Navigation – Plan du site
Book Reviews

Auto/biographies historiques dans les arts, sous la direction de Benaouda Lebdai et Delphine Letort

Rémi Fontanel
Référence(s) :

Auto/biographies historiques dans les arts, sous la direction de Benaouda Lebdai et Delphine Letort, Angers, Éditions Mare & Martin, Collection Res Anglophonia, 2017.

Texte intégral

1Auto/biographies historiques dans les arts est un ouvrage codirigé par Benaouda Lebdai (Professeur émérite à l’Université du Mans et chroniqueur littéraire) et Delphine Letort (Professeure à l’Université du Mans). Les quatorze textes qui le composent traitent des enjeux mobilisés par les formes d’écritures biographiques et/ou autobiographiques lorsqu’elles s’inscrivent dans une démarche historique, romanesque et plus largement artistique (théâtre, arts visuels et cinéma). De la peinture à la littérature, du théâtre au cinéma, la démarche auto/biographique (biographique et/ou autobiographique) engage des imaginaires poétiques, politiques et culturels qui sont approchés à partir de sujets issus de disciplines, d’époques et de contextes très variés.

2Outre la grande qualité des textes proposés, l’ouvrage est une réussite d’abord dans la manière dont il parvient à proposer des lignes de force communes et structurantes qui permettent une véritable cohérence d’ensemble. Ainsi, trois orientations majeures ont retenu mon attention ; elles caractérisent l’apport de la publication, plus encore, elles complètent et renouvellent une recherche universitaire qui, s’agissant des genres biographiques et autobiographiques, s’est intensifiée ces dernières années (depuis le début des années 2010) en s’ouvrant notamment à des pratiques diverses (bande-dessinée, cinéma d’animation, nouveaux médias, art contemporain – je citerai pour seul exemple le film La Passion Van Gogh de Dorota Kobiela et Hugh Welchman sorti en 2017).

3L’une des questions traitées par un grand nombre d’études présentes dans cet ouvrage concerne les conditions qui permettent d’envisager l’art de la biographie comme une « pratique » historiographique, alors même que Marc Ferro (pour ne citer que lui) considérait la biographie comme « une handicapée de l’histoire » ? Parfois, et c’est probablement plus souvent le cas en littérature qu’au cinéma, l’écriture biographique ouvre un nouvel espace, une nouvelle visibilité pour les celles et ceux qui ne peuvent pas faire entendre leur voix. Généralement soumis à l’Histoire et à ses récits, certains individus (anonymes, oubliés, déclassés) ont une place à revendiquer dans les mémoires culturelles et collectives. C’est ce que relève un certain nombre de projets comme le note Nathalie Prince dans le préambule de l’ouvrage : « est-ce que l’on fait des biopics pour raconter un homme ou pour raconter l’Histoire ? »… Question qui s’impose comme l’une des tensions qui traversent généralement le genre biographique quelle que soit la discipline qui s’en empare. Le geste biographique peut alors s’imposer comme le moyen d’une réhabilitation, comme un enjeu éthique qui positionnent l’auteur comme le dépositaire d’une re.construction (qui peut passer par une déconstruction) identitaire nécessaire ; je citerai pour exemple l’excellent texte d’Éliane Elmaleh sur le travail pictural de Jacob Lawrence connu pour ses œuvres consacrées à Frederick Douglass et Harriet Tubman : « les séries de Jacob Lawrence relatant les exploits de Harriet Tubman et Frederik Douglass offrent une mémoire incarnée, identifiable, un héritage important non seulement pour la communauté noire mais aussi pour le récit national auquel ils sont désormais intégrés. » Cette approche peut également impliquer d’autres figures historiques plus célèbres et dont le parcours et l’action sont à réinvestir. L’étude de Bernard De Meyer sur les deux romans biographiques de Tierno Monénembo est à ce titre très instructive comme l’est également celle de Benaouda Lebdai qui s’intéresse au roman de Njabulo Ndeble, The Cry of Winnie Mandela (2003). Benaouda Lebdai s’intéresse notamment à la pratique littéraire de l’auteur qui vise à reconsidérer l’image médiatique négative de Winnie Mandela en s’appuyant sur les puissances romanesques de la biographie initiées par une approche psychologique, sociale et politique. Cette dimension psychologique est également au cœur du projet de Ludwig Winder dont l’ouvrage sur François-Ferdinand d’Autriche (L’Héritier du trône, 1937) est étudié par Christophe Dumas qui met en avant les rapports ambigus qui peuvent s’établir entre la biographie historique et la biographie romancée, accentuant ainsi l’importance du rôle de la fiction dans l’approche auctoriale.

4C’est là le deuxième aspect abordé par de nombreux textes de l’ouvrage. Il concerne le statut et la fonction de la fiction dans l’approche biographique. Dans son texte sur le théâtre espagnol et catalan au tournant du XXIe siècle, Aymeric Rollet démontre comment s’opère la dramatisation des faits à partir d’une fictionnalisation de l’expérience qui s’élabore paradoxalement à partir d’une historisation du drame. Entre la réalité et la fiction, l’imaginaire et le réel, le « biopic historique » est souvent concerné par l’hagiographie. C’est un aspect qu’on lit souvent, qu’on considère comme une évidence, mais qui n’avait jamais vraiment fait l’objet d’une étude avant que Taïna Tuhkunen ne se penche réellement sur la question. En s’appuyant notamment sur le film Lincoln de Steven Spielberg (2012), l’auteure démontre comment « le ‘sauveur sacrifié’ de l’Union qui libéra l’Amérique du système esclavagiste est présenté comme commun et divin. » Ouvrant également un nouveau « chantier » qui nécessiterait une attention toute particulière, Taïna Tuhkunen pose justement la question d’une possible réinvention du biopic qui permettrait une réécriture de l’Histoire. C’est finalement ce qu’Oliver Stone ne parvient pas à effectuer lorsqu’il s’empare de George W. Bush (W., 2008). Pierre-Marie Loizeau démontre en effet comment, dans ce film, la fiction a pris le pas sur une perspective historique qui apparaît inatteignable dans le cadre de la démarche privilégiée par le cinéaste américain. La fiction est le moyen d’une construction biographique ou autobiographique qui d’une part, peut se nourrir d’une puissance métaphorique ou mythologique, et qui d’autre part, ouvre la narration au champ politique. En ce sens, la transposition de l’autobiographie de l’écrivain cubain Reinaldo Arenas (Antes que anochezca, 1992) en un film de fiction (celui de Julian Schnabel, Avant la nuit, 2000) n’est pas sans poser plusieurs problèmes que relève avec justesse Michaëla Grévin dans un texte qu’elle consacre à cette adaptation cinématographique.

5Le troisième et dernier axe qui a retenu mon attention est celui, peu abordé jusqu’à présent, qui permet de penser l’articulation entre biographie et autobiographie. Si les deux pratiques sont clairement différentes l’une de l’autre, il est intéressant d’analyser les passages, zones de recouvrement qui peuvent prendre divers aspects. Une biographie peut être innervée par une dimension autobiographique qui accorde un statut particulier à l’auteur : pseudo-autobiographie, autobiographie indirecte, autobiographie en creux, etc., une biographie peut contenir des éléments intimes, personnels de l’auteur qui « se transpose » de manière détournée (consciemment ou non) dans le récit qu’il élabore. Zelig (1983) est une biographie fictive de Woody Allen et, comme le conclut Gilles Menegaldo dans le texte d’une grande richesse qu’il consacre à ce film, le personnage principal est également « une figure masquée du réalisateur caméléon. » Le processus délégatoire prend donc les allures d’une sorte d’autofiction poétique comme dans l’œuvre de Robert Lowell dont l’intérêt pour Jonathan Edwards permet, comme le relève Laurence Bécel, une écriture autobiographique au prisme d’une évocation biographique du théologien et prédicateur calviniste américain. Et le recours à la poésie peut ouvrir au mythe, devenir le lieu d’une résistance, d’une éthique lorsqu’il s’agit de raconter l’horreur ; dans Incendies, le dramaturge Wajdi Mouwad s’appuie sur le récit individuel et autobiographique de Souha Béchara (Résistante, 2000) pour raconter « la douleur d’un monde qui n’en finit pas d’accoucher de monstruosités. » C’est précisément ce que permet le passage de l’autobiographie à la biographie, comme l’analyse Jacqueline Jondot.

6Chez François Truffaut et Jean-Luc Godard, le rapport à la cinéphilie est également constitutif du processus autobiographique qui travaille certains de leurs films, ce que Jean-Philippe Trias nomme « auto-ciné-biographie » dans une étude très complète dédiée aux deux cinéastes de la Nouvelle Vague. Le transfert ou l’enchâssement de l’autobiographique dans la biographie se retrouve aussi chez Gabriel García Márquez qui, comme l’analyse Caroline Lepage, réalise une autobiographie fantasmée à travers le roman historique qu’il consacre au Général Simón Bolívar (premier président de la République de Colombie) dans Le Général dans son labyrinthe (1989). Pouvoir du régime fictionnel : le roman historique prend ainsi les allures d’une double autobiographie dans Autobiografia del general Franco de Manuel Vázquez Montalbán (1992), « celle du Général Franco qui dirige les destins d’une Espagne qu’il dit avoir sauvée ; et celle de Marcial Pombo, fils des vaincus, dont la perception est bien différente. La confrontation de ces deux autobiographies est aussi la confrontation de deux mémoires et de deux récits » comme le développe Roselyne Mognin-Martin.

7Cet ouvrage contribue de manière essentielle au débat sur l'autobiographie – récit rétrospectif qu'une personne fait de sa propre vie, et sur la biographie, récit élaboré par un auteur sur une personne existant ou ayant existé. Ainsi, à travers une approche comparative entre les arts (cinéma, théâtre, littérature, arts visuels) et les cultures (française, anglophone, germanique, hispanique), cet ouvrage interroge de manière plurielle et transversale le mythe des Grands Hommes en le confrontant à des démarches artistiques qui en étendent et en requalifient l’acception.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Fontanel, « Auto/biographies historiques dans les arts, sous la direction de Benaouda Lebdai et Delphine Letort », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XVI-n°1 | 2018, mis en ligne le 11 juillet 2018, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/9607

Haut de page

Auteur

Rémi Fontanel

Rémi Fontanel est Maître de conférences en études cinématographiques à l’Université Lyon 2. Il a travaillé sur les cinémas de Maurice Pialat et de Jean Eustache ainsi que sur l’acteur Patrick Dewaere. Outre l’autobiographie au cinéma, ses recherches portent sur le genre biopic : CinémAction, n° 139 (2011) ; Les Biopics du pouvoir politique de l’antiquité au XXe siècle. Hommes et femmes de pouvoir à l’écran (avec Martin Barnier, 2010) ; Biopics de tueurs/Killers in Biopics (avec Martin Barnier, Trudy Bolter, et Isabelle Le Corff, 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals