Navigation – Plan du site

Comprendre le phénomène Trump, au-delà du chaos

Bypassing confusion to understand the Trump phenomenon
Pierre Guerlain et Raphaël Ricaud

Texte intégral

Toute la vie des sociétés dans lesquelles règnent les conditions modernes de production s’annonce comme une immense accumulation de spectacles.
Guy Debord, La Société du spectacle

If you truly had a democracy and did what the people wanted, you’d go wrong every time.
Dean Acheson

Politique spectacle

  • 1 Scott A. Snyder, « Chronology of Events Surrounding the Cancellation and Reconfirma (...)

1Donald Trump, arrivé au pouvoir le 20 janvier 2017 après une campagne électorale durant laquelle la rhétorique outrancière était la norme, est un défi permanent pour les chercheurs, journalistes ou citoyens qui tentent de trouver les lignes directrices de ses diverses politiques ou la cohérence de ses déclarations. En homme de TV-réalité et magnat de l’immobilier jamais prisonnier de sa parole, il ne cesse de changer de déclarations. Ainsi, début juin 2018, il a signé un communiqué commun du G7 puis, depuis l’avion qui le conduisait à Singapour pour y rencontrer Kim Jong Un, le dirigeant nord-coréen, il a annulé sa signature et copieusement insulté celui qu’il appelle « Justin », c’est à dire Justin Trudeau le Premier Ministre du Canada. Mme Merkel est fréquemment la cible de ses déclarations peu diplomatiques et de ses mensonges. En ce qui concerne la Corée du Nord, il a d’abord menacé ce pays du « feu et de la fureur », puis insulté son président1, et enfin il a déclaré qu’étant habitué à faire des deals, il a tout de suite compris qu’il pouvait faire affaire avec Kim Jong Un et peut-être même bâtir des hôtels le long des belles plages nord-coréennes.

  • 2 Cet avis est partagé par des personnes ayant pourtant des opinions politiques très différen (...)
  • 3 Peter Thiel: « But I think one thing that should be distinguished here is that the media a (...)
  • 4 Donald J. Trump with Tony Schwartz, The Art of the Deal, New York : Ballantine Book, 1987. (...)
  • 5 Sébastien Dieguez, Total Bullshit ! Au cœur de la post-vérité, Paris : Presses Universitair (...)

2Le président américain fait constamment ce qu’il faut bien appeler un numéro de cirque médiatique2 ; il occupe le devant de la scène avec des déclarations outrancières, racistes, sexistes, insultantes ou à contre-courant des politiques américaines habituelles. Les journalistes et universitaires qui le suivent et l’analysent sont pris dans le piège de la contradiction et de l’hyper présence du personnage. Souvent elles ou ils tentent d’analyser des propos comme si ceux-ci renvoyaient à des propositions sérieuses qu’il s’agirait de décortiquer3. Néanmoins, le Président américain et ses analystes ne jouent pas au même jeu ou tout au moins ne suivent pas les mêmes règles de l’échange intellectuel. Là où Trump se donne en spectacle, les intellectuels tentent d’en faire une analyse politique rationnelle. Mais les mots de Trump, comme ceux de la publicité, ne sont pas faits pour durer ou informer ; ils produisent un effet émotionnel dans le hic et nunc. Trump a déclaré dans son autobiographie4 qu’il avait recours à la « truthful hyperbole », que l’on traduit habituellement par « hyperbole véridique » mais renvoie en fait au bobard qui donne une impression de vérité, ce que certains sociologues appellent maintenant sans détour le « bullshit » (foutaises5).

  • 6 Dan P. MacAdams, « The Mind of Donald Trump », The Atlantic, juin 2016.

3Trump ne respecte pas les usages du discours politique : sa vulgarité, ses mensonges, ses affabulations ou ses « foutaises » sont calculés. Peut-être sont-ce aussi là des effets de ce que certains psychiatres n’hésitent pas à diagnostiquer comme de la paranoïa ou encore de l’hyper narcissisme6. Dans ses débats avec les médias, qu’il insulte violemment et fréquemment, Trump perd peut-être la bataille de la vérité, qui lui importe peu, mais il gagne celle de l’audience et de l’audimat. Toute publicité (même négative) étant bonne à prendre, Trump fait le buzz avec une déclaration puis son contraire. Passer de l’insulte et de la menace de guerre nucléaire à l’éloge du dictateur nord-coréen peut sembler fou, au sens d’une « théorie du fou » développée par Nixon. Cependant, la logique de l’occupation médiatique avec affirmation de victoire est respectée. Victoire dans la menace militaire, victoire dans la rencontre, victoire dans l’affirmation de la possibilité de paix.

Précédents historiques

4Pour bien des commentateurs de la vie politique américaine, la présidence de Donald Trump est considérée comme anormale (dans le sens où il est en permanence en train de transgresser les normes présidentielles). Mais avant lui, par un aspect ou un autre, d’autres chefs de l’exécutif états-uniens s’étaient éloignés de l’archétype présidentiel.

5Lorsque le président Donald Trump prend la parole, sa langue est d’une grande indigence lexicale et d’une cohérence syntaxique douteuse. D’aucuns estiment que c’est là un indicateur qu’il n’a pas l’intelligence nécessaire pour exercer pleinement sa fonction de chef de l’exécutif. Mais c’est une accusation qui a été portée à d’autres. Souvenons-nous par exemple de George W. Bush, qui, d’erreurs de prononciation en néologismes, était à la peine quant à la maîtrise de sa propre langue maternelle7.

  • 8 David A. Fahrenthold, « Trump recorded having extremely lewd conversation about women in (...)

6Lors de la campagne présidentielle de 2016, le Washington Post tentait de décrédibiliser Trump en révélant au grand jour sa muflerie et sa misogynie. Dans un langage cru, Trump expliquait qu’il usait de sa célébrité pour obtenir les faveurs des femmes8. Ces révélations choquèrent une partie de l’Amérique, tout comme les frasques extraconjugales de Bill Clinton l’avaient fait deux décennies auparavant.

  • 9 William Leuchtenburg, The American President : from Teddy Roosevelt to Bill Clinton, New Yo (...)

7Lors d’allocutions télévisées, Trump ne s’en tient jamais strictement aux fiches qui lui ont été préparées. Inévitablement, il procède à des divagations verbales, que ses conseillers redoutent. Trump est imprévisible dans ses improvisations (qui viennent parfois contredire le texte officiel), mais des situations semblables ont déjà existé dans le passé. Le président Ronald Reagan, qui souffrait de la maladie d’Alzheimer en fin de deuxième mandat, était également étroitement contrôlé par ses conseillers qui lui demandaient de s’accrocher à ses fiches afin de l’empêcher de dérailler. Parfois, Reagan a fait peur à ces mêmes conseillers, par exemple à Reykjavik en 1986 lorsqu’il a proposé, avec Gorbatchev, d’éliminer tous les armements nucléaires9.

8Si l’on fait l’hypothèse que Trump est hyper narcissique et qu’il ment de manière éhontée, et ce à des fins personnelles et politiques, il n’est pas non plus le premier. Richard Nixon, que beaucoup de commentateurs considèrent comme un précurseur de Trump, était lui aussi un grand menteur manipulateur qui avait fait échouer des pourparlers de paix juste avant l’élection de 1968 pour décrédibiliser son adversaire, Hubert Humphrey. Tout comme Trump, il détestait les médias, qui attisaient sa paranoïa. En privé, Nixon se répandait même en accusations antisémites contre ceux-ci.

  • 10 « I didn’t just screw Ho Chi Minh, I cut his pecker off. » On trouve cette citation ainsi (...)

9En termes de vulgarité cruelle, Lyndon B. Johnson est l’égal de Trump. Il avait ainsi déclaré en 1964 : « Je n’ai pas seulement baisé Ho Chi Minh, je lui ai coupé la queue »10.

  • 11 Carol Cadwalladr, « ‘I made Steve Bannon’s psychological warfare tool’: meet the data war w (...)
  • 12 Greg Palast, « The GOP’s Stealth War Against Voters », Rolling Stone, 24 août 2016, ou enco (...)

10L’affaire Cambridge Analytica11, ou encore celle des minorités radiées des listes électorales12 tendent à montrer que Trump n’a pas gagné la course à la Présidence des États-Unis à la loyale. Mais cette même accusation pourrait s’appliquer à de nombreux présidents, y compris au très populaire John F. Kennedy.

  • 13 Stanley Elkins & Eric McKitrick, The Age of Federalism: The Early American Republic (...)

11En remontant bien plus avant dans l’histoire américaine, on peut noter que la campagne de 1800 qui mettait aux prises Thomas Jefferson, le républicain anti-fédéraliste, et John Adams, le fédéraliste, avant que les États-Unis ne soient une démocratie, avait été caractérisée par l’explosion des mensonges et accusations outrancières13, que de nos jours nous appellerions des fake news.

  • 14 Adam Gabatt, « ‘Unpresidented’: Donald Trump invents the Guardian’s word of the year », The (...)

12Pour reprendre un de ses néologismes, les transgressions de Trump sont unpresidented, mais pas unprecedented14 ; il n’est donc pas le premier président des États-Unis à parler et à agir de manière non présidentielle. Si première il y a, c’est peut-être dans le fait de cumuler et d’exploiter les moments où il y a déviation de la norme dans l’espace public. Habituellement, ceux-ci sont considérés comme des fautes lourdement pénalisantes dans le jeu normé du spectacle politique (où le président, dont la fonction est avant tout cérémonielle, a un devoir d’exemplarité). Mais à l’heure de la politique spectacle, Donald Trump les retourne à son avantage, se posant en outsider prêt à rompre avec toutes les normes, et met cette transgression en scène au quotidien.

13Sa carrière (et l’époque) aidant, Trump est en bonne position pour dicter le rythme médiatique et son contenu. En démocratie, il peut sembler étrange que ceux-ci soient réglés par l’exécutif. Mais là aussi, des précédents existent : la formulation la plus juste du rapport actuel entre pouvoir, médias et universitaires a été donnée en 2004 après les multiples mensonges de l’Administration Bush qui avaient notamment conduit à la guerre en Irak. Un conseiller de George W. Bush, depuis identifié comme étant Karl Rove, avait déclaré :

  • 15 Ron Suskind, « Faith, Certainty, and the Presidency of George W. Bush », The New Y (...)

The aide said that guys like me were “in what we call the reality-based community,” which he defined as people who “believe that solutions emerge from your judicious study of discernible reality.” I nodded and murmured something about enlightenment principles and empiricism. He cut me off. “That’s not the way the world really works anymore,” he continued. “We’re an empire now, and when we act, we create our own reality. And while you’re studying that reality – judiciously, as you will – we’ll act again, creating other new realities, which you can study too, and that’s how things will sort out. We’re history’s actors, and you, all of you, will be left to just study what we do15.

  • 16 Noam Chomsky & Edward Herman, Manufacturing Consent: The Political Economy of the M (...)
  • 17 Chris Hedges, Empire of Illusion: the End of Literacy and the Triumph of Spectacle, New Yor (...)

14Les paramètres des rapports entre médias et pouvoir recoupent les analyses faites dans les années 1980 par Chomsky et Herman16 : le pouvoir décide et crée donc la réalité. Les commentateurs courent après la définition de la réalité du pouvoir, la psittacise puis sont à nouveau déboussolés par une nouvelle invention. Le pouvoir, qui est aux mains des grandes sociétés capitalistes, donc du monde des affaires, facilite la diffusion d’une « philosophie de la futilité », en suivant une « stratégie de la distraction » pour éviter que les citoyens, transformés en consommateurs passifs, ne le contestent. Cette création de la futilité par la distraction correspond parfaitement aux pitreries de Trump mais n’a pas été inventée par le président américain actuel17.

15Cette conception n’a plus grand-chose à voir avec l’idée que les médias se font d’eux-mêmes, à savoir un contre-pouvoir qui dit la vérité au premier pouvoir, l’exécutif, et informe le public des démocraties pour que celui-ci fasse des choix en connaissance de cause. Jefferson a formulé cette position dans une lettre envoyée de Paris dans laquelle il déclarait :

The basis of our governments being the opinion of the people, the very first object should be to keep that right; and were it left to me to decide whether we should have a government without newspapers or newspapers without a government, I should not hesitate a moment to prefer the latter18.

