Navigation – Plan du site
Book Reviews

Myriam Boussahaba-Bravard et Rebecca Rogers (Eds.), Women in International and Universal Exhibitions, 1876-1937

Muriel Pécastaing-Boissière
Référence(s) :

Myriam Boussahaba-Bravard et Rebecca Rogers (Eds.), Women in International and Universal Exhibitions, 1876-1937, New York  & London: Routledge, 2017. 286 pages, ISBN 978-1138636057Myriam Boussahaba-Bravard et Rebecca Rogers (Eds.), Women in International and Universal Exhibitions, 1876-1937, New York  & London: Routledge, 2017. 286 pages, ISBN 978-1138636057

Texte intégral

1Women in International and Universal Exhibitions, 1876-1937 est l’aboutissement d’un projet lancé en 2012 par Myriam Boussahba-Bravard, professeure en civilisation britannique à l’Université Paris-Diderot, spécialiste de l’histoire des femmes au XIXe siècle, par Rebecca Rogers, professeure à l’Université Paris-Descartes, spécialiste de l’histoire de l’éducation féminine en France au XIXe siècle, et par Hélène Périvier, chercheuse à l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques, spécialiste des inégalités de sexe, notamment sur le marché du travail. Grâce au soutien de l’Institut des Humanités et de l’action structurante PluriGenre de Paris-Diderot, qui vise à développer la recherche pluridisciplinaire en études de genre, un colloque international intitulé « Les Femmes dans les expositions internationales et universelles (1876-1937) : actrices et objets des savoirs » s’est tenu en octobre 2014, à l’Institut des Études Avancées, à Paris. L’ouvrage rassemble douze contributions issues de ce colloque et en respecte l’approche pluridisciplinaire et transnationale : les auteur-e-s sont historien-ne-s du genre, conservatrice générale du patrimoine (Christiane Demeulenaere-Douyère), juriste et professeure de droit (Gwen Jordan), et historiennes de l’art (Ursula Tania Estrada, Linda Kim, Julie Verlaine) et d’origine française, américaine, finlandaise (Anne R. Espstein), mexicaine (Ursula Tania Estrada), australienne (James Keating), portugaise (Teresa Pinto) et écossaise (Siân Reynolds). Il existe déjà une vaste historiographie des expositions internationales et universelles, mais encore très peu de recherches ont été menées spécifiquement sur la participation des femmes, malgré leur présence dans les sources et les archives. Myriam Boussahba-Bravard et Rebecca Rogers ont donc choisi de donner la parole à des voix féminines encore méconnues, de faire état de récits oubliés, et surtout d’instaurer un dialogue à la fois transdisciplinaire et transnational entre les contributions, en écho à celui qui s’est développé entre les participantes des expositions.

2Les contributions se concentrent sur le travail mené en amont des expositions par les femmes concernées, en particulier sur les obstacles qu’elles ont dû surmonter, sur leur vécu des expositions, et sur l’apport de leur participation à plus ou moins long terme. Les coordinatrices du recueil ont souhaité étudier avant tout le rôle des participantes aux expositions (artistes, éducatrices, productrices ou réformatrices) et non des simples consommatrices. L’ouvrage est structuré en quatre parties thématiques : l’Art (Exhibiting Women: Collectors, Artists and Students), le Travail (Promoting Women: Professionals, Workers and Organizers), l’Autre (Staging Otherness: Women on and from the Margins), et le Féminisme (Mobilizing Women: National, International, and Transnational Feminism(s)).

3Le choix des limites chronologiques données à l’ouvrage sont la Centennial International Exhibition de Philadelphie de 1876, la première à inclure un Woman’s Pavilion, géré par et pour les femmes, et l’Exposition internationale des Arts et des Techniques appliqués à la Vie moderne qui s’est tenue à Paris en 1937, cadre chronologique « médian » pour reprendre le terme employé en introduction, mais qui exclut malheureusement les expositions londoniennes de 1851 et 1862, d’où l’absence de référence à la lutte pour le suffrage des femmes au Royaume-Uni. Les contributions se concentrent principalement sur la Columbian World’s Fair de Chicago de 1893, mais pas exclusivement, ce qui permet une lecture comparatiste qui amène au constat d’une dégradation de la place et de la représentation des femmes dans les expositions internationales et universelles.

