Navigation – Plan du site
Du pittoresque à la psychogéographie photographique

Marguerite Mespoulet et Madeleine Mignon en Irlande pour les Archives de la Planète : influences hors champ

Marguerite Mespoulet and Madeleine Mignon’s Mission to Ireland for The Archives of the Planet: Out Of Frame Influences
Karine Bigand

Résumés

Les 73 autochromes pris en mai et juin 1913 par Mesdemoiselles Mespoulet et Mignon furent les premières photographies en couleur de l’Irlande. Y figurent des représentations de l’habitat, des costumes et des paysages de tourbières de l’Ouest, des descriptions des activités traditionnelles, ainsi que des grands monuments celtiques et monastiques irlandais. Toutefois, loin d’être un album de vacances ou un reportage touristique, le « Carnet d’Irlande » rapporté par les deux voyageuses s’inscrit dans un projet idéologique et scientifique précis, conçu et financé par le banquier et mécène Albert Kahn. Le projet des « Archives de la Planète », initié en 1912, consistait en « une sorte d’inventaire photographique de la surface du globe, occupée et aménagée par l’homme, telle qu’elle se présente au début du XXe siècle …». Le voyage en Irlande fut l’une des premières missions du projet et fut effectué par deux voyageuses confirmées et intellectuelles accomplies, Marguerite Mespoulet et Madeleine Mignon. Cet article analyse comment et dans quelle mesure le regard qu’elles portent sur l’Irlande en transition du début du XXe siècle s’accommode des contraintes techniques, idéologiques et méthodologiques qui leur étaient imposées.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 On a notamment recensé les expositions suivantes dans les dix dernières années : au Musée (...)

1La série de 73 autochromes pris en mai et juin 1913 par Marguerite Mespoulet et Madeleine Mignon a connu un succès répété ces dernières années, avec plusieurs expositions organisées en France et en Irlande2. Ce sont les premières photographies en couleur de l’Irlande. Y figurent des représentations de l’habitat, des costumes et des paysages, des descriptions des activités traditionnelles, ainsi que des grands monuments celtiques et monastiques irlandais. Ce sont des documents remarquables et émouvants, à la fois par ces couleurs éclatantes qui leur ôtent la distance qu’ont parfois les clichés en noir et blanc et par les scènes et sujets représentés, témoins d’un monde disparu.

2À première vue, ces photographies relèvent beaucoup de la représentation « romantique » de l’Irlande rurale éternelle (paysages bucoliques, vieilles pierres, couleurs douces). Elles peuvent même sembler incongrues et à contre-courant de l’histoire si l’on considère le moment où elles ont été prises : 1913, année d’effervescence sociale et politique en Irlande (lock-out de Dublin, débat sur le Home Rule). Toutefois, comme nous allons le voir, l’intention de la mission des deux photographes n’était pas de produire un simple album de vacances ou un reportage touristique. Ce n’était pas un voyage d’agrément mais bien une mission, à la fois idéologique et scientifique, pour le compte du banquier Albert Kahn, grand mécène philanthrope, pacifiste et universaliste. Le regard porté ici sur l’Irlande n’est donc pas toujours aussi candide qu’il y paraît.

3Nous allons présenter ici la place singulière occupée par les deux femmes dans les projets et réseaux d’A. Kahn. Nous exposerons ensuite les principes scientifiques et philosophiques de leur mission, ainsi que les raisons possibles du choix de l’Irlande comme destination. Enfin, nous verrons dans quelle mesure ces diverses influences ou contraintes technologiques, idéologiques et scientifiques ont formé leur regard sur l’Irlande de 1913.

Marguerite Mespoulet et Madeleine Mignon dans les réseaux d’Albert Kahn

  • 3 Tristan Lecoq et Annick Lederlé, Le Centre international d’études pédagogiques à Sèvres. Un (...)

4M. Mespoulet (1880-1965) et M. Mignon (1882-1976) avaient respectivement 33 et 31 ans lorsqu’elles voyagèrent en Irlande en mai et juin 1913. La première était professeur agrégée d’anglais, la seconde, ancienne élève de l’ENS de Sèvre3, était professeur agrégée de mathématiques. Les documents qui les désignaient pour aller photographier l’Irlande ne semblent pas avoir survécu, mais cette décision se justifie aisément par leur présence durable et assidue au sein des réseaux du banquier A. Kahn (1860-1940). Ce dernier, juif alsacien ayant choisi la France après 1870, avait construit une partie de sa fortune dans le commerce de diamants en Afrique du Sud. Il fut à l’origine, de 1898 jusqu’à sa ruine en 1931, de nombreux projets visant à promouvoir la compréhension et le rapprochement entre les peuples, ce qu’on appellerait aujourd’hui les « échanges interculturels ». Trois projets sont à noter, auxquels M. Mespoulet et M. Mignon furent associées.

  • 4 Citation issue des Instructions générales rédigées sur l’inspiration de M. Albert K (...)
  • 5 D’autres programmes de bourses sous le mécénat d’A. Kahn furent lancés au Japon (19 (...)

5Le premier projet est celui des Bourses autour du Monde, lancé en 1898. Piloté par l’académie de Paris – A. Kahn resta donateur anonyme jusqu’en 1905 environ – ce projet s’adressait aux agrégés de l’Université, à qui étaient proposées des bourses de voyage de quinze à dix-huit mois. L’esprit du projet était simple : les voyages forment la jeunesse, qui est l’avenir de la nation. A. Kahn, lui-même grand voyageur, souhaitait permettre aux élites intellectuelles, futurs formateurs de la nation, de découvrir le monde, d’en comprendre les dimensions universelles et de les transmettre aux jeunes générations, dans un esprit de paix et de tolérance. Il s’agissait de compléter les savoirs livresques de ces agrégés par une expérience concrète du monde. Les lauréats devaient se sentir engagés dans une mission « patriotique et humanitaire », d’après les notes qui leur étaient distribuées avant le départ. Celles-ci précisaient : « Pour entrer en communication sympathique avec les idées, les sentiments, la vie enfin des différents peuples, à qui s’adresser, sinon à des jeunes gens choisis dans l’élite intellectuelle et morale de la nation, pas assez âgés pour avoir des idées préconçues, assez mûrs d’esprit cependant pour savoir regarder et comprendre ?4». Il était également prévu, à leur retour de voyage, que les boursiers français et étrangers présentent un rapport sur ce qu’ils avaient vu et se rencontrent, afin de comparer leurs expériences et impressions5.

  • 6 Jeanne Beausoleil et Pascal Ory (dir.), Albert Kahn, 1860-1940 : réalités d’une uto (...)

6Initialement réservé aux agrégés hommes, le programme des Bourses autour du Monde fut ouvert aux femmes en 1905. Entre trois et cinq boursiers étaient sélectionnés chaque année. Parmi eux, M. Mespoulet en 1905 et M. Mignon en 1911. La consigne qui prévoyait que les femmes voyageraient en Europe seulement ne fut aucunement respectée, et ce dès le début, puisqu’une lettre concernant M. Mespoulet signale qu’elle avait l’intention de se rendre au Japon et en Russie et de rentrer par le Transsibérien6. M. Mignon voyagea quant à elle, grâce à sa bourse, dans le Bassin méditerranéen et aux Etats-Unis.

  • 7 Statuts de la Société Autour du Monde, Archives du Musée Albert Kahn, 7.
  • 8 Département des Hauts-de-Seine/Centre Culturel de Boulogne-Billancourt, Au-delà d’un (...)

7Si le programme Bourses autour du Monde donna certainement à M. Mespoulet et M. Mignon le goût des voyages, le second projet dans lequel elles furent impliquées leur assura une plus grande visibilité dans le réseau d’A. Kahn. Il s’agit de la Société autour du Monde, créée en 1906 et dont l’objectif, selon ses statuts, était « de travailler à répandre, en France, la connaissance exacte des pays étrangers, à l’étranger celle de la France, à faire comprendre et estimer tout ce qu’on peut appeler la civilisation internationale »7. Cette association rassemblait à la fois les boursiers et des personnalités, membres de l’intelligentsia, habitués des voyages et intéressés par les questions internationales. Elle fournissait un cadre formel et un lieu concret de rencontres, sous la forme d’une maison dans le parc du jardin d’A. Kahn à Boulogne-Billancourt, pour les échanges et débats suscités par les voyages des boursiers et les développements politiques à travers le monde8. Les boursiers avaient accès à la maison et à sa bibliothèque, s’y réunissaient pour des dîners en l’honneur d’invités prestigieux (universitaires, écrivains, artistes, diplomates), pouvaient également y résider avec leurs conjoints et famille.

8Malheureusement, le Bulletin de la Société autour du Monde ne paraît qu’à partir de 1914. M. Mespoulet et M. Mignon y apparaissent comme des membres actifs, étant présentes aux réunions de bureau et aux dîners (en particulier M. Mignon), ce au moins jusqu’en 1921. Les échanges des premières années sont peu documentés, mais on peut imaginer que les deux jeunes femmes s’impliquèrent dans la vie de la Société à leur retour de voyage. La variété des activités du cercle de la Société autour du Monde devait être stimulante puisque A. Kahn se lança dans une nouvelle entreprise, complémentaire des projets Autour du Monde.

  • 9 A. Kahn cité dans une lettre d’Emmanuel Jacquin de Margerie à Jean Brunhes, 26 janvier 1912 (...)
  • 10 Ibidem.
  • 11 Jean Brunhes, « La Géographie de l’histoire. Introduction à la seconde année de géo (...)
  • 12 Voir à ce sujet la série documentaire produite par la BBC The Wonderful World of Albert Kah (...)

9Le troisième et dernier projet est celui des Archives de la Planète, lancé en 1909, suite à un tour du monde d’A. Kahn en 1908 au cours duquel son chauffeur prit les premières photographies, illustrant ainsi la diversité culturelle des pays visités (essentiellement Allemagne, Suisse, Lombardie, Japon, Chine, États-Unis). A. Kahn décida d’étendre l’expérience et missionna les tout premiers opérateurs vers la Scandinavie puis l’Afrique du Nord. L’ambition de ce projet encyclopédique était de faire « procéder à une sorte d’inventaire photographique de la surface du globe, occupée et aménagée par l’homme, telle qu’elle se présente au début du vingtième siècle9 ». À cette fin, A. Kahn voulait utiliser les technologies les plus modernes, qui l’enthousiasmaient, dont la photographie couleur grâce à l’autochrome : « la photographie stéréoscopique, les projections, le cinématographe surtout, voilà ce que je voudrais faire fonctionner en grand afin de fixer une fois pour toutes, des aspects, des pratiques et des modes de l’activité humaine dont la disparition fatale n’est plus qu’une question de temps10 » . Toutefois, rapidement, la nécessité d’une caution scientifique et d’un coordinateur se fit jour, en raison de l’envergure du projet. Le choix d’A. Kahn se porta sur le géographe Jean Brunhes, pour qui il finança la première chaire de géographie humaine au Collège de France en 1912. Privilégiant le lien entre la population et son milieu plutôt que la simple description géologique, J. Brunhes s’inscrivait parfaitement dans l’esprit des Bourses autour du Monde quand il écrivait que « faire une vraie étude géographique d’un pays, c’est le voir et le comprendre »11. J. Brunhes fut chargé de recruter les opérateurs, de les former et d’organiser leurs missions. Entre 1910 et 1930, les opérateurs des Archives de la planète accumulèrent 72000 plaques autochromes et 170000 mètres de film, du Tonkin, à la Chine, la Mongolie, l’Egypte, les Balkans, etc.12

Principes et raisons de la mission Mespoulet-Mignon : comment et pourquoi photographier l’Irlande ?

10Pour A. Kahn comme pour J. Brunhes, la photographie était une représentation du réel, qui venait, pour le géographe, compléter une carte ou remplacer des notes sur le terrain. Comme l’écrit la géographe Marie-Claire Robic :

  • 13 Jeanne Beausoleil, Jean Brunhes: autour du Monde. Regards d’un géographe, regards de la géo (...)

La prise photographique est comme la métaphore de l’acte géographique. Jean Brunhes partage cette conception dominante de la photographie qui, à la fin du XIXe siècle, en assume d’abord le réalisme. Il accepterait probablement cette définition mimétique de la photographie d’Hippolyte Taine pour qui « la photographie est l’art qui, sur une surface plane, avec des lignes et des tons, imite avec perfection et sans aucune possibilité d’erreur la forme des objets qu’elle doit reproduire ». La photographie est utilisée par Jean Brunhes comme un miroir du monde, dont le géographe doit saisir ce qui du réel l’intéresse comme scientifique. Elle sera aussi utilisée aux Archives de la Planète comme mémoire du monde.13

11Il s’agissait donc, à partir de ces autochromes, « de voir et de comprendre » le pays photographié. On ne sait pas exactement qui mandata M. Mespoulet et M. Mignon pour partir photographier l’Irlande. De fait, leur mission est en quelque sorte atypique car elles furent les seules boursières Autour du Monde à devenir opératrices pour les Archives de la Planète. Elles n’étaient pas non plus des photographes professionnelles, mais c’est influencées par l’esprit des projets Autour du Monde peut-être davantage que par une conception scientifique de l’acte photographique qu’elles embarquèrent pour l’Irlande, chargées de leur matériel.

  • 14 Catherine Maignant, « Les clichés photographiques en couleurs pris en Irlande pour Monsieur (...)

12Au-delà de la compréhension de la relation entre l’homme et son habitat, l’autre principe du projet était, nous l’avons dit, de fixer sur la pellicule, pour les contemporains et la postérité, des modes de vie menacés par la modernisation industrielle, technique, urbaine de l’époque. Dès lors, comment justifier le choix de l’Irlande comme destination ? Tout comme le détail du mandat donné aux deux jeunes femmes, le choix de l’Irlande n’est pas précisément documenté. On ne peut donc que formuler certaines hypothèses pouvant étayer ce choix. Par exemple, il est très probable que les mandants de la mission voulurent mettre à profit les connaissances linguistiques avancées de M. Mespoulet en anglais. On sait aussi que les récits de voyage ou guides touristiques alors en circulation, y compris certains rédigés par des voyageurs français, présentaient l’Ouest de l’Irlande comme un monde fascinant, fait de légendes et de superstitions mais en voie de disparition14. Toutefois, au- delà de ces lectures et représentations communes de l’Irlande au XIXe siècle qui ne manquèrent pas d’influencer les attentes et les choix des deux photographes durant leur périple, d’autres éléments relient plus précisément l’Irlande aux réseaux d’A. Kahn.

  • 15 Joseph Johnston, Food Production in France in Time of War: Supplementary Report to the Trus (...)
  • 16 Joseph Johnston, « L’idéal coopératif de l’Irlande rurale », Bulletin de la Société autour (...)
  • 17 Voir Roy Johnston, Century of Endeavour: A Father and Son’s Overview of the 20th century, D (...)

13On sait par exemple que ce dernier y séjourna en 1886. C’est donc un pays qu’il connaissait et dont il n’est pas incongru de penser qu’il en avait suivi les évolutions politiques. L’année de son voyage, 1886, fut aussi l’année du premier projet de loi sur l’autonomie irlandaise (Home Rule Bill), tandis que 1913, l’année de la mission Mespoulet/Mignon, fut celle du débat sur le troisième projet de loi à ce sujet. Ainsi, il semble certain que la question de l’autonomie irlandaise, grande question internationale contemporaine, n’aura pas manqué d’être débattue dans les dîners de la Société autour du Monde. Un autre signe de l’intérêt porté à cette question dans les réseaux d’A. Kahn est certainement la nomination en 1914, soit un an après le voyage des deux Françaises, de Joseph Johnston en tant que lauréat de la Albert Kahn Traveling Fellowship (fondation britannique). Presbytérien de Tyrone et supporter du Home Rule, J. Johnston profita de sa bourse pour écrire un rapport comparant les agricultures françaises et irlandaises15. Il contribua aussi au Bulletin de la Société autour du Monde16. De plus, tout au long de ces années et de sa carrière politique ultérieure qui le conduisit à devenir l’un des premiers membres du Seanad Éireann, il entretint une correspondance suivie avec l’un des membres principaux de la Société autour du Monde, Charles-Marie Garnier17.

  • 18 Jean Brunhes, La Géographie humaine. Essai de classification positive. Principes et (...)
  • 19 Jean Brunhes, « La Géographie de l’histoire. Introduction à la seconde année de géographie (...)

14La proximité entre l’Irlande et les réseaux d’A. Kahn s’étendait aussi à J. Brunhes, également familier de la situation politique et sociale de l’Irlande, qu’il utilise comme exemple dans son ouvrage fondateur, La Géographie humaine (1910)18. Enfin, plusieurs des missions des Archives de la Planète eurent lieu dans des pays à la veille de changements majeurs, justement parce que l’on pouvait prédire que les modes de vie allaient y changer. J. Brunhes lui-même, par exemple, partit en mission dans les Balkans en 1912-1913 et il se servit de ses clichés et observations comme base de son cours intitulé La Géographie de l’histoire en 191419.

15La mission de M. Mespoulet et M. Mignon en Irlande était donc soumise à des contraintes fortes : de nature idéologique tout d’abord, dans la suite des projets Autour du Monde, qui les incitaient à aller à la rencontre d’un pays et d’un peuple avec un esprit ouvert ; de nature scientifique ensuite, au vu de la nouvelle méthodologie géographique – humaine plutôt que physique – adoptée par les Archives de la Planète ; de nature technique enfin, en raison des caractéristiques du procédé de l’autochrome qu’elles ne maîtrisaient pas professionnellement. Ajoutées à leurs propres représentations de l’Irlande, ces influences hors-champ définirent le regard qu’elles portèrent sur l’île et ses habitants.

Quel regard sur l’Irlande ?

16M. Mespoulet et M. Mignon rapportèrent d’Irlande soixante-treize autochromes (soit 1/1000e du fonds total) et un carnet de commentaires portant sur soixante-quinze plaques (deux sont manquantes). Les deux sont indissociables, au risque de ne pas saisir le sens de leurs clichés. Leur périple alla d’ouest en est, suivant initialement la ligne ferroviaire Galway-Dublin. L’Ouest de l’Irlande est clairement favorisé dans ce corpus photographique, avec trente-trois autochromes pour le seul comté de Galway. Elles envisagèrent aussi de se rendre sur les îles d’Aran, mais en furent empêchées par le mauvais temps. Au centre du pays, les voyageuses s’arrêtèrent à Athlone au bord de Lough Ree et firent une excursion à Clonmacnoise (quatorze plaques). De retour à Dublin, elles se rendirent à Glendalough dans le comté de Wicklow (neuf plaques) et parcoururent ensuite la vallée de la Boyne entre Drogheda et Slane (dix-sept plaques).

17Une classification rapide du sujet des plaques montre qu’ont été privilégiées les activités traditionnelles – mises en scène devant des habitats typiques – ainsi que l’architecture religieuse. Les hommes ou femmes en activité sont représentés sur dix-sept plaques, principalement dans l’Ouest, tandis que l’architecture religieuse est présente sur près de trente-cinq plaques, principalement en dehors de la série sur l’Ouest. Les villes sont quasi absentes (seulement quatre plaques, dont trois de Galway et une de Drogheda).

  • 20 Voir note 9.
  • 21 Catherine Maignant, « Les clichés photographiques en couleurs pris en Irlande pour Monsieur (...)
  • 22 Collections Albert Kahn, Carnet d’Irlande. Mission Marguerite Mespoulet et Madelein (...)

18Nous l’avons dit, la mission première de M. Mespoulet et M. Mignon était de « fixer une fois pour toutes, des aspects, des pratiques et des modes de l’activité humaine dont la disparition fatale n’est plus qu’une question de temps »20. C’est principalement dans l’Ouest qu’elles trouvèrent cette Irlande « en voie de disparition ». Leur visite au village de Claddagh en est un exemple, vanté dans les guides touristiques de l’époque comme un village irlandais traditionnel21. M. Mespoulet explique dans son carnet que la région était en cours de modernisation, du fait des activités de l’Agricultural and Congested Districts Board, chargé de moderniser l’infrastructure – notamment l’habitat – et d’aider au développement industriel des régions rurales de l’Ouest. Le commentaire de M. Mespoulet sur le village est le suivant : « Bien qu’on y soit tout d’abord frappé par la misère et la saleté de ses habitants, quelques-uns y vivent assez heureusement – c’est à dire dans une aisance relative – mais les enfants n’y sont jamais plus propres que les pauvres petits teigneux que nous voyons ici. Petit à petit, les directeurs du Congested Districts Board achètent les terrains et font construire des maisons plus grandes et plus saines le village est donc appelé à disparaître un jour ou l’autre »22. De fait, le village sera rasé dans les années 1930 en raison de son insalubrité.

  • 23 Ibidem, texte de la plaque n°19.

19Il est donc essentiel, pour comprendre ces photographies et ne pas les réduire à une vision idyllique de « l’Irlande éternelle », de ne pas les séparer de leur commentaire. Les deux conjugués montrent l’esprit avec lequel le « travail », pour reprendre le mot de M. Mespoulet, fut accompli. Le commentaire, loin d’être nostalgique de ce mode de vie en train de disparaître, en souligne au contraire la dureté, la pauvreté. La photographie du ramasseur de tourbe (Fig. 1), par exemple, sous-titrée « la mine de l’Irlande et son mineur », est accompagnée du commentaire suivant, à la fois observateur et lyrique : « Il travaille, seul, sous le soleil, les pieds dans l’eau ; tout ce qui lui tient compagnie, c’est l’oiseau qui passe ou le nuage qui file dans le vent »23.

20On apprend ailleurs que l’importation de charbon d’Angleterre faisait disparaître les turf cots, barques plates qui naviguaient sur Lough Ree. Elles sont aussi photographiées (Fig. 2).

21Les activités traditionnelles sont répertoriées, également avec un commentaire sur leur risque d’extinction : ainsi la fileuse (Fig. 3) ou la faiseuse de franges (Fig. 4), qui n’avaient pas encore rejoint les usines développées par l’Agricultural and Congested Districts Board. Sont donc représentées, sur ces photographies, à la fois les activités quotidiennes habituelles (foire au bétail, marchés) et celles voués à disparaître, mais existant encore. De ce point de vue, les objectifs de la mission sont remplis.

22Dans d’autres cas, en revanche, l’Irlande photographiée a déjà disparu dans les faits. L’exemple le plus flagrant est celui du costume du Claddagh (Fig. 5).

  • 24 Ibid, textes des plaques 6 à 8.

23À ne regarder que les photographies de la jeune fille et des vendeuses de poissons qui l’ont revêtu, on pourrait croire que les femmes le portaient régulièrement, comme habit du dimanche, par exemple. Seul le commentaire nous précise qu’il n’était plus porté depuis quelques années déjà24. Il ne s’agissait donc pas, ici, de montrer seulement l’Irlande telle qu’elle était en 1913, mais aussi ce qui avait caractérisé son mode de vie jusqu’à récemment. Il y a donc là une difficulté à respecter exactement le programme de la mission, entre le choix du quotidien qui, du point de vue de J. Brunhes comme de A. Kahn, valait d’être photographié justement parce qu’il n’était pas exceptionnel, et la contrainte de s’attacher à ce qui allait disparaître et qui était donc devenu rare. C’est le cas également dans la Vallée de la Boyne, avec ces quatre clichés des curraghs, embarcations traditionnelles en bois, dont il ne restait en 1913 que quatre exemplaires (Fig. 6).

24Les autochromes de M. Mespoulet et M. Mignon, en voulant fixer un mode de vie en voie de disparition, figent l’Irlande dans un présent qui est déjà passé. Ceci est dû autant aux exigences parfois contradictoires du projet – photographier le banal ou l’exceptionnel ? – qu’à leurs préconceptions sur l’Irlande – l’Irlande éternelle est à l’Ouest – ainsi qu’à la technique employée. En effet, les plaques autochromes utilisées, dont le procédé avait été breveté par les frères Lumière en 1907, ne permettaient pas les photographies instantanées, en raison de leur faible sensibilité. Elles exigeaient l’utilisation d’un trépied et un temps de pose de quelques secondes, ce qui explique aussi l’absence de scènes de ville. Le carnet des voyageuses fait référence à ces contraintes techniques, accentuées par le vent (il leur fallait parfois tenir le pied de l’appareil à deux) et le manque de patience des sujets, qui bougeaient avant la fin de la pose. De ce point de vue, les paysages et le bâti étaient plus faciles à prendre en photo.

  • 25 Jean-Paul Gandolfo, « Albert Kahn et la photo », Albert Kahn, 1860-1940 : réalités d’une utopie / (...)

25Dans la deuxième partie du voyage, une fois l’Ouest quitté, les deux photographes semblent d’ailleurs avoir pris le parti de se concentrer essentiellement sur les sites et monuments religieux les plus connus d’Irlande (Clonmacnoise, Glendalough, Monasterboice, Mellifont, Newgrange). Toutefois, la technique de l’autochrome, même si elle obligeait à la pose et donc à une certaine mise en scène, n’était pas forcément un obstacle à la bonne réalisation du projet des Archives de la Planète. L’un des responsables du laboratoire photographique du musée A. Kahn, considérait même que « l’obligation de faire poser le sujet photographié a sans doute facilité les desseins de Jean Brunhes en renforçant les qualités descriptives des images produites 25». Malgré ces limites techniques et météorologiques, les autochromes de M. Mespoulet et M. Mignon respectent, dans l’ensemble, « le programme photographique » distribué aux opérateurs et compilé par J. Brunhes. En effet, voici ce qu’il recommandait de photographier :

  • 26 Document dactylographié, l’un des deux exemplaires est daté de février 1913. Archives Marie (...)

[…] monuments, palais, monuments religieux ou équivalents, cimetières, types d’hommes, hommes célèbres, types de maisons, décoration intérieure et extérieure, types d’ameublement, vêtements et uniformes divers (civils et militaires), bijoux, armes, etc., industries locales, aspect général des agglomérations humaines, champs, cultures, enclos, etc. ; routes, rues, jardins, cours, etc.26

26Le soin apporté aux photographies du costume de Claddagh et des curraghs, pris à dessein sous des angles différents et accompagnés d’une description écrite afin de fournir un document complet, correspond aussi tout à fait à l’exigence scientifique de J. Brunhes.

  • 27 Collections Albert Kahn, Carnet d’Irlande. Mission Marguerite Mespoulet et Madeleine Mignon(...)
  • 28 Voir note 4.
  • 29 Collections Albert Kahn, Carnet d’Irlande. Mission Marguerite Mespoulet et Madeleine Mignon(...)
  • 30 Idem.

27De la même manière, l’esprit d’ouverture des Bourses autour du Monde et de la Société autour du Monde est aussi visible dans les commentaires. Les comparaisons sont nombreuses, comme l’encourageait A. Kahn, et montrent une bonne connaissance d’autres cultures de la part des deux femmes. Par une mise en parallèle – et non en concurrence, elles placent la civilisation irlandaise au sein de la « civilisation internationale » chère à l’esprit des deux projets. Les pierres des sites monastiques de Clonmacnoise ou Glendalough sont comparées à la Grèce antique et au Parthénon ; la délicatesse du baptistère de Mellifont à celle d’un monument italien ; les croix celtiques aux cathédrales du Moyen-Âge en France et aux mosquées blanches des musulmans ; les villages et habitants de l’ouest à ceux de la Basse-Bretagne ; les paysages du centre du pays à la Normandie ; la finesse des jambes de l’âne à celle d’un âne syrien27. Les commentaires du carnet de M. Mespoulet suggèrent aussi que les deux femmes étaient bien entrées « en communication sympathique avec les idées, les sentiments, la vie enfin des différents peuples28 ». L’empathie à l’égard du peuple irlandais et de ses difficiles conditions de vie, surtout dans l’Ouest, est très grande. « Une pauvre chaumière et des pierres, des pierres, des pierres, de quoi ces malheureux peuvent-ils bien vivre ? » se demande M. Mespoulet29. Les qualités humaines des personnes rencontrées dans la région de Galway sont soulignées, en particulier l’amour de leur pays : « Ils aiment ce pauvre pays, le sol ingrat, passionnément, à chaque nouvelle conversation on me dit ‘Aimez-vous l’Irlande ? – n’est-ce pas qu’elle est belle30 !’ ».

28Certains commentaires n’échappent pas aux clichés habituels sur l’Irlande, terre de légendes et de poètes, mais donnent aussi accès à la culture populaire de l’époque. Ainsi, M. Mespoulet souligne, parlant des pêcheurs de la côte :

  • 31 Ibid., texte de la plaque n°33.

Eux aussi, ils aiment l’Irlande avec passion, je dirais même avec lyrisme car ils parlent tous en poètes. Mais ce qui surprend c’est leur largeur d’esprit et l’intérêt qu’ils portent à toutes les questions d’intérêt général. Partout on se rappelle quelles ont été autrefois les relations de la France et de l’Irlande et on me cite le nom des familles dont les hommes sont venus combattre pour nous.31

  • 32 Ibid., texte de la plaque n°44.

29De même, les questions contemporaines, comme les campagnes contre l’alcoolisme mais surtout le Home Rule, sont au cœur des préoccupations des habitants. Un pêcheur d’anguilles de Lough Ree « attend, comme tant d’autres, le célèbre « Home Rule ». On a certes l’impression de vivre ici avec un peuple qui est plein d’espoir. Jamais sauveur n’aura été reçu avec plus de joie et quels que soient les résultats de la nouvelle loi, elle aura au moins donné un instant de bonheur à plusieurs millions d’hommes32 ».

  • 33 Ibid., texte de la plaque n°14.

30Inversement, M. Mespoulet s’étonne que certains monuments de la période païenne ou chrétienne pré-XIIe siècle, qu’elle considère comme faisant partie de la grande civilisation irlandaise et qu’elle photographie à loisir, soient méconnus des habitants. Le cocher qui les conduit se perd, personne ne se rend sur ces sites, sauf « les pèlerins des choses du temps passé33 ». C’est là un des points où la représentation de l’Irlande dans les mentalités françaises et les préoccupations propres des deux femmes se font jour et prennent le pas sur une observation plus scientifique des modes de vie locaux.

  • 34 Ibid., texte de la plaque n°34.

31Ce brouillage entre observation descriptive et interprétation personnelle est également visible dans le fait que les photographies de la seconde partie du voyage contiennent peu de représentations de personnes. On peut y voir, nous l’avons dit, une contrainte technique, mais aussi le choix de ne pas représenter une Irlande anglicisée. Ainsi, la grande majorité des sites religieux visités datent de l’époque païenne ou chrétienne primitive (IX-XIIe siècles) et sont donc antérieurs à la conquête anglo-normande. De même, dès le départ de l’Ouest et l’arrivée dans le centre de l’Irlande, le commentaire note que « on trouve enfin des arbres et les habitants n’ont plus de ces pauvres mines affamées. En revanche, ils semblent moins vifs, moins ouverts aussi34 ».

  • 35 Ibid., texte de la plaque n°57.
  • 36 Ibid., texte de la plaque n°58.

32Enfin, l’Est du pays, certes reconnu comme « prospère », est aussi désigné comme « la région la plus ‘avancée’ du pays35 » ; mais les guillemets, associés à la description des travaux de construction et d’aménagement inutiles effectués pendant la Famine36, laissent entendre le scepticisme de M. Mespoulet quant aux aspects positifs de la présence anglaise en Irlande.

  • 37 Voir notes 14 et 15.

33Ces diverses influences et contraintes donnent une certaine maladresse à ce corpus photographique, qui semble osciller entre reportage ethnographique et « Grand tour » des ruines irlandaises. Toutefois, il n’en demeure pas moins que la série d’autochromes et le carnet de notes de M. Mespoulet et M. Mignon offrent un témoignage précieux sur l’Irlande du début du XXe siècle, à la veille de mutations politiques et sociales importantes. C’est un portrait sensible à plus d’un titre, à la pointe de la technologie photographique de l’époque, qui, même s’il manque parfois de recul, est doté de l’esprit éclairé et pédagogue de la Société autour du Monde37.

34On ne sait pas si, ni comment ces photographies ont été utilisées au retour d’Irlande. Le plus probable est qu’elles furent projetées à des invités choisis dans le pavillon de la Société autour du Monde à Boulogne. J. Brunhes en a peut-être fait usage pour ses cours au Collège de France, comme il l’a fait pour d’autres voyages. M. Mespoulet et M. Mignon continuèrent de fréquenter la Société pendant la guerre, tout en enseignant à Versailles pour Mignon, et au lycée Victor Hugo à Paris pour Mespoulet. La circulation de leurs observations sur l’Irlande est difficilement mesurable, mais il est certain que la situation irlandaise continua d’intéresser les membres du réseau kahnien, comme le montre la place donnée aux écrits de Joseph Johnston, boursier irlandais de la fondation anglaise, dans le Bulletin de la Société autour du Monde.

35Ces autochromes dormirent dans les Archives de la Planète pendant plusieurs décennies. Un travail d’archivages et de promotion, lancé à la fin des 1970 par le musée Albert Kahn, a permis un accès plus aisé au public, en France et en Irlande. Les autochromes y furent exposés pour la première fois en 1981, puis en 1989, enfin en 2007, permettant à plusieurs générations d’Irlandais d’accéder à un monde disparu plus ou moins familier.

  • 38 Marguerite Mespoulet et Esther Dumas pour le Musée pédagogique, Service des project (...)
  • 39 L’auteur tient à remercier chaleureusement le personnel du Musée Albert Kahn pour leur accu (...)

36À ce jour, la grande inconnue reste de savoir quel rôle ce voyage en Irlande eut dans la vie personnelle ou professionnelle des deux voyageuses. On sait que c’est Madeleine Mignon qui confia le carnet de notes au Musée, plusieurs décennies après le voyage. Quant à Marguerite Mespoulet, ses liens avec le monde anglophone restèrent plus étroits, mais peut-être davantage de par son métier que grâce à ce voyage. Elle rédigea en 1918 une notice pédagogique pour accompagner une série de diapositives sur L’Effort des femmes britanniques pendant la guerre38. Elle fut secrétaire de la Société Féminine Nationale de Rapprochement Universitaire au début des années 1920, avant de partir poursuivre une carrière d’universitaire à New-York, publiant sur Rimbaud et Baudelaire et entretenant une correspondance fournie, notamment avec Paul Claudel. Toutefois, son exécutrice testamentaire affirme qu’elle ne parlait jamais de son voyage en Irlande et que, quand on lui posait la question, elle disait se souvenir à peine de l’avoir fait39.

Haut de page

Bibliographie

ARCHIVES DU MUSEE ALBERT KAHN, Statuts de la Société Autour du Monde.

BEAUSOLEIL Jeanne Beausoleil et ORY Pascal (dir.), Albert Kahn, 1860-1940 : réalités d’une utopie, Boulogne, Musée-Albert Kahn, 1995.

BEAUSOLEIL Jeanne, Jean Brunhes: autour du Monde. Regards d’un géographe, regards de la géographie, Boulogne, Musée Albert Kahn, 1993.

BRUNHES Jean, « La Géographie de l’histoire. Introduction à la seconde année de géographie humaine (Collège de France, 1913-1914) », Revue de géographie annuelle, tome VIII, fasc. 1, 1914.

BRUNHES Jean, « La Géographie de l’histoire. Introduction à la seconde année de géographie humaine (Collège de France, 1913-1914) », Revue de géographie annuelle, tome VIII, fasc. 1, 1914.

BRUNHES Jean, La Géographie humaine. Essai de classification positive. Principes et exemples, Paris, Félix Alcan, 1910.

COLLECTIONS ALBERT KAHN, Carnet d’Irlande. Mission Marguerite Mespoulet et Madeleine Mignon, 25 mai-? juin 1913. Boulogne-Billancourt, Musée Albert Kahn, Conseil général des Hauts-de-Seine, 2005.

CUENOT Joël (dir.), Les Archives de la Planète, tome 1, Paris, Joël Cuénot éditeur, 1978.

DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE/CENTRE CULTUREL DE BOULOGNE-BILLANCOURT, Au-delà d’un jardin… Albert Kahn, Paris, Les Presses artistiques, 1986.

GANDOLFO Jean-Paul, « Albert Kahn et la photo », in BEAUSOLEIL Jeanne et ORY Pascal, Albert Kahn, 1860-1940 : réalités d’une utopie, Boulogne, Musée Albert-Kahn, 1995.

JOHNSTON Joseph, « L’idéal coopératif de l’Irlande rurale », Bulletin de la Société autour du Monde, janvier 1918.

JOHNSTON Joseph, Food Production in France in Time of War: Supplementary Report to the Trustees of the Albert Kahn Travelling Fellowship, Dublin, Maunsel & Co, 1916. Edition critique du texte disponible en ligne <>, 23 septembre 2011).

JOHNSTON Roy, Century of Endeavour: A Father and Son’s Overview of the 20th century, Dublin, Lilliput Press, 2003.

LECOQ Tristan et LEDERLE Annick, Le Centre international d’études pédagogiques à Sèvres. Une histoire plurielle d’un lieu singulier, Sèvres, Centre international d’études pédagogiques, 2010.

MAIGNANT Catherine, « Les clichés photographiques en couleurs pris en Irlande pour Monsieur Kahn (1913) : regards idéologiques croisés », in MAIGNANT Catherine (dir.), La France et l’Irlande : destins croisés (XVIe-XXIe siècles), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2013, pp. 115-132.

MESPOULET Marguerite et DUMAS Esther, L’Effort des femmes britanniques pendant la guerre. Notice sur les vues, pour le Musée pédagogique, Service des projections lumineuses, Melun, Imprimerie administrative, 1918.

MUSEE ALBERT KAHN, BOULOGNE, Jean Brunhes: autour du Monde : regards d’un géographe, regards de la géographie, catalogue de l’exposition du même nom, Paris, Vilo, 1993.

OKUEFUNA David, The Wonderful World of Albert Kahn. Colour Photographs from a Lost Age, Londres, BBC Books, Musée Albert Kahn, 2008.

Haut de page

Notes

2 On a notamment recensé les expositions suivantes dans les dix dernières années : au Musée départemental Albert Kahn en 2005, à l’abbatiale de Marmoutier en 2006, au Galway City Museum en 2007 et à la National Photographic Archive de Dublin en 2007. Les autochromes ont été publiés sous forme de livre en 1988 : Jeanne Beausoleil (dir.), Irlande 1913. Clichés en couleur pris pour Monsieur Kahn par Mesdemoiselles Mespoulet et Mignon, Paris, Collections Albert Kahn, Département des Hauts-de-Seine, 1988. Un fac-simile du carnet de notes de Marguerite Mespoulet, assorti des clichés, a été publié dans le cadre de l’exposition de 2005 : Collections Albert Kahn, Carnet d’Irlande. Mission Marguerite Mespoulet et Madeleine Mignon, 25 mai-? juin 1913. Boulogne-Billancourt, Musée Albert Kahn, Conseil général des Hauts-de-Seine, 2005.

3 Tristan Lecoq et Annick Lederlé, Le Centre international d’études pédagogiques à Sèvres. Une histoire plurielle d’un lieu singulier, Sèvres, Centre international d’études pédagogiques, 2010, 56-57.

4 Citation issue des Instructions générales rédigées sur l’inspiration de M. Albert Kahn lors de la fondation des Bourses de voyage autour du Monde, servant de préambule aux Statuts de la Société Autour du Monde, Archives du Musée Albert Kahn, 4.

5 D’autres programmes de bourses sous le mécénat d’A. Kahn furent lancés au Japon (1906-1931, 18 boursiers), puis en Allemagne (1908-1914, 17 boursiers), au Royaume-Uni (1910-1930, 20 boursiers), aux USA (1911-1931, 15 boursiers) et en Russie (1912-1914, 2 boursiers). Jeanne Beausoleil et Pascal Ory (dir.), Albert Kahn, 1860-1940 : réalités d’une utopie, Boulogne, Musée-Albert Kahn, 1995, 151.

6 Jeanne Beausoleil et Pascal Ory (dir.), Albert Kahn, 1860-1940 : réalités d’une utopie, Boulogne, Musée-Albert Kahn, 1995, 142.

7 Statuts de la Société Autour du Monde, Archives du Musée Albert Kahn, 7.

8 Département des Hauts-de-Seine/Centre Culturel de Boulogne-Billancourt, Au-delà d’un jardin … Albert Kahn, brochure publiée par les Collections Albert Kahn pour accompagner l’exposition du même nom (Paris, Les Presses artistiques, 1986).

9 A. Kahn cité dans une lettre d’Emmanuel Jacquin de Margerie à Jean Brunhes, 26 janvier 1912, Archives Jean Brunhes. Citée dans Joël Cuénot (dir.), Les Archives de la Planète, tome 1, Paris, Joël Cuénot éditeur, 1978, 102.

10 Ibidem.

11 Jean Brunhes, « La Géographie de l’histoire. Introduction à la seconde année de géographie humaine (Collège de France, 1913-1914) », Revue de géographie annuelle, tome VIII, fasc. 1, 1914, 1.

12 Voir à ce sujet la série documentaire produite par la BBC The Wonderful World of Albert Kahn, diffusée sur Arte durant l’hiver 2011, ainsi que l’ouvrage afférent : David Okuefuna, The Wonderful World of Albert Kahn. Colour Photographs from a Lost Age, Londres, BBC Books – Musée Albert Kahn, 2008.

13 Jeanne Beausoleil, Jean Brunhes: autour du Monde. Regards d’un géographe, regards de la géographie, Boulogne, Musée Albert Kahn, 1993, 109-110.

14 Catherine Maignant, « Les clichés photographiques en couleurs pris en Irlande pour Monsieur Kahn’ (1913) : regards idéologiques croisés », in Catherine Maignant (dir.), La France et l’Irlande : destins croisés (XVIe-XXIe siècles), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2013, pp. 115-132.

15 Joseph Johnston, Food Production in France in Time of War: Supplementary Report to the Trustees of the Albert Kahn Travelling Fellowship, Dublin, Maunsel & Co, 1916. Édition critique du texte voir : <>, 23 septembre 2011.

16 Joseph Johnston, « L’idéal coopératif de l’Irlande rurale », Bulletin de la Société autour du Monde, janvier 1918, 67-seq.

17 Voir Roy Johnston, Century of Endeavour: A Father and Son’s Overview of the 20th century, Dublin, Lilliput Press, 2003. Le texte et notamment une des annexes, portant spécifiquement sur la fondation Albert Kahn, sont disponibles en ligne. Lien vers le texte de l’annexe : <>, 23 septembre 2011.

18 Jean Brunhes, La Géographie humaine. Essai de classification positive. Principes et exemples, Paris, Félix Alcan, 1910, 647-49.

19 Jean Brunhes, « La Géographie de l’histoire. Introduction à la seconde année de géographie humaine (Collège de France, 1913-1914) », Revue de géographie annuelle, tome VIII, fasc. 1, 1914.

20 Voir note 9.

21 Catherine Maignant, « Les clichés photographiques en couleurs pris en Irlande pour Monsieur Kahn’ (1913) : regards idéologiques croisés », op. cit.

22 Collections Albert Kahn, Carnet d’Irlande. Mission Marguerite Mespoulet et Madeleine Mignon, 25 mai-? juin 1913. Boulogne-Billancourt, Musée Albert Kahn, Conseil général des Hauts-de-Seine, 2005, texte de la plaque n°2.

23 Ibidem, texte de la plaque n°19.

24 Ibid, textes des plaques 6 à 8.

25 Jean-Paul Gandolfo, « Albert Kahn et la photo », Albert Kahn, 1860-1940 : réalités d’une utopie / [sous la dir. de Jeanne Beausoleil et Pascal Ory] ; [publ. par le] Musée Albert-Kahn, Boulogne, Musée-Albert Kahn, 1995, 80.

26 Document dactylographié, l’un des deux exemplaires est daté de février 1913. Archives Mariel Jean-Brunhes Delamarre. Reproduit dans Jean Brunhes: autour du Monde : regards d’un géographe, regards de la géographie : [exposition, Boulogne, 1993-1994] / [organisée par le] Musée Albert Kahn, Boulogne, Musée Albert Kahn, Paris, Vilo, 1993, 202.

27 Collections Albert Kahn, Carnet d’Irlande. Mission Marguerite Mespoulet et Madeleine Mignon, 25 mai-? juin 1913, op. cit., textes des plaques 35, 50, 63, 60, 2, 45 et 31.

28 Voir note 4.

29 Collections Albert Kahn, Carnet d’Irlande. Mission Marguerite Mespoulet et Madeleine Mignon, 25 mai-? juin 1913, op. cit., texte de la plaque n°30.

30 Idem.

31 Ibid., texte de la plaque n°33.

32 Ibid., texte de la plaque n°44.

33 Ibid., texte de la plaque n°14.

34 Ibid., texte de la plaque n°34.

35 Ibid., texte de la plaque n°57.

36 Ibid., texte de la plaque n°58.

37 Voir notes 14 et 15.

38 Marguerite Mespoulet et Esther Dumas pour le Musée pédagogique, Service des projections lumineuses, L’Effort des femmes britanniques pendant la guerre. Notice sur les vues, Melun, Imprimerie administrative, 1918.

39 L’auteur tient à remercier chaleureusement le personnel du Musée Albert Kahn pour leur accueil, leur disponibilité et les anecdotes confiées sur Marguerite et Madeleine.

1 A. Kahn cité dans une lettre d’Emmanuel Jacquin de Margerie à Jean Brunhes, 26 janvier 1912, Archives Jean Brunhes. Citée dans Joël Cuénot (dir.), Les Archives de la Planète, tome 1, Paris, Joël Cuénot éditeur, 1978, 102 (ma traduction).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5943/img-1.png
Fichier image/png, 611k
Titre Fig. 2
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5943/img-2.png
Fichier image/png, 542k
Titre Fig. 3
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5943/img-3.png
Fichier image/png, 747k
Titre Fig. 4
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5943/img-4.png
Fichier image/png, 732k
Titre Fig. 5
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5943/img-5.png
Fichier image/png, 658k
Titre Fig. 6
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5943/img-6.png
Fichier image/png, 935k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Bigand, « Marguerite Mespoulet et Madeleine Mignon en Irlande pour les Archives de la Planète : influences hors champ », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XII-n° 3 | 2014, mis en ligne le 05 juin 2014, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/5943 ; DOI : 10.4000/lisa.5943

Haut de page

Auteur

Karine Bigand

Aix-Marseille University, LERMA, EA 853, France. Karine Bigand is a Senior Lecturer in Irish Studies in the English Department at Aix Marseille University and a member of the LERMA (Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone – EA853). She holds a PhD in Irish studies on the representations and political uses of the Irish rising of 1641 (Sorbonne Nouvelle University, Paris). Her research deals with the representations and political uses of history in Ireland through various media – historiography, photography and museums. She co-edited an issue of the European Journal of English Studies on “Cultural histories” in 2010 (vol. 14.3) and more recently completed an MA in Cultural Heritage and Museum Studies at the University of Ulster in Belfast.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals