Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. VII – n°3Poèmes et poètesCharles Péguy vu par Geoffrey Hill

Poèmes et poètes

Charles Péguy vu par Geoffrey Hill1

Charles Péguy seen by Geoffrey Hill
Josette Leray
p. 87-93

Résumé

Geoffrey Hill’s long poem The Mystery of the Charity of Charles Péguy is a meditation on the French poet Charles Péguy, on the values he embodied and their relationship to the world he lived in and to History in general. Hill has a dual approach: he demonstrates a ruthless clarity throwing light on a historical reality that denies the values Péguy advocated, while appreciating Péguy’s spiritual greatness. Hill feels drawn towards his idealism but he acknowledges its dangers and uses an ironic distance to counterbalance it. He investigates the concept of heroism and at the same time that of innocence, an innocence which is aware of tragedy. This celebration of innocence is but short-lived, for the ideal is soon corrupted and appropriated by History, and becomes a dead letter. In the end Péguy will not pass a message and his “Charity” remains a mystery, but his poetry is his legacy. Péguy’s influence on poets and on Hill himself is what Hill’s poem ultimately celebrates.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cet article a été initialement publié par L’Amitié Charles Péguy dans le n° 50 d’avril-juin 1990 q (...)
  • 2  The Mystery of the Charity of Charles Péguy  a paru chez André Deutsch, Agenda Edition, 1983, puis (...)
  • 3  “The tragi-comic battered élan of Péguy’s life […] Péguy, stubborn rancours and mishaps and all, i (...)

1Geoffrey Hill, grand poète anglais contemporain, prend directement Charles Péguy comme héros dans Le Mystère de la Charité de Charles Péguy2, long poème de cent quatrains groupés en dix sections d’inégale longueur, précédé de trois  Hymnes à Notre Dame de Chartres qui lui servent de « porche ». Dans la tradition élégiaque en effet, il est une méditation sur Péguy, sur les valeurs incarnées par celui-ci, sur leur rapport avec le monde dans lequel il a vécu et avec l’Histoire en général. Méditation placée sous le signe de l’admiration surveillée, cependant : G. Hill oscille constamment entre une lucidité éclairant implacablement une réalité historique qui réfute les valeurs prônées avec tant de conviction et de fidélité par Péguy, et une sympathie pour la grandeur spirituelle du personnage. Il fait le portrait tragi-comique d’un Péguy fortifié par ses échecs ; dans les notes adjointes au texte du poème, il donne une courte biographie de Péguy et conclut sur ce qu’il appelle « l’élan  meurtri, tragi-comique, que fut la vie de Péguy » en précisant : « Péguy, malgré son obstination, ses déconvenues, ses rancœurs, et autres, est une des grandes âmes et des grandes intelligences prophétiques de notre siècle. J’offre Le Mystère de la Charité de Charles Péguy en hommage personnel au triomphe de sa “défaite” »3.

L’héroïsme face à l’Histoire

  • 4  “Crack of a starting pistol. Jean Jaurès
    dies in a wine-puddle.
    […]
    History commands the stage wield
    (...)

2G. Hill choisit de placer en exergue à son recueil de Collected Poems trois citations dont une de Péguy : « Quand le monde moderne avilit, mettons que c’est alors qu’il travaille de sa partie », parce qu’il va explorer au long de son œuvre la dialectique constante entre l’idéal et la réalité imparfaite. L’héroïsme le fascine, comme affirmation des valeurs contre l’histoire et résistance au temps ; ainsi les deux premières sections du Mystère de la Charité de Charles Péguy  offrent un saisissant contraste entre la violence répétée de l’Histoire – le meurtre de Jean Jaurès qui ouvre le poème n’est qu’une farce de plus dans le théâtre macabre du monde – et l’obstination délibérée de Péguy à proclamer sa foi : « Détonation ; Jean Jaurès meurt dans une flaque de vin […] l’Histoire règne sur la scène, braquant un révolver de pacotille, répétant une prochaine scène […] Pédagogue de la vérité, bravant une armée retranchée d’imbéciles et de vauriens, […] Péguy s’obstine à proclamer que l’Espérance est une petite fille » 4 (section 1).

  • 5 […]raw veteran, poet with the head of a bull.
    Footslogger of genius, skirmisher with grace
    and ill-l
    (...)
  • 6 Fin de la section 4 :
    “…So, you have risenAbove all that and fallen flat on your face”.
    Début de la s (...)

3Immédiatement apparaît la distanciation ironique de Hill, défense à la fois contre l’attirance éprouvée pour cet idéalisme et contre ses dangers pressentis. Une suite d’oppositions fait de Péguy un Don Quichotte qui tire sa grandeur de son ridicule et son ridicule de sa grandeur : « Vétéran inexpérimenté, poète à tête de taureau […].  Marcheur de génie, tirailleur de la grâce et de la malchance, sentinelle du sacrifice » 5 (section 2). Hill voit en lui un Joseph qui continue à rêver de vaches grasses tout en devant affronter les vaches maigres de la réalité. Mais l’exigence spirituelle de Péguy résiste à la cruauté, à la violence et au dérisoire qui accompagnent la marche de l’Histoire. L’espérance militante (ce « château fortifié ») lui donne la force de combattre, d’affronter le danger et d’embrasser sa mort dans la fidélité à sa foi : « Tu t’es élevé au-dessus de tout cela et tu es tombé face contre terre » (fin de la section 4) « dans les betteraves » 6 (début de la section 5). La hardiesse de l’enjambement d’une section à l’autre met en valeur le sacrifice christique. Le thème de l’espérance à travers l’échec, de la conscience morale éprouvée dans l’échec, de la réussite par l’échec est un thème chrétien par excellence.

  • 7  “We are the occasional just men who sit
    In gaunt self-judgement on their self-defeat,
    the elite herm
    (...)
  • 8  Geoffrey Hill, Le Château de Pentecôte, et autres poèmes, traduits et présentés par René Gallet, O (...)

4Cependant les dangers d’un tel héroïsme n’échappent pas à G. Hill ; la force de la vertu est suspecte elle aussi, parce qu’elle peut conduire aux mêmes excès que la bassesse : la violence et l’effusion de sang. « Nous sommes les justes par intermittence, figés dans un austère jugement sur nos défaites consenties, ermites sélects, défenseurs d’une vieille foi qui se porte sur de nouvelles guerres […]. Une fois de plus la vérité avance et les métaphores de sang se  remettent à couler » 7 (section 6). La grandeur de Péguy n’est donc pas admise sans réserve importante, mais l’éloge s’affermit de savoir rester critique. Plutôt qu’un modèle, à la limite dangereux, cette grandeur est fondamentalement, pour Hill, un témoignage de la grandeur de Dieu plus que de celle de l’Homme. Là réside peut-être le mystère de la Charité de Charles Péguy. René Gallet a bien défini cet aspect christique de plusieurs héros de l’œuvre de Hill : « L’imitation active [du Christ] aide aussi à “purifier” le témoignage de ce qu’il pourrait posséder d’affirmation conquérante. D’ailleurs sa résistance à l’ordre du monde est faible. Elle atteste surtout d’un autre ordre de justice, transcendant à celui du monde, et sans lequel elle serait inconcevable, sinon comme flamboiement, attachant mais absurde, de grandeur individuelle »8. C’est en particulier le cas de Péguy.

L’innocence envers et contre tous

  • 9 Vistas of richness and reward.  […]
    Here life is labour and pastime and orison
    like something from a
    (...)
  • 10 yours is their dream of France, militant-pastoral :
  • 11 […] Truly, if you are wise, deny such wisdom;

5Explorant le concept d’héroïsme, G. Hill est conduit à s’attacher parallèlement à celui d’innocence. Péguy est un héros parce qu’il est un cœur pur. Son innocence première se manifeste dans cette vision de la vieille France que Hill exprime dans la section 3 de son poème : « Vastes étendues de riches récompenses […]. La vie est labeur, loisir et oraison comme dans un livre d’Heures »9. Paysage fabuleux, immédiatement moralisé, spiritualisé, horizon d’un rêve mystique partagé par la France d’alors, et que Péguy contribue à entretenir : « Ton rêve est le leur, militant et pastoral […] la stratégie mystique de Foch et de Bergson, dans la gloire de la durée et de la bravoure obstinée qui mérite ses martyrs »10. L’oxymore constitué par cette « stratégie mystique » découvre la faille interne qui menace cette innocence, brutalement remise en cause à la fin de la section : « En vérité, si tu es un sage, nie une telle sagesse »11.

  • 12 in a bleak visionary instant, […]
    Happy are they who, under the gaze of God,
    die for the ‘terre charn
    (...)
  • 13 Here the lost are blessed, the scarred most sacred.

6Mais, dans la section 5, l’innocence se trouve réaffirmée à travers la mort par le sacrifice qui, « dans l’instant austère de la vision » transfigure le paysage réel pour des noces de sang avec la terre ; Hill reprend les paroles de Péguy pour cette célébration : « Heureux ceux qui, sous le regard de Dieu, sont morts pour “la terre charnelle”, ont marié leur sang au sien »12. Le rêve d’innocence prouve ainsi qu’il n’est pas un rêve d’évasion pastorale, mais qu’il intègre le tragique, accepte la confrontation au lieu de se borner à masquer ou à oublier la violence de l’Histoire. L’innocence peut alors être pleinement célébrée comme épiphanique, la terre redevenant le cristal de l’enfance, terre d’accueil et de bénédiction : « Ici les disparus sont bénis, les blessés sont sacrés » 13. Terre pure, non parce qu’elle est préservée de la douleur du monde, mais parce qu’elle en est au contraire le refuge.

La récupération

  • 14  “[…]. your novena cleaving
    brusquely against the grain of its own myth,
    its truth and justice, to a
    (...)
  • 15  “[…] Dying, your whole life
        fell into place.
    […]”

7La célébration de cette innocence héroïque est brève, malheureusement, car très vite, l’idéal est perverti ou récupéré par l’Histoire. C’est là un thème insistant, que G. Hill développe dès la fin de la section 5 et au long des sections 6, 7 et 8, avec une ironie féroce : « Votre neuvaine soudain, contre le grain de sa fiction, de sa vérité, de sa justice, adhérant à une vérité et une justice difficiles à justifier » 14 Dès la section 2, Hill montrait la figure même de Péguy édulcorée par la postérité en curiosité touristique et tristement statufiée, la mort l’ayant commodément rangé au panthéon : « Dans la mort, ta vie entière tombe droit » 15.

8Le même jeu impitoyable sur les mots sert à qualifier le monde de ces « Seigneurs des Hauts Murs » qui font l’Histoire sous la bannière d’une fausse justice utilisant tous les idéaux de Péguy à des fins perverties. Ceux-là qui sont censés dispenser la justice se dispensent de justice : « To dispense, with justice ; or, to dispense with justice » –  le simple retrait d’une virgule suffit en anglais à ce renversement satanique de situation. La récupération inverse de la violence par le martyre n’est  guère moins nocive, puisqu’elle l’alimente, elle aussi.

  • 16  “… We still dutifully read
    « heureux ceux qui sont morts » ”.
  • 17  “[…]. Death does you proud,
    every heroic commonplace…
    stamped forever into the futureless mud”.
  • 18    […] En avant, Péguy ! The irony of advancement. Say “We
    possess nothing ; try to hold on to that.
    (...)
  • 19  “having composed his great work, his small body,
    for the last rites of truth, whatever they are  
    [… (...)

9La consolation même d’une permanence de l’idéal devient suspecte quand celui-ci ne persiste plus que comme lettre morte : « Nous lisons toujours bien gentiment “Heureux ceux qui sont morts” » 16 (section 7). La section 8 du poème durcit le ton en traquant toutes les ironies de la notion de « mort pour la patrie » : « La mort te rend fort, tous les lieux communs de l’héroïsme […] imprimés à jamais dans la boue informe »17. La recherche d’une assurance et d’une justification, quand l’aura de la mort s’est effacée, se réduit à un idéal douteux d’abnégation : « Péguy, en avant ! L’avancement ! Dis-leur : Rien n’est à nous, rappelez-vous bien cela » 18. La section 10 tire la conclusion logique d’une lucidité aussi intransigeante : Péguy ne peut finalement nous donner aucune leçon ; « Après avoir apprêté sa grande œuvre et son petit corps pour les derniers sacrements de la vérité, quels qu’ils soient […] il ne nous laisse aucune recommandation » 19. Sa charité, au sens profane du terme, cette fois, reste un mystère.

Le langage poétique : la parole donnée et le mot juste

  • 20  “Our Word is our Bond”, Geoffrey Hill, The Lords of Limit, London: André Deutsch, 1984.
  • 21  “Did Péguy kill Jaurès ?...[…]must men stand by what they write […]?

10Si Péguy ne nous laisse en définitive aucun message, il nous lègue sa poésie et par là même engage sa responsabilité. Le poème de G. Hill pose en effet le problème des rapports entre le langage et l’action, et de la responsabilité du poète envers sa parole poétique. C’est une question qui préoccupe Hill et qu’il soulève dans plusieurs de ses essais, entre autres dans : « On est lié par sa parole » 20, où la parole est considérée à la fois comme un engagement et un emprisonnement. C’est ainsi que le poème de Hill commence par s’interroger sur la responsabilité indirecte de Péguy dans l’assassinat de Jaurès : « Péguy a-t-il tué Jaurès ? … Les hommes doivent-ils répondre de leurs écrits ? » 21 Péguy lui-même n’a-t-il pas été influencé par sa propre écriture ? Questions sans réponse mais qui méritent d’être posées. J’ajouterais celle-ci : comment doit-on alors lire Péguy ?

  • 22  “Redeem the time”, in G. Hill, The Lords of Limit, op. cit., 103.

11Pour G. Hill, toute véritable poésie est expiation, rachat (le mot anglais est « atonement » dans son étymologie « at-one-ment ») et réconciliation du monde avec la transcendance ; elle est en effet une opposition acharnée à la décadence du temps et la possibilité de racheter le temps. Hill pourrait appliquer à Péguy ce qu’il dit  de cet autre grand poète anglais Gerald Manley Hopkins : « Contre tout ceci la poésie de Hopkins établit une résistance obstinée. Moralement aussi bien que rythmiquement, sa vocation a été de racheter le temps » 22, dans son essai « Racheter le temps ». Ethique et esthétique se rejoignent chez Péguy parce que la quête de la justesse poétique est inséparable pour lui de la quête de la justice ;  il faut à la fois justesse et justice pour rendre le mot juste.

  • 23  “In memory of those things these words were born”.

12Ce qu’en fin de compte célèbre le poème, c’est le rayonnement poétique de Péguy, sa capacité à inspirer les poètes, Hill en particulier : « en mémoire de toutes ces choses ce poème est né »23, telle est la conclusion du Mystère de la Charité de Charles Péguy, qui est bien le « tombeau » de Charles Péguy.

Haut de page

Notes

1  Cet article a été initialement publié par L’Amitié Charles Péguy dans le n° 50 d’avril-juin 1990 qui contient également des extraits du Mystère de la Charité de Charles Péguy traduits de l’anglais par René Gallet.

2  The Mystery of the Charity of Charles Péguy  a paru chez André Deutsch, Agenda Edition, 1983, puis dans Geoffrey Hill, Collected Poems, London : Penguin, 1985, et dans New & Collected Poems, Boston : HoughtonMifflin, 1994 réimprimé en 2000, et dans Selected Poems, London : Penguin, 2006.

3  “The tragi-comic battered élan of Péguy’s life […] Péguy, stubborn rancours and mishaps and all, is one of the great souls, one of the great prophetic intelligences, of our century. I offer The Mystery of the Charity of Charles Péguy as my homage to the triumph of his ‘defeat’ ”.

4  “Crack of a starting pistol. Jean Jaurès
dies in a wine-puddle.
[…]
History commands the stage wielding a toy gun
[…]
rehearsing another scene. […]
Truth’s pedagogue, braving an entrenched class
of fools and scoundrels,
[…]
still Péguy said that Hope is a little child”.

5 […]raw veteran, poet with the head of a bull.
Footslogger of genius, skirmisher with grace
and ill-luck, sentinel of the sacrifice”.

6 Fin de la section 4 :
“…So, you have risenAbove all that and fallen flat on your face”.
Début de la section 5 :
Among the beetroots.

7  “We are the occasional just men who sit
In gaunt self-judgement on their self-defeat,
the elite hermits, secret orators
of an old faith devoted to new wars
[…]
Once more the truth advances ; and again
the metaphors of blood begin to flow”.

8  Geoffrey Hill, Le Château de Pentecôte, et autres poèmes, traduits et présentés par René Gallet, Obsidiane, 1988, 79.

9 Vistas of richness and reward.  […]
Here life is labour and pastime and orison
like something from a simple book of hours;

10 yours is their dream of France, militant-pastoral :

... the mystic strategy of Foch
and Bergson with its time-scent, dour panache
deserving of martyrdom.

11 […] Truly, if you are wise, deny such wisdom;

12 in a bleak visionary instant, […]
Happy are they who, under the gaze of God,
die for the ‘terre charnelle’, marry her blood
to theirs, […]

13 Here the lost are blessed, the scarred most sacred.

14  “[…]. your novena cleaving
brusquely against the grain of its own myth,
its truth and justice, to a kind of truth,
a justice hard to justify.”

15  “[…] Dying, your whole life
    fell into place.
[…]”

16  “… We still dutifully read
« heureux ceux qui sont morts » ”.

17  “[…]. Death does you proud,
every heroic commonplace…
stamped forever into the futureless mud”.

18    […] En avant, Péguy ! The irony of advancement. Say “We
possess nothing ; try to hold on to that. ”

19  “having composed his great work, his small body,
for the last rites of truth, whatever they are  
[…]
he commends us to nothing
[…]

20  “Our Word is our Bond”, Geoffrey Hill, The Lords of Limit, London: André Deutsch, 1984.

21  “Did Péguy kill Jaurès ?...[…]must men stand by what they write […]?

22  “Redeem the time”, in G. Hill, The Lords of Limit, op. cit., 103.

23  “In memory of those things these words were born”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josette Leray, « Charles Péguy vu par Geoffrey Hill », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VII – n°3 | 2009, 87-93.

Référence électronique

Josette Leray, « Charles Péguy vu par Geoffrey Hill », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VII – n°3 | 2009, mis en ligne le 19 mai 2009, consulté le 23 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/83 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.83

Haut de page

Auteur

Josette Leray

Professeur, (Caen, France)
Leray Josette, professeur honoraire à l’université de Caen, est l’auteur d’une thèse de doctorat d’état sur l’enfant dans le roman anglais du XXe siècle, et de divers articles, en particulier sur Elizabeth Bowen, Ivy Compton-Burnett, William Golding, Mervyn Peake et Patrick White.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search