4Les principaux reproches qui pourraient être émis à l’encontre de l’ouvrage ne sont que ceux inhérents à ce type de recueil : il s’agit d’une approche forcément fragmentaire de la question (les directrices parlent joliment d’un « pot-pourri d’essais » en introduction), avec des éclairages particuliers, des études de cas précis, mais aussi d’inévitables manques. Il est néanmoins appréciable que les auteur-e-s renvoient régulièrement aux autres chapitres, établissant ainsi une « conversation » qui évite l’écueil de la simple juxtaposition. Enfin, alors que le recueil propose de donner une voix aux oubliées de l’histoire des expositions, on peut regretter, dans ce cadre, l’absence d’étude sur les femmes qui travaillaient au niveau le plus modeste à leur bon déroulement. Un célèbre tableau du peintre irlandais John Lavery, intitulé The Glasgow Exhibition, 1888, exposé de façon permanente à la Tate de Londres, montre pourtant les serveuses d’un salon de thé de l’exposition. Comme il y est fait référence en introduction, Lavery a réalisé en tout une quarantaine de croquis sur le vif durant l’exposition de Glasgow, dont certains représentent des ouvrières et artisanes démontrant sur place leur travail. Son tableau Woman Painting a Pot at the Glasgow International Exhibition en est le résultat, et forme un contraste saisissant avec sa représentation très officielle et figée de la visite de la reine Victoria à l’exposition.

5Julie Verlaine ouvre la première partie du recueil avec « Expositions and Collections: Women Art Collectors and Patrons in the Age of the Great Exposition », qui se focalise sur un tout petit groupe de femmes issues de l’élite sociale occidentale, mais aussi sur leur soutien aux artistes féminines présentes durant les expositions et au-delà. Dans « Unpretentious Paintings: Mexico’s National School of Fine Arts’ Women Students at the 1893 Chicago Columbian Exposition », Ursula Tania Estrada part d’une étude de cas centrée sur la peintre Carlota Camacho pour soulever des questions essentielles, comme celle du séparatisme qui, selon l’auteure, a réduit la visibilité des artistes féminines qui n’exposaient pas avec leurs collègues masculins. Linda Kim analyse les déboires de la statue de l’American Girl dans « Inserting the Personal in the International: The American Girl at the 1900 Paris Exposition » et démontre que la place accordée aux femmes entre l’exposition de Chicago de 1893 et celle de Paris de 1900 s’est dégradée.

6La deuxième partie s’intéresse à la place des femmes dans les expositions. La question des limites du séparatisme est abordée par Gwen Jordan dans « “After Mature Deliberation”: Women Lawyers’ Infiltration of the 1893 World Columbian Exposition », qui explore les désaccords sur ce sujet entre les femmes juristes souhaitant faire entendre leur voix à Chicago en 1893. Jordan retrace également leur mise en place grâce à l’exposition d’un réseau transnational, entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Inde. Les ouvrières sont peu étudiées dans les contributions retenues, à l’exception notable de l’article « International Expositions and the Rewriting of Portuguese Women’s History (1889-1908) », dans lequel Teresa Pinto retrace l’exposition des travaux des jeunes apprenties des écoles professionnelles portugaises, en particulier des dentellières. L’étude comparatiste de Teresa Pinto révèle à son tour le déclin de la visibilité des femmes d’une exposition à l’autre. Dans « A “Reason to Act, an Ideal to Strive Towards”: Women as Intellectual Organizers at the Paris Exhibition of 1900 », Anne R. Epstein aborde brièvement le thème des femmes journalistes et pamphlétaires qui ont écrit sur l’exposition de Paris de 1900, un regard et un discours féminins contemporains sur les expositions qui auraient peut-être mérités d’être plus clairement distingués parmi les sources primaires étudiées par certain-e-s des auteur-e-.s de l’ouvrage.

7La troisième partie évoque la femme vue comme « l’Autre ». Dans « African American Women’s Voices at the 1893 Chicago World Fair », Claudine Raynaud explore le parallèle de l’exclusion de l’exposition officielle des Afro-américains et des féministes les plus engagées, mais aussi les limites des « conversations » possibles entre femmes, avec son analyse des tensions entre séparatisme et universalisme entre les Afro-américaines, qui se surimposent au débat autour des représentations séparées des sexes. Dans « Between Knowledge and Spectacle: Exotic Women at International Exhibitions (Paris, 1889 and 1900) », Christiane Demeulenaere-Douyère choisit de rendre compte du regard masculin porté à l’époque sur les danseuses javanaises. Une série de questions sur le statut ou les conditions de travail et de vie de ces jeunes filles clôt l’étude, alors qu’elle aurait sans doute dû en constituer le point de départ. Dans « International Activism After the Fair: New South Wales, Utah, and the 1893 World’s Columbian Exhibition », James Keating traite de la façon dont les Mormones ont su mettre à profit l’exposition de Chicago pour défendre avec succès leur statut après les vifs débats autour de l’interdiction de la polygamie au sein de leur communauté, au point de regagner le droit de vote en 1896, année de l’accession de l’Utah au statut d’État, à laquelle elles ont directement contribué.

8La quatrième partie s’intéresse au féminisme sous l’angle transnational. Karen Offen évoque l’importance du facteur religieux dans « Rendezvous at the Expo: Building a Franco-American Women’s Network, 1889-1893-1900 », qui souligne le rôle des Françaises protestantes et franc-maçonnes dans le développement d’un réseau franco-américain à l’occasion des expositions, et la réticence des féministes catholiques à les rejoindre en réaction, ainsi que l’antisémitisme exprimé par certaines d’entre-elles. Ce thème est également au cœur de « Forging the Transnational out of the International: Feminist Internationalism at World’s Fairs and International Exhibitions », chapitre dans lequel Tracey Jean Boisseau propose une définition du concept de transnationalisme, pourtant centrale à cet ouvrage, pour mieux en explorer les limites non seulement historiques, mais aussi méthodologiques, en particulier le risque de reproduire en recherche les exclusions pratiquées par ce mouvement féministe avant tout occidental et socialement élitiste. Siân Reynolds clôt le recueil avec « French Women at the Paris 1937 Exhibition: One Step Forward, Two Steps Back? », amer constat de la dégradation quantitative et qualitative de la représentation accordée aux femmes, en particulier en comparaison de 1893.

9Pour conclure, l’originalité du projet, la qualité de la grande majorité des contributions, ainsi que de l’excellent travail de direction justifient amplement la lecture de Women in International and Universal Exhibitions, 1876-1937. Il demeure juste regrettable, compte tenu du prix du recueil (environ 125€), que les illustrations ne soient qu’en noir et blanc et dans une définition médiocre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Pécastaing-Boissière, « Myriam Boussahaba-Bravard et Rebecca Rogers (Eds.), Women in International and Universal Exhibitions, 1876-1937 », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XVI-n°1 | 2018, mis en ligne le 11 juillet 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/9588

Haut de page

Auteur

Muriel Pécastaing-Boissière

Muriel Pécastaing-Boissière est maître de conférences en civilisation britannique à Sorbonne Université, spécialiste des actrices victoriennes, ainsi que des liens entre féminisme, socialisme et renouveau occulte et spirituel entre 1880 et 1914. Elle est l’auteure de la biographie Annie Besant (1847-1933): Struggles and Quest (Londres : TPH, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals