Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. VII – n°3Poèmes et poètesLa « révolte intime » de Seamus H...

Poèmes et poètes

La « révolte intime » de Seamus Heaney dans North

Seamus Heaney’s “Intimate Revolt” in North
Mohammad Reza Ghorbanian
p. 155-170

Résumé

North, Seamus Heaney’s fourth volume of poetry, deals with the nature of the subject in a problematic society, as it is the scene of conflict between the subject and the forces, laws and traditions of society. The volume is mainly concerned with an artist’s suffering in a society where the rejection of subjugation to the norms seems impossible. Despite being in an agonizing dilemma, the speaker challenges the norms of collective identity by sticking to the intimacy of his self. The action is achieved through retrospection and revelation of the decisive moments of the construction of subjectivity in several poems. The speaker’s return to the past is an ”intimate revolt” which results in confrontation and ultimately the rejection of submission to ideology, a poetic strategy that paves the way for the construction of a free and independent subject.

Haut de page

Texte intégral

1Bien que North, le quatrième recueil de poèmes de Seamus Heaney, soit célèbre pour sa préoccupation envers la situation problématique de l’Irlande du Nord, la majorité de ses poèmes concerne l’état du sujet. Dans un espace répressif tel qu’il est créé dans North, les sentiments intimes comme la colère et l’indignation ne sont pas autorisés à s’exprimer. Dans la plupart des poèmes du recueil, l’identité collective domine le monde au détriment de la capacité d’action du sujet. Ces poèmes dépeignent un espace où les normes de comportement imposées par la société sont en conflit avec la voix intime des individus. Ici l’identité collective condamne ces derniers au silence afin de défendre  la cause de l’autorité et de l’idéologie. Comme le poème « Whatever You Say Say Nothing » l’indique, les individus doivent recourir à la réticence s’ils veulent éviter des soucis. Dans de telles conditions, où l’intimité du soi n’a pas le droit de s’exprimer, c’est le sujet qui souffre. En effet, les poèmes de ce recueil sont les scènes de manifestation de divers conflits entre le sujet et les forces sociales, les mœurs et les traditions. Le sujet rejette les normes répressives de la société en exprimant des sentiments provenant de son propre soi par une « révolte intime ». Cette « révolte » a comme conséquence l’affrontement et finalement le rejet de la soumission au joug de l’identité collective, préparant ainsi le terrain pour la construction d’un artiste indépendant. Cet objectif se manifeste grâce à  la rétrospection de la part du locuteur qui sonde le passé aussi bien par l’exploration des souvenirs d’enfance que par le retour imaginatif à l’âge de fer, comme dans les poèmes sur les tourbières. Le sujet se révolte contre toute sorte de répression, d’asservissement et de réification en retournant à l’origine même de son art : l’intimité de son propre soi. Par le retour aux moments critiques de la construction du soi, il défie les instruments répressifs de l’identité collective en révélant les émotions intimes telles que le dilemme, la colère et la rébellion. Cette rétrospection, considérée comme introspection, représente des moments décisifs qui lui permettent d’examiner, de célébrer son soi.

  • 1  Julia Kristeva utilise ce terme pour désigner le retour au passé et la rébellion : « la révolte, d (...)

2La rétrospection est aussi importante pour Heaney qu’elle ne l’était pour Proust. Les retours fréquents du sujet heaneyen au passé et la ré-écriture de ses souvenirs révèlent les aspects personnels du développement, des moments clés et constructifs quand l’intimité du soi a triomphé de la férocité de l’identité collective. Ce retour n’est pas un simple récit des souvenirs d’enfance ; c’est un retour proustien, car l’évocation des images du passé est aussi bien un acte de constitution, construisant le sujet, qu’un acte de rébellion, dénonçant ce qu’il considère injuste. Les deux actions spontanées du sujet heaneyen sont des exemples du concept kristevain de « révolte » qui signifie à la fois la rétrospection (« ré-volte ») et la rébellion (« révolte »)1. C’est cette même « révolte » qui conduit le sujet vers la liberté.

3Évidemment, dans la plupart des poèmes des deux parties de North, le sujet dévoile ses émotions intimes, en révolte contre l’hégémonie, réécrites par rétrospection. Dans la première partie, où le retour au passé confronte le sujet aux cadavres, les sentiments intimes ne sont représentés qu’implicitement. Or, dans la deuxième partie du recueil, cette intimité révoltée est publiquement révélée par la représentation des souffrances du sujet dans des conditions répressives. En effet, la répugnance et la colère, provoquées par la misère et par la réification des individus, constituent les principales expériences intimes représentées dans les deux parties de North.

  • 2 Seamus Heaney, « Freedman », North, London: Faber and Faber, 1975, v. 16.

4Mais la révélation des sentiments intimes n’est pas une tâche aisée. L’identité collective possède divers instruments du pouvoir pour intimider et apprivoiser les individus. Tout acte d’affirmation du soi est considéré comme une trahison, comme l’indique l’image de l’homme « mordant la main qui [l]’a nourri » (« biting the hand that fed me 2») dans « Freedman ». Pourtant, il est obligé de mordre la main de la mère patrie, qui l’a nourri et qui est pleine d’attentes, afin de rejeter les pressions et les tentations qui le poussent vers la conformité.

5Pendant un long processus, le sujet-locuteur traverse les divers stades de doute, de défi, de rébellion et finalement de la libération, qui sont tous incarnés par les quatre poèmes de ce recueil, à savoir « Antaeus », « Hercules and Antaeus », « Whatever you Say Say Nothing » et « Freedman ». Les poèmes évoquent l’intimité du sujet contre l’« extimité » de l’identité collective. Tandis qu’« Antaeus » et « Hercules and Antaeus », où les émotions sont implicitement exprimées, relatent principalement le conflit intérieur du sujet, les deux autres poèmes sont plus explicites et traitent de son conflit avec le monde extérieur. Ces derniers révèlent particulièrement les attentes de la société envers un sujet censé servir l’idéologie. « Freedman » dépeint, plus que tout autre poème, la déclaration de non-serviam, car le refus de soumission conduit le sujet à atteindre son objectif, à savoir la liberté.

6Au début du recueil, le sujet se trouve devant un dilemme. Il est tiraillé entre la fidélité à l’identité collective et la voix intérieure qui a le soi comme origine. La tension qui en découle est suggérée par le conflit entre Antée et Hercule, les deux figures mythologiques qui sont présentes aussi bien dans le premier que dans le dernier poème de la première partie du recueil. En fait, l’importance du conflit entre les deux figures qui représentent deux aspects intimes du sujet est soulignée par le fait que la première partie commence par « Antaeus » et se termine par « Hercules et Antaeus ». Tandis qu’Antée symbolise la fidélité, l’immobilisme et la sympathie pour l’identité collective, Hercule symbolise l’autre aspect du sujet, à savoir la sagesse, qui l’encourage à la révolte et à la liberté du soi.

7Le premier poème, « Antaeus », inaugure un conflit qui continuera jusqu’au dernier poème de la première partie. Antée, comme l’un des masques du sujet, est un individu réifié et privé de capacité d’action et par conséquent, une créature dépendante. Il symbolise également la partie du locuteur qui est attachée aux origines, à la terre natale et à la communauté. C’est la partie qui est facilement séduite et donc vulnérable aux exigences de l’idéologie. Il incite le sujet à l’obéissance et l’encourage à devenir un porte parole de la communauté. Puisque sa survie dépend uniquement de la terre et de la bénédiction d’autrui, il existe seulement comme objet passif. Son inertie et sa dépendance à la terre sont suggérées par les vers suivants où l’attachement à la terre est, à plusieurs reprises, considéré comme l’« elixir » de sa vie :

  • 3  Seamus Heaney, « Antaeus », North, v. 1-8.

When I lie on the ground
I rise flushed as a rose in the morning.
In flights I arrange a fall on the ring
To rub myself with sand

That is operative
As an elixir. I cannot be weaned
Off the earth’s long contour, her river-veins.
Down here in my cave3.

8Les verbes qui décrivent Antée ne sont pas des verbes d’action, mais impliquent sa passivité et sa réification,tout comme « to lie », « to rub ». La forme passive des autres verbes, tels que « weaned », « girdered », « cradled », « wombed » et « nurtured », souligne de plus en plus son inertie et son éventuel échec. Cette passivité l’a transformé en un individu attaché et donc soumis à l’autorité de la terre. La troisième strophe suggère parfaitement une figure emprisonnée dans sa demeure par ses propres racines :

  • 4 Ibid., v. 9-12.

Girdered whith roots and rock
I am cradled in the dark that wombed me
And nurtured in every artery
Like a small hillock4.

L’intimité d’Antée avec la terre peut être considérée comme un obstacle à l’évolution du sujet, car elle le contraint à subsister éternellement dans les ténèbres où il était né. Cependant, les verbes d’action présagent l’arrivée d’Hercule, un nouveau type de héros en quête de liberté (« new hero »), actif et capable de « rechercher », de « lutter », de « lancer » et de « renouveler » : « to seek », « to wrestle », « to throw » et « to renew ». L’allusion d’Antée à Hercule dans un monologue annonce l’éventualité de la bataille entre les deux parties, un conflit qui aura lieu dans le dernier poème de cette partie de North :

  • 5 Ibid., v. 13-17.

Let each new hero come
sucking the golden apples and Atlas.
He must wrestle with me before he pass
Into that realm of fame
Among sky-born and royal5.

L’appel d’Antée à la bataille manifeste sa réticence à la libération du soi et son désir de soumission. Mais le « nouveau héro » – représentant la ruse du sujet, plus forte que la dépendance – est inévitable. Les deux tendances opposées se confrontent inéluctablement dans une bataille difficile.

