Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. VII – n°3Poèmes et poètesLa mer et l’insistance paradoxale...

Poèmes et poètes

La mer et l’insistance paradoxale dans quelques poèmes de G. M. Hopkins

The Sea and Paradoxical Insistence in some Poems by G. M. Hopkins
Gildas Lemardelé

Résumé

The impact of the sea in G. M. Hopkins’s poems cannot be overlooked, if only because of the pivotal role it plays in his most famous poem “The Wreck of the Deutschland”. Other poems however, display maritime or water-related elements that are fraught with significance. In Hopkins’s poetry, the sea is thus essentially and intricately linked to poetical, philosophical or theological tenets. When he resorts to the sea imagery, violence and benevolence are intertwined, but this binary stance is ultimately subsumed in what can be defined as an illustration of divine insistence as a fundamentally paradoxical principle, which in turn informs the poet’s personal spiritual experience.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’édition principalement utilisée est la suivante : Gerard Manley Hopkins, Le Naufrage du Deutschl (...)
  • 2  Jean-Georges Ritz, Gérard Manley Hopkins, S.J., L’Homme et l’œuvre poétique, Paris : Didier, 1963, (...)
  • 3  Il faudrait de plus lui adjoindre « The Loss of the Eurydice », poème homothétique composé deux an (...)

1La mer est présente de façon suffisamment récurrente dans les poèmes de Hopkins1 pour qu’on lui prête une certaine attention. Certes Ritz insiste sur le silence du poète quant aux sujets traités2, et l’on dispose par conséquent de peu d’indications sur l’importance octroyée par l’auteur au motif en question, mais les poèmes semblent parler d’eux-mêmes. Il serait peut-être exagéré d’affirmer que la mer constitue un thème majeur dans la poésie du jésuite, mais il est difficile de nier son rôle primordial dans l’œuvre maîtresse « The Wreck of the Deutschland » (1875-6)3. Par ailleurs la mer donne en partie son titre au sonnet « The Sea and the Skylark », initialement intitulé « Walking by the Sea ». De façon moins ostentatoire, la mer se retrouve dans le corps de plusieurs autres poèmes, et selon une série isotopique non stricte d’images aqueuses. A un niveau plus biographique, on pourrait faire mention de la familiarité du poète avec l’univers maritime, héritée d’un père assureur spécialisé dans la marine, et auteur de plusieurs ouvrages consacrés au sujet.

  • 4  Lesquels sont nombreux à exploiter le naufrage en mer en tant que motif littéraire ou pictural, cf (...)

2Bien que l’on puisse légitimement s’attendre à rencontrer ces images dans les poèmes dits de la Nature, les références plus directement pertinentes sont davantage à chercher dans les œuvres plus explicitement religieuses ou spirituelles. Hopkins semble par ailleurs faire un usage suffisamment idiosyncratique du thème pour se démarquer de ses homologues victoriens4, ou de façon plus distante, des Romantiques anglais. Par ailleurs, il semble opportun de préciser que la mer fait d’abord son apparition dans les poèmes selon des conditions particulières, comme l’indique assez éloquemment le rôle joué dans « The Wreck », dont la rédaction fut en premier lieu motivée par l’événement marquant du naufrage dans la nuit du 6 au 7 décembre 1875. Sujet presque central à l’instauration de l’œuvre poétique en 1875 avec « The Wreck », la mer semble occuper par la suite une place plus périphérique, sans pour autant cesser de s’insérer dans une chaîne sémantique détectable jusqu’aux derniers écrits, poétiques ou épistolaires, de Hopkins. De cette observation s’ensuivent des interrogations sur l’impact éventuel du thème de la mer sur la poétique de l’auteur, et sur le sens philosophique et théologique ainsi potentiellement véhiculé.


  

3Au premier abord de la lecture de « The Wreck » on est frappé par la violence qui y figure de façon patente. Certes cette multitude d’images d’hostilité n’est pas chose inattendue dans une œuvre qui place le naufrage au cœur de son intrigue. Cette adversité se dégage par exemple d’images d’animalité appliquées aux eaux maritimes. La strophe 13 nous montre l’aspect presque reptilien de celles-ci : « the sea flint-flake, black-backed » (st. 13, l. 5), de mauvais augure pour le navire au départ de l’Empire germanique. La texture écaillée de cette mer en fait le monstre même, et non plus simple domicile du Léviathan de la mythologie cananéenne. Le serpent, cependant, apparaît déjà en filigrane. L’écume même, dans sa minéralisation (« cobbled foam-fleece », st. 16, l. 7), présage et augmente une impression naissante de dureté et d’inimitié.

4Ces traits zoomorphiques nous rapprochent à première vue, bien que l’influence possible ne soit pas reconnue explicitement par Hopkins, de « The Rime of the Ancient Mariner » de Coleridge, où de la mer s’élèvent maints rugissements (« It cracked and growled, and roared and howled », Part I, st. 15). Ce point de similitude trouve peut-être son origine dans les parallélismes partiels entre deux visions au centre desquelles est placée une Nature positivement divine, sans pour autant exclure, de façon ponctuelle chez Coleridge et plus systématique chez Hopkins, l’utilisation occasionnelle d’éléments naturels envisagés dans leur menace potentielle. Si elle semble relever davantage du dessein poétique chez le premier, la portée de ce procédé paraît clairement plus spirituelle ou théologique chez le second.

  • 5  Cf. N. H. Mackenzie citant Yeats (« murderous innocence of the sea »), A Reader’s Guide to Gerard (...)

5La mer dépeinte dans « The Wreck » devient parfois clairement meurtrière5, comme dans la concaténation néologique appliquée aux profondeurs marines en clôture de la strophe 13 (« widow-making unchilding unfathering deeps », l. 8). La métaphore zoologique qui fait de la mer un monstre immense et anthropophage est prolongée dans la strophe 16 qui introduit l’idée de jeu : l’homme « ballotté » (« dandled », st. 16, l. 6) par les flots, et à un niveau prosodique par le rythme bondissant, évoque la proie malheureuse avec laquelle le prédateur s’amuse, les termes « buck » (st. 16, l. 8) et « searomp » (st. 17, l. 4) n’étant pas sans suggérer un comportement fantasque. Sans défense aucune et victimes de leur petitesse, les naufragés souffrent au gré de l’imprévisibilité des flots. Au sommet de son animalité, et au moment culminant du poème, la mer, d’ailleurs pluralisée et ainsi rendue plus redoutable, revêt enfin l’image traditionnelle du Mal, retardée sans doute à dessein, de l’antique serpent ou dragon (« endragoned seas », st. 27, l. 18). Contre cette créature biblique se dresse, en un combat majestueux, le lion, autre créature biblique plus discrète, ici incarnée au féminin par la nonne (« lioness », st. 17, l. 7).

  • 6  J.-G. Ritz affirme à cet égard que chez Hopkins (comme chez Herbert), la tempête de l’océan fait t (...)

6La victoire finale de la mer comparée au dragon/ serpent ne signifie pas toutefois une victoire du Mal, loin s’en faut, cette possibilité n’étant aucunement hopkinsienne. Dans la perspective du poète, c’est bien Dieu qui est au centre du drame6. Cette centralité divine nous autorise à établir des liens avec la colère telle qu’elle est véhiculée dans les Ecritures. Celle-ci, souvent implicite, semble jalonner le poème, et les eaux déchaînées (« wild waters », st. 23, l. 7, le doublet des approximantes initiales participant de l’idée de rage) finissent ainsi par prendre par centaines les vies des créatures divines.

7Le thème de la violence s’accompagne de celui connexe de la destruction, l’exemple quintessentiel en étant sans doute le terme de « breaker », si juste et condensé en anglais. A l’acmé de la tempête ce même terme entre dans une construction proleptique (« The breakers rolled on her beam with ruinous shock », st. 14, l. 6) qui annonce l’irréversible sort du navire, dévoré dans son impuissance, et l’ordre des mots dans « ruinous shock » met en relief la « ruine » anticipée, en ce qu’elle devrait suivre le « choc », alors qu’ici Hopkins la fait le précéder.

8Si cette colère apparente endosse des sous-entendus punitifs c’est en partie par le biais de la strophe 9 (elle-même bipolaire), qui pointe l’homme du doigt : « Wring thy rebel, dogged in den,/ Man's malice, with wrecking and storm » (l. 3-4). Le châtiment allégué n’est en outre pas exempt d’allusions aux Ecritures, plus spécifiquement à la Genèse, comme dans la collocation de « flood » et « Death » un peu plus loin dans le poème (st. 11, l. 3). Hopkins exprime d’ailleurs sa crainte de l’engloutissement des terres par les flots relaté dans l’épisode biblique (Gn 6-9) :

  • 7  G. M. Hopkins, Poems and Prose, London: Penguin, 1985 [1953], 214.

Bye the bye, some geologists say the last end of all continents and dry land altogether is to be washed into the sea and that when all are gone ‘water will be the world’, as in the Flood, and will still be deep and have to spare.7

  • 8  Cf., par exemple, Ezéchiel, 36, 25.
  • 9 Cf. aussi dans un registre lexical proche : « flush the man » (« The Wreck », st. 8, l. 5).

9L’épisode diluvien implique la notion de purification8, laquelle figure indirectement dans la strophe 15 (l. 7) : « And lives at last were washing away9.» L’épreuve des eaux, dans sa brutalité, vise pourtant à une renaissance ou guérison, ainsi que l’exemplifie le cas de la nonne : « He [Christ] was to cure the extremity where he had cast her » (st. 28, l. 6). L’idée de violence présente en plusieurs endroits de « The Wreck » ne régit donc pas à elle seule le fonctionnement du thème maritime, et ne doit pas nous faire oublier que la mer dans les poèmes de Hopkins est avant tout ambivalence.


  

  • 10  Dans ses carnets Hopkins décrit déjà ce violet marin : « sea striped with purple » (Aug. 8, 1874), (...)
  • 11  Cf. N. H. MacKenzie, A Reader’s Guide to Gerard Manley Hopkins, op. cit., 49-50.

10A de nombreuses reprises, la mer, et plus globalement l’eau, se trouvent associées à des notions d’amour et de vie, et entrent ainsi en fort contraste avec la furie évoquée précédemment. Dans « Henry Purcell », la plage couleur d’orage (« thunder-purple seabeach », l. 12) n’éveille pas naturellement l’idée de brutalité mais semble davantage effleurer le sublime, lequel n’a de colossal que son sourire (« colossal smile », l. 13), dont l’effet vivifiant plutôt qu’effroyable est parachevé dans l’ultime vers du sonnet : « fans fresh our wits with wonder10. » Paradoxalement dans « The Wreck » la mer offre l’image tout aussi généreuse d’un amour divin dont l’immensité dépasse celle de l’étendue des océans : « With a mercy that outrides/ The all of water » (st. 33, l. 1-2). Cet exemple éclaire rétrospectivement l’idée de « moisson » (« harvest », st. 31, l. 8) inhérente au naufrage. La tempête devient élection et l’épreuve privilège ou bénédiction (« blessing », st. 12, l. 7), la colère apparente devient magnificence, et les victimes humaines sont en fait sauvées11, incluses dans la sphère divine sans doute symbolisée par l’ « arche » mentionnée dans la strophe 33 (« ark », l. 2).

  • 12  Cf. « fleuve d’eau vive », par exemple, dans Ez 47, 1 ; Za 14, 8 ; Jn 7, 38 ; Ap 22, 1.
  • 13  L’usage récurrent du terme « flood » dans « The Wreck » (quatre fois), ainsi que dans d’autres poè (...)

11L’imagerie chrétienne traditionnelle surgit logiquement en de nombreux endroits du poème, et il en va ainsi de l’eau comme symbole de vie12. La « gaieté » (« glee ») dans « The Wreck » est ainsi comparée à une « rivière de jouvence » (« river of youth », st. 18, l. 7). Dans « The Blessed Virgin compared to the Air we Breathe » l’air vital que nous respirons est aussi décrit en des termes aqueux (« air’s fine flood13 », l. 51). Eau et naissance ou renaissance sont ailleurs ponctuellement mises en relation. Ceci est évident dans un des « sonnets terribles » composé pendant la période dublinoise de l’auteur, « Thou art indeed just, Lord », où le poète implore le soutien de son Dieu par le biais d’une métaphore pluvieuse : « lord of life, send my roots rain » (l. 14). En sous-jacence on détecte assez facilement la thématique du baptême comme source de vie ou renouveau.

  • 14  Voir le titre de l’étude de René Gallet, G. M. Hopkins ou l’excès de présence, Paris : FAC – éditi (...)
  • 15  « Heaven-Haven » est aussi le titre d’un poème composé en 1865-6.
  • 16  R. Gallet souligne la « réitération constante du paradoxe, motif explicite de tout « Le naufrage d (...)

12La prégnance du motif spirituel ou divin s’exprime aussi à travers le terme « flood », dont nous avons ébauché la portée ci-dessus. L’exemple en est donné au début de « The Wreck » où les manifestations théophaniques dans la Nature (par exemple « stroke » et « stress », st. 6, l. 5) sont décrites dans la strophe suivante comme étant déversées en proportions presque excessives14 pour le sujet humain (« in high flood », st. 7, l. 7). En même temps qu’elle est immensité et qu’elle submerge, la présence divine se ressent également, et de façon paradoxale, dans le confort d’un microcosme de communion dans lequel l’eau intervient de manière périphérique. Le sujet fidèle semble ainsi ceint par les eaux, non pas dans une situation prisonnière, mais bien plutôt casanière ou protectrice. Dans « The Blessed Virgin », la métaphore protectrice, presque fœtale, s’articule, par le truchement du chiasme, autour de la notion d’île : « Wound with thee, in thee isled », (l. 125). Ce confinement propice se retrouve d’ailleurs, certes dans une perspective plus intellectuelle que spirituelle peut-être, dans « Duns Scotus’s Oxford » où le microcosme de la ville est matérialisé par une ceinture fluviale (« river-rounded », l. 2). Ces images convergent d’ailleurs vers celle plus patente du refuge ou destination finale dans la dernière strophe de « The Wreck », où le « havre » est aussi paradis (« heaven-haven15 », st. 35, l. 3) au terme de l’épreuve qui devient enfin récompense ou échange théandrique. Ceci nous conduit à envisager les deux perspectives (violence et bienveillance) selon lesquelles la mer, et par extension l’eau, sont abordées, c’est-à-dire dans l’opposition ou le paradoxe16, comme étant pourtant communément reliées au principe divin, sur un mode qui n’est pas d’exclusion mutuelle. Les deux visions, a priori conflictuelles, cohabitent et dialoguent pourtant. Ce rapport paradoxal semble alors subsumer à la fois le principe divin et l’univers spirituel du poète dans leurs fluctuations respectives.


  

  • 17  La métaphore énergétique est utilisée par le poète à certaines occasions dans sa correspondance. L (...)

13Ces fluctuations ne résultent cependant pas en un dualisme stérile ou enfermé. Bien plutôt, elles ouvrent l’espace de la problématique, laissent filtrer le doute, sans lequel la certitude n’a plus de sens, et tendent vers la résolution. Tel le mouvement oscillatoire producteur d’énergie en physique17, le flux alterné émanant des perceptions de la mer et de son symbolisme semble traduire la recherche d’un principe philosophique et/ ou théologique fédérateur. Le sonnet « The Sea and the Skylark » fournit une bonne illustration du mouvement alternatif de la mer comme miroir à la fois de l’intériorité spirituelle du poète et de la présence divine dans la réalité extérieure de celui-ci : « the tide that ramps against the shore;/ With a flood or a fall, low lull-off or all roar » (l. 2-3). Le tercet initial du sonnet repose en fait sur une binarité essentielle, faite de douceur ou de force insistante, pareille à celle du Maître envers son serviteur.

  • 18  Voir le sonnet supposément composé en 1885, « My own heart » : « blind/ Eyes in their dark » (l. 6 (...)
  • 19  R. Gallet, G. M. Hopkins ou l’excès de présence, op. cit., 34.

14Dans l’expression ponctuelle du doute face à une insistance interrompue, non perçue ou non directement percevable, on croit cerner en certains points l’expression d’une adversité. A cet égard « The Wreck » revêt presque la fonction allégorique d’une lutte aux accents jacobéens. L’aveuglement qui menace la nonne (« The rash smart sloggering brine/ Blinds her », st. 19, l. 4-5), et a posteriori le poète18, figure métaphoriquement la difficulté de perception de l’amour du Divin dans sa sévérité. Hopkins ne manque pas non plus de signifier dans son poème le rôle fatal de l’adversité humaine dans le tragique du naufrage. Le poème s’indigne bien sûr de l’iniquité du Kulturkampf et des lois Falk passées à l’encontre des catholiques dans l’empire de Bismarck, de même qu’il semble dénoncer l’anticatholicisme victorien19 : « Rhine refused them. Thames would ruin them » (st. 21, l. 3).

  • 20  Pour Ritz le naufrage représente « l’instant où l’âme éprouve les exigences d’un Dieu qui veut qu’ (...)
  • 21  Voir l’analyse de R. Gallet, G. M. Hopkins ou l’excès de présence, op. cit., 206. L’image rappelle (...)

15Face à l’adversité passagère le fidèle peut se voir animé d’un certain héroïsme. Ainsi la correspondance avec le Divin conduit-elle à la reconnaissance de sa maîtrise20 bienveillante et universelle. Dans « The Wreck » la mer devient métonymie du cosmos entier et de ses occupants, l’idée étant englobée dans un procédé épanaleptique à l’échelle du poème. Les segments suivants de la strophe initiale, « Thou mastering me » (l. 1) et « sway of the sea » (l. 3) trouvent dans la quasi-clôture du poème leur reflet synthétisé (« master of the tides », st. 32, l. 1). L’insistance divine certaine encadre donc le récit du naufrage, bien que son action paradoxale, brutale, se trouve en son cœur. En outre l’adversité éprouvée par la nonne prépare celle du jésuite telle qu’elle s’exprime très explicitement par l’intermédiaire d’un élément marin dans « To seem the stranger », sonnet de la période dublinoise. Dans le vers clé de ce sonnet, « I am at a third/ Remove » (l. 9-10), le fossé figuré de l’enjambement, procédé si cher à Hopkins, correspond à la réalité physique de la Mer d’Irlande qui tient le poète à l’écart de ses racines anglaises, et participe de ce qui apparaît presque comme la dérive psychologique de l’homme. Hopkins ressent les peines de ce qu’il vit comme un exil et, au vu du contexte politico-religieux et des rapports entre l’Irlande et l’Angleterre à l’époque, comme une excommunication bipartite. L’île irlandaise fonctionne ici comme antithèse à l’île protectrice de « The Blessed Virgin », et la situation d’isolement du poète dans « To seem the stranger » reparaît dans un sonnet de la même époque, « My own heart », dans lequel l’adversité est comparée à la « soif » dans un « monde de mer » (l. 8)21. Cette adversité apparente est cependant doublée de la reconnaissance d’une défaillance personnelle, incapacité menant à la frustration de ne pas être toujours en mesure de répondre aux sollicitations divines pourtant dispensées en (sur)abondance.


  

  • 22  Les « sonnets terribles » ont toutefois donné lieu à différentes interprétations, et certaines env (...)
  • 23  J.-G. Ritz souligne l’impact du feu comme symbole de l’Esprit-Saint, Gérard Manley Hopkins, S.J., (...)
  • 24  Par exemple dans « God’s Grandeur » : « flame out » (l. 2), dans le premier vers qui désigne le so (...)
  • 25  « I have never wavered in my vocation, but I have not lived up to it », lettre à Dixon (1881), cit (...)

16Si l’insistance divine, et parallèlement l’expérience spirituelle du poète, suivent un mouvement de flux et reflux analogue à celui des marées, la mer en tant que substance réelle ne disparaît pourtant jamais. Il en va donc de même pour l’insistance ainsi que pour la foi du poète22. L’héroïsme évoqué précédemment est avant tout porté par une certitude, même si celle-ci se laisse parfois affaiblir. La certitude de la foi n’est pas seulement visible à travers l’expression admirative de l’éclat de la grâce dans « The Wreck », mais elle transparaît aussi à travers le thème du feu23 et de la lumière, comme contrepoint notionnel à celui de l’eau dans plusieurs poèmes. Ces images ardentes24 peuvent témoigner d’une foi inextinguible, même ressentie parfois dans une insuffisance coupable25, et, à l’encontre des tourments traversés par l’auteur, celles-ci fournissent une forte antithèse aux images de submersion voire de noyade.

17Dans la vision dynamique du monde cultivée par le poète on trouve sans doute également une justification aux fluctuations du thème marin, de même qu’à l’idée d’insistance paradoxale de Dieu. Cette dynamique, dialogique avant l’heure, définit de la même façon la double expérience personnelle du poète jésuite. La mer, et l’eau souvent, expriment donc métaphoriquement les arcanes de l’insondable divin, insistant mais intrinsèquement paradoxal, et dans le même temps reflètent les dispositions spirituelles du poète. Le principe fixe de Dieu, tel qu’il semble se dégager de cette analyse du thème marin, serait alors précisément son flux perpétuel, son irrégularité, qui pourtant, au fond, lui confèrent sa beauté et sa toute-puissance assurée.

Haut de page

Bibliographie

GALLET René, G. M. Hopkins ou l’excès de présence, Paris : FAC – éditions, 1984.

HOPKINS Gerard Manley, Le Naufrage du Deutschland, suivi de Poèmes gallois, Sonnets terribles, tr. René Gallet, Paris : Orphée/ La Différence, 1991.

HOPKINS Gerard Manley, Poems and Prose, London: Penguin, 1985 [1953].

MACKENZIE Norman H., A Reader’s Guide to Gerard Manley Hopkins, London: Thames and Hudson, 1981.

RITZ Jean-Georges, Gérard Manley Hopkins, S.J., L’Homme et l’œuvre poétique, Paris : Didier, 1963.

VOLSIK Paul, The Poems of Gerard Manley Hopkins, Paris : Didier Erudition, 1996.

Haut de page

Notes

1  L’édition principalement utilisée est la suivante : Gerard Manley Hopkins, Le Naufrage du Deutschland, suivi de Poèmes gallois, Sonnets terribles, tr. René Gallet, Paris : Orphée/ La Différence, 1991.

2  Jean-Georges Ritz, Gérard Manley Hopkins, S.J., L’Homme et l’œuvre poétique, Paris : Didier, 1963, 503.

3  Il faudrait de plus lui adjoindre « The Loss of the Eurydice », poème homothétique composé deux ans plus tard (avril 1878).

4  Lesquels sont nombreux à exploiter le naufrage en mer en tant que motif littéraire ou pictural, cf. Paul Volsik, The Poems of Gerard Manley Hopkins, Paris : Didier Erudition, 1996, 88.

5  Cf. N. H. Mackenzie citant Yeats (« murderous innocence of the sea »), A Reader’s Guide to Gerard Manley Hopkins, London: Thames and Hudson, 1981, 41.

6  J.-G. Ritz affirme à cet égard que chez Hopkins (comme chez Herbert), la tempête de l’océan fait triompher « l’art de Dieu », Gérard Manley Hopkins, S.J., L’Homme et l’œuvre poétique, op.cit., 633.

7  G. M. Hopkins, Poems and Prose, London: Penguin, 1985 [1953], 214.

8  Cf., par exemple, Ezéchiel, 36, 25.

9 Cf. aussi dans un registre lexical proche : « flush the man » (« The Wreck », st. 8, l. 5).

10  Dans ses carnets Hopkins décrit déjà ce violet marin : « sea striped with purple » (Aug. 8, 1874), G. M. Hopkins, Poems and Prose, op.cit., 132.

11  Cf. N. H. MacKenzie, A Reader’s Guide to Gerard Manley Hopkins, op. cit., 49-50.

12  Cf. « fleuve d’eau vive », par exemple, dans Ez 47, 1 ; Za 14, 8 ; Jn 7, 38 ; Ap 22, 1.

13  L’usage récurrent du terme « flood » dans « The Wreck » (quatre fois), ainsi que dans d’autres poèmes, confirme que l’immersion/ submersion constitue un concept clé chez le poète. Cf. infra.

14  Voir le titre de l’étude de René Gallet, G. M. Hopkins ou l’excès de présence, Paris : FAC – éditions, 1984.

15  « Heaven-Haven » est aussi le titre d’un poème composé en 1865-6.

16  R. Gallet souligne la « réitération constante du paradoxe, motif explicite de tout « Le naufrage du Deutschland » », G. M. Hopkins ou l’excès de présence, op. cit., 91. Le meilleur exemple se trouve sans doute à la strophe 9 : « Thou art lightning and love, I found it, a winter and warm;/ Father and fondler of heart thou hast wrung:/ Hast thy dark descending and most art merciful then » (l. 6-8). Le paradoxe définit ainsi d’autres poèmes et d’autres thèmes, mais il est vrai que « The Wreck » l’illustre peut-être au mieux en ce que le poème est envisagé comme la « somme anticipée » de l’œuvre hopkinsienne, cf. R. Gallet, Notes au « Naufrage du Deutschland », Le Naufrage du Deutschland, suivi de Poèmes gallois, Sonnets terribles, op. cit., 113.

17  La métaphore énergétique est utilisée par le poète à certaines occasions dans sa correspondance. Les critiques y ont également souvent recours dans leur définition de la notion d’ « intension » (« instress »).

18  Voir le sonnet supposément composé en 1885, « My own heart » : « blind/ Eyes in their dark » (l. 6-7).

19  R. Gallet, G. M. Hopkins ou l’excès de présence, op. cit., 34.

20  Pour Ritz le naufrage représente « l’instant où l’âme éprouve les exigences d’un Dieu qui veut qu’on abandonne tout pour lui, et s’affirme comme le maître », Gérard Manley Hopkins, S.J.,  L’Homme et l’œuvre poétique, op.cit., 523.

21  Voir l’analyse de R. Gallet, G. M. Hopkins ou l’excès de présence, op. cit., 206. L’image rappelle fortement celle de « The Rime of the Ancient Mariner » (« Water, water, everywhere,/ Nor any drop to drink », part II, st. 9), mais la perspective est différente puisque Hopkins, contrairement au Vieux Marin, n’a semble-t-il pas de faute à expier. 

22  Les « sonnets terribles » ont toutefois donné lieu à différentes interprétations, et certaines envisagent la possibilité d’un Hopkins apostat à la fin de sa vie, cf. P. Volsik, The Poems of Gerard Manley Hopkins, op. cit., 46-9.

23  J.-G. Ritz souligne l’impact du feu comme symbole de l’Esprit-Saint, Gérard Manley Hopkins, S.J., L’Homme et l’œuvre poétique, op.cit., 634. C’est peut-être l’image qui clôt « The Wreck » : « Our hearts’ charity’s hearth’s fire, our thoughts’ chivalry’s throng’s Lord ». 

24  Par exemple dans « God’s Grandeur » : « flame out » (l. 2), dans le premier vers qui désigne le sonnet dont il est extrait « As kingfishers catch fire, dragonflies draw flame », dans « To R. B. » : « sweet fire » (l. 9) etc. Voir aussi l’analyse de P. Volsik, The Poems of Gerard Manley Hopkins, op. cit., 31.

25  « I have never wavered in my vocation, but I have not lived up to it », lettre à Dixon (1881), citée dans Poems and Prose, op.cit., introduction de W. H. Gardner, xxix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gildas Lemardelé, « La mer et l’insistance paradoxale dans quelques poèmes de G. M. Hopkins », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VII – n°3 | 2009, mis en ligne le 19 mai 2009, consulté le 28 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/87 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.87

Haut de page

Auteur

Gildas Lemardelé

(Caen, France)
Gildas Lemardelé est moniteur-allocataire de recherche à l’Université de Caen. Il prépare une thèse sur les images diaboliques dans l’œuvre romanesque de Thomas Hardy, sous la direction du Professeur René Gallet.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search