  • 19 Nathan Robinson, « Bad Ways to Criticize Trump », Current Affairs, 14 décembre 2016 (...)

16En vertu du premier amendement à la Constitution des Etats-Unis, la liberté de la presse donne aux comiques le droit de tourner en ridicule le pouvoir. S’il peut-être agréable de regarder les comédiens qui se gaussent de Trump et de sa bêtise, de son ignorance ou de son QI supposé faible ou encore de sa folie, il est nécessaire de comprendre comment, dans cette bataille d’images, le démagogue souvent abject sort gagnant. La sphère médiatique, qui est acquise aux valeurs du divertissement, éloigne des analyses scientifiques. Pire encore, rire de l’actuel locataire de la Maison Blanche dédramatise ses actions. Cela diminue la prise de conscience de la véritable catastrophe Trump, en créant un effet boomerang, une prime à l’escroc19.

17Lors de la campagne présidentielle, la très grande majorité des médias américains, excepté Fox News, avait explicitement pris position contre Donald Trump. Puisque les médias s’étaient ligués contre lui, il peut sembler surprenant que le modèle présenté par Karl Rove en 2004 ait pu favoriser Donald Trump. Mais en 2016, le président de CBS, Les Moonves, avait déclaré à propos des pitreries et déclarations outrancières de Trump :

  • 20 Eliza Collins, « Les Moonves : Trump’s run is ‘damn good for CBS’ », Politico, 29 février 2 (...)

It may not be good for America, but it’s damn good for CBS. Man, who would have expected the ride we’re all having right now? [...] The money’s rolling in and this is fun. […] I’ve never seen anything like this, and this is going to be a very good year for us. Sorry. It’s a terrible thing to say. But, bring it on, Donald. Keep going20.

18Et l’audience télé de l’emporter sur le devoir d’informer.

19La majorité des médias retombent dans les mêmes travers : Trump ment, se contredit, dit des choses abominables ou invraisemblables et les médias corrigent, montrent les contradictions ou s’offusquent mais offrent une tribune permanente au démagogue qui ne demande que cela. En d’autres termes, les opposants médiatiques (ou parfois universitaires) à un candidat manifestement raciste, sexiste, cruel, xénophobe et ploutocratique alimentent l’omniprésence de l’ancien présentateur télé. Qu’il soit paranoïaque ou non, fou ou non, Trump sait très bien retourner toute publicité négative en sa faveur.

Lire Trump à la lumière de Martin Luther King

  • 21 Martin Luther King Jr., « Beyond Vietnam », Riverside Church, New York, 4 avril 1967. Le te (...)

20En 1967, dans un discours intitulé « Beyond Vietnam », Martin Luther King avait identifié ce qu’il appelait « la maladie de l’Amérique » comme étant « les triplés géants du racisme, du matérialisme extrême et du militarisme » 21. Trump est à la fois symbole et symptôme de cette maladie. Il est l’héritier d’une longue histoire du racisme aux Etats-Unis ; c’est un ploutocrate (qu’en d’autres lieux on appellerait oligarque) ; et il ne cesse de se vanter de la puissance militaire américaine qu’il pourrait utiliser (par exemple contre l’Iran ou la Corée du Nord).

  • 22 Zain Raza, « Glenn Greenwald: Trump Is a ‘Continuation of American Political Culture’ », (...)
  • 23 Ce journal a publié une tribune reprenant ce mantra qui fait de Trump une aberration en (...)

21Au sens de King, Trump est la quintessence des sphères de pouvoir aux États-Unis, il n’est pas une déviation temporaire ou une aberration mais le clown ignare, le « conman » (escroc, arnaqueur) qui éclaire la vérité que les rhétoriques et hypocrisies polies plus fréquentes dans le monde politique habituellement masquent. On peut donc penser, avec Glenn Greenwald, que Trump est en « continuité avec la culture politique américaine »22 plutôt qu’une aberration qui va détruire le projet humaniste qu’engendrent les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale, comme l’écrivent souvent les éditorialistes du New York Times, en ligne avec les idées du parti démocrate23. Ainsi Paul Krugman, Prix Nobel d’économie, écrit-t-il :

  • 24 Paul Krugman, « Fall of the American Empire », The New York Times, 18 juin 2018.

But what does American goodness – all too often honored in the breach, but still real – have to do with American power, let alone world trade? The answer is that for 70 years, American goodness and American greatness went hand in hand. Our ideals, and the fact that other countries knew we held those ideals, made us a different kind of great power, one that inspired trust24.

  • 25 Voir par exemple David W. Noble, Death of a Nation: American Culture and the End of (...)

22L’empire américain dont parle Krugman est celui du bien, ce qui est une représentation particulière de l’histoire du pays fondée sur l’idée d’un exceptionnalisme que ne retiennent pas nombre d’historiens25. Krugman semble penser que les États-Unis étaient « good and great » avant l’arrivée de Trump.

  • 26 Jane Mayer, Dark Money: The Hidden History of the Billionaires Behind the Rise of the Radic (...)
  • 27 Nilo Tabrizy, « Sheldon Adelson’s Influence on Trump’s Israel Policy », The New York Times, (...)
  • 28 Joanna Walters, « Steve Bannon on Cambridge Analytica: ‘Facebook data is for sale all over (...)

23La Présidence Trump, soutenue et financée par les oligarques américains comme les frères Koch26, la famille Mercer et Sheldon Adelson, donne pleine satisfaction à ceux que C. J. Mills appelait, dès les années 1950, « l’Élite du pouvoir ». Ainsi, l’administration Trump est la pire qui soit en matière de protection de l’environnement, ce qui sert les intérêts des frères Koch, les pollueurs non payeurs les plus actifs dans le champ politique. Trump a aussi décidé de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem, ce qui est une violation du droit international et contraire aux pratiques américaines précédentes. Ce déménagement était un des objectifs du magnat des casinos Sheldon Adelson, proche du Premier Ministre israélien27. Trump a décidé de casser les normes de l’État administratif, ce qui était le but de Steve Bannon qui devint son conseiller après avoir été imposé par la famille Mercer qui, par ailleurs, a financé Cambridge Analytica28.

  • 29 Pour comprendre l’importance que joue le rôle de l’argent dans les campagnes électorales et (...)
  • 30 Thomas Ferguson, Paul Jorgensen & Jie Chen, « Industrial Structure and Party Competition in (...)