9Puisque l’attachement excessif à la terre est dangereux pour la subjectivité, comme le poème l’indique, l’émancipation est nécessaire pour entrer dans une nouvelle phase et avancer vers la liberté. Paradoxalement, le locuteur prédit son renouveau (« renewal ») à la suite de sa défaite dans la bataille avec Hercule :

  • 6 Ibid., v. 18-20.

He may well throw me and renew my birth
But let him not plan, lifting me off the earth,
my elevation, my fall6.

Son « élévation » dépendra certainement de sa « chute », car elle le libérera des entraves de l’assujettissement que la tradition et l’origine lui ont imposées.

  • 7  Seamus Heaney, « Unhappy and at Home », Interview avec Seamus Deane, The Crane Bag, 1, 1 (1977), 7 (...)

10Malgré le fait qu’Antée soit conscient de ses défaillances, il n’accepte pas le changement de sa situation et se prépare donc au combat. Comme l’indique la forme négative du verbe (« let him not plan »), Antée s’est opposé à sa propre « élévation », car il nourrit la tendance du sujet à rester soumis aux attentes de la société qui l’invite à renouer avec l’idéologie. Dans son interview avec Seamus Deane, Heaney appelle cette tendance « fidélité » : « Antaeus represents the pieties of illiterate fidelity »7. La déclaration révèle un thème important dans North, où l’allégeance aux normes et l’obéissance aveugle aux traditions, représentées par Antée, sont les causes du déclin du sujet. Dans ce poème et dans l’interview qui l’a suivi, Heaney a implicitement souligné la nécessité d’un détachement et donc la libération, une stratégie qui est une fois de plus mise en œuvre dans « Hercules and Antaeus ».

11Tandis qu’« Antaeus » avait présagé la bataille des deux figures mythologiques, « Hercules and Antaeus » démontre leur confrontation finale. Hercule apporte la sagesse, l’ingéniosité et l’héroïsme dont le sujet a besoin afin de se libérer d’assujettissements à la terre. Comme le titre l’indique, ce poème est une réinterprétation du mythe grec de la bataille d’Hercule et d’Antée. Les métaphores telles que « the sky-born and royal », associées à Hercule dans la première strophe, contrastent avec la deuxième strophe, où Antée est appelé « the mould-hugger », car il mène une vie souterraine, en compagnie des moules. Hercule est non seulement décrit comme héros adroit, intelligent et astucieux mais les images marquent sa capacité à apporter la croissance et le développement. Or, Antée est de plus en plus représenté par les images qui réaffirment la vie passive d’une plante, toujours attachée à la terre par ses propres racines, et donc, privée de la liberté de mouvement et plus particulièrement, d’imagination. Paradoxalement, ce sont ces racines nourricières qui l’ont transformé en une plante passive. La stagnation est de nouveau soulignée par les métaphores et les images dans la cinquième et la sixième strophes qui soulignent l’attachement d’Antée à la terre :

  • 8 Seamus Heaney, « Hercules and Antaeus », North, v. 17-21.

 […] the cradling dark,
the river-veins, the secret gullies
of his strength,
the hatching grounds,

of cave and souterrain8.

La vie « souterraine » d’Antée est à l’opposé de la supériorité d’Hercule. Évidemment, la métaphore d’éclosion dans « the hatching grounds » révèle le rôle positif que les origines peuvent jouer dans le développement du sujet. Il est nourri par la terre, comme le mot « racines » (« roots ») le démontre, mais cette dépendance, ne doit pas aboutir à son servage. L’« essor » du sujet ne dépend pas de l’éloge de ses origines, mais de son émancipation de ces racines. La ruse d’Hercule est désormais un moyen de transcender les limites imposées par les filets de la tradition. Les sentiments intimes éprouvés par le locuteur expliquent comment le sujet rejette les recommandations de l’identité collective qui visent à limiter son art à l’« élégiaque ». Mais la libération ne sera possible que par la réalisation du conflit présagé. Les images et les métaphores du poème créent donc une atmosphère de combat et de perte. Finalement, Hercule sort vainqueur en soulevant Antée :

  • 9 Ibid., v. 8-23.

Antaeus, the mould-hugger,

was weaned at last:
a fall was renewal
but now he is raised up—
the challenger’s intelligence

is a spur of light,
a blue prong graping him
out of his element
into dream of loss

and origins […]9.

Ces vers suggèrent la résolution finale des conflits intérieurs du sujet par le triomphe d’Hercule sur Antée. Ainsi l’art et l’action triomphent de la passivité végétale. Une fois de plus la « chute » d’Antée est représentée comme « renouveau » (« a fall was a renewal »), ce qui symbolise la résurrection du sujet. La victoire indique que le locuteur adopte l’intelligence d’Hercule en abandonnant la fidélité à la terre et aux origines. Au lieu de pleurer la perte, le sujet adopte une position plus réaliste. En adhérant à la sagesse et au pouvoir symbolisés par Hercule, il peut créer un avenir brillant à partir des éléments nourriciers de la terre. L’intelligence du combattant (« challenger’s intelligence ») et son « éperon de lumière » (« spur of light ») concrétisent le « cauchemar de la perte » d’Antée (« a dream of loss ») qui le hantera pour toujours. Les adjectifs tels que « sky-born » et « royal » confèrent des traits supérieurs au sujet :

  • 10 Ibid., v. 1-7.

Sky-born and royal,
Snake-choker, dung-healer,
his mind big with golden apples,
his future hung with trophies,

Hercules has the measure
of resistance and black powers
feeding off the territory10.

  • 11 Ibid., v. 22-23.
  • 12  C’est pour cette raison que Seamus Deane a choisi, pour son article, le titre « Powers of Earth an (...)

Ce poème est donc un tournant dans le processus de développement du sujet qui est désormais désireux de l’action. Il regrette d’avoir chanté des élégies inutiles pour commémorer des défaites, des pertes de la terre, de l’usurpation de la souveraineté et d’autres événements douloureux de l’histoire de son pays. Il lègue toutes ces préoccupations donc aux « elegists » : « he has bequeathed it all / to elegists […]»11. Contrairement aux poètes qui pleurent la mort des héros dans les diverses batailles, le sujet adopte une stratégie, à savoir l’élargissement de son imagination, l’introspection et la ré-écriture du passé. Hercule lui enseigne comment exploiter les origines, considérées comme sources potentielles de son inspiration, en se libérant des filets de soumission. Malgré son développement sur cette terre, il défie et dépasse les limites de ses « caves » afin d’atteindre le ciel. Il préfère utiliser une terre incubatrice («  hatching ground »), source d’inspiration mais aussi d’imagination renouvelée et de possibilités de croissance plus grandes12.

12Après avoir franchi cette étape décisive de défaite et de triomphe, quand le sujet évolue, il obtient la capacité d’exprimer explicitement les sentiments intimes de son soi. Cette transformation est soulignée par un changement dans la structure du recueil, comme le rappelle le poète :

  • 13  John Haffenden, « Meeting Seamus Heaney », London Magazine, juin 1979, 5-28. Repris dans Viewpoint (...)

Hercules represents the possibility of the play of intelligence, that kind of satisfaction you get from Borges, the play and pattern, which is so different from the pleasures of Neruda, who’s more of an Antaeus figure. That kind of thinking led into the poetry of the second half of North, which was an attempt at some kind of declarative voice13.

La « voix déclarative » est un nouveau mode d’expression qui concerne non seulement les tensions intérieures du sujet, mais aussi sa lutte extérieure contre l’hégémonie. Il se libère des contraintes et critique ouvertement la société qui utilise ses moyens pour contrarier ce changement. Ce stade de la « révolte intime » se manifeste par une évolution stylistique dans « Whatever You Say Say Nothing » où la voix du sujet-locuteur devient de plus en plus proclamatrice. Mais la nouvelle tactique est contestée par des voix répressives symbolisant les tendances de la communauté qui l’obligent à faire acte d’allégeance. Néanmoins, le sujet commence à exprimer son inquiétude par rapport aux codes de décorum imposés par la société et critique ouvertement l’observation des intérêts collectifs. Les tensions et les sentiments intimes, qui étaient auparavant secrets et implicites, ressurgissent sous forme de colère et de frustration.

13« Whatever You Say Say Nothing » est donc le poème où le locuteur exprime ses impressions et critique ouvertement l’état actuel de la subjectivité, tout en se plaignant des pressions qui essayent de le réduire au silence. Le poème démontre comment chaque individu est censé se consacrer à l’avancement de la cause du groupe en étouffant sa propre voix. L’atmosphère tendue et le ton ironique du poème soulignent que le sujet s’aperçoit qu’il est prisonnier d’une situation pénible. La société tente de le contraindre à rendre sa voix conforme à ce que l’on attend d’un artiste, ou à se taire. Les restrictions imposées visent à le priver de son langage et, par conséquent, de sa subjectivité. Il est donc sous la pression des « intellectuels », des « hommes politiques », des « religieux » et des « médias » :

  • 14  Seamus Heaney, « Whatever You Say Say Nothing », North, I : v. 7-10.

The times are out of joint
But I incline as much to rosary beads

As to the jottings and analyses
Of politicians and newspapermen14.

  • 15  William Shakespeare, Hamlet, New York: W. W. Norton & Company, 1992, I : v. 211–12.

