Navigation – Plan du site
Les Femmes britanniques et la Première Guerre mondiale : Ingérences féminines en milieux militaires et civils

Les Glasgow Rent Strikes de 1915 ou quand la désobéissance civile des femmes contraint le législateur

When Female Disobedience Lays Down the Law: the 1915 Glasgow Rent Strikes
Olivier Esteves
p. 40-56

Résumé

The outbreak of World War I in 1914 generated a massive influx of workers into the Clyde area, a hugely strategic region for heavy industry (shipyards, but also ammunition factories). This influx caused rents to rise in a certain number of districts, mostly around the factories and the shipyards. In order to protest against such grossly unfair increases, the women of Glasgow and their families decided to refuse to pay the new rents. They argued that they too contributed actively to the war effort, and that, by imposing rent hikes, the landlords of Glasgow and their factors implicitly sided with the German foe, by weakening a portion of the population so instrumental in supplying the British armed forces on the continent. After several months of actively sustained civil disobedience, Parliament passed a law that fixed rents until the end of the conflict. But in actual fact the Glasgow Rent Strikes generated certain changes that were to go way beyond the peculiar context of the Great War.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Our modern fetish is universal suffrage. Those who have not yet achieved that goal fight bloody revolutions to obtain it, and those who have enjoyed its reign bring heavy sacrifice to the altar of this omnipotent deity. Woe to the heretic who dare question that divinity!
Emma Goldmann, Anarchism and Other Essays, 1911.

  • 1 Voir Michael Lynch, Scotland : A New History, Londres : Pimlico, 1998, 424.
  • 2 Voir William Kennefick, Arthur McIvor, Roots of Red Clydeside 1910-1914, Labour Unrest and Industri (...)
  • 3 Cela est vrai même si, on peut s’en étonner, ce mouvement-ci a été largement ignoré par les histori (...)
  • 4 Iain Maclean, The Legend of Red Clydeside, Edinburgh : John Donald Publishers, 1983, 17.

1Pendant l’année 1915, soit en plein conflit mondial, plusieurs milliers d’habitants de la capitale industrielle écossaise opposèrent une vive résistance aux hausses de loyers, provoquées par l’afflux de près de 20 000 travailleurs recrutés dans l’industrie d’armement1 et par la quasi-absence de logements vacants autour de la rivière Clyde – parmi ces personnes, une majorité de femmes, qui ne jouissaient pas, à l’époque, du droit de vote. Pour elles, comme pour ceux qui leur apportaient leur soutien, la situation était devenue absolument intenable, compte tenu de différentes hausses de prix (de la nourriture, du charbon pour ne citer que ces exemples) qui ont coïncidé avec le déclenchement des hostilités sur le continent. D’ailleurs, un mécontentement diffus avait déjà été palpable depuis quelques années, connu en anglais sous le nom de “labour unrest” (1910-1914)2. De fait, la mobilisation de ces locataires en 1915 eut des conséquences considérables sur la politique du logement menée par les gouvernements britanniques qui se succédèrent après l’armistice3. À tel point que le caractère crucial de cette lutte a inspiré à l’historien Iain Maclean le commentaire suivant : “In the most literal sense, they [the Glasgow Rent Strikes] were to change the face of Britain, and nowhere more than in Glasgow4.

Logement : un état des lieux explosif

  • 5 Il sera surtout question de certains quartiers de la ville (comme Springburn, et Shettleston, dans (...)
  • 6 Voir t. M. Devine, The Scottish Nation 1700-2000, Londres : Penguin, 2000, 264. Ian Spring va jusqu (...)
  • 7 Ibid., 249-272.

2Côté pile, Glasgow5 aimait à se voir comme « la deuxième ville de l’Empire », à l’image, d’ailleurs, de Liverpool à la même période. Côté face, elle faisait plus que rivaliser avec toutes les autres grandes villes britanniques en matière de surpopulation et d’insalubrité. En effet, depuis longtemps déjà, Glasgow traînait une réputation non usurpée de ville aux problèmes de logement sans équivalent en Grande-Bretagne6. De façon générale, il s’agissait ici de la rançon d’une gloire industrielle conférée par une révolution dont les effets, en Écosse, furent sans doute plus violents qu’au sud de la frontière7. C’est pourquoi les problèmes de la capitale industrielle calédonienne sont généralisables à l’Écosse : ainsi, en 1911, 50 % de la population écossaise vivait dans des logements d’une ou deux pièces, alors que, dans le même temps, seuls 7 % de la population anglaise partageaient le même sort.

  • 8 En réalité, l’acquéreur d’un bien immobilier doit, selon le principe de “feu-duty”, au revendeur du (...)

3Les problèmes de logement étaient aggravés par certaines spécificités de Glasgow en la matière : ainsi, le “tenement system” et certaines dispositions propres à la loi écossaise (Scots Law) encourageaient vivement la concentration de locataires pour qui était acquéreur de biens, quitte dans beaucoup de cas à entasser des familles entières dans un périmètre extrêmement restreint8. Ensuite, quelques clauses locales en matière de construction forçaient l’entrepreneur immobilier à respecter, entre autres, une certaine épaisseur de murs, ce qui n’encourageait guère à l’érection de nouveaux bâtiments et pouvait expliquer, en partie, le très maigre pourcentage de 1% à peine de logements vacants dans la zone de Glasgow, au début du premier conflit mondial.

  • 9 J. E. Handley, The Irish in Modern Scotland, Cork: Cork University Press, 1947, 36-7.
  • 10 Tom Gallagher, Glasgow,the Uneasy Peace, Manchester: Manchester University Press, 1987, 37.
  • 11 Joan Smith, op. cit., 167 ; J. E. Handley, op. cit., 52 ; Tom Gallagher, op. cit., 37.
  • 12 Wheatley naquit en Irlande (Co. Waterford) en 1869. L’aîné de huit enfants, dont certains virent le (...)
  • 13 John Wheatley, £8 Cottages for Glasgow Citizens, Glasgow: Glasgow Labour Party, 1908, 10.
  • 14 T. C. Smout, A Century of the Scottish People 1830-1950, Londres : Fontana Press, 1997, 41.
  • 15 A. K. Chalmers, “Census 1911 – Report on Glasgow and Its Municipal Wards” (1912), City Archives, Mi (...)

4Les conséquences de ces spécificités ont été assez bien documentées : ainsi, l’on sait qu’en 1850, quelque 400 000 personnes vivaient dans moins de trois kilomètres carrés9 ; cinquante années plus tard, 700 000 personnes vivaient dans moins de cinq kilomètres carrés, dans ce qui constituait le grand centre de la ville10. Tout le monde semble conclure au caractère unique de Glasgow dans l’Europe du XIXe siècle : on n’a nulle part ailleurs assisté à un tel phénomène de surpopulation11. John Wheatley, Irlando-écossais très intéressé par les problèmes de logement12, et très actif sur le front des Glasgow Rent Strikes, cite dans un de ses opuscules publié en 1908 un rapport sanitaire sur les villes britanniques : il en ressort que quelques années avant le début de la Grande Guerre, le nombre d’habitants par demi-hectare était en moyenne de 33 pour Manchester, de 45 pour Liverpool, de 19 pour Birmingham, de 29 pour Edimbourg, de 35 pour Dundee et enfin de 53 pour Glasgow (dans certains quartiers plus de 1 000 !)13. Le problème était aggravé par l’accroissement de la population dans certaines zones liées à des secteurs d’activité prospères à l’époque, parmi lesquelles les chantiers navals de la Clyde : c’est pourquoi la population de Partick tripla et celle de Govan quadrupla entre les recensements de 1871 et 191114. Ces deux bourgs étaient encore plus densément peuplés que ceux de Glasgow en 1914, selon un rapport municipal15 On ne sera pas étonné que ces deux quartiers aient été au cœur de la mobilisation de 1915.

  • 16 La construction d’appartements de type une pièce devait atteindre son zénith en 1901, date très tar (...)
  • 17 H. Y. Dyos, Michael Wolff, The Victorian City, Images and Realities, Londres : Routledge and Kegan (...)

5La surpopulation locale avait pour corollaire une assez nette dilution des contrastes, décelables dans d’autres villes britanniques, entre les conditions de vie et de logement des ouvriers qualifiés et celles des ouvriers non-qualifiés. Les premiers ne pouvaient que très rarement caresser l’espoir de devenir un jour propriétaires et, dans beaucoup de quartiers, leurs appartements de deux ou trois pièces cohabitaient avec ceux d’une pièce des ouvriers les plus précaires16; les conditions de vie des ouvriers qualifiés de la cité industrielle écossaise étaient dans bien des cas aussi déplorables que celles des habitants des pires quartiers de l’East End londonien17. Seules les classes moyennes relativement aisées étaient bien mieux loties, à Pollokshaws ou dans le West End.

  • 18 Sur l’ILP et la culture populaire écossaise, voir Graham Walker, Intimate Strangers, Edimbourg : Jo (...)

6Le mécontentement avait trouvé une expression politique dans un parti Travailliste certes balbutiant mais déjà bien implanté dans nombre de quartiers de la ville. La population issue de l’immigration irlandaise extrêmement massive, mais aussi celle originaire des Highlands d’Écosse, constituaient deux soutiens de poids au mouvement socialiste : ce n’est d’ailleurs pas une coïncidence si John Wheatley (futur Ministre du Logement) et Patrick Dollan (futur Lord Provost de Glasgow, 1938-41) étaient eux-mêmes issus d’Irlande, et si John Maclean, révolutionnaire bientôt hissé par Lénine au rang de consul des Soviets en Écosse (1918), était quant à lui originaire de l’île de Mull (Highlands), que ses parents avaient été contraints de quitter suite à une vague d’évictions. La quasi-impossibilité de voter pour les ouvriers et ouvrières non qualifiés avant les Representation of the People Acts de 1918 et de 1928 freinèrent d’autant, à Glasgow comme ailleurs, l’émergence d’un travaillisme/ socialisme de masse. Pourtant, l’Independent Labour Party, bientôt au centre de la culture politique populaire en Écosse18, connut quelques succès symboliques. Ainsi, en 1914, il remporta 18 sièges au conseil municipal de Glasgow, parmi les 19 travaillistes, sur un total de 113 sièges. C’est dans ce contexte de montée en puissance du travaillisme-socialisme incarné par l’ILP que les “rent strikes”éclatèrent.

Le déclenchement des hostilités et celui des hausses de loyers

  • 19 Voir t. M. Devine, The Scottish Nation 1700-2000, op.cit., 309.

7En Grande-Bretagne, la région de la Clyde était une des grandes zones stratégiques en matière d’industrie d’armement, s’agissant à la fois de la construction de navires de guerre et de ravitaillement en obus et en munitions19 autant d’activités requérant une main d’œuvre nombreuse, et prête à travailler à une cadence assez élevée pour soutenir efficacement l’effort de guerre en ce début de conflit. Or, La conurbation de Glasgow envoya environ 200 000 hommes sur le front continental, lesquels étaient volontaires jusqu’au début 1916, puis conscrits. Ce sont ces départs massifs qui placèrent les femmes, comme partout ailleurs en Grande-Bretagne, au centre de l’appareil économique.

  • 20 Seul député écossais avec Alexander Wilkie (Dundee), tous deux élus en 1906. Barnes représentait la (...)
  • 21 Sur tous ces points, voir Forward, 20/02/1915.
  • 22 Forward (journal de l’ Independent Labour Party), 13/02/1915.

8Les premières augmentations de loyer coïncidèrent avec le début du conflit, à l’été 1914, lorsque des travailleurs par milliers affluèrent autour de la Clyde. Dès février 1915, des pétitions de simples locataires parvinrent aux autorités londoniennes. Le 20 février, George Barnes, député socialiste de la ville20 demanda solennellement à tous les habitants de Glasgow se sentant lésés de montrer les preuves d’une augmentation inique aux autorités locales et nationales. Selon certains membres de l’ILP, des propriétaires peu scrupuleux avaient profité de la flambée générale des prix pour, à leur tour, augmenter les loyers, ce qui passerait inaperçu dans le contexte haussier général : c’est l’impression que laissent certaines déclarations émanant de l’association des propriétaires de Glasgow (Glasgow Houseowners’ Association), lors d’une réunion tenue à la mi-janvier 191521 Officiellement, une décision de ce type avait été envisagée afin de combler le déficit causé par les appartements inhabités, en réalité très peu nombreux (moins de 2% du total à Glasgow)22.

  • 23 Le tramway était géré par la municipalité depuis 1894. Voir Iain MacLean, op. cit., 20.

9À l’hiver 1915, le problème semble assez préoccupant pour que John Wheatley et son principal lieutenant, Andrew MacBride, fondent ensemble un Glasgow Labour Party Housing Committee, lequel se fixa les objectifs que voici : (1) établir des branches dans chaque circonscription ; (2) organiser les locataires contre les augmentations de loyer ; (3) soutenir la municipalité pour qu’elle utilise, sans intérêt, les dividendes générés par le tramway et les prêts de l’État ; (4) veiller à ce soient élus des travaillistes qui soutiennent une telle politique23.

10Depuis quelques années déjà, John Wheatley avait fait du logement son principal cheval de bataille, insistant sur la nécessité pour la municipalité de Glasgow d’investir de l’argent public dans des “cottages” à la périphérie de la ville, et dont le loyer annuel n’excèderait pas les 10 livres sterling. Par ailleurs, Wheatley souhaitait que fût mis en place un tribunal des loyers équitables (Fair Rent Court) afin d’éviter, voire de punir, tout abus.

Mary Barbour, Helen Crawfurd et les autres vs. le propriétaire, ce « boche de l’intérieur »

11Petit à petit, les preuves individuelles d’augmentations de loyers affluèrent vers les bureaux locaux de l’ILP à Glasgow. Le journal Forward, la voix du parti, en relaya d’assez nombreuses. Très vite le caractère injuste de ces hausses est révélé, puisque voilà des épouses de soldats combattant vaillamment sur le front, qui contribuent elles-mêmes activement à l’effort de guerre (compte tenu de l’emploi qu’elles occupent dans les usines de munition), et qui se voient infliger des augmentations de loyers destinées, clame-t-on dans les colonnes de Forward, à enrichir encore un peu plus des propriétaires très peu soucieux de la cohésion nationale en temps de guerre. En cas de non paiement, une éviction suivait.

  • 24 Rappelons-le, Patrick Dollan devait être le futur Lord Provost de Glasgow (1938-41).

12Donnons quelques illustrations anecdotiques de ces évictions de locataires. Le 29 mai 1915, Forward publie une lettre envoyée par le soldat Johnstone à sa femme, laquelle a été forcée de quitter l’appartement en location deux jours avant la fin du bail : “That means to say my wife was thrown on to the street, homeless, with a baby a year old, while I am here [in France], and cannot do anything to help her, because I am only a soldier”. Pour combler la mesure, l’épouse de ce soldat n’a pas pu se rendre au tribunal, procédure normale en cas d’éviction, car elle était souffrante et clouée au lit. L’auteur qui publie cette lettre, Patrick Dollan24, termine son article par une attaque sans équivoque : “DEFEND YOUR HOMES AGAINST THE HUNS”.

  • 25 Pour les citations qui suivent, voir Forward, 12/06/1915.
  • 26 John Wheatley a toujours revendiqué haut et fort qu’être socialiste et catholique n’était aucunemen (...)

13Deux semaines plus tard25, John Wheatley publie un autre article de la même teneur dans les colonnes du journal. Il y est question cette fois d’une certaine Mrs McHugh, résidante du quartier de Shettleston, dans l’East End de Glasgow, là où Wheatley est élu local. Incapable de payer un loyer augmenté, Mrs McHugh a été convoquée au tribunal avec son mari. Mais celui-ci est sur le front, il est d’ailleurs blessé, comme son fils, non loin de la ville de Rouen. Quant à son deuxième fils, il est, au moment de la convocation au tribunal, en train de suivre un entraînement militaire intensif avant de rejoindre le continent. Dans son article, Wheatley joue à merveille sur la fibre morale et chrétienne de son lectorat, en bon catholique et socialiste26 qu’il est. Il l’interpelle directement sur la situation de cette femme et de sa famille (“Try to imagine the mental strain of that poor woman […] proceedings to deprive her little ones of their humble shelter! How selfishly indifferent we are to the sufferings of our neighbours! What degraded cowards we must be when all this is possible?”) avant de l’inviter à se rendre au tribunal, visite très instructrice en l’occurrence (“Have you ever been to this Court? If not, you should visit it some morning”.). Enfin, il rend compte du dialogue ayant eu lieu, apparemment, entre le juge et la pauvre femme :

-Are you Mrs McHugh?
-Yes.
-Is this a monthly house?
-Yes.
-Are you behind with your rent?
-Yes.
-Where is your husband?
-In the army.
-Do you receive the usual allowance?
-Yes.
-48 hours to leave the house.

14Wheatley, pour finir, n’est guère plus nuancé que son ami Dollan dans sa péroraison : “Michael McHugh is defending the country against foreign invasion. Shettleston must defend his family against the Huns at home”.

15Ce qui semble presque avoir été une « affaire McHugh » à Glasgow suscita l’indignation de nombreux locataires, solidaires tout naturellement ou bien se sachant potentiellement menacés par une éviction. Ainsi, John Wheatley prononça un discours à quelques 3 000 personnes à Shettleston en juin 1915, pour la plupart des femmes accompagnées de leurs enfants, et dont certaines avaient été, suivant la suggestion de Wheatley, présentes au tribunal lorsque le juge rendit son verdict. Dans sa harangue ce jour-là, Wheatley insista sur la nécessité pour ces femmes de se défendre : il s’agissait d’un combat pour les femmes pauvres et celles-ci devaient se défendre par le biais de l’action directe, c’est-à-dire en refusant de payer un loyer augmenté et en manifestant afin de conférer une visibilité qu’on est tenté d’appeler « médiatique » à leur cause, visibilité qui passe nécessairement par la stigmatisation à la fois des propriétaires mais aussi des créanciers (“factors” en anglais écossais), dont le travail consiste à collecter le loyer.

  • 27 Forward, 23/10/1915.

16Il apparaît que, dans la plupart des cas, les femmes étaient en tête des cortèges lors des manifestations et que les enfants n’allaient pas à l’école afin de les suivre ; on brûlait des effigies des créanciers et la police devait garder le bureau de ceux-ci à plusieurs occasions. Parfois accusées « d’esprit terroriste », les femmes se défendaient en arguant que leur but n’était non point de saccager des maisons (celles des créanciers) mais bien d’éviter qu’on saccage la leur… Rhétorique proche de celle de Patrick Dollan, lequel avait exhorté les femmes à se défendre elles-mêmes, en développant face à un gouvernement accusé d’apathie complice un argumentaire du type : « si le gouvernement ne règle pas le problème, le peuple règlera le problème lui-même ». Réagissant au cas d’un vieil homme (âgé de plus de 70 ans) expulsé, Thomas Garven (de Partick), Dollan avait indiqué en termes éminemment simples : “Tom Garven’s home was as worthy of protection as homes on the Continent27.

  • 28 Sur la politisation des enfants en général, on lira avec intérêt l’ouvrage de Roger Faligot, Le Peu (...)

17Dans les nombreuses photos, témoignages et articles de presse se rapportant à ce mouvement, la référence à la Guerre et à la trahison des propriétaires revient de façon systématique. Sur les banderoles brandies par des enfants en tête de cortège28, on peut lire notamment : “While my father is a prisoner in Germany the landlord is attacking our home” ou encore “My father is fighting in France, we are fighting the Hun at home”. Les mères, au même moment, portaient fièrement des pancartes où on lisait : “Defending our homes against landlord tyranny”, “Government must protect our homes from Germans and landlords or the people will protect themselves” ou encore “While our husbands and sons are fighting the Prussians of Germany we are fighting the Prussians of Partick”. Partout, le parallèle est fait entre deux combats à mener : l’un sur le front européen, l’autre, national, sur le front intérieur, contre les propriétaires et leurs lieutenants qui sont devenus, consciemment ou non, les meilleurs alliés des « boches » haïs. Partout également sur les banderoles affleure l’idée que cette guerre, intérieure comme continentale, est menée par le peuple – les femmes à Glasgow, les hommes dans la Somme – et que les élites politiques et économiques, elles, ne font presque rien, discours pacifiste qu’on retrouvait, ou retrouverait quelques années plus tard, sous la plume d’auteurs comme Bertrand Russell et J. M. Keynes en Grande-Bretagne, ou comme Paul Valéry et Jean Giono en France.

  • 29 Pour une comparaison des deux, et sur les Highland clearances et leur résonance dans l’Ecosse con (...)

18Implicitement également, on peut imaginer que dans le contexte particulier de l’Ecosse, la référence au propriétaire peut puiser dans une haine historique qui remonte au moins aux Highland Clearances, et à la stigmatisation de Lairds fortunés (à l’instar des Sutherland) expulsant sans scrupule les “crofters”du nord de l’ècosse ; rien d’excessif dans ce propos puisque la période des Highland Clearances a une résonance particulière dans l’histoire écossaise, un peu à l’image de la Famine irlandaise (malgré les différences de proportion)29. Les expulsions tant dans les Highlands au début du XIXe qu’à Glasgow un siècle plus tard étaient organisées par des hommes exerçant la fonction de “factors”, terme écossais faisant référence aux « agents » travaillant pour le compte de propriétaires.

  • 30 Pour un exemple édifiant de ce type de discours, voir Forward, 18. 09. 1909. La série en question f (...)

19En outre, n’oublions pas que l’appauvrissement des régions du nord et du nord/ouest de l’ècosse, coïncidant avec l’essor industriel du sud autour de Glasgow, avait attiré des dizaines de milliers d’immigrés des Highlands dans les grandes zones urbaines ; John Maclean lui-même, on l’a dit, était originaire de Mull, et ses parents étaient eux-mêmes tombés sous le coup d’une éviction. Plus généralement, Forward se posait régulièrement en tant que défenseur d’une nationalisation des terres, dans la foulée de la Land Nationalisation Society créée en 1881. Régulièrement, et avant même que le conflit de 1915 autour des loyers n’éclate, le propriétaire y était décrit comme le « véritable ennemi » historique de l’ècosse, notamment dans une série grinçante intitulée Our Noble Families, publiée à partir de juin 190830.

  • 31 Au début du XXe siècle, on peut raisonnablement estimer que 20 à 25 % de la population de Glasgow e (...)
  • 32 Voir les évocations de cette question dans Michael Davitt, The Fall of Feudalism in Ireland, or the (...)

20La stigmatisation du propriétaire revêtait également une connotation toute particulière pour une autre partie de la population. En effet, pour le nombre considérable d’immigrés irlandais autour de Glasgow (de première, deuxième, troisième génération)31, la seule évocation d’expulsion ou d’éviction ravivait des souvenirs parfois douloureux, parfois enfouis, que la rhétorique nationaliste irlandaise tentait au même moment d’instrumentaliser pour libérer l’île voisine de la mainmise britannique. La seule utilisation de l’expression Fair Rent Court par John Wheatley suggérait un parallèle implicite entre le sort du peuple écossais et celui du peuple irlandais, lequel, à l’occasion des guerres agraires au début des années 1880, avait scandé par la voix de Michael Davitt et bien sûr de Parnell le slogan des fameux trois « F » : Fair Rent, Fixity of Tenure, Free Sale32.

  • 33 L’expression « cinquième colonne » vient de l’espagnol « quinta columna », expression introduite à (...)
  • 34 McKinnon Wood tint ce poste de 1915 à 1916.

21Même si l’on a vu que les banderoles des manifestants contre les hausses de loyers pourfendaient l’ennemi allemand (“Huns”)et étaient fortement empreintes d’un patriotisme assez peu inattendu en temps de conflit armé, il est clair que, en même temps, elles décrivaient les contours d’une lutte des classes où l’ennemi n’était pas nécessairement étranger, mais qu’il pouvait tout à fait être « parmi nous », sans avoir besoin, à l’inverse d’une « cinquième colonne »33, d’avancer masqué : en effet, il était sûr de compter sur le soutien tacite des élites au pouvoir, depuis le Secrétaire d’État en charge des Affaires écossaises (McKinnon Wood, presque dépourvu de pouvoir de toute façon34) jusqu’au Premier ministre Asquith lui-même.

  • 35 Il arrivait que des manifestations contre et pour la guerre aient lieu en même temps sur Glasgow Gr (...)
  • 36 Ce faux paradoxe est noté dans Joan Smith, op.cit., 456.

22Cette lecture particulière de la guerre en tant que lutte des nantis contre les pauvres est importante, notamment à Glasgow où le mouvement pacifiste, qui comptait beaucoup de femmes, fut assez actif avant le conflit et même pendant toute sa durée : Glasgow, par exemple, fut un véritable foyer d’opposition à la conscription introduite en 1916. Glasgow Green, équivalent écossais du Hyde Park anglais, accueillait assez régulièrement des manifestations anti-guerre35 ; quant à John Maclean, pourfendeur infatigable du conflit en train de se nouer, il se livrait à des harangues très populaires à Bath Street tous les dimanches soirs, juste en face du bureau de recrutement de l’armée britannique. L’opposition à la guerre était le fait d’une partie des classes ouvrières, qui vilipendaient d’ailleurs un conflit où ces mêmes classes ouvrières étaient en première ligne36. Les hausses de loyers liées directement au sort des troupes sur le continent constituait en soi une bien mauvaise publicité pour un conflit qui, en Écosse plus qu’ailleurs en Grande-Bretagne, manquait de légitimité aux yeux du peuple.

23Les membres les plus en vue de la nébuleuse pacifiste écossaise étaient également très actifs dans la lutte contre les hausses de loyer, et, assez souvent, il s’agissait de femmes. Citons d’abord Mary Barbour. Formée comme ouvrière textile, Mary Barbour organisa la lutte à Govan, autour des chantiers navals. Très impliquée au sein de la Glasgow Women’s Housing Association formée en 1914, elle décida en juin 1915 d’appeler tout son quartier à refuser de payer les loyers si ceux-ci étaient augmentés. Ses deux fils ainsi que son mari travaillaient dans les chantiers navals aux environs ; c’est Mary Barbour qui organisa la lutte autour de Govan, harcelant les officiers de police, suivant les créanciers (“factors”) jusqu’à leur domicile, dans une stratégie qu’on nommerait aujourd’hui du “name and shame”. Enfin, le 17 novembre 1915, des milliers de femmes écossaises, emmenées par Mary Barbour, convergèrent vers le tribunal du centre ville de Glasgow afin d’exiger une législation sur des hausses jugées iniques. Le communiste Willie Gallacher devait surnommer cette foule « l’armée de Mrs Barbour ». Quant à la législation, elle fut presque votée dans la foulée…

24Autre personnage de premier plan : Agnes Dollan. Celle-ci portait plusieurs casquettes, parmi lesquelles celle de suffragette active, de pacifiste militante, enfin celle d’organisatrice de marches dans son quartier de Springburn.

25Helen Crawfurd, plus connue peut-être, présentait peu ou prou le même profil. Comme Dollan, elle était une des principales suffragettes au nord de la frontière – à tel point qu’elle avait été embastillée à la Holloway Prison (Londres) suite à un assaut de membres de la WSPU (Women’s Social and Political Union) du domicile du Ministre de l’Éducation, méthode de l’action directe employée plus tard dans le contexte de la lutte pacifiste, qui lui coûta également quelques séjours en prison. Helen Crawfurd entama également trois grèves de la faim en l’espace de deux ans. A l’instar de Mary Barbour, elle comptait parmi les organisatrices principales des “rent strikes”. Elle officiait en tant que secrétaire de la Glasgow Women’s Housing Association et, comme les autres, était affiliée à l’ILP.

26On voit à travers ces portraits succincts que, pour ces femmes, les grèves de loyers constituaient une lutte parmi d’autres dans le long chemin menant non pas tant à l’émancipation de leur sexe mais plutôt à celle de leur classe, laquelle déboucherait nécessairement sur l’égalité et la dignité pour les hommes et pour les femmes. La mobilisation de 1915 s’inscrivait dans une lutte plus générale, qui passait parfois par l’opposition à une guerre capitaliste et impériale, parfois par le combat pour le droit de vote des femmes, finalement octroyé en 1918 et 1928. Cette multiplicité des batailles à livrer n’empêchait pas ces femmes, comme d’autres, de s’investir totalement, en 1915, contre les hausses de loyers.

  • 37 oir Hannah Arendt, Du Mensonge à la violence, essais de politique contemporaine, Paris : Calmann-Lé (...)
  • 38 Même si l’histoire a retenu Glasgow Rent Strikes et non pas Glasgow Rent Boycott.

27On notera plus loin que le législateur, compte tenu notamment des circonstances exceptionnelles de 1915 et du caractère éminemment stratégique de Glasgow dans l’industrie d’armement, fut contraint de céder aux femmes et à leurs familles mobilisées, et de fixer le montant des loyers, au moins pendant la durée du conflit. Après plusieurs mois de refus de paiement, des milliers de familles de Govan, Partick, Springburn et Kinning Park illustrèrent l’efficacité de la désobéissance civile de façon assez exemplaire. Action collective, action qui requiert une visibilité maximale (par opposition à l’acte délinquant, qui doit rester caché), action enfin qui passe invariablement par le refus de faire, d’acheter, ou ici de payer quelque chose en revendiquant d’être porteur d’un « autre droit »37, la désobéissance civile décrite ici, qui s’apparente à un boycott38, est d’autant plus remarquable qu’elle émane principalement de femmes ne pouvant pas, à l’époque, exprimer un point de vue politique par le biais du vote aux élections.

28Fin octobre, Patrick Dollan avance dans Forward que plus de 15 000 personnes sont en grève de loyer ; on peut imaginer que le nombre est quelque peu exagéré, afin de mettre l’accent sur le caractère irrésistible de la mobilisation en cours. Le but ici est double : d’une part, pousser le législateur à imposer un arbitrage juste de la question, d’autre part, inviter les récalcitrants à grossir les rangs des grévistes.

  • 39 D’abord utilisé dans le cadre d’une lutte anti-coloniale, le boycott repose principalement sur un d (...)

29Les familles de Glasgow et les autorités locales ont pleinement conscience du caractère irrésistible noté plus haut, 10 000 ou 15 000 personnes constituant une foule trop importante pour le nombre de “sherifs” (moins de vingt) que compte la ville. Ceci est d’autant plus vrai qu’aucune décision d’expulsion ne peut être prise sans que le tribunal ait tranché. Un peu à l’image de M. K. Gandhi dans le cadre de la lutte dite de « non-coopération » (1919-1922)39, la perspective de milliers de procès fait craindre aux autorités que l’appareil judiciaire soit complètement engorgé, sans compter qu’une telle perspective constituerait une bien mauvaise publicité pour le pouvoir en place.

  • 40 Sur tous ces points, ainsi que la citation suivante de Patrick Dollan, voir Forward, 30. 10. 1915. (...)

30La tension extrême qui existe autour de ces questions de loyers invite dans certains cas à la prudence : ainsi, certains “sherifs”hésitent à faire respecter un arrêté d’expulsion, dans d’autres cas les évictions sont suivies de manifestations lors desquelles un “sherif” ou un créancier est poursuivi dans la rue, hué, insulté, parfois couvert de farine. Quant aux personnes ayant accepté un logement d’où a été injustement expulsé un locataire, elles sont traitées de « jaunes » (on pense aux “land-grabbers” en Irlande, à la fin du XIXe siècle) et sont souvent boycottées par la population vivant alentour, ce qui est particulièrement problématique quand ces personnes tiennent des commerces40. C’est un Patrick Dollan plein de confiance qui exhorte les habitants à poursuivre la lutte, à l’automne 1915, alors que la grève des loyers dure depuis presque six mois : “Finally, refuse to pay increased rent in any circumstances until a national settlement has been reached. The rent question is now a national question and must be settled nationally. Unity will win through”.

La réaction des autorités

  • 41 Par exemple, des grèves du même type avaient éclaté à Northampton et à Birmingham (voir The Times, (...)

31Deux éléments apparaissent de façon saillante : d’une part, la réaction assez tardive du gouvernement Asquith face à une question qui menaçait de devenir rien moins que nationale41, ensuite, et presque paradoxalement, la célérité avec laquelle le gouvernement, une fois conscient de la gravité – et du caractère explosif, voire de l’iniquité – de la situation, a réagi en imposant un gel des loyers pendant toute la durée du conflit armé.