24Si l’on suit le conseil généralement donné aux analystes politiques américains concernant les financements des partis politiques (« follow the money29 »), les choses sont très claires. Trois universitaires américains, Thomas Ferguson, Paul Jorgensen et Jie Chen, ont publié une étude fouillée montrant la persistance de l’importance des flux financiers pour expliquer la victoire étonnante de Trump porté au pouvoir légalement avec environ trois millions de voix de moins que son adversaire, Hillary Clinton30.

25Mais si la présidence Trump est réactionnaire et ploutocratique, elle s’inscrit dans la longue dérive du parti républicain, qui depuis Goldwater, s’oriente vers des positions qui ne sont plus vraiment conservatrices mais extrémistes comme l’écrivaient, dès 2012, deux politologues américains :

  • 31 Thomas E. Mann & Norman J. Ornstein, « Let’s just say it: The Republicans are the problem (...)

The GOP has become an insurgent outlier in American politics. It is ideologically extreme; scornful of compromise; unmoved by conventional understanding of facts, evidence and science; and dismissive of the legitimacy of its political opposition31.

26Pour mesurer cette dérive extrémiste, on peut citer un discours d’Eisenhower, lui aussi républicain qui n’était ni progressiste ni pacifiste. Le 16 avril 1953, au tout début de son premier mandat, dans un discours qui est resté célèbre, le Général devenu président avait déclaré :

  • 32 Dwight D. Eisenhower, « Address of the President to the American Society of Newspaper Edito (...)

Every gun that is made, every warship launched, every rocket fired signifies, in the final sense, a theft from those who hunger and are not fed, those who are cold and are not clothed32.

  • 33 Robert Reich, « The Military-Industrial Drain », CommonDreams, 15 juin 2018. <https (...)

27Sur le plan rhétorique, la distance avec la cruauté extrême (« ruthlessness ») et le militarisme de l’Administration Trump est très claire. Depuis l’accession de Trump au pouvoir, les dépenses militaires prévues au budget ont augmenté de 200 milliards de dollars33. Une partie des électeurs républicains sera la victime sociale de ces dépenses militaires.

28Donald Trump a déclaré que son film préféré était Citizen Kane d’Orson Welles, dont il comprend bien le message sur l’isolement et la folie de l’homme riche et puissant. Il est lui-même un Citizen Kane échappé de la fiction mais présent sur Twitter34. Il est l’essence même du consumérisme et de la compétition. « Hucksterism », « boosterism », « success », « the bitch Goddess », selon les termes américains utilisés pour décrire cet amalgame entre la compétition effrénée, la vantardise et l’absence de scrupules qui le caractérise. Il est la caricature de ces valeurs américaines qui étaient déjà celles des magnats du XIXe siècle et qui prévalent encore à l’heure de la télévision et des réseaux sociaux. Si Reagan annonçait le triomphe des valeurs du divertissement qui avaient mené un acteur à la Maison-Blanche, Trump est non seulement le symptôme de la maladie américaine telle que décrite par Martin Luther King, mais le triomphe de la « fabrication du consentement ».

29Dans les années 1950, H.L. Mencken, un critique assez cynique de la démocratie, a écrit :

  • 35 H. L. Mencken, On Politics, A Carnival of Buncombe, Baltimore : Johns Hopkins Unive (...)

As democracy is perfected, the office of president represents, more and more closely, the inner soul of the people. On some great and glorious day the plain folks of the land will reach their heart’s desire at last and the White House will be adorned by a downright moron35.

  • 36 « Before Donald Trump, there was Jesse Ventura », The Economist, 19 janvier 2017.

30Il serait cependant erroné de penser, comme le font les comiques à succès, que Trump est un idiot ou un fou, et de confondre son ignorance de l’histoire ou de l’économie avec un QI déficient. Il a l’intelligence du bonimenteur démagogue, un talent qui n’est pas rare dans l’histoire. Il est significatif que Trump ait étudié la victoire d’un autre bonimenteur vantard et démagogue qui a facilement gagné les élections face à deux représentants de partis discrédités ; il s’agit de Jesse Ventura dans le Minnesota à la fin des années 199036. Le « con-artist », dont l’intelligence est tournée vers la tromperie, rencontre une immense soif de croire qui fait le succès des sectes, religions ou idéologies qui promettent le succès ou des miracles.

31Là encore le danger est de se focaliser sur les traits saillants d’une personnalité sans analyser le contexte dans lequel le bonimenteur démagogue arrive au pouvoir. Sans l’aide de l’univers ploutocratique et médiatique qui ont fait de Trump un magnat de l’immobilier sans scrupules et un animateur de télé-réalité manipulant la faiblesse des participants et spectateurs de ses émissions, Trump l’individu ne serait pas parvenu au sommet de l’échiquier politique américain. Sans « maladies du désespoir », sans inégalités économiques criantes et en augmentation, sans crise sociale et relégation de pans entiers de la population, le bonimenteur démagogue n’aurait pas d’écho.

  • 37 Sheldon Wolin, Democracy Incorporated: Managed Democracy and the Specter of Inverte (...)

32Enfin, il faut souligner qu’une grande partie de l’opposition à Trump est ce que le politologue Sheldon Wolin appelait une « opposition inauthentique » car, sur le militarisme et le consumérisme, le Parti démocrate a lui aussi dérivé vers la droite et soutient l’augmentation du budget de la défense et la surveillance généralisée ainsi que l’organisation socio-économique génératrice d’injustice et d’inégalités37.

33Ce numéro de la Revue LISA/LISA-e-journal se propose donc d’analyser les paramètres politiques et sociologiques de l’émergence de Trump, de relier les facteurs socio-économiques et politiques pour comprendre pourquoi une partie des perdants de la mondialisation qui avaient voté pour Obama en 2008 et 2012 ont voté pour le candidat républicain à la rhétorique hors-normes mais inscrit dans la dérive ultra-réactionnaire extrémiste du GOP et pourquoi ces électeurs le soutiennent encore alors que son plan de réduction des impôts avantage les ultra-riches et sa propre famille. Les pistes d’analyse sont multiples et peuvent suivre, en dialogue, le guidage de M.L. King. Elles font appel à des disciplines diverses, du droit à la sociologie en passant par l’histoire et les sciences politiques.

