Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. VII – n°4Jane Eyre : texte, contexte, ur-t...Jane Eyre : un roman innovant pou...

Jane Eyre : texte, contexte, ur-texte

Jane Eyre : un roman innovant pour les critiques victoriens

Jane Eyre: an Innovating Novel according to the Victorian Critics
Odile Boucher-Rivalain
p. 7-17

Résumé

After the failure to publish her first novel The Professor Charlotte Brontë wrote her second work of fiction Jane Eyre in a conscious effort to satisfy the critics’ expectations, combining the more traditional elements of novel-writing with more innovating ones suggested by her own imagination. An examination of the reviews which appeared in the months following the publication of Jane Eyre reveals Charlotte Brontë’s strategy: her choice of an unconventional relationship between the poor, plain governess and her wealthy, passionate master, the exploration of her heroine’s interior life combined with the realistic descriptions of her characters’ physical and social environment. This combination ensured the success of the novel which was overwhelmingly praised for its innovative elements even if the more conservative critics disapproved of such novelties.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

réalisme, innovation, moralité

Index chronologique :

XIXe siècle

Index thématique et géographique :

littérature, histoire des idées, société, Grande-Bretagne
Haut de page

Texte intégral

  • 1   « Jane Eyre: a review », (anon.), Tait’s Edinburgh Magazine, vol. 15, May 1848, 346.
  • 2  “On the Origin and Progress of Novel-Writing “, The British Novelists, vol. 1, London, 1810 in Ele (...)

1Contrairement à bien des œuvres de fiction qui avaient paru durant la première moitié du XIXe siècle, le premier roman publié de Charlotte Brontë ne parut pas sous le titre Jane Eyre : a novel mais bien Jane Eyre, an autobiography. Depuis Fielding qui avait classé le roman dans la catégorie aristotélicienne de l’épopée en définissant Tom Jones (1749) comme « a comic epic in prose » en passant par Fanny Burney qui s’était refusée à utiliser le terme pour désigner son roman Camilla (1796), « I own I do not like calling it a novel », et jusqu’à Maria Edgeworth qui avait partagé cette réticence à propos de son roman Belinda (1801), le genre romanesque avait été considéré comme un genre populaire, appartenant à un rang bien inférieur à celui du drame ou de la poésie. Charlotte Brontë eut la sagesse de préférer souligner dans son titre l’écriture d’un récit à la première personne plutôt que de le désigner d’emblée comme une œuvre de fiction. Le terme d’ « autobiographie » confère à un texte une qualité d’authenticité liée à l’expérience vécue par le narrateur. Le roman est donc présenté moins comme un récit fictif qu’un parcours biographique, ce qui rendit perplexe plus d’un critique, tel celui qui déclarait en mai 1848 dans les pages de Tait’s Edinburgh Magazine : « We are somewhat tardy in our notice of this work, which is undoubtedly the best of the season, if that can be called a novel which is written in the style of an autobiography »1. Il y avait chez Charlotte Brontë une volonté délibérée de se démarquer de la tradition romanesque réaliste après l’échec de The Professor, son premier roman qui ne fut publié qu’à titre posthume. Souligner que son roman se présentait comme une autobiographie fictive était pour elle une précaution indispensable au succès de son entreprise. À une époque où la critique se montrait encore excessivement méfiante à l’égard du genre romanesque et où l’on entendait encore résonner la voix de Laetitia Barbauld qui avait déclaré en 1810 : « A Collection of Novels has a better chance of giving pleasure than of commanding respect2 », Charlotte Brontë était déterminée à faire accepter son second roman. Elle releva le défi puisque la critique salua Jane Eyre de manière imprévisible pour son auteur. L’examen des recensions qui parurent dans les mois qui suivirent la publication de Jane Eyre en décembre 1847 révèle la stratégie de Charlotte Brontë qui combina l’insertion d’éléments innovants et le recours à des éléments beaucoup plus traditionnels afin de répondre aux attentes des lecteurs comme des critiques.

« A story of surpassing interest » 

2Alors que l’intrigue était toujours considérée au début du XIXe siècle comme l’élément primordial pour susciter l’intérêt du lecteur, ce point de vue se trouvait remis en cause par les Victoriens qui s’intéressèrent aux distinctions faites entre les genres littéraires. J. S. Mill, dans son essai de 1833 « Thoughts on Poetry and its Varieties », voyait l’intérêt pour le genre romanesque correspondre à un stade élémentaire de développement chez un individu ou dans une société :

  • 3  E. Jones (ed.), English Critical Essays. The Nineteenth Century, Oxford : Oxford University Press, (...)

At what age is the passion for a story, for almost any kind of story, merely as a story, the most intense? In childhood. […] In what stage of the progress of society, again, is story-telling most valued and the story-teller in greatest request and honour? In a rude state like that of the Tartars and Arabs at this day, and that of almost all nations in the earliest ages3.

3De Quincey exprima la même idée dans son essai « Oliver Goldsmith » paru en 1848 : l’intérêt suscité par le récit d’événements qui constituent l’intrigue fait appel à nos facultés intellectuelles les plus primaires :

  • 4  David Masson(ed.), The Collected Writings of Thomas De Quincey, vol. 4, London : Black, 1897, 298.

Finally, the very principle of commanding attention only by the interest of a tale, which means the interest of momentary curiosity, destined to vanish for ever, in a sense of satiation, and the interest of a momentary suspense that, having once collapsed, can never be rekindled, is in itself a confession of reliance upon the meaner functions of the mind4.

4Même si l’intrigue n’était plus considérée comme l’élément primordial d’un récit de fiction, les critiques saluèrent la composition de l’intrigue dans Jane Eyre reposant sur un harmonieux équilibre entre l’originalité des événements et leur crédibilité, ces événements ayant pour la plupart un fondement dans la réalité. Selon Tait’s Edinburgh Magazine, la vraisemblance des personnages et des événements auxquels ils doivent faire face est indiscutable, faisant allusion aux évocations réalistes de l’héroïne à Lowood, et passant sous silence l’épisode de Thornfield où la présence de Bertha Mason enfermée par Rochester dans sa propre demeure sans avoir éveillé de soupçons durant plusieurs années pouvait sembler peu probable :

  • 5   « Jane Eyre : a review », Tait’s Edinburgh Magazine, vol. 15, May 1848,  348.

 The story is a love one, but it is love out of the common course, and the scenes and incidents which are evolved out of its development are not of an ordinary kind, though they are not beyond the probability of occurrence in actual life. There is a touch of nature in the whole book, which is one of its greatest charms5 (vol. 15, 348).

  • 6   The Athenaeum, 23 October 1847, 1100.

5Un critique ira jusqu’à justifier la crédibilité de l’enfermement de Bertha Mason en affirmant qu’un cas semblable a été porté à sa connaissance : « We, ourselves, know of a large mansion-house in a distant county where, for many years, a miscreant was kept in close confinement,—and in his existence, at best, only darkly hinted in the neighbourhood »6. C’est dire si les critiques, enthousiasmés par le roman, étaient prêts à déceler la trace du réalisme dans tous les éléments de l’intrigue. C’est pour la variété des incidents qui forment la trame du récit que The Critic salua Jane Eyre comme une exception par rapport aux romans parus à la même époque qui sacrifiaient souvent l’intrigue pour faire du roman un récit didactique :

  • 7 The Critic, 30 October 1847, in Miriam Allott (ed.), Jane Eyre and Villette, Casebook series, Londo (...)

Jane Eyre is a remarkable novel, in all respects very far indeed above the average of those which the literary journalist is doomed every season to peruse, and of which he can say nothing either in praise or condemnation, such is their tame monotony of mediocrity. It is a story of surpassing interest, riveting the attention from the very first chapter, and sustaining it by a copiousness of incident rare indeed in our modern English school of novelists, who seem to make it their endeavour to diffuse the smallest possible number of incidents over the largest possible number of pages. Currer Bell has even gone to the other extreme, and the incidents of his story are, if anything, too much crowded. But this is a fault which readers, at least, will readily pardon7.

  • 8 The Guardian, 1 December 1847, in Eleanor McNees (ed.), The Brontë Sisters : Critical Assessments S (...)
  • 9 The Christian Remembrancer, 15 April 1848, 396-409, in Eleanor McNees, op. cit., 20.

6Dans la recension que fit The Guardian, le critique exprima le même enthousiasme, se félicitant de l’intérêt suscité par le mystère qui règne à Thornfield, la curiosité éveillée chez le lecteur étant entretenue de manière régulière par une succession d’incidents : « […] we will say that we have rarely met with a more deeply interesting story : […] the mystery (a novel would be no novel without one!) such as would baffle the keenest-scented reader. […] the book is not one of “points,” but an evenly sustained narrative »8. Toutefois, ce point de vue fut parfois contesté. Ainsi, dans sa recension, le critique du Christian Remembrancer rejeta en bloc l’intrigue pour ne trouver d’intérêt au roman que dans l’étude des personnages : « The plot is most extravagantly improbable, verging all along on the supernatural, and at last running fairly into it. All the power is shown and all the interest lies in characters »9.

  • 10 The Athenaeum, 23 October 1847, 1100.

7Les critiques approuvèrent donc très majoritairement l’organisation de l’intrigue dans Jane Eyre, satisfaits d’y trouver les éléments traditionnels du genre romanesque à une époque où la mission du romancier était assignée à d’autres buts que celui de plaire, la diffusion d’idées, qu’elles soient philosophiques, sociales ou religieuses, étant devenue dans les années 1830 et 1840 le but avoué du roman , comme le souligna The Athenaeum : « […] as exciting strong interest of its old-fashioned kind, Jane Eyre deserves high praise and commendation to the novel-reader who prefers story to philosophy, pedantry or Puseyite controversy »10.

« A study of human nature »

  • 11 The Athenaeum, 7 July 1838, 473.
  • 12 The Athenaeum, 1 May 1847, 463.
  • 13  Eleanor McNees, op. cit., 18.
  • 14  Preface to The Lyrical Ballads, 2nd ed , 1800.

8Ainsi, la tendance était à une minorisation de la place de l’intrigue dans le roman durant les deux décennies 1830-1850, cédant la place à une plus grande complexité de l’analyse psychologique dans la représentation des personnages à tel point que le critique dans The Athenaeum avait qualifié la période de « plotless days » : « Rarely have we looked into a Novel, even in these plotless days, so deficient in story, as The Woman of the World11 ». Tout roman qui centrait son intérêt sur l’intrigue plutôt que sur l’analyse des personnages était rangé dans une catégorie inférieure devenue obsolète. En 1847, toujours dans The Athenaeum on pouvait lire à propos du roman A Whim and its Consequences : « This is a clever novel of the old school, in which incident, not character, was the thing thought12 ». Jane Eyre non seulement confirmait cette tendance, mais le roman proposait une exploration de la vie intérieure de l’héroïne qui constituait, en soi, la trame du roman. Selon le critique du Christian Remembrancer, c’était bien là la caractéristique la plus remarquable dans Jane Eyre : « […] the extraordinary powers of analyzing character and moral painting »13. L’exploration de la vie intérieure, liée à l’évocation de vies décrites dans leur ancrage dans la réalité, cet harmonieux équilibre ne rapprochait-il pas l’écriture de ce roman aux poèmes de Wordsworth, le rapprochement entre roman et poésie étant en soi le plus grand hommage qui ait pu être rendu à l’art de Charlotte Brontë ? Ce sont, en effet, des accents wordsworthiens que George Henry Lewes décela dans le roman : dans sa recension de Jane Eyre, il reprit à son compte les termes mêmes de Wordsworth dans sa définition du poète (« What is a poet but a man speaking to man? »14) :

  • 15 Fraser’s Magazine, vol. 36, December, 1847, in Eleanor McNees, op. cit., 12. Suspiria de profundis (...)

Reality—deep, significant reality—is the great characteristic of the book. It is an autobiography,—not, perhaps, in the naked facts and circumstances, but in the actual suffering and experience. […] This gives the book its charm: it is soul speaking to soul; it is an utterance from the depths of a struggling, suffering, such-enduring spirit: suspiria de profundis15.

9L’analyse de la vie intérieure de l’héroïne relançait la question de l’identité de l’auteur. Même si le pseudonyme de Currer Bell avait été rapidement identifié, il paraissait surprenant qu’une femme fût l’auteur de Jane Eyre, comme pour le critique de The Athenaeum, H. G. Chorley :

  • 16 The Athenaeum, 23 October 1847, 1100.

Yet we cannot wonder that the hypothesis of a male author should have been started, or that ladies especially should be determined to uphold it. For a book more unfeminine, both in its excellencies and defects, it would be hard to find in the annals of female authorship16.

10Ce qui surprend à l’époque de la part d’une écrivaine, c’est l’audace qui va bien au-delà de la remise en question des conventions sociales dans la relation entre maître et employée, la capacité de Charlotte Brontë à dévoiler la noirceur de l’âme humaine à travers les motivations des différents personnages. Le traitement inhumain de Mrs Reed et de ses enfants à l’égard de l’orpheline sans défense, l’hypocrisie de Brocklehurst réduisant les élèves de son établissement à des conditions de vie indignes sous couvert de principes religieux, l’absence de remords de Mrs Reed sur son lit de mort, la conception du mariage selon St John Rivers incapable d’envisager l’union avec Jane sous l’angle de l’amour et réduisant le rôle de sa future épouse à celui d’une simple accompagnatrice à son service sont autant d’exemples de la volonté de l’auteur de dépeindre la puissance du mal au plus profond de l’homme. Cette vision de la nature humaine était difficilement acceptable sous la plume d’une écrivaine dont on attendait à l’époque l’évocation de la vie domestique et dont les critiques ne pouvaient soupçonner que cette exploration dans les profondeurs les plus obscures de l’âme humaine traduisait une revanche personnelle de Charlotte Brontë à un stade de sa vie où la frustration causée par l’absence de réciprocité de ses sentiments pour M. Héger et la douleur d’être témoin de la déchéance du frère bien-aimé, Branwell, trouvaient un exutoire dans l’écriture de ce roman :

  • 17 The Christian Remembrancer, 15 April 1848, in Eleanor McNees, op. cit., 18.

There is an intimate acquaintance with the worst parts of human nature, a practised sagacity in discovering the latent ulcer, and a ruthless vigour in exposing it, which must command our admiration, but are almost startling in one of the softer sex. […] All virtue is but well masked vice, all religious profession and conduct is but the whitening of the sepulchre, all self-denial is but deeper selfishness17.

11Par contraste avec la représentation de la noirceur de l’âme humaine, l’innocente fraîcheur de l’héroïne, sa vivacité intellectuelle, son intelligence pratique suscitent l’admiration du lecteur et selon le critique du Guardian sauvent le roman :

  • 18 The Guardian, 7 December 1847, in Eleanor McNees, op. cit., 7.

Her character is a very remarkable one. […] She has a warm and tender heart, and deep affections; an active, clear, and imaginative mind, and, to tamper these, self-respect, self-possession, firmness, and independence in its good sense, and an indomitable spirit18.

12L’exploration de la vie intérieure de l’héroïne et de sa relation avec Rochester est mise en relief par le critique de l’Athenaeum dans une formule particulièrement évocatrice, « travelling over each other’s minds », les deux personnages incarnant le contraste entre innocence et expérience :

  • 19 The Athenaeum, 23 October 1847, 1100.

 […] there is truth in the abrupt, strange, clever Mr Rochester, and in the fearless, original way which the strong man and the young governess travel over each other’s minds, till in a puzzled and uncomfortable manner enough, they come to a mutual understanding19.

  • 20  Edward Buwer-Lytton, Pamphlets and Sketches, London : Routledge, 1875, 325.

13Ainsi, la fidélité à la nature humaine représentée dans tous ses aspects, de la frivolité de Blanche Ingram à la générosité de Miss Temple ou de Diana et Mary Rivers, ancre le roman dans la tradition littéraire la plus noble dans laquelle l’art est au service de la connaissance de l’homme. Dans son essai paru en 1838, « On Art in Fiction », Bulwer- Lytton avait affirmé que le réalisme était le fondement de toute forme d’art digne de ce nom : « The formation of characters, improbable, and grotesque, is not very compatible with a high conception of art »20.

« A low tone of behaviour »

14En nous appuyant sur le jugement prononcé par le critique dans Tait’s Edinburgh Magazine, quiconfirme le point de vue unanimement exprimé lors de la parution du roman, par sa fidélité à la nature humaine dans la représentation des personnages, Charlotte Brontë atteint le but moral visé : la condamnation de l’excès là où la passion n’est pas régulée par la raison. La sincérité de Jane, son adhésion à des valeurs telles que la franchise, l’authenticité et la liberté, contrastant avec la fougue révélatrice de la passion non maîtrisée chez M. Rochester, les égarements répétés de ce dernier (il cède aux pressions familiales et épouse Bertha Mason sans amour puis entraîne Jane dans le piège de la bigamie), ce contraste porte en soi la leçon morale du roman :

  • 21 The Guardian, 1 December 1847, in Eleanor McNees, op. cit., 8.

Mr Rochester is a far less agreeable character; yet an interesting one too. He is a disappointed man, and has the air of one; a man who has encountered much trouble, and has borne it ill: strong in passion, yet able to control them if he will, and tender in heart with a character, which, wanting the support of higher principle than he possesses, has been sadly warped and twisted by the want. […] The history of his life makes him forfeit one’s respect entirely, yet one cannot but pity him, and trust he will come to better things21.

15La leçon morale illustrée par l’union légale de Jane et de Rochester répondait aux attentes des critiques comme aux besoins des lecteurs d’être guidés vers des choix explicitement moraux.

16On reconnaît là la spécificité de la critique au début de l’ère victorienne exigeant le strict respect des conventions morales et sociales. Si le roman de Charlotte Brontë bousculait résolument les conventions sociales, il respectait les valeurs morales auxquelles adhéraient nombre de ses lecteurs :

  • 22 Ibid., 11.

[…] a work of which the general tone is healthy and useful. In hard-featured, brick-and-mortar times like ours, a tender and romantic story — a story of trials and troubles fought against valiantly — of stern and resolute self-sacrifice when the call of duty comes, but natural withal and truth-seeming, if not true, cannot fail to do good22.

17Un roman qui transcende les conventions sociales par le choix même de la représentation entre deux personnages si opposés socialement avait de quoi dérouter les lecteurs. Les critiques, également pris par surprise, durent accepter l’originalité d’une œuvre à laquelle les critères en cours à l’époque n’étaient pas applicables. Ils adoptèrent pour la plupart une attitude de compromis : le lien amoureux qui unissait Jane et Rochester, union socialement inacceptable, était rendu crédible par l’originalité de leurs personnalités respectives. Et pourtant les réticences furent nombreuses face à ce roman fort déroutant à bien des égards. Le jugement prononcé par le critique dans The Spectator est significatifet l’on comprend que Charlotte Brontë ait évité de s’enquérir de la réception de son roman dans la presse :

  • 23 The Spectator, 6 November 1847, in Eleanor McNees, op. cit., 4.

There is a low tone of behaviour (rather than of morality) in the book; and, what is worse than all, neither the heroine nor hero attracts sympathy. The reader cannot see anything loveable in Mr Rochester, nor why he should be so deeply in love with Jane Eyre; so that we have intense emotion without cause. The book, however, displays considerable skill in the plan, and great power, but rather shown in the writing than the matter; and this vigour sustains a species of interest to the last23.

  • 24  Voir The Wellesley Index to Victorian Periodicals, 1824-1900, vol. 1, W. Houghton ed., Toronto & L (...)

18L’audace de Charlotte Brontë fut parfois considérée comme inacceptable et la recension virulente parue dans la très conservatrice Quarterly Review sous la plume d’Elizabeth Rigby, mieux connue sous le nom de Lady Eastlake, en est l’exemple le plus marqué24 :

  • 25 The Quarterly Review, December 1848, in Eleanor McNees, op. cit., 41 ; 44.

[…] it is stamped with coarseness of language and laxity of tone which have certainly no excuse in ours. It is a very remarkable book: we have no remembrance of another combining such genuine power with such horrid taste. Both together have equally assisted to gain the great popularity it has enjoyed; for in these days of extravagant adoration all that bears the stamp of novelty and originality, sheer rudeness and vulgarity have come in for a most mistaken worship. […] The popularity of Jane Eyre is a proof of how deeply the love for illegitimate romance is implanted in our nature25.

19Ce que Lady Eastlake réfutait par-dessus tout c’est l’assurance arrogante de l’héroïne. Qu’une préceptrice, orpheline de surcroît, et donc dépourvue de tout statut social, pût s’arroger le droit de s’affirmer face à son employeur, et oser reconnaître les sentiments qu’elle éprouvait pour lui constituait de la part de Charlotte Brontë un déni de la place de la femme victorienne, qui devait se soumettre à la supériorité masculine et au strict respect de la hiérarchie sociale, d’où la virulence de la condamnation de Lady Eastlake :

  • 26 Ibid., 45.

We hear nothing but self-eulogiums on the perfect tact and wondrous penetration with which she is gifted, and yet almost every word she utters offends us, not only with the absence of these qualities, but with the positive contrasts of them, in either her stupidity, or gross vulgarity26.

20Que Lady Eastlake ait consacré le même article à la recension de deux romans à succès parus à quelques mois d’intervalle, Vanity Fair et Jane Eyre, en déplorant qu’ils jouissent du même degré de popularité, met là aussi en évidence le caractère innovant du roman de Charlotte Brontë. Alors qu’elle situe Vanity Fair dans la tradition du Bildungsroman, l’héroïne Becky Sharp étant vue dans la lignée du roman éponyme de Goethe (« The whole course of the work may be viewed as the Wander-Jahre of a far cleverer female Wilhem Meister »), Lady Eastlake refuse de ranger Jane Eyre dans la même catégorie, celle du roman de formation. Ce qu’elle n’accepte pas, c’est que Charlotte Brontë n’ait pu se satisfaire du cadre strict du roman réaliste, et elle le réduit à un roman à sensation avant l’heure dont le seul but est de surprendre et de se démarquer de la tradition réaliste :

  • 27  Eleanor McNees, op. cit., 41.

Jane Eyre, as a work, and one of equal popularity, is, in almost every respect, a total contrast to Vanity Fair. The characters and events, though some of them masterly in conception, are coined expressly for the purpose of bringing out great effects. The hero and heroine are beings both so singularly unattractive that the reader feels they can have no vocation in the novel but to be brought together; and they do things which, though not impossible, lie utterly beyond the bounds of probability27.

21Selon Lady Eastlake, le refus de Jane de se soumettre est à l’image du mouvement de contestation sociale qui avait marqué l’Angleterre des années 1830 et 1840 et même si le mouvement s’était essoufflé, le roman en portait les traces : 

  • 28  Eleanor McNees, op. cit., 45.

We do not hesitate to say that the tone of mind and thought which has overthrown authority and violated every code human and divine abroad and fostered Chartism and rebellion at home is the same which has also written Jane Eyre28.

22La véhémence de l’indignation de Lady Eastlake permet de mesurer à quels regards fut soumise la détermination courageuse de Charlotte Brontë et même si le succès retentissant de Jane Eyre après l’échec de The Professor put apparaître comme une victoire, les réticences relevées chez certains critiques dans les recensions qui suivirent immédiatement la publication du roman témoignent de son caractère résolument innovant et nécessairement déroutant. Alors que le roman didactique avait été voué à la diffusion d’idées sociales et politiques durant la période 1830-1850, les critiques déploraient le fait que le genre romanesque avait été dévoyé de sa fonction première, plaire et instruire :

  • 29  Fraser’s Magazine, vol. 42, November 1850, 475.

We cannot consent that our honest novel, with its fine genialities and cheerful wisdom, should be sacrificed to a crude scheme for the diffusion of rampant politics or visionary ethics. [...] Our whole anxiety is to rescue the novel from its perilous association with doctrinal design. Let there be a purpose in the story, if you will; but the story itself, in its delineation of human character and conduct and its development of human passion, must be the paramount object29.

23En 1847, Jane Eyre s’imposait non seulement comme une affirmation de la tradition littéraire mais bien davantage comme une ouverture vers d’autres possibilités.

Haut de page

Bibliographie

ALLOTT Miriam (ed.), Jane Eyre and Villette: a selection of critical essays, London and Basingstoke : Macmillan, 1973.

ALLOTT Miriam, Novels of the Eighteen-Forties, Oxford: Oxford University Press, 1954.

BOUCHER-RIVALAIN Odile, Roman et Poésie en Grande-Bretagne au XIXe siècle. Anthologie de textes critiques extraits de la presse victorienne, Paris : L’Harmattan, 2001.

HOUGHTON W. E. & J. H. SLINGERLAND (eds.), The Wellesley Index to VictorianPeriodicals, 1824-1900 (5 vols.), Toronto and London : Toronto University Press ; Routledge & Kegan Paul, 1966-1989.

McNEES Eleanor (ed.), The Development of the English Novel. Literary Sources andDocuments, Vol. 2, The Nineteenth-Century Novel, Mountfield : Helm Information, 2006.

McNEES Eleanor (ed.), The Brontë Sisters. Critical Assessments Series, Vol. 2, Evaluation ofthe novels Jane Eyre, Shirley and Villette, Mountfield : Helm Information, 1996.

Haut de page

Notes

1   « Jane Eyre: a review », (anon.), Tait’s Edinburgh Magazine, vol. 15, May 1848, 346.

2  “On the Origin and Progress of Novel-Writing “, The British Novelists, vol. 1, London, 1810 in Eleanor McNees (ed.), The Development of the Novel. Literary Sources and Documents, vol. 2, Mountfield : Helm Information, 2006, 6.

3  E. Jones (ed.), English Critical Essays. The Nineteenth Century, Oxford : Oxford University Press, 1971, 343-344.

4  David Masson(ed.), The Collected Writings of Thomas De Quincey, vol. 4, London : Black, 1897, 298.

5   « Jane Eyre : a review », Tait’s Edinburgh Magazine, vol. 15, May 1848,  348.

6   The Athenaeum, 23 October 1847, 1100.

7 The Critic, 30 October 1847, in Miriam Allott (ed.), Jane Eyre and Villette, Casebook series, London and Basingstoke : Macmillan, 1973, 46.

8 The Guardian, 1 December 1847, in Eleanor McNees (ed.), The Brontë Sisters : Critical Assessments Series, vol. 3, Mountfield : Helm, 1996, 7-8.

9 The Christian Remembrancer, 15 April 1848, 396-409, in Eleanor McNees, op. cit., 20.

10 The Athenaeum, 23 October 1847, 1100.

11 The Athenaeum, 7 July 1838, 473.

12 The Athenaeum, 1 May 1847, 463.

13  Eleanor McNees, op. cit., 18.

14  Preface to The Lyrical Ballads, 2nd ed , 1800.

15 Fraser’s Magazine, vol. 36, December, 1847, in Eleanor McNees, op. cit., 12. Suspiria de profundis fait référence à la suite des Confessions de De Quincey(1818) publiée en 1846 sous ce titre.

16 The Athenaeum, 23 October 1847, 1100.

17 The Christian Remembrancer, 15 April 1848, in Eleanor McNees, op. cit., 18.

18 The Guardian, 7 December 1847, in Eleanor McNees, op. cit., 7.

19 The Athenaeum, 23 October 1847, 1100.

20  Edward Buwer-Lytton, Pamphlets and Sketches, London : Routledge, 1875, 325.

21 The Guardian, 1 December 1847, in Eleanor McNees, op. cit., 8.

22 Ibid., 11.

23 The Spectator, 6 November 1847, in Eleanor McNees, op. cit., 4.

24  Voir The Wellesley Index to Victorian Periodicals, 1824-1900, vol. 1, W. Houghton ed., Toronto & London : Toronto University Press, Routledge & Kegan Paul, 1966, 696-702. « That the bent of most of the criticism was pro-Augustan and anti-Romantic may have narrowed its range, but it spoke throughout the period for an important concept of literature—the responsibility of the man of letters to shun the purely subjective or the unusual, and to uphold the great moral and religious ideals of English tradition, ad to express himself with clarity an eloquence » (697).

25 The Quarterly Review, December 1848, in Eleanor McNees, op. cit., 41 ; 44.

26 Ibid., 45.

27  Eleanor McNees, op. cit., 41.

28  Eleanor McNees, op. cit., 45.

29  Fraser’s Magazine, vol. 42, November 1850, 475.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VII - n°4, 2009

Référence électronique

Odile Boucher-Rivalain, « Jane Eyre : un roman innovant pour les critiques victoriens », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VII – n°4 | 2009, mis en ligne le 28 juillet 2009, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/830 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.830

Haut de page

Auteur

Odile Boucher-Rivalain

Odile Boucher-Rivalain est professeur de littérature anglaise à l’UFR Langues de l’université de Cergy-Pontoise. Spécialiste de la période victorienne, elle est l’auteur de plusieurs articles dans le domaine du genre romanesque et de l’histoire culturelle du XIXe siècle et de l’ouvrage Roman et Poésie en Angleterre au XIXe siècle : anthologie de textes critiques extraits de la presse victorienne (Paris : L’Harmattan, 2001).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search