L’allusion au monologue de Hamlet, « The time is out of joint; O cursed spite, / That ever I was born to set it right »15 suggère la conscience du sujet face à la difficulté de la situation et à l’importance de son action. Dans des circonstances aussi troubles et pestilentielles que le Danemark d’Hamlet, quand chaque individu  se  résigne, il est un héros comme Hamlet qui remet en cause la tyrannie et rejette la conformité en exposant l’hégémonie de l’idéologie et en critiquant l’obédience des masses. Le locuteur critique la soumission inconditionnée des individus en les comparant à un « troupeau » (« flock »). L’esprit primitif d’obéissance et d’animosité du troupeau est démontré à l’occasion de la victoire de l’équipe de football « Celtic » contre une équipe protestante dont les membres sont qualifiés d’« hérétiques » :

  • 16 Heaney, « Whatever You Say Say Nothing », II : v. 3-6.

As the man said when Celtic won, ‘The Pope of Rome’s
a happy man this night.’ His flock suspect
In their deepest heart of hearts the heretic
Has come at last to heel and to the stake16.

Comme l’indique la métaphore (« flock »), ils ne sont pas des sujets indépendants, mais des individus déshumanisés qui suivent la voix et le sentiment collectifs. Une fois de plus, le locuteur dénigre ces individus par une image – (« sucking the hind tit ») – qui animalise ces derniers en les comparant à des porcelets forcés de se nourrir du dernier petit trayon de la mamelle de leur mère, à peine nourrissant, car il a peu de lait par rapport aux autres trayons :

  • 17 Ibid., II : v. 9-10.

Long sucking the hind titCold as a witch’s and as hard to swallow17.

La métaphore de « dernier trayon » montre le malheur des membres de ces communautés dont la survie dépend de l’identité collective. Sous-alimentés, humiliés et chassés des positions essentielles de la subjectivité, ils sont également privés de la voix. Cette situation a transformé la société en domaine du silence, où la voix intime du cœur doit être atténuée :

  • 18 Ibid., III : v. 8-13.

The famous

Northern reticence, the tight gag of place
And times: yes, yes.
Of the ‘wee six’ I sing
Where to be saved you only must save face
And whatever you say, you say nothing18.

Le locuteur évoque l’espace par lequel il est concerné : « Wee Six », c’est-à-dire les six comtés  qui constituent l’Irlande du Nord. Afin d’éviter l’hostilité des rivaux ou de la communauté, ils sont obligés à se taire, ce qui aboutit à la suppression de leur voix et de leur identité. La réification est soulignée par des images et des métaphores d’asservissement et d’emprisonnement telles que « handgrip », « password », « wick » et « nod » :

  • 19 Ibid., III : v. 19-21.

O land of password, handgrip, wink and nod,
Of open minds as open as a trap.
Where tongues lie coiled, as under flames lie wicks19.

Comme le montre la comparaison dans le dernier vers, la langue, l’instrument de la construction de la subjectivité, s’est cachée et est ainsi interdite aux individus, ce qui les transforme en objets passifs.

14Cependant, il y a des voix qu’on entend dans ce poème,  notamment  celle de l’identité collective qui apparaît comme diverses voix instrumentalisées (« News », « politicians », « Voices of sanity », « gelignite’s […] sound effect », « the papist note », « the bangs that shake », « orange drums », « Cruise O’Brien’s », « smoke-signals » et « little platoons »). Représentant l’idéologie conservatrice de la société, toutes ces voix sont hostiles à la voix du locuteur, car elles sont les instruments de pression sur le sujet. Les individus n’ont d’autre choix que d’alimenter la voix d’un de ces groupes. Dans une critique non équivoque de la société et de ses institutions, le locuteur affirme :

  • 20 Ibid., II : v. 21-23.

On all sides ‘little platoons’ are mustering—
The phrase is Cruise O’Brien’s, via that great
Blacklash, Burke—while I sit here with a pestering20.

  • 21  Dans Reflections on the Revolution in France (1790) Burke écrit : « To be attached to the subdivis (...)

L’allusion aux « petits pelotons » (« little platoons ») d’Edmund Burke (1730-97) marque le renforcement du contrôle de la société sur les individus. Burke était un philosophe et l’ancêtre des mouvements politiques et culturels conservateurs dans la société. Celui-ci avait conçu cette expression afin de décrire les petits groupes qui, selon lui, constituent les piliers de la société. Il employa la formule pour souligner les groupements sociaux et le rôle qu’ils jouent pour défendre les valeurs et les traditions d’une société donnée21. L’allusion suggère aussi l’aversion du locuteur pour les idées de Burke, qu’il considère nocives pour les individus. « Blacklash », qui est un jeu de mots de « backlash », implique l’attitude négative du locuteur envers Burke et ses théories conservatrices. Les « petits pelotons » sont les instruments de répression et entravent la liberté des membres de la société. En outre, le locuteur rejette l’hypothèse de Burke concernant l’aspect nuisible des habitudes discordantes de l’esprit pour la société civile. Cette idée burkienne, selon le locuteur, constitue un obstacle majeur à la créativité et à la liberté d’imagination du sujet. Contrairement à Burke, le sujet valorise la mission révolutionnaire et aussi la désobéissance du sujet à l’égard des normes.

  • 22  Heaney, « Whatever You Say Say Nothing », II : v. 15-6.
  • 23 Ibid., II : v. 17.
  • 24 Ibid., I : v. 19.

15Évidemment dans cette situation le sujet est parfois tenté de rejoindre le troupeau (« flock ») et de moduler sa voix au gré du discours de l’identité collective : « It’s tempting here to rhyme on ‘labour pangs’ / and diagnose a rebirth in our plight »22. Mais le locuteur ne se soumet pas aux exigences du « troupeau » ; c’est un artiste qui pense que parler pour l’identité collective sera une erreur : « […] would be to ignore other symptoms »23. Tandis que, sous pression, il se ravitaille des « faux goûts » (« sucking the fake taste […] »24) de l’idéologie, il se libère des recommandations et des prescriptions.

  • 25 Ibid., I : v. 9-10.

16Le sujet se méfie de l’idéologie représentée par le « troupeau », les « normes tribales » (« tribal shoals »), la « religion » et les journalistes (« media-men »). Le « je » est rebelle et s’oppose donc au « vous » et au « nous » qui représentent une société fermement tenue par les mœurs et la tradition. Il refuse de s’incliner devant le « rosaire » (« rosary beads »), la politique, les médias : « to the jottings and analysis / Of politicians and newspapermen »25. Malgré le fait que le « je » vit ici (« I live here »), dans cet espace répressif et ennuyeux, il chante (« sings ») sa propre chanson. Ceci est un autre acte de rébellion qui ouvre la voie à sa liberté, ce qui se réalise dans « Freedman ».

17L’expression des émotions intimes de colère et de rébellion continue dans « Freedman », qui dessine un autre stade important du développement du sujet. Le titre de ce poème suggère la libération du sujet à la suite de sa révolte. La position de « Freedman » dans le recueil, juste après « Whatever You Say Say Nothing », souligne l’évolution constante du « sujet en procès ». Le locuteur révèle encore le processus d’assujettissement, en particulier du système d’éducation par son retour au passé et par sa re-description de ses expériences durant ses années d’études. Le poème illustre ainsi la transformation d’un individu soumis en un sujet libéré par l’art. L’épigraphe, une citation empruntée à The Romans de R. H. Barrow, concerne l’esclavage et la possibilité de l’émancipation à l’époque des Romains. Le premier terme du poème (« subjugated ») souligne la soumission forcée du sujet au système, au début de son éducation :

  • 26 Heaney, « Freedman », v. 1-4.

Subjugated yearly under arches,
Manumitted by parchments and degrees,
My murex was the purple dye of lents
On calendars all fast and abstinence26.

  • 27 Ibid., v. 16.

« Les voûtes » (« the arches ») est une synecdoque du système d’éducation géré par les institutions religieuses, l’une des forces les plus importantes et les plus puissantes de la société. L’école n’est pas simplement un « petit peloton », mais une grande force qui joue un rôle prépondérant en imposant l’hégémonie de l’idéologie aux individus. Le premier terme du deuxième vers, « manumitted », contraste avec le premier mot (« subjugated »), indiquant ainsi l’émancipation éventuelle du sujet de l’ombre des « voûtes » (« arches »). Cette liberté n’est pas facilement atteinte ; elle est gagnée par l’acquisition de la sagesse, de la connaissance et du langage, symbolisés auparavant par Hercules, pendant des années de dur labeur. Deux autres métonymies « parchemins et diplômes » (« parchments and degrees »), qui représentent l’expérience acquise par le sujet, contrastent avec les « voûtes ». Cette première strophe démontre comment le sujet tire profit des éléments de la tradition et de la société afin de défier leur hégémonie, une attitude qui est également soulignée dans le dernier vers du poème, où il déclare : « Now they will say I bite the hand that fed me »27.

18La deuxième strophe dépeint les efforts du système d’éducation et de l’Église pour façonner les individus obéissants en les conduisant vers la conformité. La description de la cérémonie du mercredi des Cendres au début du carême, quand le prêtre marque le front des élèves par la cendre, suggère encore la soumission initiale du locuteur aux rites imposés par ces institutions :

  • 28 Ibid., v. 5-8.

Momento homo quia pulvis es.’
I would kneel to be impressed by ashes,
A silk friction, a light stipple of dust—
I was under that thumb too like all my caste28.

La citation en Latin, qui signifie « souviens-toi, homme, que tu es poussière », est empruntée à la Genèse. La répétition de cette phrase prive le locuteur de subjectivité en le comparant à la poussière et en lui rappelant qu’il est néant. Au dernier vers de cette strophe, « ce pouce » (« that thumb ») est une autre synecdoque du système d’éducation et du clergé. Comme les autres individus, le locuteur, considéré comme un citoyen anonyme (« one of the earth-starred denizens ») perdu dans la foule, est obligé de se soumettre à l’autorité, de « se mettre à genoux » (« would kneel ») et au joug du clergé (« under that thumb »). La position inférieure du locuteur contraste avec la supériorité du clergé (« groomed optimi ») qui, comme la comparaison (« as lampreys ») l’indique, serait aussi cruel que les « lamproies » qui sucent le sang de leurs victimes. Les « yeux » de ces élites contrastent également avec le « sourcil moisi » (« mouldy brow ») du locuteur, indiquant son conflit avec le clergé. En effet, la prédominance de la métonymie et de la synecdoque dans le poème parodie les institutions telles que l’Église et l’école.

19La conception stylistique du poème, dont le vocabulaire est assez latinisé, renforce la présence des instruments répressifs du système éducatif et religieux. L’abondance des mots et des expressions d’origine latine telles que « subjugated », « manumitted », « parchment », « murex », « lents », « calendar », « abstinence », « friction », « caste », « denizens », « indelibly », « optimi », « estimate », « census », « lampreys », « abjure » et « cant ») intensifie l’effet de domination. Puisque ces termes sont incompréhensibles aux élèves et aux gens ordinaires, ils contribuent à la séparation de ceux-ci des élites. Dans la troisième strophe, le jargon employé par le clergé et les statisticiens (« like all my caste ») intensifient l’humiliation du sujet, considéré comme un individu appartenant aux classes inférieures de la société, et donc, sans importance.

20La dernière strophe marque un tournant dans le développement du « sujet en procès ». Tandis que dans les trois premières strophes, le locuteur, en tant qu’enfant, était à la merci de la communauté et formé par le système d’éducation, dans la dernière strophe il parvient à se libérer. Dans ce dénouement, l’initiation à l’art de la poésie, par laquelle il essaye d’explorer son soi, devient essentielle :

  • 29 Ibid., v. 13-16.

Then poetry arrived in that city—
I would abjure all cant and self-pity—
And poetry wiped my brow and sped me.
Now they will say I bite the hand that fed me29.

En maîtrisant l’art de la poésie, l’ultime moyen de rétrospection, d’introspection et d’expression, il réussit à se libérer des contraintes imposées et donc d’exprimer les sentiments intimes et les réflexions. Sa révolte par la poésie a nettoyé (« wiped ») la marque de soumission. Le signe apparemment indélébile de la soumission, c’est-à-dire la « cendre » (« impressed by ashes ») sur le front, est finalement effacé par son initiation à l’art.

21Le poème réussit à démontrer la répudiation de la conformité ainsi que la résistance aux attraits, aux pièges et aux dangers afin de valoriser ce qui vient du soi. Le sujet est désormais déterminé à ne pas se livrer à la multitude, à ne pas abandonner sa voix. L’élévation du domaine intime du soi par l’art le conduit vers la liberté mais aussi au salut, ce qui contraste avec la soumission actuelle d’autres individus qui se sont conformés à la société. S’il avait accepté l’assujettissement à l’identité collective, il n’aurait rien eu de la voix intime du soi, et serait ainsi juste devenu un instrument au service de la société. Cette action nécessite la lutte constante du sujet pour maintenir la distance avec l’hégémonie de l’identité collective.

22Ainsi, dans le « nord » créé par Heaney, au lieu de se laisser exploiter par la communauté, le sujet exploite les ressources de l’espace afin de construire sa propre subjectivité. Dans ce recueil, le sujet-locuteur rejette l’intimité de l’identité collective en faveur de l’intimité subjective pour éviter la dissolution du soi. Malgré son apparente intimité avec la communauté et l’espace, North démontre les effets néfastes des forces répressives et la valeur de la révolte artistique. Tandis que la plupart des individus dépeints dans le recueil sont assujettis, c’est l’artiste qui défie l’hégémonie par son art. Mais ceci ne signifie pas que le sujet soit totalement détaché de ses origines.

Haut de page

Bibliographie

BURKE Edmund, Reflections on the Revolution in France, Harmondsworth: Penguin Books, [1790] 1982.

CORCORAN Neil, Seamus Heaney, London: Faber & Faber, 1986.

FENNEL Desmond, « About Behaving Normally in Abnormal Circumstances: A Retrospect on My Writing so Far », Etudes Irlandaises, n° 29.2, automne 2004.

GENET Jacqueline, Studies on Seamus Heaney, Caen : Presses Universitaires de Caen, 1987.

HEANEY Seamus, North, London: Faber & Faber, 1975.

------, « Unhappy and at Home », Interview avec Seamus Deane, The Crane Bag, 1, 1 (1977), 66-72.

------, « Station Island », dans Station Island, London: Faber & Faber, 1984.