Présentation du numéro

34En ouverture, Noam Chomsky & David Barsamian nous invitent donc à déconstruire le phénomène Trump. Pour ce faire, ils suggèrent ne pas nous laisser entraîner sur le terrain des divertissants effets d’annonce (qui font justement diversion) et de rester concentrés sur les décisions politiques (facta, non verba), dont les conséquences (pour la cohésion sociale et pour la planète) sont graves.

Le monde de Trump

35Dans un premier temps, nous avons choisi de regrouper des articles ayant trait au monde de Trump. Les trois premiers articles analysent la manière dont Trump s’est emparé de la souffrance de catégories socio-économiques déclassées et de leur nostalgie d’une grandeur passée. Roman Vinadia rappelle comment la coalition des différents électorats du Parti républicain s’est historiquement formée et combien elle a évolué. Il étudie ensuite les stratégies électorales de Donald Trump en se fondant sur le cas d’un État clef : le Wisconsin. Selon Tamara Boussac, la désaffection de la classe ouvrière blanche pour le Parti démocrate (tout particulièrement dans les États de la ceinture de la rouille) n’est pas un phénomène nouveau. Il n’est donc pas surprenant que ce groupe ait, en partie, voté pour Trump en 2016, celui-ci mobilisant une rhétorique populiste ayant démontré son efficacité dans le passé. Jérôme Viala-Gaudefroy analyse cette rhétorique et en décode les tropes. Donald Trump, en tant que président, est conteur-en-chef de la nation états-unienne. Sa communication se fonde sur différents mythes héroïques, dont celui de la puissance. En refusant d’adosser celle-ci à la vertu, et substituant la notion de violence à celle de justice, il flatte sa base électorale.

36Les deux articles suivants démontrent que Trump accentue les clivages à dessein, n’hésitant pas à avoir recours au racisme. Serge Ricard démontre combien celui-ci imprègne le quotidien de la nation américaine. Son article nous rappelle que si l’Amérique d’Obama fit belle part à un scénario post-racial, il s’agit là d’une exception dans l’histoire des États-Unis, où le racisme observé sous Trump n’est qu’un retour à l’état normal. Cette technique que l’on pensait d’un autre âge fait malheureusement pleinement recette encore aujourd’hui. S. Romi Mukherjee analyse, pour sa part, les mythes mis à l’œuvre par Trump à la fois pour parler à son électorat, mais également pour donner une direction à son équipe au sein de la Maison Blanche. Le sociologue des religions voit en l’utilisation de ces mythes une théologie politique raciste, qui s’inscrit elle-même dans une longue tradition américaine.

37Au-delà de la rhétorique offerte à sa base, Trump prend d’assaut certaines institutions américaines et les détourne de leur fonction, donnant satisfaction aux plus fortunés. Les articles suivant montrent donc que Trump fait plus encore de l’Amérique une ploutocratie. L’article de Jean-Daniel Collomb souligne la forte continuité entre la politique climatique de Donald Trump et les politiques environnementales de ses prédécesseurs républicains, qui donnent priorité aux mécanismes du marché au détriment des régulations étatiques, défient le multilatéralisme environnemental, soutiennent la production d’énergies fossiles. L’article d’Anne Deysine étudie les atteintes au droit commises par le président Trump depuis sa prise de fonction. Il analyse successivement les attaques contre les médias, les atteintes au pouvoir judiciaire pris au sens large (en incluant le FBI et le ministère de la Justice) et l’érosion des normes non écrites. Gildas Le Voguer se penche sur la relation conflictuelle que Donald Trump entretient avec la CIA. Il souligne que l’actuel locataire de la Maison-Blanche exprime une certaine méfiance vis-à-vis des services du renseignement, dont il ignore le fonctionnement. Paradoxalement, il s’attend à ce que cette agence combatte efficacement le terrorisme.

Trump et le monde

38Dans un second temps, nous avons regroupé des articles ayant trait à la manière dont Trump appréhende le monde extérieur. L’appréhension du terrorisme semble d’ailleurs être au cœur du processus décisionnel du gouvernement Trump en matière de politique étrangère. Jacob Maillet, en un vaste tour d’horizon, tente de débusquer les actions qui viendraient étayer la thèse d’une visée « civilisationnelle ». Au-delà de la rhétorique, y a-t-il une volonté de défendre « l’Occident judéo-chrétien » d’une supposée « menace musulmane » ? Christopher Griffin s’intéresse ; de son côté, au rapport que l’administration Trump entretient avec le continent africain. Si l’Afrique n’a jamais été une priorité pour les États-Unis, l’auteur constate que Trump, dans une large mesure, poursuit la politique militaire et l’approche sécuritaire enclenchées par ses prédécesseurs (Obama et Bush Jr.)

39Pierre Guerlain pose quant à lui trois questions essentielles : n’y a-t-il pas un décalage entre le candidat Trump et le président ? Qui formule sa politique étrangère ? Et dans quelle mesure le Russiagate n’est-il pas une construction intérieure ? En fin de compte, il voit dans la politique étrangère de Trump le visage du déclin américain mais non sa cause ; celui-ci avait commencé bien en amont.

40En dernier lieu, Laetitia Langlois observe la relation que l’Amérique de Donald Trump entretient avec la Grande-Bretagne et l’Union européenne. Trump fait fi d’alliances passées, ce qui pourrait ne pas être sans conséquences. Les errements d’un président histrionique dévieront-ils le cours d’une tradition transatlantique, solidement ancrée dans l’histoire ?

41Ce numéro de la Revue LISA/LISA e-journal permet donc de faire un bilan d’étape d’une présidence qui s’annonce catastrophique sur les plans de la défense de l’environnement, des inégalités socio-économiques, de la justice entre groupes ethno-raciaux, du respect du droit, de la politique étrangère comme des pratiques démocratiques. Cette catastrophe est l’aboutissement d’un long cheminement historique et dépasse de loin la seule personne du président. Ce président est un symptôme d’une longue maladie qui ne sera pas guérie lorsqu’il quittera le pouvoir, soit par l’élection soit par destitution. Ce numéro permet d’appréhender, d’une façon qui est loin d’être univoque, les multiples aspects de cette plongée confirmée dans les choix les plus réactionnaires et régressifs. Il permet également de dépasser la pure psychologisation du politique qui souvent a du mal à se détacher de la condamnation éthique d’un personnage assurément problématique mais qui s’inscrit dans un système complexe et une histoire singulière.

Haut de page

Bibliographie

<https://www.youtube.com/watch?v=cy-9iciNF1A>, consulté le 22 mars 2018.

« Before Donald Trump, there was Jesse Ventura », The Economist, 19 janvier 2017.

« The ‘misunderestimated’ president?  », BBC News, 7 janvier 2009. <http://news.bbc.co.uk/2/hi/7809160.stm>, consulté le 23 juin 2018.

BAKER Peter, « For Trump, the Reality Show Has Never Ended », The New York Times, 10 octobre 2017.

Cadwalladr Carol, « ‘I made Steve Bannon’s psychological warfare tool’: meet the data war whistleblower », The Guardian, 18 mars 2018. <https://www.theguardian.com/news/2018/mar/17/data-war-whistleblower-christopher-wylie-faceook-nix-bannon-trump>, consulté le 24 juin 2018.

Chomsky Noam & Edward Herman, Manufacturing Consent: The Political Economy of the Mass Media, New York : Pantheon, 1988.

Collins Eliza, « Les Moonves: Trump’s run is ‘damn good for CBS’ », Politico, 29 février 2016. <https://www.politico.com/blogs/on-media/2016/02/les-moonves-trump-cbs-220001>, consulté le 16 juin 2018.

Deysine Anne, « Et la Cour Suprême inventa le casino royal », Le Monde Diplomatique, juin 2016.

Dieguez Sébastien, Total Bullshit ! Au cœur de la post-vérité, Paris : Presses Universitaires de France, 2018.

Dowd Maureen, « When Hillary and Donald Were Friends », The New York Times, 2 novembre 2016. <https://www.nytimes.com/2016/11/06/magazine/when-hillary-and-donald-were-friends.html>, consulté le 17 juin 2018.

Eisenhower Dwight D., « Address of the President to the American Society of Newspaper Editors », Washington DC, 16 avril 1953. <https://millercenter.org/the-presidency/presidential-speeches/april-16-1953-chance-peace>, consulté le 16 juin 2018.

Elkins Stanley & Eric McKitrick, The Age of Federalism: The Early American Republic, 1788-1800, Oxford : Oxford University Press, 1993.

Fahrenthold David A., « Trump recorded having extremely lewd conversation about women in 2005 », The Washington Post, 8 octobre 2016.

Ferguson Thomas, Paul Jorgensen & Jie Chen, « Industrial Structure and Party Competition in an Age of Hunger Games: Donald Trump and the 2016 Presidential Election », Institute for New Economic Thinking, 16 février 2018. <https://www.ineteconomics.org/uploads/papers/Ferg-Jorg-Chen-INET-Working-Paper-Industrial-Structure-and-Party-Competition-in-an-Age-of-Hunger-Games-8-Jan-2018.pdf>, consulté le 14 juin 2018.

Gabatt Adam, « ’Unpresidented’: Donald Trump invents the Guardian’s word of the year », The Guardian, 19 décembre 2016.

Hedges Chris, Empire of Illusion: the End of Literacy and the Triumph of Spectacle, New York : Nation Books, 2009.

KING Martin Luther Jr., « Beyond Vietnam », Riverside Church, New York, 4 avril 1967. <https://ratical.org/ratville/JFK/MLKapr67.html>, consulté le 16 juin 2018.

Krugman Paul, « Fall of the American Empire », The New York Times, 18 juin 2018.

Leuchtenburg William, « Behind the Ronald Reagan myth: ‘No one had ever entered the White House so grossly ill informed’ », Salon, 28 décembre 2015. <https://www.salon.com/2015/12/27/behind_the_ronald_reagan_myth_no_one_had_ever_entered_the_white_house_so_grossly_ill_informed/>, consulté le 24 juin 2018.

Leuchtenburg William, The American President : from Teddy Roosevelt to Bill Clinton, New York : Oxford University Press, 2015.

MacAdams Dan P., « The Mind of Donald Trump », The Atlantic, juin 2016.

MANN Thomas E. & Norman J. Ornstein, « Let’s just say it: The Republicans are the problem », The Washington Post, 27 avril 2012.

MAYER Jane, Dark Money: The Hidden History of the Billionaires Behind the Rise of the Radical Right, New York : Anchor Books, 2016, 2017.

Mencken H.L., On Politics, A Carnival of Buncombe, Baltimore : Johns Hopkins University Press, 2008 (1956).

NOBLE David W., Death of a Nation: American Culture and the End of Exceptionalism, Minneapolis : University of Minnesota Press, 2002.

Palast Greg, « The Election was Stolen – Here’s How », Znet, 12 novembre 2016. <https://zcomm.org/znetarticle/the-election-was-stolen-heres-how/>, consulté le 24 juin 2018.

Palast Greg, « The GOP’s Stealth War Against Voters », Rolling Stone, 24 août 2016.

RAZA Zain, « Glenn Greenwald: Trump Is a ‘Continuation of American Political Culture’ », Truthdig, 27 mai 2018. <https://www.truthdig.com/videos/glenn-greenwald-trump-is-a-continuation-of-american-political-culture-video/>, consulté le 16 juin 2018.

Reich Robert, « The Military-Industrial Drain », CommonDreams, 15 juin 2018. <https://www.commondreams.org/views/2018/06/15/military-industrial-drain>, consulté le 16 juin 2018.

Robinson Nathan, « Bad Ways to Criticize Trump », Current Affairs, 14 décembre 2016. <https://www.currentaffairs.org/2016/12/bad-ways-to-criticize-trump>, consulté le 15 juin 2018.

Schake Kori, « The Trump Doctrine Is Winning and the World Is Losing », The New York Times, 15 juin 2018.

Schwartz Tony, « I wrote the art of the deal with Trump. He is still a scared child », The Guardian, 18 janvier 2018. <https://www.theguardian.com/global/commentisfree/2018/jan/18/fear-donald-trump-us-president-art-of-the-deal>, consulté le 21 juin 2018.

SNYDER Scott A., « Chronology of Events Surrounding the Cancellation and Reconfirmation of the Trump-Kim Summit », Council on Foreign Relations, 29 mai 2018. <https://www.cfr.org/blog/chronology-events-surrounding-cancellation-and-reconfirmation-trump-kim-summit>, consulté le 21 juin 2018.

Suskind Ron, « Faith, Certainty, and the Presidency of George W. Bush », The New York Times Magazine, 17 octobre 2004.

Tabrizy Nilo, « Sheldon Adelson’s Influence on Trump’s Israel Policy », The New York Times, 23 février 2018. <https://www.nytimes.com/video/us/politics/100000005590948/sheldon-adelson-trump-israel-policy.html>, consulté le 16 juin 2018.

TRUMP Donald J. with SCHWARTZ Tony, The Art of the Deal, New York : Ballantine Book, 1987.

WALTERS Joanna, « Steve Bannon on Cambridge Analytica: ‘Facebook data is for sale all over the world’ », The Guardian, 22 mars 2018. <https://www.theguardian.com/us-news/2018/mar/22/steve-bannon-on-cambridge-analytica-facebook-data-is-for-sale-all-over-the-world>, consulté le 22 mars 2018.

Wolin Sheldon, Democracy Incorporated: Managed Democracy and the Specter of Inverted Totalitarianism, Princeton : Princeton University Press, 2008.

Haut de page

Notes

1 Scott A. Snyder, « Chronology of Events Surrounding the Cancellation and Reconfirmation of the Trump-Kim Summit », Council on Foreign Relations, 29 mai 2018. <https://www.cfr.org/blog/chronology-events-surrounding-cancellation-and-reconfirmation-trump-kim-summit>, consulté le 21 juin 2018.

2 Cet avis est partagé par des personnes ayant pourtant des opinions politiques très différentes. Voir par exemple les réactions du sénateur républicain Bob Corker. Peter Baker, « For Trump, the Reality Show Has Never Ended », The New York Times, 10 octobre 2017 ou celles de Noam Chomsky, présentées dans ce numéro.

3 Peter Thiel: « But I think one thing that should be distinguished here is that the media always is taking Trump literally. It never takes him seriously, but it always takes him literally. I think a lot of the voters who vote for Trump take Trump seriously, but not literally. » <https://www.nytimes.com/2016/11/01/opinion/campaign-stops/peter-thiel-wants-you-to-take-trump-seriously-but-not-too-seriously.html>, consulté le 25 juillet 2018.

4 Donald J. Trump with Tony Schwartz, The Art of the Deal, New York : Ballantine Book, 1987. Voir également Tony Schwartz, « I wrote the art of the deal with Trump. He is still a scared child », The Guardian, 18 janvier 2018, <https://www.theguardian.com/global/commentisfree/2018/jan/18/fear-donald-trump-us-president-art-of-the-deal>, consulté le 21 juin 2018.

5 Sébastien Dieguez, Total Bullshit ! Au cœur de la post-vérité, Paris : Presses Universitaires de France, 2018.

6 Dan P. MacAdams, « The Mind of Donald Trump », The Atlantic, juin 2016.

7 « The ‘misunderestimated’ president? », BBC News, 7 janvier 2009. <http://news.bbc.co.uk/2/hi/7809160.stm>, consulté le 23 juin 2018.

8 David A. Fahrenthold, « Trump recorded having extremely lewd conversation about women in 2005 », The Washington Post, 8 octobre 2016.

9 William Leuchtenburg, The American President : from Teddy Roosevelt to Bill Clinton, New York : Oxford University Press, 2015, ou William Leuchtenburg, « Behind the Ronald Reagan myth: ‘No one had ever entered the White House so grossly ill informed’ », Salon, 28 décembre 2015. <https://www.salon.com/2015/12/27/behind_the_ronald_reagan_myth_no_one_had_ever_entered_the_white_house_so_grossly_ill_informed/>, consulté le 24 juin 2018.

10 « I didn’t just screw Ho Chi Minh, I cut his pecker off. » On trouve cette citation ainsi qu’un florilège particulièrement parlant à l’adresse suivante : <http://theshamecampaign.com/2014/09/15/quotes-u-s-president-lyndon-johnson/>, consulté le 25 juin 2018.

11 Carol Cadwalladr, « ‘I made Steve Bannon’s psychological warfare tool’: meet the data war whistleblower », The Guardian, 18 mars 2018. <https://www.theguardian.com/news/2018/mar/17/data-war-whistleblower-christopher-wylie-faceook-nix-bannon-trump>, consulté le 24 juin 2018.

12 Greg Palast, « The GOP’s Stealth War Against Voters », Rolling Stone, 24 août 2016, ou encore Greg Palast, « The Election was Stolen – Here’s How », Znet, 12 novembre 2016. <https://zcomm.org/znetarticle/the-election-was-stolen-heres-how/>, consulté le 24 juin 2018.

13 Stanley Elkins & Eric McKitrick, The Age of Federalism: The Early American Republic, 1788-1800, Oxford : Oxford University Press, 1993.

14 Adam Gabatt, « ‘Unpresidented’: Donald Trump invents the Guardian’s word of the year », The Guardian, 19 décembre 2016.

15 Ron Suskind, « Faith, Certainty, and the Presidency of George W. Bush », The New York Times Magazine, 17 octobre 2004.

16 Noam Chomsky & Edward Herman, Manufacturing Consent: The Political Economy of the Mass Media, New York : Pantheon, 1988.

17 Chris Hedges, Empire of Illusion: the End of Literacy and the Triumph of Spectacle, New York : Nation Books, 2009.

18 On peut trouver cette référence à l’adresse suivante : <http://oll.libertyfund.org/quote/302>, consulté le 24 juin 2018.

19 Nathan Robinson, « Bad Ways to Criticize Trump », Current Affairs, 14 décembre 2016. Cet article analyse très bien cet effet boomerang. Pour y accéder : <https://www.currentaffairs.org/2016/12/bad-ways-to-criticize-trump>, consulté le 15 juin 2018.

20 Eliza Collins, « Les Moonves : Trump’s run is ‘damn good for CBS’ », Politico, 29 février 2016, <https://www.politico.com/blogs/on-media/2016/02/les-moonves-trump-cbs-220001>, (consulté le 16 juin 2018).

21 Martin Luther King Jr., « Beyond Vietnam », Riverside Church, New York, 4 avril 1967. Le texte, qu’on intitule aussi parfois « A Time to Break the Silence », est disponible en ligne à l’adresse suivante : <https://ratical.org/ratville/JFK/MLKapr67.html>, consulté le 16 juin 2018.

22 Zain Raza, « Glenn Greenwald: Trump Is a ‘Continuation of American Political Culture’ », Truthdig, 27 mai 2018. <https://www.truthdig.com/videos/glenn-greenwald-trump-is-a-continuation-of-american-political-culture-video/>, consulté le 16 juin 2018.

23 Ce journal a publié une tribune reprenant ce mantra qui fait de Trump une aberration en matière de relations internationales. « This aggressive disregard for the interests of like-minded countries, indifference to democracy and human rights and cultivation of dictators is the new world Mr. Trump is creating. » Kori Schake, « The Trump Doctrine Is Winning and the World Is Losing », The New York Times, 15 juin 2018.

24 Paul Krugman, « Fall of the American Empire », The New York Times, 18 juin 2018.

25 Voir par exemple David W. Noble, Death of a Nation: American Culture and the End of Exceptionalism, Minneapolis : University of Minnesota Press, 2002.

26 Jane Mayer, Dark Money: The Hidden History of the Billionaires Behind the Rise of the Radical Right, New York : Anchor Books, 2016, 2017.

27 Nilo Tabrizy, « Sheldon Adelson’s Influence on Trump’s Israel Policy », The New York Times, 23 février 2018, <https://www.nytimes.com/video/us/politics/100000005590948/sheldon-adelson-trump-israel-policy.html>, consulté le 16 juin 2018.

28 Joanna Walters, « Steve Bannon on Cambridge Analytica: ‘Facebook data is for sale all over the world’ », The Guardian, 22 mars 2018. <https://www.theguardian.com/us-news/2018/mar/22/steve-bannon-on-cambridge-analytica-facebook-data-is-for-sale-all-over-the-world>. Voir également une vidéo de la chaîne britannique Channel 4 : <https://www.youtube.com/watch?v=cy-9iciNF1A>, consultée le 22 mars 2018.

29 Pour comprendre l’importance que joue le rôle de l’argent dans les campagnes électorales et de mesurer l’impact qu’a eu la décision Citizens United, voir Chris Cillizza, « How Citizens United changed politics, in 7 charts », The Washington Post, 22 janvier 2014.

30 Thomas Ferguson, Paul Jorgensen & Jie Chen, « Industrial Structure and Party Competition in an Age of Hunger Games: Donald Trump and the 2016 Presidential Election », Institute for New Economic Thinking, 16 février 2018, <https://www.ineteconomics.org/uploads/papers/Ferg-Jorg-Chen-INET-Working-Paper-Industrial-Structure-and-Party-Competition-in-an-Age-of-Hunger-Games-8-Jan-2018.pdf>, consulté le 14 juin 2018.

31 Thomas E. Mann & Norman J. Ornstein, « Let’s just say it: The Republicans are the problem », The Washington Post, 27 avril 2012.

32 Dwight D. Eisenhower, « Address of the President to the American Society of Newspaper Editors », Washington DC, 16 avril 1953. On peut trouver le texte (qui apparaît parfois sous l’appellation « Chance for Peace » ou encore « Cross of Iron speech ») et l’enregistrement audio de ce discours à l’adresse suivante : <https://millercenter.org/the-presidency/presidential-speeches/april-16-1953-chance-peace>, consulté le 16 juin 2018.

33 Robert Reich, « The Military-Industrial Drain », CommonDreams, 15 juin 2018. <https://www.commondreams.org/views/2018/06/15/military-industrial-drain>, consulté le 16 juin 2018. Selon le site Changemaker Media, qui se base sur les données officielles de l’United States Air Forces Central Command Combined Air Operations Center, l’administration Trump a largué 121 bombes par jour en moyenne, contre 34 pour celle d’Obama et 24 pour celle de George W. Bush. <https://changemaker.media/feature/121-bombs-a-day-world-war-news-roundup-1-analysis-of-battlefield-operations-1/>, consulté le 25 juin 2018.

34 Voir le documentaire de la chaîne britannique Channel 4 : <https://www.youtube.com/watch?v=cy-9iciNF1A>, consulté le 22 mars 2018.

35 H. L. Mencken, On Politics, A Carnival of Buncombe, Baltimore : Johns Hopkins University Press, 2008 (1956).

36 « Before Donald Trump, there was Jesse Ventura », The Economist, 19 janvier 2017.

37 Sheldon Wolin, Democracy Incorporated: Managed Democracy and the Specter of Inverted Totalitarianism, Princeton : Princeton University Press, 2008. Des photos témoignent de la connivence entre Trump et Bill Clinton ainsi qu’Hillary Clinton sur le site suivant : <https://www.good.is/articles/photos-donald-trump-bill-clinton-together>. Voir également Maureen Dowd, « When Hillary and Donald Were Friends », The New York Times, 2 novembre 2016, <https://www.nytimes.com/2016/11/06/magazine/when-hillary-and-donald-were-friends.html>, consulté le 17 juin 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Guerlain et Raphaël Ricaud, « Comprendre le phénomène Trump, au-delà du chaos », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XVI-n°2 | 2018, mis en ligne le 24 septembre 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/9641

Haut de page

Auteurs

Pierre Guerlain

Pierre Guerlain est Professeur émérite à l’Université Paris Nanterre. Ses champs disciplinaires sont la politique étrangère des États-Unis et l’analyse interculturelle. Il a récemment coordonné la publication de l’ouvrage Argent, pouvoir et représentations, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2017 et a publié dans de nombreuses revues en anglais et français. Il fait partie du comité de rédaction de la revue Recherches internationales.

Articles du même auteur

Raphaël Ricaud

Raphaël Ricaud est Maître de Conférences à l’université Paul-Valéry – Montpellier 3 où il enseigne la civilisation américaine. Ses objets d’étude incluent la public diplomacy des États-Unis et la propagande. Il a récemment publié l’article « Circonvolutions numériques : lorsque la public diplomacy des États-Unis se mettait à l’heure des réseaux sociaux » dans la revue Politique américaine, vol. 30, no. 2, 2017. Il fait partie du groupe de recherche EMMA (EA 741).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals