Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. VII – n°3Hommages poétiquesQuelques poèmes

Hommages poétiques

Quelques poèmes

Some Poems
Michael Edwards
p. 8-15

Texte intégral

En hommage amical à René Gallet.

Ce que dit la mémoire

1Regardez-moi ce couchant qui s’immobilise,
Derrière le Morvan, le Mont Beuvray disparu,
Store vénitien que l’on a soudain baissé.

Les couleurs du spectre montent vers le Ciel
Par degrés, barreau après barreau sur l’échelle
Des anges rêveurs, et le vert au milieu.

Hourra pour la blancheur qui se manifeste,
Pureté dans les pures nuances de l’ici,
Lumière du principe visible à son déclin.

Souvenir de voyage

2Taupe sous le plafond des feuilles, la voiture
descendait par le doux abîme des siècles
vers l’église en rondins, trapue, attirante,
assise dans le vif du bois saxon :
maison venue des arbres où mettre l’espoir.
Non le regard insoutenable d’un hibou,
mais le carré de peau d’un Viking glacial
cloué à la porte, résorbait nos questions
sur le seuil de bois. Je sombrais, au-delà,
dans les remous, les rumeurs, du vieux parler.
Pas après pas, l’oreille de l’âme
entendait les mots murmurés par les choses
dans la langue charnelle de l’étrange tribu.
“Floor”, “roof”, “opening”, “rightness”, “depth”,font remonter Greensted, et ses noms engrangés.
Je remue, dans l’âtre froid, des cendres grises
(ici, dans la clarté champagne de Paris),
et trouve les braises rouges, encore vivantes.

Séquence

3La prose de la Seine frémit tout au long de son corps de reptile langoureux et résolu, dans sa randonnée de courbes lentes puis soudaines par le dédale de la ville, dans la joie clapotante de chaque brève vague contre les pierres sonores des berges. D’une source infime mais bouillonnante elle fleurit la terre d’ici, la verte contrée de l’esprit, avant de se trouver, par une mort douce, indécelable et continue, Manche, mer du Nord, Atlantique. Sinueuse, elle ne cesse, mais s’évapore, séjourne dans les nuages, puis retourne dans les ténébreuses fertilités où

elle recommence, mosaïque de vitres
où scintille sur le pavé liquide en amont
du pont Marie, un ciel fragmenté.

Flottant à l’aise, les mouettes sans cris
posées par le hasard (magicien du visible)
doivent sentir, sous leurs plumes inconnues,
le froid de cette vie qui les soulève.

Au flâneur des quais,
entre deux bouleaux à l’écorce brillante,
aux verdures en liesse, le poème
des eaux bleu de Seine tout à coup

paraît. Je m’arrête, saisi, après quelques instants je confie des mots à mon Moleskine, et je poursuis mon chemin. Le régime aplatit le ventre et donne des ailes ; j’avance à grandes enjambées, guidé par mon djinn tonique. La lumineuse clarté de mars plane sur Paris, et du fleuve, les passagers d’un long bateau qui me croise me font signe.

L’arc-en-ciel du Champ de Mars

4…nach dem Sturm, les eaux du ciel
se réunissent, précieuses, dans les irréelles
couleurs scintillantes de l’invisible,
pour révéler, fragment de l’anneau,
la bonne lumière de l’origine.

Inachevé

5Je m’éveille le matin amas de rêve et de mémoire.
La fenêtre aurait-elle le secret de mon être ?

Entre la porte qui s’ouvre et celle qui se referme,
La main sur les deux poignées était-ce la même ?

Le miroir me photographie qui suis invisible.
Je me retourne et tout, sauf le lieu, disparaît.

J’écoute les mots s’écrire sur le puits du silence.
C’est Elle qui guide ma main, la langue, la Muse.

Le taxi, place Maubert, qui manque de me frôler :
Effroyable, souriante, la mort s’efface sur mon passage.

Je suis, en sortant de la vive lumière
D’un pas machinal, ébloui par l’ombre.

Nuage rapide qui masque le soleil,
Tu m’élimines comme une lourde paupière.

J’assiste en spectateur au lever des idées,
Comme le printemps à la frondaison.

La tasse vide et lumineuse qui semble
Faire signe : patience d’un creux façonné.

L’autre en l’obscur de la vitre flotte
Dans la rue, ne me quitte pas des yeux.

Une main souveraine, terriblement douce,
Ne me touche pas, de temps à autre, l’épaule.

Mes mains sont moi, et si je les perdais
Mon âme aurait encore ces mains-là.

L’épaule qui me bouscule me rappelle ce que je dois
Atteindre : le déséquilibre en Dieu.

Rapaces

6Des rapaces, une douzaine, planent
dans les airs sans vent qui dominent la grande Île.

Lesquels ? Leurs longues ailes effilées,
leurs corps si brefs, leur présence à Paris
les privent de nom, les délivrent de leurs noms.

Ils déroulent leur fiction singulière
dans un nulle part visible au-dessus de la ville.

Ils semblent fixer de craintives bestioles,
guetter des musaraignes, des campagnols,tapis dans les broussailles du chauve parvis.

Ils font tournoyer là-haut,
nonchalamment, leur être, leur en-soi.

Ils fendent le temps de leur double cimeterre,
en déplaçant sans cesse les cercles de leur danse,
en narguant les mots, le regard captatif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Edwards, « Quelques poèmes », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VII – n°3 | 2009, 8-15.

Référence électronique

Michael Edwards, « Quelques poèmes », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VII – n°3 | 2009, mis en ligne le 19 mai 2009, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/64 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.64

Haut de page

Auteur

Michael Edwards

Professor, (Collège de France, Paris, France)
Né en 1938, près de Londres, il fait ses études à Cambridge, où il publie ses premiers poèmes. Poète en anglais et en français, philosophe de la création littéraire et artistique (de nombreux livres écrits également dans les deux langues), il est élu au Collège de France en 2002. Il partage sa vie entre Paris et la Bourgogne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search