------, The Government of the Tongue: Selected Prose 1978-1987, London : Faber & Faber, 1989.

------, The Redress of Poetry: Oxford Lectures, London: Faber & Faber, 1995.

KRISTEVA Julia, La Révolte intime, Paris : Librairie générale française, 2000.

MALLOY Catherine & Phyllis CAREY (eds.), Seamus Heaney: The Shaping Spirit, Newark: University of Delaware Press, 1996.

SHAKESPEARE William, Hamlet, Norton Critical Editions, New York: W. W. Norton & Company, 1992.

SHELLEY Percy Bysshe,« A Defence of Poetry », in The Major Works of Percy Bysshe Shelley,Oxford: Oxford University Press, 2003.

Haut de page

Notes

1  Julia Kristeva utilise ce terme pour désigner le retour au passé et la rébellion : « la révolte, donc, comme retour-retournement-déplacement-changement […]. Ce qui fait sens aujourd’hui, ce n’est pas immédiatement l’avenir […], c’est la ré-volte: c’est-à-dire le questionnement et le déplacement du passé. L’avenir, s’il existe, en dépend ». Julia Kristeva, La Révolte intime, Paris : Librairie générale française, 2000, 10-11.

2 Seamus Heaney, « Freedman », North, London: Faber and Faber, 1975, v. 16.

3  Seamus Heaney, « Antaeus », North, v. 1-8.

4 Ibid., v. 9-12.

5 Ibid., v. 13-17.

6 Ibid., v. 18-20.

7  Seamus Heaney, « Unhappy and at Home », Interview avec Seamus Deane, The Crane Bag, 1, 1 (1977), 72.

8 Seamus Heaney, « Hercules and Antaeus », North, v. 17-21.

9 Ibid., v. 8-23.

10 Ibid., v. 1-7.

11 Ibid., v. 22-23.

12  C’est pour cette raison que Seamus Deane a choisi, pour son article, le titre « Powers of Earth and Visions of Air » dans Seamus Heaney: The Shaping Spirit, Phyllis Malloy (ed.), Newark: University of Delaware Press, 1996, 27-33.

13  John Haffenden, « Meeting Seamus Heaney », London Magazine, juin 1979, 5-28. Repris dans Viewpoints: Poets in Conversation. Cité par Neil Corcoran, Seamus Heaney, London: Faber & Faber, 1986, 101.

14  Seamus Heaney, « Whatever You Say Say Nothing », North, I : v. 7-10.

15  William Shakespeare, Hamlet, New York: W. W. Norton & Company, 1992, I : v. 211–12.

16 Heaney, « Whatever You Say Say Nothing », II : v. 3-6.

17 Ibid., II : v. 9-10.

18 Ibid., III : v. 8-13.

19 Ibid., III : v. 19-21.

20 Ibid., II : v. 21-23.

21  Dans Reflections on the Revolution in France (1790) Burke écrit : « To be attached to the subdivision, to love the little platoons we belong to in society, is the first principle (the germ as it were) of public affections » (Edmund Burke, Reflections on the Revolution in France (1790), Harmondsworth: Penguin, 1982, 135.) En fait, Burke considérait les « little platoons » comme des garanties de stabilité de la société et ses constitutions contre les tendances révolutionnaires. D’ailleurs, dans sa « Letter to a Member of the National Assembly » Burke dénonça Jean Jacques Rousseau — célèbre pour ses idées révolutionnaires et ses conceptions libérales de la subjectivité.

22  Heaney, « Whatever You Say Say Nothing », II : v. 15-6.

23 Ibid., II : v. 17.

24 Ibid., I : v. 19.

25 Ibid., I : v. 9-10.

26 Heaney, « Freedman », v. 1-4.

27 Ibid., v. 16.

28 Ibid., v. 5-8.

29 Ibid., v. 13-16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohammad Reza Ghorbanian, « La « révolte intime » de Seamus Heaney dans North », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VII – n°3 | 2009, 155-170.

Référence électronique

Mohammad Reza Ghorbanian, « La « révolte intime » de Seamus Heaney dans North », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VII – n°3 | 2009, mis en ligne le 25 mai 2009, consulté le 28 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/95 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.95

Haut de page

Auteur

Mohammad Reza Ghorbanian

Dr. (Caen, France)‎
Mohammad Reza Ghorbanian enseigne à l’Université de Caen. Sa recherche ‎interdisciplinaire concerne la subjectivité dans la littérature du vingtième siècle, particulièrement ‎la nature du sujet dans la poésie. Il est l’auteur d’une thèse intitulée « Seamus ‎Heaney et la (dé)construction du sujet », sous la direction de M. le Professeur René Gallet. Il ‎a présenté les résultats de sa recherche dans divers colloques et continue à étudier le rôle ‎du sujet dans la littérature et son implication dans le monde contemporain.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search