  • 42 Iain Maclean, op.cit., 21.

32Dès janvier 1915, les autorités semblent avoir été informées de hausses de loyer imposées par certains propriétaires de Glasgow. Réalité dissimulée par des déclarations émanant de l’association des propriétaires et créanciers de la ville (Association of House Factors & Property Agents), selon lesquelles il fallait éviter d’augmenter les loyers de familles locataires dont un ou plusieurs membres étaient en train de se battre sur le front42.

33Passèrent près de dix mois puis, en octobre, le Secrétaire d’État à l’Écosse McKinnon Wood demanda à Lord Hunter, juge de son état, et à W. R. Scott (professeur d’économie politique à Glasgow University), d’enquêter sur la situation des loyers dans la ville. Le résultat de l’investigation de ces deux hommes ne laissa guère de doutes sur l’étendue des hausses : en effet, depuis mai 1914, 33,9 % des loyers de la ville s’étaient élevés de 5%. 14,6% avaient été ré-échelonnés de l’ordre de 5 à 10 %, et 7,7 % avaient augmenté de plus de 10%. Plus préoccupant : dans le quartier de Govan, l’épicentre du mécontentement, les loyers avaient tous cru, entre 11,67% et 23,08 %.

  • 43 Pour cette expression et la citation qui précède, voir Iain Maclean, op.cit., 21-22.

34La grève des loyers avait commencé près de quatre mois auparavant, et elle semblait avoir inquiété au plus haut point certains dirigeants de premier plan, à commencer par le Ministre des Munitions, Lloyd George, lequel, dans un courrier envoyé à Austen Chamberlain, avança : “The complaints I have had about rents have almost invariably come from the Glasgow area. There is great scarcity of houses in all the munitions areas, and I have no doubt rents will be inflated as a result; I think we ought to take decisive action on the subject at an early date”. McKinnon Wood, lui, entendait régler cette question au plus vite ; il s’agissait pour lui d’une « urgence de guerre » (war emergency matter)43, ce qui montre le désaccord implicite entre le point de vue du Secrétaire d’État à l’Écosse et le souhait des dirigeants de l’ILP, au premier desquels John Wheatley, qui, rappelons-le, appelait de ses vœux la mise en place d’une Fair Rent Court aux pouvoirs coercitifs, en temps de guerre comme en temps de paix.

  • 44 Des chantiers navals de Fairfield devait sortir, entre autres, le super-cuirassé Valiant, construit (...)

35Les autorités en place semblent en outre avoir été pressées par certaines grandes entreprises elles-mêmes, comme la notoirement sectaire Harland & Wolffou encore Fairfield. Ces deux mastodontes des chantiers navals, impliqués directement dans l’industrie d’armement44, soutenaient les grévistes car ils n’avaient aucun intérêt à voir croître les loyers, ce qui ne manquerait pas de susciter des revendications particulières en matière salariale. De la même façon, ces grandes entreprises accueillaient avec réticence l’éclatement potentiel de conflits sociaux sur lesquels elles n’avaient aucune emprise.

  • 45 Plus généralement, ces ouvriers qualifiés avaient subi une précarisation due à l’introduction au se (...)

36Autre élément inquiétant, tant pour les grandes entreprises que pour le gouvernement : certaines actions symboliques de solidarité avaient été organisées depuis février 1915. Celles-ci étaient le fait en particulier d’ouvriers des aciéries de l’East End, autour des forges de Parkhead, une activité directement liée à la santé économique des chantiers navals. Enfin, quelques semaines après la publication du rapport Hunter/Scott reconnaissant officiellement les hausses de loyers, des ouvriers des usines de munition et des chantiers navals décidèrent d’arrêter le travail en guise de protestation contre les procès iniques faits à des locataires récalcitrants45.

37Dans un courrier daté du 9 octobre, Lord St Davids écrivit au Ministre des Munitions Lloyd George en ces termes :

It is most important […] at the present time not only that you should be fair but that you should be ostentatiously fair and impartial. Rents have been greatly raised for cheap houses and workmen’s dwellings in different parts of the country and there have been strikes of rent payers here and there.

  • 46 Pour ces citations, voir Iain Maclean, op. cit., 24-5.

38Lloyd George, donc, était invité à se montrer juste, à envoyer un geste fort envers la population de Glasgow et, au-delà, à celle du pays tout entier. Après plusieurs discussions avec McKinnon Wood, et malgré la réticence, voire l’hostilité, d’un certain nombre de conservateurs, Lloyd George présenta, le 23 novembre 1915, un projet de loi visant à geler les loyers pendant toute la durée de la guerre. Le président du Local Government Board Walter Long avança, après s’être livré à un exercice d’obstruction : “It cannot be pretended that the Bill is other than an emergency measure. It is drastic in its proposals, and will, I fear, arouse a great deal of opposition in various quarters… and it is impossible to make it altogether equitable in its application”. Opposition symbolisée par le conservateur Sir Frederick Branbury, qui critiqua très violemment le projet de loi : “In my opinion, this Bill violates all the principles of political economy46. Il fallut moins d’un mois ensuite avant que, pour singer la rhétorique de Sir Frederick Branbury, le Parlement britannique décidât de « marcher sur la tête » jusqu’à la fin du conflit. La loi reçut l’aval royal le 23 décembre 1915.

Conclusion

39La législation en vigueur désormais ne s’appliqua pas au-delà du conflit. Pour preuve : en 1920, le Rent and Mortgage Restrictions Act fut voté par le Parlement. La mesure fit le bonheur des propriétaires de biens immobiliers, en permettant une augmentation immédiate des loyers de l’ordre de 15%, voire de 25% si des travaux de rénovation étaient effectués. À Glasgow, mais surtout à Clydebank, les classes ouvrières manifestèrent contre cette loi. Dans la pratique pourtant, suite à une manœuvre législative extrêmement complexe, la mesure fut rendue presque ineffective.

40Au-delà, la victoire acquise en 1915, certes dans des circonstances exceptionnelles dues à la guerre, annonça les mesures courageuses et volontaristes prises par le ministre de la santé John Wheatley au sein du premier gouvernement MacDonald. Une des rares mesures prises par ce gouvernement et saluées par les historiens fut le Housing Act de 1924, dont Wheatley était l’architecte, et qui permit, grâce aux subventions de l’État aux autorités locales, de construire des milliers de nouveaux logements aux quatre coins du pays. C’est peut-être dans cette perspective à moyen terme que l’on peut comprendre les propos de l’historien Iain Maclean cités en introduction : “In the most literal sense, they [the Glasgow Rent Strikes] were to change the face of Britain, and nowhere more than in Glasgow”.

41Dans le cadre strict d’une étude ayant pour objet « les femmes et la guerre », la question se pose bien sûr de l’évaluation de la participation féminine à la mobilisation ici décrite. Tâche ardue s’il en est, puisque les historiens ayant étudié la question de près ont certes reconnu l’immense mérite et courage des femmes ouvrières de Glasgow, sans véritablement faire de ces femmes l’axe privilégié de leur recherche. Cela est vrai même si, sur les nombreuses photos des manifestations ayant émaillé cette année 1915, et dans l’organisation même de ces manifestations, les femmes (accompagnées ou non de leurs enfants) semblent avoir été omniprésentes.

  • 47 Voir Eleanor Gordon, Women and the Labour Movement in Scotland, Oxford: Clarendon Press, 1991,238-2 (...)
  • 48 Forward, 30/12/1911.

42Celles-ci étaient déjà, depuis quelques années, très actives sur le terrain de la revendication politique. N’oublions pas, par exemple, qu’en Écosse, des grèves de femmes, généralement occultées par les sources officielles et les journaux, avaient éclaté en nombre entre 1910 et 1914 : ainsi, à Bo’Ness (ateliers de menuiserie), à Neilston (blanchisseries), à Cowdenbeath (blanchisseries, teintureries), à Kilburnie (textile), à Édimbourg (construction de voiles), enfin à Glasgow (cartonnage)47. La plupart du temps, ces grèves avaient éclaté parce que les femmes exigeaient des hausses de salaires, non pas parce qu’elles s’opposaient à un quelconque recul en matière salariale ou de conditions de travail. Et, dans un certain nombre de cas (Paisley, Kilburnie), ces grèves avaient été couronnées de succès, inspirant même ailleurs d’autres hausses de salaires48.

  • 49 L’exemple le plus connu en Ecosse est sans doute celui de Janet Parker. En juillet 1914, elle tenta (...)

43 Il est peu de dire, donc, que ces mobilisations très récentes galvanisèrent ces ouvrières, et leur firent comprendre que, même sans le droit de vote, elles pouvaient véritablement exercer un pouvoir coercitif et politique, fût-ce en adoptant des méthodes appartenant au champ de la désobéissance civile, à laquelle certaines s’étaient déjà essayées en Écosse dans le cadre des suffragettes49. Sans être vraiment ce « fétiche » dont se gausse Emma Goldman en épigraphe du présent article, le droit de vote constituait pour ces femmes un élément important, mais un élément parmi d’autres, dans une panoplie de citoyenne britannique mise sur un pied d’égalité avec ces centaines de milliers d’hommes au front, lesquels seraient bientôt appelés à s’exprimer politiquement par le biais du Representation of the People Act (1918). Surtout, le droit de vote ne se révèlerait efficace que si l’émancipation de leur sexe s’accompagnait de l’émancipation de leur classe, ce qui ajouterait à l’épanouissement de leur propre personne celle de leurs parents, de leurs maris, et enfin de leurs enfants.

Haut de page

Notes

1 Voir Michael Lynch, Scotland : A New History, Londres : Pimlico, 1998, 424.

2 Voir William Kennefick, Arthur McIvor, Roots of Red Clydeside 1910-1914, Labour Unrest and Industrial Relations in West Scotland, Edinburgh : John Donald Publishers, 1996.

3 Cela est vrai même si, on peut s’en étonner, ce mouvement-ci a été largement ignoré par les historiens.

4 Iain Maclean, The Legend of Red Clydeside, Edinburgh : John Donald Publishers, 1983, 17.

5 Il sera surtout question de certains quartiers de la ville (comme Springburn, et Shettleston, dans l’East End) ainsi que de deux quartiers incorporés à la ville de Glasgow officiellement en 1912 : il s’agit de Govan (sud de la Clyde) et de Partick (nord de la Clyde), zones de forte concentration de chantiers navals. Sur cette incorporation, voir Joan Smith, Common Sense Thought and Working Class Consciousness, Some Aspects of the Glasgow and Liverpool Labour Movements in the Early Years of the XXth Century, Thèse de doctorat, Edinburgh University, 1980,140.

6 Voir t. M. Devine, The Scottish Nation 1700-2000, Londres : Penguin, 2000, 264. Ian Spring va jusqu’à dire que l’histoire du logement à Glasgow, c’est finalement l’histoire de Glasgow toute entière (Phantom Village, Edinburgh : Poligon, 1990, 49).

7 Ibid., 249-272.

8 En réalité, l’acquéreur d’un bien immobilier doit, selon le principe de “feu-duty”, au revendeur du bien (“feudal superior”) une somme chaque année, laquelle est calculée à taux fixe sur le demi hectare de terrain, indépendamment du nombre de personnes résidant sur ce terrain, ce qui invite à concentrer un maximum de population au sein d’un même espace. Voir Iain Maclean, The Legend of Red Clydeside, op. cit., 18.

9 J. E. Handley, The Irish in Modern Scotland, Cork: Cork University Press, 1947, 36-7.

10 Tom Gallagher, Glasgow,the Uneasy Peace, Manchester: Manchester University Press, 1987, 37.

11 Joan Smith, op. cit., 167 ; J. E. Handley, op. cit., 52 ; Tom Gallagher, op. cit., 37.

12 Wheatley naquit en Irlande (Co. Waterford) en 1869. L’aîné de huit enfants, dont certains virent le jour en Ecosse, il commença à travailler dans les mines de charbon du Lanarkshire à l’âge de 12 ans. Voir Ian S. Wood, “John Wheatley, the Irish, and the Labour Movement in Scotland”, Innes Review, vol. XXI, n° 21, 1980, 71.

13 John Wheatley, £8 Cottages for Glasgow Citizens, Glasgow: Glasgow Labour Party, 1908, 10.

14 T. C. Smout, A Century of the Scottish People 1830-1950, Londres : Fontana Press, 1997, 41.

15 A. K. Chalmers, “Census 1911 – Report on Glasgow and Its Municipal Wards” (1912), City Archives, Mitchell Library, Glasgow, 13.

16 La construction d’appartements de type une pièce devait atteindre son zénith en 1901, date très tardive. Voir Joan Smith, op. cit., 159.

17 H. Y. Dyos, Michael Wolff, The Victorian City, Images and Realities, Londres : Routledge and Kegan Paul, Vol. II, 1973, 404.

18 Sur l’ILP et la culture populaire écossaise, voir Graham Walker, Intimate Strangers, Edimbourg : John Donald Publishers, 1995, 129-130 ; voir également le roman d’Andrew O’Hagan, Our Fathers, Londres : Faber & Faber, 1999.

19 Voir t. M. Devine, The Scottish Nation 1700-2000, op.cit., 309.

20 Seul député écossais avec Alexander Wilkie (Dundee), tous deux élus en 1906. Barnes représentait la circonscription de Blacksfriars/Hutchesontown.

21 Sur tous ces points, voir Forward, 20/02/1915.

22 Forward (journal de l’ Independent Labour Party), 13/02/1915.

23 Le tramway était géré par la municipalité depuis 1894. Voir Iain MacLean, op. cit., 20.

24 Rappelons-le, Patrick Dollan devait être le futur Lord Provost de Glasgow (1938-41).

25 Pour les citations qui suivent, voir Forward, 12/06/1915.

26 John Wheatley a toujours revendiqué haut et fort qu’être socialiste et catholique n’était aucunement contradictoire, notamment à travers quelques débats passionnés avec des hommes d’Eglise catholiques (Father Puissant, voir The Glasgow Observer, (journal catholique écossais), 21/09/1906 ; 28/09/1907 ; 27/07/1907).

27 Forward, 23/10/1915.

28 Sur la politisation des enfants en général, on lira avec intérêt l’ouvrage de Roger Faligot, Le Peuple des enfants, Paris : Seuil, 2004.

29 Pour une comparaison des deux, et sur les Highland clearances et leur résonance dans l’Ecosse contemporaine, voir le commentaire de Neal Ascherson, Stone Voices, The Search for Scotland, Londres : Granta Books, 2003, 177-187.

30 Pour un exemple édifiant de ce type de discours, voir Forward, 18. 09. 1909. La série en question fut publiée dans le même journal à partir du 27/06/1908.

31 Au début du XXe siècle, on peut raisonnablement estimer que 20 à 25 % de la population de Glasgow est soit irlandaise soit d’origine irlandaise. Ces statistiques sont assez comparables à celles de Liverpool au même moment. Voir Olivier Esteves, « Les communautés irlandaises à Glasgow et à Liverpool (1880-1945) : sectarisme et identité », Université de Lille III, thèse de doctorat, 2002.

32 Voir les évocations de cette question dans Michael Davitt, The Fall of Feudalism in Ireland, or the Story of the Land League Revolution, Londres : Harper and Brothers, 1904, 267-8.

33 L’expression « cinquième colonne » vient de l’espagnol « quinta columna », expression introduite à l’occasion de la prise de Madrid pendant la Guerre d’Espagne ; elle est donc légèrement anachronique ici.

34 McKinnon Wood tint ce poste de 1915 à 1916.

35 Il arrivait que des manifestations contre et pour la guerre aient lieu en même temps sur Glasgow Green ; voir Forward, 15/08/1914.

36 Ce faux paradoxe est noté dans Joan Smith, op.cit., 456.

37 oir Hannah Arendt, Du Mensonge à la violence, essais de politique contemporaine, Paris : Calmann-Lévy, 1972, 61-102.

38 Même si l’histoire a retenu Glasgow Rent Strikes et non pas Glasgow Rent Boycott.

39 D’abord utilisé dans le cadre d’une lutte anti-coloniale, le boycott repose principalement sur un déséquilibre numérique, entre masses indiennes et forces du maintien de l’ordre colonial britannique, ou bien, comme en 1880, entre fermiers précaires en Irlande et grands propriétaires terriens. Voir Olivier Esteves, Une Histoire populaire du boycott, deux tomes, Paris : L’Harmattan, 2006.

40 Sur tous ces points, ainsi que la citation suivante de Patrick Dollan, voir Forward, 30. 10. 1915. Dans l’acte de naissance officiel de la pratique du boycott rédigé et lu par Parnell (à Ennis, le 19 septembre 1880), il est surtout question de la méthode à adopter face à ces land-grabbers. Voir Olivier Esteves, Une Histoire populaire du boycott, op.cit., Tome I, 29.

41 Par exemple, des grèves du même type avaient éclaté à Northampton et à Birmingham (voir The Times, 09. 10. 1915). En Écosse, le mouvement avait assez vite fait tache d’huile à Ayr, Paisley, Aberdeen, Rutherglen, et enfin Dundee (ville qui fournissait presque tous les sacs de jute dont se servaient les troupes sur le front).

42 Iain Maclean, op.cit., 21.

43 Pour cette expression et la citation qui précède, voir Iain Maclean, op.cit., 21-22.

44 Des chantiers navals de Fairfield devait sortir, entre autres, le super-cuirassé Valiant, construit en 1914.

45 Plus généralement, ces ouvriers qualifiés avaient subi une précarisation due à l’introduction au sein de leur entreprise de personnel non-qualifié, en particulier féminin, processus connu sous le nom de dilutionen anglais. Ces grèves écossaises (comme celles plus connues des charbonnières du Pays de Galles au même moment) montraient l’inefficacité du War Munitions Act de juillet 1915, lequel interdisait les grèves.

46 Pour ces citations, voir Iain Maclean, op. cit., 24-5.

47 Voir Eleanor Gordon, Women and the Labour Movement in Scotland, Oxford: Clarendon Press, 1991,238-240.

48 Forward, 30/12/1911.

49 L’exemple le plus connu en Ecosse est sans doute celui de Janet Parker. En juillet 1914, elle tenta de faire exploser Burns’ Cottage, lieu de naissance du barde national. Comble d’ironie : Janet Parker était la nièce de Lord Kitchener. Sur ce point, voir les commentaires de Louise Yeoman, Reportage Scotland, History in the Making, Glasgow: Omnia Books, 2000, 389-392.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Esteves, « Les Glasgow Rent Strikes de 1915 ou quand la désobéissance civile des femmes contraint le législateur », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n°4 | 2008, 40-56.

Référence électronique

Olivier Esteves, « Les Glasgow Rent Strikes de 1915 ou quand la désobéissance civile des femmes contraint le législateur », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n°4 | 2008, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lisa/970 ; DOI : 10.4000/lisa.970

Haut de page

Auteur

Olivier Esteves

(Lille, France)
Olivier Esteves is currently Senior Lecturer in British and Irish studies at Lille III University. He passed the agrégation in 1996 and completed his doctorate in 2002. The latter, supervised by Catherine Maignant, was on “The Irish in Glasgow and Liverpool (1880-1945): sectarianism and identity”. He has published a number of articles, including one in Le Monde Diplomatique (January 2006), which derived from a book he published in 2006, A People’s History of Boycotting (L’Harmattan), in two volumes. Volume one analyses boycotting as a weapon used with some success by anti-colonial, nationalist movements (India, Burma, South Africa, Ireland), the second analyses more recent uses of this popular form of mobilisation (since the end of the Cold War and the advent of neo-liberal globalisation).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals