fait que la régulation de la parole était plutôt perçue comme positive et nécessaire, au même titre que la régulation des autres comportements individuels21 ? En proposant de resituer la régulation du langage et de l’imprimé dans le contexte plus large des autres instruments de régulation sociale des comportements, Shuger redéfinit le champ d’investigation des études sur la censure, et souligne que la séparation entre censure et autres processus de régulation sociale découle bien davantage des conceptions juridiques contemporaines (et notamment américaines) que de la réalité des lois dans l’Angleterre des XVIe et XVIIe siècles, pour lesquelles lancer des paroles diffamantes ne différait pas fondamentalement du fait de frapper quelqu’un à coups de bâton, ou à coups de pierre22.

  • 23 Voir Helen Freshwater, “Towards a Redefinition of Censorship”, in B. Müller (dir.), Censorship and (...)
  • 24 Beate Müller, “Censorship and Cultural Regulation: Mapping the Territory”, in B. Muller (dir.), Cen (...)
  • 25 Ibidem, 11. Müller envisage le cas de figure d’un auteur dans l’ex-RDA, dont le manuscrit n’obtien (...)
  • 26 Robert C. Post, “Censorship and Silencing”, in Robert C. Post (dir.), Censorship and Silencing. Pra (...)

12On parle de new censorship pour caractériser un certain nombre d’approches nouvelles de la notion de censure, dont la définition est élargie aux processus de régulation sociale23, mais il faut veiller à ne pas diluer le concept lui-même, comme le souligne Beate Müller24, qui propose de circonscrire la définition du terme à une situation où un tiers en position d’autorité intervient entre l’émetteur d’un message (l’auteur) et son destinataire (le lecteur) en empêchant ce message d’être reçu, alors qu’il a été conçu pour une diffusion publique25. Comme le souligne Robert C. Post, c’est dans la lignée de Foucault qu’ont émergé ces nouvelles perspectives, où la censure apparaît moins comme un élément normatif que comme un élément constitutif du tissu social, et, de là, de l’individu26. Ce qui se révèle dans ces perspectives, c’est, d’une part, la nécessité d’une historicisation rigoureuse des études critiques sur la censure, permettant d’avoir conscience du statut de l’image et de l’écrit en tant qu’objet – épistémologique, social, juridique– et, d’autre part, la prise en compte du lien étroit entre sphère publique et sphère privée, ainsi que de l’histoire de la constitution du sujet, tant sur le plan collectif qu’individuel.

  • 27 C. Clegg, Press Censorship in Jacobean England, op. cit., 9.

13C’est au fur et à mesure qu’émerge la figure de l’auteur, et, de là, celles du lecteur ou du spectateur, pour dessiner un système qui entre en concurrence avec le schéma organique du corps social qui continue de prévaloir dans le discours et les pratiques de régulation et de contrôle de la parole, que l’on voit se mettre véritablement en place une dialectique entre production et régulation, entre création et réception. Ce changement est manifeste au XVIIe siècle en Angleterre à la fois dans le déclin de la figure du monarque, et dans l’émergence de la figure de l’auteur, qui culmine dans la loi de 1709 sur le droit d’auteur (Copyright Act) 27.

14C’est ce moment, où la censure cesse d’être uniquement une contrainte extérieure à l’œuvre pour devenir, dans une certaine mesure, l’un des instruments de sa poétique, qui constitue l’essence du renouveau des perspectives critiques sur le phénomène de la censure dans les arts.

Censure et processus de création

  • 28 Anthony Neilson, The Censor, Londres : Methuen, 1997. [« CENSEUR : Ce que je veux juste dire, c’est (...)

Censor: I’m just saying that… censorship isn’t necessarily such… a bad thing. Without censorship, there’d be no allegory, no metaphor, no restraint– 28.

  • 29 Annabel Patterson, Censorship and Interpretation. The Conditions of Writing and Reading in Early Mo (...)
  • 30 Jacques Domenech parle « d’effets paradoxaux de la censure » pour désigner le même phénomène : Jacq (...)
  • 31 Patterson 1984, op. cit., 24-28.
  • 32 Voir Catherine Viollet, « Effets de censure : la littérature a ses limites », in Catherine Viollet (...)

15L’impulsion donnée par Annabel Patterson aux études de la censure dans l’Angleterre élisabéthaine et jacobéenne va dans le sens d’une prise en compte de la fonction créatrice potentielle de l’activité de censure. En postulant l’existence d’une dialectique potentiellement féconde entre censure et création littéraire à l’aube de la modernité, Patterson a renversé la perspective purement répressive pour faire de la censure l’une des sources de notre conception contemporaine de la littérature29. La contrainte exercée par la censure rend nécessaire le recours à l’ambiguïté, l’interdit pesant sur la mention directe de certains thèmes obligeant l’auteur à recourir à des stratégies de contournement, en pleine connivence avec le lecteur averti. Une « herméneutique de la censure » s’établit ainsi, en vertu de laquelle l’œuvre littéraire est caractérisée par sa dualité sous-jacente, son sujet affiché recelant un sujet véritable, déguisé sous les apparences inoffensives d’une fable, et souvent intimement lié aux circonstances de sa création, à son contexte immédiat30. Comme le souligne Patterson, cette démarche n’est pas réductible à celle définie par Leo Strauss dans Persecution and the Art of Writing et à sa différenciation entre textes ésotériques et textes exotériques31 : Strauss ne s’intéresse qu’aux textes philosophiques, pour y décrypter un second niveau de lecture réservé à une petite minorité de lecteurs éclairés. L’ensemble des moyens rhétoriques du texte est alors exclusivement au service de cette stratégie d’encodage. Or un texte littéraire, qu’il s’agisse d’un texte narratif ou d’un texte théâtral, répond à des visées esthétiques et poétiques bien plus larges : il n’est pas exclusivement au service de la propagation d’un message, bien que cette dimension ne lui soit pas non plus nécessairement étrangère. Avant tout, il est texte littéraire, c’est-à-dire œuvre, et dans sa réception et son analyse, génétique textuelle et histoire de la censure peuvent s’éclairer mutuellement, en faisant dialoguer les deux approches, pour permettre de mesurer l’impact de l’interdit sur les stratégies esthétiques d’un auteur, sur un corpus textuel plus large que celui des seuls XVIe et XVIIe siècles envisagés par Patterson32.

  • 33 Michael Holquist, “Corrupt Originals: the Paradox of Censorship”, PMLA, vol. 109, n° 1, janvier 199 (...)

16Michael Holquist a décrit la manière dont la censure est un facteur de création, dans la mesure où elle engendre des œuvres fonctionnant en partie sur le mode de la parabole, où le lecteur doit reconstruire, par une série d’interprétations qu’il est appelé à effectuer, les blancs ou les trous du texte. En attirant l’attention sur ce qu’elle exclut, la censure fonctionne en quelque sorte sur le mode de la litote, et les censeurs transforment tout ce qu’ils touchent en palimpseste33. La question de la pluralité des lectures possibles du texte littéraire se pose alors de manière particulièrement vive : la réception du texte sera différente selon la connaissance qu’a le lecteur de l’existence de la censure à l’époque de la production du texte. Cependant, le texte n’étant pas un texte ésotérique, mais un texte littéraire, sa lecture demeure possible même en l’absence de connaissance de ces données.

  • 34 Butler, art. cit., “[…] uncensoring a text is necessary incomplete”, 248; “censoring a text is nece (...)

17Judith Butler a souligné, quant à elle, que deux constats s’imposent au chercheur : premièrement, la non-censure d’un texte est un phénomène nécessairement incomplet – parce que le processus de sélection indissociable de la production d’un texte constitue un phénomène de censure qui travaille à faire de ce texte un texte lisible – et deuxièmement, la censure d’un texte est nécessairement aussi un phénomène incomplet, dans le sens où il échappe toujours quelque chose à la censure car la polysémie inhérente au langage ne permet jamais d’éradiquer complètement l’objet à censurer34. L’acte de langage est conditionné par (c’est-à-dire censuré ou limité par) des facteurs inhérents à la langue elle-même, et par des facteurs contingents. L’analyse de la censure se doit donc de prendre la mesure de l’interaction entre ces deux types de facteurs, afin de ne pas risquer de dénaturer la dimension esthétique du texte : si la censure se réduit à l’éradication d’un certain nombre d’éléments dans l’œuvre d’art, l’œuvre, elle, ne saurait être réduite à la manière dont elle prend en compte l’interdit et tente de le contourner.

  • 35 Ce numéro de la Revue LISA/LISA e-journal réunit une partie des textes présentés lors du colloque i (...)

18Le présent volume35 entend explorer les paradoxes créatifs engendrés par la censure et plus spécifiquement les stratégies d’écriture et de réécriture qu’un certain nombre d’écrivains, de dramaturges ou de cinéastes anglophones ont adoptées face à la censure. La première partie se concentre sur la poétique de la censure dans le roman, où sexualité et érotisme sont l’enjeu d’une tension entre répression et expression qui résulte tout autant d’une censure exogène que d’une auto-censure dans le cas de Thomas Hardy ou de James Joyce, et où se reflètent les tensions dialectiques à l’œuvre dans la conception culturelle de l’interdit.

19Maurice Couturier se concentre sur la censure morale, le roman moderne constituant ce qu’il qualifie de « laboratoire du désir ». Avec l’avènement de la subjectivité moderne et de la figure de l’auteur, le roman traite non plus des forces de cohésion du groupe mais des forces pulsionnelles individuelles, à l’origine de la complexification des stratégies narratives à l’œuvre dans le roman. La censure est alors définie comme la relation dialectique qui s’établit entre les différents protagonistes de la production et de la circulation d’un texte, à savoir, auteur, éditeur, censeur et lecteur, chacun prenant tour à tour le rôle d’exégète des désirs de l’autre.

20Thierry Goater invite à relativiser le rôle répressif de la censure exercée par la société Victorienne. Alors que Thomas Hardy s’est plaint sans cesse de n’avoir pas pu dépeindre la vie en tant que « phénomène physiologique », et en particulier les rapports entre les sexes, Thierry Goater montre également, à partir de Tess of the d’Urbervilles, que les compromis et les stratégies de contournements d’écriture ont paradoxalement engendré un discours sur la sexualité qui l’exprime davantage qu’il ne la réprime. Le recours nécessaire à la métaphore pour représenter le désir sexuel participe d’une inflation textuelle où ambiguïtés et discontinuités sont révélatrices du processus de création littéraire.

21Chez James Joyce, ce processus ne s’opère plus seulement au niveau du récit, bien qu’il touche au plus tabou des interdits, mais touche le langage lui-même. La psychanalyse, notamment lacanienne, affirme que la censure ne s’opère pas tant au niveau d’une instance psychique que du langage lui-même. À l’instar des mécanismes de figurabilité et de déplacement mis en évidence par Freud dans le rêve, la censure devient ainsi une source de créativité langagière. Stéphane Jousni montre qu’après les multiples difficultés que Joyce a connues avec la censure éditoriale et institutionnelle lors de la publication de Dubliners et de Ulysses, son Finnegans Wake, parce réputé illisible, échappe à celle-ci, alors que la dimension d’auto-censure y est présente. Le prétexte narratif du Wake est le tabou de l’inceste, présent dans l’œuvre sous forme d’une lettre dont le contenu, constamment évoqué, n’est jamais explicité. Essentielle au récit, cette lettre est également dotée d’une dimension méta-fictionnelle qui reflète les choix d’écriture de l’ensemble du texte. Outre la question de l’origine, qui renvoie à la figure de l’auteur, la lettre explicite les stratégies d’écriture que Joyce adopte en multipliant les figures de contournement: paronomases, anagrammes et jeux de mots disséminent les sens cachés et participent d’un babélisme révélateur d’une auto-censure parodique.

22L’interdit étant une transgression de la Loi divine, Claude Le Fustec se penche sur le lien entre censure et Loi. À travers trois romans, choisis pour leur statut canonique dans la littérature nord-américaine, The Scarlet Letter (1850), East of Eden (1952) et Sula (1973), elle explore l’évolution de la figure de Caïn, figure du transgresseur par excellence. En tant que révélateur des liens entre censure morale et Loi divine dans une société marquée par son héritage puritain, le personnage de Caïn et sa marque infâmante cristallise la transgression ultime. Au fur et à mesure que la figure du Censeur déchoit de son statut transcendantal, les représentations littéraires du personnage de Caïn, davantage qu’une simple inversion axiologique, révèlent une complexification de l’alternative morale, où non seulement la loi est intériorisée, mais où la part d’ombre que représente Caïn est nécessaire à la constitution de l’être lui-même tel que la modernité le définit.

23Le cas de la censure au théâtre constitue l’objet de la deuxième partie de ce volume. Le théâtre élisabéthain est marqué par la montée en puissance de l’autorité royale de censure à travers les interventions du Master of the Revels. L’une des certitudes dont on dispose concerne l’interdit pesant sur les scènes de rébellion populaire, jugées dangereuses pour le maintien de l’ordre. Il est donc surprenant de constater que certaines pièces, au premier rang desquelles la seconde partie du Henri VI de Shakespeare, nous sont parvenues intactes, sans intervention du censeur, alors même qu’elles montrent des scènes de sédition. En analysant l’ambivalence de ces scènes et en particulier de la figure de Jack Cade au sujet de laquelle la critique est fortement divisée, l’article de Delphine Lemonnier-Texier propose de prendre en compte la nature de la censure, exercée sur le seul texte, afin d’expliquer ces ambivalences par une tension induite par Shakespeare entre énoncés et énonciation, qui lui permet, en ayant recours aux outils du plateau, de contourner la censure, et de créer en Cade un personnage volontairement ambivalent, première figure de héros populaire.

24Anne Etienne retrace l’histoire de la censure au théâtre en Angleterre aux XIXe et XXe siècles, en montrant l’établissement d’un écart entre le discours officiel des censeurs et leurs pratiques, dans une perspective d’histoire culturelle. Elle se penche également sur les interactions et les tentatives de dialogue entre auteurs et autorité de censure tout au long du XXe siècle jusqu’à l’abolition de la censure officielle en 1968, qui n’a cependant pas mis un terme à la censure, mais laissé place à d’autres formes, peut-être plus insidieuses car moins visibles, car il s’agit cette fois d’une auto-censure exercée par les directeurs artistiques pour des raisons commerciales, ou bien d’une censure liée à l’attribution de subventions de la part du gouvernement dans le cadre d’une politique culturelle fortement teintée d’idéologie, avec le gouvernement Blair et sa volonté de faire du théâtre la vitrine d’une société britannique pluriculturelle, à partir de 2001, suscitant en retour chez les artistes la revendication de la liberté de choquer, tout autant que de la liberté d’expression.

25Gwenola Le Bastard s’intéresse à la censure du théâtre américain dans les années 1920 et à la manière dont Eugene O’Neill a transgressé l’interdit en écrivant deux pièces « noires », c’est-à-dire écrite avec un rôle principal joué par un acteur afro-américain, et non pas un blanc grimé. Ces deux pièces soulèvent des questions associées aux phénomènes de censure et de résistance tant du point de vue de l’écriture que de celui de la production et de la réception, et peuvent être lues comme une tentative visant à repousser les limites de la scène américaine sur les plans à la fois textuel, scénique, et social.

26Xavier Lemoine a analysé la réception de deux pièces récentes de Terrence McNally pour montrer que la censure est toujours au cœur de la démocratie américaine. La pluralité des réactions de type censorial à ces deux pièces est très révélatrice des tensions qui parcourent la société américaine, et les conflits entre les différents types de discours dans la sphère publique. Visant à étouffer ce qu’elle perçoit comme le message de l’œuvre, la censure est également un creuset générant un discours proliférant sur cette œuvre. À travers les réactions à ces deux pièces et les discours engendrés par la censure dont elles ont fait l’objet, on prend la mesure de la spécificité d’un contexte artistique ancré dans une société régie par la notion de liberté de parole.

27Enfin, c’est la censure à l’écran à laquelle est consacrée la troisième partie de ce volume. Deux études de cas sont proposées ici concernant la manière dont des cinéastes ont dû composer (leurs scénarios et leurs plans) avec la censure.

28La première étude est devenue un cas célèbre de censure exercée par la chaine de télévision britannique BBC. Alors qu’il est déjà annoncé dans les programmes, le film Scum (1977) d’Alan Clarke est finalement censuré, jugé certainement trop polémique par le Home Office, du fait qu’il se situe dans un « borstal », nom donné aux institutions pour jeunes délinquants. Nicole Cloarec interroge dans un premier temps les raisons inavouées qui ont pu conduire à cette interdiction puis procède à l’étude comparative de cette première version avec la version pour grand écran que Clarke réalise deux ans plus tard en réponse à cet acte de censure.

29Jean-François Baillon propose d’explorer le cinéma du cinéaste canadien d’origine arménienne Atom Egoyan sous l’angle de la censure en tant que thème et figure centrale représentatif d’un cinéma de la diaspora. Les métaphores de la censure, notamment celles de la traversée illicite des frontières, y sont récurrentes, exprimant indirectement le refoulé des personnages, qu’il soit lié à des désirs inconscients ou à un traumatisme national. Egoyan met en scène ces identités clivées au sein d’un dispositif cinématographique éminemment réflexif où les métaphores de la censure servent en fin de compte la tension créative qui caractérise ses films.

Haut de page

Bibliographie

BROWN Wendy, “Freedom’s Silences”, in Robert C. Post (dir.), Censorship and Silencing. Practices of Cultural Regulation, Los Angeles: Getty Research Institute Publications, 1998, 313-327.

BUTLER Judith, “Ruled Out: Vocabularies of the Censor”, in Robert C. Post (dir.), Censorship and Silencing. Practices of Cultural Regulation, Los Angeles : Getty Research Institute Publications, 1998, 247-260.

CLEGG Cyndia Susan, Press Censorship in Elizabethan England, Cambridge: Cambridge UP, 1997;

____________, Press Censorship in Jacobean England, Cambridge: Cambridge UP, 2001.

CUMMINGS Brian, “Iconoclasm and Bibliophobia” in Images, Idolatry and Iconoclasm in Late Medieval England, Oxford : Oxford UP, 2002, 185-206.

DOMENECH Jacques, « Censure, autocensure et art d’écrire, de l’Antiquité à nos jours », in J. Domenech et P. Adamy (dir.), Censure, autocensure et art d’écrire, Bruxelles : Complexe, 2005, 11-26.

FOUCAULT Michel, Dits et écrits, I, 1954-1975, vol. IV, Paris : Gallimard, 1994, 231. Paris : Gallimard, 2001, 222-243.

FRESHWATER Helen, “Towards a Redefinition of Censorship”, in B. MÜller (dir.), Censorship and Cultural Regulation in the Modern Age, Critical Studies n° 22, Amsterdam : Rodopi, 2004, 225-246.

Harris Jonathan Gil, Foreign Bodies and the Body Politic. Discourses of Social Pathology in Early Modern England, Cambridge : Cambridge UP, 1998.

HOLQUISt Michael, “Corrupt Originals: the Paradox of Censorship”, PMLA, vol. 109, n° 1, janvier 1994 : 14-25.

Mazzio Carla, “Sins of the Tongue in Early Modern England”, Modern Language Studies, vol. 28 n° 3/4, automne 1998 : 93-124.

MILTON John, Aeropagitica. <http://www.dartmouth.edu/~milton/

reading_room/areopagitica/>, consulté le 20 mars 2012.

____________, Aeropagitica, traduit par Olivier Lutaud, Paris : Aubier-Flammarion, 1969.

MÜLLER Beate, “Censorship and Cultural Regulation : Mapping the Territory”, in Censorship and Cultural Regulation in the Modern Age, Amsterdam : Rodopi, 2004, 1-32.

NEILSON Anthony, The Censor, Londres : Methuen, 1997.

PATTERSON Annabel, Censorship and Interpretation. The Conditions of Writing and Reading in Early Modern Europe, Madison : The University of Wisconsin Press, 1984, 1990.

Post Robert C., “Censorship and Silencing”, in Censorship and Silencing. Practices of Cultural Regulation, Los Angeles: Getty Research Institute Publications, 1998, 1-16.

RAYNAUD Claudine, « Censure éditoriale et autocensure dans l’autobiographie de Zora Neale Hurston », Cycnos, vol. 9, La Censure aux États-Unis, 1992, mis en ligne juin 2008. <http://revel.unice.fr/cycnos/

document.html?id=1274>, consulté le 20 mars 2012.

SIMPSON James, Under the Hammer. Iconoclasm in the Anglo-American Tradition, Oxford : Oxford UP, 2010.

STANBURY Sarah, “The Vivacity of Images: St Katherine, Knighton’s Lollards, and the Breaking of Idols”, in Jeremy Dimmick, James Simpson et Nicolette Zeeman (dir.), Images, Idolatry and Iconoclasm in Late Medieval England. Textuality and the Visual Image, Oxford : Oxford UP, 2002, 131-150.

SHUGER Debora, Censorship and Cultural Sensibility. The Regulation of Language in Tudor-Stuart England, Philadelphia: U of Pennsylvania P, 2006.

VIOLLET Catherine, « Effets de censure : la littérature a ses limites », in Viollet Catherine et Claire Bustaret (dir.), Genèse, censure, autocensure, Paris : CNRS, Textes et manuscrits, 2005, 7-15.

WANDEL Lee Palmer, Voracious Idols and Violent Hands. Iconoclasm in Reformation, Zurich, Strasbourg and Basel, Cambridge : Cambridge UP, 1994.

ZARKA Yves-Charles, « Foucault et l’idée d’une histoire de la subjectivité : le moment moderne », Archives de la philosophie, n° 2, vol. 65, 2002 : 255-267.

Haut de page

Notes

1 The concept “cultural etymology” is borrowed from James Simpson in Under the Hammer. Iconoclasm in the Anglo-American Tradition, Oxford: Oxford UP, 2010, 49: “I engage in what I have called ‘cultural etymology’, looking for recognitions between present and past obscured by the passage of time and the urgency of the present”.

2 Yves-Charles Zarka, « Foucault et l’idée d’une histoire de la subjectivité : le moment moderne », Archives de la philosophie, , n° 2, vol. 65, 2002 : 255-267.

3 Michel Foucault, Dits et écrits, I, 1954-1975, Paris : Gallimard, 2001, 1625 : « Car, si le pouvoir n’avait pour fonction que de réprimer, s’il ne travaillait que sur le mode de la censure, de l’exclusion, du barrage, du refoulement, à la manière d’un gros sur-moi, s’il ne s’exerçait que d’une façon négative, il serait très fragile. S’il est fort, c’est qu’il produit des effets positifs au niveau du désir — cela commence à se savoir – et aussi au niveau du savoir. »

4 Ibidem, § 21. Judith Butler effectue une analyse voisine en soulignant l’impact de la définition de pouvoir et de sujet dans “Ruled Out : Vocabularies of the Censor”, in Robert C. Post (dir.), Censorship and Silencing. Practices of Cultural Regulation, Los Angeles : Getty Research Institute Publications, 1998, 247-249.

5 Foucault définit, dans « Le Sujet et le pouvoir », l’État moderne comme une combinaison complexe de techniques d’individualisation et de procédures totalisatrices, en raison du fait qu’il a intégré la technique du pouvoir pastoral en l’étendant à l’ensemble du corps social. Dits et écrits, vol. IV, Paris : Gallimard, 1994, 231.

6 L’expression est empruntée à Carla Mazzio dans “Sins of the Tongue in Early Modern England”, Modern Language Studies, vol. 28 n° 3/4, automne 1998 : 93-124.

7 Jonathan Gil Harris, Foreign Bodies and the Body Politic. Discourses of Social Pathology in Early Modern England, Cambridge : Cambridge UP, 1998.

8 Voir J. Simpson, op. cit., 57-60.

9 Ibidem, 48-59, et Sarah Stanbury, “The Vivacity of Images: St Katherine, Knighton’s Lollards, and the Breaking of Idols”, in Jeremy Dimmick, James Simpson et Nicolette Zeeman (dir.), Images, Idolatry and Iconoclasm in Late Medieval England. Textuality and the Visual Image, Oxford : Oxford UP, 2002, 131-150.

10 Voir, par exemple, Lee Palmer Wandel, Voracious Idols and Violent Hands. Iconoclasm in Reformation, Zurich, Strasbourg and Basel, Cambridge : Cambridge UP, 1994.

11 Voir J. Simpson, op. cit., 67-68.

12 Brian Cummings, “Iconoclasm and Bibliophobia”, in Images, Idolatry and Iconoclasm in Late Medieval England, Oxford : Oxford UP, 2002, 199. Les Lollards justifient l’iconoclasme par la pratique existante de l’autodafé. Le terme de bibliolâtrie est à entendre ici dans sa double acception : adoration des livres en général, et attachement servile au texte de la Bible. L’idolâtrie du livre reprend les mêmes systèmes métaphoriques que l’idolâtrie de l’image : attributions de caractéristiques humaines à l’objet, décrit comme doué d’une forme de « vie ».

13 Ibidem, 204-205.

14 John Milton, Aeropagitica, en ligne. <http://www.dartmouth.edu/~milton/reading_room/
areopagitica/>, consulté le 20 mars 2012. [« Les livres ne sont point choses absolument mortes : en eux est une puissance de vie aussi prolifique que le fut l’âme dont ils sont issus ; que-dis-je, ils conservent comme en un flacon l’extrait le plus pur et toute l’efficace de cette intelligence vivante qui leur donna naissance. Je les sais aussi vifs, aussi puissamment féconds que les dents du Dragon de la fable : avec un champ ainsi tout ensemencé peut-être en jailliront des guerriers en armes ». Pour la liberté de la presse sans autorisation ni censure. Areopagitica, traduit par Olivier Lutaud, Paris : Aubier-Flammarion, 1969, 141.]

15 Debora Shuger, Censorship and Cultural Sensibility. The Regulation of Language in Tudor-Stuart England, Philadelphia : U of Pennsylvania P, 2006, en particulier 56-77.

16 Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir », in Dits et écrits, op. cit., 229.

17 Ibidem, 231.

18 Idem.

19 Cyndia Susan Clegg, Press Censorship in Elizabethan England, Cambridge : Cambridge UP, 1997 et Press Censorship in Jacobean England, Cambridge : Cambridge UP, 2001.

20 Ibidem, 19.

21 D. Shuger, op. cit., 1-4. Le texte de Milton est écrit en réaction au Licensing Order de 1643 qui se propose d’instaurer une censure a priori sous contrôle du Parlement.

22 Ibidem, 5.

23 Voir Helen Freshwater, “Towards a Redefinition of Censorship”, in B. Müller (dir.), Censorship and Cultural Regulation in the Modern Age, Critical Studies n° 22, Amsterdam : Rodopi, 2004, 225-246.

24 Beate Müller, “Censorship and Cultural Regulation: Mapping the Territory”, in B. Muller (dir.), Censorship and Cultural Regulation in the Modern Age, op. cit., 10 : “One has to be careful not to over-employ the term ‘censorship’ because this would in many cases obscure rather than illumine history”.

25 Ibidem, 11. Müller envisage le cas de figure d’un auteur dans l’ex-RDA, dont le manuscrit n’obtient pas l’autorisation officielle du gouvernement nécessaire à sa publication. Cette définition permet de différencier la situation de censure de celle où le refus est exercé par des pairs (dans le cas d’une publication universitaire rejetée par le comité de lecture d’une revue), et où on parlera alors, avec Bourdieu, d’auto-régulation. Son troisième exemple, celui d’un enfant que l’autorité de ses parents contraint au silence, n’entre pas non plus dans la catégorie de la censure puisque son discours est dirigé vers la sphère privée et non publique.

26 Robert C. Post, “Censorship and Silencing”, in Robert C. Post (dir.), Censorship and Silencing. Practices of Cultural Regulation, op. cit., 2-3.

27 C. Clegg, Press Censorship in Jacobean England, op. cit., 9.

28 Anthony Neilson, The Censor, Londres : Methuen, 1997. [« CENSEUR : Ce que je veux juste dire, c’est … que la censure n’est pas nécessairement … une si mauvaise chose. Sans la censure, il n’y aurait pas d’allégorie, ni de métaphore, ni de retenue —» (ma traduction)].

29 Annabel Patterson, Censorship and Interpretation. The Conditions of Writing and Reading in Early Modern Europe, Madison : The University of Wisconsin Press, 1984, introduction (rédigée en 1990), 4.

30 Jacques Domenech parle « d’effets paradoxaux de la censure » pour désigner le même phénomène : Jacques Domenech, « Censure, autocensure et art d’écrire, de l’Antiquité à nos jours », in J. Domenech et P. Adamy (dir.), Censure, autocensure et art d’écrire, Bruxelles : Complexe, 2005, 11-26, 12-13.

31 Patterson 1984, op. cit., 24-28.

32 Voir Catherine Viollet, « Effets de censure : la littérature a ses limites », in Catherine Viollet et Claire Bustaret (dir.), Genèse, censure, autocensure, Paris : CNRS, Textes et manuscrits, 2005, 7-9. Les études rassemblées dans ce volume concernent des auteurs francophones. Dans l’aire anglophone, voir Claudine Raynaud, « Censure éditoriale et autocensure dans l’autobiographie de Zora Neale Hurston », Cycnos, vol. 9, La Censure aux états-Unis, 1992, mis en ligne juin 2008. < http://revel.unice.fr/cycnos/document.html?id=1274 >, consulté le 20 mars 2012.

33 Michael Holquist, “Corrupt Originals: the Paradox of Censorship”, PMLA, vol. 109, n° 1, janvier 1994 : 14-15. On peut également prendre en compte l’analyse que fait Wendy Brown des silences et de leur valeur potentiellement libératrice et protectrice par rapport à un discours qui circonscrit et enferme: Wendy Brown, “Freedom’s Silences”, in Robert C. Post (dir.), Censorship and Silencing. Practices of Cultural Regulation, op. cit., 313-327.

34 Butler, art. cit., “[…] uncensoring a text is necessary incomplete”, 248; “censoring a text is necessarily incomplete ”, 249.

35 Ce numéro de la Revue LISA/LISA e-journal réunit une partie des textes présentés lors du colloque international Censorship and Discourse in English-Speaking Countries (16th - 21st Centuries) qui s’est déroulé à l’Université Rennes 2 les 27-28 mai 2010. Ce colloque était organisé par l’équipe Anglophonie : Communautés, Ecritures (EA 1796) dans la continuité de ses travaux sur les « discours et représentations » dans l’aire anglophone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Lemonnier-Texier, « Éléments pour une étymologie culturelle de la censure dans l’aire anglophone, du XVIe au XXIe siècle », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. XI - n°3 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lisa/5426

Haut de page

Auteur

Delphine Lemonnier-Texier

Delphine Lemonnier-Texier is a senior lecturer in Shakespearean and drama studies at Rennes 2 University. She has written a number of articles on Shakespeare’s plays as well as on the plays of Samuel Beckett. She is currently working on the notion of character in Shakespearean drama and on contemporary stage adaptations of Shakespearean plays.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals