Navigation – Plan du site
Du pittoresque à la psychogéographie photographique

Le paysage irlandais, un espace photogénique : réflexions autour de quelques séries photographiques en Irlande

The Photogenic Quality of the Irish Landscape: Reflexions on Photographs of Ireland
Pierre-Jérôme Jehel et Corinne Feiss-Jehel

Résumés

Si la photogénie du paysage irlandais n’est plus à démontrer, il apparaît cependant que ce sont les clichés et les stéréotypes visuels d’une île verdoyante aux côtes sauvages et déchiquetées qui dominent, au point d’être devenus le seul paysage reconnu comme authentique ou réel. Cette étude se base sur trois séries photographiques réalisées par les auteurs, au travers desquelles ils explorent le paysage comme une forme de discours où la notion d’encadrement reflète un choix esthétique et scientifique. Tandis que le photographe tente de capturer le paysage, le géographe met en œuvre une description analytique. Le paysage irlandais met à l’épreuve ces deux lectures visuelles. Il s’agira de passer d’une analyse individuelle à une approche plus variée d’une pluralité d’interprétations esthétiques.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Ireland, Irlande

Index chronologique :

20th century, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Ce texte propose de présenter quelques séries photographiques réalisées en Irlande, fruit d’une collaboration entre un photographe et un géographe. Il s’appuie sur une iconographie importante et vise à présenter le cheminement qui a amené à ces créations, plus qu’à une analyse exhaustive sur la représentation photographique du paysage. L’Irlande fait partie des pays les plus photogéniques. Avant même de s’y rendre, le voyageur a déjà en tête des quantités d’images qu’il va bien souvent chercher à retrouver une fois sur place. Le paysage irlandais semble être la proie des « clichés », cette forme stéréotypée des images photographiques qui repose sur une simplification efficace mais souvent caricaturale du sujet. Le photographe qui aujourd’hui s’engage sur un travail portant sur le paysage en Irlande se trouve donc confronté à ces images et doit chercher une voie qui s’en distingue.

2Le paysage irlandais offre au regard une profusion d’éléments pittoresques qui explique certainement cette faculté à produire des « clichés » : brumes de l’ouest, vertes prairies, lumière d’averse, ciel d’orage, pierres naturelles ou construites (rochers déchiquetés, falaises, murs, maisons traditionnelles, ruines, châteaux, phares).

  • 1 Exemple de ce type de photographies : , consulté le 16 avril 2012. Voir notamment le diaporam (...)

3Tous ces éléments nourrissent l’inspiration d’une grande majorité de photographes et alimentent cet effet « carte postale » propre aux représentations des lieux communs. Le paysage irlandais est en effet vu comme un paysage authentique, reflet de traditions ancestrales, abritant une nature à la fois sauvage et accueillante1. L’Irlande permet en quelque sorte un dépaysement aisé, à portée du citadin européen, un peu comparable à la position de la Bretagne au début du XXe siècle, alors que la région s’ouvrait au tourisme grâce au développement du chemin de fer.

4De fait, le pays est resté préservé d’une industrialisation ou d’une urbanisation dévastatrice, d’un tourisme de masse, et offre un paysage naturel bien conservé. Mais ne retenir que ces aspects donne une vision idéalisée, voire simpliste, de ces paysages, sans se nourrir de leur caractère spécifique et original. Les photographies qui confortent cette vision reposent très majoritairement sur une esthétique académique, à la fois dans la composition, le cadrage, le traitement de la couleur et des valeurs en noir et blanc. Les sujets retenus sont aussi très systématiques pour mettre en avant un effet insolite, spectaculaire, teinté d’une certaine forme d’exotisme. Certaines curiosités géologiques (comme la Chaussée des géants ou les falaises de Moher) atteignent ainsi une célébrité photographique sans limite.

5Les photographies présentées ici cherchent à rendre le paysage sensible, à faire part d’une exploration, d’un regard qui s’arrête sur tel ou tel détail, perspective ou juxtaposition de couleurs, et non pas à épingler les points de vue remarquables des paysages irlandais. Mais la photographie est une image particulière car elle incite à regarder ce qu’elle représente avant de regarder ce que le photographe nous montre (et la manière dont il le fait). On cherche à reconnaître, à comprendre, à apprendre du paysage. Ainsi le regard du géographe emploie-t-il la photographie comme un élément de son analyse scientifique.

  • 2 Le nom de ce courant est apparu lors d’une exposition intitulée New Topographics, Photographs (...)
  • 3 Sur ce renouveau de la photographie de paysages aux USA, voir notamment : Kelly Dennis, 2005 (...)
  • 4 Voir Kelly Dennis, ibidem.

6Aujourd’hui, photographier le paysage ne consiste pas seulement à le montrer, mais plutôt à formuler un avis, voire un discours sur lui. C’est à la suite du courant photographique américain des New Topographics2 que la photographie de paysage est apparue comme un engagement social, voire politique, au-delà d’un enjeu esthétique. Alors que la vision d’Ansel Adams valorisait l’Ouest américain en s’appuyant sur les grands mythes universels de la nature, l’approche des New Topographics prenait le contre-pied de cette vision idéaliste, mettant l’accent sur des espaces vides, en marge (terrains vagues, zones industrielle3). On peut relier cette rupture aux événements politiques qui ont marqué l’histoire américaine : Ansel Adams au moment de la guerre froide, les New Topographics après la guerre du Vietnam4.

  • 5 G.F. Mitchell, L.F. Penny, F.W. Shooton et R. G. West, « A Correlation of Quaternary Deposits (...)
  • 6 Voir W.P. Warren in J. Ehlers, P. L. Gibbard et J. Rose (eds.), Glacial Deposits in Gre (...)

7Cette interaction entre événement politique et lecture du paysage affecte aussi l’approche scientifique. À propos de l’Irlande, deux grandes écoles s’opposent quant à l’origine des glaces qui ont parcouru le territoire : une école scientifique anglaise5 pense que les glaciers écossais et gallois ont été suffisamment puissants pour envahir les terres de l’Irlande du sud, et une école irlandaise6 soutient que les glaciers irlandais ont pu contenir les glaces envahissantes. Sur les mêmes blocs erratiques, glaces protestantes et catholiques se font face.

8Nous proposons ici trois approches photographiques du paysage irlandais. Tout d’abord une manière d’aborder le paysage comme une forme de langage. Les observateurs, photographe et géographe, cherchent à décrypter des signes et à percevoir dans les formes des motifs ou des indices. Deux des séries photographiques présentées ici relèvent de cette approche : Signatures géographiques et Conversation avec une péninsule. Ces deux séries portent sur un territoire bien délimité d’Irlande : il s’agit de la péninsule de Dingle, au Sud-Ouest, dans le Comté du Kerry. Le géographe lit le paysage pour reconstruire une histoire de son évolution. L’alternance de périodes climatiques chaudes et froides a laissé des empreintes. Selon l’intensité et la durée de ces différentes périodes, les dépôts, les traces, les sculptures vont se superposer, se croiser voire s’oblitérer. Le paysage est vu comme un enregistrement continu du temps.

9Dans Signatures géographiques, il s’agit de rendre visible l’articulation des deux démarches. Chaque composition visuelle rapproche deux types de représentation : une photographie et une représentation géographique (carte, dessin, texte, signe graphique). Le rapprochement de ces deux formes restitue ces deux possibilités de regards. Le photographe cherche à capter sa perception du paysage, il manifeste son point de vue tout en cherchant à rendre lisible, à clarifier le paysage. Le géographe propose une description analytique, dont la représentation cartographique est la forme la plus reconnue. Certaines cartes ne se limitent pas à une description, une mise en place d’éléments observés, mais constituent une interprétation des formes de ce paysage. Il s’agit par-là de rechercher une chronologie (qui se compte en centaines de milliers d’années), de reconstituer ce que l’on appelle des « paléo-environnements ».

Photographie 1. Diptyque de la vallée d’Anascault

Photographie 1. Diptyque de la vallée       d’Anascault

© Pierre-Jérôme Jehel

10Il s’agit ici de faire percevoir la tension entre « le fond » et « la surface ». Le paysage chamarré, séduisant par sa forme et sa lumière, abrite des micro-paysages dissimulés dans ses roches qui décuplent encore les indices de son histoire. Le géographe se fait géologue : en découpant la roche elle-même, il identifie son origine, rapproche des zones, déduit des déplacements et élabore des théories sur les rythmes d’évolution. Le diptyque joue à la fois sur un changement d’échelle et sur une confrontation visuelle. À gauche, la roche est une surface lisse mais qui plonge dans les profondeurs du paysage. À droite, l’image développe la perspective d’une vallée glaciaire aux couleurs des tourbières irlandaises colorées.

  • 7 Voir par exemple l’étude géographique de Lydie Goeldner-Gianella, Corinne Feiss-Jehel et Gene (...)

11Les deux images appartiennent chacune à un registre de regard: regard scientifique et regard esthétique7. Mais les deux intérêts pourraient s’inverser : le scientifique relève dans l’image de droite la forme glaciaire de la vallée, la surface lisse des versants soumis à l’action de la glace ; les reliefs bosselés lui indiquent des moraines, la végétation s’interprète comme autant de zones humides. Le photographe quant à lui est séduit par le rythme graphique de cette tranche de roche, il explore cette forme abstraite qui relève pourtant d’une nature parfaitement concrète, il apprécie la radicalité frontale du point de vue.

12La roche est d’ailleurs un sujet éminemment photographique. L’œil du photographe se plaît à y reconnaître des formes, voire d’autres paysages, telles ces structures fractales qui contiennent dans les micro-reliefs les formes générales des montagnes. Le géographe, lui, recherche l’origine de la roche, examine sa porosité. Sa carte d’identité établie, il peut suivre les déplacements des blocs dans la vallée ou plus en aval, lorsqu’ils sont emportés par les glaciers. Ces blocs déplacés sont appelés blocs erratiques, témoins du passage des glaces quand ces dernières ont fondu. Ils sont des signes paléo-environnementaux.

13La double approche est, dans les exemples suivants, figurée par un rapprochement graphique.

Photographie 2. Vallée de Caum

Photographie 2. Vallée de Caum

© Pierre-Jérôme Jehel

Photographie 3. Plage de Murioch

Photographie 3. Plage de Murioch

© Pierre-Jérôme Jehel

Photographie 4. Plage de Feonagh / Rivage de la baie de Tralee

Photographie 4. Plage de Feonagh / Rivage de la       baie de Tralee

© Pierre-Jérôme Jehel

14La plage de Feoanagh se situe sur la côte nord-ouest de la péninsule de Dingle, elle est bordée par une haute falaise. La coupe présente deux tills (ou moraines) caractérisés par une nette prédominance de blocs de grès. Le till inférieur contient localement des lentilles sablo-argileuses, ou des lits de petits galets roulés qui témoignent de circulation d’eau sous-glaciaire ; c’est pourquoi ces lentilles sont localisées et peuvent disparaître lors du recul de la falaise. Nous avons eu ici l’occasion de pouvoir repérer nettement le niveau de plage ancien à la base de la coupe (flèche), qui se situe à plus 1, 7m du niveau des pleines mers actuelles. Dans ce haut niveau marin qui témoigne d’une période climatique chaude, un bloc de quartz a été prélevé afin de réaliser une datation par des radionucléides. Il s’agissait de savoir depuis combien de temps cette variation positive avait été recouverte par la moraine subjacente. L’œil du dragon que nous donne à voir le photographe est ce bloc de quartz qui a enregistré une double décroissance radioactive, celle du 10Be et 26Al. Il est la mémoire du lieu qu’il a livrée doucement et qui remonte à plus de 500 000 ans.

15À droite, ces quelques blocs – tels des pas japonais traversant la baie de Tralee – sont cadrés par le photographe pour donner la mesure de l’immensité de l’espace marin. C’est une image épurée où le géographe identifie ces blocs comme des restes d’une moraine d’une forme analogue à celle de l’image de gauche, entièrement érodée par la mer.

Photographie 5. Derrymore. Schéma géomorphologique et photographie noir et blanc.

Photographie 5. Derrymore. Schéma       géomorphologique et photographie noir et blanc.

© Pierre-Jérôme Jehel

16Si le paysage est un ensemble de signes que l’on peut décrypter, le dessin géomorphologique est une image dont le sens est inaccessible au profane. Mais dans les deux cas, l’ignorance du code n’ôte rien au plaisir visuel. Là encore, la confrontation veut donner à voir deux approches à la fois proches et distantes. À gauche, l’image présente la cartographie des formes de relief dont la première phase fut de les identifier sur le terrain ; à droite la photographie se concentre sur un de ces éléments. Le photographe s’arrête sur une structure à la fois chaotique et rythmée, il capte cette lumière révélatrice d’une texture qui donne à toucher autant qu’à voir, tandis que le géographe déduit de cet éboulis la présence d’une zone peu englacée qui ne subit qu’une érosion périglaciaire.

  • 8 Cette série est publiée dans (Irlande) La péninsule de Dingle signes d’un paysage. Phot (...)

17Dans Conversation avec une péninsule8 l’exploration visuelle est uniquement photographique ; elle propose un cheminement à travers l’espace de la péninsule en longeant le littoral puis en progressant vers l’intérieur. Le géographe poursuit ses observations et fait part de son enquête.

Photographie 6. Archipel des Blaskets

Photographie 6. Archipel des Blaskets

© Pierre-Jérôme Jehel

  • 9 Charles Le Cœur, Corinne Feïss-Jehel, extrait de (Irlande) La péninsule de Dingle‑signe (...)

« Vue de la mer, la péninsule de Dingle apparaît comme un bastion montagneux avancé dans l’Atlantique. Elle sépare la profonde baie de Dingle au sud du large golfe où s’enfonce l’estuaire du Shannon au nord. Les montagnes hautes de 600 à 800 m s’ancrent dans la plaine irlandaise, puis elles s’étirent vers l’ouest en deux chaînons distincts ; la façade nord domine directement la mer par de grandes falaises tandis que la partie méridionale est échancrée de cuvettes en berceau entourées de petites montagnes allongées. Les échines élevées se divisent ensuite en basses crêtes et collines puis s’émiettent dans la mer dans l’archipel des Blaskets ».9

Photographie 7. Baie de Tralee

Photographie 7. Baie de Tralee

© Pierre-Jérôme Jehel

18Pour le géographe, les matériaux mêmes du rivage, par leur forme, leur rugosité, leur couleur se transforment en indices : ainsi la paroi massive d’une falaise, les taches sombres des rochers couverts d’algues, les surfaces arrondies de gros rochers usés par les vagues, les cordons de galets aux surfaces bosselées en crêtes successives, l’ourlet clair et lisse d’une plage de sable sont des marqueurs de type et de durée d’évolution. La diversité des paysages s’organise suivant le dessin de la côte fait de saillant et de rentrants, d’îles et d’îlots, où la houle et les vagues deviennent un facteur de turbulence et de lumière que le photographe va mettre en valeur.

Photographie 8. Archipel des Blaskets

Photographie 8. Archipel des Blaskets

© Pierre-Jérôme Jehel

Photographie 9. Brandon Point

Photographie 9. Brandon Point

© Pierre-Jérôme Jehel

  • 10 Voir à ce propos l’étude des paysages marins en Bretagne de Corinne Feïss-Jehel et Charles Le (...)

19L’approche du paysage marin10 par le géographe n’est guère éloignée du regard du photographe. Les paysages de la mer sont identifiés comme des paysages du mouvement, disposés suivant leur distance à la côte et animés en fonction de la nature des fonds et des influences météorologiques. L’appréciation de ces phénomènes et leur représentation diffèrent selon la position de l’observateur – à terre ou en mer à l’instar du photographe qui se déplace pour le cadrage. Les liens sont forts entre les représentations des premiers et des seconds, mais leurs pratiques s’exercent dans des champs différents : l’image est construite sur des lignes, des couleurs, des lumières. Le paysage du géographe traduit pour sa part l’organisation d’un territoire à travers ses configurations naturelles actuelles ou héritées : le relief individualise des sites, le climat se reflète en lumières et en couleurs, les populations humaines règlent la part du végétal, l’assemblage des habitations, le tracé des routes, etc. – les interactions et les nuances diffèrent suivant les époques et les lieux.

20La deuxième série, Feux d’Irlande. Du nord au sud en longeant l’ouest, présente le paysage en tant qu’expérience vécue. Le paysage est ici replacé dans un voyage, l’exploration d’un territoire qui répondrait à une exploration de soi. Il s’agit là de ne pas évacuer la présence de l’observateur dans le paysage.

  • 11 « Ferme l’œil de ton corps afin de voir ton tableau d’abord par l’œil de l’esprit. Puis mets (...)

21La série présente, devant un paysage, la trace d’un feu ou les indices de la présence de l’observateur. Elle est accompagnée d’un bref texte, témoignage des à-côtés de la scène animée par des personnages invisibles. Chaque image manifeste la présence de l’observateur et invite le spectateur à un moment de recueillement et d’attention face au paysage. Le propos est ici d’évoquer la conception romantique du paysage, du fait que la forme « paysage » s’affirme quand les personnages quittent la toile transformant le paysage romantique en une projection du monde intérieur. Le peintre Caspar Friedrich défend l’idée d’un « œil double » l’un qui donne un regard objectif, l’autre un œil de l’esprit qui doit agir sur le spectateur11. Dans le même temps, la photographie apporte des informations géographiques, car les pierres mêmes qui forment le feu témoignent : galets façonnés par la mer lors de hauts niveaux marins, gélifracts produits lors de périodes froides, blocs erratiques transportés par les glaces. L’espace raconte ainsi l’histoire du paysage : platier d’abrasion marine, falaise puissante affrontant les houles du nord-ouest ; cap, saillant, anse défilent comme à travers un hublot.

Photographie 10. Loughros (Donegal)

Photographie 10. Loughros (Donegal)

© Pierre-Jérôme Jehel

Photographie 11. Down Patrick Head (Mayo)

Photographie 11. Down Patrick Head (Mayo)

© Pierre-Jérôme Jehel

Photographie 12. Les îles d’Aran (Inis Mór)

Photographie 12. Les îles d’Aran (Inis Mór)

© Pierre-Jérôme Jehel

22Ce « je » du paysage est aussi une caractéristique du carnet de terrain. Objet mal aisé à définir, le carnet de terrain du géographe, entre carnet de voyage et notes scientifiques, est un composite entre texte et représentation, entre science et société. Le carnet de terrain constitue une forme ambivalente du héros caché de l’histoire.

23Le questionnement du géographe se place, comme celui du photographe, au cœur des relations compliquées entre l’Homme et la Nature. Il est possible de construire avec les philosophes une théorie de l’homme et une théorie de la nature, mais il n’est pas aisé d’élaborer une conception cohérente des interactions concrètes entre ces deux partenaires. En effet, l’homme, à l’exception de possibles émules de Robinson Crusoë, n’est présent qu’à travers une société. La nature elle-même n’est pas une « nature morte », un tableau figé, mais un système d’interférences évolutives entre les espèces végétales et animales, des contraintes de sol et de pente, des flux d’eau et de chaleur – lesquelles changent suivant les lieux, au rythme des saisons, des années, de cycles plus longs ou d’épisodes d’instabilité.

Photographie 13. Malinbeg (Donegal)

Photographie 13. Malinbeg (Donegal)

© Pierre-Jérôme Jehel

Photographie 14. Coolsilva (Buren)

Photographie 14. Coolsilva (Buren)

© Pierre-Jérôme Jehel

  • 12 Alain Roger, Art et anticipation, Paris, Gallimard, 1997, 14.
  • 13 Voir, par exemple, une de ses œuvres les plus emblématiques : A Line In Ireland, 1974, présen (...)

24Cette série se prolonge par ailleurs dans une référence au Land art ou, plus largement dans une « artialisation » in situ du paysage12. Une manière de faire de la nature un paysage consiste à y inscrire un élément extérieur ou la trace d’une intervention d’un passage. Le travail de Richard Long est en ce sens exemplaire, et ses œuvres ont trouvé une résonance remarquable dans les paysages minéraux d’Irlande13. L’utilisation d’une technique photographique particulière (la chambre 4x5 et le polaroid) vient encore renforcer l’idée d’un cadre, d’une fenêtre découpée dans le paysage.

Photographie 15. An Chapaig (Kerry)

Photographie 15. An Chapaig (Kerry)

© Pierre-Jérôme Jehel

  • 14 Peuple mythique qui aurait été le cinquième occupant de l’Irlande, ayant lui-même chassé le p (...)
  • 15 Exposé aux rencontres photographiques de Montpellier et au théâtre de Marly-le-Roi en 2009. (...)

25Dans la dernière image de cette série, le cadrage serré permet d’extraire de la haute végétation de fougères et de buissons, des gros blocs erratiques transportés et polis par les glaces lors de la dernière grande période froide. Cette image ouvre aussi sur la série suivante, puisque les événements dans le hors-champ évoquent une croyance locale : c’est ici que le peuple mythique des Milésiens aurait accosté, chassant les Tùatha dé Danan14, pour peupler l’île. Dans Paysages mythologiques15, le paysage devient un « lieu » : l’espace naturel est non seulement habité, observé, considéré, mais il abrite des croyances spirituelles ou mythologiques. Le paysage irlandais est particulièrement riche en lieux qui sont associés à des récits légendaires tombe supposée, champ de bataille hypothétique, trace de géant, entre autres.

  • 16 La mythologie rapporte que Diarmaid O’Duibhné, l’un des guerriers mythiques appelés Fiana, tr (...)

26Les mythes se nourrissent-ils des espaces ? Force est de constater que nombre de sites sont établis sur des secteurs particuliers et remarquables d’un point de vue géographique, qu’il s’agisse des orgues basaltiques de la Chaussée des géants qui confèrent à la côte un aspect en gradin, d’Allen (sur une haute colline dominant à 360°C les plaines environnantes) ou de Ben Bulben, grand entablement calcaire formant une corniche qui surplombe un plat pays16.

Photographie 16. La Chaussée des géants

Photographie 16. La Chaussée des géants

© Pierre-Jérôme Jehel

Photographie 17. Ben Bulben

Photographie 17. Ben Bulben

© Pierre-Jérôme Jehel

  • 17 Cette péninsule du comté de Louth fut le théâtre du fameux épisode du Rapt des vaches de Cool (...)

27Les formes du paysage, les dessins du relief deviennent ainsi des supports de l’imaginaire. Le palimpseste du paysage s’épaissit d’une nouvelle couche d’indices qui ne sont plus uniquement les enregistrements d’un passé géologique, mais le témoignage d’un imaginaire collectif. En cela, le paysage se voit chargé de transmettre un héritage historique. Les sites retenus reprennent (de manière non exhaustive) les récits et les événements des grands mythes tirés des cycles de la littérature irlandaise médiévale : histoire mythique du peuplement de l’île, chevauchées fantastiques de Finn et de ses compagnons, fuite insensée de Diarmaid et Grainne, récits prodigieux des personnages du cycle d’Ulster. Ce sont là autant de récits où les faits historiques sont brouillés par un imaginaire mythologique dont le paysage fut peut-être la source. Certains, parmi les lieux qui correspondent à des sites archéologiques ont cependant une réalité historique. Cette dernière série constitue le résultat d’une expérience sensible du texte au paysage, de l’imaginaire au concret. Ces paysages sont habités par une histoire lointaine, mais des éléments contemporains viennent y affirmer avec calme qu’ils seront les vestiges du futur. Chacune des photographies de la série correspond à un épisode mythologique et se confronte à une réalité contemporaine. Le décalage entre le passé imaginaire et la réalité ordinaire de ces lieux est parfois saisissant17.

Photographie 18. La péninsule de Cooley

Photographie 18. La péninsule de Cooley

© Pierre-Jérôme Jehel

28Dans Paysages mythologiques, l’observation s’opère dans un déplacement. Une carte matérialise le cheminement : elle permet le repérage des lieux, elle est l’intermédiaire entre les textes et le terrain. Lors des expositions ou publications de ces images, la présence d’une carte s’impose et l’allusion au voyage est toujours présente.

Photographie 19. L’arrivée, 2009

Photographie 19. L’arrivée, 2009

© Pierre-Jérôme Jehel

Photographie 20. Emplacement des sites photographiés

Photographie 20. Emplacement des sites       photographiés

© Pierre-Jérôme Jehel

Photographie 21. Carte de repérage de la colline d’Allen

Photographie 21. Carte de repérage de la colline       d’Allen

© Pierre-Jérôme Jehel

Photographie 22. La colline d’Allen

Photographie 22. La colline d’Allen

© Pierre-Jérôme Jehel

29Pour autant, le photographe ne cherche pas à éviter les éléments modernes (constructions, maison, clôtures). Sur certains sites, le paysage, intégré au patrimoine, est comme mis en scène. Dans des parcs naturels ou des « heritage centers », des constructions modernes ou des chemins permettent de le visiter. C’est le cas des escaliers à Navan Fort, des chemins dans le parc de Slieve Gullion, des chemins entretenus à Tara, aménagements dont on peut dire qu’ils désincarnent l’espace mythologique par leur normalisation.

Photographie 23. Navan Fort (ou Emain Macha) Ulster

Photographie 23. Navan Fort (ou Emain Macha)       Ulster

© Pierre-Jérôme Jehel

Photographie 24. Slieve Gullion

Photographie 24. Slieve Gullion

© Pierre-Jérôme Jehel

Photographie 25. Le site de Tara

Photographie 25. Le site de Tara

© Pierre-Jérôme Jehel

30Cette série Paysages mythologiques montre à quel point le cadrage est un choix à la fois esthétique et scientifique. La méthode géographique d’analyse du paysage fondée sur le changement d’échelle – depuis la géométrie des formes de relief local au micro-relief – peut être mise en parallèle avec les jeux de cadrage du photographe. Le paysage irlandais est ici traité comme un champ d’expérimentation de ces deux regards. Sujet de prédilection du stéréotype photographique, il n’en n’est pas moins un sujet photographique riche et multiple. Les trois séries montrent que l’observation gagne à ne pas être unique et que la pluralité des regards (littéraire, historique, sociologique) tend encore à diversifier l’expérience esthétique du photographe.

Haut de page

Bibliographie

DENNIS Kelly, « Landscape and the West: Irony and Critique in New Topographic Photography », Cultural Landscapes in the 21st Century-Forum UNESCO University and Heritage, 2005 <http://conferences.ncl.ac.uk/

unescolandscapes/files/DENNISKelly.pdf>. Consulté le 16 avril 2012.

EHLERS J., GIBBARD P. L., ROSE J. (eds.), Glacial Deposits in Great Britain and Ireland, Rotterdam, Brookfield, A. A. Balkema, 1991.

FEISS-JEHEL Corinne & Charles LE COEUR, Les Paysages marins. Encyclopédie de la Bretagne, Bastia, Dumane, 2013.

FEISS-JEHEL Corinne, « Évolution des versants en conditions froides : l’exemple de la péninsule de Dingle (S. W. Irlande) », Thèse, Paris, 2000.

Corinne, GOELDNER-GIANELLA Lydie & Geneviève DECROIX, « Les oubliées du ‘désir du rivage’ ? L’image des zones humides littorales dans la peinture et la société françaises depuis le 18e siècle », Cybergeo : European Journal of Geography, 2011 (Article 530). <http://cybergeo.revues. FEISS-JEHEL org/23637?lang=en>. Consulté le 16 avril 2012.

(Irlande) La péninsule de Dingle signes d’un paysage. Photographies de JEHEL Pierre-Jérôme, textes de PLOSSU Bernard, HEANEY Seamus, SYNGE John Millington, O’CROHAN Tomas, LE CŒUR Charles, FEISS-JEHEL Corinne, Libourne, La part des anges éditions, 2012.

MITCHELL G.F., PENNY L.F., SHOOTON F.W., West R. G., « A Correlation of Quaternary Deposits in the British Isles », The Geological Society, Londres, Special Report, No. 4, (99 p.), 1973.

RECHT Roland, La Lettre de Humboldt. Du jardin paysager au daguerréotype, Paris, Ch. Bourgois, 1989.

ROGER Alain, Art et anticipation, Paris, Gallimard, 1997.

Haut de page

Notes

1 Exemple de ce type de photographies : <>, consulté le 16 avril 2012. Voir notamment le diaporama « Irlande » sur le site <>, consulté le 16 avril 2012. Voir aussi la section « Irlande » sur le site <>, consulté le 16 avril 2012.

2 Le nom de ce courant est apparu lors d’une exposition intitulée New Topographics, Photographs of a Man-Altered Landscape à l’International Museum of Photography de Rochester en 1975 où étaient présentées les œuvres de Lewis Baltz, Robert Adams, Frank Gohlke, Joe Deal et Stephen Shore.

3 Sur ce renouveau de la photographie de paysages aux USA, voir notamment : Kelly Dennis, 2005 : « Landscape and the West : Irony and Critique in New Topographic Photograph », Cultural Landscapes in the 21st Century-Forum UNESCO University and Heritage. <>, consulté le 16 avril 2012.

4 Voir Kelly Dennis, ibidem.

5 G.F. Mitchell, L.F. Penny, F.W. Shooton et R. G. West, « A Correlation of Quaternary Deposits in the British Isles », The Geological Society, London, Special Report, No. 4 (99 p.), 1973.

6 Voir W.P. Warren in J. Ehlers, P. L. Gibbard et J. Rose (eds.), Glacial Deposits in Great Britain and Ireland, Rotterdam, Brookfield, A. A. Balkema, 1991.

7 Voir par exemple l’étude géographique de Lydie Goeldner-Gianella, Corinne Feiss-Jehel et Geneviève Decroix, qui s’appuie sur les représentations picturales du littoral : « Les oubliées du “désir du rivage” ? L’image des zones humides littorales dans la peinture et la société françaises depuis le XVIIIe siècle », Cybergeo : European Journal of Geography, 2011 (Article 530). <>, consulté le 16 avril 2012.

8 Cette série est publiée dans (Irlande) La péninsule de Dingle signes d’un paysage. Photographies de Pierre-Jérôme Jehel, textes de Bernard Plossu, Seamus Heaney, John Millington Synge, Tomas O’Crohan, Charles Le Cœur, Corinne Feïss-Jehel, Libourne, La part des anges éditions, 2012.

9 Charles Le Cœur, Corinne Feïss-Jehel, extrait de (Irlande) La péninsule de Dingle‑signes d’un paysage, op. cit., 15.

10 Voir à ce propos l’étude des paysages marins en Bretagne de Corinne Feïss-Jehel et Charles Le Cœur, Les Paysages marins. Encyclopédie de la Bretagne, Bastia, Eds. Dumane, 2013.

11 « Ferme l’œil de ton corps afin de voir ton tableau d’abord par l’œil de l’esprit. Puis mets au jour ce que tu as vu dans l’obscurité afin que ta vision agisse sur d’autres, de l’extérieur vers l’intérieur ». Cité par Roland Recht, La Lettre de Humboldt. Du jardin paysager au daguerréotype, Paris, Ch. Bourgois, 1989, 27.

12 Alain Roger, Art et anticipation, Paris, Gallimard, 1997, 14.

13 Voir, par exemple, une de ses œuvres les plus emblématiques : A Line In Ireland, 1974, présentée sur le site de l’artiste <http://www.richardlong.org/Sculptures/2011 sculptures/lineireland.html>. Consulté le 27 avril 2012.

14 Peuple mythique qui aurait été le cinquième occupant de l’Irlande, ayant lui-même chassé le peuple des Fir Bolg.

15 Exposé aux rencontres photographiques de Montpellier et au théâtre de Marly-le-Roi en 2009. <http://www.boutographies.com/expo/paysages-mythologiques-parcours-irlandais.html>. Consulté le 10 avril 2012.

16 La mythologie rapporte que Diarmaid O’Duibhné, l’un des guerriers mythiques appelés Fiana, trouva la mort au pied de cette montagne du Sligo à cause d’un sanglier monstrueux.

17 Cette péninsule du comté de Louth fut le théâtre du fameux épisode du Rapt des vaches de Cooley (Táin Bó Cúailnge).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Diptyque de la vallée d’Anascault
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-1.png
Fichier image/png, 682k
Titre Photographie 2. Vallée de Caum
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-2.png
Fichier image/png, 336k
Titre Photographie 3. Plage de Murioch
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-3.png
Fichier image/png, 280k
Titre Photographie 4. Plage de Feonagh / Rivage de la baie de Tralee
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-4.png
Fichier image/png, 628k
Titre Photographie 5. Derrymore. Schéma géomorphologique et photographie noir et blanc.
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-5.png
Fichier image/png, 459k
Titre Photographie 6. Archipel des Blaskets
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-6.png
Fichier image/png, 638k
Titre Photographie 7. Baie de Tralee
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-7.png
Fichier image/png, 543k
Titre Photographie 8. Archipel des Blaskets
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-8.png
Fichier image/png, 510k
Titre Photographie 9. Brandon Point
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-9.png
Fichier image/png, 445k
Titre Photographie 10. Loughros (Donegal)
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-10.png
Fichier image/png, 195k
Titre Photographie 11. Down Patrick Head (Mayo)
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-11.png
Fichier image/png, 178k
Titre Photographie 12. Les îles d’Aran (Inis Mór)
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-12.png
Fichier image/png, 166k
Titre Photographie 13. Malinbeg (Donegal)
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-13.png
Fichier image/png, 369k
Titre Photographie 14. Coolsilva (Buren)
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Photographie 15. An Chapaig (Kerry)
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-15.png
Fichier image/png, 322k
Titre Photographie 16. La Chaussée des géants
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-16.png
Fichier image/png, 746k
Titre Photographie 17. Ben Bulben
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-17.png
Fichier image/png, 596k
Titre Photographie 18. La péninsule de Cooley
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-18.png
Fichier image/png, 1017k
Titre Photographie 19. L’arrivée, 2009
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-19.png
Fichier image/png, 224k
Titre Photographie 20. Emplacement des sites photographiés
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-20.png
Fichier image/png, 84k
Titre Photographie 21. Carte de repérage de la colline d’Allen
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-21.png
Fichier image/png, 454k
Titre Photographie 22. La colline d’Allen
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-22.png
Fichier image/png, 666k
Titre Photographie 23. Navan Fort (ou Emain Macha) Ulster
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-23.png
Fichier image/png, 734k
Titre Photographie 24. Slieve Gullion
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-24.png
Fichier image/png, 764k
Titre Photographie 25. Le site de Tara
Crédits © Pierre-Jérôme Jehel
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/5951/img-25.png
Fichier image/png, 609k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Jérôme Jehel et Corinne Feiss-Jehel, « Le paysage irlandais, un espace photogénique : réflexions autour de quelques séries photographiques en Irlande », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XII-n° 3 | 2014, mis en ligne le 06 juin 2014, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/5951 ; DOI : 10.4000/lisa.5951

Haut de page

Auteurs

Pierre-Jérôme Jehel

Paris, Dinard, France. Photographe et enseignant, Pierre-Jérôme Jehel, travaille sur les rapports entre la photographie, les sciences de terrain et le voyage : l’anthropologie, la géographie et l’archéologie. Après des études scientifiques, diplômé de l’Ecole Louis Lumière et d’un DEA en histoire de la photographie, il est professeur au département photographie de Gobelins – l’École de l’image et intervient dans différents séminaires et ateliers de photographie.

Corinne Feiss-Jehel

Corinne Feiss-Jehel est maître de conférences, UMR Prodig, Laboratoire de Géomorphologie et Environnement littoral, École Pratique des Hautes Études. Auteur d’une thèse de géomorphologie sur la Péninsule de Dingle (Kerry). Elle travaille aujourd’hui sur le domaine littoral en particulier, les questions liées au paysage.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals